Du vin léger à 6 %, le lir

Des viticulteurs français se lancent dans la production de vin réduit à 6 % d'alcool. Ils visent ainsi le marché des jeunes, de ceux qui veulent réduire les calories consommées et les personnes qui veulent être moins affectées par l'alcool.

Le procédé qui s'appelle lirisation consiste à prendre du vin titrant à 12 ou 13 % et à le déduire à 6 %, tout en essayant de conserver ses propriétés organoleptiques. On procéderait par séparation moléculaire. Ça donne le lir, on l'appelle ainsi, car en France un produit ne peut être appelé vin que s'il contient au moins 8 % d'alcool.

Selon les producteurs et les promoteurs de ce nouveau produit, le vin ne perd pas en qualité et la plupart des personnes n'y voient pas de différences.

Des viticulteurs de grande réputation ont décidé de se lancer dans cette production : le Domaine Bunan à Bandol, les Caves de l'Ormarine et Bayle-Careau.

Les expériences précédentes de vins sans alcool ont été un échec. Cepandant, il se pourrait bien qu'on ait trouvé là un produit plus prometteur.

Je n'ai pas encore goûté de lirs, mais je compte bien en faire l'expérience dès que possible.

Le produit étant très nouveau, il ne date que de quelques mois, la Société des Alcools du Québec n'a pas de projets de mis en marché du lir pour le moment.