NUISANCES AU COMMERCE DU VIN AU QUÉBEC

Les lois et règlements actuels sur les alcools au Québec nuisent au commerce du vin dans la Belle province.

Ces lois et règlements qui datent de près de 100 ans:

  • font obstacle à la liberté de commerce;
  • freinent le développement du vignoble québécois;
  • imposent des restrictions indues aux épiciers et importateurs;
  • limitent le choix des consommateurs;
  • et ralentissent le potentiel de croissance des revenus gouvernementaux promenant de la vente de vin.

En fait ces lois, ces règlements et l'application qu'en font les dirigeants actuels de la Société des alcools et de la Régie des alcools nuisent aux commerçants, aux consommateurs, aux vignerons, aux contribuables ainsi qu'aux revenus que pourraient en tirer le gouvernement du Québec.

L'application de ces lois cause maintenant plus de dommages et d'inconvénients que de bienfaits et protections voulus au moment de leurs créations lors de la Prohibition (1919) (1).

Trois constats dans le monde du vin au Québec depuis deux ans:
  1. le ralentissement de la croissance des ventes de vin en dollars;
  2. la stagnation des ventes de vin en volume;
  3. un ralentissement de la croissance des revenus de l'État.

 

DES SOLUTIONS CONCRÈTES

ÉPICERIES
Il y a 8000 épiceries et dépanneurs au Québec qui vendent du vin. Ils ne peuvent vendre que du vin embouteillé au Québec, sauf du vin québécois. Ils ne peuvent vendre du vin québécois seulement s'il a été mélangé par un fabricant de vin autorisé au Québec. Ils ne peuvent vendre les vins de la SAQ, sauf 8 vins, ils ne peuvent vendre du vin qui indique le cépage ou la région d'origine (sauf les 8 autorisés par la SAQ).

De plus, ils n'ont pas le droit de faire de rabais sur le vin «10.  Le prix de vente au détail des boissons alcooliques autorisées ne doit pas être inférieur au prix de vente au détail établi par le (sic) Société.  D. 2165-83, a. 10(2)

Malgré ces restrictions, une bouteille de vin sur quatre achetée au Québec l'est dans une épicerie. C'est 300 millions de dollars.
Ce marché stagne depuis deux ans. Ces vins importés en vrac ont mauvaise réputation. Ils sont dits bas de gamme, piquette et l'expression «vin d'épicerie» est devenue synonyme de vin de piètre qualité.

Solutions
Ces 8000 points de vente sont mal utilisés. Ils pourraient représenter une force de vente extraordinaire.
Il faudrait permettre aux épiciers:

  1. de vendre les vins qu'ils veulent, les vins québécois, les vins de la SAQ, et les vins d'importation privée;
  2. l'indication des cépages et les indications d'origine des vins;
  3. de faire des rabais...

Résultats
Ceci accroîtrait:

  • les points de vente de vin de qualité au Québec;
  • le choix des consommateurs;
  • les débouchés des producteurs;
  • les revenus du gouvernement.

C'est un marché de 300 millions de dollars qui pourrait facilement augmenter à 500 millions de dollars puis à 1 milliard.

VIGNERONS DU QUÉBEC
C'est une centaine de producteurs sur 500 hectares qui n'ont pas le droit de vendre dans les commerces, épiceries et dépanneurs de leur voisinage. Ils ne peuvent vendre que dans leur établissement ou à la SAQ ou dans de rares marchés autorisés par la Régie des alcools.

Solutions
Les vignerons du Québec devraient pouvoir, comme les fabricants de bière

  1. vendre où ils veulent, chez les dépanneurs, épiceries, restaurants...
  2. vendre pas internet et livrer ou faire livrer.

Résultats
Le marché du vin québécois pourrait devenir florissant comme celui — libre — des micro-brasseries. C'est un petit marché de 20 millions de dollars qui pourrait tripler, offrir un meilleur choix aux consommateurs et accroître les revenus de la société.

IMPORTATION PRIVÉE
L'importation privée s'accroît lentement depuis quelques années au Québec. Des clubs, des restaurateurs, des individus et des agences de vin utilisent ce canal pour faire venir des vins originaux.

C'est un canal fortement rétréci par les dirigeants de la SAQ qui imposent des règles très contraignantes d'importation et d'entreposage, ainsi que des tarifs exorbitants. Parmi les règles obstacles, il y a celle qui interdit la vente à l'unité.

La Suède, qui a un monopole comme celui de la SAQ, permets pourtant à ses citoyens d'importer du vin pourvu qu'ils paient les taxes. (3)

Solutions

  1. permettre la vente à l'unité aux consommateurs;
  2. autoriser la vente aux épiciers et cavistes;
  3. ne pas obliger l'entreposage onéreux et restrictif dans l'entrepôt de la SAQ.

Résultats attendus
C'est un marché qui peine à atteindre le 100 millions de dollars et qui pourrait décupler accroissant la liberté de choix des consommateurs et les revenus de l'État.

LA SAQ
Le dividende de la SAQ qui stagne autour du milliard de dollars devrait être transformé en taxe. C'est actuellement en fait une taxe déguisée «58. Les dividendes payés par la Société sont fixés par le ministre des Finances et non par les administrateurs.  1971, c. 20, a. 58(4)

Donc c'est une taxe. Ce montant serait récupéré soit par une taxe spécifique d'environ 4 dollars par bouteille, soit par une taxe en pourcentage, soit par un mélange des deux. De plus, le prix des spiritueux (les moins chers au Canada) devrait être haussé afin de permettre une réduction du prix des vins.

Finalement, la SAQ pourrait se concentrer sur ses points forts, soit la vente des vins haut de gamme (via son fort pouvoir d'achat); les spiritueux; la vente dans les communautés éloignées; la vente dans le centre-ville de Montréal; les conseils aux consommateurs, l'éducation vinique, l'analyse (laboratoire) des vins et jouer un rôle plus sérieux de grossiste en utilisant vraiment la puissance de son gros pouvoir d'achat.

CONCLUSION
Il s'agit de permettre aux vignerons, commerçants, consommateurs de faire tout simplement ce qui se fait presque partout dans le monde civilisé: soit de vendre et d'acheter librement.

Permettre aux vignerons et commerçants de vendre librement du vin et permettre aux consommateurs d'acheter librement du vin. Autrement dit, il faut appliquer au monde du vin ce qui est fait pour celui de la bière.

En somme, quelques actions relativement simples de libéralisation permettraient par stimulation et concurrence de relancer le marché, actuellement stagnant, du vin au Québec.

_______

 (1) Historique de la SAQ
 (2) Règlement sur les modalités de vente des boissons alcooliques par les titulaires de permis d'épicerie chapitre S-13, r. 6
 (3)  Buying wine from a winery or wine shop abroad: “direct import”  Per Karlsson, BKWineMagazine.
 (4) (Loi sur la Société des alcools du Québec. chap S-13)

Geschickt, Kaefferkopf Gewurztraminer Grand Cru 2013

Il y avait longtemps que j'avais bu un gewurztraminer!
Ce cépage donne souvent des vins que l'on qualifie souvent d'exotiques.
Celui-ci est particulièrement délicieux. Très aromatique, floral, miel. Il sent le gewurzt. La bouche est ample, minérale, aromatique. C'est à la fois sec et sucré. La finale, très longue, est riche et miellée.
Il a bien accompagné les côtes levées en sauce légèrement sucrée.
Culture en biodynamie. Vendanges manuelles. Sucre 47 g/l. La contre-étiquette indique une sensation sucrée à 4 sur une échelle de 9.
Alc. 13%.
Producteur Frederic Geschickt.
En ligne et dans 47 magasins.

Accords suggérés par le producteur: «Apéritif, mais aussi en accord avec le foie gras, les fromages (Bleu de Bresse, Roquefort, Munster…), les cuisines exotiques et épicées et les desserts pas trop sucrés.»
91 points.

3 étoiles
Prix: 
28,45 $

Thalassitis, Gaia, Santorini 2013

Que c'est bon du vin blanc! Du bon vin blanc.
Nous en trouvons de plus en plus du bon à la SAQ. La consommation de vin blanc augmente au Québec, les gens de la société d'État font de plus en plus d'effort pour nous en dénicher de bona.
Les bons vins blancs proviennent souvent de la Loire, de Chablis, d'Espagne et de la Grèce. Ils sont faits des cépages chenin, sauvignon, chardonnay, godello, viura, maccabeu, albariño, assyrtiko, roditis, athiri et moschofilero pour la Grèce. Ce dernier pays produit de magnifiques vins blancs particulièrement dans l'île volcanique de Santorin.
Il y a 71 vins (37 blancs) de Grèce à la SAQ, soit un peu plus qu'en 2008, alors qu'il y en avait 60.
Ce blanc de la maison Gaia (il prononce i-a-i-a) est succulent. Il est très aromatique avec des notes de fines herbes, d'épices et de sapinage. C'est original et invitant. On a les mêmes saveurs en bouche avec un fruité sec sur une texture assez vivace. Belle finale légèrement salée.
Il s'est bien amélioré en un an. À mettre en cave 3 à 5 ans.
Bouchon de plastique. Sucre 1,6 g/l. Alc. 13 %.
Dans 37 magasins.
91 points.

3 étoiles
Prix: 
24,60 $

Gotin del Risc Godello 2012

Un très bon vin blanc d'Espagne fait du cépage godello.
C'est frais, assez vif, sec, aux belles saveurs rappelant un peu les poires.
D'un parfait équilibre.
Il a bien accompagné le crabe.
De la région de Bierzo au nord-ouest de l'Espagne.
Dans 69 magasins.
 90 points.

3 étoiles
Prix: 
17,95 $

Pyrène, Cuvée Marine 2014

Nez bien aromatique de poivron vert.
C'est bien vif, très sec, et bien long.
Des saveurs très citronnées. 
Ravigotant et rafraichissant.
Un assemblage de colombard, de sauvignon blanc et de gros manseng. 
Producteur Lionel Osmin et cie qui dit «c'est désormais la bouteille la plus légère de sa catégorie.»
Igp Cotes-de-Gascogne.
Capsule à vis.
Alc. 11,5 %. Sucre 3,8 g/l.
En ligne et dans presque tous les magasins.
 87 points.
2 étoiles
Prix: 
13,70 $

La Commission Robillard recommande de mettre fin au monopole de la SAQ

Texte modifié le 29 août.  

La commission de la révision permanente des programmes du gouvernement du Québec, présidée par l'ancienne ministre libérale Lucienne Robillard, recommande de mettre fin au monopole de la SAQ sur les vins et les spiritueux (la SAQ n'a pas le monopole de la bière).

Le rapport Robillard sera déposé lundi et selon Radio-Canada «la commission Robillard ne proposera pas la disparition ou le démantèlement de la SAQ, mais plutôt de permettre au secteur privé de faire concurrence à la Société des Alcools du Québec.»

La SAQ rapporte un milliard de dollars par année au gouvernement. «Une augmentation des taxes perçues par Québec sur les vins et les spiritueux pourrait pallier le manque à gagner que la concurrence du secteur privé pourrait infliger à la SAQ», écrit Michel Pepin de Radio-Canada.

C'est ce qu'a fait l'Alberta qui en privatisant son monopole des alcools a conservé une taxe de 3,45 $ par bouteilles.

La SAQ écoule près de 250 millions de bouteilles par année. Il suffirait au gouvernement d'imposer une taxe de 4 dollars par bouteille pour amasser le même milliard.

Actuellement, la marge de la SAQ varie selon le type et le prix des produits. Elle est de 7 $ pour un vin payé 5 $ et vendu 16 $. Sa marge sur les vins est une des plus élevées au Canada, alors que celle sur les spiritueux est la plus basse.

Le journaliste Denis Lessard du journal La Presse nous révèle ce matin (29 août) que la SAQ est peu efficace.
«Les chiffres relevés par la commission Robillard sont embarrassants pour la société d'État. Comparés à celles d'autres organismes semblables, les frais administratifs de la SAQ sont beaucoup plus élevés. Ainsi, pour la période 2010-2014, la SAQ avale 21% de ses ventes nettes en frais d'administration, le niveau le plus élevé avec celui de Terre-Neuve. Pour 2014, la LCBO (Régie des alcools de l'Ontario) demandait 16% en frais d'administration; ils représentaient 10% en Colombie-Britannique et 8% dans plusieurs États américains.»

Un monopole n'est pas un système efficace dans le commerce de détail.

Dernière modification: 29 août, 9 h 18 pour ajouter la citation de La Presse.

Sujets connexes

SAQ anticonstitutionnelle?

La Société des alcools du Québec (SAQ) est-elle anticonstitutionnelle?

121. Tous articles du crû, de la provenance ou manufacture d’aucune des provinces seront, à dater de l’union, admis en franchise dans chacune des autres provinces.

121. All Articles of the Growth, Produce, or Manufacture of any one of the Provinces shall, from and after the Union, be admitted free into each of the other Provinces.

Cet article de la constitution canadienne est au coeur d'un procès qui s'est tenu cette semaine au Nouveau-Brunswick.

Gérard Comeau de Tracadie y est accusé en vertu d'une loi provinciale (134 NB, datant de 1928) d'avoir acheté de l'alcool illégalement au Québec. M. Comeau défendu par une équipe d'avocats canadiens soutient que la Constitution du pays lui permet d'acheter de l'alcool dans la province voisine et que les restrictions sur le commerce de l'alcool entre les provinces sont inconstitutionnelles.

La cause a été entendue pendant 4 jours devant le juge Ronald LeBlanc à Campbellton au Nouveau-Brunswick.

Appelé comme témoin de la Couronne, le premier vice-président d’Alcool NB, Richard Smith, a laissé entendre que l’abolition de l’article 134 pourrait mettre en péril le modèle d’entreprise de cette corporation ainsi que les  165 millions de dollars qu’elle verse annuellement à la province.

Les défenseurs de M. Comeau ont répondu qu'on ne pouvait ignorer la constitution du pays sous prétexte que cela permettrait de faire de l'argent.

De plus, l'avocat de la défense a souligné, données de Statistique Canada à l'appui, que les revenus dus à l'alcool au Manitoba avaient augmenté de 9 % deux ans après la levée des barrières dans cette province. Le Manitoba est la seule province qui a levé entièrement les barrières au commerce interprovincial du vin, de la bière et des spiritueux.

Un spécialiste de la constitution, Andrew Smith de l'Université de Liverpool, en Grande-Bretagne, est venu témoigner que les Pères de la Confédération voulaient que le commerce se fasse librement d'une province à l'autre. «Les Pères de la Confédération auraient dit que les barrières économiques interprovinciales vont totalement à l'encontre des raisons qui ont mené à la création de la Confédération canadienne», dit-il.

Puis, un dirigeant de la brasserie Moussehead a dit que chaque province appliquait des règles commerciales différentes et que chacune avantageait les brasseries locales au détriment du commerce libre. Il aurait même dit qu'au Québec il devait vendre sa bière à la SAQ et la lui racheter (twitter.com/bridgetyard), payant ainsi 8,56 $ sur chaque caisse; alors que les brasseurs du Québec n'ont pas eux à passer par la SAQ et vendent librement et directement aux détaillants.

Les avocats vont soumettre leurs plairoieries par écrit et on ne s'attend pas à un jugement avant le printemps.

La Fondation canadienne pour la Constitution apporte son soutien juridique à M. Comeau. Elle a d'ailleurs lancé une campagne de financement pour l'aider à assurer sa défense.

Quels que soient les résultats du procès, les avocats s'attendent à ce que cette cause se retrouve en Cour Suprême, comme le dit Pierre Foucher, professeur de droit constitutionnel à l'Université d'Ottawa. (Voir vidéo)

Quelques faits:
Au Nouveau-Brunswick, tout le commerce de l'alcool est géré par le gouvernement. La marge sur la bière est de 98 %.

Au Québec, le monopole SAQ a juridiction exclusive sur le vin et les spiritueux, mais pas sur la bière. La marge de la SAQ rapporte 1 milliard de dollars. La marge sur les spiritueux est la plus faible au Canada. Le commerce de la bière est privé et libre au Québec. Il y a concurrence sur la bière qui y est ainsi moins chère que dans les provinces voisines.

En Ontario, la société d'État LCBO a le monopole sur le vin et les spiritueux. Une compagnie privée y détient le monopole sur la bière.

En Alberta, le commerce de l'alcool est libéralisé.

Monile Salvalai 2013

Un ripasso bien riche aux arômes de fruits confits.
C'est très ample, chaleureux, dense et gourmand. Il y a là beaucoup de matière. De la mâche. Une sentation de plénitude en bouche.
Un bon ripasso qui a fait une deuxième fermentation avec du marc d'amarone. 
Région: Vénétie. Cépages rondinella et corvina. 
Sucre 8 g/l . Alc. 13,5 %.
Dans près de 100 magasins.
90 points.
Le prix de ce vin a été haussé de 0,50 $ le 20 août.
3 étoiles
Prix: 
21,90 $

Pesquié Quintessence blanc 2012

Nez très aromatique floral et muscaté. 
Parfumé et muscaté en bouche. Non acide, D'une certaine sucrosité. 
Un vin blanc original à servir à 12 degrés avec les mets asiatiques.
Cépages roussanne et clairette. Région: Ventoux.
Alc. 12,5 %. Sucre 1,8 g/l.
Dans 45 magasins.
88 points.
2.5 étoiles
Prix: 
27,25 $

Casanova di Neri, Brunello 2009

Rouge plutôt pâle, teinte orangée.
La bouche est belle, ample et serrée. Encore tannique. Une belle longue finale et un bel arrière-goût.
Un vin assez mature, mais qui pourrait faire encore 2 ou 3 années de cave.
Alc. 14 %. Sucre 2,4 g/l.
Dans plus de 50 magasins.
3.5 étoiles
Prix: 
56,00 $

Muros-Antigo, Alvarinho 2014

Alvarinho est le nom du cépage; très utilisé en vinho verde.
Celui-ci n'a pas de bulles. Il est très aromatique avec des notes de fleurs et de muscat. C'est gras, floral et muscaté en bouche avec une pointe de sucrosité. (le site de la SAQ ne donne pas le taux de sucre de ce vin!) La finale est ample, rappelle les ananas. Un vin bien gourmand.
Un vinho verde de très belle qualité.
Alc. 12,5 %. Sucre: n.d.
En ligne et dans plus de 70 magasins. 
90 points.
3 étoiles
Prix: 
21,00 $

Altano Rouge Douro 2013

Nez de petits fruits rouges.
De beaux tanins, du tonus
Une belle longue finale sur les petits fruits, la cerise.
Un vin juteux, d'un très bon rapport qualité-prix.
Cépages: touriga franca, tinta roriz et tinta barroca.
«Vinification en cuves d'acier inoxydable...ce qui donne un vin parfumé, plein et fruité, facile à boire.»
Alc. 13,5 %. Sucre: 2,8 g/l.
En ligne et dans plus de 150 magasins (produit courant).
Voir les commentaires d'autres millésimes du Altano et du Altano Reserva.

88 points.

2.5 étoiles
Prix: 
12,95 $

SAQ centre-ville ou banlieue: le cas de Rimouski

Un problème de marketing ou d'urbanisme? Ou tout simplement de société?
Les centres-ville se sont vidés... et maintenant, ils ressuscitent.
Un phénomène des années 2010!

Les magasins de la société des vins et des spiritueux (SAQ) ont quitté progressivement les centres-ville pour s'installer dans les «power-center», les centres commerciaux d'océan d'asphalte. C'est temporaire, une erreur, une décision bureaucratique, une bonne ou une mauvaise chose? C'est selon!

Nous avons connu la saga de Trois-Rivières; et maintenant, c'est Rimouski.

Les deux succursales de la SAQ du chef-lieu du Bas-Saint-Laurent avaientquitté le centre-ville pour s'établir: une en banlieue de l'autre côté du pont à Nazareth, et l'autre dans le parc industriel. Je me souviens encore de la Commission des liqueurs en plein centre-ville! Un comptoir, des grillages, des bouteilles cachées...

Mais voilà que la SAQ doit rénover sa succursale décentrée de Nazareth et s'installe temporairement au centre-ville. Oh! Des gens y trouvent du plaisir!

Il faut dire qu'elle s'est bien placée, devant Les Halles qui regroupent des commerces alimentaires de qualité (boulangerie, poissonnerie, chocolaterie, fromagerie...); et près des Jean-Coutu, Aubainerie, librairie, cafés et autres commerces de proximité.

J'ai fait trois séjours cet été à Rimouski et j'ai aimé cette nouvelle localisation.

Il semble que je n'ai pas été le seul! Une dame de Rimouski a décidé de lancer une pétition pour demander que la SAQ reste au centre-ville. Un centre-ville qui s'est embelli beaucoup. Après avoir connu les affres de la désertification vers le soi-disant «Carrefour» excentré, puis maintenant le parc industriel Léonidas, le centre-ville vit de nouveau. Bravo!

Qui décide de votre environnement? Les spéculateurs, les commerçants, les fonctionnaires, les bureaucrates, les promoteurs, les marketeurs, les constructeurs, les politiciens...? Un peu tout ce beau monde, et vous, les citoyens, consommateurs, contribuables, clients... peut-être?

Allez voir l'article du journal du coin L'Avantage «Une citoyenne demande un service permanent de la SAQ au centre-ville de Rimouski» ainsi que le propos et la pétition de Mme Annie Caouyette dans le site change.org.

En passant, bravo aux citoyens et édiles de Rimouski d'avoir su faire revivre Rimouski.

Notre ville ce n'est pas sa banlieue, c'est son centre-ville! (même si nous habitons en banlieue!)


L'image du centre-ville de Rimouski des années '60 provient des Archives nationales. L'image récente est tirée du site de la municipalité.

Offley LBV 2010

C'est du costaud!
Aromatique, fruité ample, avec des flaveurs d'amélanches. 
Très belle texture granuleuse. Du beau fruit. On ne perçoit pas l'alcool inhérent aux portos. Très jeune. Gras. 
Belle finale. 
65 % touriga franca, 15 % touriga nacional, 15 % tinta roriz, 5% sousão  
Alc. 20 %. Acidité  4,4 g/l (équivalence tartrique); pH: 3,52; sucre 102 g/l.  
 
Une fois la bouteille ouverte, la conserver au frais. Elle se conservera et s'améliorera même sur quelques semaines.
En ligne et dans 184 magasins dans la section des produits courants. 
90 points.
3 étoiles
Prix: 
19,95 $

Des rabais

Les dirigeants de la société des vins et spiritueux du Québec et certains producteurs ont haussé d'une main, jeudi dernier, les prix de certains de leurs vins. Pendant, ce temps, des producteurs offrent des rabais temporaires sur 64 de leurs vins.

Les rabais sont de 1 à 2,75 $ et sont valides jusqu'au dimanche 30 août.

Si vous voulez profiter de ces rabais, voici quelques suggestions :

  Rabais Prix temporaire
Vila Regia (Port) 1 9,55
Monasterio de las Vinas Crianza (Esp) 1 11,30
Torres Vina Sol (Esp) 1,30 11,35
Vento di mare (It) 1,50 11,45
Bonpas Gd Réserve des Chalières (Rh) 1 11,95
Borsao Rosé (Esp) 1 11,95
Carrelot des Amants rouge (Fr) 1,25 11,95
Pasqua Primitivo (it) 2 12,95
Louis Eschenauer Sauvignon (Bor) 1,55 14,40
Prince Philippe Bourgogne Alligoté 2 14,75
Le Petit Grand (Bor) 1,50 15,20
Raymond Field Blend  (Cal) 2 17,35
Ch Lamartine, C. Particulière (Cahors) 2 22,65
Il Bruciato (It) 2,75 23,25

Château de la Maltroy Chassagne-Montrachet 2009

Un vin très aromatique avec des arômes de caramel et de miel.
Les mêmes saveurs reviennent en bouche avec en plus des notes de sucre d'orge et un beurré très évident. C'est gras, gros, intense, opulent et la finale est bien beurrée.

Le site saq.com indique le millésime 2009, toutefois, c'est bien le 2011 qui est sur les rayons.
90 points.

3 étoiles
Prix: 
59,75 $

Saint-Francis Chardonnay, Sonoma 2012

Blanc doré, moyennement aromatique, miel.
Miel et fruits tropicaux en bouche. Un chardonnay bien glycériné.
Longue finale chaleureuse sur le beurre frais.
Bouchon de plastique.
Alc. 14,2 %. Sucre 4,4 g/l.
En ligne et dans plus de 60 magasins.

2 étoiles
Prix: 
19,85 $

Jurançon sec Cauhaupé Chant des Vignes 2013

Très beau vin blanc original qui nous sort des sentiers du chardonnay et du sauvignon.
C'est du gros manseng et du camaralet.
C'est frais, assez vif, floral, aromatique, sec, succulent, d'un certain gras.
Il donne même l'impression d'avoir un certain moelleux.
Tendre et légèrement tendu.
Bouchon de plastique.
Sucre 3,5 g/l. Alc. 14 %. 
Dans plus de 60 magasins.
92 points.
3.5 étoiles
Prix: 
17,70 $

Monasterio de las Viñas, Crianza 2008

Un beau vin espagnol aromatique sur des notes de petits fruits et de fleur. C'est profond et invitant. L'attaque est souple, puis les tanins prennent bien leur place. La texture prend forme et devient alors plus ferme. Belle finale légèrement vanillée.
De la belle qualité pour le prix : 12 $.
Alc. 13 %. Sucre 2.5 g/l.
Six mois en barrique de chêne américain. Grenache, tempranillo, cariñena et cabernet sauvignon.
Ce vin fait partie des produits les plus vendus (en valeur) à la SAQ (7,5 millions $). C'est le seul de la liste qui est transigé en euros. Il s'en est vendu 603 227 bouteilles l'an dernier.
En ligne et dans presque toutes les succursales dans la section des produits courants.
90 points.

A été haussé de 0,30 $ cette semaine.

3 étoiles
Prix: 
12,30 $ à la SAQ | Rabais de 1 $ à 11,30 $ jusqu'au 30 août.

Monasterio de las Viñas, Reserva Cariñena 2006

Nez de crème et de cèdre, fruité ample.
On dirait sentir le tanin.
Belle bouche juteuse, tanins ronds. Belle texture assez ample et élégante.
Longue finale sur le fruit à noyau et le cèdre.
Un vin qui a du tonus.
Grenache, tempranillo et Cariñena, un an en barrique de chêne américain.
Le site de la SAQ dit «à boire ou à garder 16 ans suivant le millésime.»
Alc. 13 %. Sucre 2,4 g/l.
En ligne et dans presque tous les magasins dans la section des produits courants.
89 points.

2.5 étoiles
Prix: 
15,90 $

Monasterio de las Viñas, Gran Reserva Cariñena 2005

Arômes de petits fruits et de vanille sur une bouche chaleureuse.
C'est à la fois ferme et élégant.
Plus léger que ces deux jeunes frères le Reserva et le Crianza.
24 en fûts de chêne américain. Conservé 5 ans avant la mise en marché.
Grenache, tempranillo, cariñena et cabernet sauvignon.
Il a perdu de son fruité, mais pas encore gagné de flaveurs de vin mature.
Alc. 13 %. Sucre 2,3 g/l.
L'utilisation du boisé de cette maison est bien dosée et sans exagération.
En ligne et dans presque tous les magasins dans la section des produits courants.
88 points.

2.5 étoiles
Prix: 
20,10 $

Domaine au Moines Ajou-Villages 2011

Finesse et élégance dans ce beau cabernet franc de la Loire. 
Facile et agréable à boire.
Cabernet franc à 70 % et cabernet sauvignon.
Dans 28 magasins.
3 étoiles
Prix: 
25,40 $

Septima Malbec 2014

Nez crémeux.
Belle bouche ample, fruitée, boisée et bien vanillée.
Tanins légers. Assez gras. Long (cèdre) et chaleureux.
Sucre 2,6 g/l.
En ligne et dans plus de 160 magasins (courant).

85 points.

1.5 étoiles
Prix: 
13,95 $

Château Cantenac Saint Émilion 2010

Une belle bouche tannique et ferme sur un fruité ample et riche avec une pointe d'oxydation.
De la belle matière.
Très longue finale savoureuse. Du sérieux.
Merlot 75 % et cabernets
Alc. 14 %. Sucre 2,9 g/l.
En ligne et dans plus de 60 magasins.
90 points.
3 étoiles
Prix: 
35,00 $

Tocado 2014

Le vin de la semaine !

Un rapport qualité prix difficile à battre.
Un bon vin à moins de 10 $! Bravo!
Il ne reste plus que 28 vins en bas de 10 $ à la SAQ.
Nez de petits fruits. Un vin plutôt léger au fruité fin sur des tanins délicats.
Finale assez longue avec une petite note de feuille séchée.
C'est simple, bien fait, bon et agréable à boire.
C'est fou ce que les Espagnols peuvent faire de bons vins lorsqu'ils ne forcent pas trop sur le bois!
Grenache 85 %, cabernet sauvignon 10 % et tempranillo 5 %.
De la bodegas Borsao. Région de Campo di Borja.
Capsule à vis.
Alc. 13,5 %. Sucre 3,1 g/l.
En ligne et dans presque tous les magasins dans la section des produits courants.
87 points.

2 étoiles
Prix: 
9,95 $

Loire et Espagne croissance - Australie et Bourgogne décroissance

Pendant que les ventes de vins de Loire et d'Espagne augmentent, les vins d'Australie et de Bourgogne deviennent moins populaires au Québec, du moins dans la section des vins de spécialité de la SAQ.

Les ventes de vin d'Espagne ont connu une croissance de 10 % au cours de la dernière année dans la section des vins de spécialité des magasins de la SAQ.

Pendant ce temps, les vins d'Australie prenaient le chemin inverse pour une décroissance des ventes de 13 %.

Les vins de Loire ont connu du succès avec une hausse des ventes en valeur de 10 %, pendant que les vins rouges de Bourgogne subissaient une perte de 9 %.

Les ventes de vin chilien et argentin ont augmenté de 2 %; celles de Nouvelle-Zélande ont baissé de 5 %. Pour l'Alsace c'est une baisse de 2 %.

Pour sa sélection de nouveaux produits à ajouter à sa section des vins de spécialité, la SAQ informe les agents et producteurs qu'elle se concentrera sur les Sancerre, Pouilly-fumé et Menetou sous 25$ (blancs seulement); pour l'Espagne, elle recherchera des vins rouges et blancs d'Epagne sous 25$; et pour la Bougogne qu'elle concentrera ses recherches sur les vins régionaux et communaux.

La SAQ indique que les sections suivantes seront contingentées: Alsace, Argentine, Australie; Chili, Italie(autres régions), Languedoc-Roussillon et Nouvelles-Zélande. «Seules certaines offres d'exceptions pourraient être retenues» pour ces régions.

Les ventes (section spécialité seulement) de vin d'Espagne ont atteint 51 millions de dollars dans l'année courante ; ceux du Languedoc 20,9 millions $; Argentine 15 millions et Chili 13,8 millions $. Pour la Bourgogne en rouge ce fut presque 15 millions de dollars.

Dourum 2013

Rouge foncé opaque. Très aromatique sur les fruits noirs.
Un vin ample qui a beaucoup de fruits et beaucoup de tanins. Riche, d'une belle amplitude.
Longue finale très fruitée savoureuse qui rappelle les framboises très mûres.
Duorum, deux en latin pour l'alliance de deux oenologues, dont un a été 27 ans à Barca Velha.
Touriga nacional 40 %, touriga franca 40 % et tinta roriz 20 %.
Vendanges manuelles.
Sucre 3,3 g/l. Alc. 13,5 5.
En ligne et dans près de 150 magasins.
90 points.

3 étoiles
Prix: 
19,95 $

Borsao Crianza Seleccion Rouge 2012

Beau nez de fruits chauds. Bouche agréable, épicée, tanins fins. Très bien fait.
Une finale fruitée cerise et prune.
Un bel assemblage de garnacha (60 %), de tempranillo (20 %) et de cabernet sauvignon (20 %).
Servir frais à 14 degrés.
Sucre 3,1 g/l. Alc. 14,5 %.
«Fermentation séparée des trois cépages en cuves inox pendant 21 jours entre 25 à 30º C. Élevage en fût de chêne français 55% et américain 45% de 10 mois minimum, suivi d'un élevage en bouteilles de 14 mois.»
En ligne et dans 262 magasins.
88 points.
2.5 étoiles
Prix: 
15,75 $

Basa 2014

Un vin blanc fait principalement de verdejo, accompagné de viura (macabeo) et d'un peu sauvignon blanc.
On perçoit bien le sauvignon blanc par sa vivacité et ses flaveurs.
C'est net, frais, bien sec, pimpant et vif.
Un vin bien rafraichissant.
Capsule à vis.
Un vin de Telmo Rodriguez.
Dans plus de 80 magasins.
88 points.
2.5 étoiles
Prix: 
16,45 $

La Chablisienne Château Grenouilles Chablis Grand Cru 2010

Chablis, des bourgognes de qualité. Il y a plus de 100 chablis à la SAQ. Nous avons là un bon choix.
La Chablisienne, une coopérative qui produit de très beaux vins. La maison a 8 vins à la SAQ.

Ce Château Grenouille est un chablis d'une grande finesse qui a tout de même un certain mordant.
Doté d'une belle acidité et de saveurs rappelant le caramel fin.
C'est très agréable à boire.
Alc. 13 %. Sucre 1,9 g/l.
En ligne et dans plus de 50 magasins.
94 points.

4 étoiles
Prix: 
98,75 $
Syndiquer le contenu