La SAQ ne s'oppose pas à la vente de vin québécois en épicerie

Le président de la SAQ a déclaré ce midi en commission parlementaire que la société d'État ne s'oppose pas à la vente de vin en épicerie.

M. Alain Brunet a fait cette déclaration lors des audiences sur le projet de loi 88 qui permettra aux vignerons de vendre directement leurs vins dans les épiceries et dépanneurs du Québec.

Toutefois, M. Brunet a dit craindre des problèmes au niveau du contrôle de la qualité des produits. «Il faudra s'assurer que le consommateur retrouve dans la bouteille à l'épicerie ce qui est supposé y avoir». M. Brunet dit s'interroger sur l'encadrement de ce nouveau marché.

Actuellement, la SAQ encadre et contrôle tout, du transport, de l'analyse en laboratoire, de l'entreposage, de la livraison de tous les vins au Québec... Le projet de loi 88 prévoit que les vins soient examinés par le laboratoire de la SAQ ou un laboratoire approuvé par celle-ci, mais ne prévoit pas les autres étapes du processus, comme le transport.

De plus, le président du monopole du vin dit être favorable à ce qu'on indique les cépages et les millésimes sur les étiquettes de tous les vins vendus dans les 8000 épiciers et dépanneurs du Québec comme c'est le cas à la SAQ.

Finalement, M. Brunet dit qu'il veut continuer à vendre et à promouvoir les vins du Québec dans ses 400 magasins.

  Voir le témoignage d'Alain Brunet en commission parlementaire.