Bio

Quelques belles découvertes au salon Millésime Bio 2011

Plus de 500 vignerons ont présenté leurs vins au salon Millésime Bio de Montpelier (France) en janvier. Ce salon qui en est à sa 18e édition prend de plus en plus d'ampleur. Il n'est pas ouvert au public, mais seulement aux acheteurs de par le monde qui viennent y faire des découvertes. Les journalistes aussi y sont admis.

La plupart des producteurs présents cette année sont de France, du Languedoc surtout; plus quelques italiens, espagnols, mais peu.

Une surprise, un producteur égyptien : Egybev

Une petite table, trois bouteilles, un rouge de deux millésimes et un blanc. Le premier rouge est bien rustique, le deuxième mieux, par contre le blanc est très agréable! Son nom : Jardin du Nil blanc 2010, dans une bouteille en forme de quille. Les cépages cultivés en blancs sont le vermentino, le chardonnay et le bannati; en rouge, cabernet sauvignon, syrah, merlot et petit-verdot.

Il y a trois producteurs de vins en Égypte me dit André Hadji-Thomas, d'origine libanaise et directeur général d'Egybev. C'est le seul producteur bio. Pourtant, ajoute-t-il, il est facile de faire bio dans ce pays très chaud et très sec. (Kouroum)

Domaine du Closel

Puis quelques tables plus loin, une productrice de Savennières. Son vin était connu au Québec. Le Domaine du Closel. Des savennières d'une grande richesse, moins sévères que plusieurs autres vins de l'appellation.  Évelyne de Pontbriand me dit Évelyne de Pontbriandqu'elle élève ses vins comme elle a élevé ses quatre enfants, soit le plus sainement et le plus naturellement possible. Bio bien sûr!

C'est dommage que ces vins ne sont plus au Québec, Clos du Papillon et Les caillardières. La vigneronne de caractère a eu un imbroglio avec la SAQ. Lire à ce sujet le texte Une productrice en colère contre la SAQ, septembre 2008. Je lui demande si elle est toujours en colère :«Oui, je suis toujours en colère.» Mais elle me dit cela avec un grand sourire. Elle est bien polie Mme de Pontbriand. (Closel)

Brocard à Chablis

Des chablis de belle qualité produits par la maison Jean-Marc Brocard qui utilise la capsule à vis sur une partie des bouteilles exportées. «Pas pour le marché français», nous dit-on. Le Français n'est pas prêt pour la capsule. Les avantages de la capsule à vis «La capsule à vis garantit le respect des arômes et la régularité de qualité. La capsule à vis évite les vieillissements prématurés; la dégradation du fruit des vins rouges; les défauts de pureté, d’amaigrissement et bien sûr l’apparition du fameux "goût de bouchon" » (Brocard)

Il n'y a pas que la capsule à vis, le bouchon de verre est aussi utilisé par certains producteurs bio, comme la maison Loacker qui fait des vins dans le Sud-Tyrol et en Toscane. Des vins amples et bien costauds. (Loacker)

Alsace bio

Il y avait 24 producteurs alsaciens à ce salon de vin bio. Un au hasard, André Stentz, en culture bio depuis 1984. On lit sur son site internet que «le sol n'est pas ce support inerte qu'il faut remplir d'engrais. Les sols sont des milieux complexes et vivants qu'il faut comprendre et stimuler.» (Stentz)

Ses vins sont savoureux et éclatants. Son pinot noir bien agréable. C'est rare qu'on a l'occasion de goûter un bon pinot noir d'Alsace. André Stentz nous dit que «depuis quelques années, on a appris à mieux travailler nos rouges. Le plus important en rouge, c'est la macération.» Est-ce que la Bourgogne aura un concurrent?

En parlant de Bourgogne, mentionnons les beaux chardonnays du Domaine Dominique Cornin. (Cornin)

Des médaillés

En marge du salon s'est tenu un concours du vin bio. Parmi les gagnants notons : Champagne André et Jacques Beaufort, Pierre Frick, Pech-Latt, Loacker, Château Couronneau, Albert i Noya, La Nerthe, Gérard Bertrand, Clot de l'Oum, Egybev, Château Romanin, Château de Caraguilhes et le Domaine du Closel.

Vous trouverez la liste des médaillés à cette adresse challenge-millesime-bio.com.

La viticulture bio progresse

La viticulture bio est en nette progression en France. En 1998, il y avait 498 exploitations déclarées bio, 20 ans plus tard en 2008 c'est 2301 exploitations qui se disent bio. Le boom s'est fait en 2007, 2008 et 2009 avec des hausses annuelles de surfaces bio de 20 et 25 %. Pour 2009, la conversion bio est en hausse de plus de 50 % en Midi-Pyrénées, en Languedoc-Roussillon et dans le Rhônes-Alpes. (1)

«Le marché mondial du bio est passé de 15 milliards de USD de chiffre d’affaires en 1999 à 50,9 milliards de USD en 2008» «L’Allemagne est le débouché historique des vins IAB français et européens (36% de l’export sur l’ensemble des exposants à Millésime Bio 2010)» (2)

Tout savoir sur le vin bio

Si vous vous demandez qu'est-ce que le vin bio? Lisez les informations sur ce site www.millesime-bio.com Qu'est-ce qu'un vin bio? La réglementation; La charte de vinification; Les règles de vinification en France et à l'étranger, etc.

Les champagnes André et Jacques Beaufort

Une très belle découverte au salon Millésimes bio, les champagnes du domaine André et Jacques Beaufort.

Je ne suis pas un inconditionnel des pétillants. Plusieurs me semblent d'ailleurs trop pétillants. Leurs bulles sont souvent très agressives, l'acidité exacerbée et de trop nombreux champagnes goûtent la même chose, soit la pâtisserie, la brioche. Cette saveur serait due à une levure largement utilisée dans la région. Plusieurs aussi semblent goûter la liqueur d'expédition.

C'est avec ces appréhensions que j'ai abordé Jacques Beaufort au salon Millésime Bio fin janvier à Montpellier.

Il était derrière une petite table avec deux cuves de glace remplie de bouteilles. Le premier verre qu'il nous présente contient bien peu de bulles. C'est tout en finesse, élégant et léger. Bon, voilà nous avons goûté. Merci beaucoup. «Non, ce n'est pas tout, Je fais deux champagnes: le Polisy et l'Ambonnay.» Bon, goûtons l'autre. Encore meilleur, plus de bulles, mais toujours discrettes. Elles soutiennent le fruit au lieu de l'écraser. Puis a suivi un grand nombre d'autres bouteilles de champagne brut des deux domaines Polisy et du grand cru Ambonnay. Je lui dis merci et lui tends la main pour lui dire bonjour. Il me dit «vous ne voulez pas en goûter d'autres!?» Il y en a d'autres! Généreux, il nous fait alors goûter plusieurs millésimes de ses demi-secs des deux vignobles. Plus riches et plus costaud à cause du sucre. Tous très bons, je suis ébloui.

Du champagne bio, ce n'est pas très courant dans cette région bien chimique. Il n'y a pas si longtemps, on y étendait les déchets de Paris en guise d'engrais jusqu'à ce qu'on se rende compte que c'était toxique!

Jacques Beaufort est bio par nécessité. «À la suite d'allergies, en 1969, causées par l'emploi de produits chimiques de synthèse, nous avons dû rechercher d'autres traitements pour nos vignes en préservant notre santé. C'est pourquoi, depuis 1971, nous cultivons nos vignes en protégeant l'environnement dont nous faisons partie.»

«C'est pourquoi, depuis 1974, nous expérimentons les huiles essentielles qui limitent l'évolution des champignons parasites, et depuis 1980, nous explorons le domaine de l'homéopathie. Mais il faut bien avouer que dans certaines années difficiles au plan climatique, la nature se montre maître chez elle.»

M. Beaufort suggère de ne pas boire ses champagnes froids, «ne les frappez pas, "cela casse" la mousse et cache les bons bouquets de nos vins.» Il recommande plutôt de les servir comme les grands vins blancs à 10-12 degrés.

Les champagnes Ambonnay et Polisy du Domaine A&J Beaufort sont distribués en importation privée au Québec par l'agence Raisonnance.

Site du domaine champagnebeaufort.com

Est-ce que le vin bio est meilleur?

Lab Natoli et CoeC'est une question qui m'est souvent posée lorsqu'on parle de vin bio.

Un vin bio est un vin qui est fait avec des raisins qui n'ont pas été contaminés par des produits chimiques. Des raisins qui proviennent de sols sains dont la faune microscopique n'a pas été détruite par de puissants pesticides, insecticides et autres phytosanitaires.

Est-ce que cela se reflète au niveau du goût?
Une chose est certaine, il y a des goûts, des saveurs, des arômes, des textures qu'on retrouve dans le vin bio et qui ne sont pas dans les vins issus de la viticulture chimique.

Comment expliquer cette différence?
Jean-Paul Mas, des Domaines Paul Mas, nous dit que «le vin bio n'est jamais semblable au vin conventionnel. Je ne sais pas trop pourquoi. Je suppose que c'est dû à la présence de minéraux que la vigne va chercher dans le sol non contaminé. Ces minéraux combinés à des enzymes qui s'y accrochent, s'y développent et donneraient des vins si différents.»

Toutefois, il ajoute que cela ne se fait pas en un jour. «Après des dizaines d'années de destruction par des produits chimiques qui tuent la vie sur et dans le sol, ça prend une bonne dizaine d'années de culture bio avant que le sol ne retrouve son état normal, sain et original.»

Alors, quoi de mieux pour vérifier si le vin bio est meilleur que d'aller en déguster.

Un dimanche, le 23 janvier, je me pointe en compagnie d'un groupe de collègues de Scandinavie et du Québec au laboratoire oenologique Natoli & Coe près de Montpellier (France). Il est formé d'une équipe d'oenologues qui conseillent les viticulteurs de la région et d'un peu plus loin. Ils ne conseillent pas que les vignerons bio. Ils nous ont préparé une dégustation de 40 vins bio du Languedoc et du Roussillon. Des vins qui sont exportés en Norvège, en Suède, en Finlande et au Québec, puisque nous étions un groupe de journalistes provenant de ces pays où la vente du vin est réservée à un monopole.

Le premier vin dégusté en ce dimanche matin me laisse une très belle impression. Il se nomme Pinot Noir Pur 2009 du Château de Brau, exportation privée au Québec, 22 $ (Syl-Vins), en Ontario et en Alberta. C'est jeune, bien fruité sur une note d'humus. C'est frais et original, je lui donne trois étoiles (très bien) ***.

Un autre vin de la même maison, le Fer Servadou 2009 21 $ (Québec IP Syl-Vins, Alberta) a un beau fruité que je qualifie d'original, riche, de texture lisse, il laisse une belle bouche fraiche. Très bien aussi ***.

L'an dernier, un vin de cette maison, le Cabernet Franc 2006 m'avait beaucoup impressionné.

Je continue avec le Saint Bart Vieilles vignes du Clot de l'Oum, Roussillon 2008, très foncé, rond, expressif, d'une belle bouche jeune, ample et assez élégante. (vini-vins) ***

Puis deux vins que je trouve insatisfaisants, le Canon du maréchal 2010 de Cazes, peut-être pas encore fait ainsi que le Pinot noir 2009 Les Chemins de Bassac. Par contre La Cuvée Marie Gabrielle Roussillon 2009 de Cazes (SAQ) est bien meilleure avec son fruité raffiné et sa structure assez fine **1/2; ainsi que l'élégante Cuvée Isa 2007 (17 $ Qc Ip Raisonnance) de Bassac ***.

Ensuite, une remontée en flèche avec Les Fontanilles, Corbières 2008 du Domaine des 2 Ânes, ample, riche, du corps, plus de tout, très long. Très bien (IP Planvin 20 $) ***1/2 (Norvège, Suède et Québec). L'Enclos 2008 de la même maison, d'un bel équilibre, séveux et plein ***1/2. Puis le Classique, Corbières 2009 du Château des Caraguilhes, disponible en Colombie-Britannique ***.

On redescant avec Le Roc des Mates, Pic Saint-Loup 2007 du Château Caseneuve, correct *. Par contre Les Calcaires 2008, de la même appellation et de la même maison nous séduit par sa belle longueur gustative. Il faut toutefois l'aérer longuement, il dégage au début des arômes un peu étranges. (Québec et Suède) **1/2

Les Garrigues 2008 du Domaine Clavel (Norvège, Suède et SAQ) est très bien, du fruit, du corps, une jolie finale **1/2. De la même maison, le Bonne Pioche 2009 (Québec, Suède, Norvège) AOC Pic-Saint-Loup est moins tannique, plus souple, d'un fruité bien agréable. **1/2

Dans un registre bien différant la Cuvée Laudun par Philippe Faure-Brac, Dom. Duseigneur Rhône 2007 (Québec Réserve et Sélection), souple et élégante ***.

Mentionnons aussi la Cuvée Plaisir 2009 du Domaine Monplesy (Québec, Suède) d'un riche fruité avec une sensation pétillante en bouche **1/2. Son rosé Plaisirs interdits 2010 est un beau vin de party **.

Parmi les 12 blancs, nous trouvons moins d'éclats, sauf pour le Cine Panetonne 2009 du Clot de l'Oum (Qc, On et CB), costaud, gouteux, cire, pêche, d'une belle personnalité *** et les mousseux du Domaine Delmas disponibles en Scandinavie. Son crémant de Limoux et surtout sa Blanquette ancestrale sont particulièrement bien réussis.

Le bio est-il meilleur?

Après la dégustation de 40 vins, peut-on finalement répondre à la question?
Oui, il y a de très bons vins bio. Il y en a aussi de moins bons. La proportion de bons vins et surtout de très bons vins l'emporte dans cet échantillonnage. Ce sont des vins encore jeunes, plaisants à boire, d'un fruité agréable. Il y a eu quelques mauvaises odeurs, mais pas trop, moins que dans les vins chimiques.

Donc, si les prix sont raisonnables, ces vins seront bien attirants, surtout qu'on aura encore plus l'impression de boire un produit sain, un breuvage santé.

Où trouver ces vins?
Ils sont ou seront disponibles au Québec, si indiqué, mais pas nécessairement à la SAQ, certains sont en importation privée, ce qui ne facilite pas la recherche. J'ai indiqué lorsque connus les liens vers la maison d'importation, sinon il faut aller voir sur les sites saq.com ou raspipav.com.

__
Cette visite au Laboratoire oenologique Natoli & Coe et la tournée de presse a été faite à l'invitation de l'AIVB-LR dans le cadre du salon Millésime Bio 2011.

Les Garrigues 2008, Domaine Clavel

Coteaux du Languedoc
Un vin de Soleil!
Un vin du Languedoc à la texture riche, au corps assez dense, au fruité savoureux.
La finale est bien longue.
À servir avec un plat costaud.

Un assemblage de syrah (52 %), mourvèdre (26 %) et grenache (22 %).
En conversion bio depuis 2007 (Ecocert).
Un rendement de 33 hl à l'hectare. Récole 50 % manuelle. Égrappage total, élevage 18 mois en cuves de béton.
So2 libre 20 mg/l. Alc. 14,5 %. Sucre 2,5 g/l; acidité 3,6 g/l; pH 3,6.
Une production de 70 000 bouteilles.

Le sympathique producteur Pierre Clavel suggère de le servir en 15 et 17 °C

Disponible en ligne et dans 103 succursales.

M. Clavel produit aussi un très bon vin sur l'appellation Pic-Saint-Loup, la Bonne Pioche.
 

2.5 étoiles
Prix: 
18,25 $

Forte hausse des ventes de vin bio au Québec

Même s'il n'est pas toujours facile de trouver du vin bio sur les tablettes de la SAQ, on doit constater qu'il y a tout de même hausse de la demande et de l'offre.

Les ventes de vins bio se sont accrues de 23 % au Québec au cours de la dernière année. Ce n'est pas rien. C'est 1,1 million de bouteilles vendues.

La porte-parole de la SAQ, Linda Bouchard, nous dit «qu'on sent l'intérêt du consommateur. Car 23 %, c'est 4 fois plus que la croissance générale des ventes de la SAQ. D'ailleurs, 2 nouveaux produits seront ajoutés aux 14 de la section régulière en février.»

Il y a 174 produits bio actifs enregistrés, la plupart en roulement dans la section des spécialités.
C'est toutefois relativement peu comparé à l'ensemble de l'offre vin qui totalise plus de 7000 produits.

De plus, Mme Bouchard nous signale qu'il s'agit ici de vins bio déclarés. «De nombreux producteurs n'indiquent pas que leurs produits sont bio.» Combien? «On ne le sait pas, on ne peut pas l'évaluer.»

Il faut relativiser ici: une hausse de 23 % ça semble beaucoup, mais c'est une forte hausse sur une petite quantité. L'offre de vin bio reste quand même bien marginale.

Les vins déclarés bio sont indiqués par ce logo sur le site internet de la SAQ. Dans les succursales, ils doivent être signalés par une affichette. Par contre, dans la section des spécialités, il n'y a pas de signalisation particulière,  on doit plutôt chercher une indication sur l'étiquette ou sur la contre-étiquette.

Pour avoir la liste des vins bio actuellement disponibles, consultez le site de la SAQ à cette adresse : saq.com.
Pour voir les vins bio commentés sur vinquebec.com: vinquebec.com/bio

Pas facile de trouver du vin bio

Il n'est pas très facile de trouver des vins bio dans les magasins de la Société des Alcools du Québec.

Pourtant, lorsque l'on cherche des légumes et des fruits bio au supermarché, c'est souvent bien indiqué.

Mais lorsqu'on cherche un vin qui ne contiendrait pas de traces de pesticides c'est beaucoup plus difficile.

Ces bouteilles sont discrètes. Quelques-unes ont un petit logo AB imprimé sur l'étiquette.

Demande de l'aide

Il faut souvent demander l'aide d'un conseiller de la SAQ pour dénicher ces rares flacons issus de l'Agriculture biologique.

Aujourd'hui, j'en ai cherché dans une succursale près de chez moi et j'en ai trouvé très peu, moins de 10 sur plusieurs centaines de vins; et il m'a fallu l'aide un employé de la SAQ.

Ces produits ne seraient pas très populaires, me dit-on! Pourquoi?
Pourquoi recherche-t-on des légumes bio, des pâtes bio, de l'ail bio, mais pas des vins bio?

Vin et santé

Un de mes amis à qui j'ai fait part de mes interrogations à ce sujet me donne deux explications:
Primo, plusieurs consommateurs croient que le vin est santé par nature, donc on le suppose absolument sain et on ne cherche pas plus loin.
Secondo, d'autres craignent de devoir payer plus cher pour un vin bio, de payer une surprime comme c'est souvent le cas pour les produits maraichers, et évitent ainsi les vins étiquetés bio.

Vin et pesticides

Pourtant, on sait bien que la viticulture est grande utilisatrice de pesticides. Oui, par contre, on se fait répondre qu'il n'en reste que des traces dans la bouteille. Mais si on ne veut pas ingurgiter ces traces de pesticides, si on veut boire et manger sain, que faire?

Nous n'avons plus le droit de mettre de produits toxiques sur nos pelouses, pourtant, on ne mange pas la pelouse. On ne met plus de ces produits dans nos jardins, alors quoi? Pourquoi être si peu exigeant pour le vin? On le paie déjà assez cher ici au Québec, alors est-ce trop de demander qu'il y en ait un peu plus qui soit bio?

En France, une pétition adressée à la ministre de la Santé dit que «dans le vin on trouve 5000 fois plus de pesticides que dans l'eau du robinet. Si le vin était contrôlé comme l'est l'eau du robinet, il serait interdit à la vente». (www.mesopinions.com)

Tendance bio

Il est possible que la tendance bio atteigne le Québec, comme elle le fait en France. Évelyne Malnic souligne dans son tout récent site que «la bio attitude a conquis le monde du vin et le vin bio s’affirme comme une tendance de fond de la consommation de vins en France. L’avenir même de la viticulture française.» (www.plusbellelavignebio.com)

Produire bio, ce n'est pas toujours facile. Ceux qui ont un jardin et qui essaient de faire pousser des tomates, des haricots bio et d'empêcher les bibittes de les manger savent de quoi je parle. Alors, je lève mon verre aux producteurs bio et je leur dis bravo!

Château Puy-Landry, Côtes de Castillon 2009

Même Bordeaux se met au bio!
Ce vin de Bordeaux est très ouvert avec ses arômes de fruits noirs et de crème.
Il a une belle texture crémeuse, des tanins assez fermes, mais non rugueux.
Une finale assez longue sur le fruit, doublé d'une belle amertume et d'une note végétale.
Très gouteux, pas gros, mais assez complexe.
Digeste.
En agriculture biologique depuis 2005. Alc. 13 %

Un des 13 premiers bordeaux du fameux millésime 2009 à arriver au Québec.
Disponible en ligne et dans 187 succursales.

3 étoiles
Prix: 
14,75 $

Les vins bio, de plus en plus populaires au Québec (?)

C'est en fait plus une question qu'une affirmation.
En effet, on peut se demander si les vins bio sont plus populaires maintenant ici?
Est-ce que l'engouement pour ces vins atteint aussi le Québec comme ça semble être le cas en France?

Dans ce dernier pays, la vente de vin bio a progressé de 65 % en 2009.
Le vignoble bio s'est étendu de 39 % de 2008 à 2009 en France. La croissance est aussi très forte en Italie et en Espagne, selon les chiffres de l'Agence bio repris par les organisateurs du Salon Millésime Bio de Montpelier.

Un vin bio, c'est un vin produit avec des raisins qui ne sont pas traités aux produits chimiques tels les insecticides, pesticides et fongicides.

Au Québec, il y avait 67 vins bio répertoriés à la section Vins issus de l'agriculture biologique sur le site de la Société des Alcools du Québec (SAQ) en février 2007. Ce nombre est en croissance constante depuis ce temps:

  • 73 en avril 2008;
  • 87 en février 2009;
  • 117 en novembre 2009;
  • 129 en mars 2010;
  • 142 en janvier 2011.    (Source: Répertoire SAQ)

Donc l'offre a plus que doublé. Toutefois, mentionnons ici encore que plusieurs producteurs de vins bio n'indiquent pas qu'ils sont bio, donc leurs vins ne font pas partie de ces statistiques.

Ce chiffre de 142 représente malgré tout une infime proportion de l'offre totale de vin au Québec. Il y a en effet 7416 vins listés sur le site de la SAQ.

En mars dernier, la SAQ a fermé sa section des vins bio. L'expérience du regroupement a été jugée non concluante. On a préféré remettre ces bouteilles dans leurs sections régionales respectives. (article 6740)

Puis, en juin, la société d'État a publié les résultats d'un sondage sur l'opinion des consommateurs du Québec face aux vins bio. À la question «Vous arrive-t-il d'acheter des vins agrobiologiques?»  les réponses ont été:

  • À l'occasion 42 %
  • Souvent 9 %
  • Rarement 34 %
  • Jamais 15 %

On a demandé aux Québécois s'ils étaient prêts à payer plus cher pour un vin bio: 26 % ont dit oui. Ils accepteraient même une hausse de 2 $ sur un vin de 15 $ pour obtenir un vin bio. (article 7110)

Sur les 142 vins bio actuellement disponibles à la SAQ, il y a 94 rouges et 46 blancs; 84 sont de France, 17 d'Italie et 13 d'Espagne.

Les prix vont de 12,60 $ à 261 $, la plupart sont sous les 25 $.

Finalement, est-ce que le vin bio est plus populaire au Québec? C'est à voir. J'attends des chiffres de la SAQ. En tout cas, je peux au moins dire que sur Vin Québec, la section bio est une des plus populaires.

Je me pose aussi une autre question: pourquoi a-t-on si peu de vins bio au Québec? Ou encore: pourquoi le cache-t-on?

Dans quelques jours il y a le Salon Millésime bio à Montpellier (France), j'y serai et j'essayerai de comprendre un peu plus ce monde bio.

Donc, vins bio, un dossier à suivre.

Chenin blanc, Pithon-Paillé, Anjou 2008

Il ressemble beaucoup à son grand-frère «La Fresnaye», mais en plus discret.
Il est d'une couleur dorée brillante. Il a des saveurs de fruits jaunes, d'amandes, de pommes bien mûres, de cire sur une note de miel. C'est bien long et d'une belle présence en bouche.
À servir pas trop froid avec entre autres des poissons ou du poulet grillé.
Cépage chenin. Élevé en barrique de chêne de 2 à 5 ans. 15 000 bouteilles. Alc. 13 %.

Disponible dans 24 succursales.

3 étoiles
Prix: 
23,85 $

Chenin blanc «La Fresnaye», Pithon-Paillé, Anjou 2008

Pithon-Paillé a été créé en 2008 par Isabelle et Jo Pithon avec Wendy et Joseph Paillé. Ils ont 7 ha de vignes, de plus ils achètent des raisins.

Le vin a des arômes et des saveurs de cire et de miel bien typiques du chenin. Des notes oxydatives aussi.  C'est assez gras et bien persistant sur une finale de fruits confits.
Servez-le frais, puis laissez-le se réchauffer dans le verre, vous constaterez une variation progressive de ses saveurs.
Pour servir avec les plats assez costauds, épicés même.

Seulement 4200 bouteilles produites. Disponible dans 33 succursales.
Alc. 13 %. Sucre : 3 g. Acide: 5,2 g.

3 étoiles
Prix: 
27,65 $

Mâcon Cruzille 2008, Aragonite, Domaine des Vignes du Maynes

La SAQ a ordonné ces derniers jours le retrait de ce vin des tablettes.
«Il y a une possibilité que le produit soit trouble et contienne un dépôt filamenteux qui affecte sa qualité visuelle», me dit un porte-parole de la SAQ. (23 déc)

Mon conseiller préféré à la SAQ me fait remarquer ce qui est écrit sur la contre-étiquette de ce vin de Bourgogne.

«Sans additif, ni conservateurs, SO2 notamment, en conformité avec le règlement CEE 2092/91.»

Donc, sans ces fameux sulfites! Toutefois, sur un site, on lit qu'on y ajoute tout de même un petit 20 mg/l lors de l'embouteillage. Mais ce serait moins que ce que mettent la plupart des producteurs. Le maximum autorisé en Europe pour les vins blancs secs est de 210 mg/l (Daudon).

Première observation, le vin est un peu trouble. Il y a quelques filets de dépôt qui flottent dans la bouteille. Il est doré et tout de même assez brillant. Le nez est très expressif avec ses beaux arômes qui rappellent la cire, les abricots et les bonbons jaunes.

La texture est très intéressante. Huileuse et assez grasse. Les saveurs de chardonnay, de fruits jaunes, de beurre frais et de noix persistent très longtemps. Voici un vin bien original.

Il n'y a jamais eu de produits chimiques sur ces vignes. Bio AB et Demeter. Alc. 13 %.
Disponible dans 21 succursales.

Pour connaître un peu le Domaine des vignes du Maynes, voir le reportage sur bourgognelive (en français malgré le nom).

4 étoiles
Prix: 
36,75 $

Flaccianello della Pieve Fontodi 2007

Opaque. Un beau nez fin et floral. Une attaque souple, puis les tanins prennent leur place.
Massif. Du sérieux.
Long sur une petite touche de vanille. Sangiovese in purezza, 100 % sangiovese.

Dix-huit mois en barriques neuves du Tronçais et de l'Allier. 60 000 bouteilles. (2940 bouteilles à la SAQ)
De la maison Fontodi. En culture bio.

Il reste encore du 2005 sur les tablettes.

4 étoiles
Prix: 
74,50 $

Mas Igneus FA 206, Priorat 2006

On a 26 vins de cette région du nord-est de l'Espagne à la SAQ. Les prix vont de 18,60 $ à 758 $. Ce sont des vins à la mode, donc on en demande des prix assez élevés.

Les vins du Priorat, ou Priorato, sont souvent des vins très costauds, forts en alcool et difficiles à accommoder à table.
Ce n'est toutefois pas le cas ici. Ce FA 206 de la maison Mas Igneus est bien sûr costaud, mais il a une bonne dose d'acidité qui fait qu'il se présentera bien à table.
Il dégage de beaux arômes de fruits noirs sur une note de cuir.
Les riches tanins sont bien enrobés par un fruité agréable. L'acidité est vive et le tout assure une belle présence en bouche.
Pour accompagner des plats tout de même assez costauds.

FA 206 veut dire Fusta Allier (fût de chêne de l’Allier) de 2e année pendant 6 mois.
Cépages : 70% Grenache noire, 20% Cariñena, 7% Cabernet Sauvignon, 3% Syrah.
Acidité 5,85 g/l; pH de 3,28. Polyphénol : 70,6 IPT. Sucre 0,75 g/l. Alc. 15 %

Disponible en ligne et dans 111 succursales.

3 étoiles
Prix: 
26,30 $

Les Vieux Clos, Savennières 2007

J'ouvre le vin en apéritif samedi soir: il est très bon. Je le regoûte à la fin de la soirée; il est encore meilleur. Deux jours plus tard, je découvre qu'il en reste un verre dans le fond de la bouteille restée ouverte sur le comptoir: le vin est bien meilleur, même à la température de la pièce!
Un vin absolument étonnant!

Un très beau vin blanc doré très expressif, vif, minéral, aux belles saveurs de pêche sur une note de miel. Du grand chenin.
Un joli amer en finale. Assez costaud, complexe, épicé, une note de sapinage. Il fait 15 % d'alcool, mais ça ne parait pas.
Ne le servez pas trop froid, à 12 °C. Laissez-le se réchauffer, vous verrez qu'il est encore meilleur après plus de 30 minutes dans le verre, et même lorsqu'il atteint la température de la pièce.

Le producteur suggère d'ailleurs de boire un verre par jour sans remettre la bouteille au réfrigérateur «juste en la rebouchant et vous verrez le vin s’améliorer les premiers jours, parfois même plus d’une semaine.»
Un vin qui a toute une personnalité!

Servir avec les poissons, fruits de mer, viandes blanches, mets épicés, les fromages fermes ou juste en apéritif, ou encore en soirée avec un bon livre.

Déjà excellent et à mettre en cave une dizaine  d'années.
Disponible dans 30 succursales.

Vignoble de la Coulée de Serrant de Nicolas Joly. En biodynamie. «Apport de compost sur les vignes; ce compost vient de notre troupeau de 1O vaches (...) Les vaches sont nourries à l’ancienne, avec du grain, des betteraves et du foin, le tout fait essentiellement sur place (...) Pendant l’hiver et sur la plupart des parcelles, passage d’un troupeau de moutons d’Ouessant très rustique qui se nourrit de l’enherbement et le convertit en fumure!»

4.5 étoiles
Prix: 
42,75 $

Des pesticides dans le vin conventionnel, mais pas dans le vin bio

Pyrimethanil«Le divin nectar est-il souillé par des produits chimiques dangereux pour la santé?»

Telle est la question que pose la rédaction du journal La Gazette de Montpellier.

Le journal a fait analyser 15 vins (la plupart du Languedoc), 12 conventionnels et trois bio. La moitié des vins conventionnels contiennent des résidus de pesticides, mais pas les vins bio. On cherchait la présence de 35 produits.

Les produits trouvés sont : dimétomorphe (diméthomorphe), métalaxyl, pyriméthanil et boscalid, ainsi que la mycotoxine ochratoxine A.(1)

«Vous avez recherché "seulement" 35 résidus phytosanitaires. Alors qu'il existe plus de 5 000», dit Charles Sultan, professeur d'endocrinologie pédiatrique au CHU de Montpellier. «Certains n'apparaissent peut-être pas dans votre étude parce que, tout simplement, vous ne les avez pas cherchés.»

Il n'y a pas de norme en Europe (ni ailleurs?) concernant les limites légales de résidus autorisés de pesticides dans le vin. Il y en a pour le raisin, mais pas pour le vin. De toute manière «le non-franchissement de la LMR, quelle qu'elle soit, ne garantit pas l'innocuité du produit. Parce que les effets de chaque pesticide sur la santé humaine sont encore mal connus.»

Un cocktail nocif

De plus, il y a l'effet cocktail. «On sait aujourd'hui que quand on mélange différents pesticides, ils se potentialisent, ils renforcent leurs effets», dit le Pr Sultan. «Ce n'est pas une simple addition, mais une multiplication dont on ne connaît pas encore le véritable impact.»

L'endocrinologue fait une mise en garde : «Les pesticides peuvent être stockés dans le sang et s'accumuler tout le long de la vie. Or, les limites officielles de résidus autorisés ne prennent en compte que les effets toxiques immédiats. C'est d'autant plus important qu'à long terme certains pesticides modifient les gènes et les réponses cellulaires aux maladies.»

«Faut-il pour autant arrêter de boire du vin ? Certainement pas. D'une part, parce que toute la chaîne agroalimentaire est contaminée.»

Le vin n'est pas le seul aliment contaminé : «En 2007, la Commission européenne a analysé 62 000 produits alimentaires achetés dans toute l'Union. Verdict: 41 % d'entre eux contenaient des pesticides.»

Favoriser la culture bio

L'Europe consciente des risques potentiels pour la santé veut réduire de 50 % l'usage de ces produits dans l'agriculture et la production alimentaire.

De son côté, le gouvernement régional du Languedoc-Roussillon veut «favoriser une agriculture respectueuse de l'environnement et de la biodiversité. Sur la période 2005-2009, elle a investi 6,5 millions d'euros dans le développement de l'agriculture biologique. Cela a naturellement favorisé la viticulture bio régionale, première de France. En pleine croissance, surtout depuis l'an dernier, celle-ci regroupe 798 exploitations qui couvrent 5% des surfaces viticoles (12661 hectares).»

Il y a encore pas mal de chemin à faire. La vigne qui couvre 3,5 % des surfaces en Europe absorbe 15 % des pesticides. (2) Une étude du ministère français de l'Agriculture a démontré en 2005 que «presque un tiers des pesticides appliqués aux raisins sont effectivement "transférés" dans le vin.»

1. La Commission européenne a fixé une teneur maximale d'ochratoxine A dans les vins pour la commercialisation à 2 μg/l. Le Canada refuse l'importation des vins présentant plus de 1 μg/l d'ochratoxine A. (Wikipedia)
2. Statistiques de la Commission européenne (2007, cité dans Le vin au naturel, François Morel.

  Deux articles intéressants de La Gazette de Montpelier du 20 septembre 2010

Blés 2007

Un vin espagnol bio aux saveurs d'épices fines bien agréables.
Fruité frais, tanins ronds, une petite note végétale et une finale assez persistante.
Corps moyen.
Il me semble toutefois un peu moins savoureux que dans le millésime précédent 2006, mais il reste tout de même un bon achat à ce prix.
Servir frais à 14 °C.
Un assemblage de monastrell, de bobal et de cabernet sauvignon.
Doc Valencia.
Alc. 14 %.

Disponible dans 263 succursales le 9 octobre.

2.5 étoiles
Prix: 
14,70 $

Alsace 2008, Marcel Deiss

On est habitué de voir des vins de cépage, de monocépage, en Alsace.
Un riesling, un pinot gris... Ici, contrairement à la coutume, il n'y a pas de cépage d'indiqué sur l'étiquette.
En fait ce vin est composé des cépages pinot blanc, riesling, pinot gris, muscat et gewurztraminer.

C'est un vin gourmand, croquant, facile à boire, simple, digeste, d'une grande buvabilité comme on dit de plus en plus.

Il est moins sur les agrumes et plus sec que le millésime 2007.

À servir sur les poissons, fruits de mer et fromage, ou encore en apéritif.

À propos du millésime 2008 en Alsace, le Grand Guide des vins de France nous dit «millésime de bonne maturité qui a produit des vins de forte acidité.»

Au sujet du producteur, on y lit «Jean-Michel Deiss a désormais installé sa logique de complantation de cépages pour révéler le caractère de terroirs autour de Bergheim, en recherchant la maturité physiologique parfaite des raisins pour proposer des cuvées abouties, dont l'acidité complexe exprime parfaitement les nuances de salinité de chaque cru. Avec son fils Mathieu en charge des vinifications depuis le millésime 2008, Jean-Michel peut consacrer plus de temps à promouvoir son approche, en particulier sur les accords mets et vins qui obligent le consommateur à enfin se préoccuper de l'influence du terroir, en l'absence de repère variétal.»

De plus, il est 4 $ de moins que l'an dernier!

Culture en biodynamie sur un terroir calcaire de Bergheim. Sucre : 12,5 g/l; acidité totale : 6,2 g/l et un pH de 3,21. Donc, une bonne acidité qui équilibre bien le sucre.
Alc. 13 %.

C'est un vin bio. Il n'est pourtant pas indiqué comme étant un vin bio sur le site de la SAQ.
À ce sujet, notons qu'il y a maintenant 143 vins déclarés bio dans le répertoire de la SAQ, 19 de plus que l'an dernier.

L'Alsace 2008 Marcel Deiss est disponible dans 73 succursales. (59 au 20 septembre)

Jean-Michel Deiss nous parle de ce vin dans cette vidéo.

3 étoiles
Prix: 
20,80 $

Pinot gris «Barriques» Ostertag Alsace 2007

Un pinot gris atypique! Il est sec, très minéral à l'acidité élevée et il est élevé en barrique.
Les arômes sont pourtant ceux d'un pinot gris d'Alsace, par contre en bouche, c'est très différent de ce qu'on retrouve sur le marché des pinots gris alsacien ces jours-ci. Le vin est vif, un peu dur même, le fruité n'est pas gras, c'est très minéral. Il a de belles saveurs de fruits jaunes et de miel. Pas typique, original et très bon.
Accords avec les salades, les poissons grillés, les fruits de mer, les riz aux légumes.

Sucre 2,5 g/l, acidité 6,5 g/l. Alc. 13,5 %.
Vinification en barrique, dont 25 % neuves, sur lies (10 mois). Vendanges à la main.
Pas de désherbants, d'engrais chimiques, ni de pesticides.
Une propriété familiale de 14,4 hectares répartis sur 80 «petits jardins de vignes» dans cinq villages. Dirigée par André Ostertag. Ostertag veut dire «jour de Pâques».
Biodynamie depuis 1998.

«Comme en 2007 l’été avait eu lieu au printemps, 2007 aura pour ainsi dire, connu un automne de 5 mois, juxtaposant une pousse explosive et rapide d’avril à mai à une maturité lente et interminable de juin à octobre, un peu comme une cuisine mijotée de longues heures à feu doux.» André Ostertag.

Disponible en ligne et dans 78 succursales. (34 au 20 septembre)

 

3 étoiles
Prix: 
27,55 $

Genoli Rioja 2009

Il y neuf riojas blancs sur les tablettes, et celui-ci est le moins cher.
Un joli vin bio.

De beaux arômes de fleurs.
Une bouche équilibrée, plutôt vive, assez grasse et bien persistante.
Légèrement citronné. Un beau fruité vif et tendre. Une belle fluidité.
De la qualité, de l'harmonie. Très beau et digeste.
Lui aussi, encore meilleur le lendemain, donc bien aérer.
Il me semble encore meilleur que les millésimes précédents.
Surprenant pour le prix!

Cépage viura. Domaine bio depuis 1994.

Disponible en ligne et dans 110 succursales. (90 au 7 octobre)

3 étoiles
Prix: 
12,35 $

Jean Bourdy, Côtes du Jura 2005

Un vin du Jura soyeux, fin, suave et très agréable.
Des flaveurs épicées et fumées. Un fruité d'une grande finesse. Surprenant. Digeste.
Assemblage de poulsard, trousseau et pinot noir.
Alc. 12,5 %.
10 hectares en biodynamie depuis 2005. Jean-François et Jean-Philippe Bourdy produisent aussi du blanc et du jaune de très grande qualité.
Voici ce que dit le producteur «il doit être ouvert deux ou trois heures avant dégustation à une température de 16 à 18°. Parfait sur charcuteries, raclette, viandes rouges, viandes blanches et volailles grillées. Temps de garde de 50 à 60 ans.»

Disponible en ligne et dans 27 succursales (16 au 21 août, 12 au 20 septembre) .

3.5 étoiles
Prix: 
23,10 $

La Moussière Sancerre 2009, Alphonse Mellot

Un bouquet complexe et évolutif dans ce vin de Sancerre. Au début végétal, puis fruits verts, ensuite minéral et finalement une note de fruit jaune.
La bouche est ample, l'attaque assez grasse, puis on perçoit une acidité vive.
Le vin est jeune, bien sec, légèrement citronné, il a du tonus. C'est plaisant, vineux, solide, persistant et assez volumineux.
Un bon compagnon pour les poissons, les omelettes, fromages et les viandes blanches.
Aussi bon que les millésimes précédents.

Servir à 10 °C en apéritif et à 12 °C en accompagnement.
Sauvignon, alc. 13 %

Une production de 240 000 bouteilles sur 34 hectares en biodynamie depuis 1999.
«Les terroirs qui le composent sont de véritables dons du ciel, tant ils sont riches et comptent parmi les plus beaux de l'appellation (...) des vins tendus, équilibrés et riches, des modèles du genre.» (Pascal Patron, Le Guide Patron des vins bio.)

(Ce magnifique sancerre est disponible en ligne et dans 140 succursales au 20 septembre).

3.5 étoiles
Prix: 
27,70 $

Château La Lieue 2009

Vous cherchez un vin santé, un vin bio. Un vin bio pas cher. Oui, ça se trouve. Certains producteurs disent que les vins bio coûtent plus cher parce qu'ils nécessitent plus de main-d'oeuvre. D'autres disent le contraire, affirmant économiser sur les produits phytosanitaires.

Quoi qu'il en soit, en voici un pas cher. C'est en fait le deuxième moins cher de la catégorie des vins déclarés issus de l'agriculture biologique répertoriés sur le site Internet de la SAQ. Ces vins sont maintenant au nombre de 125, en croissance constante. Je rappelle ici que la plupart des vins bio ne sont cependant pas identifiés comme tels à la SAQ.

Ce Château La Lieue 2009 est un vin bien joufflu, à la texture riche et un peu collante, mais ce n'est pas gommant, ni pâteux. Bien jeune, fruité avec de belles notes épicées. D'une assez longue persistance. Ce n'est pas un vin d'apéritif, il accompagnera bien un plat assez costaud. Ici, il a été très bien avec les saucisses.
Un assemblage de grenache, carignan, mourvèdre et cabernet sauvignon. Alc. 13,6 %.

Différent du millésime précédent.

Appellation Coteaux Varois en Provence
Disponible dans près de 400 succursales.

2.5 étoiles
Prix: 
12,60 $

Vieux Château Champs de Mars 2006

Côtes de Castillon
Un bordeaux aux arômes intenses de cuir, d'herbes sèches et de quelque chose qui rappelle les écuries.
Une belle texture serrée, des tanins fermes, mais pas sévères. Une finale très persistante.
Une touche d'amertume qui aide à prolonger cette longue finale.
Un vin costaud qui a du caractère.
Alc. 13 %.
Surtout du merlot.
Culture biologique. Pas de produits chimiques de synthèse.

Disponible en ligne et dans 183 succursales au 20 septembre.

3 étoiles
Prix: 
20,30 $

Autrement, Languedoc 2008

Le vin de la semaine!
Un très beau coteaux-du-languedoc de Gérard Bertrand.
Le vin est ample, au fruité juteux, à la texture assez ferme et à l'acidité rafraîchissante.
Des saveurs de petits fruits et d'épices fines.
Ça se termine sur une longue finale légèrement épicée.
Alc. 13 %
Servir à 16 °C.

Un vin bio d'un très bon rapport qualité-prix disponible dans plus de 60 succursales. ( 14 succursales au 20 septembre.) Il était 16,65 $, réduit à 14,95 $.

3 étoiles
Prix: 
14,95 $

El Miracle 2009

Un vin simple à la texture bien lisse.

1 étoile
Prix: 
13,90 $

Clos Saint-Michel, Tradition, Châteauneuf-du-Pape 2007

Ce châteauneuf 2007 est très différent de la version 2006. Il est moins aromatique, mais plus profond, Moins épicé, mais a plus de gras. Plus foncé aussi. Un vin costaud, généreux, à l'alcool bien marqué. Séveux, charpenté et bien persistant. Carafez ou mettre en cave.
Grenache 40 %, syrah 30 % et mourvèdre 30 %. 40 000 bouteilles.
Olivier et Frank Mousset utilisent les techniques de culture biologique sur leurs 14 hectares sans pour autant en demander la certification.
Disponible dans une cinquantaine de succursales.

4 étoiles
Prix: 
42,25 $

Irouleguy, Domaine Ilarria 2006

Un nez discret qui s'ouvre lentement à l'aération.
Des saveurs de fruits et de noix. C'est costaud avec des tanins bien fermes. C'est viril et généreux.
La finale est très longue sur une note légèrement épicée.
Il faut le laisser respirer un peu.
Cabernet franc (45 %), cabernet sauvignon (30 %) et tannat (25 %).
Ni chaptalisé, ni levuré.
Pas de bois neuf.
Alc. 12,5 %.

Irouleguy est en Pays basque, c'est un des plus petits vignobles de France.

Disponible dans plus de 60 succursales.

3 étoiles
Prix: 
23,15 $

Clos Saint-Michel, Châteauneuf du pape 2006

Les châteauneuf-du-pape sont des vins très prisés au Québec. On en trouve actuellement 78 à la SAQ. La plupart rouges. Les prix vont de 30,75 $ à 453 $.

Celui-ci est donc un des moins chers. Il est très aromatique, bien épicée, très syrah, aux arômes qui rappellent les herbes sèches, la garrigue.
Le vin est costaud, chaleureux, l'alcool est bien marqué. C'est puissant, épicé, charpenté et assez persistant.
Carafer ou mettre en cave quelques années.
Grenache à 40 %, syrah et mourvèdre à parts égales pour le reste.
Alc. 14,5 %.

Olivier et Frank Mousset utilisent les techniques de culture biologique sur leurs 14 hectares sans pourtant en demander la certification.

3.5 étoiles
Prix: 
39,00 $

Muscat de Rivesaltes 2006, Domaine Cazes

Une petite douceur pour Pâques!
Voici un muscat de Rivesaltes (Roussillon) de belle qualité. Il est sucré, mais d'un sucré fin.
C'est aromatique, mais en retenu, pas trop exubérant.
Un muscat d'une certaine délicatesse. On a su ici éviter la lourdeur qu'on rencontre trop souvent dans les vins sucrés.
D'une texture assez grasse, il laisse la bouche dans un bel état. Que du plaisir!

Un assemblage à parts égales de muscat d'Alexandrie et de muscat à petits grains.
Alc. 15 %, sucres résiduels: 110 g/litre.
Servir à 8 °C à l'apéritif et avec les desserts.
À consommer aujourd'hui et ne pas oublier d'en mettre une ou deux bouteilles en cave.

Le domaine Cazes travaille en biodynamie depuis plus de 10 ans.
Disponible en ligne et dans plus de 120 succursales.

3 étoiles
Prix: 
23,35 $

Domaine de l'Oiselet, Vacqueyras 2008

Voici une très belle découverte faite lors d'une présentation des vins du groupe Jeanjean, par madame Brigitte Jeanjean, elle-même, lors d'une visite dans l'Outaouais. Madame Jeanjean qui connait bien le Québec, elle a étudié à Montréal, est venue présenter plusieurs de ses vins du Languedoc, de Cahors et du Rhône à des sommeliers de Gatineau.

Ce vin de vacqueyras est bien étonnant avec son bouquet envoutant de fruits et d'épices fines.
Sa texture est lisse, c'est souple, coulant, mais tout en étant bien ample. On a là une belle bouche, comme on dit.
Un très bel assemblage de grenache, syrah et cinsault.
À servir à 15-17 °C.
Disponible en ligne ainsi que dans plus de 50 succursales.

Le Domaine de l'Oiselet couvre 25 hectares près du mont Ventoux.

Le groupe Jeanjean a fait l'acquisition de nombreux domaines depuis plusieurs années. Il vient d'ailleurs d'acheter Laroche à Chablis et forme maintenant une nouvelle entitée qui s'appelle Advini. Le fleuron de leurs domaines est le très réputé domaine Cazes.

Madame Brigitte Jeanjean nous dit que son groupe achète des domaines mais leur laisse leur propre personnalité. Chacun des domaines continue de faire leur vin comme ils le veulent. Toutefois, les services de commercialisation, d'achats et de communication sont communs à tous les domaines du groupe.

3.5 étoiles
Prix: 
21,45 $
Syndiquer le contenu