L'Europe subventionne ses vignerons

On entend quelquefois dire qu'il est difficile de concurrencer le vin européen parce qu'il est subventionné par les gouvernements européens.
 
Tout le monde admet que c'est vrai, mais jusqu'à quelle hauteur?
Il n'y avait jusqu'à aujourd'hui aucun chiffre précis d'avancé.
 
C'est ce à quoi se sont attaqués deux économistes Kym Anderson d'Afrique du Sud et Hans G. Jensen du Danemark.
 
Ils affirment, chiffres à l'appui, que l'Europe donne en moyenne 700 euros par hectare à ses producteurs de vin ou 0,15 € par litre. (Le prix moyen du vin français exporté est de 3,40 € le litre.)
 
La France à elle seule aurait donné plus de 840 millions d'euros à ses vignerons en 2012. La contribution de l'Italie serait d'un peu plus de 500 millions et celle de l'Espagne est évaluée à 400 millions d'euros.
 
Par hectare, c'est toutefois l'Autriche qui serait la plus généreuse avec une aide de 2400 euros par hectare. La France et l'Allemagne donneraient 1100 euros par hectare.
 
Par hectolitre, les auteurs estiment les subventions à 370 € en Autriche, plus de 150 € en France et au Portugal et plus de 100 € en Grèce, en Allemagne, en Espagne et en Italie.
Ils affirment que «cela dépasse certainement le soutien fourni par tous les autres gouvernements de grands pays.»

Cette aide est donnée principalement (40 %) sous forme d'aide au marketing et à la promotion. Les auteurs estiment que l'Europe y a consacré 522 millions € pour la période de 2008 à 2012.

Anderson et Jensen terminent en disant qu' «il n'est pas étonnant que des producteurs non européens s'inquiètent de leur capacité à concurrencer sur la scène internationale ces producteurs européens bien appuyés par leurs pays.»
 

 

Ces chiffres sont publiés dans une étude intitulée How Much Government Assistance Do European Wine Producers Receive? et publié aujourd'hui dans le Journal of Wine Economics (Volume 11, No 2, 2016, Pages 289–305).
Kym Anderson, School of Economics, Université d'Adelaide, Australie
Hans G. Jensen, Institute of Food and Resource Economics, Université de Copenhage.