LA SAQ perd des clients

Les ventes de vin continuent de diminuer à la Société des alcools du Québec.

Après l'avoir nié depuis un an, les porte-parole de la société d'État avouent maintenant que les ventes baissent. Ils disent même que l'achalandage diminue.

Le Journal de Montréal rapporte qu'«au cours de la dernière année fiscale, la SAQ a enregistré une diminution de 851 000 transactions dans le réseau de ses succursales, par rapport à l’année précédente.» C'est une baisse de 1,4 %, écrit Pierre Couture dans Le Soleil et La Presse Affaires.

La journaliste Sarah-Maude Lefebvre du Journal de Montréal écrit que la SAQ va réduire les heures de travail de ses employés de 80 000 heures le mois prochain. L'année fiscale de la SAQ se termine le 31 mars. «Si la situation ne s’améliore pas, 60 000 heures supplémentaires pourraient aussi être enlevées au cours des prochains mois.»

Est-ce que les dirigeants de la SAQ craignent de perdre leurs bonus de fin d'année s'ils n'atteignent pas leurs objectifs de revenus. Le journal La Presse rapportait en 2012 que «2164 employés se sont partagé 8,2 millions de dollars en bonis, ce qui équivaut en moyenne à près de 4000$ chacun.»

Pour les 24 premières semaines de l'année 2013-2014 (avril 2013-mars 2014), la SAQ a vendu 71,4 millions de litres de vin, soit 500 000 litres de moins que la même période l'an dernier.  Ce qui donne 666 000 bouteilles de moins.

Les chiffres du troisième trimestre n'ont pas encore été publiés. Ils le seront vers la mi-mars. Mais les gens de la SAQ les connaissent. Les chiffres de l'année en cours se terminant le 31 mars ne seront publiés qu'en juin.

Les dirigeants s'attendent donc à la stagnation des revenus ou pire à une baisse des revenus.

La réduction des heures de travail s'accompagnera aussi de mesures plus draconiennes, La Presse rapporte que «certaines de ses 401 succursales pourraient également voir leurs heures d'ouverture modifiées.»

On ne cherche plus à augmenter les ventes — c'est trop tard, il reste un mois — mais à réduire les coûts pour maintenir les bénéfices. Est-ce qu'on coupe les heures de travail et de revenus des employés pour sauver les bonus des dirigeants?

En novembre dernier, le Journal de Québec révélait que le salaire du président de la SAQ était haussé de 34 000 $ et que le directeur de l'optimisation a reçu une prime de 39 000 $.

Pourtant, les dirigeants SAQ a fait bien des efforts au cours de la dernière année pour empêcher la situation de se détériorer.

Ils ont augmenté la fréquence des rabais. Il y a des rabais maintenant plusieurs fois par mois. Ils ont haussé les prix de la plupart des vins.

Ils ont recommencé à vendre des vins de dépanneurs, une cinquantaine. Des vins embouteillés ici, tels les Clifs 79, Lulu B, Lichette...

Ils ont inondé le marché avec des milliers de caisses de vins achetés en Europe, sur lesquels on appose le nom d'une vedette locale du vin: François Chartier. Ces vins sont vendus 20 $.

Ce ne fut pas suffisant! Il faudra trouver autre chose l'an prochain.

Au fait, pourquoi les Québécois achètent moins de vin à la SAQ?

_________