Vieilles Vignes Cinsault, Domaine des Tourelles 2017

Ils sont rares les vins rouges faits à 100 % de cinsault.
Celui-ci qui nous vient du Liban est parfaitement délicieux.
C'est un vin plutôt léger et coulant.
Il a des aromes de petits fruits sur une petite note terreuse qui fait penser un peu à du gamay.

C'est juteux, épicé et bien agréable. Très bon. 
Servir à 14-16 degrés.
Alc. 14 %. Sucre 2 g/l.
En ligne et dans une cinquantaine de magasins.

3 étoiles
Prix: 
27,30 $

Pitti 2017

Un léger et délicieux vin autrichien fait des cépages blaufränkisch et sweigelt à parts égales.
C'est coulant, gouleyant, équilibré sur un fruité fin et légèrement épicé.
Agréable à boire.
Culture en biodynamie. Producteur Gerhard Pittnauer.
Alc. 12,5 %.  Sucre 2,3 g/l.
Dans une cinquantaine de magasins.

3 étoiles
Prix: 
19,85 $

Vinho Verde, Loureiro 2018

Aromatique. Beaux petits fruits frais. Invitant.
Attaque sur les petits fruits blancs. Très gouteux.
Assez ample, sec, assez vif.
Finale sur les agrumes.
Cépages : loureiro et alvarinho. Vendanges manuelles.
Élevage en cuve inox.
Capsule à vis.   [Échantillon reçu]
Alc. 12 %. Sucre 3,4 g/l.
En ligne et dans une soixantaine de magasins.

2 étoiles
Prix: 
13,95 $

Emmolo Merlot Napa 2016

Un gros vin riche, alcooleux et au fruité abondant.
La finale est chaude.
Le prix est nettement exagéré.
Alc. 15,4 %.
De la maison Wagner qui produit aussi les fameux Caymus.
Dans une vingtaine de magasins.

1 étoile
Prix: 
70,00 $

Fitou, Château de Cascatel, Cuvée exception 2017

C'est le seul fin de l'appellation Fitou à la SAQ ! Il vient d'arriver.
Il n'y avait plus de vin de Fitou depuis un certain dans les magasins de l'État.
Il dégage de beaux aromes de fruits fins et de fines herbes.
En bouche, on a un fruité fin et des épices.
C'est peu tanique, coulant et légèrement velouté.
Un vin gourmand, d'une belle charpente qui se termine sur une jolie finale fruitée.
Fait de carignan à 50 %; de grenache noir à 35 % et de syrah à 15 %.
Le carignan est vinifié en macération carbonique avec une cuvaison d’environ 2 semaines. Le grenache et la syrah en fermentation traditionnelle en vendange égrappée.
Alc. 14 %. Sucre 2,5 g/l.    
Produits par Les Maîtres vignerons de Cascatel[Échantillon reçu]
En ligne et dans près de 80 magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
17,00 $

El Coto Blanco, Rioja 2018

De beaux aromes de fruits blancs et de fleurs.
Un vin léger, assez vif, coulant, souple, tonique, aimable et qui se laisse boire facilement.
Cépages : viura à 85 % complété de verdejo et de sauvignon blanc.
700 hectares de vignes.
Embouteillé sans fermentation malolactique ni élevage.
Capsule à vis. Alc. 12 %.  Sucre 3,8 (SAQ) 6 (LCBO) g/l.
En ligne (36) et dans 180 magasins.   [Échantillon reçu]
Dans la section des produits réguliers.

2 étoiles
Prix: 
12,95 $ à la SAQ | 14,95 $ à la LCBO

Otoñal, Rioja 2018

De beaux aromes invitants de petits fruits se dégagent de ce vin espagnol.
Le vin est souple, léger et coulant.
Une belle texture aux tanins fins.
C'est juteux et impeccable. Étonnant pour le prix.
Cépage tempranillo à 100 %. Vieillissement 5 à 6 moins en futs de chêne.
Servir de 14 à 18 degrés.
Capsule à vis.      [Échantillon reçu]
Alc. 13 %. Sucre 1,3 g/l.
En ligne (4) et dans 87 magasins.

2 étoiles
Prix: 
12,15 $

Tauleto, Umberto Cesari 2013

Un vin très expressif, très aromatique, empyreumatique, bois brulé.
La bouche aussi est très expressive. Une masse de fruits. Un fruité dense. Il y a là beaucoup d'extraction. C'est ample, joufflu, corpulent et très costaud.
La finale est longue et revient sur des notes de bois brulé.
C'est gros, très gros. On ne fait pas dans la finesse ici, mais dans le démonstratif.
Principalement fait de sangiovese et 10 % de longanesi. Élevage 24 mois en nouveaux tonneaux de l'Allier.
En ligne (47) et dans 93 magasins, dont 7 SAQ-Dépôts.
Il y a 20 vins de ce producteur Umberto Cesari à la SAQ.

2 étoiles
Prix: 
40,10 $

Château Thébaud 2012, Jardin d’Édouard

Château Thébaud n'est pas le nom du domaine, mais le nom du cru. C'est l'un des 10 crus du Muscadet. Une appellation communale comme Pommard ou Meursault. Les crus proviennent des meilleurs sols, souvent sur de petites élévations. Ils sont élevés plus longtemps en cave sur lies et sont souvent des vins de garde. Le nom du domaine est Jardin d'Édouard. Un domaine en conversion bio. Ce vin a fait 36 mois d'élevage sur lies.
Le vin est assez gras, bien glycériné, équilibré, sec et long.
Un vin de belle qualité. Très bon.
Servir pas trop froid à 10 degrés.
Cépage melon de Bourgogne. Alc. 12,5 %. Sucre 3,2 g/l.
Dans 36 magasins.
Voir notre article sur les crus du muscadet.

3 étoiles
Prix: 
26,70 $

Goisot, Côtes d'Auxerre Pinot noir 2917

Des tanins fermes pour un pinot noir. Beaucoup de fruits. Rond, de la belle matière.
Pinot noir à 99 % peut aussi contenir du césar (appelé aussi romain).
Assez costaud. Il a bien accompagné les pizzas.  
Dans 65 magasins.
 

3 étoiles
Prix: 
27,05 $

Château de Cartes, Saint-Pépin 2018

Un bon vin blanc du Québec, fait du cépage saint-pépin.
C'est net, franc, citronné, vif et rafraichissant.
Un vin gouleyant.
Bouchon de liège aggloméré.
IGP du Québec. Alc 12 %.
Acheté en épicerie. Oui, il y a maintenant du bon vin en épicerie grâce aux vignerons du Québec.
Le 2017 est disponible à la SAQ.

2.5 étoiles
Prix: 
24,00 $

BAISSE DES IMPORTATIONS DE VIN AU QUEBEC

Le Québec a importé moins de vin en 2018.

En effet, la Société des alcools a importé 106 millions de litres de vin en bouteille en 2018 contre 110 millions l'année précédente.

C'est 4 millions de litres de moins que l'année précédente; soit l'équivalent de 5 millions de bouteilles.

Du côté des importations privées*, il y a aussi eu une baisse de 1,4 million de litres de 46,4 millions à 45 millions de vins en vrac. Ces vins sont importés librement par des embouteilleurs qui les revendent à la SAQ. La SAQ en vend elle-même environ 3 millions de litres dans ses succursales et les 42 autres millions sont vendus aux épiciers au prix de 346 millions $.

Donc, ça donne un total de 5,4 millions de litres de vin de moins; soit l'équivalent d'un peu plus de 7 millions de bouteilles !

En bouteille, c'est - 3,5 %; et en vrac c'est - 3,1 %.

C'est la première fois que les importations de vin diminuent tant depuis 2010.

La baisse des importations en bouteille a été très forte pour les vins des États-Unis à -17,5 %; d'Argentine à -18 %; d'Australie -8 % et du Chili -9 % et d'Afrique du Sud à -9 %.

Il y a toutefois des hausses d'importation des vins du Portugal (6 %) et de Nouvelle-Zélande (5 %).

Les importations des vins de France ont été presque stables; tandis que celles d'Italie ont baissé de -1,6 % et celles d'Espagne ont augmenté de 1,4 %.

Du côté du vin en vrac, ce fut des baisses pour la France de -14 %; de -12 % pour l'Italie; de -38 % pour les États-Unis et de - 39 % pour les vins du Chili.  Pendant ce temps, l'importation de vrac d'Australie augmentait de 20 % et celui d'Espagne de 12 %.

La valeur des importations totales a toutefois connu une hausse de 2 % en dollars pour les bouteilles et de 7 % pour le vrac à 55 millions $.

Le prix moyen du litre en vrac a été de 1,25 $; en bouteille ce fut 7,44 $.
Ce qui donne l'équivalent de 94 cents et de 5,59 $ pour des bouteilles de 750 ml.

Donc le prix moyen d'une bouteille de vin embouteillée à l'étranger et importée par la SAQ est de 5,59 $; alors qu'en vrac c'est l'équivalent de moins de 95 cents la bouteille.

Importations de vin tranquille au Québec en 2018
en bouteilles et en vrac
en millions de litres et de dollars
  en bouteilles   en vrac  
  L % $   L %  
Monde 106 -3,5 789   45 -3,1  
               
France 33 -0,1 279   6 -14  
Italie 29 -1,6 206   5 -12  
Espagne 10 1,4 70   6 12  
États-Unis 8 -17,5 73   4 -38  
Portugal 6 6 38        
Australie 5 -8,2 29   18 20  
Selon des chiffres de Statistique Canada
  @vinquebec

Cette même année, l'Ontario a importé 95 millions de litres de vin en bouteilles; une faible diminution de -0,4 %.
En vrac, elle a importé 26 millions de litres; une diminution de -9 %. En Colombie-Britannique, ce fut une hausse en bouteille de 13 %; en Alberta, ce fut une hausse de 7 %.

______________
 (*)Importation privée : la SAQ a délégué ses pouvoirs à des embouteilleurs locaux pour qu'ils importent le vin en vrac. Ne pas confondre avec les commandes privés faites par des particuliers et des agents qui sont abusivement appelées importations privées alors que c'est en fait la SAQ qui les importe.
 

Adega de Pegoes blanc 2018

Un vin blanc portugais très floral et muscaté.
Il a des aromes et des saveurs de fruits exotiques sur une touche minérale.
C'est sec, citronné et très gouteux.
Très longue finale sur les fruits exotiques.
Un vin blanc différent et bien original.
Cépages: antao vaz, chardonnay et verdelho. Quatre mois en futs de chêne américain et français.
Capsule à vis.
Alc. 13 %. Sucre 3,8 g/l.   [Échantillon reçu]
En ligne (55) et dans 391, dont 3 SAQ-Dépôts.

   Essayez le rouge de la même maison.

2 étoiles
Prix: 
12,60 $

Semillon, Tupungato, Nieto Senetiner 2017

Un beau vin blanc doré fait du cépage sémillon en Argentine.
De beaux aromes et saveurs de fruits blancs, de pêche, de fleurs et de miel.
Finale légèrement beurrée et miellée.
Peu acide, rond et facile à boire.
Cinquante pour cent du vin est élevé dans des futs de chêne français neufs et usagers de tailles différentes.
Alc. 12,9 %. Sucre 1,6 g/l.
Dans 89 magasins.   [Échantillon reçu]
Le sémillon avec près de 1000 hectares est devenu le troisième cépage blanc cultivé en Argentine. Ce cépage est utilisé en France surtout dans le Sud-Ouest où il fait des vins secs et des liquoreux entre autres des sauternes.

2 étoiles
Prix: 
16,50 $

Domaine des Huards, Pure 2018, Cheverny

Pure, il porte bien son nom.
Oui, c'est d'un fruité pur sans esbroufe. Un sauvignon pur sans gouts herbacés.
D'une acidité équilibrée. Une belle texture assez grasse, mais pas trop. C'est très plaisant à boire.
Servir à 10 degrés.
Sauvignon et chardonnay. Levures indigènes. Culture en biodynamie.
«À part les sulfites utilisés à doses limitées, aucun autre produit n’intervient dans les vinifications.»
Alc. 13 %. Sucre 2,3 g/l.
En ligne (24) et dans 139 magasins.

3 étoiles
Prix: 
25,45 $

Castelgufo Chianti Reserva 2015

Un chianti suave, délicieux, fin, long, très agréable, sèveux, juteux, doté d’une belle acidité.
Longue finale savoureuse sur un fruité fin, sur de la cerise.
Très bon rapport qualité-prix.
Sangiovese à 80 % complété de colorino et de malvasia nera.
Alc. 13%. Sucre 2,2  g/l. Acidité 5,20 g/l.
En ligne (41) et dans 43 magasins.
Dans la section des produits courants. Très bon. 

3 étoiles
Prix: 
16,30 $

Libre-échange bénéfique au vin de France

Cinq millions de bouteilles de vin et de spiritueux français de plus exportés au Canada !

Ce serait le résultat du traité de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne (AECG) depuis octobre 2017.

«Aujourd’hui, concrètement, nous exportons plus de 5 millions de bouteilles supplémentaires (au Canada) et réalisons un supplément de chiffre d’affaires d’environ 40 millions d’euros», écrit Antoine Leccia, président de la Fédération des exportateurs de vins et de spiritueux de France.

Dans un communiqué, M. Leccia affirme que «pour les vins et spiritueux français, sur la période allant d’octobre 2017 à juin 2019, la progression des exportations a été de +4% en volume et +6% en valeur. Elle a bénéficié à toutes les catégories de produits, vins mousseux (+5%), vins tranquilles (+7%) et spiritueux (+4%).»

Pourtant, l'accord appelé AECG n'est pas encore entériné officiellement par tous les parlements européens. Il est tout de même entré en vigueur de façon provisoire en septembre 2017.

M. Leccia, président aussi d'Advini, espère que les parlementaires français ratifieront cet accord qui leur est profitable.

Les producteurs français de fromage profitent aussi de cet accord. Pourtant, d'autres comme des éleveurs ne sont pas satisfaits et protestent contre les standards d'élevage canadiens moins élevés que ceux de l'Europe.

L'Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l’Union européenne approuvé par le Parlement européen doit être ratifié par les 38 assemblées nationales et régionales d'Europe.

Chianti Classico, San Fabiano Calcinaia 2016

Un chianti bio très costaud, charnu et ample doté d'une belle structure tanique assez imposante.
Le fruité est riche et abondant.
Cette masse tanique s'assouplit avec la nourriture. Un chianti bâti pour quelques années de cave.
Sagiovese à 90 %. Douze mois en barriques de chêne de l'Allier.
Alc. 14 %. Sucre 1,3 g/l.
Servir à 16 degrés.
En ligne (30) et dans 66 magasins.
Très bon.

3 étoiles
Prix: 
20,75 $

Boschino 2015

Un vin toscan rustique aux tanins un peu rugueux et à la texture plutôt asséchante.
Il y a là tout de même un petit fruit et une très légère note épicée.
Sangiovese 50 %; cabernet sauvignon et merlot.
IGP Toscan. De la maison San Fabiano Calcinaia.
Alc. 14 %.  Sucre 1,7 g/l. Bouchon de liège aggloméré.
En ligne (41) et dans 122 magasins.

1 étoile
Prix: 
15,65 $

El Petit Bonhomme, Rueda blanc 2018

Un vin blanc d'Espagne agréable, frais assez vif et sec.
Facile à boire, rafraichissant et pas compliqué.
Cépage verdejo. Séjour de 4 mois à 20 % dans le chêne français neuf.
Région Rueda.
Végétalien.
Capsule à vis. Alc. 13,5 %. Sucre 1,7 g/l.
Produit par la Québécoise Nathalie Bonhomme.
En ligne (55) et dans 148 magasins.

2 étoiles
Prix: 
15,35 $ à la SAQ | 1 $ de rabais jusqu'au 8 septembre.

El Bon Homme, Comparte 2017

Un vin de style moderne, peu tanique, rond, facile. Il y a une pléthore de vin de ce genre sur le marché.
Cabernet sauvignon et monastrell. Alc. 13,5 %. Sucre 2.
Région de Valence.
En ligne (22) et dans 280 magasins, dont 8 SAQ-Dépôts.

Moins intéressant que le petit vin de la maison : Beau Bonhomme 2018 qui est moins cher.

2 étoiles
Prix: 
18,75 $

BAISSE DES VENTES DE VIN AUX ÉPICERIES

Les ventes de vin aux épiceries ont fortement baissé au cours de premier trimestre de cette année se terminant le 22 juin.

C'est la SAQ qui alimente en vin les 7800 épiceries de la province.

Au cours de ce trimestre, la société d'État leur a vendu 8,6 millions de litres de vin pour 70,4 millions de dollars. C'est 1,2 million de litres de moins que lors du même trimestre de l'année précédente! Une baisse de 12 %. C'est une forte chute.

La SAQ attribue cette baisse aux commandes des épiciers du trimestre précédent. «La baisse des ventes effectuées auprès du réseau des grossistes-épiciers au cours du premier trimestre est principalement attribuable à l’important niveau de commandes enregistré par ce réseau auprès de la SAQ lors du quatrième trimestre de 2018-2019.» (Communiqué SAQ)

Toutefois, lorsque l'on regarde justement ces chiffres du trimestre précédent, le 4e trimestre de 2018, publiés dans les derniers rapports annuels de la société d'État, ce sont des commandes totalisant 8,8 millions de litres, soit 400 000 litres de plus que l'année précédente. On est loin du 1,2 million !

Donc, comment expliquer cette chute des ventes aux épiceries ?

Bon an, mal an, les épiciers commandent un peu plus de 40 millions de litres de vin à la SAQ au cout de 340 millions de dollars. C'était 41,7 l'an dernier et 41,3 l'année précédente. Pendant ce temps, la SAQ écoule 170 millions de litres dans ses succursales, dans les restaurants et autres.

Comme nous le rapportions hier il y a eu aussi une baisse des ventes de vin dans les succursales de la SAQ d'avril à juin dernier.

BAISSE DES VENTES DE VIN À LA SAQ

Les ventes de vin en volume continuent de diminuer dans les succursales de la Société des alcools du Québec (SAQ).

L'an dernier, les 409 succursales de la SAQ avaient vendu 5 millions de bouteilles de vin de moins que l'année précédente.

Et ça continue de baisser. Pour le seul premier trimestre de cette année, les chiffres de la SAQ indiquent une chute des ventes de vin de 500 000 litres, soit environ 650 000 bouteilles de moins que lors du premier trimestre de l'année précédente.

En clair, les ventes de vin dans les succursales passent de 29,6 millions de litres à 29,1 millions de litres. Toutefois, la SAQ a réussi tout de même à faire près de 7 millions de $ de plus sur ses ventes de vin;  grâce à une hausse de prix sur un certain nombre de vins.

Pendant que la société d'État vend moins de vin, elle augmente par contre ses ventes de spiritueux de 200 000 litres et celles des boissons panachées de 400 000 litres.

Ainsi, les ventes en valeur de spiritueux ont augmenté de 5,9 % en valeur et de 3,5 % en volume. Celles des boissons panachées ont augmenté de 12,6 % en valeur et de 11,4 % en volume.

En comparaison, les ventes de vin ont été de +1,5 % en valeur et de -1,7 % en volume.

La SAQ a aussi moins vendu de vin aux épiceries, 1,2 million de litres de moins, mais elle explique cela en disant qu'elle leur en avait beaucoup vendu lors du 4e trimestre. Pourtant, malgré ce que prétend la SAQ, elle ne leur en a vendu que 400 000 litres de plus à ce 4e trimestre ! Est-ce dû aux ventes de vins québécois en épicerie?

Au total, la Société des alcools a accru son bénéfice net de 0,3 %.

Ce sont les chiffres du premier trimestre 2019 s'étant terminé le 22 juin 2019.

_________

  Source  Rapport du premier trimestre 2019 SAQ.
_________

Sujets connexes

Pra Morandina, Valpolicella 2017

Absolument délicieux !
Un valpolicella fin, élégant et presque délicat.
D'un fruité fin, souple, coulant sur de belles notes d'épices douces et de cerise.
Un vin léger, mais qui a tout même une belle matière, une belle tenue en bouche.
Soyeux et gouleyant.
Cépages: corvina, corvinone, rondinella et oselata.
Culture en biodynamie.
Servir frais à 14-15 degrés.
Alc. 12,5 %. Sucre 4,2 g/l.
Dans 46 magasins.
Très bon !

3 étoiles
Prix: 
24,30 $

Haute Côt(e) de Fruit 2018

Ça sent la merde !
C'est vraiment horrible.
Le deuxième plus mauvais vin à vie. (Le premier ici)
En bouche, c'est âcre et suret !

Je publie mes impressions dans deux réseaux sociaux.
On me dit sur ces réseaux que c'est un vin nature.
Le producteur me répond que «le Haute cote de Fruit peut présenter des aromes de réduction a l'ouverture. Un carafage de 1h avant dégustation s'impose obligatoirement pour ouvrir le vin et laisser place au fruit. »
Un collègue m'affirme avoir «trouvé le vin juteux et succulent (après 24h).»

Une sommelière de Suisse me dit que «lorsque l'on ouvre une bouteille, le vin n'est pas forcément prêt pour vous plaire. Il faut savoir l'écouter et attendre un peu qu'il se réveille...»

Un chroniqueur vin de Montréal me dit « I like everything that this producer makes. I don't think you understand the producer or you should change the perspective that you are tasting the wine.»

D'autres affirment avoir bien aimé et proposent que c'est peut-être une mauvaise bouteille. Un ajoute qu'il faut regouter et se prononcer après. Un sommelier dit le contraire «quand une bouteille a un défaut c’est fini, plus la peine de se faire souffrir parce qu’on aime le producteur ou on est aveuglés par le dogme du vin naturel.»

Un spécialiste français des vins nature me dit dans Twitter «que le consommateur doit avoir conscience que ces vins conçus sans filet chimique ou technologique sont, par essence, moins figés dans un goût et une aromatique standardisés.»

Une vigneronne du Beaujolais ajoute «et qu’ils comprennent le travail fait en amont. Ce n’est pas du coca qu’on achète en supermarché» et que «c'est difficile le vin nature, et c'est pourquoi il faut beaucoup d'humilité de notre part et de la part des consommateurs. Et je sais que ceux qui consomment nos vins en ont beaucoup.»

Puis «on est aussi tributaire d'un mauvais bouchon, d'un transport pas adapté, d'un mauvais stockage... ces choses-là, nous ne les maitrisons pas, mais c'est nous qui en payons les conséquences.»

Une blogueuse vin de Belgique nous dit «Je sais que le vin actuellement est réduit. Après, il est possible que cette bouteille en particulier ait un souci. Voilà pourquoi je ne donne jamais d'avis péremptoire avant d'avoir au moins goûté deux bouteilles du même lot.»
 

J'essaie donc de nouveau cette bouteille le lendemain, et je note : moins merde, mais bien écurie. Tolérable. Toutefois, en bouche : âcre, acerbe et laisse vraiment une mauvaise impression, un mauvais arrière-gout de vinaigre. Le vin est fini, pas de fruit.

C'est étrange que lorsqu'il s'agit de vin dit nature que certaines personnes deviennent très complaisantes et essaient de justifier ces mauvais gouts, ces odeurs désagréables. On croirait avoir affaire à des membres d'une secte.

Cette semaine, je suis allé acheter une autre bouteille de ce vin dans un autre magasin de la SAQ à 700 kilomètres de la première. Je carafe le vin. Il y a du cheval dans cette deuxième bouteille et un petit peu de petits fruits, mais c'est mince, fluet, filant et c'est tout au plus un vin correct. Un malbec de Cahors !

Je constate qu'il y a souvent une grande variation d'une bouteille à l'autre. C'est encore plus fréquent pour les vins qui contiennent peu de sulfites. Je crois que le producteur devrait l'indiquer sur l'étiquette. Sur la bouteille, il est tout simplement indiqué «Contient des sulfites» sans plus. Ces vins mal protégés sont très sensibles et peuvent mal tourner surtout après une longue traversée de l'Atlantique, un transport dans des camions non réfrigérés et un séjour dans une chaude succursale de la SAQ.

C'est un peu une loterie. On peut tomber sur une bonne ou une mauvaise bouteille. Dans le site de la SAQ, il ne fait pas partie de la courte liste des vins nature.

Ce vin est disponible dans 106 magasins.

  Vous pouvez lire une partie de la discussion au sujet de ce vin à cette adresse Facebook et dans Twitter en partie ici.

Prix: 
21,35 $

Rapsani, Tsantali 2016

Un beau vin grec jovial, fruité sur des tanins plutôt souples. Agréable à boire. Gouleyant.
Un très bon rapport qualité/prix.
Issu de trois cépages grecs : xinomavro, frassato et stavroto. Vendanges manuelles.
AOP Rapsani
. Nord de la Grèce. Producteur Tsantali.
Alc. 12,5 %. Sucre 1,8 g/l. Acidité 5,06 g/l. pH 3,29.
En ligne (75) et dans 309 magasins, dont 6 SAQ-Dépôts.

2 étoiles
Prix: 
12,15 $

L'Aigue de Novi 2016

Un vin rouge bio de l'appellation Grès de Montpelier très aromatique: fruits noirs et charbon.
L'attaque est bien expressive. C'est juteux, épicé et bien original.
Les tanins sont fins. La finale est agréable. Le vin est gouleyant et a bien accompagné le faux-filet de boeuf sur BBQ.
Syrah 70 % et grenache 30 %. Producteur Mas du Novi.
Alc. 14,5 %. Sucre 3 g/l.
En ligne (9) et dans 35 magasins.
 

3 étoiles
Prix: 
20,00 $

Megas Oenos 2014

Le grand vin du domaine Skouras. Ce vin est encore jeune et sur l’élevage comme on dit, donc sur le bois. C’est un peu trop dominant. La texture est veloutée, le fruité est agréable. Trois autres années de cave pourraient peut-être l’aider à digérer ce bois.
Agiorgitiko et cabernet sauvignon.
Pour la cave.
Alc 14 %. Sucre 1,8 g/l.
Le 2015 est 50,30 $ à la LCBO de l'Ontario !

2.5 étoiles
Prix: 
35,00 $ à la SAQ | 50,30 $ à la LCBO

Pegoes Rouge 2018

Décidément, le Portugal nous donne de bons vins à bon prix !
Très aromatique, cerises et autres petits fruits rouges.
Attaque expressive, un vin charnu, ample, et touffu.
Il y a là de la mâche.
Un beau fruit joufflu.
Un certain caractère. Finale assez persistante.  Servir à 15 degrés.
Cépage castelao. Producteur Coop Pegoes.
Alc. 13,5 %. Sucre 3,8 g/l.    [Échantillon reçu]
En ligne (27) et dans 117 magasins, dont 3 SAQ-Dépôts.
 

2.5 étoiles
Prix: 
12,90 $

EN QUÊTE DU VIN NATURE



Vin biologique, vin biodynamique, vin nature et vin sans sulfites. Que désignent ces termes?
Ce reportage de 45 minutes tente de répondre à cette question.
Produit par Point du Jour (2018).
« En quête du vin nature »
 François Althabegoïty – Stéphanie Thomas
Diffusé à RDI et Tou.tv en juillet 2019.

Syndiquer le contenu