Non au boycottage du vin australien

Des citoyens du Québec lancent un appel au boycottage du vin australien. Le journal LeDevoir publie ce matin une lettre d’opinion intitulée «Boycottons les vins australiens», signée par M. Jean-Pierre Martel.

M. Martel reproche à l’Australie de se plaindre à l’Organisation mondiale du commerce que le Canada ne respecte pas ses obligations internationales signées lors de l’accord du GATT. Cet appel au boycott est aussi lancé par plusieurs québécois dans les réseaux sociaux.

L’Australie voudrait avoir les mêmes droits que les producteurs du Québec, de l’Ontario, de la Nouvelle-Écosse et de la Colombie-Britannique.

Le Canada a déjà accepté pour la Colombie-Britannique en signant deux traités avec l'Australie et les États-Unis. Les vins étrangers y auront les mêmes droits que les vins locaux. Mais il n’y a pas encore d’accord pour les autres provinces.

L’accord du GATT dit, entre autres, ceci:
« 1. Tous avantages, faveurs, privilèges ou immunités accordés par une partie contractante à un produit originaire ou à destination de tout autre pays seront, immédiatement et sans condition, étendus à tout produit similaire originaire ou à destination du territoire de toutes les autres parties contractantes.» (GATT III)

Les provinces canadiennes ne respecteraient pas cet accord selon l’Australie qui est appuyée par la plupart des pays producteurs de vins dont ceux de l’Union européenne.

Au Québec, par exemple, seuls les vins embouteillés dans la province peuvent être vendus dans les supermarchés, épiceries et dépanneurs.

De plus, les vins québécois ne paient pas la marge de la SAQ; alors que les autres y sont soumis.

L’Australie, l’Europe, le Chili, l'Argentine, les États-Unis et autres veulent la réciprocité. Le Canada a le droit de commercer librement son whisky canadien, son gin québécois, son sirop d’érable et autres dans ces pays; alors ces derniers veulent avoir le même droit.

Le Canada devra donc vraisemblablement répondre favorablement à cette demande ou faire un compromis et proposer quelque chose d’autre en échange.

__________