De la cave

Château Barde-Haut 1999

Un saint-émilion-grand-cru encore très foncé et éclatant de jeunesse!
Une belle bouche ronde, costaude. De la matière en masse. Beaucoup de fruits et des tanins encore bien fermes.
Un vin ample.
Étonnant de voir un vin de 12 ans qui semble si jeune.
À revoir dans 5 ans!

4 étoiles

Martinez Bujanda, Rioja Garnacha Reserva 1999

Un vin mature aux flaveurs de zestes d'orange, à la texture veloutée et fine. D'une longueur infinie en bouche.
Au nez, on reconnait la Rioja; en bouche, on se croirait à bordeaux! Un délice. 
Vendemia Seleccionada 100 % grenache.
Dégusté aussi en 2006.

4.5 étoiles
Prix: 
29,00 $

Château Les Carmes, Haut-Brion 1999

Superbe, juteux, succulent. Du grand vin.
Les 2003, 2005 et 2006 sont de 86 à 98 $ à la SAQ.

4.5 étoiles

Château Malescasse 2000

Les tanins sont devenus dominants donnant une texture très rugueuse. Était meilleur en 2005.

1 étoile
Prix: 
35,00 $ à la LCBO

Musar 1993

Un vin mature, de fines saveurs de thé, d'orange, de tomates séchées, de fruits secs.
Un bouquet expressif et envoutant.
Un vin original et de grande personnalité que les amateurs de Musar reconnaissent au premier nez.
Un délice à consommer à petites goûtes.
Du très grand vin du niveau des Rayas et des Beaucastel.

Il est dommage que la SAQ ne vende plus ce vin. On trouve le 2002 en Ontario.
Voir aussi deux verticales de Musar en 2006 et en 2011.

4.5 étoiles
Prix: 
52,00 $ à la LCBO

Silvio Grasso Barolo, Pi Vigne 1999

Quel plaisir de boire des vins matures!
J'aime beaucoup les vins jeunes et fruités, mais encore plus les vins à maturité.
Celui-ci a les très beaux tanins du barolo, petits, fins, nombreux et bien intégrés dans un jus superbe.
Le nez, le bouquet, devrait-je dire est magnifique: rose et goudron. Une bouche très serrée. De la sève. Une belle astringence. Tous les éléments sont bien équilibrés.
Superbe!
Alc. 14 %.

Le 2006 est 46 $.

4.5 étoiles
Prix: 
46,00 $

Cambon la Pelouse 2000

Qu'il est agréable de temps en temps de boire un vieux vin.
Celui-ci est bien mature et élégant. La texture est fine et bien tendue.
On y trouve plusieurs couches de saveurs tertiaires.
Un haut-médoc délicieux.

4 étoiles
Prix: 
25,00 $ à la LCBO

Pesquera 1995

Un vin étonnant, mature, mais d'un grand fruité. Une texture ample, lisse et encore presque charnue.
Un régal et un plaisir. Il devrait être encore meilleur d'ici cinq ans.

4 étoiles
Prix: 
26,00 $

Des goûts très différents?

Des goûts bien différents?
   Oui et non!

Je vous ai déjà parlé d'une dégustation où les chroniqueurs vin ont donné des notes très différentes à des vins: le Jugement de Montréal 2011.

La notation des vins est un sport extrême!

Si des spécialistes peuvent avoir des avis très opposés sur un vin, ça doit être la même chose pour les amateurs de vin.
Tous les goûts sont dans la nature, comme on dit.

Dernièrement, j'ai assisté à une dégustation à l'aveugle à l'Académie du vin de l'Outaouais où l'organisateur Louis Grignon demandait aux participants de noter les vins et de les placer en rang.

Les résultats sont étonnants. Le gagnant, le Vistorta 2006 est le deuxième vin le moins cher. Il a devancé de grands bordeaux. Le deuxième vin est un américain, le Zin Brandlin 1999 de Franus. Un des participants l'a tout de même placé en dernière place.

Le grand perdant, le Ch. Simard 1998,  a été classé dernier par cinq dégustateurs, mais un participant l'a quand même jugé meilleur vin de la soirée!

Le vin canadien, Osoyoos-Larose 2005, a été au milieu de peloton pour la majorité, mais a obtenu une première et une dernière place!

Voici les résultats du groupe de 15 participants qui ont jugé ces 9 vins.

    A B C D E F G H I J K L M
1 Vistorta 2006 1 1 4 4 6 3 1 7 4 1 1 1 1
2 Zin'99 Brandlin Franus 4 3 5 7 1 2 2 9 1 2 3 2 4
3 Montbousquet 1998 2 6 2 1 2 4 6 3 2 7 7 4 2
4 Vieux-Certan 2002 7 8 3 3 4 7 8 4 6 4 4 6 3
5 Osoyoos-Larose 2005 3 4 1 8 3 1 9 6 9 6 5 8 5
6 Beau-Séjour Bécot '98 5 2 7 5 7 5 5 8 5 3 6 9 6
7 Merlot 2005 Moueix 9 7 9 6 8 6 3 2 8 9 2 3 7
8 Pavie-Macquin 1994 6 5 6 2 9 8 7 5 3 8 8 5 8
9 Ch. Simard 1998 8 9 8 9 5 9 4 1 7 5 9 7 9

Notons que le vin le moins cher, le Moueix a été jugé le moins bon par trois dégustateurs.
L'Osoyoos-Larose a obtenu deux premières places et deux dernières.

On dit que les gens ont des goûts très différents, mais le premier choix, est tout de même très clair; ainsi que le dernier.
Il faut dire ici qu'aucun vin n'a été jugé mauvais. Le vin le moins cher a été classé sous la 5e place par la grande majorité des participants. Les deux meilleurs vins ont été choisis dans les 5 premiers rangs par 11 des juges; le troisième, par 9 des juges.

Le vin le plus controversé a été l'Osoyoos-Larose avec deux premières places et deux dernières places.

Voici mes commentaires et mes notes pour chacun de ces vins.
Je suis le dégustateur "I" dans cet exercice.

Vistorta Conti Brandolini d'Adda 2006
Un merlot du Frioul en Vénétie à 26 $ a été choisi comme le meilleur vin de la soirée.
Le vin est brillant, souple en attaque, puis nous offre une belle présence tannique. D'une certaine complexité. Très agréable à boire. (Très bon. 90 %)
Le 2007 est 24 $

Franus Zinfandel Brandlin 1999
Un vin très différent des autres, épicés, saveurs de fines herbes, original. Une très longue finale. De la finesse et de l'élégance. (Excellent. 93 %)
Le 2008 est 37 $.

Château Montbousquet 1998
Un saint-émilion gras, riche, ample, savoureux. De style moderne et facile à boire. Il semble encore jeune! (91 %)

Vieux Château Certan 2002
Un pomerol peu aromatique. Une belle bouche. Agréable. Assez long. Rien de particulier. À laisser en cave encore quelques années.
Le 2005 est 248 $

Osoyoos-Larose 2005
Il a du fruit, toutefois les tanins asséchants dominent. Est-ce que cela va s'améliorer en cave?
Le vin le plus controversé de la soirée. Deux personnes l'on mis en première place, deux en dernière. (86 %) 
Le 2007 est 43 $.

Château Beau Séjour Bécot 1998
Un saint-émilion assez tannique et chaleureux. Laisse une belle impression en bouche. J'ai noté: pour le repas.
Plusieurs millésimes sont actuellement disponibles de 70 à 131 $.

Merlot 2005 Moueix
Brillant au nez discret. Une belle bouche assez grasse. Bien fait.
Le vin le moins cher du concours. Il a été choisi au 2e et 32 rang par quatre participants. (87 %)
Le 2008 est 16 $.

Château Pavie-Maquin 1994
Moyennement ouvert, plutôt suret en bouche. Original et d'une pièce. Aurait dû être bu plus jeune.
Plusieurs millésimes de ce saint-émilion à la SAQ de 166 à 213 $.

Château Simard 1998
Suret et écurie. Plus vieux. Tanins fins. Une belle longue finale. Des saveurs qui rappellent la Brett. C'est le vin qui s'est le moins bien classé. Une personne l'a tout de même classé premier! 
Le 2000 est 39 $.

Donc, un très bel exercice qui nous permet d'en apprendre un peu plus sur chacun de nous et sur les goûts des amateurs de vin.

À première vue, les résultats semblent bien éparpillés. Toutefois, si on regarde l'ensemble des trois premières places, la grande majorité des jurés les ont classés dans les quatre premiers rangs. C'est le même résultat pour les trois derniers vins: la grande majorité des dégustateurs présents les ont classés dans les rangs de 6 à 9.

Donc, il y a des différences de goût, mais la majorité s'entend dans la plupart des cas.

Hermitage blanc 1999, Chave

Le vin est doré. La texture est assez grasse (alcool), mais le vin est mince en fruit. Il ne reste que des saveurs de noix sur une forte présence d'alcool. Tout au plus correct.
Une grande déception!
Le 2005 est 185 $.

1 étoile
Prix: 
140,00 $

Don Melchor 1999

Le vin a de belles saveurs de menthe et de cuir
Il a une petite note végétale caractéristique des vins du Chili, mais elle n'est pas trop apparente.
Le vin a une assez belle texture. À maturité.
Disponible en double bouteille à 191 $.
 

2.5 étoiles

Des vins du millésime 2001

Dernièrement, Matt Kramer du Wine Spectator disait qu'il n'est plus nécessaire de faire vieillir nos vins plus de 10 ans.
Généralement, les grands vins ont atteint leur plateau à 10 ans. Il soutient que les vins ne vont pas nécessairement se détériorer rapidement après cette période, mais qu'il ne s'amélioreront généralement pas.

En fait, ce n'est pas tous les vins qui sont encore bons et fruités au bout de dix ans.  On le voit souvent avec les vins du Rhône, 7 ans semblent être souvent le maximum.

Cependant, il y a un cépage (en rouge) qui semble tenir la route plus que les autres, c'est le cabernet sauvignon.

Dernièrement, j'ai pu participer à une dégustation de 10 vins du millésime 2001. Donc des vins qui ont dix ans.
Des cabernets sauvignons, la plupart des vins de Bordeaux, mais aussi deux italiens et un espagnol.

Surprise, parmi mes quatre préférés: les deux italiens.

 Brunello, Pian delle Vigne, Antinori
Le meilleur de la dégustation et de loin. Un sangiovese très aromatique, ouvert. Sur des saveurs tertiaires. Des olives. Complexe. Une grande variété de saveurs et de sensation en bouche. Une belle acidité. Une finale très longue.  60 $ (le 2005 est 59 $)

 Farnito, Carpineto
La première bouteille était bouchonnée. On a dû en ouvrir une deuxième. Celle-ci dégageait de très beaux arômes de cerise. Une jolie texture. Des tanins qui tapissent bien la bouche. Cerise, olive et soupçon de sel de céleri. Bien long. 30 $  (le 2005 est 27 $) 

 Sociando-Malet, Haut-Médoc
D'intenses arômes d'olives, de tapenade, de poivron grillé. C'est ample, plein et très juteux. Un peu de vanille sur une masse de fruit. Le vin semble encore bien jeune. À conserver encore.  49 $ (Il y en a plusieurs millésimes sur les tablettes de 67 à 150 $)

 Gruaud Larose, St-Julien
S'ouvre lentement sur des arômes de petits fruits. Une très belle bouche d'une grande amplitude. Des tanins un peu rugueux, mais sur un fruité suave. Très longue finale. 67 $ en 2005 (Plusieurs millésimes de 170 à 1400 $)

 Mas la Plana, Pénédès
Un bouquet d'épice, ouvert, du graphite. Des épices aussi en bouche sur un fruité presque sucré. Chaleureux et délicieux vin d'Espagne. 44 $   (1996 et 2006 à 48 $, 1998 à 55 $)

 Réserve de la Comtesse, Pauillac
Un nez bordelais de cuir et de carton. Une très belle texture, encore de beaux tanins. Assez suave et long. 49 $ en 2005 

 Malescot St-Exupéry, Margaux
Le vin était un peu brouillé, j'avais le fond de la bouteille, mais de très beaux arômes de vieux cuir et de zeste d'orange. Rond, suave, équilibré, semble un peu plus mature que les précédents. Long.  59 $ 

 Les Pagodes de Cos, St-Estèphe
Assez ouvert sur des notes de fruits sucrés. Belle bouche. Costaud. De beaux tanins. Une note iodée en finale. Assez long.  46 $ (le 2006 est 59 $) 

 Bernadotte, Haut-Médoc
Pas du même niveau que les autres, mais a été une très belle mise en bouche. Des petits fruits sur une belle acidité. Assez fin, une finale légèrement amère sur des saveurs de noyaux. 

 Clerc Milon, Pauillac
La déception de la soirée. Moyennement ouvert sur des arômes tertiaires. Encore du fruit, des saveurs de pruneaux secs, mais des tanins rugueux. Desséché. Pas agréable à boire. Un participant grand amateur de cette maison me dit qu'il n'est bien sûr pas agréable à boire maintenant, mais qu'il le deviendra.  (Le 2004 est 83 $, le 2005 est 129 $) Correct

Ordre de service des vins
1 Bernadotte, Haut-Médoc 3
2 Les Pagodes de Cos, St-Estèphe  3,5
3 Réserve de la Comtesse, Pauillac  4
4 Farnito, Carpineto 4,5
5 Sociando-Malet, Haut-Médoc  4,5
6 Gruaud Larose, St-Julien  4,5
7 Mas la Plana, Pénédès 4
8 Malescot St-Exupéry, Margaux 4
9 Brunello, Pian delle Vigne, Antinori  4,5
10 Clerc Milon, Pauillac   1,5

Les prix indiqués sont ceux au moment de l'achat, donc il y a quelques années.
Tous les vins proviennent de la même cave. Ils ont été jugés à l'aveugle. On avait la liste, mais pas l'ordre.
Dégustation faite à l'Académie de vin de l'Outaouais.  

Yquem 1998

Du grand vin somptueux, velouté, gras, ample, très savoureux, d'un sucré délicat. Très persistant. Des arômes envoutants qui évoluent lentement. Un régal.
Demi-bouteille.

5 étoiles
Prix: 
environ 250 $ pour 350 ml

Gruaud Larose 2000

Du grand bordeaux, élégant, soyeux et très savoureux.
Il est d'une belle maturité. Il a atteint un niveau de saveurs tertiaires, tout en conservant encore beaucoup de fruité juteux. Un délice à boire lentement.

5 étoiles

Vieux Télégraphe 1999

Le vin est vineux, d'une texture assez souple et coulante.
Le fruité est assez juteux.
Très bon, mais je m'attendais à plus pour un châteauneuf-du-pape de cette réputation.
Il n'a pas développé d'arôme tertiaire, ni de complexité gustative. Serait-il encore trop jeune? Ou aurait-on dû le boire plus jeune sur le fruit? Je l'avais mieux aimé en 2004.
Après plusieurs minutes dans le verre, il s'ouvre et nous en donne un peu plus.
J'aurai peut-être dû le carafer et attendre une heure ou deux.
Le 2006 est 74 $. (Voir les commentaires sur le 2006)
Voir les commentaires sur plusieurs millésimes de Vieux Télégraphe...

3 étoiles
Prix: 
54,00 $

Chinon, Les Grézeaux, Bernard Baudry, 2004

Après quelques années en cave le vin a conservé ses flaveurs terreuses typiques de cabernet franc de la Loire. Le fruité est fin, agréable accompagné de tanins arrondis de bonne qualité.
Alc 13 %.
C'est le 2008 qui est sur les rayons.

3.5 étoiles
Prix: 
25,00 $

Chateau Vannières, Bandol 1999

Un bandol mature.
Belle sève, un vin exquis, long et digeste.
Excellent.
Il a bien accompagné les cailles.
C'est le 2004 qui est actuellement sur les tablettes.
 

4 étoiles
Prix: 
33,00 $

Château Plat Faisant, Cahors 2006, Cuvée des générations

Quel beau vin! Quel délice! Une bouteille rapportée l'an dernier de Cahors.
Souple, complexe, coulant, velouté.
Très long. Arômes superbes de fruits fins sur une note épicée.
100% malbec. Vin produit sur les coteaux de Cahors. 

On fait de très bons vins à Cahors, et malheureusement certains très bons producteurs ne sont pas présents ici au Québec. Parmi ceux qui devraient l'être notons Croisille, Mas del Périé, Tour de Miraval, Plat Faisant, Cenac, Clos du Chêne, Garinet et Haut-Montplaisir.
 

4 étoiles

Malivoire, Gamay 2006

Des épices, un fruité fin. Une longue finale. Très bon.
Un gamay de l'Ontario! Suprenant!
C'est le 2008 qui est sur les tablettes.

3 étoiles
Prix: 
21,00 $

Pinot noir De Bortoli Yarra Valley Estate Grown 2006

Le plus beau vin d'une dégustation de pinot noir hors Bourgogne.
De beaux arômes de fruits sur une note de café. Très fruité en bouche, une touche d'épice. Un vin d'un bel équilibre. Savoureux et bien persistant. Acheté il y a un an.

3.5 étoiles
Prix: 
37,00 $

Pinot noir, Domaine Drouhin, Oregon 2007

Un pinot noir riche, costaud, corsé et très long.
Dégusté aussi en janvier.

3 étoiles
Prix: 
37,50 $

Pinot noir Saintsbury Garnet, Carneros 2008

Un très beau fruité jeune. Juteux et un peu sucré. Acheté l'an dernier.

2.5 étoiles
Prix: 
25,00 $

Pinot noir Saintsbury Garnet Carneros Californie 2008

Un très beau fruité jeune. Juteux et un peu sucré. Acheté l'an dernier.

2.5 étoiles
Prix: 
25,00 $

Pinot noir Margrain Martinborough 2007

Des odeurs de diachylon, de médicament. Bourré de brett. Acheté l'an dernier. À retourner si vous avez cela en cave.
Toutefois, à la dégustation, il y a une personne qui a aimé ce vin.

Prix: 
30,00 $

DES VINS ITALIENS DE 10 ANS

Voici le compte-rendu d'une déguatation de vins italiens de renom des millésimes 1999 à 2003 tenue à l'Académie du vin de l'Outaouais, le 27 avril dernier.

Les vins sont présentés dans l'ordre de dégustation. Il y avait deux bouteilles de chaque vin, ainsi le voisin d'en face avait du vin de la deuxième bouteille.

Volte 2001
Un très bon vin de style moderne aux saveurs de chocolat brun. D'une texture d'un beau granulé. Sangiovese, cabernet sauvignon et merlot. Alc. 13,5 %. Le 2009 est 30 $.

Batié, Langhe nebiollo 2003
Végétal, pas invitant. La deuxième bouteille était un peu mieux.

Vigorello 2001
Opaque, plutôt fermé. Gros, d'une pièce. Plein et ample. Semble encore jeune! Sangiovese et cabernet sauvignon. San Felice.

Marchese di Villamarina, Alghero 2000
Opaque, beau nez intéressant, boisé léger. Costaud, ferme, une belle amertume. Jolie acidité. Long. À maturité. Un vin de repas. Cabernet sauvignon. Sardaigne. Selle et Mosca. 46 $.

Punset, Barbaresco, Quadro Campo 2001
La première bouteille était bouchonnée, la deuxième asséchée!

Carpineto Vino Nobile Reserva 2003
Opaque. Très beaux arômes rappelant les oranges, les mandarines. Suave, très bon, très long. Une texture fine.  Mature. Alc.13 %. Sangiovese à 90 % et canaiolo. Le 2004 est 28 $.

Farnito 2000
Fermé. Belle texture granulée. Unidimensionnel, mais bien fait. Une finale sur un beau fruité. Assez long.  Cabernet sauvignon de Toscane. Le 2005 est 27 $.

Tignanello 1999
Discret, il s'ouvre très lentement. Petites notes d'écurie. Costaud, masse de beaux tanins sur un fruité de qualité, gras. Boisé bien intégré. Semble encore jeune! Sangiove à 80 % et cabernet. Alc. 13,5 %. Toscane. Le 2007 est 99 $.

Guado al Tasso 2000
Beaux nez de fines herbes, de cendre. Opaque. Très belle bouche, ample et complexe. Longue finale. Chaleureux, alcool perceptible.  Petite note boisée. Cabernet sauvignon, merlot et syrah. Alc. 14 %. Bolgheri. Antinori. 89 $.  Le 2006 est 86 $.

Bocca di Lupo 2003
Ouvert. Riche, tannique (de beaux tanins), ample et bien long. Encore dans sa jeunesse. Castel del Monte, Pouilles. Tormaresca. 31 $

Donc, deux déceptions, mais de belles surprises surtout le Vino Nobile à environ 30 $ et de Villamarina.

Sociando-Mallet 1999

Plutôt discret au nez, mais très gouteux en bouche. Un riche fruité sur de très beaux tanins. Encore ferme. Une belle structure. Très long. Des saveurs de fruits noirs sur une note de graphite. Superbe bordeaux.
Sur un plateau, lui donner encore quelques années.

4.5 étoiles

Des vins de 10 ans

Est-ce que cela vaut la peine de faire vieillir des vins?

Bien souvent, on ouvre des bouteilles qu'on aurait dû boire il y a quelques années. Le fruité s'est estompé et il n'y a rien de nouveau qui a pris la place.

Par contre, d'autres fois, c'est la joie!
Le vin se révèle mature et développe des arômes envoutants et des textures d'une élégance rare. Ce fut le cas lors d'une dégustation récente à l'Académie du vin de l'Outaouais.

Ce qui étonne aussi dans ces dégustations à l'aveugle c'est que ce ne sont pas toujours les vins les plus chers qui se révèlent être les meilleurs. Voici quelques vins des millésimes 1999, 1989 et 2001.

Brunello La Serena 1999
Des arômes de fruits à noyau. Une belle texture granuleuse. Une acidité rafraîchissante. Une assez longue finale. Un vin équilibré qu'un collègue a décrit dans son grand enthousiasme comme était «fait de pas trop de tout et de pas trop de rien». J'aime bien le «pas trop de rien». Je crois qu'il voulait dire équilibré et harmonieux.  (Le 2004 est 70 $) 

Castello di Brolio 1999
Très aromatique, bois brun, bois vernis. Quelqu'un a dit «saucisse à hot-dog». Bien mature, des saveurs d'olives, des tanins fondus. Du bon sangiovese. Très long. (Le 2006 est 46 $) 

Gruaud-Larose 1999
Très beaux arômes, olive au nez et en bouche. Très mature, à son apogée. À consommer sans attendre.   Disponible actuellement 170 $ 11028439 

Badia a Passigiano 1999
Discret, goûteux, olive lui aussi. Texturé par des tanins assez costauds. Gras. Une belle matière. (le 2006 est 42 $)

Lafon-Rochet, Saint-Estèphe 1998
S'ouvre lentement. Une très belle bouche, un boisé fin et un fruité riche. (Le 2006 est 60 $)

Châteauneuf-du-pape, Bois de Boursan 2001
Une belle structure, des tanins fins, sèveux, mature, saveurs persistante, fin et complexe.

 
  Un peu d'humour: Est-ce qu'un vin «peut avoir plus de différence par rapport à un autre»? (double sic)  Voyez trois dégustateurs pas trop sérieux: http://www.youtube.com/watch?v=Wxdl8oZlcZk

Monthélie, premier cru Les Vignes-Rondes, Rémi Jobard 2005

Des arômes de fumée et d'épices. Une bouche ronde. Simple. Une certaine fadeur en bouche. Ce vin aurait dû être bu il y a deux ans sur le fruit. Beaucoup trop cher.

1.5 étoiles
Prix: 
35,00 $

Pio Cesare, Barbera d'Alba 2006

Un vin boisé, simple, technologique. Laisse un arrière-goût de vanille. Trop cher.

1 étoile
Prix: 
21,20 $

Dégustation verticale de Château Musar

En février 2006, nous avons publié les notes de dégustation d’une verticale de Château Musar. Nous avions alors dégusté les millésimes 1998, 1997, 1993, 1989, 1986 et 1981 du Musar rouge et terminé avec le Musar blanc 1993.

Cinq de ces vins ont été dégustés à nouveau l’été dernier, lors d’une autre verticale de Château Musar. Cette fois, nous avons d’abord dégusté les Musar blancs 2001, 1999, 1995 et le même 1993. Ensuite, nous avions sept millésimes du Château Musar rouge : 1996, 1999 et 2000 ont été ajoutés aux 1998, 1997, 1993 et 1989 déjà goûtés.

Les vins blancs de Château Musar sont issus des cépages indigènes merwah et obaideh, considérés par les viticulteurs libanais comme étant les ancêtres du chardonnay et du sémillon.

Pour les vins rouges, on y cultive cinq cépages, le cinsault, le cabernet sauvignon, le carignan, le mourvèdre et le grenache; mais le Château Musar est principalement composé des trois premiers, les proportions variant d’année en année.

Voici les résultats de cette dernière dégustation, basés sur les notes de Louis Landry, de Pierre Bélanger et d'Alain Brault.

Château Musar blanc 2001
Jaune doré intense, limpide; belle brillance.
Très beau nez d’intensité moyenne, fruité, avec du miel et une belle complexité. Louis y a détecté de l’amande, de l’abricot, du coing et un peu de beurre chauffé, tandis que Pierre parle de cire d’abeille et d’un relent de champignons de paris à la crème. Viennent ensuite des arômes de citron confit et, enfin, du caramel. Très belle longueur.
Superbe en bouche; rond et gras, avec une belle fraîcheur, légèrement alcooleux et, selon Louis, un beau goût d’oxydation, comme un palo cortado.
Louis : un vin unique. Superbe!
Pierre :
Alain :

Château Musar blanc 1999
Plus foncé que le précédent, mais très limpide et brillant.
Nez très différent du précédent, exubérant, très minéral (pierre à fusil), noisette, grillé. Pierre ajoute : un peu étrange, foin, camembert. Très complexe et évoluant d’heure en heure.
Bouche puissante, le vin tapisse le palais, très ample, corps imposant, bonne acidité et une touche épicée qui donne beaucoup de vivacité. Très long.
Pierre : Très beau vin,
Alain :

Château Musar blanc 1995
Jaune très foncé, ce vin semble plus oxydé que les autres.
Nez intense, très forte personnalité, une légère oxydation qui donne un beau rancio et, là encore, très complexe. Pour Louis, c’est la noisette, un peu de coing, des agrumes (citron confit), un coté crémeux, et très cumin! Pierre parle de sous-bois et de champignons sauvages.
Pas de consensus en ce qui concerne la bouche. Louis l’a trouvée relativement molle et manquant d’acidité, pour Pierre le vin est rond et acidulé à la fois, tandis qu’il est plus léger et d’un bel équilibre pour Alain. La finale était légèrement boisée (noix de coco et vanille).
Pierre :
Alain :

Château Musar blanc 1993
Le moins coloré et le plus brillant des quatre vins, ce qui est très étonnant, étant donné que c’est le plus vieux (probablement conservé dans une cave plus froide).
Nez très expressif et changeant, fruité, munster, camomille; Louis ajoute, fumé (presque pimenton).
Texture moyenne et rondeur en bouche; à la limite de la mollesse, pourrait avoir plus d’acidité. Assez long.
À revoir dans 5 ans.
Pierre : (mais pourrait évoluer vers )
Alain

Château Musar 1989
Beau rouge grenat relativement pâle, reflets brunâtres au disque; mature, belle densité; au centre, un léger nuage.
Magnifique nez de vieux vin qui fait voyager; épices d’Orient, chocolat, café brun et cuir; puis les arômes se raffinent : fruits macérés/confits, prune, dattes, girofle. Très impressionnant. Il évolue rapidement dans le verre et plus le temps passe plus il devient complexe.
Bouche superbe, à la fois puissante et très élégante, bonne acidité, des tannins encore bien présents, de la structure ! Du bois et des épices (coriandre, cumin). Longueur moyenne.
À pleine maturité; probablement à son meilleur présentement, sinon au début de son déclin.
Louis : Superbe.
Pierre : une note de plaisir 
Alain :

Château Musar 1993   
Superbe rouge grenat, belle limpidité, belle couleur uniforme, reflets tirant sur le brun au disque.
Nez pas très caractéristique de Musar, plus cabernet sauvignon que les autres. À l’origine, un peu plus fatigué que le 1989, subtil, cuir, mais qui développe ensuite de puissants arômes. Il prend de l’ampleur et devient selon Louis un très grand nez, sucre brun, cassonade, arômes volatiles; ensuite nez ferrugineux, presque de l’orange, pomme de terre, terreux (amidon);  puis bovril et enfin, très torréfaction. Les arômes de café et de torréfaction continuent d’augmenter en intensité à mesure que le temps avance et que le vin se réchauffe.
Pour Louis, la bouche est intéressante, mais la matière un peu décevante malgré une très bonne acidité; en répit d’un manque de personnalité, la finale est agréable et la longueur exceptionnelle!
Pierre s’étonne de voir un vin au départ un peu timide se développer à un point tel qu’il devient un des meilleurs Musar de la soirée.  A la fin de la dégustation ce vin développe des notes de caramel, très sucré qui durent et durent très longtemps en bouche. Un Musar classique : goûteux, soyeux, long et original.
Pierre :
Alain : commenté aussi en octobre 2002

Château Musar 1996  
Le Musar n’est jamais très foncé, mais celui-ci est particulièrement pâle, légèrement trouble et très évolué (reflets orangés).
Le nez demeure discret, subtil, évanescent, difficile à définir, un peu fatigué : fruits noirs, ferrugineux, girofle, mélasse, médicamenteux; après une heure, il présente des notes très sapinées!
Délicat en bouche, très subtil, mais tout de même une grande présence (Louis parle d’une main de fer dans un gant de velours, de puissance). Le vin est reconnaissable à ses épices, ses agrumes et sa finale torréfiée. Bel équilibre. Selon Pierre, probablement dans une période difficile; à revoir dans 4 ou 5 ans.
Louis : un superbe vin!? (la ponctuation est de lui)
Pierre : (peut-être dans 5 ans)
Alain :

Château Musar 1997
Beau rouge, léger nuage, grenat avec reflets légèrement ambrés.
Un nez puissant (alcool), arômes intenses, sur le fruit confit, girofle, médicamenteux, un peu d’encens, vanille, plutôt oxydé (un peu de carton), dépassé.
S’en tire mieux en bouche. Expressif, exubérant, frais, ample, du beau vin, très long et assez puissant. Quand même le plus fatigué de tous.
Probablement une bouteille défectueuse.
Pierre : 
Alain :

Château Musar 1998
Teinte de jeunesse. Rouge rubis relativement foncé au centre, reflets grenat moyen/orangés; brillant, ce vin semble être en parfaite forme.
Très beau nez de belle intensité, sur le café noir, torréfaction, épices (le plus coloré de tous!), mais moins complexe que les autres. Plus tard, Louis y a trouvé une pointe de céleri et du bois de santal. Un Musar bien typé, mais avec une certaine retenue; se développera sûrement beaucoup avec quelques années de cave supplémentaires.
En bouche, solide, rond, semble plus sucré que les autres vins de la soirée. Pierre l’a trouvé un peu racoleur. Bonne acidité, corps généreux, bonne structure tannique, moyennement corsé, du fruit, très épicé, cannelle, zeste d’orange, café, moins boisé. Encore très jeune.
Pierre : pour son potentiel à long terme.
Alain :
MAG : commenté en août 2008
MAG : commenté en juillet 2007

Château Musar 1999
Rouge rubis moyen, plus limpide que le 1998, couleur uniforme.
Un nez frais, moderne, arômes puissants, sur le fruit confit, la torréfaction, la cannelle, la prune;  un petit quelque chose de généreux – oui, c’est l’alcool. Bien typé : fruits confits, torréfaction et épices.
Bouche impressionnante, imposante, très jeune, plénitude. Tout y est! Fruits, acidité et tannins en équilibre. Rond et soyeux. Grande matière et très belle longueur. À boire maintenant ou à conserver. Très persistant.
À mettre en cave 8 à 10 ans.
Louis : Un classique! Du grand vin!
Pierre :
Alain :
MAG : commenté en août 2008

Château Musar 2000
Rubis moyen, un léger nuage, une couleur uniforme. Jeune.
Un nez assez mal défini, subtil, côté animal manifeste, mais il tourne un peu sucre d’orge. Manque peut-être de fruit par rapport à l’alcool. Bref un peu difficile à juger maintenant.
Bouche d’ampleur moyenne, manque un peu d’acidité et de fraicheur. Selon Louis, manque de définition. Tanins serrés et très fins.
Un vin «hors foyer» pour l’instant – une phase ingrate? Mais avec Musar il ne faut jamais désespérer; il pourrait causer une surprise dans quelques années.
Pierre :
Alain :

  Le site du Château Musar

Alain Brault, Pierre Bélanger et Louis Landry

N.D.L.R. Il n'y a pas de Château Musar actuellement à la SAQ. Le dernier millésime a été refusé parce qu'il contenait trop de carbamate d'éthyle. (Voir l'article 7223) M. Gaston Hochar espère que ses prochains millésimes seront acceptés.

Syndiquer le contenu