Sulfites : un grand mensonge ?

On entend souvent dire et — on lit souvent — que les sulfites contenus dans le vin sont dangereux pour la santé. Toutefois, je n'ai pas trouvé une seule étude scientifique prouvant que les sulfites dans le vin puissent causer des problèmes de santé!

Est-ce une légende urbaine?
Il n'a donc jamais été prouvé que les sulfites contenus dans le vin sont la cause principale et générale de malaises, ou de ce que l'on appelle intolérance au vin ou allergie au vin.

On a observé que des gens ont quelquefois des malaises subits et brefs en consommant du vin. Ça peut être un bref et surprenant mal de tête; une sensation subite de chaleur, des rougeurs; un écoulement nasal; une sensation de malaise...

On attribue cela aux sulfites. Mais pourquoi? Puisqu’aucune étude ne l'a démontré. Ce ne seraient donc que des soupçons!

Les seules études que j'ai trouvées sur le sujet disent plutôt le contraire. C'est le cas de l'étude Valley, Thompson et Misso (Australie 2001) qui a démontré que le soufre dans le vin n'était pas responsable de la plupart des réactions. (www.allergique.org)(Clinical and experimental allergy)

On mentionne les dangers des sulfites dans le vin dans de nombreux livres et articles, mais sans jamais cité de sources scientifiques. Ces auteurs croient aveuglément les auteurs qu'ils ont lus et répètent ad nauseam les mêmes choses sans preuve.

On ne peut nier les malaises occasionnels lors de consommation de vin; mais on ne peut pas affirmer qu'ils sont causés par les sulfites à moins de preuves contraires.

Malgré toutes mes recherches, je n'ai pas trouvé d'études scientifiques prouvant que les sulfites étaient la cause principale des malaises occasionnels causés par le vin.

Alors, si vous connaissez une étude scientifique démontrant que les sulfites contenus dans le vin sont la cause de ces malaises s'il vous plait, faites-le-moi savoir à info@vinquebec.com.

Vous pouvez aussi participer à la discussion sur ce sujet dans Facebook.

Le responsable de ces malaises serait plutôt l'éthanal.