La capsule à vis est le meilleur bouchon pour les rosés

La capsule à vis préserve mieux les aromes des vins rosés que les bouchons de liège et de plastique.

L'institut français de la vigne et du vin (Sud-Ouest) a mené une étude sur la préservation des arômes d'un rosé de Fronton (cépage négrette) obturé avec neuf bouchons différents: deux capsules à vis, quatre bouchons synthétiques et trois bouchons de liège.

Conclusion de l'étude: «La capsule à vis est l'obturateur le plus performant pour préserver les arômes des vins rosés.» Les lièges arrivent en deuxième place et les plastiques «se caractérisent par une très forte hétérogénéité».

Les auteurs de l'étude ajoutent que «ces différences (entre les 9 bouchons) pourraient être encore plus marquées dans des conditions réelles de stockage.» Les vins ont été conservés dans conditions idéales à 14 °C; alors, imaginé le résultat après un certain temps sur les rayons d'un magasin à 20 °C.

L'étude a permis de noter des «différences aromatiques marquées» après seulement 10 moins de bouteilles.

L'utilisation de la capsule à vis (joint Saran et joint Saranex) a permis de mieux préserver les arômes de type thiol (pamplemousse, agrumes, fruits exotiques) et une meilleure préservation de l'acétate d'isoamyle (banane, bonbon anglais, rose).

Les bouchons de plastique ont donné des résultats variés différenciés davantage en fonction des marques que de la technologie de fabrication. Les moulés et extrudés «présentant une performance inférieure.»

Les tests ont été faits par un jury d'expert et corroborés par une machine: le nez électronique Heracles basé sur la chromatographie en phase gazeuse.

Comme le dit l'étude de l'IFV Sud-Ouest «l'obturateur joue un rôle central dans la conservation de la qualité aromatique des vins en limitant plus ou moins bien les échanges gazeux et les transferts d'oxygène.»

Une grande partie des bouteilles de rosé sont bouchées depuis quelques années par des bouchons de plastique. Il est à souhaiter que les producteurs changent de bouchon.

On peut se demander maintenant si des résultats semblables seraient obtenus sur les vins rouges.

  Source: Bulletin d'information l'IFV Sud-Ouest, Institut français de la vigne et du vin, La Grappe d'Autan, no 85, juin 2011