Mauvais vins

Furmint Royal Tokaji Boraszati 2008

La première bouteille a des saveurs de pomme blette et d'alcool.
La deuxième est dure et oxydée.
Pas chanceux?

Prix: 
16,85 $

Torrontes Urban Uco Cafayate, O. Fournier 2009

Odeur de savon. Parfumé.

Prix: 
14,35 $

Montes Alpha 2008

Odeur pas très invitante. Bouche asséchante. Pire encore que le 2005.

Prix: 
23,30 $

Pinot nero Case Via Fontodi Colli della Toscana Centrale 2004

Des arômes de légumes et de choux bouillis. Désagréable. Probablement oxydé. Maudit bouchon. À retourner.

Prix: 
45,00 $

Pinot noir Margrain Martinborough 2007

Des odeurs de diachylon, de médicament. Bourré de brett. Acheté l'an dernier. À retourner si vous avez cela en cave.
Toutefois, à la dégustation, il y a une personne qui a aimé ce vin.

Prix: 
30,00 $

Pinot noir Montes Sélection Limitée valle de Casablanca 2009

Sélection Limitée! Fort bien que ce soit une sélection limitée. Les odeurs de fumée dominent et le vin nous laisse un mauvais goût.

Prix: 
17,80 $

Des critiques qui critiquent!

Texte modifié le 21 mai 2015

Quel est le rôle d'un critique?
   De critiquer, me direz-vous.

Mais pourquoi tant de critiques de vin critiquent si peu, certains même jamais?
  Pas de place pour critiquer, on ne parle que de ce qui est bon, nous répond-on!

Critiquer c'est mettre en relief les qualités et les défauts, nous dit Antidote.
Lorsqu'on ne parle que des qualités ou de ce qui est beau et bon, ce n'est pas de la critique, mais de la louange.

Des sommeliers, des amateurs de vin nous reprochent de dire quelquefois qu'un vin est mauvais, bouchonné ou défectueux. Ils préfèrent qu'on retourne la bouteille et qu'on se taise.

Le rôle du sommelier est de vendre du vin; celui du journaliste est tout autre. Il doit décrire la réalité, décrire ce qu'il constate.

Pour informer, il faut dire le beau et le moins beau, n'est-ce pas?

Que dirait-on des critiques de cinéma, de théâtre, de restaurants, de livre, d'auto, de sport qui ne parleraient que des bons films, des bons restos, des bonnes pièces de théâtre?

La critique est requise de servir quatre maîtres différents, qui tous veulent lui imposer ses règles. Alors que sa raison d’être est ailleurs.» (Tiré de À quoi sert la critique de cinéma)

Dans le monde du vin, est-ce que tout est beau et bon?
Un vin est bon, on le dit, on le vante. Le millésime suivant est médiocre, on n'en dit mot.
Un nouveau vin est lancé sur le marché, il est bon, on le dit. L'année suivante, on met de la bibine derrière la même étiquette, alors silence!

C'est donc la vie en rose. On a des lunettes roses. C'est Tout le monde il est beau tout le monde il est gentil. Allélouia!

Dire du bien d'un vin c'est facile, en dire du mal, c'est plus difficile. (Un vigneron du Québec m'a déjà dit ne jamais m'approcher à moins d'un kilomètre de son vignoble!)

On critique tellement peu dans le monde du vin que lorsqu'on lit quelqu'un qui critique, on est tout surpris, alors que ça devrait être la règle. (Exemple Rosons le rosé).

Pourtant, on ne doit pas avoir peur de critiquer. Car, l'on sait très bien que le critique n'est pas infaillible. «C'est plus la diversité des opinions que nos vaines tentatives personnelles d'atteindre l'objectivité parfaite, qui peut aboutir à une forme d'objectivité», dit Hervé Lalau.  

On comprend que dans les revues de vin, on ne peut pas critiquer, car elles sont financées par des compagnies de vin qui noyautent leur espace publicitaire. Mais pourquoi si peu de critiques dans les journaux, à la radio, à la télévision et sur internet? De quoi a-t-on peur?

On lit très peu de critiques de vin, on lit surtout des louanges. Sommes-nous des critiques de vin ou des louangeurs de vin?
Est-ce le règne de la facilité?

On comprend que les sommeliers lorsqu'ils s'improvisent chroniqueurs louangent les vins. Ils ont été formés ainsi. «Le but d’un sommelier est de faire plaisir au client», dit le maître sommelier Gérard Basset. Mais les autres, les journalistes, pseudojournalistes et chroniqueurs vinicoles, pourquoi ne disent-ils toujours que du bien de tous les vins?

À croire que les mauvais vins n'existent pas, qu'il n'y a pas de vins bouchonnés, jamais de vins trop boisés, trop verts, trop acides, trop doucoureux, trop amers...

Pourtant, dans la réalité, on en voit, même beaucoup trop. 

Certains disent qu'il ne faut pas nommer les vins bouchonnés parce que ce n'est pas la faute du vigneron! Mais qui donc choisit et met le bouchon?

Le critique doit renseigner et non pas faire la promotion.
Une première bouteille est bouchonnée, on la retourne et on décrit la deuxième bouteille sans mentionner que la première était bouchonnée. Ce n'est pas dire toute la vérité.

Si un vin est bouchonné, oxydé ou a tout autre défectuosité, il faut le dire. Ainsi, on averti le consommateur qu'il peut tomber lui aussi sur une telle bouteille; et si le producteur est à l'écoute, il pourra acheter de meilleurs bouchons.

Pourquoi est-ce si difficile de dire la réalité?

Terminons sur une citation tirée du monde de la critique culturelle:

Le discours critique contemporain contient typiquement des éléments de trois natures : descriptifs, analytiques (fournissant un contexte interprétatif pour comprendre l’œuvre) et évaluatifs (sous la forme de jugements positifs ou négatifs). Cette dernière dimension invite le lecteur à cultiver une relation affective avec le journaliste-critique (par opposition au journaliste-reporter), impliquant la confiance, au risque bien sûr de l’antipathie.» (Le rôle de la critique de presse dans le champ de l’industrie culturelle)

Lire aussi De mauvais vins, mars 2012;  Toutes les critiques sont positives, mars 2014; Métier critique, livre de Catherine Voyer-Léger, Éditions Septentrion, 2015 et Un critique qui ose critiquer, 2016 

Tres Picos 2009

Un vin étrange, au goût de pastilles au fruit, des saveurs artificielles déplaisantes. Bonbonné!
Qu'est-ce qui peut donner ce résultat?

Prix: 
21,75 $

Pinot noir Le Clos Jordanne Village Reserve Niagara 2007

Bien froid, ce vin a des arômes et des saveurs de petits fruits et de vanille, mais en se réchauffant, il dévoile un goût métallique, puis une finale asséchante et un peu âcre.

Prix: 
26,45 $

San Vincenzo, Anselmi 2010

J'ai connu ce vin en meilleur santé. Ici il est végétal et herbacé à outrance. Il dégage une odeur désagréable!

Prix: 
15,75 $

Gravello 2007

Un vin végétal.

Prix: 
26,20 $

Château St-Thomas 2006

Des saveurs de goudron et de rondelle de hockey dans ce vin foncé et rugueux du Liban.
Ça se détériore d'un millésime à l'autre. J'avais noté menthe et encens pour le 2001; créosote pour le 2003; ici goudron et caoutchouc pour le 2006; bientôt est-ce que ce sera pneu brûlé? Ça commence à ressembler à un défaut s'amplifiant!

Prix: 
25,15 $

Zinfandel, De Loach Héritage réserve, Californie 2008

Aromatique, fruits écrasés, note végétale. Belle attaque fraîche, puis chaleur en bouche. Fruit mince et alcool dominant.

Prix: 
15,85 $

Difficile pinot noir

Il semble que ce soit bien difficile de produire du bon pinot noir.
Voici d'autres exemples. Quatre vins présentés dernièrement à une dégustation.

Pinot noir Cono Sur Organico, Chili 2009
Odeurs et saveurs étranges : terreux, vieux fruits et métallique.  15,25 $

Pinot noir Santa Barbara, Californie 2009
Boisé dominant, vanille et petits bonbons.  21,15 $

Pinot noir Carrick Central Otago, Nouvelle-Zélande 2007
Saveurs de canneberges, de bonbons acidulés, unidimensionnel.  32 $

Pinot noir Amisfield Central Otago, Nouvelle-Zélande 2007
Flaveurs de tabac et de bonbons acidulés.  37 $

Gevrey-Chambertin, Bouchard Père et Fils 2002

Arômes discrets de pruneau. Attaque costaude. Milieu de bouche et finale brulante.
Le vin a séché. On aurait dû le boire lors de la mise en marché. Il y aurait peut-être eu alors un peu de fruit.

Prix: 
44,00 $

Tercius 2008

Asséchant et fade.

Prix: 
17,15 $

Barolo Marcenasco 2006, Renato Ratti

Des odeurs de menthe et de médicaments. Plutôt rude. Brett?
Difficile à apprécier.

Prix: 
51,00 $

L'École No 41, Sémillon 2008

Fruité léger sur un alcool dominant. 14,3 %.

1 étoile
Prix: 
20,45 $

Sideral Altair 2005

Odeur de médicament et de choux.
Est-ce dû à une trop grande présence de levures brettanomyces?

Prix: 
26,10 $

Bin 389 Penfolds Cabernet/Shiraz 1998

De fortes odeurs de bois vernis et de cirage à chaussures.
Difficile à digérer.

Prix: 
37,00 $

Hermitage Blanche J.L. Chave 2006

Un vin blanc alcooleux à la finale asséchante et brûlante.
Goûté dans un poste de dégustation d'une succursale de la SAQ.
On est bien loin ici de l'autre hermitage extraordinaire du même producteur, mais trois fois plus cher.

Prix: 
65,00 $

Pinot noir Felton Road Bannockburn Central Otago 2008

Des arômes de fumée et de fruits acidulés. Un goût fort, bien amer, saveur de sureau, de bois vert.

1 étoile
Prix: 
59,50 $

Chablis premier cru Vaillons Dauvissat 2005

Une odeur de pelure de pomme de terre dans ce chablis.
En bouche, des saveurs de beurre, mais une finale fade.
Pas plaisant du tout.
À retourner.

Prix: 
35,50 $

Château Ollieux Romanis, Cuvée Classique, Corbières 2007

Des odeurs de viandes pas tout à fait fraîches. Suret en bouche. Plutôt déplaisant.
Le goulot est collant. Le liquide a coulé un peu. Lot L09106.

Prix: 
19,35 $

Burrowing Owl Chardonnay 2007

J'ai déjà goûté d'assez bons vins de cette maison de Colombie-Britannique.
Par contre, celui-ci n'est pas bon. C'est boisé et alcooleux. Le bois et l'alcool dominent.
Il est intéressant de lire la description organoleptique qu'en donne la SAQ : «Voici un chardonnay aux subtiles notes fruitées appuyées par des arômes de sésame grillé, de vanille et de chêne grillé. Il exprime une agréable fraîcheur, ainsi que des saveurs de chêne grillé, de beurre et de vanille
En somme, beaucoup de saveurs dues à la barrique!
Qu'elle est la définition du mot vin encore? «Le vin est une boisson alcoolisée obtenue par la fermentation du raisin
Et comment appelle-t-on le liquide aux saveurs énumérées ici? Du jus de madrier.

Prix: 
33,75 $

Joie Farm, Un-Oaked chardonnay 2008

Un fruité léger, un vin vert et bien végétal. Une finale dure.

Prix: 
26,90 $

Anthìlia Donnafugata 2008

Un vin alcooleux.
Le 2005 était pourtant si bon et moins cher.
 

Prix: 
16,45 $

Paso Robles Syrah Austin Hope 2005

Opaque, d'amples arômes de gâteau au chocolat et d'alcool.
Beaucoup d'alcool en bouche. Vinaigré. Une grimace assurée.
Bien particulier.

Prix: 
51,25 $

Müller-Catoir Riesling 2008

Un vin fade.

Prix: 
23,90 $
Syndiquer le contenu