De grands barolos et de grands vins de Bourgogne

Le Grand Jury européen a mené d’autres belles dégustations en décembre.
Ces membres nous révèlent les résultats de deux dégustations du millésime 1999 : les grands barolos et les grands bourgognes.

Parmi les 57 barolos, ceux qui ont obtenu la faveur des dégustateurs, sont de Mauro Veglio, Fantino Conterno, Enzo Boglietti, Monti, Clerico, Michele Chiarlo et Parusso, qui ont tous obtenu une note moyenne de plus de 93.

«Ce sont les terroirs qui ont parlé, bien plus que la soi-disant catégorisation entre ‘modernistes' et 'classiques'.

Certes, certains vins ont encore des boisés marqués et doivent songer à mesurer une richesse trop opulente.

On doit encaver ces 1999 : ce sont de superbes définitions de l’appellation, des terroirs, des styles, des vignerons travaillant avec passion le cépage nebbiolo, aussi fascinant que le pinot noir. »

Parmi les pinots de Bougogne, dégustés la veille, les plus appréciés furent : Vogeot de Denis Mortet, Échezeaux de Jayer, Richebourg de Gros Frère et Sœur, Échezeaux de Jacques Prieur et Grands Échezeaux de Gros Frère et Sœur.

« Ce fut une session de pure émotion. Une sorte d’apothéose de ce que la Bourgogne fait de mieux.

On notera également les superbes positions des vins de Gros Frère et Soeur, ainsi que les rangs obtenus par des grands crus généralement de facture plus classique, moins voluptueux, comme les Echezeaux, Richebourg, Clos de la Roche, Bonnes-Mares et Musigny. »

Bourgogne 1997
Le mois précédent, ils avaient mené une dégustation de bourgogne 1997, et trois vins de Denis Mortet avaient obtenu les premières places devant le Clos de Tart.

«Les vins de Denis Mortet trustent les premières places, avec des «villages» devant des premiers et des grands crus ! Si les puristes font la fine bouche devant les qualités et les plaisirs distillés par ces vins, le GJE confirme son enthousiasme pour ce Domaine qui a si bien réussi à extraire de l’exigeant pinot noir, ce qu’il peut donner de meilleur sur la somptueuse et riche commune de Gevrey-Chambertin.

On est également heureux de la place du Clos de Tart et de La Tâche qui, normalement, dans leurs jeunes années, sont plutôt des vins réservés, ayant une forte minéralité et une finesse rare.

In fine, on reste un peu déçu dans cette phase d’évolution des 1997 par des petits défauts d’élevage qui, parfois, pénalisent fortement la moyenne des points obtenus. »

Certains « grands vins » ont en effet obtenu des notes très basses.

Voir le détail des résultats sur le site du Grand Jury Européen Grand Jury Européen