Informations

Ventes de vin: comparaisons Ontario-Québec

Pendant que les ventes de vin ralentissent au Québec, elles augmentent sérieusement en Ontario.

Les ventes de vin ont fortement ralentie au Québec l'an dernier.
Chaque année depuis 2009, les ventes en volume progressaient de 5 à 8 millions de litres par année, sauf en 2013, où la progression n'a été que de 2 millions de litres.

Les ventes en valeur ont aussi progressé beaucoup moins rapidement en 2013 que lors des années précédentes.

Si on compare avec l'Ontario, nous constatons une grande différence. Les ventes de vin en volume continuent de s'accroitre dans la province voisine. Une hausse de 8 millions de litres en 2013, soit quatre fois plus qu'au Québec.

De plus, les ventes de vin en dollars se sont accrues de 126 millions de dollars, deux fois plus qu'au Québec (63 millions).

L'Ontario qui vendait 5 millions de litres de plus que le Québec en 2009, en vend maintenant 8 millions de litres de plus.

Finalement, la consommation de vin par habitant stagne au Québec. Elle est de 23,4 litres par habitant, la même chose que l'an dernier. Elle augmentait régulièrement de plus d'un demi-litre par année auparavant.

Ventes de vin Québec et Ontario (Volume en millions litres)
  2009 2010 2011 2012 2013
Volume Québec 139 144 150 157 159
   diff

5
6
7
2
Volume Ontario 146 150 154 159 167
   diff

4
4
5
8
Ventes de vin Québec et Ontario (Valeur en millions $)
$ Québec 1918 2025 2113 2257 2320
      diff

107
88
144
63
$ Ontario 1885 1893 2020 2137 2263
      diff

8
127
107
126

Consommation par habitant en litres
Québec 21,4 22,0 22,6 23,4 23,4
Ontario 13,7 13,8 14,0 14,3 15,0

Source : Statistique Canada CANSIM, tableau 183-0015
Ventes de boissons alcoolisées des régies des alcools, des producteurs de vins et des brasseries, selon la valeur et le volume, exercices financiers se terminant le 31 mars.

États-Unis en hausse, Beaujolais en baisse à la SAQ

Les ventes de vins américains ont augmenté de 17 % l'an dernier dans la section des vins de spécialité sur les rayons de la SAQ.

Ces ventes représentent 52,3 millions de dollars. Il faut ici signaler qu'il y a un grand nombre de vins américains dans cette section à la SAQ, soit 471.

Les ventes de vins du Portugal ont connu une hausse de 13 %; ceux du Piémont et les Bourgognes blancs de 11 %.

Pendant ce temps, les ventes des vins du Beaujolais ont connu une forte chute de 15 % et ceux du Canada de 9 %.

Dans ses indications à ses fournisseurs, la SAQ indique qu'elle recherche pour la prochaine année des vins de Barolo 2010, des vins de la Côte Chalonnaise et du Mâconnais de 20 à 30 $ et bien sûr des vins du Portugal.


N de
produits
Ventes
millions $
Hausse
%
États-Unis 471 52 17
Portugal 173 14 13
Piémont 265 9 11
Bourgogne blanc 426 13 11
Vénétie 179 25 10
Afrique du Sud 124 11 9
Rhône 563 19 3
Canada 152 4 -9
Beaujolais 111 4 -15
Autres 413 22 9

Ces chiffres ne représentent pas les ventes totales de la SAQ, mais seulement celles des vins dits de spécialité. Ils ne comprennent pas les vins de la section des produits courants. (Voir Spécialité et courant à la SAQ)

La production mondiale de vin est en hausse

On entend beaucoup parler ces jours que la production de vin a été réduite à Bordeaux et on craint une hausse des prix. Toutefois, ce qui s'est passé à Bordeaux est l'exception. La production mondiale de vin est en hausse.

Il s'est produit 276,6 millions d'hectolitres de vin dans le monde en 2013. C'est l'équivalent de 36 milliards de bouteilles. C'est 2,8 milliards de bouteilles de plus qu'en 2012.

La production viticole mondiale a été en hausse de 8 % en 2013 par rapport à 2012.

L'Italie a produit l'équivalent de 5,9 milliards de bouteilles (+2%); l'Espagne 5,6 milliards (+31%) et la France 5,5 milliards (+2%) de bouteilles.

Les États-Unis ont produit 2,9 milliards de bouteilles (+7%).

La production de l'Argentine s'est rétablie et a été haussée de 27 % à 1,9 milliard de bouteilles.

Par contre, il y eu réduction en Chine 1,7 milliard de bouteilles (-15 %) et en Allemagne 1,1 milliard de bouteilles (-8%)

Il s'est consommé dans le monde 238,7 millions d'hectolitres de vin, soit 31 milliards de bouteilles. Ce qui fait dire aux dirigeants de l'Organisation internationale de la vigne et du vin que le secteur du vin retrouve son équilibre.

Trois pays ont eu des productions records: soit l'Espagne avec 5,6 milliards de bouteilles; le Chili avec 1,7 milliard (+2%); l'Afrique du Sud avec 1,4 milliard (+4%) de bouteilles et la Nouvelle-Zélande avec l'équivalent de 332 millions de bouteilles (+28%).

Selon les chiffres dévoilés ce matin par l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV),  trois pays (Italie, Espagne, France) représentent, presque à égalité, 47% de la production mondiale du vin. «Depuis la fin du programme communautaire de régulation du potentiel de production viticole, le vignoble européen a cessé de diminuer et reste presque au même niveau que l’année précédente avec 3,4 millions d'hectares.»

Pendant ce temps, le vignoble de Chine a progressé de 20 000 hectares, celui de l'Argentine de 3000 hectares et du Chili de 2 millions d'hectares.

La moitié du vin produit dans le monde a été consommé par cinq pays: États-Unis et France 12 % chacun, l'Allemagne et l'Italie 9 % chacun et la Chine a absorbé 7 % de la production mondiale.

Voici la production estimée de 2013 par l'OIV de vin (hors jus et moûts).

    Prévisions
Mhl 2013
Variation
en %
1 Italie 44 900 2
2 Espagne 42 700 37
3 France 42 000 2
4 États-Unis 22 000 7
5 Argentine 14 900 27
6 Chili 12 800 2
7 Australie 12 400 1
8 Chine 11 700 -15
9 Afr. Sud 10 900 4
10 Allemagne 8 300 -8
11 Portugal 6 700 7
12 Roumanie 4 200 29
13 Grèce 3 700 19
14 Hongrie 2 600 47
15 Nouv Zél. 2 400 28
16 Autriche 2 300 11
17 Bugarie 1 300 -2
      Total 276 000 8

  Sources Eléments de conjoncture viticole mondiale: Le secteur du vin retrouve son équilibre, OIV 

Quelques vins à bas prix

Les dirigeants de la Société des alcools du Québec se sont fait reprocher ces derniers mois de réduire à l'extrême le choix de vins à prix raisonnables. La section des vins à moins de 10 $ est passée de 180 à 25 en 5 ans. La section des vins à moins de 15 $ a elle aussi fondue de 1040 à moins de 540.

Cette action nuit aux nouveaux consommateurs de vin, aux étudiants et aux personnes à faibles revenus et à tous ceux qui ne veulent pas trop débourser pour le vin.

Comme d'habitude, les dirigeants de la SAQ après avoir nié, puis accusé les taxes, l'inflation, le dollar, l'euro; on finit par réagir et accroitre un peu la sélection des vins à bon prix.

Ils ont mis en marché dernièrement quelques vins à bas prix. Moins de 10 vins, dont certains à 10,95 $. Il est évident que l'on ne retournera pas de sitôt aux choix de 2009, mais il y a là un effort qu'il faut analyser et souligner.

J'ai pu déguster quelques-uns de ces vins dernièrement. Je vous en présente quelques-uns.

Clos Bagatelle

Saint-Chinian
Christine et Luc Simon.
Soeur et frère.
Clos Bagatelle, domaine transmis de mère en fille.
60 hectares
Deux types de sol: schiste orangé (ordovicien) et argilo-calcaire.
Syrah, grenache, mourvèdre, carignan, cinsault, roussanne, grenache blanc... Récoltent manuelles qui se terminent tard au 15 octobre.
350 000 bouteilles.
Lutte raisonnée, en progression vers Haute valeur environnementale.
60 % exportation, 30 % au Québec.

Christine et Simon sont venus présenter leurs vins en Outaouais par une rencontre avec la presse spécialisée au restaurant Piz'za-za et une tournée des succursales de la SAQ de Gatineau.

La gamme Bagatelle est bien étagée, chacun des vins est bien typé, a son caractère propre et est très agréable dans sa catégorie. Une dominante : la syrah. La syrah plus rhodanienne que sudiste.

Les Jardins de Bagatelle 2012
Un régal. Très fruité, très syrah, aromatique. Délicieux. Servir à 15-17 degrés. Syrah à 60 % sur grès rouge et grenache sur schiste. 20 hectares. Vendanges manuelles. Un très bon rapport qualité-prix à 15 $. 11975209 En ligne et dans 141 magasins. Commenté aussi en août dernier.

Les Jardins de Bagatette 2013
Le 2013 devrait être sur les rayons bientôt. Nous avons dégusté un brut de cuve (embouteillé pour l'occasion). Le fruité est plus fin et discret, plus sur les épices. Charmant et délicieux. Plus de syrah (70 %). La grenache a été moins productive en 2013.

Donnadieu Cuvée Mathieu et Marie 2011
Très aromatique, fruits noirs et fumée. Un fruité épicé. Très bon.
Cinq hectares sur un terroir schisteux. Syrah 50 %, mourvèdre 20 %, grenache et carignan 15 % chacun. En ligne et dans 85 magasins.
642652   17,45 $

Donnadieu Cuvée Mathieu et Marie 2012
Plus costaud que le 2011. De la mâche. Beaucoup de fruit. Très fruité. Très persistant.
Très beau. Syrah 40 %, mourvèdre, carignan et grenache à 20 % chacun. La grenache a plus de 50 ans, la syrah a 13 ans. L'étiquette sera modifiée légèrement, après approbation des hautes autorités de la SAQ!

Clos Bagatelle Veilllée d'Automne 2010
Un vin costaud, fruité et vif. Du fruit et du tanin en masse. Dense. Encore bien jeune. Pour 5 ans de garde encore. Syrah, grenache et carignan à parts égales sur 6 hectares de vignes argilo-calcaire. De la grande qualité.
979229  20,35 $

La Terre de mon Père 2009
Le haut de gamme de la maison. La bouteille est d'un format particulier, plus haute et plus lourde. Très jolie. Le vin est ample, gras, costaud. L'équilibre fruit et tanins est bien dosé. Un vin de caractère pour quelques années de garde.
Syrah à 60 %, mourvèdre et grenache à 20 % chacun. Vendanges manuelles, aucun collage ni filtration.  10259796  41,25 $  Le Saint-Chinian le plus cher à la SAQ. En ligne et dans 32 magasins.
Commenté aussi en décembre dernier.

Bagatelle Muscat de Saint-Jean Minervois 2010
Un muscat d'une belle élégance. C'est d'un joli sucré fin, raffiné, souple et délicieux. Très agréable à boire. Alc. 15 %. Servir avec les fois gras, fromages, cantaloup, tarte au citron ou en dessert.  733246   18,25 $ 500 ml. Dans 26 magasins.

Clos Bagatelle n'a pas de site internet, mais plutôt une page Facebook.
La photo provient d'ailleurs de leur page www.facebook.com/pages/Clos-Bagatelle.

Il y a 32 vins de l'appellation Saint-Chinian à la SAQ.
Les prix vont de 12,90 $ à 41,25 $.
Le Québec est le principal acheteur des vins de Saint-Chinian.

Le vignoble de Saint-Chinian est en Languedoc au nord-ouest de la ville de Béziers. Entre Faugères et Minervois. AOC depuis 1982. D'une grande diversité géologique et climatique. Climat méditerranéen. Cépages: grenache, syrah, mourvèdre, carignan, cinsault, lledoner pelut. 3300 hectares en exploitation. 100 caves particulières. 8 coopératives regroupant 350 viticulteurs. Production de 115 000 hl, la quatrième en volume du Languedoc. Exporté à 31 %. (www.saint-chinian.com)

D'autres producteurs de Saint-Chinian de qualité: Les Fiefs d'Aupenac, Terrasses de la Mouline, Domaine du Ministre, Mas de Cynanque, Domaine du Sacré-Coeur, Château Milhau-Lacugue, Domaine de Tabatau, Laurent Miguel, Borie La Vitarèle, Château Cazal-Viel, Château du Prieuré des Mourgues. (Saint-Chinian)

Baisse des prix des champagnes

Deux hausses en deux mois, une baisse aujourd'hui et un hausse à la fin du mois.

Après deux hausses successives des prix des vins, la direction de la SAQ réduit aujourd'hui sa marge sur les champagnes. Les prix de certains champagnes sont ainsi réduits, mais pas tous. Il y a même des hausses sur certains champagnes.

La réduction est de 2 à 5 dollars.

Toutefois, la direction de la société d'État se prépare à hausser les prix de 593 vins à la fin du mois. Ce sera la troisième hausse en trois mois.
Donc, trois hausses sur les vins tranquilles, une réduction sur les champagnes.

Voici quelques exemples.

Toutes les critiques sont positives

On entend dire quelquefois qu'il y a des critiques positives et des critiques négatives.

Pourtant, toutes les critiques honnêtes sont positives.

On peut critiquer en bien ou en mal, mais si c'est honnête c'est positif.
Le propos peut être négatif, mais la critique (honnête) est toujours positive. J'explique.

La critique s'adresse aux consommateurs. Si l'on dit qu'un produit, un vin, un film, un restaurant est mauvais, c'est positif. Positif pour le consommateur qui est ainsi mieux informé et peut économiser de l'argent et s'épargner une déception.

Ça peut sembler négatif pour le producteur. Cependant, le critique ne travaille pas pour le producteur, mais bien pour le consommateur. En fait, c'est positif aussi pour le producteur, car cela l'aide à améliorer son produit. Ça devient ainsi une critique constructive.

Le critique de vin n'est pas un bonimenteur ni un louangeur. Si c'est mauvais, défectueux, mal fait, mal entretenu, mal présenté, bouchonné, avarié, gâché, pourri, il doit en faire état.

J'entends dire que si un vin est bouchonné ou défectueux qu'il ne faut pas le mentionner, mais acheter encore pour trouver une bonne bouteille. Mais ce n'est pas honnête d'agir ainsi.

Un vin bouchonné, c'est la réalité. Ça existe, on ne doit pas l'occulter. Est-ce qu'on regoûte une deuxième bonne bouteille au cas où ce serait une exception?

Toutefois, si on le fait et on goûte une deuxième bouteille, on doit dire la vérité, dire que la précédente était bouchonnée ou défectueuse.

Le critique de vin doit agir comme le critique de restaurant, de cinéma, de théâtre, le livre... Il doit dire, écrire, décrire ce qu'il voit.

De toute manière, pourquoi mettre en marché un produit défectueux? On me répond que ce n'est pas la faute du vigneron, mais du bouchon. Mais qui a mis le bouchon sur la bouteille? Une opération du Saint-Esprit?

Des producteurs consciencieux mettent de l'eau dans le lot de bouchons; goûtent l'eau et si elle est mauvaise, jettent le lot de bouchons. D'autres producteurs s'en foutent et savent bien que la plupart des chroniqueurs vin seront complaisants.

Comment alors éliminer un problème, si personne n'en parle. C'est comme s'il n'existait pas.

On doit décrire ce que l'on a devant nous à ce moment-là. C'est comme un critique de restaurant qui a un mauvais repas un midi. Le personnel était peut-être de mauvaise humeur ou fatigué, ça sera peut-être mieux le lendemain, mais le critique décrit ce qu'il vit à ce moment-là.

La critique c'est une photo à un moment donné; un moment que pourra vivre aussi le consommateur.

Dans le monde du vin, de la critique du vin, contrairement aux autres domaines de la consommation, il y a souvent une attitude angélique face au vin et aux vignerons. On n'accepte pas la description de la réalité si elle n'est pas louangeuse. C'est méconnaître le travail du journaliste qui doit décrire ce qu'il découvre.

D'où vient cet angélisme très répandu dans le monde du vin. Angélisme qui n'existe pas ou peu dans les autres domaines de la critique. Est-ce une trop grande proximité avec les producteurs, une vue bucolique du monde viticole, un jovialisme exacerbé, un désir de se faire aimer du producteur, un manque de courage, une tradition ou autre? C'est un peu tout cela.

 «La critique est un examen raisonné, objectif, qui s'attache à relever les qualités et les défauts et donne lieu à un jugement de valeur.» (CNRTL)

Sujets connexes:

Les amateurs de vin de l'Outaouais perdent un grand ami

L'Outaouais perd un grand homme du vin!
 
Benoit Guy Allaire, président de l'Académie du vin de l'Outaouais est décédé dimanche des suites d'une opération chirurgicale.
 
Benoit Guy a initié de nombreux consommateurs de l'Outaouais et de l'Est ontarien au merveilleux monde du vin.
 
Il a fondé en 1994 l'Académie du vin de l'Outaouais avec ses amis Pierre Bélanger et Richard Charbonneau. Il a animé ce club de dégustation de haut niveau pendant 20 ans.
 
Docteur en science politique et en sociologie, spécialiste d'analyse statistique, féru d'histoire et surtout passionné de vin, le professeur Allaire a partagé ses connaissances et propagé sa passion en donnant des cours sur le vin à un grand nombre d'amateurs de vin de la région.
 
BGA, comme on l'appelait, est aussi l'auteur du livre «Goûter le vin - Le manuel de la dégustation».
 
Généreux, jovial, enjoué, parfois théâtral et enflammé, mais toujours captivant, Benoit Guy laisse dans le deuil un grand nombre d'amis et d'amateurs de vin de l'Outaouais et de la région d'Ottawa.
 
Il s'en est allé rejoindre Bacchus et Dionysos!

Adieu Professore Allaire!

   La photo de Benoit Guy Allaire a été prise par Louis Landry.

Les rabais SAQ diminuent sa marge bénéficiaire

Est-ce que la SAQ est en train de faire la guerre aux épiciers?
 
La Société des alcools du Québec vient de publier ce matin ses chiffres pour les 40 premières semaines de son exercice financier 2013-2014. Ces chiffres couvrent la période se terminant le 4 janvier dernier.
 
Les bénéfices de la SAQ sont en baisse, et ce malgré une hausse des ventes en dollars.
 
Les ventes ont augmenté 28 millions de dollars pour atteindre  2,3 milliards. Toutefois le bénéfice net a diminué de 14 millions pour descendre à 840 millions de dollars, une baisse de 1,7 %. «La faible
croissance des ventes explique ce résultat», dit la SAQ.
 
La marge brute s’est établie à 52,8 % comparativement à 53,3 % pour l’exercice précédent.
 
Cette baisse des revenus s'explique en grande partie par la hausse des «frais de vente et mise en marché et distribution» de 16 millions de dollars.
 
Dans son dernier rapport financier, la direction de la SAQ écrit que «l’addition d’activités promotionnelles visant à augmenter l’achalandage a eu un effet légèrement défavorable sur le taux de marge brute.»
 
La Société d'État a dépensé 363 millions de dollars en frais de vente et mise en marché et distribution, comparé à 347 millions pour la même période l'année précédente.
 
Les ventes de vin ont diminué de 1,8 million de litres en épicerie au cours de cette période, une diminution de 5,6 %. Toutefois en succursales les ventes ont augmenté de 1,1 million de litres. Ce qui fait qu'au total, les ventes de vin ont diminué de 700 000 litres au Québec.
 
Les épiceries représentent 10 % des ventes de la SAQ.
Les ventes de spiritueux sont restées stables en volume et ont augmenté de 5 millions en valeur. Les ventes de panachés ont diminué de 7 millions de dollars.

Les campagnes de rabais à répétition de la SAQ ont porté fruit, mais est-ce aux dépens des épiceries. Est-ce que la SAQ fait trop concurrence aux épiciers maintenant? Est-ce qu'il y a eu un transfert des achats des épiceries vers les succursales?

Les vins bio du Nouveau Monde — Un film d'Olivia Sinet

Les pionniers de la viticulture biologique dans le Nouveau Monde.
 
L'Australie: le réchauffement climatique pousse vers le bio.
Nouvelle-Zélande: les vedettes de la viniculture.
Chili: l'industrie du vin s'intéresse au bio.
Argentine: les grands espaces et la sécurité du chimique, peu d'espoirs pour le bio.
 
Craintes au sujet des combinaisons de résidus chimiques de différents aliments et vins. (Alberto Cecchin)
Les poids attirent les pigeons qui attirent les vautours qui protègent vos récoltes (Nigel Greening, Felton Road).
Un vigneron (Gil Walhquist) menace de poursuites ses voisins s'il retrouve de leurs pesticides sur ses vignes.
Pesticides dans le vin: norme 50 fois plus élevée que pour l'eau. (Phillipe Ramirez, Carmen)
 
La viticulture bio et biodynamique expliquée pas des viticulteurs du Nouveau Monde.
Un film de 51 minutes d'Olivia Sinet qui a passé un an dans les vignobles bio de l'Australie, de la Nouvelle-Zélande, du Chili et de l'Argentine.
 
 

Les pionniers de la viticulture bio.

L'Espagne boit moins de vin, mais en produit plus

Pour la première fois, l'Espagne est le premier producteur de vin au monde, devant les champions historiques, la France et l'Italie.

La récolte aurait dépassé 50 millions d'hectolitres, contre 35 à 40 en moyenne par le passé.
La météo formidable en Espagne l'an passé serait la raison de ce record.

Ces chiffres sont étonnants, car la production viticole espagnole n'a cessé de baisser depuis 12 ans. Elle était de 41 millions de litres en 2000 et 30 millions en 2012, une chute de 27  %.

Depuis quelques années, les ventes intérieures sont en baisse en Espagne. Ce pays devra donc se tourner encore plus vers l'exportation.

Alors qu'on nous annonce des prix en hausse en France, surtout à Bordeaux, il y aura surement de bonnes affaires à faire en Espagne. Le vin espagnol exporté est à 51 % en vrac.

La récolte espagnole aurait atteint 50 millions d'hectolitres, selon le ministère de l'Agriculture de ce pays. C'est une hausse phénoménale de 41 %. La récolte 2013 en Italie aurait été de 47 millions d'hectolitres et de 42 millions en France.

Ceci pourrait causer un grave problème. En effet, on boit beaucoup moins de vin en Espagne. Il y a une chute énorme ces dernières années au profit de la bière.  

La consommation de vin y a chuté de 24 % de 2008 à 2012 en Espagne (34 % de 2000 à 2012). L'Espagnol boit maintenant moins de vin que le Québécois. Sa consommation est passée de 34 litres en 2000 à 27 litres en 2008 et à 20 litres en 2012, derrière la Suède.  (OIV 2013) Le Québécois consomme 22 litres.

Voici quelques suggestions de bons vins d'Espagne:
Ijalba Reserva 2009  22,65 $
El Vinculo Reserva 2005  35,50 $
Marqués de Riscal, Gran Reserva 2005  51,50 $
Pesquera 2010  32,25 $
Portal, Cellier Piñol, Roble 2010  22,20 $
Ijalba Graciano, Rioja 2011  21,80 $
Celeste 2010  21,30 $
El Vinculo 2006  24,55 $
Tocado 2012  9,50 $
Castillo de Liria, Bobal shiraz, Valencia 2012  9,95 $
Sangre de Toro 2012  13,40 $
Borsao Crianza 2010  15,25 $
Luzon Organic 2011  16,40 $
El Castro de Valtuille Mencia Joven 2010  17,85 $
 

En Blanc
Ijalba Maturana blanca, Rioja 2012  21,90 $
Viña Sol 2013  12,15 $
Segura Viudas, Cava Reserva Brut  14,80 $
Marques de Murrieta Capellania 2008  26,90 $

Retour des vins en ligne

La succursale des vins en ligne de la SAQ commence à se regarnir.
En janvier, cette succursale ne contenait plus que 721 vins.
On ne renouvelait pas ses stocks en vue du déménagement.
C'est maintenant fait, le déménagement est complété et les rayons de cette succursale internet sont maintenant assez bien garnis.

En effet, plus de 2000 des 8500 vins de la SAQ sont maintenant disponibles pour achats en ligne. Il est toutefois à noter qu'il y en a déjà eu près de 3000.

La plupart de ces vins en ligne sont de France (908), d'Italie (399), des États-Unis (223) et d'Espagne (144). On y trouve quelques demi-bouteilles (22), mais la plupart sont au format de 750 ml (1986). La majorité de ces 750 ml sont à plus de 20 $ (1199), mais on en trouve tout de même 189 à moins de 15 $.

De plus, on peut y commander 96 mousseux, 52 vins fortifiés, 13 vins de dessert et 50 vins bio.

Quelques suggestions de très bons vins en ligne:
 Porto Ferreira Dona Antonia  20 $
 Amarone Pasqua 2010  37 $; réduit à 34,50 $ jusqu'au 23 mars
 Pouilly-Fuissé, Jean Claude Boisset 2012   24,95 $
 Masi Brolo Campofiorin Oro 2009  26,95 $; réduit à 25 $ jusqu'au 23 mars
 Château du Grand Caumont 2011   13,35 $
 Albizzia Chardonnay Toscana 2012  15,45 $
 Genoli Viura 2013   15,45 $.

Vous pouvez consulter notre sélection commentée des meilleurs vins disponibles en ligne ici: vinquebec.com/vins_en_ligne

Vous trouverez plus d'information sur ce service d'achat en ligne et livraison où vous voulez dans le site de la SAQ: Comment acheter dans saq.com.

Sujets connexes
Le vin: bon aussi pour les personnes âgées
Achats sur internet.

La société des alcools de Suède veut éduquer ses consommateurs au bio

Le monopole des vins en Suède veut hausser ses ventes de vins bio à 10 % du total de ses ventes d'ici six ans. La Suède a un monopole des vins comme au Québec. Ici c'est SAQ, là-bas c'est Systembolaget, qui pourrait se traduire par «la compagnie dy système».
Et Systembolaget a décidé d'accroître son offre de vins bio.

Per Karlsson nous rapporte dans sa lettre circulaire d'aujourd'hui, BKWine Brief, que les vins bio actuellement les plus populaires dans les magasins d'état de son pays sont quatre vins vendus en boîte de carton, dit bag in box ou caisse-outre.

Le champion est le Gosa Monastrell d'Espagne avec 1,5 million de litres vendus (gosa est le mot suédois pour câlin). Puis suivent les Shiraz Malbec Ecologica de l'Argentine, le Tommolo d'Italie et le Las Moras Reserve Chardonnay d'Argentine. Des boites de 3 litres vendues entre 32 et 39 $. La bouteille de vin bio la plus vendue est le Prosecco Pizzolato (14 $).

Pas surprenant, comme nous le dit Per Karlsson «environ 60 % des vins vendus en Suède sont en BiB», en boîte de carton. Ce que nous appelons au Québec des viniers.

Le journaliste suédois écrit que «grâce à la formation du personnel en magasin, le monopole vise à intéresser plus de consommateurs aux les vins biologiques. En 2013, 5,4% du total des ventes au Systembolaget était vin bio.»

Ici, au Québec, la proportion de vins bio sur les rayons de notre monopole est de 3 % si on se fie aux chiffres publiés sur le site saq.com; soit 230 vins bio sur 8000 vins. Nous n'avons aucun contenant de trois litres de vin bio, mais un 1,5 litre, le Barbaresco de Punset.

Le vin est vendu bien cher aussi dans le monopole suédois. Le Mouton Cadet y est 99 couronnes soit 17 $. Ici, ce vin est 16,20 $. Le Machese Antinori et le Pesquera y sont 31 $, soit au même niveau qu'ici.

______

Sources:

Vins sans sulfites, vins sans maux de tête

À la recherche de vins naturels!

De plus en plus, les consommateurs de vin recherchent des vins le plus naturels possible. Des vins sans produits ajoutés, sans sulfites ou qui en contiennent peu.

Comme ce lecteur du Bas-Saint-Laurent à la recherche de vin naturel.
  «Bonjour, depuis quelque temps, lorsque je prends un verre de vin, je souffre de palpitations. Je soupçonne fortement les sulfites et autres produits ajoutés au vin. Je souhaiterais acheter du bon vin naturel, et ce, à prix abordable.»

Premièrement, il faut dire ici que ces malaises, palpitations et autres, ne sont pas nécessairement dus aux sulfites. Je l'ai expliqué dans ce texte Allergie, intolérance au vin.

En résumé, ces malaises peuvent être dus à une des centaines de molécules résultantes de la fermentation du vin ou à des résidus de pesticides ou à des ajouts de produits au vin ou encore à l'interaction entre certains de ces produits et molécules.

Quoi qu'il en soit, si on est à la recherche de vin sans sulfites, ça peut être un peu difficile. Il y a en premier les vins bio qui contiennent moins de sulfites, moins de produits ajoutés et surtout ils devraient être exempts de résidus de pesticides.

Il y a des vignerons, comme M. Amoreau et sa famille du Château le Puy qui mettent moins de 30 grammes de sulfite dans leurs vins alors que d'autres en mettent trois fois plus. Les vins sucrés peuvent même en contenir huit fois plus. (Normes en vigueur – Constitution et stabilité, SAQ)

Il y a un peu plus de 200 vins bio au répertoire de la SAQ. C'est peu comparé à l'offre totale de 8000 vins. De plus, on ne trouve pas de vins bio en épicerie.

Toutefois, quelques vignerons québécois produisent en bio: le Vignoble des Négondos à Saint-Benoit de Mirabel, le Vignoble Les Pervenches à Farnham, le Domaine des Météores à Ripon en Outaouais, le Vignoble Saint-Gabriel dans Lanaudière et le Vignoble Pigeon Hill à Saint-Armand.

Nature = importation privée
Si l'on veut avoir une plus grande sélection de vin bio et surtout de vin nature, il faut alors se tourner vers les agences qui font de l'importation privée.

Certaines de ces agences font des efforts particuliers pour offrir des vins naturels.
Notons toutefois qu'il fait acheter à la caisse de 6 ou de 12.
Voici des agences québécoises d'importation de vin qui offre des vins nature.

Kruger Mondia Alliance; Vin Conseil; Vinealis; Glou; Ward et Associés; Symbiose; Rézin; Vin Libre; Plan Vin; Raisonnance; La Pot de Vin; La QV et Oenopole.

À noter aussi qu'en avril, nous trouverons à la SAQ des vins sans sulfites de la série Naturae de Gérard Bertrand.

Sujets connexes:

Qu'est-ce qu'un vin sec?

On considère généralement qu'un vin qui contient moins de quatre grammes de sucre au litre est sec.

Toutefois, de nombreux producteurs d'Europe disent qu'un vin vraiment sec contient 2 grammes et moins de sucre au litre: 2g/l.

Le seuil de perception du sucre peut aussi varier d'une personne à l'autre; et d'une culture à l'autre. Ce qui est sucré pour un Français, légèrement sucré pour un Québécois pourra paraître bien sec pour un Ontarien et très sec pour un Américain.

Prenons l'exemple des vins Cupcake Red Velvet (17 g/l) Ménage à Trois rouge (15 g/l), Liano (13 g/l) Cardinal Zin (12 g/l). Ils seront dits sucrés par certains et secs par d'autres. (Les taux de sucre ici sont ceux indiqués sur le site de la LCBO.)

À la Société des alcools du Québec, on considère qu'un vin qui contient plus de quatre grammes de sucre n'est pas sec.

À la société des alcools de l'Ontario (LCBO), on fait une distinction entre sec et très sec. Un vin très sec peut contenir 9 grammes de sucre au litre et peut être dit sec ou très sec selon le niveau d'acidité. Un vin sec peut avoir de 5 à 17 grammes de sucre au litre. (www.lcbo.com/french/products/images/sweetness.jpg)

L'organisation internationale de la vigne et du vin a une autre définition du vin sec. «Le vin est dit sec, lorsque le vin contient 4 g/l de sucre au maximum ou 9 g/l lorsque la teneur en acidité totale (exprimée en grammes d'acide tartrique par litre) n'est pas inférieure de plus de 2 g/l à la teneur en sucre.» (Définitions des produits, Organisation internationale de la vigne et du vin, 18/73 & Eco 3/2003)

Donc, un vin qui a six grammes de sucre et quatre grammes d'acide sera déclaré sec, selon cette définition.

La force de l'acidité joue un rôle important dans la sensation de sucrosité.
Ainsi pour deux vins qui ont 4 grammes de sucre résiduel au litre, celui qui a un pH supérieur à 3,5 pourra paraître plus sucré qu'un autre à un pH inférieur à 3,5. (Rappellons qu'un pH de 3,4 est 25 % plus acide qu'un pH de 3,5. Voir pH)

Les vins blancs généralement plus acides peuvent contenir plus de sucre que les rouges avant d'être perçus comme sucrés.

Finalement, des producteurs, surtout d'Alsace, apposent sur leurs bouteilles de vin une échelle de 1 à 9, tels Rieflé et JB Adam. Zind Humbrecht a une échelle de 1 à 5. Elles reflètent la sensation sucrée, la sucrosité, compte tenu de la présence de l'acide, et non le taux de sucre réel.

Sujets connexes:  

Syndiquer le contenu