Du vin dans des épiceries de l'Ontario

Des épiceries de l'Ontario pourront vendre des vins importés.

Jusqu'à maintenant, seule la LCBO, tout comme la SAQ au Québec, pouvait vendre des vins importés en bouteilles.

Le gouvernement de l'Ontario a choisi 70 épiceries qui pourront vendre du vin canadien et importé dès le 28 octobre.

Parmi ce premier groupe d'épiceries choisies par la LCBO il y a des succursales de Loblaws, Metro, Sobeys, Fresh Marquet Foods, Wal-Mart et autres.

D'ici quelques années ce seront 300 des 1500 épiceries de la province qui pourront vendre du vin.

Plusieurs épiceries de l'Ontario ont déjà la permission de vendre de la bière et du cidre. Elles seront à terme au nombre de 450. Donc, certaines épiceries pourront vendre à la fois de la bière, du cidre et du vin.

Les épiceries achèteront le vin importé par l'intermédiaire de la Régie des alcools de l'Ontario (LCBO) comme le font déjà 217 magasins-agences en milieu rural. Elles devront vendre le vin au prix indiqué par la LCBO.

Elles ne pourront pas vendre de vin en bas de 10,95 $ la bouteille de 750 ml ou de moins de 14,05 $ le litre; ni de vin de gros producteurs pour les 3 prochaines années; ni de vin fait de mélange de vin ou de raisins provenant de différents pays. Les épiciers devront respecter toute une série de restrictions.

Ils ne pourront pas offrir des produits gratuits ou à prix réduit subordonnés à l'achat de bière ou de vin; ni accepter de paiement dans le cadre de programme de fidélité ou de programme de récompenses de marketing, y compris des coupons, des billets, des points ou des récompenses.

Une loi spéciale a été adoptée à cet effet, loi étrangement appelée Sale of liquor in government stores. Ontario Regulation 232/16.

Cette autorisation de vendre du vin dans les épiceries découle des recommandations du Conseil consultatif de la première ministre pour la gestion des biens provinciaux, dirigé par Ed Clark ancien PDG de la banque Toronto Dominion.

Le ministre des Finances de l'Ontario dit que «les changements apportés à la vente de vin au détail en Ontario donneront aux producteurs vinicoles l’accès à un nouveau canal de distribution au détail, permettront aux épiciers d’accroître leur chiffre d’affaires et offriront plus de commodité et de choix aux consommateurs. Le fait de pouvoir acheter du vin en plus d’autres produits d’alimentation offrira plus de commodité. Les consommateurs profiteront aussi d’un plus grand choix de vins ontariens locaux, ainsi que de vins de partout au pays et d’ailleurs dans le monde.»