Informations

Nouveaux arrivages SAQ: 94 % à plus de 15 $

La société des alcools du Québec a ajouté 83 nouveaux vins sur ses rayons cette semaine.

Soit 41 dans la section Cellier (celle des vins de spécialité) 27 aux magasins Signature et 15 en produits courants.

Seulement 5 de ces 83 nouveaux vins sont de moins de 15 $; soit 6 %. La plupart sont à plus de 20 $, soit 59, c'est-à-dire que 71 % de ces nouveaux produits sont à plus de 20 $.

  •  3 de ces ajouts sont de moins de 12 $;
  •  2 de 12 à 15 $;
  • 19 de 15 à 20 $;
  • 59 de plus de 20 $.

Parmi les 3 vins de moins de 12 $; deux sont embouteillés au Québec.

De ces 83 nouveaux vins, la majorité provient d'Italie; 15 de France et 15 des États Unis. Finalement, 64 (77 %) de ces 83 vins sont rouges.

La proportion de vins à moins de 15 $ ne représente plus que 7 % de l'offre actuel de la SAQ; soit 558 vins sur 7932. Ils étaient 638 en février dernier; 651 en novembre 2013 et 895 (11 %) en janvier 2013.

Nombre de vins au répertoire SAQ
  - 15 $ Total %
15 mars 2014 558 7932 7
12 janvier 2013 895 8202 11

Donc, en 14 mois, l'offre de vins à moins de 15 $ est passée de 11 % à 7 % du répertoire de notre monopole du vin.

Une page Facebook pour stopper les hausses de prix à la SAQ

Les dernières hausses de prix répétées des vins distribués au Québec par le monopole de la société des alcools font des mécontents.

Une page Facebook a été créée cette semaine par Mme Juliette Tremblay qui dit que «suite à l'article de Pierre Couture paru le 11 mars dernier dans La Presse, j'ai décidé de créer une page communautaire sur Facebook pour contrer les hausses incessantes de prix des produits à la SAQ.»

Elle écrit sur Facebook que «lorsque des milliers de personnes auront aimé (cette page Facebook), donc manifesté leur désaccord avec les hausses de prix, la SAQ devra réagir. Merci de faire ce petit effort et ainsi nous éviter de payer une bouteille de Fusion 30 $.»

Elle ajoute qu'une deuxième hausse de prix depuis le début de l'année est inadmissible; que les bouteilles à moins de 15 $ ne devraient pas disparaître; que le monopole d'État ne devrait pas piger ainsi dans nos poches.

«Reprenons le contrôle de nos SAQ.» 
«1 "J'aime" = 1 désaccord avec les hausses de prix», lit-on sur cette page Facebook.

Le but du site: «Pour que la SAQ arrête d'augmenter incessamment les prix de ses produits.»

Au moment de la consultation de la page, hier soir, il y avait 97 mentions «J'aime».

L'adresse de la page Facebook
  www.facebook.com/stophausseprixsaq

Tendu, tension

Un vin tendu. C'est un terme que nous entendons et que nous lisons de plus en plus souvent.

J'ai entendu plusieurs vignerons employer les mots «tendu» et «tension» dans leurs vins lors d'un récent voyage dans le Roussillon ainsi qu'au salon Millésime bio à Montpelier.

Il y a des termes comme ça qui deviennent plus fréquents, plus usuels dans le monde du vin, comme le mot minéral. Est-ce un effet de mode? Je dirais plutôt une tendance qui reflète l'air du temps.

Le terme tension semble remplacer ceux de corsé, de charnu. Il y a peu de temps, la mode était aux vins charnus, corsés et opulents. Les vins promus par l'influent chroniqueur américain Robert Parker.  Mais maintenant, comme l'écrit Claude Gilois, on assiste à une «inversion de tendance et un mouvement, qui se cherche encore, est amorcé vers l’élaboration de vins plus digestes, moins maquillés et moins trafiqués.»
(voyagesvinsdumonde.20minutes-blogs.fr)

Jean Gardiés, (Domaine Gardiés) vigneron dans le Roussillon, qui fait de très beaux mourvèdres, carignans ainsi que des jolis grenaches blancs et gris nous dit qu'il cherche à produire des vins tendus. «Tendus comme la corde d'un arc. Et que cette tension dure longtemps. Donc pas de battonage, ni de bois vanillé. Car le gras, nous l'avons déjà.»

Ainsi, la tension serait en opposition à trop gras, qui donnerait une sensation de mollesse.

Se peut-il aussi que certains cépages soient plus propices à donner des vins tendus. Le carignan et le mourvèdre ne sont pas le merlot; les grenaches et roussanne ne sont pas des chardonnays.

À cette enseigne, la syrah joue sur les deux tableaux. Elle peut être tendue dans certaines régions ou sous la main de certains vignerons, mais mollassonne dans d'autres chais.

Les conditions climatiques de certaines régions seraient-elles aussi plus aptes à produire des vins tendus. La Loire, le Rhône, Cahors et le Languedoc-Roussillon ne sont pas Napa, Barossa, ni Mendoza.  Pourtant, on perçoit une certaine tension dans certains vins de bons producteurs du Nouveau Monde.

En Bourgogne aussi, on entend cette expression, cette recherche de la tension.  «Je cherche la minéralité, l'énergie, la tension et la finesse au au risque que les vins soient austères en jeunesse», nous disait Gregory Patriat du groupe Jean Claude Boisset, lors de son passage à Montréal en mars 2013. (http://vinquebec.com/node/10813)

Les goûts des vignerons de ces régions et ceux de leurs clients ne sont pas les mêmes. Est-ce que l'on revient encore ici à la division buveurs de vin de type A ou B, Nouveau Monde versus Europe?

L'oenologue, ingénieur agronome et formateur en dégustation Jules Lamont, oppose ROND et TENDU. «En gros un vin rond, c’est un vin dont l’alcool l’emporte sur les autres sensations en bouche, qui remplit le palais et donne une impression à la fois douce et souple, sans âpreté. Un vin rond c’est un vin facile à boire, rassurant, comme un curé de campagne chez Maupasant.»
«À l’opposé, le vin tendu, nerveux, droit dans ses bottes, construit sur une trame acide plutôt qu’alcoolique, plein d’une belle vivacité. Plus difficile à apprécier pour le néophyte, la tension se traduit en bouche par une belle sensation de vivacité et de fraîcheur.»(www.wineandthecity.fr)
Donc, vivacité élégante versus douceur agréable.

In fine, donnons la parole à la linguiste Martine Coutier qui, dans son Dictionnaire de la langue du vin,  y consacre quatre paragraphes.
TENDU : Néologiste. Qualifie un vin pourvu d'une bonne acidité qui contribue à une impression de tension dans la bouche. Voir Nerveux, vif.» Et elle cite les auteurs Pierre Casamayor, C. Tupinier et N. de Rabaudy (1983). Et pour TENSION, elle cite les revues Le rouge et le blanc et la Revue de France.

Pour citer un ami: «les vins tendus, on peut toujours les détendre avec un bon repas!»

Maintenant, pour boire des vins tendus...

VIN QUÉBEC A 17 ANS!

Nous venons de changer d'heure au Québec, et Vin Québec va continuer à essayer de vous donner l'heure juste dans le domaine de l'information sur le vin!

Ce site internet d'information sur le vin — vinquebec.com a 17 ans aujourd'hui.
En effet, le site Vin Québec a vu le jour en mars 1997.

Un peu plus de 200 000 visiteurs uniques l'ont fréquenté au cours de la dernière année, pour un total de 415 000 visites et plus de 800 000 pages vues.

La moyenne mensuelle est de 20 000 visiteurs. La moyenne quotidienne est de 1000 visiteurs; 69 % des visiteurs reviennent plusieurs fois dans le mois; chaque visiteur consulte deux pages par visite. (Selon Google Analytics)

Les journées les plus achalandées ont été le 2 septembre 2013 (3317 visiteurs); le 31 août (2090 visiteurs) et le 25 février 2014 (2014 visiteurs uniques).

Les sections et pages les plus consultées ont été au cours de la dernière année, après la page d'accueil:

  1. La section Qualité-prix
  2. L'article Sulfites dans le vin
  3. La page deux
  4. La section Listes d'achats
  5. Les meilleurs vins rouges de 15 à 20 $
  6. La section des grands vins
  7. La section Pour la cave
  8. La page de liens
  9. Les meilleurs vins rouges à moins de 15 $
  10. Les meilleurs vins rouges
  11. L'article Alergie, intolérance au vin
  12. L'outil de recherche, l'actuel et le temporaire
  13. L'article sur la conservation des portos
  14. La section des vins bio
  15. La section des meilleurs vins entre 20 et 30 $
  16. L'article La SAQ est dans le trouble, 2 septembre 2013
  17. L'article sur la conservation du vin une fois la bouteille ouverte.

Les autres articles les plus lus:

Les autres pages les plus lus:
La page du Vocabulaire, des Informations, ces Cépages, des Régions, des Arrivages, des Mousseux, De la cave, des Conseils, des Vins de plus de 30 dollars.

Pour le seul mois de février 2014, les articles et sections les plus consultées:

  1. Sulfites dans le vin
  2. Section Qualité-prix
  3. Moins d'employés et plus de pastilles à la SAQ
  4. Les meilleurs rouges
  5. Le meilleur champagne est chez Costco
  6. La section Liste d'achats
  7. La section Grands vins
  8. Les meilleurs vins rouges de 15 à 20 $
  9. L'article Alergie, intolérance au vin
  10. La section des vins bio.

Nous vous remercions de votre appui, de vos conseils, de vos encouragements, de vos critiques, de vos questions et informations qui nous aiguillent vers des sujets de recherche.

Un gros merci aux 200 000 lecteurs de vinquebec.com.

Nous le rappelons, vinquebec.com est gratis et indépendant.
Notre mission: découvrir, apprécier, apprendre et informer.

Le classement 1855 des Bordeaux ne vaut plus rien

Ce n'est pas un article que l'on risque de retrouver dans des revues financées par l'industrie du vin, tels La Revue du vin de France ou Terre de Vins.

Toutefois, un journal du Sud Ouest a le courage de le faire. Il rapporte qu'un groupe belge déguste chaque année plusieurs centaines des vins des châteaux bordelais. «Des premiers crus 1855 se retrouvent complètement largués, des châteaux méconnus s'offrent des notes élevées, des bouteilles à dix euros font la nique aux plus prestigieuses dont les prix s'expriment pourtant avec trois zéros...»

Pierre-Yves Crochet de Sud Ouest raconte que «Rémy Poussart a eu l'idée d'établir le Grand Classement des vins de Bordeaux. Après les millésimes 2007 et 2008, il s'est penché sur le cas de 2009. Son guide est paru jeudi. Le résultat est toujours aussi détonnant. Un crime de lèse-majesté diront certains.»

Rémy Poussart, journaliste belge, en est rendu à la troisième édition de son Le grand classement des vins de Bordeaux, et il constate que les «différents classements bordelais actuels ne reflètent plus en rien la réalité d'aujourd'hui».

Pour l'édition 2009, chacun des 671 vins (3 bouteilles chacun) de Bordeaux reçus ou achetés a été dégusté à trois moments en 2013 par un jury de professionnels et d'amateurs.

Des vins à 30 euros déclassent des vins à 800 euros. Pour le classement du millésime 2008, la meilleure note va au Château Gaby, un Fronsac à 30€; suivit du Château Martet Sainte-Foy 35€; le Château Pape-Clément, 85€, arrive en troisième juste devant le Château de Chantegrive à 16€ et le fameux Château Lafite Rothschild 880€.

Ainsi dans les meilleures notes se côtoient des grands crus notoires (ancienne classification) et des vins moins réputés. Il y a même un vin de coop. «Je pense que beaucoup de producteurs se réfugient derrière un nom et un terroir réputé pour ne pas faire les efforts qu'ils devraient faire», dit Rémy Poussard. Voici quelques vins du classement du millésime 2008.

 1. Château Gaby (cuvée Gaby), Fronsac,30€
 2. Château Martet (Réserve de Famille), Sainte-Foy, Bordeaux, 35€
 3. Château Pape-Clément, Pessac-Léognan,  85€
 4. Château de Chantegrive, Graves,  16€
 5. Château Lafite Rothschild, Pauillac,  880€
 6. Château La Gasparde (Cuvée Prestige), Castillon,  15€
 7. Prémya, Puisseguin-Saint-Émilion,  16€
 8. Château Léoville Poyferré, Saint-Julien,  59€
 9. Château Beau-Séjour Bécot, Saint-Émilion GC,  39€
10. Château Plince, Pomerol,  23€
11. Château de Barbe Blanche, Lussac-Saint-Émilion,  15€
12. Virginie de Valandraud, Saint-Émilion GC,  37€
13. Château Larmande, Saint-Émilion GC, 30€
14. Château Sansonnet, Saint-Émilion GC,  18€
15. Château Haut-Vigneau, Blaye , 11€
16. Château Nénin, Pomerol,  33€
17. 1938 de la coop, Puisseguin-Saint-Émilion 12€
18. Pétrus, Pomerol, 2.300€
19. Château Pichon-Longueville Baron, Pauillac,  95€
20. La Tour du Pin, Saint-Émilion GC,  33€

«Les 11 premiers vins proviennent de 11 appellations différentes, la preuve qu'aujourd'hui, on produit du bon vin n'importe où à Bordeaux!» (Le Grand Jury International des Vins)

Entre les connus, beaucoup d'autres inconnus.
 71 Margaux
 84 Mouton Rothschild
 98 Cheval Blanc
111 Pavie
156 Angelus
161 Latour
196 Totanoy
208 Montrose
257 Cos d'Estournel
294 Tertre Roteboeuf

Voir la suite sur le site alexissabourin.wordpress.com : Les 50 premiers du classement 2008

En 2007
1 Beau Séjour Bécot, Saint-Émilion
2 Léoville Barton, Saint-Julien
3 Léoville Las Cases, Saint-Julien
4 Pétrus, Pomerol
5 Patache d'Aux, Médoc
   (www.poussart.eu)

«D'une année sur l'autre, Saint-Julien et Saint-Emilion se taillent la part du lion.»

Comment se procurent-ils les bouteilles?
«Un peu plus de la moitié des producteurs sollicités nous ont envoyé des échantillons. Essentiellement les moins connus, à l'exception de châteaux comme Lafite Rothschild ou Léoville Las Cases qui nous soutiennent depuis le début. Pour les autres, nous devons acheter les bouteilles nous-mêmes. Le budget du guide 2009 était de 130 000 euros», dit Rémy Poussart à Sud Ouest.
____

Classement des vins de Bordeaux : le guide qui met tout sens dessus-dessous, Pierre-Yves Crochet, Sud Ouest, 7 mars 2014;
Le Grand Jury International des Vins - GJIV
;
Classement de 1855  Wikipedia.

Des bordeaux 2010 très décevants

J'ai participé dernièrement à une dégustation de dix vins de Bordeaux des millésimes 2010 à l'Académie du vin de l'Outauais.

Des vins de 40 à 145 $. Et je dois dire que j'ai été fortement déçu. Seul trois de ces dix vins méritent la note de très bon (trois étoiles ou 90/100).

La plupart de ces vins sont rustiques avec des tanins verts et asséchants. Leur acidité est élevée ce qui accentue leur astringence. Ils manquent de complexité. Les saveurs boisées sont très fortes et certains ont des saveurs végétales. Le pire à ce chapitre été le Sociando-Mallet.

Voici les vins et de courts commentaires.

Clos de La Gaffelière, St-Émilion, grand cru classé
Crème, vanille, tanins durs, costaud. 40$ *

Angludet, Margaux, cru bourgeois exceptionnel
La première bouteille était bouchonnée.
La deuxième: boisé, cèdre, tanins durs, texture pâteuse, bon boisé en finale. 50 $  *

Sociando-Malet, Haut-Médoc
Végétal et très boisé.  60 $

d'Armailhac Pauillac, 5e cru classé
Discret, melon! Facile, coulant. 80 $  *

Talbot, St-Julien, 4e cru classé
Tanins sévères, finale boisée, forte saveur de café. 95 $ *
Plusieurs participants l'ont pourtant bien aimé.

Latour à Pomerol, Pomerol     
Beau fruité sur de beaux tanins, équilibré, finale cassonade. 100 $ ***

La Dominique St-Émilion, grand cru classé
Cèdre, costaud, bien riche, belle finale. Bien fait. 115 $   ***

Domaine de Chevalier, Pessac-Léognan, grand cru classé
Cèdre, juteux, beaux tanins, texture lisse, finale boisée.  115 $  **

Branaire-Ducru, St-Julien, 4e cru classé
Costaud, plein, beau granulé, longue finale très boisée.   115 $  **

Malescot Saint-Exupéry, Margaux, 3e cru classé
Opaque, belle texture, de beaux tanins, sèveux. Le meilleur.   145 $  ***

À ces prix, on devrait obtenir plus de plaisir.
Sont-ils dans une phase ingrate? Mon voisin de table me dit qu'il faut être patient, qu'ils seront bons un jour. Il faut avoir la foi! Je ne suis pas certain que des vins aux tanins si secs soient bons un jour. Je suis donc allé voir ce qu'en pensait la presse spécialisée.

Un grand bluff!
Le millésime 2010 suit un superbe 2009, et il n'est pas de la même eau.
Comme le disait si bien le magazine Le Figaro Vin en 2011: bordeaux 2010 a été un grand bluff. «Beaucoup de ces vins font grimacer avec leurs terribles tanins, d'autant que bien des crus étaient marqués par la grande maturité des raisins, mais aussi par d'étranges verdeurs.»

Et «certains propriétaires ont aussi été abusés par les hauts niveaux de sucre et ont vendangé avant maturité physiologique, ce qui explique les tanins verts.»

Où est le plaisir?
De son côté dans le magazine Le Point, Jacques Dupont, énumère les conditions climatiques très défavorables en 2010 et dit qu'on a fait «des vins qui ont oublié que leur destin était d'être bus et de donner du plaisir.»

Le choix de la date des vendanges a été très difficiles pour les producteurs. écrit M. Dupont. «Choisir à quelles dates vendanger relevait du supplice. Devait-on cueillir tôt, avant que les sucres, et plus tard les alcools, grimpent au ciel, mais risquer de se retrouver avec des tanins astringents qui grattent au palais et sèchent les papilles? Ou devait-on attendre et perdre les arômes, le bon fruité, et offrir au consommateur un vin d'apéritif plus proche du porto que du bordeaux?»

Voulez-vous me dire pourquoi de nombreux vignerons de par le monde ont appris à faire du vin qui est déjà bon et pas trop cher; pendant que ces Bordelais veulent nous vendre des vins qui sont très chers et qui seront un jour peut-être bon?

«Si un vin est mauvais jeune, il ne va pas devenir bon avec l'âge», dit Rémy Poussart.

Toute de même, nous les goûterons peut-être de nouveau dans quelques années. On ne sait jamais!

___

Ces vins sont classés 3e, 4e et 5e cru en fonction des prix qu'ils affichaient en 1855. Selon, Le Grand classement des vins de Bordeaux (2008), aucun de ces châteaux ne se classe aujourd'hui parmi les 50 meilleurs de Bordeaux.

Comparaisons prix Ontario Québec

La direction de la Société des alcools du Québec a encore haussé le prix de certains de ses vins ce matin. C'est la deuxième hausse en deux mois.

La SAQ invoque la fluctuation des devises pour justifier ces hausses. (Voir ici)

L'écart entre les prix des vins au Québec et en Ontario s'accroît.
Voici quelques exemples parmi les vins populaires.

  LCBO SAQ
Fuzion Shiraz Malbec 7,95$ 9,80$
Jackson-Triggs rosé 8,95$ 10,95$
Gallo White Zin (rosé) 9,45$ 11,55$
Vieille Ferme rouge 11,90$ 14,40$
Vieille Ferme blanc 11,90$ 14,50$
Gourgazaud 12,95$ 14,35$
Ch. des Charmes Riesling 13,75$ 19,45$
Mouton-Cadet rouge 14,45$ 16,20$
Voga Pinot Gris 14,75$ 16,20$
Clos des Estanilles 16,75$ 18,15$
Gde Réserve Boutari 2007 16,95$ 19,50$
Georges Duboeuf Brouilly 17,95$ 19,80$

Une autre hausse de prix ce matin à la SAQ!

Surprise ce matin!
Une nouvelle hausse de prix sur plusieurs vins à la Société des alcools du Québec.

Des exemples:

Pesquera passe de 28,05  à 32,25 $;
Morgado de Sta. Catherina de 23,70 à 24,40 $;
Cuvée Marie Jurançon de 22,45  à 23,75 $;
Guigal, Côtes du Rhône de 19,85 à 20,80 $; (17,95$ en Ontario)
Secco-Bertani Ripasso de 17,95 à 18,45 $;
Le Vespa de 17,90 $ à 18,35 $;
Pinot Gris Pierre Sparr 17,80 à 18,30 $;
Rapsani Tsantali de 12,20 à 12,75 $;
Fontal Crianza de 15,10 à 15,55 $.

La hausse n'est pas généralisée. Le prix de nombreux vins ne bouge pas, mais certains sont haussés de quelques dollars.

Résultats: le nombre de vins en bas de 15 $ continue de diminuer. On en a perdu 27 en 8 jours. Même le nombre de vins de 15 à 20 $ diminue: on a perdu 2. Par contre, le nombre de vins de plus de 20 $ augmente continuellement. On en compte 59 de plus en 8 jours!

Nombre de vins sur les rayons SAQ (format 750 ml)

Nov
2012
Janvier
2013
25 février
2014
5 mars
2014
-10 $ 90 67 25 24 *
-15 $ 902 895 580 553
15 -20 $ 1721 1635 1569 1567
20 $ +
5636 5749 5802 5861
 @vinquebec.com

  * On a perdu un autre vin à moins de 10 $. Le Saveurs Oubliés est passé de 9,95 $ à 10,20 $.

Pourquoi ces hausses?
Voici la réponse du porte-parole de la SAQ, Renaud Dugas.
«Les changements s'expliquent majoritairement par ceci : lorsque des devises fluctuent, cela se reflète sur les prix de nos produits, à la baisse ou à la hausse, à des périodes précises dans l'année, comme vous le savez. Dans le passé, plusieurs produits ont subi des baisses de prix pour la même raison. Cette fois-ci, la force de l'Euro (de même que le dollar américain et le dollar de la Nouvelle-Zélande) face au dollar canadien, a un impact sur le prix de produits négociés dans cette devise.»

Il faut dire ici que les vins dont les prix ont été haussés sont des produits déjà achetés et payés.

La valeur du dollar canadien a diminuée au cours des derniers mois. Elle a atteint le même niveau que lors des années 2009, 2007, 2006, 2005 et 2002. Comme nous le montre ce tableau de la Banque du Canada, nous sommes aujourd'hui au niveau de la moyenne des 11 dernières années.


L'écart avec les prix de l'Ontario s'accroie (voir ici).

Sujets connexes:

Des champagnes moins chers au Québec

Le prix des champagnes va baisser au Québec le 2 avril; et ce n'est pas un poisson d'avril!

Depuis quelques années, on attend et on lit beaucoup de récriminations au sujet du prix élevé des champagnes au Québec.

Ceux qui voyagent, particulièrement aux États-Unis, ont pu constater que de nombreux champagnes y sont vendus souvent moitié moins cher qu'au Québec.

Aux États-Unis, l'un des meilleurs champagnes d'entrée de gamme se vend 20 $ (Le meilleur champagne est chez Costco).

En France, les grandes marques vendent maintenant des champagnes à moins de 20 euros.

Ici, au Québec, le prix des champagnes est maintenu élevé artificiellement. Les producteurs et la SAQ n'encourageaient pas les rabais voulant conserver l'image de luxe de ces produits et leurs marges bénéficiaires.

Ça va changer, du moins un peu.
En effet, la direction de la Société des alcools du Québec a décidé de réduire sa majoration sur les champagnes.

«Alors que dans la catégorie des vins, le consommateur peut trouver des produits dans toutes les gammes de prix, des écarts importants de prix subsistaient entre les mousseux et les champagnes», dit la SAQ, qui ajoute qu'afin «de mieux équilibrer et harmoniser ses gammes de prix dans son offre de bulles, la SAQ a révisé à la baisse sa majoration sur les champagnes.»

En 2013, le prix moyen du champagne exporté était de 16 euros (soit 22 dollars du moment). Pourtant, le prix médian des champagnes blancs vendus dans nos magasins d'état est 76 $. Le champagne le moins cher à la SAQ est de 43 $. Sur les 152 champagnes blancs de la SAQ, il n'y en a que 32 en bas de 60 $. (Le prix médian des mousseux blancs est 22 $.)

Il n'y a aucun champagne en bas de 40 $. La SAQ annonce que d'ici décembre prochain elle introduira 5 nouveaux champagnes dont le prix de détail sera inférieur à 40 $.

Il faut dire aussi que la concurrence est forte. De nombreux mousseux de Californie — faits d'ailleurs par de grandes maisons champenoises — ainsi que des vins des appellations Cava en Espagne et Prosecco en Italie rivalisent maintenant en qualité avec les champagnes. (Voir notre sélection des meilleurs mousseux.)

D'autant plus que la plupart des gens — s'ils ne voient pas l'étiquette — ne verront pas la différence entre un champagne ou un mousseux d'une autre région.

 Sujet connexe: Est-ce que je dois acheter un champagne ou un mousseux?

Le vin détruit des cellules cancérigènes

Des substances contenues dans le vin détruisent les cellules cancérigènes du poumon!

Le cancer du poumon est le deuxième cancer le plus diagnostiqué au Canada après le cancer de la peau. Toutefois, selon la Société canadienne du cancer «c’est la principale cause de décès par cancer tant chez l’homme que chez la femme au Canada.»

La Société canadienne du cancer estime que 20 000 Canadiens meurent du cancer du poumon par année. C'est 27 % de tous les décès par cancer au pays.

Alors, les recherches sur ce type de cancer s'accentuent au Canada. Le vin qui contient des polyphénols a attiré l'attention de chercheurs de l'Ontario.

Des chercheurs des universités Brook et MacMaster de l'Ontario sous la direction d'Evangelia Tsiani affirment dans une étude que le vin rouge à faible concentration inhibe la prolifération des cellules du cancer du poumon et bloque leur capacité de reproduction clonogénique.

Selon les chercheurs, le vin blanc (riesling) aurait les mêmes effets, mais nécessiterait une plus grande concentration (X 2,5).

Les auteurs écrivent que «nos données suggèrent que le vin peut avoir des propriétés antitumorales et chimioprévention considérables dans le cancer du poumon.»

Les recherches précédentes utilisaient une version synthétique du polyphénol resvératrol, mais cette fois-ci, l'équipe du docteur Tsiani a utilisé du vin de la région de Niagara en Ontario.

Ils ont ainsi découvert que le resvératrol n'était pas le seul élément bénéfique, mais que d'autres molécules résultantes de la fermentation du raisin contribuent à ralentir la progression des cellules cancérigènes dans le poumon.

Leurs conclusions:
«Les travaux présentés ici montrent que de faibles doses de vin sont de puissants inhibiteurs de la prolifération et de la survie clonogénique (capacité de se reproduire) des cellules du cancer du poumon humain par l'intermédiaire d'un mécanisme qui est indépendant du resvératrol et de l'éthanol. Ces résultats suggèrent que le vin peut avoir des propriétés anticancer et des propriétés chimiopréventive. Les études futures doivent examiner systématiquement les effets antitumoraux du vin dans des modèles in vivo de cancer du poumon et analyser en détail le mécanisme moléculaire de son action.»

_____

LA SAQ perd des clients

Les ventes de vin continuent de diminuer à la Société des alcools du Québec.

Après l'avoir nié depuis un an, les porte-parole de la société d'État avouent maintenant que les ventes baissent. Ils disent même que l'achalandage diminue.

Le Journal de Montréal rapporte qu'«au cours de la dernière année fiscale, la SAQ a enregistré une diminution de 851 000 transactions dans le réseau de ses succursales, par rapport à l’année précédente.» C'est une baisse de 1,4 %, écrit Pierre Couture dans Le Soleil et La Presse Affaires.

La journaliste Sarah-Maude Lefebvre du Journal de Montréal écrit que la SAQ va réduire les heures de travail de ses employés de 80 000 heures le mois prochain. L'année fiscale de la SAQ se termine le 31 mars. «Si la situation ne s’améliore pas, 60 000 heures supplémentaires pourraient aussi être enlevées au cours des prochains mois.»

Est-ce que les dirigeants de la SAQ craignent de perdre leurs bonus de fin d'année s'ils n'atteignent pas leurs objectifs de revenus. Le journal La Presse rapportait en 2012 que «2164 employés se sont partagé 8,2 millions de dollars en bonis, ce qui équivaut en moyenne à près de 4000$ chacun.»

Pour les 24 premières semaines de l'année 2013-2014 (avril 2013-mars 2014), la SAQ a vendu 71,4 millions de litres de vin, soit 500 000 litres de moins que la même période l'an dernier.  Ce qui donne 666 000 bouteilles de moins.

Les chiffres du troisième trimestre n'ont pas encore été publiés. Ils le seront vers la mi-mars. Mais les gens de la SAQ les connaissent. Les chiffres de l'année en cours se terminant le 31 mars ne seront publiés qu'en juin.

Les dirigeants s'attendent donc à la stagnation des revenus ou pire à une baisse des revenus.

La réduction des heures de travail s'accompagnera aussi de mesures plus draconiennes, La Presse rapporte que «certaines de ses 401 succursales pourraient également voir leurs heures d'ouverture modifiées.»

On ne cherche plus à augmenter les ventes — c'est trop tard, il reste un mois — mais à réduire les coûts pour maintenir les bénéfices. Est-ce qu'on coupe les heures de travail et de revenus des employés pour sauver les bonus des dirigeants?

En novembre dernier, le Journal de Québec révélait que le salaire du président de la SAQ était haussé de 34 000 $ et que le directeur de l'optimisation a reçu une prime de 39 000 $.

Pourtant, les dirigeants SAQ a fait bien des efforts au cours de la dernière année pour empêcher la situation de se détériorer.

Ils ont augmenté la fréquence des rabais. Il y a des rabais maintenant plusieurs fois par mois. Ils ont haussé les prix de la plupart des vins.

Ils ont recommencé à vendre des vins de dépanneurs, une cinquantaine. Des vins embouteillés ici, tels les Clifs 79, Lulu B, Lichette...

Ils ont inondé le marché avec des milliers de caisses de vins achetés en Europe, sur lesquels on appose le nom d'une vedette locale du vin: François Chartier. Ces vins sont vendus 20 $.

Ce ne fut pas suffisant! Il faudra trouver autre chose l'an prochain.

Au fait, pourquoi les Québécois achètent moins de vin à la SAQ?

_________

Le Vatican premier consommateur de vin au monde par habitant

Les 800 habitants du Vatican consommeraient chacun 74 litres de vin par année. Ce qui fait qu'ils seraient les plus gros consommateurs de vin par année au monde. C'est aussi le double de la consommation de vin per capita de l'Italie.

C'est ce que nous disent les statistiques du Wine Institute de Californie.

Il serait suivi par les habitants d'Andorre avec 56 litres et du Luxembourg avec 44 litres.

Qu'est-ce qui explique que l'on consomme plus de vin au Vatican?

L'âge serait un facteur. Les pays où la moyenne d'âge est élevée, Vatican, Andorre et Luxembourg sont les plus gros consommateurs de vin par habitant.

Il y a aussi les achats des non-habitants. Au Vatican, il y a seulement 800 habitants, mais 5000 employés et retraités, qui comme le rapportait le quotidien Le Monde en 2012 et la Stampa la semaine dernière, ont une carte d'identité leur permettant d'acheter du vin au supermarché Spaccio dell’Annona du Vatican pour eux, leur famille et leurs amis en payant moins de taxe.

Moins d'employés et plus de pastilles à la SAQ

Katia Lelièvre, présidente syndicat des employés SAQLa Société des alcools du Québec a annoncé à ses employés qu'elle allait réduire leurs heures de travail parce qu'il y a moins de clients qui fréquentent ses 401 magasins.

Le Journal de Montréal et Le Soleil rapportent ce matin que la société d'État coupera 80 000 heures de travail d'ici le 31 mars. Et si la situation ne s'améliore pas ce sera un autre 60 000 heures qui seront coupées dans les mois suivants. La SAQ réduira aussi les heures d'ouverture de certaines succursales, selon le syndicat de ses employés.

Comme nous l'avons rapporté ici la semaine dernière, le nombre de vins vendus continue de chuter à la SAQ. C'est 660 000 bouteilles de moins d'avril à septembre. Ceci s'ajoute aux méventes des deux trimestres précédents. Même si nous n'avons pas les chiffres depuis septembre, la situation semble s'être détériorée encore puisque la SAQ coupe les heures de travail. Le quotidien Le Soleil mentionne 850 000 transactions de moins.

Depuis un an, les ventes diminuent en volume à la SAQ. Cependant, les ventes en valeur continuent d'augmenter, mais à un rythme plus lent.

Les prix ne cessent de croître, le nombre de vins à moins de 15 $ a diminué de près de la moitié depuis 2012, passant de 902 à 580 aujourd'hui.
Même le choix de vin de 15 à 20 $ diminue. Il est passé de 1721 en novembre 2012 à 1569 aujourd'hui.

La SAQ hausse les prix régulièrement (même sur les vins déjà achetés) et fait des ventes à répétition. Selon certains agents représentants des vignerons, ceci fait en sorte que les consommateurs attendent les rabais et achètent peu entre ces journées de rabais.

Le syndicat représentant les employés de la SAQ dit que la baisse ne représente qu'une bouteille pas semaine par succursales. Il reproche à la SAQ de réagir en coupant une heure de travail par jour par succursale; «soit une heure par bouteille de moins de vendue». La plupart des employés syndiqués SEMB de la SAQ sont à temps partiel, soit 3800 sur 5500.

Pour remplacer les employés qui ne seront pas dans les succursales pour conseiller les clients, la présidente des employés de la SAQ (SEMB), Katia Lelièvre (photo en haut à gauche), dit que la direction va ajouter des «photos de manger à côté d'un bouton de couleur», des photos de steak en plus des pastilles de goût!

Nombre de vins sur les rayons SAQ (format 750 ml)

Nov
2012
Janvier
2013
25 février
2014
-10 $ 90 67 25
-15 $ 902 895 580
15 -20 $ 1721 1635 1569
20 $ +
5636 5749 5802
 @vinquebec.com

_____

SAQ, prévisions de croissance à la baisse

Le ministre des Finances du Québec a réduit les prévisions de revenus de la Société des alcools du Québec.

Pour l'exercice 2012-2014, la SAQ avait remis 1 milliard 30 millions de dollars au gouvernement du Québec.

Québec prévoyait en novembre dernier recevoir 1 milliard 37 millions de dollars de la SAQ pour l'année 2013-2014. Il estime maintenant que cet objectif ne sera pas atteint.

En effet, malgré, ou à cause, des hausses répétées de prix des vins, le ministère des Finances prévoit que les dirigeants de la SAQ ne pourront remettre que 1 milliard 6 millions à la province, soit 31 millions de moins qu'espéré.

De plus, dans son plan budgétaire déposé hier, le ministre Nicolas Marceau envisage un revenu de 1 milliard 10 millions l'an prochain et on revient au 1 milliard 30 millions de 2012 seulement en 2015-2016.

Fonds général. Évolution des revenus provenant de la Société des alcools du Québec (en millions de dollars)
Novembre 2013 Révisions 2013-2014 2014-2015 2015-2016
1 037 - 31 1 006 1 010 1 030

Ce montant d'un peu plus de 1 milliard est la marge bénéficiaire que se donne la SAQ et qu'elle remet à Québec. Il ne comprend pas les taxes provinciales qui s'élevaient à 530 millions de dollars l'an dernier. De plus, la SAQ a remis 384 millions en taxes au gouvernement fédéral l'an dernier.

En somme, sur des ventes totales de 2,9 milliards, la SAQ remet 1,9 milliard aux deux gouvernements.

Rappelons que pour les six premiers mois de l'année financière en cours, la SAQ a vendu l'équivalent de 660 000 bouteilles de vin de moins que lors de la même période l'an dernier.

Combien de taxes pour cette bouteille de vin

Une bouteille de vin achetée d'un vigneron étranger à 5,44 $ (transport compris) coûtera 14,51 $ aux consommateurs de la Colombie-Britannique, mais 16,20 $ à ceux du Québec.

Dans son site www.winelaw.ca, l'avocat Mark Hicken met à la disposition du public un outil qui permet de connaître ce que coûte vraiment une bouteille de vin achetée à Vancouver.

Wholesale Price: 5,44 (usually includes winery cost, wholesale markup and freight)
LDB Markup: 6.53
LDB Fees: 0.60
Govt Taxes: 2.38 ( 1.12 federal GST/customs and 1.26 provincial PST)
BCL Retail Price: 14.51
Govt Take*: About 53.7 % of the selling price is paid to both levels of government

Nous pouvons ainsi comparer cela aux chiffres donnés par la Société des alcools du Québec dans son dernier rapport annuel.

Majoration 7,34 $      45,3 %
Prix du fournisseur en dollars canadiens
incluant le transport
5,44 $      33,6 %
Taxe de vente provinciale 1,40 $        8,6 %
Taxe spécifique versée au gouvernement du Québec 0,84 $        5,2 %
Taxe fédérale sur les produits et services 0,70 $        4,3 %
Droits d'accise et de douane
versés au gouvernement du Canada
0,48 $        3,0 %
Prix de vente au détail (la bouteille) 16,20 $    100 %

Au Québec, c'est 65,4 % du prix de ce vin qui va aux gouvernements.

Grâce à cet outil de M. Hiken, on peut aussi voir que plus un vin est cher, moins est grande la proportion donnée aux gouvernements. Ainsi, un vin acheté 54 $, se vend 101 $ en Colombie-Britannique donnant ainsi 38,7 % aux deux gouvernements. Alors qu'un vin payé 5,44 $ rapporte 53,7 %; et un autre payé 3 $ donne 56,4 % en taxes et marges gouvernementales.

Alors, un outil intéressant BC Liquor Store Calculator.

D'autre part, la Colombie-Britannique est en train d'étudier un projet de réformes de ses lois sur le commerce du vin et des alcools. Le secrétaire parlementaire du ministre de la Justice, John Yap, a présenté 73 propositions de modifications: B.C. Liquor Policy Review Final Report (PDF).

666 000 bouteilles de moins au Québec
Pendant ce temps au Québec, il n'y a rien de nouveau du côté des assouplissements des règles rigides du commerce du vin. Par contre, la SAQ continue d'augmenter ses prix, ce qui fait que les ventes