Informations

Beaujolais nouveau, vin primeur, est-ce bon?

Le troisième jeudi de novembre nous apporte chaque année le beaujolais nouveau. On parle maintenant plutôt de vin nouveau, ou de de vin primeur, puisqu'on en fait dans plusieurs autres régions du monde, dont l'Italie et l'Ontario.

C'est un vin très jeune, les raisins viennent d'être récoltés en septembre. Il n'a pas eu le temps de mûrir, ni de développer des arômes intéressants. Ses saveurs dominantes sont le fruité et l'alcool. Au niveau du fruité, on perçoit surtout la framboise et la banane. Cette dernière saveur est présente dans les vins nouveaux faits de gamay.

À l'origine, c'était un bon coup de marketing, ça l'est toujours. C'est aussi l'occasion de prendre un bon coup entre amis à la veille de l'hiver. C'est devenu une tradition.

Le Paradoxe français

Est-ce que c'est le vin qui est bon pour la santé ou le mode de vie des consommateurs modérés de vin?

C'était l'hypothèse de travail du Dr Jean-Bernard Ruidavets qui vient de publier une étude sur le sujet dans la revue médicale European Heart Journal.

Interrogé par Elvire Nérin du Journal Santé, le Dr Ruidavets dit qu'il «se demande si l’effet bénéfique de l’alcool sur la santé cardiovasculaire ne relevait pas en fait tout simplement d’un mode de vie globalement plus sain.
[...] les hommes qui boivent du vin mangent aussi plus de fruits et légumes, font plus de sport et fument moins que les buveurs de bière.

Nouveaux produits dans les succursales de la SAQ

De nouveaux vins à la SAQ, de nouveaux millésimes...
Entre autres, le Pesquera 2002 est arrivé dans quelques succursales.
Consultez la section Arrivages à la SAQ dans le menu de droite.
Cette section est mise à jour régulièrement.

Des centaines de médailles d'or!

Un autre concours! C'est fou le nombre de concours de vins qu'il y a sur cette planète. Ils fonctionnent presque tous de la même manière: les organisateurs demandent aux producteurs de vins d'envoyer des échantillons. Ce qui enlève beaucoup de crédibilité à la sélection.

Mais, n'empêche, on regarde quand même les résultats. Le dernier en date de ces concours est le Wine International Challenge, mené par les dirigeants du magazine britannique Wine International.

Qui est le gagnant? Qui sont les gagnants? La réponse: des centaines.

Eh Oui! On en donne des prix. Il y a plusieurs centaines de médailles d'or! En tout, les 9000 vins présentés ont reçu 5649 médailles et autres prix.

Reprise du débat sur la privatisation de la SAQ

On parle beaucoup de la SAQ ces jours-ci dans les médias au Québec. Une nouvelle étude relance le débat en proposant sa privatisation.

Bouchon de liège: péril en la demeure

Cette image représente la molécule responsable du goût de bouchon qu'on retrouve principalement dans les vins européens. La TCA [trichloroanisole] entraînerait des pertes équivalentes à un milliard de dollars en Europe [700 Meuro], selon Innocuous, un organisme de la Commission économique européenne. Innocuous [INNOvation in the process of Cork prodUction for elimination of odOUrS responsible for cork taint] veut trouver des moyens de faire en sorte que le bouchon de liège ne contamine plus le vin.

L'industrie du liège étant très importante en Europe, les responsables de la Commission européenne subventionnent les recherches dans le but de trouver un moyen de rendre salubre ce sale bouchon.

Dans d'autres pays, moins liés à cette industrie, on commence à abandonner le liège au profit de la capsule à vis enduite de PVC.

Des 1995, des vins qui ont déjà 10 ans

On entend souvent dire que les grands vins sont bien meilleurs après quelques années de cave. Mais combien d'années se demande-t-on?
La réponse la plus facile est dix ans. Tout au moins, on se doit de vérifier au bout d'un certain nombre d'années. C'est ce qu'ont pu faire une trentaine de bons amateurs de vin à l'Académie du vin de l'Outaouais.

Domaine du Vieux Télégraphe, La Crau, Châteauneuf-du-Pape, 1995
Ce châteauneuf du Pape a été le meilleur vin de la soirée avec son magnifique bouquet de garrigue. Un vin à la fois ample et subtil, complexe et surtout très long. Un véritable plaisir. Il est à point. À boire.

Cabernet Sauvignon, Napa Valley, Joseph Phelps, 1995

Les guides du vin français arrivent

Les versions 2006 des guides de vins français commencent à apparaître dans nos librairies.

En général, on ne peut pas vraiment se fier à ces guides. Les descriptions qu'ils font des vins sont souvent très élogieuses et ne correspondent pas à ce qu'on peut acheter à la SAQ.

Vous lisez une description dans un de ces guides et vous allez acheter le vin pour vous rendre compte qu'elle ne ressemble pas du tout à la description qu'en donnent les auteurs de ces livres.

Des échantillons préparés par les vignerons
La principale raison c'est que les gens qui composent ces guides goûtent des échantillons fournis par les producteurs. Ils perdent ainsi toute crédibilité. Il est évident que les producteurs vont bien choisir leurs échantillons et envoyer leurs meilleures bouteilles. Ce qui ne correspondra pas à ce que vous allez trouver sur les tablettes.

Le vin ontarien contiendra 99% de vin étranger!

Le vin ontarien pourra ne contenir que 1 % de raisins cultivés en Ontario, les 99 % restant pourraient provenir du reste du Monde.

Donc, dans les bouteilles de vin ontarien que vous achèterez, il pourrait n'y avoir qu'une goutte [7,5 g ou 1/4 d'once] de vin ontarien dans le vin chilien.

Actuellement, les vins ontariens doivent être fait avec au moins 30 % de raisins récoltés en Ontario, pour avoir droit à la mention vin de l'Ontario.

Mais les grands producteurs comme Vincor et Andres ont exigé du gouvernement qu'il réduise cette obligation parce que le mois de janvier dernier a été très froid, ce qui a réduit la production de raisins dans la province.

Cette mesure serait intérimaire et ne devrait durer qu'un an.

C'est la troisième fois ces dernières années que le gouvernement ontarien agit ainsi. Mais les fois précédentes, la limite de vin étranger était de 90 %.

On goûte par les dents!

Un neurobiologiste français affirme qu'on goûte par les dents.

Selon Patrick Mac Leod, les dents fournissent au cerveau près de la moitié des informations qu'il recueille à propos du goût, le nez apportant la plus grande partie du reste via la bouche. La langue y étant pour très peu comme on le sait.

Assez étonnant, n'est-ce pas?

De plus, selon ce neurobiologiste de l'École pratique des hautes études de Paris, personne ne sent de la même manière que son voisin.

Contrairement à la vision, à l'ouïe et au toucher qui sont presque semblables d'un individu à l'autre et qu'on peut décrire par un langage commun, la perception des odeurs diffère d'une personne à l'autre.

Vision 4, odorat 347

France : les caves se rebiffent

Le journal du CNRS produit une série d'articles très intéressants sur le vin, en particulier celui intitulé Les caves se rebiffent.

On y lit que la viticulture française affronte de graves problèmes.

La critique d'un vin sera fiable si le vin est dégusté à l'aveugle

Une étude du CNRS vient encore une fois nous démontrer qu'il n'y a pas de critique de vin sérieux s'il ne déguste pas à l'aveugle.

Des chercheurs du CNRS [Centre nationale de la recherche scientifique de France] ont fait goûté un grand cru classé à 57 dégustateurs.

D'abord dans une bouteille étiquetée «grand cru classé» puis, quinze jours plus tard, dans une bouteille étiquetée «vin de table».

Presque tous [50 experts] ont jugé meilleur le vin présenté dans la bouteille étiquetée grand cru.

La plupart ont même dit détecter la présence, totalement fictive, de bois dans le «grand vin» et décrit le type de boisé.

Les chercheurs disent que «des informations inconscientes transmises par la vue, l'ouïe, le toucher ou liées au contexte, à la mémoire ou à d'autres processus s'agrègent au signal sensoriel initial et le transforment en profondeur. Le»

Les Français boivent moins de vin et en produisent plus!

Le nombre de consommateurs de vin a diminué d'un million en France au cours des cinq dernières années. De plus, ceux qui continuent à en boire en prennent moins : 70 litres au lieu de 160 litres, en 1965.

Cependant, les professionnels du marché affirment que les Français connaissent de mieux en mieux le vin. Toutefois, 42 % des Français interrogés ne savent toujours pas ce que signifie AOC [Appellation d'origine contrôlé]. De plus, 80% des d'entre eux sont incapables de citer un nom de marque de vin, selon une étude menée pour Office national interprofessionnel des vins et l'Institut national de la recherche agronomique de Montpellier.

D'autre part, la consommation occasionnelle aurait remplacé la consommation régulière dans la doulce France, ce qui n'est pas une mauvaise chose. Sauf pour les producteurs qui peinent de plus en plus à vendre leur pinard.

BORDEAUX 2001, Québec oubliée!

La SAQ a commencé à écouler des bordeaux 2001 depuis quelques jours. Il y a là le Sociando-Mallet, le Chasse-Spleen, Gloria et autres. L'année 2001 n'a pas été une bonne année à Bordeaux. Toutefois, les prix de ces vins sont en baisse par rapport à 2000.

Distribution originale!
Les vins sont répartis très inégalement dans la province. Il semble que cette fois on a trouvé un système très original : on fonctionne par numéro de succursale. Celles qui ont les numéros les plus petits sont servies en premiers. Ce qui fait que les succursales de la région de Québec, dont les numéros sont très élevés 23500 en montant seront les dernières à être servies. Original, non!

Sans blague, je suppose que c'est un problème dû à une mauvaise programmation des ordinateurs. Des gens de Québec se sont plaint à la SAQ qui devrait corriger la situation sous peu.

De nouveaux vins sur les tablettes de la SAQ

Campillo Reserva rioja 1996
Pio Cesare barbera-d'alba 2003
Domaine du Vieux Télégraphe 2001
Marqués de Cáceres Gran Reserva 1995
Zenato Ripassa 2003
Voir la section NOUVEAUX ARRIVAGES qui est mise à jour deux à trois fois par mois.

Arrivages de l'été 2005 à la SAQ

À surveiller
Voici quelques nouveaux arrivages de vin de bonne réputation qui sont ou qui seront sous peu sur les tablettes de la SAQ.
Je ne les ai pas goûtés, mais les millésimes précédents étaient en général excellents.
À noter que ces vins ne sont pas disponibles dans toutes les régions.

Septembre
Quelques bordeaux 2001... à noter que ce n'est pas une bonne année et de toute façon, il n'y en a qu'une caisse de chaque à Montréal. Toutefois, voici quelques vins de producteurs qui ont été des valeurs sûres ces dernières années. Les prix sont en baisse de plus de 10 %.

Du vin léger à 6 %, le lir

Des viticulteurs français se lancent dans la production de vin réduit à 6 % d'alcool. Ils visent ainsi le marché des jeunes, de ceux qui veulent réduire les calories consommées et les personnes qui veulent être moins affectées par l'alcool.

Le procédé qui s'appelle lirisation consiste à prendre du vin titrant à 12 ou 13 % et à le déduire à 6 %, tout en essayant de conserver ses propriétés organoleptiques. On procéderait par séparation moléculaire. Ça donne le lir, on l'appelle ainsi, car en France un produit ne peut être appelé vin que s'il contient au moins 8 % d'alcool.

Carte des millésimes

Carte des millésimes à imprimer et à découper que vous pouvez glisser dans votre portefeuille. [cliquez sur la carte]

Tableaux des millésimes

Pas de privatisation de la LCBO

Le gouvernement de l'Ontario ne vendra pas son monopole de distribution d'alcool [la LCBO] et ne permettra pas la vente bière dans les épiceries.

Le ministre des Finances de l'Ontario a décidé de passer outre aux recommandations d'un comité d'étude qui affirme que le gouvernement ferait encore beaucoup d'argent en privatisant la LCBO et en permettant la vente de bière et de vin dans les épiceries.

Le comité prétend que le gouvernement ferait 200 millions de dollars de plus en privatisant ses activités de ventes.

Le gouvernement avait donné à un comité de quatre personnes le mandat proposer des moyens de tirer le maximum d'argent de la vente en gros, la vente au détail et la distribution d'alcool aux consommateurs.

La Régie des Alcools de l'Ontario [Liquor Control Board of Ontario] a 5400 employés répartis dans 600 succursales qui rapportent 1,5 milliard de dollars.

Le retour des bouteilles défectueuses (SAQ-LCBO)

Il y a de grandes différences entre les politiques de retour de vins défectueux de la SAQ et de la LCBO.

La SAQ rembourse les vins défectueux achetés il y a moins de 12 mois. Ce qui fait qu'on ne peut pas ainsi retourner des bouteilles qui ont passé quelques années dans nos caves.

De son côté, la LCBO de l'Ontario n'impose pas de limite dans le temps pour la reprise des bouteilles. La LCBO reprend toutes les bouteilles défectueuses. La seule difficulté sera qu'il pourrait être laborieux de trouver un prix dans certains cas. Toutefois, un conseiller en vin de la LCBO de la rue Rideau à Ottawa dit qu'on fera tout ce qui est possible pour trouver un prix.

En Ontario, il est préférable d'avoir son bon de caisse. Par contre, plusieurs clients ont pu se faire rembourser facilement sans ce petit bout de papier.

La consommation de vins des Québécois

Le Québécois consomme surtout du vin rouge, préférablement de France. Ses appellations contrôlées préférées sont celles de Bordeaux et de Cariñena. En blanc, il préfère l'AOC d'Alsace.

Voilà ce qu'on apprend dans le dernier rapport annuel de la Société des Alcools du Québec.

Les vins rouges représentent 77 % des ventes de vins de repas de la SAQ.

Les vins d'Alsace sont les vins blancs d'appellation les plus vendus [11,8%] suivis de près par ceux de Bordeaux [11,3 %], suivent les Muscadet [8 %], Bourgogne-aligoté 7 %, Orvieto [5,8%], et Chablis [3,8 %].

Du côté des vins rouges, il fallait s'y attendre, c'est l'appellation Bordeaux qui est la plus populaire [7,4%], suivi de Cariñena [6,8%], Côteaux du Languedoc [4%] et Corbières.

Les Québécois achètent en Ontario parce que le choix est bon

La SAQ dit perdre entre 70 et 100 millions de dollars par année parce que des consommateurs achètent en dehors du Québec.

Un article de La Presse du 30 mai, écrit par Jacques Benoît, cite deux responsables de la SAQ qui disent que ces consommateurs québécois achètent en Ontario parce que le vin y est moins cher.

Ce n'est pas la seule raison et peut-être pas la principale. Bien sur, on peut souvent payer 3 $ de moins par bouteille en Ontario. En général un vin qui se vend 14 $ à la SAQ sera 11 $ à la LCBO.

Cependant, la différence de prix est bien moins marquée pour les vins de plus de 20 $.

Mais comment alors expliquer que de nombreux Québécois achètent des vins de plus de 20 $ dans les sections Vintages de la LCBO.

La raison : le M-A-R-K-E-T-I-N-G. [À épeler comme le faisait l'entraîneur dans les Boys III].

Vive le screwcap!


Vive le screwcap!

Un peu d'humour!
Une vidéo du viticulteur californien Bonny-Doon vantant les qualités du bouchon à vis.
Quelques minutes de détente.

Onze châteauneuf-du-pape


Dégustation de 11 châteauneuf-du-pape, le 22 mars à Gatineau


Voici le compte rendu de cette dégustation qui s’est faite à l’aveugle. Il y avait 11 bouteilles apportées par 11 participants. La discussion a été très animée et il n’y a pas eu consensus sur les vins, loin de là. Tous ont dit que 10 des 11 vins étaient de très grande qualité. Cependant, il n’y a pas eu unanimité dans aucun des cas.

Les vins étaient très différents par leurs arômes et leurs structures. Les notes et commentaires de chacun étaient aussi très variés. Certains vins ont été très appréciés par certains et beaucoup moins par d’autres.

La science du bouchon

Est-ce que le bouchon doit vraiment boucher?

La question semble stupide! Vous pensez? Les hommes de sciences ne s’entendent pas sur la réponse.

Si on précise la question : est-ce que le bouchon qui ferme la bouteille de vin doit être complètement étanche? Et bien, là encore la réponse n’est pas claire.

Plusieurs producteurs, œnologues et autres spécialistes du vin disent qu’il faut que le bouchon laisse passer un peu d’oxygène. Mais quelle quantité? Ça, ils l’ignorent complètement. D’autre part, plusieurs autres soutiennent que le bouchon doit être parfaitement étanche.

Dans quel monde vivons-nous? Si les spécialistes ne peuvent même pas s’entendre sur une question aussi simple.

Le magazine Wine Spectator présente dans son édition du 31 mars un dossier intéressant sur ce sujet. On y apprend des choses étonnantes.

Comment décrire le vin ?

Mais oui, comment décrire simplement le vin?

Sa couleur : grenat, violacé...
Ses odeurs : fruit, fleur, végétal...

Les sensations en bouche : tannique, corsé, souple...

L'attaque, la longueur...

TechnoResto.Org a publié deux fiches très simples sur le sujet :

  • Comment décrire le vin rouge


  • Comment décrire le vin blanc


  • Il y a aussi une Fiche de dégustation bien instructive.

    Sociando Mallet, premier cru ?

    Encore une fois, ce haut-médoc s’est classé au niveau des premiers crus à la dernière dégustation à l’aveugle du Grand Jury Européen. Les membres du GJE ont dégusté les millésimes 1985, 1990 et 2001 de dix grands vins.

    Il y avait sept grands crus classés [Latour, Margaux, Lafite, Mouton, Haut-Brion, Ausone, La Conseillante] et trois intrus [Sassicais, Montelena, Sociando-Mallet].

    Les séances se sont tenues à Venise et à Las Vegas. Parmi les 1990, Sociando Mallet s’est classé 3e derrière Margaux et Latour, mais devant Lafite, Haut-Brion, Mouton et Sassicaia.

    Le Sociando 2001 s’est classé 6e et son 1985, 7e de ce même groupe de grands vins.

    Les grands toscans

    La SAQ mettra en vente des supertoscans le 23 mars. Les quantités sont très limitées. Il faudra donc faire la queue pour les obtenir. Des agents de la SAQ distribueront des coupons dès 8 h le matin et les succursales ouvriront à 9 h 30. Voici quelques-uns de ces vins de grande réputation.

    Tignanello 2001 188821 95 $
    Solaia 2001 278630 199 $
    Pian delle Vigne 1999 566232 75 $
    Sassicaia 2001 743393 189 $
    Ornellaia 2001 908061 199 $
    Masseto 2001 349 $
    Guado al Tasso 2001 977256 99 $
    Do Ut 2002 10214441 49 $
    Le Volte 2002 878322 29 $

    Il y aura aussi des doubles et des quadruples bouteilles [3 L] de ces vins. Cette vente n’a pas lieu dans toutes les succursales.

    Pesquera Crianza 2001

    Si vous avez manqué l'arrivage de ce Pesquera 2001 à la SAQ, l'été dernier, ou s'il ne vous en reste plus, c'est le moment de faire des provisions. La LCBO en met quelques caisses sur ses tablettes ces jours-ci. Il y en a peu : une ou deux caisses par succursale.

    C'est un vin qui vaut beaucoup plus que 30 $. Il est déjà très bon et est un bon candidat pour dix ans de cave d'un très bon producteur : Alejandro Fernández.

    Nouveaux millésimes à la SAQ (Février)

    millésime 2000. Sa cuvée ordinaire dans le millésime 2002 est à 30 $. L'année 2001 a été un très grand millésime en châteauneuf, du niveau de 1999.

    Domaine la Souco Papale 2001, Châteauneuf-du-Pape, 905687, 32 $
    C'est un retour sur les tablettes.
    D'un rouge très brillant, des odeurs d'agrumes. Une attaque fruitée, un goût de cerise et de poivre, suave. L'acidité est bien présente. Un Châteauneuf-du-Pape léger. Dégusté en septembre 2004.

    René Balthazar Cornas 2002, 480277, 45 $
    Le 1998 était impressionnant. Toutefois, il faut noter que 2002 est un mauvais millésime dans le Rhône. Il a plu beaucoup. Ce fut l'année des inondations, surtout dans le sud de la région. Dans les mauvais millésimes, les vins vieillissent plus rapidement.

    Syndiquer le contenu