ÉCRIRE POUR UN MAGAZINE DU VIN N'EST PAS DU JOURNALISME

Est-ce une publicité ou une nouvelle?
   Is that an ad or a news story?  Tel est le titre d'un article d'Ira Basen publié dans le quotidien The Globe and Mail.

M. Basen, journaliste de la CBC, nous dit que de plus en plus d'industries embauchent de vrais journalistes pour écrire des articles.

Il se demande si c'est toujours du journalisme. Il conclut que non et qualifie leur travail de brand journalist que l'on pourrait traduire par journaliste d'entreprise.

«La différence n'est pas tant de savoir comment l'article est écrit, mais pourquoi il est écrit: le journalisme d'entreprise répond à des objectifs d'affaires. Les histoires, les articles peuvent être justes et précis, transmis par des journalistes de renom, mais l'objectif fondamental reste la commercialisation. Ce n'est donc pas une tentative de débusquer la vérité. C'est plus de la promotion que du journalisme.»

Le journaliste d'entreprise sert plus les intérêts de l'industrie que celui des consommateurs.

La journaliste Nathalie Collard, reprend le sujet dans une de ses chroniques dans le journal La Presse. «Dans le cas des magazines corporatifs, l'objectif est d'offrir un contenu informatif (pensons au magazine En Route ou à Cellier de la SAQ) qui placent le consommateur dans le contexte de la marque, mais sans lui donner l'impression qu'il lit un dépliant publicitaire.»

«Vous ne trouverez pas d'articles assassins sur le vin dans le magazine Cellier de la SAQ. Voilà pourquoi il faut parler de rédaction professionnelle ou de rédaction corporative et non de journalisme.»

J'ajouterai que ce n'est pas seulement le fait de magazines corporatifs.

Tous les magazines de vins (sauf rares exceptions) sont financés par l'industrie du vin. Vous n'y trouverez jamais d'articles critiques. Tout y est beau, tout est bon.

Rappelez-vous le scandale du faux pinot noir en Languedoc, ces magazines n'en ont pas parlé. De même pour l'affaire de l'équipe de Robert Parker en Espagne, silence quasi total dans ces magazines du beau.

Ces magazines sont liés. Ils reçoivent l'argent de l'industrie du vin. Certains vendent même leur première page qui est en fait de la publicité, d'autres font payer pour ajouter l'image de l'étiquette à côté de la «critique» du vin.

Ils travaillent pour les vendeurs de vin et non pour les consommateurs de vin.

Je ne dis pas que tout est mauvais dans ces magazines. Il y a quelques fois des articles instructifs. Certains rédacteurs réussissent à publier à l'occasion des informations ou des opinions intéressantes, mais le tout baigne dans une ambiance de glorification du vin, de béatification totale de monde du vin.

Est-ce qu'on apprend des choses à lire ces magazines? Après huit ans d'abonnement à un grand nombre de ces revues, je n'en suis pas convaincu.

On n'a qu'un seul côté de la médaille. Leur but est de nous faire acheter du vin et non de nous informer correctement.

Dans son article, M. Basen cite Kelly Toughill, directeur de l'école de journalisme de la University of King’s College à Halifax: «le journaliste doit servir en premier les intérêts de son public et de sa communauté, mais dans le journalisme d'entreprise, ce n'est pas ce qu'il fait.»

Je termine en citant encore M. Basen «Independence is one of journalism’s most cherished values» «L'indépendance est une des valeurs les plus chères du journalisme»

Ce phénomène de «journaliste d'entreprise» n'est pas limité aux magazines imprimés. Il tend aussi à se répandre sur les sites et les blogues internet. C'est là un aspect de ce sujet que j'aborderai un autre jour.

 Is that an ad or a news story – and does it matter which? Ira Basen, The Globe and Mail, 3 août 2012
 Écrire pour une marque, est-ce du journalisme? Nathalie Collard, La Presse, 24 septembre 2012