Les vins de vedettes

Est-ce que les vins de vedettes se vendent bien?

La sommelière télévisuelle Jessica Harnois vient de lancer trois vins d'Italie à son nom.
Elle suit un peu les traces du sommelier François Chartier qui poursuit sa lancée dans les vins en harmonie avec la nourriture.

Il y a aussi le réputé cuisinier de la télévision Ricardo qui vend des casseroles, des recettes et des vins.

On n'aime beaucoup nos vedettes locales au Québec. Eh c'est tant mieux, car on s'est longtemps autoflagellé en disant que l'on se tondait réciproquement la laine sur le dos. Entendons ici que l'on critiquait plus fortement nos vedettes locales, ceux et celles qui on réussi.

Avec Brad Pitt, Gretzki et des joueurs de golf qui mettent leurs noms sur des étiquettes de bouteille de vin, l'exemple est fort et ça semble fonctionner. Les vins de François Chartier se vendent bien. Nous verrons pour ceux de Jessica Harnois.

Mais qu'en est-il des vins de Ricardo Larrivée? Il y a des rumeurs que ses vins vont être retirés du répertoire de la SAQ!

Eh, bien non. Ils ne sont pas retirés. Toutefois, ils changent de répertoire. Ses deux vins d'Afrique du Sud passent du répertoire courant à celui des spécialités, et ce à la demande de son agente, nous dit son agente.

Je vous ai déjà expliqué qu'il faut en vendre beaucoup de bouteilles pour rester dans la section des produits courants. Ce sont des vins qui sont placés dans au centre la plupart des succursales et qui doivent remplir des conditions bien sévères imposées par la direction de la SAQ. Il faut, entre autres, que vous en achetiez pour plus de 1 million de dollars par année; donc 62 000 bouteilles à 16 $. C'est industriel!

Les vins pour la section des spécialités sont achetés en plus petites quantités, ont des objectifs de vente moins élevés et sont placés le long des murs dans les succursales de la SAQ.