Plus des trois quarts des bouteilles de vin vides iront au dépotoir

La plus importante usine de transformation du verre au Québec, Klareco ferme ces portes. Klareco, anciennement Unical recevait 70 % du verre collecté par les municipalités au Québec.

Cette fermeture accentuera les pressions sur le gouvernement du Québec et sa société des alcools pour la mise en place d'un programme de récupération, de consigne des bouteilles de vin.

La ville de Longueuil a acheté la bâtisse et le terrain de Klareco il y a deux ans en exigeant la fermeture de l'usine le 30 avril 2013. L'usine emploie 75 personnes et recycle 100 000 tonnes de verre. Des voisins se plaignaient du bruit et de la poussière de verre. De plus, les dirigeants longueuillois veulent éliminer ce vieux parc industriel et y faire construire des maisons et des commerces.

Il était question l'an dernier que l'usine déménage à Varennes, mais il n'a pas eu de suites à ce projet. Klareco qui appartient à la firme Gaudreau de Victoriaville transformait le verre en granules qui étaient en grande partie acheminées aux États-Unis pour en faire de la laine isolante.

Le verre représente 10 % du tonnage de matières revendues par les centres de tri municipaux; le papier 82 %.

Le verre ne semble pas facile a récupéré au Québec d'autant plus qu'en se cassant il pollue le papier journal. Pourtant, en Europe on réussit à recycler 70 % du verre.

Contrairement au verre provenant de la consigne, comme en Ontario, le verre provenant des centres de tri municipaux du Québec est considéré comme étant de piètre qualité parce que souvent contaminé, de couleurs mélangées et cassé.

Selon le dernier bilan bisannuel de Recyc-Québec (2011), 82 % du verre est collecté, mais seulement 53 % est effectivement recyclé.

L'usine Klareco qui recevait 70 % de ce 53 ferme. Résultats, si nous  comprenons bien ces chiffres, ce ne sera plus que 16 % du verre au Québec qui sera recyclé!

Donc, la plupart des bouteilles de vin collectées par les municipalités quitteront les centres de tri pour prendre le chemin des dépotoirs.

Pourtant, comme le rapportait le quotidien Le Soleil en décembre «L'usine montréalaise du plus grand fabricant de verre au monde, Owens-Illinois (O-I), manque cruellement de verre de seconde main de qualité. Si bien qu'elle doit se tourner vers l'Ontario, où elle trouve la moitié de son approvisionnement.»

Les dirigeants de la SAQ ont toujours refusé de reprendre les 200 millions de bouteilles qu'ils vendent. Cette consigne des bouteilles de vin existe pourtant dans presque toutes les provinces du Canada, sauf au Manitoba.

Jusqu'en juillet 2012, les dirigeants de la société d'État finançaient le transport du verre vers l'usine de Klareco. De plus, ils financent aussi un projet pilote de tri du verre à l'usine Tricentris de Gatineau.

L'Ontario a mis sur pied un programme de consignation des contenants de boissons alcoolisées en 2007.  Ce sont les magasins The Beer Stores appartenant à un oligopole de fabricants de bières qui sont obligés de reprendre les bouteilles vides. Ils reçoivent 10 cents la bouteille, soit 30 millions de dollars. Donc les consommateurs achètent leurs vins au monopole Lcbo qui facture 20 cents pour la consigne et récupèrent ces 20 cents dans les 800 magasins de l'oligopole de bière. Il n' y a pas de collecte, il faut aller les porter dans ces magasins. Ce programme se nomme Bagitback.

Le verre récolté pêle-mêle dans les bacs municipaux et envoyé aux entreprises de transformation au Québec n'est pas toujours recyclé. Klareco avouait en jeter 10 %; chez Groupe Bellemare à Trois-Rivieres, on dit en jeter de 10 à 50 %.  Un employé de chez Bellemare disait en décembre dernier au journal Le Soleil «Quand ça coûte trop cher à trier, t'as pas le choix d'opter pour la solution la moins onéreuse et c'est d'aller à l'enfouissement».

Dans ses orientations du 15 mars 2011, le gouvernement du Québec s'est donné pour objectif pour la fin 2015 de «recycler 70 % du papier, du carton, du plastique, du verre et du métal résiduels».

Avec la fermeture de la plus importante usine de transformation de verre au Québec, les pressions seront donc plus fortes pour mettre sur pied un système de récupération de bouteilles de vin comme il se fait pour les bouteilles de bière et de boisson gazeuse.

(Ajout le 1er mai)
Plus de 500 tonnes de verre sont déjà accumulées chez Récup Estrie, 90 tonnes s'y ajouteront chaque semaine.

______
Sources:
Dur coup pour le recyclage du verre
, Charles Côté, La Presse, 27 avril 2013
L'usine de traitement du verre Unical ferme, Diane Lapointe, Rive-Sud Express, 27 avril 2013
Le verre, un casse-tête pour la Ville de Québec, Annie Mathieu, Le Soleil, 15 décembre 20112
Bilan 2010-2011 de la gestion des matières résiduelles au Québec, Recyc-Québec
Le verre fiches informatives
, Louis Gagné, Recyc-Québec
Le recyclage de verre d’emballage progresse en Europe
, Jean-Charles Batenbaum, 28 mars 2013
Gaudreau 
 
Klareco
Collecte pêle-mêle ou consigne, vidéo émission L'épicerie, Radio-Canada, 20 février 2013