De la cave

Ducru-Beaucaillou 1994

Un beau bordeaux encore assez costaud, sèveux, riche, d'une belle tenue en bouche. Une légère pointe d'austérité. Une acidité vive. Du tonus. Du grand vin.

Les 2004, 2005 et 2006 sont disponibles à la SAQ à des prix exorbitants de 117 à 274 $.

4.5 étoiles

Gruaud-Larose 2001

Malgré de fortes odeurs phénolées (cuir, celle de cheval), le vin se boit quand même assez bien. Ces odeurs sont probablement dues à la présence d'un trop grand nombre de champignons brettanomyces Des personnes moins sensibles à ces odeurs vont dire que ça sent le cèdre, le tabac ou le cigare. (Je vais revenir sur ce sujet bientôt). Certains aiment ces odeurs, d'autres moins. À la longue, on peur se lasser.

J'ai même trouvé sur Internet une personne qui décrit ce vin ainsi «strong farmhouse bouquet, meaty and manure aromas (forte odeur de ferme, viande et fumier», et qui lui donne quatre étoiles!

Ce domaine est réputé pour ces odeurs particulières, un peu comme l'était Château Talbot. Il a ses aficionados qui apprécient retrouver presque année après année ces arômes de ferme, de cigare, de fumé et de cuir chaud dans ce Saint-Julien.

Le 2004 est 94 $, par contre le 2000 est 284$.

Bouscassé 1995

Déjà 14 ans!
Le vin est mature, mais on a l'impression qu'il pourrait encore s'améliorer.
Les tanins sont relativement fondus, mais c'est encore costaud.
Le fruité est élégant accompagnés de saveurs de vin mature, des notes de cuir et une nuance de raisin sec.
Une belle présence en bouche. Un léger amer en finale.
Un vieux costaud.
Un madiran de belle qualité.
Alc. 12,5 %.
C'est le 2006 qui est sur les tablettes, moins cher, mais plus d'alcool.

3.5 étoiles
Prix: 
22,50 $

Gourgazaud 2005

On a souvent de belles surprises à faire vieillir un peu ce qu'on appelle «des petits vins». Ce fut le cas ici de ce minervois qui est maintenant à maturité. C'est suave, tout est bien fondu et intégré. Un réel plaisir à bon prix.

Comment savoir si ce genre de vin est de garde? Le truc c’est peut-être de choisir les vins qui ont une bonne dose d'acidité.

C'est le 2007 qui est actuellement à la SAQ à 13,30 $.

3 étoiles

Ripassa 2004

J'ai bien aimé plusieurs millésimes de ce vin. J'avais donc mis un 2004 en cave. Mais il n'a pas bien vieilli. Tout ce qui reste après 34 mois de cave c'est un vin au fruité plutôt sucré. Le sucré s'est accentué au détriment des autres composantes.

1 étoile
Prix: 
25,95 $

La Bernardine 1999

Un châteauneuf-du-pape qui fête ses dix ans.
Le vin a bien évolué. Il a de beaux arômes de fruits séchés et de fines herbes. Il a encore plein de fruit, les tanins sont serrés. C'est suave. La finale sur les mêmes arômes que le bouquet est délicieuse. Digeste.
De la maison Chapoutier
Le millésime actuellement sur les tablettes est le 2006.
  Voir d'autres millésimes...

3.5 étoiles
Prix: 
37,00 $

Bouscassé 1994

Le vin a 15 ans et il est encore bien foncé et éclatant!
Les tanins se sont adoucis et le fruit est d'une belle rondeur comme s'il n'avait que cinq ans. Le vin est encore bien en forme, encore jeune. Très beau. Alc. 12,5 %.
C'est le 2006 qui est sur les tablettes actuellement.

3 étoiles
Prix: 
18,15 $

Pinot noir Terres de Famille 1999

Domaine de la Vougeraie
Ce pinot noir de Bourgogne de dix ans est vraiment bon. Il est d'une belle maturité. Suave et élégant. Digeste et très agréable.

3.5 étoiles
Prix: 
21,75 $

Dégustation de bordeaux matures

Récemment, un généreux collectionneur nous a permis de déguster onze bordeaux matures, ou presque. Les vins ont été conservés dans un cellier contrôlé, à 13 °C.

Pour ceux qui en auraient encore en cave, voici quelques notes sur les plus remarquables :

Château Le Bon Pasteur 1995, Pomerol
Encore assez foncé et peu évolué. Nez ouvert, fruité avec des notes végétales (poivron, blé d'Inde), assez complexe et très agréable. Rond en bouche, des tannins soyeux, presque fondus, bel équilibre. Fini sur le fruit.
Se vend environ 90 $ aux États-Unis.

Château Canon la Gaffelière 1990, St-Émilion 1er Grand Cru Classé "B"
Bien expressif, encore du fruit, avec des notes iodées et végétales (poivron, fines herbes séchées) et une très légère oxydation qui vient ajouter à la complexité. Le nez évolue beaucoup dans le verre. En bouche, c'est gras et solide, avec un beau fruit, presque sucré, et des tanins bien enrobés. Légère astringence en finale et persistance aromatique impressionnante. Ça frise la perfection.
Entre 100 et 160 $ en Californie. , presque
 
Château Troplong-Mondot 1990, St-Émilion 1er Grand Cru Classé "B"
Un peu plus discret au nez, mais aussi intéressant, avec les mêmes notes végétales (poivron et fines herbes séchées), mais plus épicées et torréfiées que le précédent. Texture, structure et équilibre impeccables en bouche, avec un beau fruité bien mûr. Là encore, légère astringence en finale et très belle longueur. Impressionnant!
Entre 325 et 500 $ aux États-Unis.

Château Léoville-Barton 1988, 2e Grand Cru Classé St-Julien
Nez intense de bordeaux mature, avec du cuir, de la torréfaction et des olives noires. Structure moyenne, bien frais, légère astringence et bonne longueur. Délicieux !
90 à 200 $. Le 1986 est 424 $ à la SAQ.

Château Léoville-Poyferré 1990, 2e Grand Cru Classé St-Julien
Un autre chef-d'oeuvre aromatique, intense, mature, animal (cuir), torréfié, épicé (poivre), complexe. La bouche est à l'avenant, grasse, ronde, avec une belle acidité et un équilibre impeccable. La finale est fraîche et légèrement astringente.
200 à 275 $ en Californie et en Europe.

Château Lagrange 1990, 3e Grand Cru Classé St-Julien
66 % cabernet sauvignon, 27 % merlot et 7 % petit verdot. Nez intense, bien bordelais, encore fruité, poivré, torréfié, fines herbes; belle maturité. Énorme en bouche et bien équilibré, avec des tannins presque soyeux, des notes fruitées, grillées et une belle fraîcheur. Très long en plus. De quoi tenir encore plusieurs années. Le bonheur parfait.
Entre 100 et 150 $ aux É.-U..

Château Pontet-Canet 1990, 5e Grand Cru Classé, Pauillac
Une autre perfection. 60 % cabernet sauvignon, 33 % merlot, 5 % cabernet franc et 2 % petit verdot. Nez bien ouvert très tertiaire, avec du cuir et une surprenante note fumée; tout à fait mature. Très gras et parfaitement équilibré en bouche et beaucoup de finesse, malgré une finale encore assez astringente. Difficile de demander plus, surtout pour un 5e.

Barolo Serralunga Fontanafredda 2000

Des arômes de fruits acidulés et de cuir. Beaucoup de tanins assez fins sur une belle acidité. Chaleureux. Saveurs de prune. Sentation de boisé et finale sur le bois brun. Mature. Le producteur suggère de boire ses Serralunga 6 à 8 ans après la récolte. Une production de 120 000 bouteilles.

3 étoiles

Baron de Ley Reserva 1999

Décidément, ces reservas d'Espagne vieillissent très bien.
C'est un réel plaisir de boire ce vin à maturité. Il a un bouquet et des saveurs d'épices et de bois de santal. D'une belle finesse, il coule doucement dans la bouche, de la soie. Pourtant, il y a trois ans, je craignais que ce millésime vieillisse trop rapidement.
C'est le 2004 qui est sur les tablettes.

3.5 étoiles
Prix: 
22,00 $

Chinon, Domaine de la Perrière, Vieilles Vignes 2004

J'aime beaucoup les cabernets francs de la Loire. Ils ont une texture et surtout un arôme particulier. On dirait du fruit et de la terre. Cet arôme terreux, certains diront humus, d'autres champignons est souvent très expressifs dans les cabernets de la Loire, particulièrement dans ceux de Chinon.

Ce 2004 du Domaine de la Perrière est bien agréable après quelques années de cave. Il a un beau bouquet de framboises et de terre humide. Les tanins fondus. La texture est souple, soyeuse. Le fruité est frais, juteux et bien persistant.

Je l'ai dégusté à 18 °C, puis refroidi à 14 °C (30 minutes au congélateur). Délicieux dans les deux cas, je le préfère froid.

Très bon en apéritif, après une journée de travail au jardin sous le Soleil, il a aussi bien accompagné les darnes de saumon. Oui, du rouge avec le saumon!
Alc. 12,5 %.

C'est le 2007 qui est à la SAQ à 23,10 $.

Sur la photo, on voit un petit thermomètre bracelet simple et bien utile pour connaître la température du vin.

  D'autres vins de Chinon...

3.5 étoiles
Prix: 
19,55 $

Château Lagrézette 2000

En juin 2003, j'écrivais que ce vin était très tannique et même astringent. Mais il avait tellement de fruit pour équilibrer le tout que je suggérais alors de le mettre en cave et de le revoir dans cinq ans.
C'est ce je viens de faire. Le vin s'est assoupli et est devenu d'un charme certain. Tout est bien fondu. Il se boit avec grand plaisir. Il a bien accompagné la grosse côte de porc aux fines herbes.
C'est le 2004 qui est sur les tablettes.

3.5 étoiles
Prix: 
25,00 $

Les Forts de Latour 1999

Le vin est droit, austère et encore tout d'une pièce. Une matière abondante. À revoir dans trois ans.

3.5 étoiles

Carruades de Lafite 1999

Le deuxième vin du Château Lafite a beaucoup de caractère. Il a bien vieilli. Il s'ouvre lentement et dégage de belles saveurs. Il a un fruité élégant. Mature, il a atteint un bel équilibre. Prêt à boire.

3.5 étoiles

Osoyoos Larose 2003

Le vin est encore bien astringent. Il est toujours très boisé. Il n'a pas encore digéré son bois, comme on dit. Il y a pas mal de fruit, un beau gras, beaucoup d'extraction. Mais les tanins ne sont pas encore bien fondus.  Un gros vin plutôt rustique. Il me semble moins intéressant qu'en juin 2006.

2.5 étoiles
Prix: 
40,00 $

Pavillon Rouge de Château Magaux 1999

Le vin est léger, évolué. Il a de belles saveurs de vin mature. C'est fluide, peu concentré. Il n'y a pas beaucoup de chair. Il devait être meilleur en jeunesse.

2.5 étoiles

Tignanello 1999

Ce vin a atteint une certaine maturité. Il s'ouvre et offre beaucoup. C'est ample et expressif. Très agréable à boire. Les tanins, le fruit et l'acidité se fondent dans un tout savoureux. D'un bel équilibre. D'une tenue impeccable en bouche. Une longue finale. Prêt à boire et pourra s'améliorer encore quelques années.
Sangiovese 80 %, cabernet sauvignon 15 % et cabernet franc 5 %.
Un grand vin de la maison Antinori.

4.5 étoiles
Prix: 
90,00 $

Gigondas, Guigal 2001

Il reste un peu d'épices et surtout beaucoup d'acidité. Le fruité est disparu. Le vin est trop vieux et desséché. En 2004, il était pourtant bien bon. Il faut faire attention avec les vins du Rhône. La plupart ne sont pas de garde. Il vaut mieux les boire dans l'éclat de leur jeunesse.

1 étoile
Prix: 
28,00 $

Deux-Ex-Machina 2004, Clos Saint-Jean

Un taux d'alcool de 16,5 %. Un rendement de 20 hl/ha. Donc des raisins deux fois plus concentrés en sucre, en alcool, en extrait.

Le résultat : au nez, on a l'impression d'avoir un porto lvb dans son verre, un nez sucré. En bouche, c'est l'étonnement. Je note «spécial!». Il a de fortes saveurs de cassonade, de cassonade brûlée. De beaux tanins. C'est suave. Ça goûte le chocolat. Je note encore : «de style Nouveau Monde! Un chateauneuf d'Australie?» Il a une grande amplitude en bouche. Une bombe. C'est pesant. Massif. Des saveurs de cerise dans le kirsch. Beaucoup d'extraction.  Des dégustateurs l'ont trouvé pâteux. Un a dit qu'il avait la bouche «comme après la piqûre chez le dentiste».
Une très longue finale. Un nez médicamenteux après une bonne aération dans le verre.

Certains vont dire que c'est une caricature du chateauneuf, une exagération.
M. Robert Parker qui lui-même qualifie ce vin de blockuster, d'interprétation moderne de chateauneuf du pape et d'un des trois meilleurs vins de l'appellation, lui donne une fabuleuse note de 95.
Que pensez de ce vin? Est-ce que j'aime ça?
Que servir avec ce monstre? Je n’en ai aucune idée.
Grenache à 60 % et mourvèdre, c'est une des trois cuvées du Clos Saint-Jean.

3 étoiles
Prix: 
94,00 $
Syndiquer le contenu