Acantus, Sauvignon blanc 2017

Aromatique, floral, fruits blancs et pêches.
Saveurs exotiques. Fin et léger.
Un sauvignon non herbacé. Léger et gouleyant. Facile à boire.
Sensation de perlant en bouche.
Finale assez persistante.
Original et festif. Un très bon rapport qualité-prix.
Région de la Mancha. Bodegas Casa del Valle du Grupo Olarra.
Servir à 8-11 degrés.
Capsule à vis.
Alc. 12 %. Sucre 1,8 g/l.
Seulement dans les SAQ Dépôts. (3 actuellement)
Donc, à 15 % moins cher si on achète 12 bouteilles de n'importe quel produit.

2 étoiles
Prix: 
9,65 $

Paul Cluver, Elgin, Village Pinot noir 2016

Un pinot noir d'Afrique du Sud fin, élégant, souple, coulant et agréable à boire.
Nez de petits fruits sur une note fumée.
Servir légèrement rafraichit à 16 degrés.
Vendanges manuelles.
Vinicifation en cuves d'acier inoxydables puis 3 mois en fûtes de chêne.
Capsule à vis.
Alc. 13,5 %. Sucre 2 g/l.
En ligne (16) et dans 93 magasins.

3 étoiles
Prix: 
21,95 $

Clos Bagatelle, au fil de soi 2015

Un beau vin de Saint-Chinian aux beaux aromes de syrah épicée.
Texture lisse, tanins fins.
La syrah est très expressive: fruits noirs, violet, poivre et épices. C'est juteux et moyennement corsée.
Du tonus. Finale chaleureuse.
Servir frais.
Syrah 40 %; grenache 30 %; mourvèdre 20 % et carignan. Cueillette manuelle. Vinification à température élevée. Ni collage ni filtration.
Alc. 14 %. Sucre 1,7 g/l.
En ligne (34) et dans 131 magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
20,45 $

J.L. Denois, Classique Brut

Surprenant !
Un très bon mousseux sans appellation régionale.
Tout simplement «produit de France».
Il est bien agréable à boire, d'un équilibre parfait entre le fruité, l'acidité et les bulles.
C'est savoureux et délectable. Pour un prix très raisonnable.
Un bel assemblage de chardonnay, de pinot noir et de syrah. Vendanges manuelles.
Raisins des vignobles des Fenouillèdes en Haut du Val d’Agly, de Roquetaillade et Magrie en Haute Vallée de l'Aude (sud-ouest du Languedoc).
Maturation sur lies pendant trois ans. Méthode champenoise.
Alc. 12 %. Sucre 7,7 g/l. Acidité 5,5 g/l. pH 3,1.
Dans 25 magasins.

3 étoiles
Prix: 
18,95 $

Vin Jaune, L'étoile 2009, Philippe Vandelle

Un vin jaune onctueux et élégant.
De belles flaveurs très expressives de noix et de fromage Comté.
Très long en bouche.
En fait, ses saveurs persistent plus d'une minute !
Servir à 14-16 degrés en entrée ou avec des fromages.
Pour des dizaines années de cave.
Bouteille de 620 ml. Cépage savagnin.
Appellation Étoile dans le Jura.
Dans 28 magasins.

4 étoiles
Prix: 
59,00 $

Gratavinum 2piR Priorat 2012

Gratavinum est un domaine de la famille Cusiné du domaine Parés Baltà.
Il est situé dans le Priorat en Catalogne.
C'est un vin d'une belle tenue en bouche. Élégant et moyennement corsé.
Du tonus, de la belle matière sans trop d'extraction.
Belle finale minérale et suave.
Possiblement pour quelques années de cave.
Grenache 60 %, Carignan 30 %, complété de syrah et de cabernet sauvignon. Élevage de 14 mois en barriques de chêne français et hongrois neuves et de deuxième année.
Sucre 2,9 g/l.
Dans 29 magasins.

3 étoiles
Prix: 
30,00 $

Domaine de la Guilloterie, Saumur-Champigny, Tradition 2015

Très aromatique, fruits noirs et humus.
Belle présence en bouche. Un beau granulé, du tonus. Tanins dodus. Un vin charnu, intense et compact.
Longue finale succulente.
Cabernet franc. Macération en cuve inox. Microoxygénation. Bouchon aggloméré.
Un domaine de 54 hectares.
Alc. 14,4 %. Sucre 1,4 g/l. Acidité 3,47 g/l. pH 3,52.
En ligne (5) et dans 59 magasins.

3 étoiles
Prix: 
19,65 $

Barolo Batasiolo 2014

Rouge avec un pourtour orangé typique des barolos.
Aromes de vieille orange, de rose fanée et note de cuir.
Texture serrée. Petits tanins costauds. Sec.
Un beau granulé en bouche.
Un vin jeune. Pour quelques années de cave.
Nebbiolo élevé en futs de chêne de Slavonie pour un minimum de deux ans.
Servir à 17-18 degrés.
Sucre 2,5 g/l.
En ligne (18) et dans 207 magasins.

3 étoiles
Prix: 
28,55 $

Cour-Cheverny 2015, Vieilles Vignes, Benoit Daridan

Il n'y a que quatre vins de cette appellation de la Loire à la SAQ.
Cour-Cheverny c'est une petite appellation de 52 hectares plantée d'un seul cépage : le romorantin.
Celui-ci est d'un blanc doré.
C'est floral avec des notes de cire et de miel.
Séveux, ample et chaleureux.
Très longue finale sur le miel.
Vendanges manuelles. Levures naturelles.
Servir à 8-10 degrés.
Pour quelques années de cave.
Alc. 13,5 %. Sucre 1,7 g/l. Acidité 3,4 g/l. pH 3,42.
En ligne (21) et dans 72 magasins.
 

3 étoiles
Prix: 
25,60 $

Parés Baltà Rosé Cava

Un très beau mousseux rosé pour la Fête des Mères.
Il est très aromatique avec de belles notes de fleurs et de fraises.
Aussi bien expressif en bouche où la saveur de fraise revient sur une mousse fine et onctueuse.
D'un équilibre parfait entre le fruité, l'acidité et les bulles.
Délicieux avec les baguels au saumon fumé.
Grenache 38 %, parellada 32 % et macabeu 30 %.
Culture en biodynamie.
Sucre 9,5 g/l.
En ligne (25) et dans 136 magasins.

3 étoiles
Prix: 
17,60 $

Histoire d'amour entre le Canada et le Cahors

Le Canada est le premier marché des vins de Cahors en valeur.
De plus, jusqu'en 2015, nous étions le premier marché aussi en volume. Nous avons été depuis doublés par le Royaume-Uni.

En 2017, le Canada a acheté 9108 hectolitres (1,2 million de bouteilles) de vin de Cahors pour 5 millions d'euros. C'est même plus que les États-Unis.

Exportations vins de Cahors en 2017
  Volume
(hl)
Valeur
(1000€)
Canada 9108 5005
Royaume-Uni 11 399 3284
États-Unis 8443 4390
Belgique 3531 1064
Chine 3345 1875
Total 42 981 19 306

Les exportations de vins de Cahors ont fortement augmenté depuis 10 ans. «En 2007, l’appellation Cahors a choisi de miser sur l’export et de mener une stratégie intitulée Cahors Malbec» (The French Malbec), nous dit Jérémy Arnaud de l'Union interprofessionnelle du vin de Cahors. Le pourcentage des vins exportés est passé de 15 % à 27 % en 10 ans; soit une hausse de 82 %.

Les producteurs de Cahors avaient été impressionnés par les performances du malbec d'Argentine à l'exportation. Ils désiraient eux aussi performer à l'export.

Les Caduciens ont donc alors adopté le terme malbec pour remplacer celui d'auxerrois qu'ils utilisaient pour nommer leur cépage emblématique.

Il est à noter en terminant que deux gros producteurs de l'Argentine sont maintenant installés à Cahors.  En effet, Fabre Montmayou est même devenu le deuxième producteur de Cahors en juillet 2017 en reprenant les vignes de Saint-Didier Parnac. De plus, la bodegas Altos las Hormigas a fait, elle aussi, des investissements à Cahors.

La Société des alcools du Québec a 38 malbecs de l'appellation Cahors à son répertoire; la LCBO de l'Ontario en a 6.

  Pour fêter l'amitié Québec-Cahors, essayez ce beau vin du Mas del Périé.

Mas del Périé, Les Escures, Cahors 2016

Le Canada est le premier client des vignerons de Cahors.
Ces vins de malbec plaisent au Québécois.
Ce sont des vins qui ont aussi évolué. On rencontre de moins en moins de Cahors bien taniques.
Les vignerons du coin font maintenant des vins plus souples.
En 2010, j'ai pu gouter sur place des vins de ce domaine et je trouvais dommage qu'ils ne soient pas disponibles ici.
Eh bien, il y en a maintenant au moins un et celui-ci est parfaitement délicieux.
Il est très aromatique, parfumé et très invitant avec ses aromes de violet.
L'attaque est souple, épicée, puis les petits fruits emplissent toute la bouche.
Ses tanins ronds lui donnent une belle texture enveloppante.
La finale est tout en fruit. C'est gourmand et gouleyant. La bouteille se vide rapidement.
Sur la contrétiquette, il est écrit «Vin naturel et vivant, issu exclusivement de la fermentation du raisin cultivé sur des terroirs d'altitude.»
Malbec. Biodynamie. Alc. 13,5 %. Sucre 1,6 g/l.
Dans 37 magasins.

3.5 étoiles
Prix: 
21,15 $

San Felice, Chianti-Classico 2016

Un chianti juteux sur de belles saveurs de petits fruits soutenus par des tanins fins.
C'est assez vif, tendu et mi-corsé.
Sangiovese 80 %; colorino 10 % et pugnitello (un vieux cépage toscan ainsi nommé pour la forme de sa grappe qui rappelle un petit poing).
Élevé en futs de bois de Slavonie.
Alc. 13 %. Sucre 2 g/l. Acidité 5,5 g/l.
Une production de 300 000 bouteilles
En ligne et dans 150 magasins, dont 4 SAQ-Dépôts.

2.5 étoiles
Prix: 
18,70 $ à la SAQ | Réduit à 17,20 $ jusqu'au 27 mai.

Font Freye, La Gordonne

Rosé brillant. S'ouvre lentement.
Un rosé sec, vineux, frais, assez vif et d'une certaine finesse.
Longue finale fruitée.
Un rosé différent et plutôt élégant.
Non millésimé. Le producteur utilise aussi des réserves des années précédentes.
Capsule à vis. Alc. 12,5 %. Sucre 1,4 g/l.
Cépages: grenache, syrah et cinsault.
En ligne (26) et dans 250 magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
16,60 $

Champs de Florence 2017

Rosé pâle. Aromatique, floral.
D'un beau fruité assez ample en bouche.
Peu acide. Bien fait.
Assez longue finale au fruité agréable.
Un beau rosé québécois pour nos beaux étés.
Cépage seyval noir.
Capsule à vis. Alc. 12 %. Sucre 1,9 g/l.
Domaine du Ridge.
Ce serait le rosé québécois le plus vendu à la SAQ.
En ligne (18) et dans 388 magasins. On peut le trouver aussi dans certaines épiceries IGA, Metro et autres.

2 étoiles
Prix: 
14,55 $

BC, Bastide de la Ciselette, Bandol 2016

Un rosé orange.
Aromatique, manque et fleurs. C'est invitant.
C'est sec, minéral et corsé.
Une belle présence en bouche, du tonus.
Légèrement acidulé. Belle longueur chaleureuse et chaude.
Plus un rosé de repas que d'apéritif.
Mourvèdre 60 %; grenache 30 % et cinsault.
Alc. 13,9 %. Acidité 3,07. pH 3,48. Sucre 0,1 g/l.
Un domaine d'une douzaine d'hectares.
En ligne (12) et dans 84 magasins.
 

2.5 étoiles
Prix: 
25,75 $

Cava Reserva, Brut nature, VallDolina

Un mousseux d'Espagne agréable, fruité, plutôt léger, assez savoureux, rafraichissant et qui se boit avec plaisir.
Alc. 11,5 %. Sucre moins de 1,2 g/l.
En ligne (41) et dans 31 magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
20,25 $

Sumarroca, Brut Nature Gran Reserva 2013

Un mousseux léger, simple, peu savoureux et court en bouche.
Beaucoup moins bon que le millésime précédent.
En ligne (89) et dans 73 magasins.

1 étoile
Prix: 
18,55 $

Des vins de Charles Joguet

Dégustation avec Mme Anne-Charlotte Genet de la maison Charles Joguet qui exploite une quarantaine d’hectares, plantés de cabernet franc et d’un peu de chenin blanc, en culture biologique (en processus de conversion à la biodynamie), dans l’appellation Chinon en Touraine (Vallée de la Loire).

Premier vin : Silènes 2015 (ex- Cuvée Terroir), un assemblage parcellaire d’un superbe millésime. Vinifié en inox, avec macération pelliculaire, le vin est rubis, très aromatique, bien fruité (fruits noirs), épicé (poivre), pas très corsé, plutôt fin, avec une bonne acidité et une astringence assez marquée. La fin de bouche est un peu pointue, mais très fruitée.

Ensuite, une série de vins de 2014 (un autre très beau millésime de garde) commençant par Les Petites Roches (SAQ 13232679 à 25,25 $), qui passe habituellement 16 mois en cuve inox. Rubis plus foncé que le précédent, il est bien ouvert, bien typé cabernet franc, fruité, équilibré, avec une note florale, une fine astringence et beaucoup de fruit épicé en finale. Ce vin, fait pour être bu entre 3 et 5 ans est délicieux maintenant.

Suit la Cuvée de la Cure 2014, ayant également subi une macération pelliculaire, en plus de la malo en fûts de 5 vins et un élevage de 8 mois (parfois jusqu’à 12 mois) en fûts. Du même rubis que Les Petites Roches, ce vin est également bien ouvert, fruité, assez poivré, mais une belle note animale s’ajoute. Il est plus rond en bouche, plus soyeux, avec des tannins plus enrobés, et un très bel équilibre. La fin de bouche est juteuse et très fruitée. Tiendra encore quelques années.

Les Charmes 2014. Même macération cellulaire, même malo et élevage en barrique, même rubis, mais un nez plus discret, avec des fruits noirs bien mûrs. Il est moyennement corsé, assez vif, avec des tannins bien présents et un bon équilibre de jeunesse. Plutôt astringent en finale, il est un peu pointu, poivré et bien persistant.

On arrive aux vins de garde avec, d’abord, Les Varennes du Grand Clos 2014, issu de vieilles vignes de plus de 40 ans, sur une parcelle de 4,5 ha. Encore une fois, macération pelliculaire et malo et élevage en barrique (6 mois pour celui-ci, parfois jusqu’à 16 mois). Jusqu’à récemment, une partie des vignes (environ 1 ha) de cette parcelle étaient non greffées (franc de pied), mais ce n’est plus le cas; le phylloxéra a eu le dessus… pour le moment. La robe est rubis violacée, le nez intense, fruité (fruits rouges bien mûrs), très épicé, avec une légère note florale et un peu de bois. La bouche est grasse, ample, sur le fruit, bien fraîche, avec des tannins fins mais encore un peu asséchants, sans empêcher un très bel équilibre. La finale est bien sèche, légèrement astringente, fruitée et très longue. Prometteur, pour ceux qui auront la patience de l’attendre.

Le Clos du Chêne Vert est une parcelle pentue de 2 ha. Ce 2014 est rubis foncé, au nez plus discret (presque fermé), fruité, avec une note animale. La bouche est grasse, ronde, très fruitée et les tannins très fins, pour un équilibre impeccable. La fin de bouche est juteuse, bien fruitée, avec une belle astringence, du chocolat amer et une bonne persistance. À attendre au moins 5 ans, probablement le double. Le 2012 (13162261) est 61 $ à la SAQ Signature de Québec.

Le Clos de la Dioterie 2014 est également issu d’une petite parcelle (2,1 ha), mais de très vieilles vignes de plus de 80 ans. Il est vinifié et élevé comme le Chêne Vert, habituellement 25 mois, dont 18 en fût de chêne. Également rubis, mais plus clair que le Chêne Vert, il est aromatiquement un peu plus expressif, mais très semblable de style. Le corps est moyen, plus vif et plus fruité, mais aussi bien équilibré. La finale est juteuse et un peu plus fruitée. Même potentiel de garde. Le 2012 (13162279) est également disponible à la SAQ (64 $).

Suit un (rare) chinon blanc : le Clos de la Plante Martin 2013, fait à 100 % de chenin blanc. En Loire, 2013 est réputé être un très bon millésime, dont les vins blancs secs sont généralement encore jeunes, mais commencent à être accessibles. Cette parcelle de 3 ha, entièrement plantée de chenin blanc, sur un sol calcaire, vient tout juste d’être rattachée à l’AOC Chinon (en fait, ce 2013 porte toujours l’appellation Touraine). Le nez est intense, très fruité, citronné, minéral, avec de la cire d’abeille, du miel et une belle note florale : un chenin blanc classique. Il est gras en bouche (légèrement huileux), avec une acidité marquée (n’a pas fait la malo) et une finale très juteuse, bien sèche, très fruitée, un peu saline et très, très longue. Superbe! et encore bien jeune.

Trois vins matures ont suivi ; d’abord, Les Charmes 2009 (excellent millésime, qui devrait être à son apogée). Le vin est grenat avec encore des reflets rubis de jeunesse. D’intensité moyenne, il est surtout sur les fruits noirs; il est assez corsé, encore tannique, assez vif, très droit et équilibré. La finale est épicée et plutôt astringente. Décidément encore bien jeune.

Du millésime 2006 (très beau millésime, mais qui serait sur son déclin), d’abord le Clos du Chêne Vert. Grenat avec une couronne brique assez évoluée, il est bien expressif et complexe, encore fruité, très épicé, avec des notes florale, crémeuse, tertiaires. En bouche, il est fin, élégant, avec un très beau fruité, des tannins encore présents et un très bon équilibre. La fin de bouche est encore astringente, avec des fruits cuits et très persistante. Tout sauf sur son déclin.

Enfin, le Clos de la Dioterie 2006. grenat moins évolué que le Chêne Vert. Nez intense de fruits mûrs, de noix de coco (14 mois de vieux fûts), de chocolat amer, avec une légère note sauvage. Rond et gras en bouche, aux tannins soyeux, plus fondus; il est plus évolué (contrairement à la robe) que le Chêne Vert. Finale fumée, boisée, avec des herbes sèches. Un très beau cabernet franc à son apogée.

  Le site du producteur : www.charlesjoguet.com

  Les vins de Charles Joguet sont représentés au Québec par l'agence Roucet.

Cygnus, Organic, Brut nature Cava

Il y a 42 mousseux Cava d'Espagne à la SAQ, dont 9 indiqués bio.
Celui-ci est parfaitement délicieux.
Brut nature veut dire zéro dosage, c'est-à-dire qu'on n'y a pas ajouté de sucre.
C'est léger, très fin, sec et élégant.
Le fruité est délicat. Les bulles sont fines.
Peu acide.
Un bel apéritif et pour accompagner des mets délicats.
Cépages : xarel-lo, macabeo, parellada. Méthode champenoise.
Région Catalogne.
Sucre 2,8 g/l. Alc. 11,5 %.
Était 25 $ en commande privée est maintenant à la SAQ.
En ligne (40) et dans 50 magasins.
 

2.5 étoiles
Prix: 
19,25 $ à la SAQ | 16,95 $ à la LCBO

Côtes du Jura, Les Parelles, Chardonnay Tradition 2013

C'est le meilleur millésime depuis 2006 de ce beau vin du Jura.
Il est absolument délicieux. C'est un vin original élevé sous voile, donc sans ouillage.
Ce qui lui donne ses aromes et saveurs qui rappellent le vin jaune.
C'est très aromatique : noix et fromage.
Le vin est sec, vif, ample, sèveux. Il est harmonieux, dans ce sens que les aromes perçus au nez se retrouvent en bouche.
La finale est longue, expressive et très agréable.
À servir pas trop froid en apéro, avec le poulet le fromage, les mets épicés, les mets fumés, les volailles en sauce.
Essayez aussi avec le fromage Oka, un délice.
Chardonnay à 100 % en vendanges manuelles, élevage sous voile pendant 18 mois. Il se forme alors une pellicule, un voile de champignons du Jura qui le protège de l'oxydation. (Voir image)
À mettre en cave 4 ou 5 ans.
Vous pouvez le servir de 5 à 12 degrés. Alc. 13,2 %. Sucre 1,4 g/l. Acidité 3,5 g/l (H2SO4). pH 3,31.
En ligne (42) et dans 86 magasins.
   Pour en savoir plus sur les vins du Jura voir vinquebec.com/juravignerons.

3 étoiles
Prix: 
21,40 $

La Moussière, Sancerre 2017

Un sauvignon finement ciselé. C'est un vin élégant au fruité fin et aux aromes floraux discrets.
Non herbacé, mais minéral et rafraichissant, ce joli vin laisse une belle impression en bouche.
C'est vif, sec et bien agréable.
Vendanges manuelles. Élevage 8 à 10 mois 1/3 en demi-muids et 2/3 en cuves.
(Demi-muid: contenant de bois de 500 à 650 litres). Mise en bouteilles en fonction des Lunes.
Biodynamie. Domaine Alphonse Mellot.
Alc. 13 %. Sucre 1,6 g/l.
En ligne (2) et dans 130 magasins.

3 étoiles
Prix: 
29,85 $

Château de la Roulerie, Chenin blanc, Anjou 2016

Du beau chenin gras, velouté aux belles saveurs de pomme bien mûre.
C'est juteux, coulant, ample et bien agréable à boire.
Cépage : chenin blanc. Vendanges manuelles.
Appellation : Anjou blanc.
Alc. 13 %. Sucre 3 g/l.
Certifié bio depuis 2011.
En ligne (21) et dans 105 magasins.
 

3 étoiles
Prix: 
23,00 $

Barbera d'Alba Superiore 2012, Renato Buganza

Un vin plutôt léger, coulant, agréable et facile à boire.
La texture est lisse sur une belle sensation fruitée.
Moyennement charnu.
D'un bel équilibre, le vin se laisse boire.
Cépage barbera. Région Alba dans le Piémont.
Alc. 14 %. Sucre 1,5 g/l.
En ligne (4) et dans 86 magasins.

Servir frais à 14 degrés avec les pizzas.

2.5 étoiles
Prix: 
21,55 $

La Journée Vinicole plagie Vin Québec

Le quotidien français La Journée Vinicole copie un texte de Vin Québec et le diffuse sur son site en prétendant que c'est un texte écrit de leurs mains.

Le texte été rédigé et publié par Vin Québec le 27 avril (voir ici) et repris sans permission sur le site de La Journée Vinicole quelques jours plus tard.

De plus, sur ce site on lit que «L’article sur le vin : le Kim Crawford - Le vin le plus populaire au Québec a été rédigé par La Journée Vinicole». Ce qui est faux.

Pire encore, ce journal qui dit exister depuis 1927 demande de payer 178 euros pour s'abonner et lire le reste de l'article qu'ils ont copié sans permission !


Je ne suis pas le seul à être plagié par ce journal. Voir ici et ; ainsi qu'ici et encore ; et ici et aussi. Ce journal n'est que plagiat ! Ils font payer pour lire des articles volés à d'autres.

Les quatre vins les plus populaires au Québec sont dans les épiceries

Le vin le plus populaire au Quévec est un cabernet sauvignon d'Australie, le Smoky Bay, vendu au format d'un litre dans les épiceries.

Il est disponible aujourd'hui, entre autres, à 10,87 $ dans les épiceries de la chaine Metro et à 12,19 $ chez IGA. En valeur, il est en cinquième position.

La semaine dernière, je vous ai parlé des vins les plus vendus en valeur au Québec. Le sauvignon de Kim Crawford est le meilleur vendeur en valeur. Par contre, le vin le plus vendu en volume est le Smoky Bay vin rouge.

Il a aussi une version 750 millilitres dans les magasins de la SAQ à 8,85 $.

Il est surprenant de constater que les cinq produits viniques le plus populaires au Québec sont vendus dans les épiceries.

Le deuxième produit le plus populaire est le Wallaroo Trail Bin 212 rouge d'Australie, il est vendu au litre dans les épiceries.

En fait, il est peut-être le vrai vin le plus populaire puisque le format 4 litres de ce vin est en cinquième position.

En troisième position c'est le Red Revolution rouge de Californie au format d'un litre en épicerie.

En quatrième position c'est le Wallaroo Trail 313 blanc, un litre en épicerie.

Le vin le plus populaire à la SAQ
En sixième position, un nouveau venu dans les succursales de la SAQ depuis un peu plus un an, un vin de Moldavie, le Crama Regala Cabernet Sauvignon. C'est le 750 millilitres le moins cher à la SAQ à 6,40 $.

En septième place, le Robertson chenin blanc d'Afrique du Sud. En huitième, le litre de Donini Merlot d'Italie. En neuvième place, le litre de Merlot Grand Sud de France. En dixième place, le Bù Splendido qui est en deuxième place pour les ventes en valeur.

Les dix autres sont : Citra Chardonnay 1 litre; Bottero Bianco (1 litre); Gentihomme Bohème (litre-épicerie); Crama Regala blanc; Étienne Marceau (4 litres-épicerie); White Revolution (1 litre-épicerie); Cliff 79 (3 litres); Kim Crawford (premier en valeur) et en vingtième place de Fumées Blanches.

Nous constatons que 13 des 20 vins le plus populaires au Quévec sont au format de 1 et 3 litres et que 8 des 20 vins les plus populaires sont des vins d'épicerie. Ces données nous ont été fournies par la Société des alcools du Québec.

   Voir aussi le classement des meilleurs vendeurs en valeur.

Paso a Paso, Verdejo biologique 2017

De beaux aromes de fruits blancs.
Bouche tendre, enveloppante, ronde, pas trop acide.
Facile à boire.
Vin de la terre de Castille.
Bodegas Volver.
Alc. 13 %. Sucre 3,5 g/l.
En ligne (17) et dans 135 magasins.

2 étoiles
Prix: 
14,50 $

Listel 2017

Un classique du printemps!
Le beau temps arrive finalement. C'est le temps d'ouvrir un bon rosé.
Ce Listel de Camargue arrive à point.
Il est très aromatique sur des notes de fleurs, de petits fruits et de melon.
Une belle texture grasse et veloutée. Pas trop sec. Belles saveurs persistantes rappelant le melon et la pêche.
Alc. 12,5 %. Sucre 3,8 g/l.
Capsule à vis.
En ligne (44) et dans 389 magasins, dont les 10 SAQ-Dépôts.

2 étoiles
Prix: 
11,35 $

La musique modifie le gout du vin

La musique calme ou énerve. Elle peut aussi adoucir ou durcir un vin ou du moins modifier l'impression qu'on a du vin.

La musique modifie le gout des aliments et en particulier le gout du vin.

Certaines musiques peuvent faire paraitre le vin plus gras, plus rude et même plus long. (1)

Ce que nous entendons peut donc influencer ce que nous goutons.

Des chercheurs s'intéressent à ce sujet depuis plus de 50 ans. En effet, dès 1955, M. Srinivasan publia «Has the ear a role in registering flavour? » (2) L'oreille a-t-elle un rôle dans l'enregistrement de la saveur?

Puis en 1958, L.A. Petitt a étudié les effets des sons ambiants sur la perception du gout du jus de tomate! «The influence of test location and accompanying sound in flavor preference testing of tomato juice.» (3)

En 2003, une étude laisse entendre que les gens peuvent estimer le vin plus cher s'ils écoutent de la musique classique. (The effect of musical style on restaurant customers’ spending. (4)

Dix ans plus tard, en 2008, une étude du professeur Adrian North de l'Université Heriot Watt en Écosse a découvert que les gens donnaient une note différente au vin selon la mélodie entendue.
Plus la musique était douce plus le vin était décrit comme étant souple et élégant; plus la musique était enlevante, plus le même vin était décrit comme corsé! (Music 'can enhance wine taste') (5)

Le docteur North a fait déguster des vins blancs et rouges à 250 sujets tout en leur faisant écouter les pièces musicales suivantes : Carmina Burana d'Orff; Waltz of the Flowers (The Nutcracker) de Tchaikovsky; Just Can’t Get Enough de Nouvelle Vague et Slow Breakdown de Michael Brook.
Voici ce qu'il a découvert pour les vins blancs.

  1. Si la musique en arrière-plan est puissante, alors les gens perçoivent, dans une proportion de + 32 %, le vin qu'ils boivent aussi puissant et lourd;
  2. Si la musique en arrière-plan est subtile, raffinée ou légère alors les gens jugent le vin qu'ils boivent comme subtil, raffiné ou léger dans une proportion de + 26 % à + 40 %.

Il a aussi noté que l'influence de la musique est encore plus forte sur la perception du gout des vins rouges. Pour la musique est forte, le gout est dit plus fort dans + 60 % des cas; c'est de + 25 à 41 % dans le cas des autres types de musique.

Le professeur North conclut que «la musique de fond influence le gout du vin. Le gout spécifique du vin était influencé d'une manière compatible avec l'humeur communiquée par la musique.» (6)

Puis, en 2012 fut publié Smells like Beethoven. The Economist. (7)

Plus récemment Charles Spence et Qian Janice Wang ont étudié les effets de la musique sur le gout du vin et ils concluent que la musique peut «exercer une influence significative sur les attributs hédoniques, sensoriels et descriptifs du vin.» (8)

Mais pourquoi la musique influence-t-elle le gout du vin? Ça c'est plus compliqué et les recherches se poursuivent sur le sujet (Voir On why music changes what (we think) we taste) (9)

On mentionne dans les recherches le rôle du cortex orbitofrontal, zone de plaisirs et d'émotions pour le vin, la musique et autres sensations.

On peut maintenant se demander si on juge vraiment le vin en écoutant de la musique ou bien si c'est la musique que l'on juge?

En fait, il n'y a pas que la musique qui influence le gout du vin. Les gens autour de nous, la température, le verre, le prix de la bouteille, le type de bouchon, le poids de la bouteille, l'étiquette, la couleur du vin, la couleur des murs et le bruit peuvent aussi améliorer ou déprécier le vin, le plaisir du moment.

La musique a aussi un effet sur les choix des consommateurs. « Dans les restaurants, la diffusion d’une musique avec un tempo de 70 battements par minute (bpm) incite les clients à rester plus longtemps à table et à consommer plus en comparaison avec une musique à 95 bpm.» (10)

Et maintenant, une petite chanson pour accompagner votre dégustation : https://www.youtube.com/watch?v=xYSN5uwQZZ4

________

(1) Quel est l'impact de la musique sur le vin, Le Pourboire.

(2) Has the ear a role in registering flavour?

(3) The influence of test location and accompanying sound in flavor preference testing of tomato juice. L. A. Pettit, 1958

(4) The effect of musical style on restaurant customers’ spending. Environ Behav. North, Shilcock et Hargreaves

(5) Music 'can enhance wine taste', BBC

(6) Wine & Song: The Effect of Background Music on the Taste of Wine. Dr Adrian C. North, Professor of Psychology, School of Life Sciences. Heriot Watt University, Edinburgh, United Kingdom www.wineanorak.com/musicandwine.pdf

(7) Smells like Beethoven, The Economist

(8) Wine and music (III): so what if music influences the taste of the wine? Charles Spence et de Qian Janice Wang

(9) On why music changes what (we think) we taste, Charles Spence et Ophelia Deroy.

(10)  Le cerveau mélomane. E. Bigand. Paris: Pour la science, 2013, cité par SCHERMANN Camille, Utilisation de la musique dans la prise en charge de la douleur, Thèse pour le diplôme d'État de docteur en Pharmacie 2017.

La baisse de production de vin et le prix du vin

La production mondiale de vin a diminué en 2017. Elle a diminué de 8,7 % selon les chiffres de l'Organisation de la vigne et du vin (OIV). La grande presse conclut très vite et s'empresse de nous dire que le prix des vins va augmenter.

Ce n'est pas automatique et de n'est pas aussi simple que cela.

Le raisin est transformé en vin, mais ce vin n'est pas vendu entièrement l'année suivant la récolte. L'écoulement du vin d'un millésime est échelonné sur plusieurs années.

L'année suivant la récolte est écoulé le vin blanc de consommation rapide, le vin blanc d'entrée de gamme.

Deux années après la récolte, c'est le vin rouge d'entrée de gamme qui est vendu ainsi que du blanc de milieu de gamme.

La troisième année, on commence à vendre le vin rouge de milieu de gamme et le vin blanc de haut de gamme.

Puis, la quatrième année, c'est le vin rouge de haut de gamme qui est écoulé.

Donc, comme on le voit, la récolte d'une année n'est pas écoulée dans une même année, mais est répartie sur quatre années en général.

Ainsi, la perte ou le gain des vignerons peut s'échelonner sur plusieurs années. Les vignerons ont des réserves qu'ils mettent en marché sur quelques années.

C'est le même phénomène lors d'une hausse de production: le prix du vin ne chute pas l'année suivante. En 2004 et en 2013, la hausse de production a été de 12 %; est-ce qu'il y a eu une forte diminution de prix? Non.

La production de vin s'établit à 250 millions d'hectolitres en 2017, la consommation a été de 243 millions d'hectolitres. On produit donc encore plus de vin que l'on n'en consomme.

En 2005 et en 2014, il y a eu aussi de fortes diminutions de productions de vin sans que l'on constate de fortes augmentations de prix.

De plus, la consommation de vin stagne dans le monde depuis 2008.

Il y a baisse production dans certains pays, mais hausse dans d'autres. La hausse atteint même 25 % en Argentine; 10 % au Portugal; 5 % en Australie; 31 % en Roumanie; 23 % en Autriche et 20 % en Moldavie.

Après analyse, on voit bien qu'il ne faut pas paniquer et faire peur au monde, ni écouter les sirènes du commerce. À ce sujet, je vous invite aussi à lire notre texte d'octobre dernier intitulé La baisse de production de raisins va-t-elle entrainer une hausse du prix du vin?

Syndiquer le contenu