Informations

Le vin bio contient moins de sulfites

Les vins bio contiennent moins de sulfites que les vins ordinaires.

En effet, comme nous le montre ce tableau tiré d'un document de SudvinBio, les doses de sulfites autorisés dans les vins bio sont moins élevées que ceux en culture dite conventionnelle.

Dans les vins rouges, la dose maximale autorisée de sulfites est de 150 mg/l dans les vins ordinaires; soit 50 % plus élevée que pour les vins bio européens. Les normes françaises Demeter, AB et biodynamique sont encore plus restrictives. Elles n'autorisent que 70 mg/l de sulfites par litre.

La dose journalière admissible de sulfites établie par l'Organisation mondiale de la santé est de 50 mg par jour pour un adulte de 70 kg.

Les doses de sulfites dans les vins rouges sucrés (si populaires au Québec) sont encore plus élevées, soit 200 mg par jour, le même que pour les vins blancs et rosés.

    Lire aussi Alergie, intolérance au vin.

    Consultez notre liste de vins bio de bons rapports qualité-prix.

Champlain Charest, la vie d'un collectionneur de vin

Le réputé collectionneur de vin Champlain Charest conte sa merveilleuse aventure dans le monde du vin. Ses relations avec son banquier, la SAQ, son travail, sa passion...
Émouvant et instructif!
Écoutez cette entrevue faite par Jolyanne Coté et produite par Cogeco TV.
L'entrevue réalisée en novembre, quelques jours avant la fermeture de son bistro, est présentée en trois parties.
 

Champlain Charest 2   (9 min 42
Champlain Charest 3  (8 min 40)

Pourquoi payons-nous le champagne si cher

Le prix du champagne sous contrôle !

Chaque année à ce temps-ci juste avant les fêtes, il a une profusion de textes sur les vins de Champagne. La machine à promotion tourne à fond.

En général, ce sont des textes de louanges, des textes complaisants. Toutefois, il arrive qu'on y trouve des informations intéressantes permettant de mieux comprendre le monde du commerce de ce fameux champagne.

C'est le cas d'un article du Figaro vin qui dévoile un peu le fonctionnement de cette industrie et particulièrement la fixation et le maintient des prix élevés artificiellement.
 
On connait les noms des grandes maisons de champagne, mais sait-on que plusieurs n'ont pas de vigne. La plupart achètent les raisins de vignerons. En fait 90 % des vignes de champagne appartiennent à de petits producteurs. Toutefois «les champagnes sont vendus à 75 % par de grandes marques, dont certaines ne possèdent aucun vignoble. Cherchez l'erreur», écrit Bernard Burtschy dans un article intitulé «Champagne : Les ingrédients du succès».

Prix obligatoire
Les vignerons et les fabricants sont regroupés en deux associations. Une qui représente tous les vignerons et l'autre tous les fabricants.

Le prix du raisin est fixé commune par commune et va de 5 et 6 € le kilo de raisin. Ce serait le plus cher au monde.  (Ailleurs, pour l'achat en vrac, on calcule au litre et c'est entre 0,50 euro et 2 euros.) Il faut 1,2 kilo de raisin pour produire une bouteille de champagne. Ce qui veut dire un peu plus de 7 euros la bouteille avant même la fermentation, comparé à 1 à 2 euros dans d'autres régions du monde.

Ce prix est obligatoire et confirmé par un arrêté du préfet de la Marne.

«L'organisation champenoise va plus loin. Elle régule carrément la production pour un bon maintien des cours, ce qui ne se fait nulle part», ajoute M. Burtschy. Ainsi, pour la vendange 2014, le rendement commercialisable est de 10 500 kg/ha pour produire 307 millions de bouteilles. S'il y a surplus de production, il sera conservé pour l'année suivante.

Prix et production sous contrôle
L'Union européenne a tenté en 1999 de mettre fin à cette pratique de fixation des prix pour la région de Champagne. Mais la France l'a contournée en fixant les prix par communes, sous le prétexte de fermage.

Le prix et la production de champagne sont ainsi totalement sous contrôle.
«Ce mécanisme sophistiqué, avec un astucieux système de réserve constituée lors des années à récoltes abondantes, permet de pallier les écarts entre l'offre et la demande, d'où un lissage des variations des cours. Le vin de Champagne est totalement sous contrôle, un système unique au monde».

Si la récolte est trop petite, comme en 2012, ce système permet d'augmenter le prix.

Concurrence limitée
La concurrence est limitée. «Vignerons et maisons de champagne se sont mis d'accord sur un rendement de 10.500 kilos/hectare, dont 400 kilos/hectare sortis de la réserve, pour les vendanges 2014», comme nous l'apprenait France Bleu en juillet dernier. «Le Comité interprofessionnel du vin de Champagne a annoncé les rendements qui devront être respectés lors des vendanges 2014».

Le contraire !
Par contre, d'autres affirment que s'il n'y avait pas de contrôle de la production et des prix que ces derniers seraient encore plus élevés.

«La capacité de production est par définition limitée et les quantités offertes aux négociants sont restreintes par les stratégies de commercialisation directe des vignerons et coopératives», lit-on dans Analyse économique du marché du raisin en Champagne en l'absence de régulation. En résumé «une absence de régulation du marché intermédiaire entre vignoble et négoce va conduire à la poursuite de l'augmentation des prix de raisin», affirment les auteurs de l'étude.

Ils concluent que la seule voie possible «passe par un maintien du prix du raisin à un prix artificiellement bas.»

La hausse des prix du raisin a fait augmenter les prix du sol. «Un hectare en Champagne était estimé à 918 000 €/ha en 2010, face à une parcelle de terre arable estimée à 8 100 €/ha dans la même région». (Étude sur les impacts socio-économiques et territoriaux de la libéralisation des droits.)

En conclusion, un système de négociations des prix et de contrôle de la production, associé à une demande forte maintiennent les prix. 

Il se fait beaucoup d'autres vins dans le monde selon la méthode traditionnelle champenoise, mais  jamais les prix des raisins pour ces cavas, crémants et proseccos n'atteignent les prix élevés des raisins de Champagne.

Des chiffres
Il y a 15 700 vignerons et 300 maisons de champagne.
La production de champagne est passée de 40 millions de bouteilles dans les années 1950 à 349 millions de bouteilles en 2013. La surface plantée de vigne est de 33 000 hectares. Les rendements sont de 10 400 à 15 500 kilogrammes de raisins à l'hectare, soit de 65 à 97 hectolitres par hectare. Le total des ventes a été de 3,39 milliards d'euros en 2013. Le record a été établi en 2007 avec 339 millions de bouteilles pour un chiffre d'affaires de 4,5 milliards d'euros. Les stocks s'élèvent actuellement à 1,4 milliard de bouteilles.
 
La Champagne est la cancre des régions viticoles de France en production bio avec seulement 374 hectares en culture agrobiologique.
 
Les Français achètent 55 % des champagnes. Le principal acheteur extérieur de champagne est le Royaume-Uni avec 30 millions de bouteilles; suivi des États-Unis avec 17 millions. Le Canada est le 11e acheteur avec 1,7 million de bouteilles pour 41,5 millions d'euros. Soit 24 euros la bouteille.
 
Le champagne au Canada provient à 87 % des maisons, 6 % des coopératives et seulement 5 % des vignerons. 
 
À la SAQ, il y a actuellement 215 champagnes au format 750 ml. Les prix vont de 37,25 $ à 2924,25 $. Le prix médian est de 75,50 $.
 
Finalement, disons que nos monopoles, SAQ et LCBO, qui se vantent d'être les plus gros acheteurs de vins au monde, paient le champagne plus cher que tous les autres pays du monde! En effet, le prix moyen payé par le Canada pour le champagne a été de 33 euros le litre l'an dernier; alors que la moyenne mondiale est de 22,50 €, selon les chiffres compilés par l'Unione Italiana Vini.
 
   Pour vos achats, consultez notre section des mousseux : vinquebec.com/mousseux

________
Sources

Plus de 200 000 bouteilles de Liano vendues en une seule journée

Dernière modification le 15 décembre

Les rabais font vendre.
Samedi dernier, le très populaire vin italien Liano (27,70 $) était réduit de 6 $.
Selon la maison Univins, il s'en est vendu 203 000 bouteilles cette journée-là.
De nombreux amateurs de ce vin en ont donc profité pour faire des provisions.

Il y avait pourtant une limite de trois bouteilles par produit.

C'est phénoménal, c'est la moitié des ventes de l'année. En effet, l'an dernier, il s'est est vendu 471 000 bouteilles en 12 mois, et samedi 203 000 unitées en une seule journée!.

Ça semble incroyable. C'est une moyenne de 500 bouteilles par succursale!

Ce vin rouge d'Émilie-Romagne d'une certaine sucrosité avec ses 13 grammes de sucre au litre* selon la LCBO est composé de cabernet sauvignon et de sangiovese. Il est disponible dans presque tous les magasins de la SAQ.

C'est un phénomène. C'est la coqueluche de nombreux Québécois depuis plusieurs années. Fortement recommandé par de nombreux employés de la Société des alcools du Québec, il n'est toutefois pas donné à 27 $.

Voici ce que j'écrivais à ce sujet il y a quelques années. «Un vin toujours très populaire et qui est fortement poussé par des conseillers de la SAQ. En décembre 2003, la SAQ a donné une bouteille de Liano 2000 à tous ses conseillers en vin et à la plupart de ses employés en succursale pour la fête de Noël. Le vin était bon et l'effet a été monstre. Les employés se sont empressé de faire l'éloge du produit à tous les clients et lors de chaque arrivage on était accueilli à la SAQ par «Le Liano est arrivé!» L'effet perdure. Il est devenu à la mode.» (décembre 2007)

Il fait régulièrement parti du top 15 des vins qui rapportent le plus au Québec.

Il faut dire aussi que les vins rouges légèrement sucrés gagnent en popularité chez nous. La concurrence est forte dans ce créneau entre les Ménage à Trois, Apothic Red, Cupcake, Little Penguin et Yellow Tail.

Des gens n'aiment pas l'acidité et préfèrent donc ces vins doux.

Toutefois, ces vins pelucheux sont dénigrés par de nombreux amateurs de vin qui les considèrent comme étant trop racoleurs.

Le Liano n'est mentionné dans aucun des quatre guides du vin Aubry, Phaneuf, Lapeyrie et Harnois

Mentionnons aussi que ces vins rouges sucrés peuvent contenir plus de sulfites que les vins rouges sec, car il y a plus de risque de refermentation et de contamination.  En effet, en Europe, la limite maximum de sulfite permise est de 200 mg/l pour les vins rouges de plus de 5 grammes de sucre; alors qu'elle est de 150 mg pour les vins secs.

Aux amateurs de Liano, essayez aussi les Carpineto, Lan, d'Aiguilhe, Bujanda, Marchese Antinori, Poggibano, Sovrana, Bruciato ou Ruché.

Les autres gros vendeurs
Quatre autres produits étaient aussi en rabais ce 6 décembre. Voici leurs ventes pour cette seule journée:
Apothic Red: 138 000 bouteilles
Kim Crawford sauvignon: 123 000 bouteilles
Comtes Roquefeuil: 100 000 bouteilles
Champagne Chanoine: 25 000 bouteilles
  (Ces chiffres sont arrondis.)

 * Définition de vin sec
«Le vin est dit sec, lorsque le vin contient 4 g/l de sucre au maximum ou 9 g/l lorsque la teneur en acidité totale (exprimée en grammes d'acide tartrique par litre) n'est pas inférieure de plus de 2 g/l à la teneur en sucre.»
Définitions des produits, Organisation internationale de la vigne et du vin (18/73 & Eco 3/2003)

Voir Taux de sucre dans le vin rouge
      Êtes-vous un buveur de vin de type A ou B?

Des vins en bas de 10 $ SVP

Les Québécois veulent des vins plus chers, nous répètent les propagandistes de la SAQ.
 
Pourtant, si l'on regarde les chiffres ce n'est pas ce que nous disent tous les Québécois.
 
Étudions les chiffres pour les vins rouges du Portugal au répertoire des produits courants de la SAQ. Ils sont au nombre de 14.
 
Les 5 vins à moins de 13 $ représentent 59 % des ventes en valeur de cette section. Ils rapportent 19 millions des ventes, soit plus que les 9 autres vins plus chers réunis. Les 4 suivants un peu plus chers (13 à 15 $) rapportent 25 % des ventes; puis les 5 plus chers (15 à 20 $) ne rapportent que 16 % des ventes.

 

Vins rouges du Portugal
produits réguliers - ventes millions $
  N M $ %
00,00 à 9,95 $ 0 0  
10,00 à 12,95 $ 5 19 59
13,00 à 14,95 $ 4 8 25
15,00 à 17,45 $ 4 4 14
17,50 à 19,95 $ 1 0,8 2
  14 33 100

N = nombre de produit
M $ = vente en millions de $
% = pourcentage des ventes totales en valeur.
Notons qu'il ne reste plus de vins du Portugal à moins de 10 $ depuis que le Vila Regia a dépassé la barre du 10 $. L'an dernier, lorsqu'il était à 9,95 $, il rapportait 4 millions de dollars soit 12 % des  ventes de cette section à lui seul. En croissance de 8 % en 12 mois.
 
La SAQ cherche maintenant un vin rouge du Portugal de moins de 10$.
 
Nous remarquons la même chose pour d'autres régions. Par exemple, les 41 vins rouges (produits courants) du Languedoc de moins de 15 $ représentent 83 % des ventes; alors que les 17 vins à plus de 20 $ forment 17 % des ventes. La SAQ cherche aussi un autre vin du Languedoc à moins de 10 $ pour regarnir ses tablettes.
 
Il est à noter aussi que la SAQ indique dans ses documents intitulés Stratégie gestion des assortiments qu'elle recherche des formats 1,5 litre de plusieurs pays pour sa section des produits courants.
 
La SAQ a réussi à maintenir ses proportions de vins à moins de 15 $ au cours des derniers mois: soit 500 sur 8300 vins. Ceux à moins de 10 $ sont au nombre de 22 alors qu'ils étaient 67 au début de 2013, 90 en 2012 et 180 en 2009.
 

Accès à tous les vins de la SAQ

Comment avoir accès à tous les vins de la SAQ. Bientôt?
 
C'est le temps des fêtes, on cherche des bulles. Il y a aujourd'hui 500 mousseux de tous les formats dans les succursales de la SAQ.
 
Toutefois, ce choix est très inégalement réparti d'une région à l'autre, d'une ville à l'autre.
 
Ainsi les citoyens des îles de la Madeleine n'en ont que 62 dans leur magasin. À Arvida c'est 45; à Victoriaville, La Tuque et Maniwaki c'est 38 mousseux; à Bonaventure 36;  à Amqui 32; à Fort-Coulonge et Cabano 26; à Forestville 22 et les gens de Percé ont le choix de 21 champagnes et autres mousseux dans leur unique magasin.
 
Par contre les citoyens de Rockland ont le choix de 253 mousseux et à Westmount c'est 216.
Donc, un choix très inégal et souvent limité dans certaines régions.
 
La SAQ a 400 succursales, chacune ne peut détenir tout le répertoire.
De plus, la répartition des vins est souvent étonnante.
 
Je donne un exemple. Cette semaine, je cherche un vin Le Grand Clos Chardonnay de Clos Jordanne. Le site de la SAQ m'indique qu'il y en a dans 12 succursales. Il y en a 1 à 7 bouteilles dans 11 de ces succursales, mais 220 dans la douzième!
 
Un autre exemple. Celui-ci très frustrant. Je viens de me procurer le beau guide du vin de Nadia Fournier. Sa sélection appelée Les grappes d'Or est très intéressante. J'en note quelques-uns. Toutefois, l'application saq de mon téléphone intelligent m'indique que je devrai faire 200 kilomètres pour me les procurer.
 
Destination succursale
Comment faire pour rendre accessibles ces bouteilles réparties sur un si grand territoire. D'autant que plusieurs de ces bouteilles sont dans les arrières magasins de certaines succursales.
 
Il y a un moyen. Ça pourrait changer. En effet, la direction de la SAQ devrait annoncer après les fêtes un nouveau service qui sera appelé Destination succursale.
 
En principe, ce service devrait permettre à tous les consommateurs âgés de 18 ans et plus d'avoir accès à tous les produits du répertoire de la SAQ. C'est-à-dire 8900 vins tranquilles, 500 mousseux et 300 portos et autres vins fortifiés.
 
Ce projet est à l'étude depuis un certain temps, lisait-on en 2013 dans un document de la SAQ destiné aux fournisseurs. «Destination succursale, est actuellement en cours de développement. Le client qui passera une commande par le biais du Web aura la possibilité de réceptionner celle-ci à la succursale de son choix (parmi celles éligibles), et ce, sans frais.»
 
Chaque consommateur pourra donc commander un vin parmi un plus grand choix et le faire livrer dans une succursale de sa ville.
 
Les détails du projet devraient être dévoilés dans quelques semaines.

Baisse des ventes en volume dans les succursales de la SAQ

Et hausse dans les épiceries!

Les ventes de vin, bières et spiritueux ont diminué en volume dans les succursales de la Société des alcools du Québec au cours du deuxième trimestre 2014.

Pendant ce temps, les ventes en volume augmentent chez les épiciers.

La Société des Alcools vient de publier ses résultats financiers pour le deuxième trimestre 2014 qui s'est terminé le 13 septembre.

On y apprend que les ventes en volume total ont légèrement augmenté au cours du dernier trimestre comparé au même trimestre de l'année précédente.

Toutefois, cette hausse est due entièrement aux épiciers. En effet, ces chiffres révèlent que les ventes en succursales ont reculé de 100 000 litres à 38,8 millions de litres pendant que les ventes augmentaient de 500 000 litres dans les épiceries à 8,4 millions de litres. Une hausse de 6,3 %.

Les ventes aux restaurateurs sont restées stables à 4,9 millions de litres. Et les ventes des agences (situées essentiellement dans les épiceries) ont augmenté de 100 000 litres.

En dollars, toutefois, les chiffres augmentent légèrement en succursales de 1,7 %;  de 8 millions de dollars à 489 millions $. On rappelle qu'il y a eu une hausse de 25 cents la bouteille le 1er août qui devrait rapporter 12 millions de $ par trimestre.

La hausse des ventes a été beaucoup plus forte en épicerie: soit 7 %. C'est-à-dire 4,5 millions $ pour atteindre 68,2 millions $.

Ventes en volume au 2e trimestre 2013 et 2014
(millions de litres)
  2013
2014
 
Succursales 28,9 28,8 -0,1
Épiceries 7,9 8,4 +0,5
Agences 2,6 2,7 +0,1
Restaurants-bars 4,9 4,9  
  Total
44,3
44,8
+0,5
Ventes en valeur au 2e trimestre 2013 et 2014
(millions de dollars)
  2013
2014
 
Succursales 480,9 489 +1,7 %
Épiceries 63,7 68,2 +7,1 %
Agences 33,8 33,4 -1,1 %
Restaurants-bars 86,1 88,0 + 2,2 %
    Total
664,5
678,6
+ 2,1 %
 @vinquebec.com

D'autres chiffres

Les ventes de vin en volume ont augmenté de 600 000 litres, eseentiellement en épiceries, grossistes et agences. Les ventes de spiritueux ont augmeté de 100 000 litres, mais les ventes de boissons panachées ont baissé de 200 000 litres.

Les ventes de vin représentent 80 % des volumes et 74 des ventes en dollars.

«La rémunération du personnel, qui constitue la principale catégorie des charges nettes de l’organisation, a totalisé 81,8 millions de dollars contre 78,1 millions de dollars en 2013-2014, soit une augmentation de 4,7 %.»

«La marge nette dégagée par l’exploitation s’est établie à 35,7 %, contre 35,9 % en 2013-2014.»

«Pour le second trimestre, ces revenus ont atteint 469,3 millions de dollars, comparativement à 457,6 millions de dollars en 2013-2014, une croissance de 11,7 millions de dollars. Les sommes versées au trésor québécois ont totalisé 378,7 millions de dollars, en hausse de 9,8 millions de dollars ou 2,7 %. Cette variation s’explique principalement par un résultat net plus élevé et par une perception plus importante de taxes à la consommation résultant de la progression des ventes du trimestre ainsi qu’à l’harmonisation, au 1er août 2014, des taux de la taxe spécifique prélevée sur la vente de boissons alcooliques au Québec. Quant aux sommes versées au gouvernement fédéral, elles ont totalisé 90,6 millions de dollars, une augmentation de 1,9 million de dollars.»

  Source: Rapport financier intermédiaire 2e trimestre 2014-2015

Voir l'inventaire de votre succursale SAQ

Un outil pratique qui permet de connaître l'inventaire de la succursale que vous voulez aller visiter.

Vous pouvez consulter en ligne l'inventaire de votre succursale SAQ préférée avant d'aller y faire vos achats.

Cette fonctionnalité peu connue, même parmi les employés de la SAQ, existe depuis maintenant un an. C'est une demande qui avait été formulée depuis longtemps par des amateurs de vin.

Il suffit pour cela d'aller à la fiche de la succursale de votre choix en cliquant sur Trouver une succursale dans le site saq.com.

Un exemple: si je prends la succursale d'Aylmer, on y voit qu'il y a 1221 vins de tous les formats, dont 450 de France; 21 rosés; 6 nero d'avola; 14 cahors; 59 de la pastille «fruité et léger»; 39 vins bio...

Donc, avant d'y aller nous pouvons voir sa sélection par cépage (ex. 7 barberas, 15 chenins) ou bien par appellation (ex. Chablis au nombre de 5). Et pour chacun des critères, on peut savoir le stock par prix (ex.  Il y a 67 sauvignons, dont 12 à moins de 15 $ et 9 de Nouvelle-Zélande, dont un à moins de 15 $.)

Vous cherchez du mourvèdre? Il y en a 34 dans cette succursale; dont 7 à moins de 20 $ et 11 du Rhône.

On cherche un cabernet sauvignon bio? Il y en a 5: 2 de France, 1 d'Argentine, 1 d'Espagne et 1 d'Italie.

Un mousseux rosé? Il y en a 11, dont 2 à moins de 15 $ et 2 de 15 à 20 $.

Vous voulez profiter des promotions? Il y a 56 vins en rabais dans ce magasin.

L'inventaire en ligne nous montre l'ensemble des vins y compris ceux cachés dans l'arrière-magasin.

Vous pouvez aussi enregistrer sur le site vos succursales préférées ce qui vous permettra de vérifier les quantités en stock des produits dans les succursales que vous aurez choisies.

Vous pouvez donc consulter l'inventaire de chaque succursale avant d'y aller faire un tour. 

Par contre, on ne voit pas directement combien de bouteilles du produit désiré sont disponibles dans cette succursale. Il faut faire une autre recherche pour cela.

Finalement, prendre connaissance au préalable des vins disponibles dans la succursale que vous allez visiter facilite grandement votre magasinage. De plus, vous étonnerez des employés de la SAQ par votre grande connaissance de leurs stocks de vins.

Donc, trouver votre succursale.

 

Plus de vins ontariens à la SAQ

Il y aura bientôt plus de vins ontariens sur les rayons du monopole des alcools du Québec.
En effet, le gouvernement de Philippe Couillard a demandé aux dirigeants de la SAQ de faire plus de place aux vins et autres alcools de la province voisine.

La première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, a demandé à la LCBO de rendre la réciproque au Québec.

L'annonce en a été faite hier conjointement par les deux premiers ministres provinciaux lors d'une rencontre pour renforcer le commerce entre les deux provinces.

«Les premiers ministres Wynne et Couillard ont demandé à la Régie des alcools de l'Ontario (LCBO) et à la Société des alcools du Québec (SAQ) de faciliter la commercialisation et la vente de produits alcoolisés, produits localement dans chaque province, par l'intermédiaire de leurs points de vente», lit-on dans un long communiqué de presse publié par le cabinet du premier ministre du Québec.

Il y a actuellement 68 vins de l'Ontario sur les rayons de la SAQ en plus de 29 vins de dessert, 31 spiritueux et 41 coolers et cocktails. (Il y a ainsi 45 vins de la Colombie Britannique et 79 vins du Québec.) Il n'y a pas de vins québécois à la LCBO, mais on y trouve 90 bières, cidres et spiritueux.

Le Québec produit localement un peu moins de 2 millions de bouteilles de vin par année. L'Ontario en produit 15 fois plus juste en vins certifiés VQA, soit 32 millions de bouteilles.

L'industrie du vin embouteillé au Québec (importations en vrac donnant 55 millions de bouteilles) ne semble pas concernée par cette entente entre les deux gouvernements. Ces vins sont considérés comme étant des produits canadiens par le fédéral, mais comme des produits étrangers par le provincial.

_______
Sources

Un partenariat Québec-Ontario renouvelé qui donne des résultats
VQA Wine Facts and Statistics
LCBO
L’industrie du vin au Québec, Activité ASDEQ-ASQ, Gilles Proulx
Rapport annuel SAQ 2014

Beaujolais nouveau Ontario-Québec

Les Beaujolais nouveaux sont trois dollars plus chers au Québec qu'en Ontario!

La SAQ et la LCBO mettent en vente quatre Beaujolais nouveaux demain.
Toutefois c'est beaucoup plus cher au Québec où les prix vont de 16,75 $ à 19,70 $.
Alors qu'en Ontario c'est de 13,95 $ à 15,95 $.
De plus en Ontario il y a deux beaujolais-villages réputés de meilleure qualité que les simples beaujolais.

Le Duboeuf est 3,65 $ plus cher à la SAQ. Le Mommessin est 2,80 $ de plus.

Les deux monopoles proposent aussi des vins nouveaux provenant d'autres régions.
Le Gamay Duboeuf est 3 $ de plus au Québec.
L'Ontario propose deux vins nouveaux d'Italie à 9,45 $ et 9,95: la SAQ en propose un à 11,80 $!
La LCBO offre aussi un vin nouveau de l'Ontario.
 

SAQ
LCBO
Georges Duboeuf Gamay Nouveau Ardèche 12,95$ 9,95$
Mommessin Beaujolais Nouveau 16,75$ 13,95$
Georges Duboeuf Beaujolais Nouveau  18,60$
Beaujolais-Villages Nouveau G. Dubœuf  14,95$
Dom. des Terres Dorées Beaujolais 19,70$
Dominique Piron Beaujolais Nouveau  18,75$


Beaujolais Nouveau Primeur Art's,  13,95 $
Beaujolais-Villages Nouveau J. Drouhin  15,95$
Botter Novello Sangiovese 2014  11,80$

Novello del Veneto Negrar  9,95$
Novello Rosso Terre di Chieti Tollo  9,45$
Syrah Primeur, JeanJean, Couleurs d’automne 12,95$  

Syrah Merlot Primeur Catalan  9,95$

Gamay Nouveau The Fool VQA Reif Estate  11,95$

Les années précédentes, le meilleur vin nouveau était souvent celui d'Italie.

  Attention! Il reste encore du Beaujolais nouveau de l'an dernier (2013) dans plusieurs succursales de la SAQ.

Syndiquer le contenu