Informations

Vous voulez boire du vin avec moins de sulfites

Comment faire pour trouver les vins qui contiennent le moins de sulfites?

Tous les vins contiennent du sulfite, appelé aussi soufre, dioxyde de soufre ou SO2.
Ça peut aller de 25 milligrammes à 250 milligrammes au litre. Les vins liquoreux peuvent en contenir jusqu'à 400 mg/l.
Pourtant, la dose journalière admissible de sulfites établie par l'Organisation mondiale de la santé est de 50 mg par jour pour un adulte de 70 kg.

Toutefois, on n'est pas certain si c'est vraiment dangereux pour la santé à ces doses. Certaines personnes se disent plus sensibles. D'autres préfèrent ne pas savoir.

On indique sur la bouteille «CONTIENT DES SULFITES», aussitôt qu'il y en a 10 mg/l. Il y a toutefois une différence entre 10 et 250. Certains estiment que l'on devrait afficher sur la bouteille le taux de sulfites contenu dans le vin au moment de son expédition. Les producteurs ont cette information. Certains l'indiquent sur la fiche technique fournie aux journalistes.

La dose maximale permise pour les vins rouges secs est de 150 mg/l; 200 pour les rouges sucrés, les blancs et rosés secs; 250 pour les blancs et rosés sucrés et beaucoup plus pour les liquoreux. Les vins sucrés ici sont ceux qui contiennent plus de 5 grammes de sucre au litre. (voir tableau)

Comment faire pour trouver les vins qui contiennent le moins de sulfite
Je vais vous donner quelques trucs.
Il faut savoir que le sulfite est un antibactérien et un antioxydant. Alors le vigneron en met selon les actes qu'il pose.

Vendanges: mécaniques ou manuelles.
Commençons par le travail à la vigne. Le vigneron peut faire deux types en vendanges: mécaniques ou manuelles.
La première ramasse tout et peut abimer le raisin. Donc il peut y avoir des raisins brisés, des raisins écrasés dans les gros contenants. Il faut alors mettre du sulfite pour éviter l'oxydation et la propagation des bactéries et des levures. Par contre en vendanges manuelles, on sélectionne les grappes de raisins et on les met souvent dans de plus petits contenants, des cagettes, les risques de bris sont moindres, donc on a moins besoin de sulfites.

Ainsi, il peut y avoir moins de sulfites dans les vins faits de vendanges manuelles. Certains producteurs indiquent sur la bouteille s'il s'agit de vendanges manuelles. Ceux qui font la vendange mécanique ne l'indiquent jamais sur la bouteille. Ici à Vin Québec, nous l'indiquons lorsque nous avons l'information.

  1. Donc, premier élément à surveiller: vendanges manuelles.

Levures indigènes
Deuxième indice. Comment le producteur conduit la fermentation de son vin. Avec des levures naturelles ou achetées. Levures contenues sur la peau des raisins (levures naturelles) ou levures exogènes (levures sèches du marché). Si le producteur veut utiliser les levures lyophilisées achetées, il devra éliminer les levures présentes sur le raisin. Pour ce faire, il les tuera avec du sulfite. Donc, encore là ajout de sulfite.

    2. Deuxième élément: les levures indigènes

Gros ou petit, vrac ou bouteille
Troisième indice: la taille du producteur. Plus le producteur traite de grandes quantités de vin, plus il y aura manipulation et plus il devra utiliser de sulfite afin de réduire les risques de contamination. Le vin vendu en vrac et transporté en vrac peut aussi nécessiter plus de soufre. Ces vins vendus dans les épiceries, longtemps sur les rayons, exposés au soleil, à la chaleur, à la lumière doivent contenir plus de sulfite pour se conserver en bon état.

   3. Privilégiez les petits producteurs, les vignerons de qualité, évitez le vrac et les vins de dépanneurs.

Vraiment sec
La mode est au vin rond, très fruité, type Ménage à Trois. Si l'on consulte la liste des vins les plus vendus au Québec, l'on constate que ce sont des vins rouges légèrement sucrés. (voir ici). Ces vins contiennent plus de 4 ou 5 grammes de sucre. Plus il y a de sucre dans la bouteille, plus est élevé le risque de refermentation. Pour éviter cela, les producteurs y mettent plus de sulfite.

   4. Choisissez les vins vraiment secs. Ceux qui contiennent moins de 5 grammes de sucre au litre.

Acidité élevée ou non
Le sulfite perd de son efficacité en milieu alcalin (basique). Donc, si le vin est peu acide (pH élevé: plus de 3,5) il faudra augmenter la dose de sulfite. Certains producteurs indiquent le taux de pH sur les fiches techniques fournies aux journalistes. Sur Vin Québec, nous donnons cette information, lorsque disponible.

  5. Choisir les vins acides, ceux qui ont un pH de 3,5 et moins.

Bio ou pas
Les règlements concernant la production bio prescrivent des maximums de sulfites plus bas. C'est 100 au lieu de 150 g/l pour les vins rouges secs. En biodynamie, c'est encore plus bas, soit 70 g/l. (voir tableau) De plus, des producteurs bio, ceux certifiés AB en France, se fixent des limites encore plus basses.

  6. Choisir les vins bio et biodynamie.

Le bouchon
Tout au long du processus de fabrication du vin, on ajoute du soufre, et une partie de ce soufre reste dans le vin et une bonne partie se transforme, se dissout et devient moins actif. Avant la mise en bouteille, le producteur vérifie la quantité de soufre qu'il reste dans le liquide et en ajoute pour compenser lors de l'embouteillage. Si un producteur juge qu'il faut 100 grammes pour que son vin voyage bien et se conserve bien et qu'il constate qu'il n'y en reste que 30 grammes, il en ajoute donc 70 grammes au litre. Ce soufre, dont une partie seulement sera active (1/3), sera probablement encore dans la bouteille lorsque vous l'ouvrirez.

Dépendant du type de bouchon, on ajoutera plus ou moins de sulfites. Plus le bouchon est étanche, moins on en mettra. Ainsi, des producteurs de vin sous capsule à vis peuvent en mettre moins.  Certains producteurs essaient même de ne pas en ajouter ou tout au moins de n'avoir que 30 ou 40 grammes de sulfite dans la bouteille au moment de l'expédition. Ce sont ceux que l'on appelle les producteurs de vin nature ou naturel.

  7. Préférez les capsules à vis et les vins nature

L'âge du vin
Le soufre (dioxyde de soufre), SO2, étant un composé impair de trois molécules ( 1 Soufre + 2 Oxygènes) il est donc instable et tend à se transformer en présence d'autres molécules. Il devient H2SO3 (sulfite) en présence d'eau. Ainsi dans le temps, il se dissipe, se dissous, se combine avec d'autres éléments. De plus, il peut aussi s'évaporer entre le bouchon et le goulot de la bouteille. Donc, plus le vin monte en âge, moins il restera de sulfites.

  8. Buvez les vins plus vieux.

En résumé, si vous voulez minimiser votre consommation de sulfite dans le vin, choisissez les vins affichant les caractéristiques suivantes.

Vendanges manuelles — levures indigènes — petites productions — vins vraiment secs — vins acides — vins bio — capsule à vis — vins nature — vins vieux.

 

De l'air
Un dernier truc. Les sulfites étant instables et volatils peuvent se dissiper à l'air libre. Alors, aérez votre vin, passez-le en carafe, ou faites tourner le liquide dans votre verre afin d'éliminer le plus de soufre volatile que possible.

  9. Aérez le vin

 


Tableau de SudVinBio

 

Pour en connaître plus sur les sulfites:

Objectif Lune 12 $ à la SAQ!

La SAQ dit maintenant qu'elle va augmenter le nombre de vins à moins de 12 $.
Selon le Journal de Montréal, ce serait même une demande du conseil d'administration.
Ce serait aussi la conséquence de nombreuses critiques du public.

Le journal cite des chiffres donnés par la SAQ disant qu'en 2012, il y avait 138 vins de moins de 12 $. Ils seraient maintenant au nombre de 101 selon M. Benoit Beaudet, directeur de la mise en marché des vins courants, cités par le journal.

La SAQ se fixe comme objectif d'atteindre 140 vins à moins de 12 $ d'ici l'automne.

Pourtant, cet objectif est déjà presque atteint!

En effet, il y a chiffre et chiffre; ainsi que catégorie et catégorie.

Dans le Journal de Montréal, la SAQ affirme qu'il y avait 138 vins de moins de 12 $ en 2012.
Pourtant, d'après les chiffres mêmes de la SAQ, il y avait 141 vins de moins de 11 $ en 2013.
Donc, un an auparavant, la catégorie des - 11 $ aurait été plus grande que celle des  - 12 $ l'année suivante!

De plus, M. Beaudet dit qu'il y a actuellement 101 vins de moins de 12 $ à la SAQ. Pourtant sur le site saq.com on en compte 127.

Il y donc quelque chose qui cloche, ces chiffres ne correspondent pas.
Pourquoi?
C'est courant!

Si nous regardons la liste des 127 vins de moins de 12 $ sur saq.com, l'on voit que certains ont des millésimes et d'autres non. 24 ont des millésimes, ce seraient donc des vins de spécialité. (Parce que la SAQ ne veut plus mettre de millésimes sur les vins de la section des vins courants.) Donc il y a 127 vins de moins de 12 $, dont 103 dans la section des produits courants.

Que devient donc l'objectif de 140? Si on en a déjà 127. Si on enlève ces 24 vins de la section des spécialités pour les mettre dans la section courante, on y est presque.

Chaque victoire compte!

C'est le titre d'un article du journal du principal syndicat des employés de la SAQ.

On y relate la consternation et la mobilisation des employés d'une succursale face à une décision de la direction d'éliminer les vins blancs de spécialité dans ce magasin au coeur du Plateau Mont-Royal.

Ces employés disent être à l'écoute de leur clientèle et tentent «dans la mesure permise par la SAQ, de répondre au mieux à leurs attentes.» «Ils ont pris goût à nos conseils.» Il est donc «dommage de les obliger, tel que suggéré par le Service à la clientèle, d’aller ailleurs pour acheter leur vin», dit un employé de la succursale Express Laurier.

Ces employés se sont mobilisés, malgré le refus de la direction locale et ont écrit à la haute direction. «Pour eux, cette fâcheuse décision de la SAQ priverait une clientèle friande de
découvertes».

Le journal du syndicat ajoute «heureusement, ces efforts ont porté leurs fruits : la SAQ semble avoir compris en reculant le bulldozer du planographe (*), et en octroyant un minimum de flexibilité quant aux vins blancs de spécialité en frigo.»

Le journal Le Pionnier ajoute que «la planification dite "intégrée" de la mise en marché, tel qu’elle est pratiquée à la SAQ, est trop éloignée de la réalité des succursales.»

Hélas, en voulant tout diriger d’en haut, la SAQ s’éloigne de sa clientèle et se prive de la fine connaissance de ses employés de succursale.»

Le collectif des employé(e)s de la division 83 SEMB SAQ (CSN) conclue en écrivant «réapproprions-nous notre travail. Nous en retirerons une plus grande fierté et les clients de la SAQ, les véritables actionnaires/propriétaires de cette entreprise, seront encore plus satisfaits. Au bout du compte, ce seront eux les grands gagnants!» (Chaque victoire compte! Le Pionnier, Hiver 2014)
____
* Planographie: ce que la SAQ appelle planographie c'est l'ensemble de ses règles uniformes et obligatoires de placement des produits sur les rayons.

Brunello versus Vino Nobile

Une dégustation à l'aveugle de 5 Brunello et de 5 Vino Nobile.
Montalcino contre Montepulciano.

Que valent les Vino Nobile face aux Brunello?
Ce sont deux appellations de Toscane, voisines et situées au sud Sienne. Toutefois, les Brunello ont meilleure réputation. Cette appellation Brunello di Montalcino est considérée la meilleure appellation de Toscane.
Les vins de Montalcino se vendent ainsi plus cher que ceux de Montepulciano. Le prix médian des Brunello à la SAQ est de 60 $; alors que celui des rares montepulcianos est de 30 $.

Selon certains, la réputation des brunellos est surfaite, et plusieurs ajoutent que leurs prix sont trop élevés.

  Brunello
di Montalcino
Vino Nobile
di Montepulciano
Superficie 2100 ha 1200 ha
Cépage Sangiovese grosso (100% depuis 2009) Sangiovese dit prugnolo gentile 70%min
canaiolo et autres
Altitude 150 à 500 m 250 à 600 m
Production 10 millions de bouteilles
(+4 millions de rosso)
7 millions de bouteilles
Vignerons 258 229
Caves 208 70
Exportation 65 % 59 %
Marchés Usa 25%, Allemagne 7%, Suisse 5% Allemagne 33%, Suisse 23%, Usa 14%
SAQ 66 vins 10 vins
Millsimes surtout 2009 surtout 2010
Prix SAQ 30 $ à 257 $ 21 $ à 255 $
Prix médian 60 $ 32 $
Millésimes 2012-2010-2007-2006-2004-1997
2012-2007-2006-1999-1997
Sources: Consortium Brunello Consortium Vino Nobile

Deux membres de l'Académie du vin de l'Outaouais ont eu l'idée géniale d'organiser une dégustation comparative de vins des deux appellations.

Donc cinq séries de deux vins; un de chaque appellation; dégustés à l'aveugle. Puis, l'on demandait aux 14 participants de choisir son vin préféré pour chacune des 5 séries.

Le résultat (le préféré indiqué par un X):

1- 2005 Querce Bettina, Brunello di Montalcino  IP 58 $  X
1- 2006 Salcheto Salco Evoluzione, Vino Nobile di Montepulciano 50 $
 
2- 2004 Argiano, Brunello di Montalcino 65 $
2- 2007 Valdipiatta Vigna d'Alfiero, Vino Nobile di Montepulciano  54 $ X
 
3- 1997 Carpineto Riserva, Vino Nobile di Montepulciano 65 $
3- 1997 Castelgiocondo, Brunello di Montalcino  48 $  X
 
4- 2004 Castello di Velona, Brunello di Montalcino  81 $ X
4- 2007 Dei Bossona Riserva, Vino Nobile di Montepulciano  50 $
 
5- 2007 Tenuta Caparzo Vigna la Casa, Brunello di Montalcino  67 $
5- 2006 Poliziano Asinone, Vino Nobile di Montepulciano 50 $  X

Donc: 3 Brunello contre 2 Vino Nobile.
Un résultat assez serré.

Un des deux organisateurs de la dégustation, Denis Desjardins, nous dit ceci.
«Je ne crois pas que cet exercice ait pu dégager quelque chose d'autre que ce que l'on savait déjà, c'est-à-dire que les Vino Nobile, appellation moins prestigieuse, peuvent faire la barbe au Brunello de 10 ou 15 $ plus cher. Je crois que l'ensemble des gens présents a été conquis également par les deux appellations. Les Poliziano et Valdipiatta valent bien des Brunello de grande maison à 75 $.»

Ce sont tous des vins de très grande qualité. Leur capacité à s'améliorer en cave est étonnante. Les 1997 des deux appellations sont élégants et superbes. Les 2007, sauf le Caparzo, sont encore bien trop jeunes.

Le coorganisateur de cet évènement, Mario Couture, nous dit «qu'on a aussi observé que les Vino Nobile étaient légèrement plus foncés que les Brunello et qu'ils possédaient un peu plus d'extractions que les Brunello qui eux étaient plus axés sur la finesse et la subtilité. Je trouve qu'il est malheureux qu'on ne puisse pas trouver plus de Vino Nobile de haut niveau à la SAQ.»

Il n'y a en effet que 10 Vino Nobile contre 66 Brunelo sur les rayons de nos magasins d'État.

Les arômes de ces vins et la couleur (rouge pâle et teinte orangée) ont évoqué ceux des Barolo à certains dégustateurs. Les tanins de ces Brunello et Vino Nobile sont de grande qualité sur une acidité juteuse.

Donc, ces deux appellations peuvent nous donner des vins de garde de belle qualité qui se développeront 5 à 10 ans après leur achat.

Les grands millésimes des Vino Nobile
Les grands millésimes des Brunello

Carte des producteurs de Vino Nobile

Des Brunello à Vin Québec...
Des Vino Nobile à Vin Québec...

___
  Nous avons mis les appellations en majuscules pour une plus grande facilité de lecture du texte.
 

La barre est toujours plus haute à la SAQ

Les acheteurs-vendeurs de la SAQ ont baissé les bras depuis longtemps dans leur offre de vins à moins de 10 $.

Toutefois, en janvier 2013 la SAQ nous promettait de faire de gros efforts pour nous dénicher des vins de moins de 11 $. (1)

Cette année, la barre est haussée encore. La SAQ nous dit dans un texte alambiqué qu'elle fera des efforts encore, mais maintenant pour des vins à moins de 12 $.

«Puisque nous souhaitons satisfaire tous nos clients, nous demeurons bien sûr à l’affût de nouveaux produits à proposer sous les 12 $.»

«77 vins étaient vendus à moins de 12 $. Encore une fois, nous avons mis notre expertise au service de nos clients afin de dénicher de nouveaux vins et le portrait actuel fait état de près de 100 produits disponibles dans nos magasins.»

La SAQ ajoute «Nous avons bien l’intention de poursuivre nos efforts en ce sens! Plusieurs nouveaux arrivages sont déjà prévus, notamment en avril. Ainsi, près de 40 nouveaux vins seront disponibles d’ici septembre prochain.» (2)

Nous supposons que ces 40 nouveaux vins seront à moins de 12 $.

La SAQ répondait ainsi à un texte de Pierre Couture du Journal de Québec Les aubaines se font rares à la SAQ, qui citait, entres autres, des chiffres de Vin Québec.

(1) La SAQ recule sur l'affaire des vins à bon prix
(2) Communiqué SAQ: De grandes trouvailles à tous les prix: l'expertise de la SAQ.
(3) Les aubaines se font rares à la SAQ, Journal de Québec.

Mousseux, Sicile et Sardaigne en hausse

Porto et Sud-Ouest en chute!

Toscane en hausse et Bordeaux en baisse!
Les goûts évoluent, les modes changent, ainsi que les ventes.

  n M$ var %
Mousseux 164
16
+15
Sud-Ouest 106
5
-15
Sicile, Sardaigne 157
7
+13
Porto 151
5
-11
Toscane 916
32
+3
Bordeaux 789
28
-3
Champagne 129
11
+1

Les ventes en valeur de portos ont connu une chute de 11 % au Québec en un an.

Les ventes des vins du Sud-Ouest de la France sont aussi en chute de 15 % dans les magasins de la SAQ.

Pendant ce temps, les ventes de mousseux montent de 15 % à 16 millions de dollars.
Les vins de Sicile et de Sardaigne connaissent aussi une forte croissance de 13 % à 7,7 millions de dollars.

Tout ceci parmi les vins de la section des spécialités.

Savez-vous qu'il se vend plus de vin de Toscane à la SAQ (+ 3 % à 32 millions de dollars) que de vins de Bordeaux (- 3 % à 28 millions de dollars). Il y a 916 vins de Toscane à la SAQ contre 789 de Bordeaux.

Les mousseux au nombre de 164 seront plus nombreux bientôt. La SAQ cherche de nouveaux cavas et crémants.

Le nombre de vins des Îles italiennes de moins de 20 $ sera aussi haussé. Les acheteurs de la SAQ recherchent des vins de Bolgheri, de Maremma et les chiantis de la classe gran selezione.

Finalement, les ventes des 129 champagnes n'ont progressé que de 1 % à 11 millions de dollars.

(Ces chiffres de la SAQ ne comprennent pas ceux des magasins dépôts. Le nombre de produits n'inclut pas ceux de Signature ni du Courrier vinicole. Période de 12 mois se terminant en novembre 2014.)

 

Des vins moins chers à la SAQ

La majorité des 48 nouveaux vins à la SAQ en ce début d'année sont à moins de 15 $.
Ce qui contraste énormément avec les nouveaux arrivages des derniers mois.
 
Par exemple en mars dernier, 94 % des nouveaux arrivages étaient à plus de 15 $; et 70 % en novembre.
Il est vrai qu'en ce début de janvier, il n'y a pas d'arrivages Cellier, des vins qui sont souvent à plus de 20 $.
 
Toutefois, la différence est bien notable. Parmi ces 48 nouveautés, il y en a même 4 en bas de 10 $; 13 en bas de 11 $; et 20 en bas de 12 $.
De plus, 10 de ces 48 vins sont en rabais de 1 à 1,60 $.
 

$
31 janvier 2014 13 janvier 2015
-10 30 25
-15 640 533
15-20 1597 1490
20-30 2147 2269
30 + 3561 3977
  8025 8269
Les dirigeants de la société d'État semblent avoir entendu les remarques des consommateurs, des chroniqueurs vin et des députés.
 
Cependant, ceci ne change pas le portrait d'ensemble.
Il y a maintenant 25 vins en bas de 10 $ alors qu'il y en avait 30 en janvier 2014.
 
Il y a maintenant 533 vins à moins de 15 $ (rabais compris) contre 640 en janvier 2014.
 
La proportion des vins à plus de 20 $ continue toujours de progresser plus rapidement.
 
Ce nombre plus élevé de nouveaux vins de moins de 15 $ ne réussit pas à relever la proportion des vins à bon prix, mais empêche tout de même un rétrécissement trop accentué.
 

Des vins trop chers qui encombrent les rayons

Plus de 3000 des 8000 vins disponibles à la SAQ sont à plus de 40 $.
Les buveurs d'étiquettes (ou de cotes Parker) ne sont pourtant pas si nombreux au Québec.
Ces vins au prix souvent prétentieux ne se vendent pas toujours très bien.
Au magasin Signature de Montréal, 78 % des 1581 vins sont à plus de 40 $.
La majorité (863) est de France.
À celui de Québec (moins riche), 41 % des 3400 vins sont à plus de 40 $.

Les rayons sont encombrés, certains vins trop chers ne se vendent pas vite.
Le vin cher, c'est 80 % d'image et 20 % de vin.

Alors, il faut faire une vente et écouler des produits.
Ce sera le cas pour 30 vins qui seront réduits de 20 % du 8 au 25 janvier.

Des noms:
Jasper Hill Georgia's Paddock Shiraz Heathcote (Vous connaissez?) de 114 $ réduit à  91 $
Bodegas Mauro Terreus Vino de la Tierra Castilla y Leon 2008 (était 156 $)  125 $
Cos d'Estournel 2006 212 $ réduit à 169 $ (124 $ en France)
Maison Joseph Drouhin Clos Vougeot Grand Cru 2008 (était 193,75 $)  155 $
Sierra Cantabria Amancio Rioja 2008 104 $
M by Michael Mondavi Cabernet-Sauvignon Napa Valley  2007 de 214 $ à  171 $­.

 Voir la liste ici.
 

Vin Québec: les statistiques de fréquentation de 2014

Voici les statistiques de fréquentation du site vinquebec.com pour l'année 2014 selon Google Analytics.

C'est 432 000 sessions par 232 000 personnes qui sont venues voir 860 000 pages au cours des 12 derniers mois.

Ce qui en fait encore cette année le site internet sur le vin au Québec le plus visité après celui de la Société d'État des alcools.

C'est en augmentation par rapport à 2013 où il y avait eu 429 000 visites par 203 000 visiteurs.

Décembre a encore été cette année le mois au cours duquel Vin Québec a été le plus utilisé avec 30 968 utilisateurs.

La journée la plus achalandée en décembre a été le 23 avec 2015 utilisateurs et 5059 pages vues.

La journée la plus active de l'année a été le 25 février avec 2088 utilisateurs et 3745 pages vues. Cette journée-là, nous avons publié un article intitulé Moins d'employés et plus de pastilles à la SAQ. La journée la moins active a été le 28 juin avec 709 visiteurs.

En 2014, 85 % des visiteurs proviennent du Canada et 9 % de la France.
Par ville c'est 26 % de Montréal; 10 % de Québec; 4 % de Gatineau et de Longueuil; 3 % de Laval; 2 % de Lévis et de Trois-Rivières; 1,7 % de Toronto et de Paris; et 1,4 % de Sherbrooke.

Sur les 432 000 visites, 229 000 sont passés par le moteur de recherche de Google et 142 000 directement en tapant l'adresse vinquebec.com. Un peu moins de 10 000 visites a été générées par Twitter; et 4200 visiteurs sont venus via Facebook.

Les pages les plus visitées après la page d'entrée sont les pages Qualité-Prix; Sulfites dans le vin; Meilleurs rouges; Listes d'achats; Meilleurs vins rouges de 15 à 20 $; Grands vins; la page deux; Meilleurs rouges à moins de 15 $ et Vins pour la cave.

Les articles les plus lus (en entrée directe) cette année ont été:

  1. Sulfites dans le vin (18 000 visites par 16 000 personnes);
  2. Allergie, intolérance au vin;
  3. La conservation des portos;
  4. Taux de sucre dans le vin rouge;
  5. La conservation du vin une fois la bouteille ouverte;
  6. Températures de service du vin;
  7. Vocabulaire du vin;
  8. Une bouteille de vin par jour c'est bon pour la santé;
  9. Le vin le plus populaire au Québec est le Wallaroo Trail;
  10. Qu'est-ce qu’un vin corsé?

Les vins bio sont mieux notés par les dégustateurs professionnels

La proportion de bons vins est plus grande en bio que dans les vins ordinaires.
 
En juillet dernier j'ai écrit un article intitulé Le vin bio est meilleur à la suite d'une semaine de dégustation dans le Languedoc, où j'avais constaté que la proportion de bons et surtout de très bons vins bio était beaucoup plus grande que celle des vins non bio.
 
Eh bien, je découvre que je ne suis pas le seul à juger les vins bio meilleurs en général que les vins d'agriculture chimique.
 
Au Concours général Agricole 2014, près d’un vin bio sur 2 a été médaillé alors qu’en moyenne 23% des vins en compétition ont été primés.
 
Puis, au concours international du magazine Decanter (Decanter Wolrd Wine Awards), près de 65% des vins bio présentés ont été primés. En général, le nombre total de médailles dans les concours tourne autour de 33%.
 
Ce sont des chiffres assez révélateurs!
 
Ces données sont publiées par l'organisme SudvinBio qui annonce son salon Millésime Bio des 26, 27 et 28 janvier à Montpellier. (www.millesime-bio.com)
 
Au Québec, le nombre de vins affichés bio dans le répertoire de la SAQ progresse. Ils sont aujourd'hui au nombre de 298 sur 8300 vins tranquilles. C'est peu, mais c'est en nette progression. Ils étaient au nombre de 160 au début 2013 et 230 au début de 2014.
 
La demande des Québécois pour les vins bio s'accroît à tel point que dans quelques succursales des employés prennent l'initiative d'étiqueter ces vins ou même de les regrouper et de les signaler à la clientèle qui les cherche.
 

Les appellations espagnoles préférées des Canadiens

L'Espagne exporte 48 % de sa production de vin.
Le Canada est le 10e client en volume de l'Espagne. Nous importons l'équivalent de 17,8 millions de bouteilles de vin d'Espagne, en vrac ou en bouteilles (133 794 hl.)

Notre appellation préférée est la Rioja avec 2,8 millions de bouteilles.
Nous avons 143 vins de cette appellation à la SAQ. Dont Baron de Ley, Campillo, Campo Viejo, Conde de Valdemar, Cosme Palacio, Ijalba, Lan, Marqués de Caceres, Montecillo, Muga, Gravonia, Faustino, Marqués de Murrieta, Marqués de Riscal, Lepez de Heredia, Sierra Cantabria...)

Suivie de près par les Cava 2,2 millions de bouteilles de mousseux. Nous avons 26 vins de l'appellation Cava à la SAQ. (Codorniu, Freixenet, Hoya de Cadenas, Segura Viudas, Parés Balta, Raventos i Blanc...)

Puis, Cariñena avec 2,1 millions de bouteilles. (19 à la SAQ, Monasterio, Torrelongares, Monseran, Medina).

Les autres sont :
Campo di Borja 1,2 million de bouteilles; (10 à la SAQ, Borsao, Tocado, Moncayo).
Yecla 1,1 million de bouteilles (7 à la SAQ, Hecula).

Utiel-Requeña 900 000 bouteilles (7 à la SAQ, Bobal, Hoya de Cadenas)
Cataluña (Catalogne) 860 000 bouteilles (10 à la SAQ, dont 9 de Torrès.)
Almanza 820 000 bouteilles  (8 à la SAQ)
Valencia  750 000 bouteilles (10 à la SAQ. Blés, Bonhomme, Liria.)
La Mancha  710 000 bouteilles (11 à la SAQ. Fontal, Volver, Vinculo.)

Calatayud  610 000 bouteilles (5 vins à la SAQ).
Jerez-Xérès-Sherry  l'équivalent de 452 000 bouteilles (3394 hl) (28 à la SAQ. Lustau, Gonzalez Byass).

Ribera del Duero 430 000 bouteilles (57 à la SAQ, Pesquera, Arzuaga, Emilio Morro, Celeste, Alion.)
Penedés  427 000 bouteilles (15 à la SAQ. Vina Sol, Parès Balta, Mas Borras, Albert i Noya, Fransola).
Jumilla   420 000 bouteilles (17 à la SAQ. Luzon, Taja, Juan Gil).

Navarre 245 000 bouteilles (11 à la SAQ. Chivite, Gran Feudo).
Valdepeñas
220 000 bouteilles (10 à la SAQ. Laguna de la Nava.)
Rueda  207 000 bouteilles  (14 à la SAQ. Lurton, Shaya, Buil et Giné, Herederos.)
Bierzo  128 000 bouteilles (24 à la SAQ. Exaltos, Pittacum, Tilenus, Petalos, Palacios.)

Rias Baixas  90 000 bouteilles (15 à la SAQ. Terras Gauda, Morgadio, Martin Codax.)
Montsant  80 000 bouteilles (22 à la SAQ. Mas Collet.)
Priorat  63 000 bouteilles (54 à la SAQ. Palacios, Mas Igneus, Salmos.)

Les chiffres du ministère de l'Agriculture indiquent que nous d'importons pas de vins de l'appellation Toro! Pourtant si, il y en a 18 à la SAQ!

Certaines appellations d'Espagne sont fortement orientées vers l'exportation. Tel est le cas des Jerez-Xérès-Sherry exportés à 85 %; puis de Calatayud à 82 %; Utiel-Requena à 80 % et Cava à 67 %. Cette dernière, Cava est l'appellation qui exporte le plus avec 159 millions de bouteilles, devant la Rioja avec 136 millions de bouteilles.

Certaines appellations d'Espagne se consacrent surtout à la production en vrac, telle La Mancha dont 63 % de l'exportation se fait en vrac, et Valencia à 33 % exportée en vrac.

Sources: Ministère de l'Agriculture de l'Espagne et site de la SAQ.

Consultez notre sélection des meilleurs vins d'Espagne: vinquebec.com/vins-espagne

Le plus grand vignoble, producteur, importateur, exportateur de vin

La France importe beaucoup de vin!
La Chine est le plus grand producteur de raisins au monde!
Le Canada est le quatrième acheteur de vin au monde!
Et d'autres chiffres publiés cette semaine par FranceAgriMer.

Le plus grand vignoble du monde en surface : l'Espagne
Suivi de la France et de l'Italie. Tous trois en régression.
Le quatrième vignoble du monde est la Chine, en forte progression depuis 10 ans.
Le cinquième est la Turquie, suivi des États-Unis, du Portugal, de l'Iran et de l'Argentine, du Chili, de l'Australie, de l'Afrique du Sud, de l'Inde et de la Nouvelle-Zélande.

Le principal pays producteur de raisins : La Chine
Elle a dépassé l'Italie, les États-Unis, la France et l'Espagne.
La Turquie est le quatrième producteur de raisins (de cuve et de table) au monde, l'Inde est la huitième et l'Iran est le dixième.

Le principal consommateur : les États-Unis
Qui a dépassé dernièrement la France et l'Italie.

Le principal exportateur de vin en valeur : la France.
Avec 7,8 milliards d'euros.
Devant l'Italie (5), l'Espagne (2,5), le Chili (1,4) et l'Australie (1,3 milliard d'euros)

Le principal exportateur de vin en volume : l'Italie
Avec 20,3 millions d'hectolitres.
Puis, l'Espagne (17,7); la France (14,6); le Chili (8,8 Mhl).

Le premier importateur de vin en valeur: les États-Unis
3,9 milliards d'euros.
Le Royaume-Uni avec 3,7, l'Allemagne (2,6).

Le quart du vin importé au Canada l'est en vrac

Importation du vin au Canada en millions de litres
  En
bouteille
 En vrac
Italie 57 8
États-Unis 50 9
France 48 8
Australie 30 20
Chili 18 12
Argentine 18 6
Espagne 13 13
Portugal 8  
N. Zélande 8  
Afrique du Sud 7 13

En 2013, le Canada a importé 372 millions de litres de vin, dont le quart, soit 93 millions de litres ont été importé en vrac.

Le prix moyen du litre de vin en bouteille est de 6,92 $; alors que celui du vrac est de seulement 1,06 $ le litre.

Ce vin en vrac provient surtout d'Australie avec 20 millions de litres; puis d'Espagne, d'Afrique du Sud et du Chili avec 12 à 13 millions de litres chacun.

Le litre de vin d'Afrique du Sud est à 0,68 $; celui du Chili à 0,90 $ et celui d'Australie à 0,97 $.

Un marché qui évolue
Cinq ans auparavant, le Canada importait son vin en vrac surtout des États-Unis. C'était 22 millions de litres en 2008, contre 9 millions en 2013.

Il faut dire que le prix du litre américain était de 0,95 $ en 2008; mais il est monté à 1,72 $ en 2013. Pendant ce temps, celui de l'Australie baissait de 1,31 $ à 0,97 $.

Il est intéressant de constater que nous important d'Espagne autant de vin en vrac que de vin en bouteilles.

Aux États-Unis, c'est 29 % du vin importé qui l'est en vrac. Ils l'importent surtout du Chili (84 millions de litres), puis de l'Australie (62) et de l'Argentine (58), selon les chiffres compilés par Il Corriere Vinicolo.

Que fait-on de ce vin en vrac, puisque nous voyons surtout des bouteilles sur les rayons de nos magasins. Ce vrac est embouteillé ici et vendu en bouteilles ou viniers (boîtes de carton) dans les dépanneurs, les épiceries et dans les magasins de la SAQ. Il peut aussi être mélangé à d'autres vins, surtout en Ontario et en Colombie-Britannique. Il est dit alors «cellared in Canada» «vin élaboré au Canada». Ces vins représentent 33 % de la consommation de vin au Québec; 39 % en Ontario et 58 % de la consommation de vin en Colombie-Britannique.

Imaginez le profit: 1,06 $ le litre, c'est 0,80 $ la bouteille. Des vins qui sont vendus plus de 10-12-14-16 $ et plus!

 

Le vin bio contient moins de sulfites

Les vins bio contiennent moins de sulfites que les vins ordinaires.

En effet, comme nous le montre ce tableau tiré d'un document de SudvinBio, les doses de sulfites autorisés dans les vins bio sont moins élevées que ceux en culture dite conventionnelle.

Dans les vins rouges, la dose maximale autorisée de sulfites est de 150 mg/l dans les vins ordinaires; soit 50 % plus élevée que pour les vins bio européens. Les normes françaises Demeter, AB et biodynamique sont encore plus restrictives. Elles n'autorisent que 70 mg/l de sulfites par litre.

La dose journalière admissible de sulfites établie par l'Organisation mondiale de la santé est de 50 mg par jour pour un adulte de 70 kg.

Les doses de sulfites dans les vins rouges sucrés (si populaires au Québec) sont encore plus élevées, soit 200 mg par jour, le même que pour les vins blancs et rosés.

    Lire aussi Alergie, intolérance au vin.

    Consultez notre liste de vins bio de bons rapports qualité-prix.

Champlain Charest, la vie d'un collectionneur de vin

Le réputé collectionneur de vin Champlain Charest conte sa merveilleuse aventure dans le monde du vin. Ses relations avec son banquier, la SAQ, son travail, sa passion...
Émouvant et instructif!
Écoutez cette entrevue faite par Jolyanne Coté et produite par Cogeco TV.
L'entrevue réalisée en novembre, quelques jours avant la fermeture de son bistro, est présentée en trois parties.
 

Champlain Charest 2   (9 min 42
Champlain Charest 3  (8 min 40)

Pourquoi payons-nous le champagne si cher

Le prix du champagne sous contrôle !

Chaque année à ce temps-ci juste avant les fêtes, il a une profusion de textes sur les vins de Champagne. La machine à promotion tourne à fond.

En général, ce sont des textes de louanges, des textes complaisants. Toutefois, il arrive qu'on y trouve des informations intéressantes permettant de mieux comprendre le monde du commerce de ce fameux champagne.

C'est le cas d'un article du Figaro vin qui dévoile un peu le fonctionnement de cette industrie et particulièrement la fixation et le maintient des prix élevés artificiellement.
 
On connait les noms des grandes maisons de champagne, mais sait-on que plusieurs n'ont pas de vigne. La plupart achètent les raisins de vignerons. En fait 90 % des vignes de champagne appartiennent à de petits producteurs. Toutefois «les champagnes sont vendus à 75 % par de grandes marques, dont certaines ne possèdent aucun vignoble. Cherchez l'erreur», écrit Bernard Burtschy dans un article intitulé «Champagne : Les ingrédients du succès».

Prix obligatoire
Les vignerons et les fabricants sont regroupés en deux associations. Une qui représente tous les vignerons et l'autre tous les fabricants.

Plus de 200 000 bouteilles de Liano vendues en une seule journée

Dernière modification le 15 décembre

Les rabais font vendre.
Samedi dernier, le très populaire vin italien Liano (27,70 $) était réduit de 6 $.
Selon la maison Univins, il s'en est vendu 203 000 bouteilles cette journée-là.
De nombreux amateurs de ce vin en ont donc profité pour faire des provisions.

Il y avait pourtant une limite de trois bouteilles par produit.

C'est phénoménal, c'est la moitié des ventes de l'année. En effet, l'an dernier, il s'est vendu 471 000 bouteilles en 12 mois, et samedi 203 000 unitées en une seule journée!.

Ça semble incroyable. C'est une moyenne de 500 bouteilles par succursale!

Ce vin rouge d'Émilie-Romagne d'une certaine sucrosité avec ses 13 grammes de sucre au litre* selon la LCBO est composé de cabernet sauvignon et de sangiovese. Il est disponible dans presque tous les magasins de la SAQ.

C'est un phénomène. C'est la coqueluche de nombreux Québécois depuis plusieurs années. Fortement recommandé par de nombreux employés de la Société des alcools du Québec, il n'est toutefois pas donné à 27 $.

Voici ce que j'écrivais à ce sujet il y a quelques années. «Un vin toujours très populaire et qui est fortement poussé par des conseillers de la SAQ. En décembre 2003, la SAQ a donné une bouteille de Liano 2000 à tous ses conseillers en vin et à la plupart de ses employés en succursale pour la fête de Noël. Le vin était bon et l'effet a été monstre. Les employés se sont empressés de faire l'éloge du produit à tous les clients et lors de chaque arrivage on était accueilli à la SAQ par «Le Liano est arrivé!» L'effet perdure. Il est devenu à la mode.» (décembre 2007)

Il fait régulièrement partie du top 15 des vins qui rapportent le plus au Québec.

Il faut dire aussi que les vins rouges légèrement sucrés gagnent en popularité chez nous. La concurrence est forte dans ce créneau entre les Ménage à Trois, Apothic Red, Cupcake, Little Penguin et Yellow Tail.

Des gens n'aiment pas l'acidité et préfèrent donc ces vins doux.

Toutefois, ces vins pelucheux sont dénigrés par de nombreux amateurs de vin qui les considèrent comme étant trop racoleurs.

Le Liano n'est mentionné dans aucun des quatre guides du vin Aubry, Phaneuf, Lapeyrie et Harnois

Mentionnons aussi que ces vins rouges sucrés peuvent contenir plus de sulfites que les vins rouges secs, car il y a plus de risque de refermentation et de contamination.  En effet, en Europe, la limite maximum de sulfite permise est de 200 mg/l pour les vins rouges de plus de 5 grammes de sucre; alors qu'elle est de 150 mg pour les vins secs.

Aux amateurs de Liano, essayez aussi les Carpineto, Lan, d'Aiguilhe, Bujanda, Marchese Antinori, Poggibano, Sovrana, Bruciato ou Ruché.

Les autres gros vendeurs
Quatre autres produits étaient aussi en rabais ce 6 décembre. Voici leurs ventes pour cette seule journée:
Apothic Red: 138 000 bouteilles
Kim Crawford sauvignon: 123 000 bouteilles
Comtes Roquefeuil: 100 000 bouteilles
Champagne Chanoine: 25 000 bouteilles
  (Ces chiffres sont arrondis.)

 * Définition de vin sec
«Le vin est dit sec, lorsque le vin contient 4 g/l de sucre au maximum ou 9 g/l lorsque la teneur en acidité totale (exprimée en grammes d'acide tartrique par litre) n'est pas inférieure de plus de 2 g/l à la teneur en sucre.»
Définitions des produits, Organisation internationale de la vigne et du vin (18/73 & Eco 3/2003)

Voir Taux de sucre dans le vin rouge
      Êtes-vous un buveur de vin de type A ou B?

Des vins en bas de 10 $ SVP

Les Québécois veulent des vins plus chers, nous répètent les propagandistes de la SAQ.
 
Pourtant, si l'on regarde les chiffres ce n'est pas ce que nous disent tous les Québécois.
 
Étudions les chiffres pour les vins rouges du Portugal au répertoire des produits courants de la SAQ. Ils sont au nombre de 14.
 
Les 5 vins à moins de 13 $ représentent 59 % des ventes en valeur de cette section. Ils rapportent 19 millions des ventes, soit plus que les 9 autres vins plus chers réunis. Les 4 suivants un peu plus chers (13 à 15 $) rapportent 25 % des ventes; puis les 5 plus chers (15 à 20 $) ne rapportent que 16 % des ventes.

 

Vins rouges du Portugal
produits réguliers - ventes millions $
  N M $ %
00,00 à 9,95 $ 0 0  
10,00 à 12,95 $ 5 19 59
13,00 à 14,95 $ 4 8 25
15,00 à 17,45 $ 4 4 14
17,50 à 19,95 $ 1 0,8 2
  14 33 100

N = nombre de produits
M $ = vente en millions de $
% = pourcentage des ventes totales en valeur.
Notons qu'il ne reste plus de vins du Portugal à moins de 10 $ depuis que le Vila Regia a dépassé la barre du 10 $. L'an dernier, lorsqu'il était à 9,95 $, il rapportait 4 millions de dollars soit 12 % des  ventes de cette section à lui seul. En croissance de 8 % en 12 mois.
 
La SAQ cherche maintenant un vin rouge du Portugal de moins de 10$.
 
Nous remarquons la même chose pour d'autres régions. Par exemple, les 41 vins rouges (produits courants) du Languedoc de moins de 15 $ représentent 83 % des ventes; alors que les 17 vins à plus de 20 $ forment 17 % des ventes. La SAQ cherche aussi un autre vin du Languedoc à moins de 10 $ pour regarnir ses tablettes.
 
Il est à noter aussi que la SAQ indique dans ses documents intitulés Stratégie gestion des assortiments qu'elle recherche des formats 1,5 litre de plusieurs pays pour sa section des produits courants.
 
La SAQ a réussi à maintenir ses proportions de vins à moins de 15 $ au cours des derniers mois: soit 500 sur 8300 vins. Ceux à moins de 10 $ sont au nombre de 22 alors qu'ils étaient 67 au début de 2013, 90 en 2012 et 180 en 2009.
 

Accès à tous les vins de la SAQ

Comment avoir accès à tous les vins de la SAQ. Bientôt?
 
C'est le temps des fêtes, on cherche des bulles. Il y a aujourd'hui 500 mousseux de tous les formats dans les succursales de la SAQ.
 
Toutefois, ce choix est très inégalement réparti d'une région à l'autre, d'une ville à l'autre.
 
Ainsi, les citoyens des îles de la Madeleine n'en ont que 62 dans leur magasin. À Arvida c'est 45; à Victoriaville, La Tuque et Maniwaki c'est 38 mousseux; à Bonaventure 36;  à Amqui 32; à Fort-Coulonge et Cabano 26; à Forestville 22 et les gens de Percé ont le choix de 21 champagnes et autres mousseux dans leur unique magasin.
 
Par contre, les citoyens de Rockland ont le choix de 253 mousseux et à Westmount c'est 216.
Donc, un choix très inégal et souvent limité dans certaines régions.
 
La SAQ a 400 succursales, chacune ne peut détenir tout le répertoire.
De plus, la répartition des vins est souvent étonnante.
 
Je donne un exemple. Cette semaine, je cherche un vin Le Grand Clos Chardonnay de Clos Jordanne. Le site de la SAQ m'indique qu'il y en a dans 12 succursales. Il y en a 1 à 7 bouteilles dans 11 de ces succursales, mais 220 dans la douzième!
 
Un autre exemple. Celui-ci très frustrant. Je viens de me procurer le beau guide du vin de Nadia Fournier. Sa sélection appelée Les grappes d'Or est très intéressante. J'en note quelques-uns. Toutefois, l'application saq de mon téléphone intelligent m'indique que je devrai faire 200 kilomètres pour me les procurer.
 
Destination succursale
Comment faire pour rendre accessibles ces bouteilles réparties sur un si grand territoire. D'autant que plusieurs de ces bouteilles sont dans les arrières magasins de certaines succursales.
 
Il y a un moyen. Ça pourrait changer. En effet, la direction de la SAQ devrait annoncer après les fêtes un nouveau service qui sera appelé Destination succursale.
 
En principe, ce service devrait permettre à tous les consommateurs âgés de 18 ans et plus d'avoir accès à tous les produits du répertoire de la SAQ. C'est-à-dire 8900 vins tranquilles, 500 mousseux et 300 portos et autres vins fortifiés.
 
Ce projet est à l'étude depuis un certain temps, lisait-on en 2013 dans un document de la SAQ destiné aux fournisseurs. «Destination succursale, est actuellement en cours de développement. Le client qui passera une commande par le biais du Web aura la possibilité de réceptionner celle-ci à la succursale de son choix (parmi celles éligibles), et ce, sans frais.»
 
Chaque consommateur pourra donc commander un vin parmi un plus grand choix et le faire livrer dans une succursale de sa ville.
 
Les détails du projet devraient être dévoilés dans quelques semaines.

Baisse des ventes en volume dans les succursales de la SAQ

Et hausse dans les épiceries!

Les ventes de vin, bières et spiritueux ont diminué en volume dans les succursales de la Société des alcools du Québec au cours du deuxième trimestre 2014.

Pendant ce temps, les ventes en volume augmentent chez les épiciers.

La Société des Alcools vient de publier ses résultats financiers pour le deuxième trimestre 2014 qui s'est terminé le 13 septembre.

On y apprend que les ventes en volume total ont légèrement augmenté au cours du dernier trimestre comparé au même trimestre de l'année précédente.

Toutefois, cette hausse est due entièrement aux épiciers. En effet, ces chiffres révèlent que les ventes en succursales ont reculé de 100 000 litres à 38,8 millions de litres pendant que les ventes augmentaient de 500 000 litres dans les épiceries à 8,4 millions de litres. Une hausse de 6,3 %.

Les ventes aux restaurateurs sont restées stables à 4,9 millions de litres. Et les ventes des agences (situées essentiellement dans les épiceries) ont augmenté de 100 000 litres.

En dollars, toutefois, les chiffres augmentent légèrement en succursales de 1,7 %;  de 8 millions de dollars à 489 millions $. On rappelle qu'il y a eu une hausse de 25 cents la bouteille le 1er août qui devrait rapporter 12 millions de $ par trimestre.

La hausse des ventes a été beaucoup plus forte en épicerie: soit 7 %. C'est-à-dire 4,5 millions $ pour atteindre 68,2 millions $.

Ventes en volume au 2e trimestre 2013 et 2014
(millions de litres)
  2013
2014
 
Succursales 28,9 28,8 -0,1
Épiceries 7,9 8,4 +0,5
Agences 2,6 2,7 +0,1
Restaurants-bars 4,9 4,9  
  Total
44,3
44,8
+0,5
Ventes en valeur au 2e trimestre 2013 et 2014
(millions de dollars)
  2013
2014
 
Succursales 480,9 489 +1,7 %
Épiceries 63,7 68,2 +7,1 %
Agences 33,8 33,4 -1,1 %
Restaurants-bars 86,1 88,0 + 2,2 %
    Total
664,5
678,6
+ 2,1 %
 @vinquebec.com

D'autres chiffres

Les ventes de vin en volume ont augmenté de 600 000 litres, essentiellement en épiceries, grossistes et agences. Les ventes de spiritueux ont augmenté de 100 000 litres, mais les ventes de boissons panachées ont baissé de 200 000 litres.

Les ventes de vin représentent 80 % des volumes et 74 des ventes en dollars.

«La rémunération du personnel, qui constitue la principale catégorie des charges nettes de l’organisation, a totalisé 81,8 millions de dollars contre 78,1 millions de dollars en 2013-2014, soit une augmentation de 4,7 %.»

«La marge nette dégagée par l’exploitation s’est établie à 35,7 %, contre 35,9 % en 2013-2014.»

«Pour le second trimestre, ces revenus ont atteint 469,3 millions de dollars, comparativement à 457,6 millions de dollars en 2013-2014, une croissance de 11,7 millions de dollars. Les sommes versées au trésor québécois ont totalisé 378,7 millions de dollars, en hausse de 9,8 millions de dollars ou 2,7 %. Cette variation s’explique principalement par un résultat net plus élevé et par une perception plus importante de taxes à la consommation résultant de la progression des ventes du trimestre ainsi qu’à l’harmonisation, au 1er août 2014, des taux de la taxe spécifique prélevée sur la vente de boissons alcooliques au Québec. Quant aux sommes versées au gouvernement fédéral, elles ont totalisé 90,6 millions de dollars, une augmentation de 1,9 million de dollars.»

  Source: Rapport financier intermédiaire 2e trimestre 2014-2015

Voir l'inventaire de votre succursale SAQ

Les magasins de la SAQ ouvrent à 13 h le 26 décembre.  

Un outil pratique qui permet de connaître l'inventaire de la succursale que vous voulez aller visiter.

Vous pouvez consulter en ligne l'inventaire de votre succursale SAQ préférée avant d'aller y faire vos achats.

Cette fonctionnalité peu connue, même parmi les employés de la SAQ, existe depuis maintenant un an. C'est une demande qui avait été formulée depuis longtemps par des amateurs de vin.

Il suffit pour cela d'aller à la fiche de la succursale de votre choix en cliquant sur Trouver une succursale dans le site saq.com.

Un exemple: si je prends la succursale d'Aylmer, on y voit qu'il y a 1221 vins de tous les formats, dont 450 de France; 21 rosés; 6 nero d'avola; 14 cahors; 59 de la pastille «fruité et léger»; 39 vins bio...

Donc, avant d'y aller nous pouvons voir sa sélection par cépage (ex. 7 barberas, 15 chenins) ou bien par appellation (ex. Chablis au nombre de 5). Et pour chacun des critères, on peut savoir le stock par prix (ex.  Il y a 67 sauvignons, dont 12 à moins de 15 $ et 9 de Nouvelle-Zélande, dont un à moins de 15 $.)

Vous cherchez du mourvèdre? Il y en a 34 dans cette succursale; dont 7 à moins de 20 $ et 11 du Rhône.

On cherche un cabernet sauvignon bio? Il y en a 5: 2 de France, 1 d'Argentine, 1 d'Espagne et 1 d'Italie.

Un mousseux rosé? Il y en a 11, dont 2 à moins de 15 $ et 2 de 15 à 20 $.

Vous voulez profiter des promotions? Il y a 56 vins en rabais dans ce magasin.

L'inventaire en ligne nous montre l'ensemble des vins y compris ceux cachés dans l'arrière-magasin.

Vous pouvez aussi enregistrer sur le site vos succursales préférées ce qui vous permettra de vérifier les quantités en stock des produits dans les succursales que vous aurez choisies.

Vous pouvez donc consulter l'inventaire de chaque succursale avant d'y aller faire un tour. 

Par contre, on ne voit pas directement combien de bouteilles du produit désiré sont disponibles dans cette succursale. Il faut faire une autre recherche pour cela.

Finalement, prendre connaissance au préalable des vins disponibles dans la succursale que vous allez visiter facilite grandement votre magasinage. De plus, vous étonnerez des employés de la SAQ par votre grande connaissance de leurs stocks de vins.

Donc, trouver votre succursale.
  Puplié le 1 décembre et mis à jour le 26 décembre.

 

Plus de vins ontariens à la SAQ

Il y aura bientôt plus de vins ontariens sur les rayons du monopole des alcools du Québec.
En effet, le gouvernement de Philippe Couillard a demandé aux dirigeants de la SAQ de faire plus de place aux vins et autres alcools de la province voisine.

La première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, a demandé à la LCBO de rendre la réciproque au Québec.

L'annonce en a été faite hier conjointement par les deux premiers ministres provinciaux lors d'une rencontre pour renforcer le commerce entre les deux provinces.

«Les premiers ministres Wynne et Couillard ont demandé à la Régie des alcools de l'Ontario (LCBO) et à la Société des alcools du Québec (SAQ) de faciliter la commercialisation et la vente de produits alcoolisés, produits localement dans chaque province, par l'intermédiaire de leurs points de vente», lit-on dans un long communiqué de presse publié par le cabinet du premier ministre du Québec.

Il y a actuellement 68 vins de l'Ontario sur les rayons de la SAQ en plus de 29 vins de dessert, 31 spiritueux et 41 coolers et cocktails. (Il y a ainsi 45 vins de la Colombie Britannique et 79 vins du Québec.) Il n'y a pas de vins québécois à la LCBO, mais on y trouve 90 bières, cidres et spiritueux.

Le Québec produit localement un peu moins de 2 millions de bouteilles de vin par année. L'Ontario en produit 15 fois plus juste en vins certifiés VQA, soit 32 millions de bouteilles.

L'industrie du vin embouteillé au Québec (importations en vrac donnant 55 millions de bouteilles) ne semble pas concernée par cette entente entre les deux gouvernements. Ces vins sont considérés comme étant des produits canadiens par le fédéral, mais comme des produits étrangers par le provincial.

_______
Sources

Un partenariat Québec-Ontario renouvelé qui donne des résultats
VQA Wine Facts and Statistics
LCBO
L’industrie du vin au Québec, Activité ASDEQ-ASQ, Gilles Proulx
Rapport annuel SAQ 2014

Beaujolais nouveau Ontario-Québec

Les Beaujolais nouveaux sont trois dollars plus chers au Québec qu'en Ontario!

La SAQ et la LCBO mettent en vente quatre Beaujolais nouveaux demain.
Toutefois c'est beaucoup plus cher au Québec où les prix vont de 16,75 $ à 19,70 $.
Alors qu'en Ontario c'est de 13,95 $ à 15,95 $.
De plus en Ontario il y a deux beaujolais-villages réputés de meilleure qualité que les simples beaujolais.

Le Duboeuf est 3,65 $ plus cher à la SAQ. Le Mommessin est 2,80 $ de plus.

Les deux monopoles proposent aussi des vins nouveaux provenant d'autres régions.
Le Gamay Duboeuf est 3 $ de plus au Québec.
L'Ontario propose deux vins nouveaux d'Italie à 9,45 $ et 9,95: la SAQ en propose un à 11,80 $!
La LCBO offre aussi un vin nouveau de l'Ontario.
 

SAQ
LCBO
Georges Duboeuf Gamay Nouveau Ardèche 12,95$ 9,95$
Mommessin Beaujolais Nouveau 16,75$ 13,95$
Georges Duboeuf Beaujolais Nouveau  18,60$
Beaujolais-Villages Nouveau G. Dubœuf  14,95$
Dom. des Terres Dorées Beaujolais 19,70$
Dominique Piron Beaujolais Nouveau  18,75$


Beaujolais Nouveau Primeur Art's,  13,95 $
Beaujolais-Villages Nouveau J. Drouhin  15,95$
Botter Novello Sangiovese 2014  11,80$

Novello del Veneto Negrar  9,95$
Novello Rosso Terre di Chieti Tollo  9,45$
Syrah Primeur, JeanJean, Couleurs d’automne 12,95$  

Syrah Merlot Primeur Catalan  9,95$

Gamay Nouveau The Fool VQA Reif Estate  11,95$

Les années précédentes, le meilleur vin nouveau était souvent celui d'Italie.

  Attention! Il reste encore du Beaujolais nouveau de l'an dernier (2013) dans plusieurs succursales de la SAQ.

Fournisseurs de vins italiens au Canada

Je vous ai mentionné dans un texte récent que le Canada était du point de vue du consommateur de vin une multitude de sociétés distinctes.
Du point de vue des consommateurs ou du point de vue de nos monopoles d'achats de vin?
 
Lorsqu'on examine les chiffres des fournisseurs de vins italiens de nos marchés au Canada, l'on constate une grande disparité.
 
Le principal fournisseur au Québec n'est pas le même que celui du reste du Canada.
 
Au Québec, le principal fournisseur de vin italien est la compagnie Botter, qui est aussi au 5e rang de tous les fournisseurs de vin au Québec. *
 
Botter a au moins 20 vins au répertoire de la SAQ. Il en a peut-être aussi en épicerie. Il nous donne les Bottero, Vivolo, Divici, Erra, Santi Nelo et autres. C'est 3,7 millions de bouteilles.
 
Par contre, dans le reste du Canada, le principal fournisseur de vins italiens est le Gruppo Italiano Vini (Bolla, Folonari, Lamberti, Melini, etc).
 
Botter est le 10e fournisseur de vin d'Italie en Ontario et n'est pas dans les 10 premiers dans les autres provinces.
Cette maison semble avoir charmé les dirigeants de la SAQ, mais pas ceux des autres monopoles.
 
Au Québec, après Botter et Gruppo Italiano Vini, c'est MGM Mondo del Vino qui est le troisième fournisseur de vin d'Italie avec l'équivalent de 2 millions de bouteilles. Quinze vins au répertoire de la SAQ, dont Giacondi, Mezzo Mondo, Itynera et Trivini. Puis, il y a Masi, Umberto Cesari, Martini Rossi et Ruffino.
 
En Ontario, les principaux fournisseurs sont Gruppo Italiano Vini, Farnesi, Citra, Colli Albani et Masi.
 
Donc, deux gros monopoles avec des clients différents.
 
Le Québec est le principal importateur de vin italien au Canada; 45 % du vin italien va au Québec; 36 % en Ontario. Il faut dire aussi que le Québec est le premier importateur de vin au Canada.
 
 * D'après les chiffres compilés par la Délégation commerciale d'Italie à Montréal parmi les données de l'Association des vignerons du Canada et de l'Association des distillateurs canadiens.

Du vernis à ongles dans le vin

Il vous est peut-être arrivé de sentir une odeur étrange de vernis à ongles dans un vin ou de dissolvant de vernis à ongles.
 
Une lectrice m'écrit «ce week-end, j'ai bu le vin biologique argentin Zolo. J'ai remarqué qu'il avait une odeur prononcée d'acétone (exactement comme le dissolvant de vernis à ongles). Quoique l'odeur s'estompe après avoir aéré le vin, est-ce normal? Est-ce nuisible à la santé?»
 
Bonnes questions !
«L'odeur de solvant, de vernis est causée par l'acétate d'éthyle qui avec l'acide acétique participe a l'acidité volatile du vin», nous dit Pascal Patron, professeur à l'Institut de tourisme et d'hôtellerie du Québec (ITHQ) qui ajoute que cette odeur provient de la fermentation alcoolique qui a forte température favorise la production d'acétate d'éthyle. «Dans ce cas, on parle d'acescence.»
 
«En dessous d'un certain seuil, ce n'est pas un défaut. Si ce seuil est dépassé, on parle de piqure acétique, de vin piqué», nous dit le prof. Patron.
 
Cette odeur de dissolvant, caractéristique de l’acétate d’éthyle, devient un défaut du vin à une certaine concentration. Toutefois, «il n’est pas nuisible à la santé. Sa disparition lors de l’aération n’est que momentanée», ajoute l'oenologue Jérémie d’Hauteville de R&J OenoQuébec.
 
Donc, un défaut, pas dangereux pour la santé et l'aération ne le fait disparaître que momentanément.
 
Le niveau de perception de cette odeur de vernis à ongles (acétate d'éthyle) peut varier aussi d'un individu à l'autre.

Prix moyen du vin importé au Canada: 4,05 $

Prix moyen
vin importé 750 ml
Monde 4,05$
France 5,60$
États-Unis 5,15$
Italie 4,74$
Australie 3,36$
Argentine 2,93$
Espagne 2,75$
@vinquebec.com

Le prix moyen d'une bouteille de vin importé au Canada est de 4,05 $.

Le prix varie selon la provenance des vins. Nos monopoles paient plus cher en moyenne pour les vins de France, soit 5,60 $ (5,53 $ en 2013).

Suivent les vins des États-Unis à 5,15 $ (5,83 $ en 2013) et ceux d'Italie à 4,74 $ la bouteille (4,33 $ en 2013).

Les moins chers sont les vins d'Espagne à 2,75 $ la bouteille (3,24 $ en 2013).

Ces chiffres comprennent aussi les vins importés en vrac.

«Selon les rapports de Statistique Canada, au cours des huit premiers mois de 2014, les importations canadiennes de vin étaient de 2,6 millions d'hectolitres, soit une augmentation de 5,3%, pour une valeur totale de 1.4 milliard CAD (979 millions € environ), une augmentation de 4,5%. La valeur moyenne des importations a été de 5,41 CAD (environ € 3,83) par litre (4,05 $ par bouteille de 750 ml)». Selon les chiffres compilés par la Délégation commerciale italienne à Montréal.

Nous n'avons pas le prix moyen d'un vin vendu au Québec. Toutefois, le prix moyen du vin rouge américain en produits courants à la SAQ est de 15,87 $. Pour l'Espagne c'est 12,86 $.

Le Canada: une multitude de sociétés distinctes

Le Canada c'est une multitude de sociétés distinctes de consommateurs de vin.

Lorque l'on regarde le tableau des parts de marché des vins étrangers au Canada, on se demande si on est dans le même pays!

En effet, les préférences des consommateurs — ou des monopoles — sont très différentes d'une province à l'autre.

Alors qu'au Québec, on préfère les vins français; en Ontario on préfère les vins italiens; en Colombie-Britannique, au Manitoba et en Nouvelle-Écosse ce sont les vins australiens; en Alberta les vins américains.

Lorsque l'on regarde aussi les deuxièmes choix (en rouge), ça varie aussi d'une province à l'autre.

La France est en première place seulement au Québec, et loin dans les autres provinces.

Les Albertains, préfèrent de loin des vins américains; tandis que les gens de la Nouvelle-Écosse ont un faible évident pour les vins d'Australie.

Dans l'ensemble du pays, c'est l'Italie qui a la plus grande part de marché (17%), suivie de très près par l'Australie, les États-Unis et la France.

Quel pays!

Parts de marché en volume des vins étrangers (%)
  Québec Ont C-B Alb Man N E Can
France 28 9 5 5 6 7 15
Italie 20 20 7 15 14 12 17
Australie 13 15 22 15 22 33 16
Espagne 11 5 9       8
États-Unis 9 19 20 34 22 7 16
Argentine 5 6   9 6 7 6
Chili 5 13 20   15 16 10
Afri du Sud     7     6 4
Nou. Zéland.       7     2
Allemagne         5    
@vinquebec.com

Ce tableau a été fait à partir de données de Statistiques Canada, (jan-août 2014) colligées par la Délégation commerciale d'Italie à Montréal.

La consommation de vin par habitant stagne au Québec

Alors que la consommation de vin par habitant augmente partout au Canada, elle stagne au Québec!

La consommation de vin par habitant de 15 ans et plus au Canada est maintenant de 17,4 litres, en hausse d'un demi-point par rapport à l'année précédente (années 2012 et 2013).

Au Québec, notre consommation est plus élevée que la moyenne à 23,4 litres, mais elle n'a pas bougé en deux ans.

En Colombie-Britannique, elle est de 20,2 litres en hausse de 3 dixièmes de point.
En Alberta, elle est de 18,5 litres, en hausse de 1,3 point. C'est l'Alberta qui a connu la plus forte hausse au cours de la dernière année. En fait, la croissance de la consommation de vin en Alberta a été la plus forte au Canada depuis 2009, passant de 15,9 à 18,5 litres par habitant de 15 ans et plus. Soit une hausse de 16 %. Pendant ce temps, la hausse au Québec et en Ontario a été de 9 %.

En Ontario, la consommation est de 15 litres de vin par habitant.
C'est 11 litres en Nouvelle-Écosse et à l'Île-du-Prince-Édouard.
Un peu plus de 10 litres au Nouveau-Brunswick et au Manitoba.
Finalement, c'est plus ou moins 9 litres en Saskatchewan et à Terre-Neuve.

En France, la consommation de vin par habitant de 15 ans et plus est de 54 litres; en Italie c'est 53 litres.

D'après les chiffres compilés par la Délégation commerciale d'Italie à Montréal parmi les données de l'Association des vignerons du Canada et de l'Association des distillateurs canadiens.

Des rabais à la SAQ

La série de rabais continue à la SAQ. La circulaire de promotion de novembre annonce plusieurs vins réduits jusqu'à 3,50 dollars.

Même des vins vedettes comme les Ménages à Trois, des vins de Ricardo et de Chartier sont réduits.

Sans oublier les beaujolais nouveaux de l'an dernier. Celui de Mommessin est encore disponible dans 64 magasins; celui de Duboeuf dans 37 et celui Jean-Paul Brun dans 41 succursales.

En tout, 188 vins sont en rabais actuellement.

Un 10 % de rabais sur l'ensemble des vins s'ajoutera à cela la semaine prochaine.

Peu de bois neuf à Chablis: une raison historique

Plusieurs vignerons de Chablis n'utilisent pas de barriques de bois neuf pour élaborer leurs vins. C'est le cas de Jean-Paul Durup et de son équipe du Château de Maligny.
 
M. Durup dit qu'il n'a pas besoin de bois pour produire un bon vin. Il veut conserver la fraîcheur, la minéralité conférées par les sols de son domaine.
Lors de son passage au pays, il nous a dit qu'il y avait des raisons historiques expliquant pourquoi on n'utilise pas traditionnellement des barriques neuves en Chablis.
 
«C'est que nous sommes près de Paris. Nos vins quittaient le domaine jusqu'à Auxerre en barriques embarquées sur des charettes, puis prenaient le bateau sur l'Yonne et la Seine. Les barriques revenaient. Donc, on utilisait toujours les mêmes barriques.
 
C'était le cas aussi pour les vignerons de Champagne. Par contre, ce n'était pas le cas pour les autres vignobles loin de Paris qui ne récupéraient pas leurs fûts parce ça revenait trop cher de les faire revenir. Ils devaient donc utiliser des barriques neuves à chaque fois. De plus, à cause des longues distances, leurs vins arrivaient souvent oxydés dans la capitale. Ce qui n'était pas le cas des vins de Chablis qui y arrivaient tous frais et pimpants, d'où leurs succès auprès des consommateurs.»
 
Voilà donc, dit-il une explication historique à la non-utilisation du bois neuf en Chablis. De plus, on n'est pas tombé dans cette mode parce qu'on n'a en pas besoin, explique Jean-Paul Durup.
«Dans le but de rester proche de Dame Nature et afin de conserver au vin toutes ses caractéristiques naturelles, la vinification se fait uniquement en cuves et ne passe pas dans le bois.» Peut-on lire sur le site internet du domaine.
 
Maligny plus rond
Lors de cette rencontre un soir d'octobre à Montréal avec Jean-Paul Durup, quelques journalistes lui ont dit qu'ils trouvaient ses vins plus ronds et plus amples depuis quelques millésimes.
 
M. Durup nous expliqua qu'en effet, il y avait eu quelques modifications dans la manière de faire son vin. «On disait que notre vin n'était pas assez gras. Nous avons fait des tests de batonnage (remuage du vin sur ses lies), mais nous n'étions pas satisfaits. Le vin devenait plus gras, mais perdait en saveur et en minéralité.
 
Avec l'aide d'un nouvel oenologue depuis 2011, nous avons changé de levure. La nouvelle levure que nous utilisons contient de la poudre d'écorce et nous donne de meilleurs vins.» Il est possible aussi, comme l'admet le producteur, que le réchauffement climatique soit maintenant plus favorable à des régions nordiques comme Chablis.
 
Cette levure BRG, développée à Dijon dans les années 1990  «se distingue pour ses capacités de libération de mannoprotéines pendant et après la fermentation alcoolique ce qui renforce la rondeur en bouche», lit-on sur la fiche du produit. Elle développe des mannoprotéines comme le fait le batonnage.
 
Des problèmes de bouchon
Lors de cette rencontre, quelques collèges journalistes ont dit qu'ils étaient tombés sur plusieurs vins du domaine gâchés par de mauvais bouchons de liège.
 
M. Durup a admis qu'il avait eu de gros problèmes de bouchons ces dernières années et qu'il avait pris des mesures. Il utilise maintenant des bouchons de la marque Diam pour la moitié de sa production.
 
Ce sont des bouchons faits de liège en poussière qui sont reformés et ont l'allure de bouchons naturels. Ce sont aussi des bouchons plus étanches. Il hésite toutefois à l'étendre à toute sa production, «car je crois que l'échange d'air plus constant des bouchons naturels peut être bénéfique pour mes vins.»
 
Des vins élégants
«Que c'est bon du chablis!» c'est exclamé un collège en dégustant quatre vins du Château de Maligny. En effet, ces vins des premiers crus Vigne de la Reine, Fourchaume, Homme Mort et Montée de Tonnerre du millésime 2013 sont savoureux, ronds, tout en conservant une bonne tension, une grande fraîcheur et une belle minéralité. 

La Vigne de la Reine m'a semblé plus ronde avec de belles saveurs de beurre frais, de caramel même, du chardonnay typique, on l'aurait même cru boisé! Les trois autres m'ont paru plus tendus; l'Homme Mort a une belle acidité et la Montée de Tonnerre a un caractère minéral bien tranché. 

Ces vins sont dotés d'une belle acidité naturelle. Il ne faut pas alors hésiter à les laisser se réchauffer dans le verre. L'expression de leurs saveurs et de leurs textures peut varier énormément selon la température du vin: plus acide et rafraichissant lorsque le vin est servi froid et plus rond et savoureux au fur et à mesure qu'ils se réchaufferont. 

Les vins blancs de qualité ne craignent pas 10-14 Celcius. Ils se révèlent même plus à ces températures plus élevées.
 
Syndiquer le contenu