Toutant mis au courant dès le 11 décembre

Une autre révélation-choc dans le journal La Presse du 8 février, le président de la SAQ, Sylvain Toutant, aurait été informé dès décembre de la nouvelle stratégie de négociation de prix élevés de la SAQ.

Le journaliste Denis Lessard écrit que le 11 décembre le vice-président Alain Proteau mettait en garde ses deux patrons Sylvain Toutant et Laurent Mériaux. Dans un courriel, il leur dit «si le scénario est retenu, on va faire face à beaucoup de résistance.»

M. Proteau écrit aussi dans ce courriel que les journalistes pourraient finir par s'intéresser à cette affaire.

Ce courriel faisait suite au courriel de la veille dans lequel son patron immédiat, Laurent Mériaux, écrivait au président et à ses collègues que «si les coûtants sont plus grands que le meilleur prix canadien, le coûtant doit être négocié par le directeur de produit et proposer un mécanisme de partage de différence de coûtant entre les fournisseurs, la SAQ et le consommateur. Ce mécanisme reste à définir avec les finances.»

Toutant pas sursauté
Interrogé par La Presse le 6 février, M. Toutant dit qu'«aucun de ces deux courriels ne m'ont fait sursauter». Il ajoute même que les mises en garde de M. Proteau avaient été répétées plus tard en décembre par un mémo «red flag» venu de sa division.

Le travail de la firme KPMG
Le conseil d'administration de la société d'État avait mandaté la firme KPMG pour faire la lumière sur ce scandale, mais, toujours selon La Presse, «KPMG souligne avoir eu copie du premier courriel, celui de Mériaux vers Toutant, 'qui présente la stratégie de la négociation des prix à venir en décembre 2005 avec les fournisseurs européens qui facturent la SAQ en devise'».

Fort étrangement, le quotidien ne joue pas cette nouvelle en première page, mais seulement en page 6! [Toutant mis en garde le 11 décembre La Presse Affaires, via Google]

Commission parlementaire
La Commission des finances publiques de l'Assemblée nationale est convoquée le jeudi 16 février. Plusieurs députés espèrent bien que la majorité des membres acceptera d'inviter les dirigeants de la SAQ à une séance ultérieure.