La SAQ aura de la concurrence, promet Philippe Couillard

Coup de théâtre au Nouveau-Brunswick, le premier ministre du Québec y annonce qu'il promet d'encourager la vente de vin par des entreprises privées. M. Philippe Couillard a dit que cela sera inscrit dans son projet électoral.

M. Couillard dit qu'il y aura «une certaine concurrence» sans que cela remette en cause l'existence de la SAQ.

Il promet donc de réviser le modèle d'affaires de la société d'État. Le journal Le Devoir rapporte que le premier ministre n’a pas d’objection à l’ouverture de boutiques de vin privées — semblables à celles de la Maison Nicolas en France — aux quatre coins du Québec. À une question du Devoir à ce sujet, il a répondu «Oui. Exactement ! C’est un modèle intéressant. Et, je ne pense pas que ça menace l’existence de la SAQ. L’idée d’une privatisation de la SAQ : ce n’est pas de ça qu’on parle».

M. Couillard a toutefois tenu à préciser qu'il n'est pas question de privatiser la société d'État, mais plutôt vouloir ouvrir la porte à la concurrence afin d'offrir plus de choix aux consommateurs.

Le Parti libéral rejoint ainsi la position de la Coalition avenir Québec qui promet, elle aussi, une libéralisation du commerce du vin au Québec.

De leurs côtés, le Parti Québécois et Québec Solidaire ont adopté une position doctrinaire et ne veulent pas toucher au monopole de la SAQ.

Il faut dire ici que la SAQ n'a pas le monopole total de la vente d'alcool au Québec. Le marché de la bière est libre et ça fonctionne très bien. De plus, la SAQ a perdu l'an dernier le monopole du vin québécois qui connait depuis un regain de vitalité.

Tous les derniers sondages indiquaient que la grande majorité des Québécois est favorable à la libéralisation du marché du vin au Québec.

__________

SAQ: Couillard ouvert à «une certaine concurrence», Marco Bélair-Cirino, Le Devoir.
Campagne électorale: Couillard proposera la fin du monopole de la SAQ, Patrick Bellerose, Le Journal de Montréal.

Voir aussi notre éditorial du 2 juin sur ce sujet.

Voir à ce sujet aussi l'entrevue de Sébastien Bovet avec Frédéric Laurin à RDI (7 min 26).