Les Grands Chênes, un petit bordeaux parmi les grands crus

GJEIl est toujours intéressant de constater lors de dégustations à l'aveugle que de «petits vins» se classent mieux que des premiers crus.

C'est ce que constatent encore les membres du Grand Jury Européen qui ont classé 4e un simple cru bourgeois du Médoc de 26 $, Les Grands Chênes, devant les grands Mouton Rothschild, Valandraud, Lafite et Montrose qui se vendent 10 à 20 fois plus cher.

«15 dégustateurs de haut niveau, dégustant à l’aveugle, ne peuvent pas se tromper ensemble, au même moment, au même endroit, sur un même vin», comme l'écrit l'auteur du rapport de dégustation.

Plus de 200 vins ont été dégustés. Pape-Clément arrive bon premier avec Angélus et Ausone, suivi de Les Grands Chênes, Léoville-Poyferré, Pavie er Pavie-Macquin.

Mouton est en 11e, Valandraud 20e avec La Lagune, Latour 29e, Lafite 36e, Pichon Contesse 40e, Montrose 45e, Sociando Mallet 64e et Margaux 73e.

Magrez et Rolland
Bernard Magrez voit trois de ses vins bien classés, en plus du Pape-Clément (1er), il est l'auteur du Grands Chênes (4e) et de La Tour Carnet (11e). «Voilà une vraie découverte qui ne serait jamais à ce niveau dans n’importe quelle dégustation avec étiquette.» M. Magrez est conseiller par nul autre que le grand oenologue Michel Rolland. Il est propriétaire de 35 vignobles, dont 21 à Bordeaux.

En parlant du Pape-Clément on lit: «Ce cru de l’aoc pessac-léognan est une certaine perfection dans l’alliance subtile qu’il développe entre une structure de grande classe, une palette aromatique complexe, des tanins fins et fondus, et une finale longue et équilibrée, sans dominante de bois ou d’alcool. L’exemple parfait d’un vin de dégustation et de compagnon des mets les plus délicats. On n’a pas besoin d’être plus de deux pour honorer une telle bouteille.»

2004 mieux réussi en rive droite
Les vins de la rive droite font plus belle figure que ceux de la rive gauche «en ce qui concerne la rive gauche, beaucoup de crus étaient bien plus fermés que leurs collègues de la rive droite, particulièrement des vins faisant partie du haut du tableau de la classification de 1855. Il est évident, particulièrement dans leur cas, que la magie du temps va encore opérer et que dans quelques années, ces crus célébrissimes retrouveront leur véritable rang, comme l’ont démontré toutes les sessions du GJE dédiées aux millésimes ''mûrs''.»

2004 pas un millésime de garde
L'auteur note que le «pour le millésime 2004 à Bordeaux, il est également de notoriété publique que c’est un millésime qui sera globalement consommé dans les 3 à 5 prochaines années car il n’a pas - à juste titre - un grand potentiel de vieillissement, à quelques exceptions près. 2004 n’est pas un vin de garde, et donc ces résultats du GJE sont particulièrement pertinents pour ceux qui cherchent de bons vins à boire dans les années à venir, soit la grande majorité des amateurs.»

Donc, plusieurs vins moins réputés et surtout moins chers se classent parmi les grands. Quelques noms: D'Aiguilhe, Jaugueyron, Sénéjac, Belle-Vue, Clément-Pichon, d’Agassac, Paloumey, Cambon la Pelouse, Karolus, Mille-Roses, Domaine de l’A, Le Pin Beau Soleil, Clos de l’Oratoire, Jean Faure, La Tour Seran et Rollan de By.

Les jurés
De grands noms parmi les dégustateurs: Bernard Burtschy, Luciano Sandrone, irk van der Niepoort, Andreas Larsson, Pauline Vauthier, J.L. Thunevin et Stéphane Derenoncourt. 

La leçon de tout cela
Il ne sert à rien d'acheter de grands crus de Bordeaux à 100-900 $ si c'est pour les consommer dans les trois ou quatre ans de la récolte, car personne – même les plus grands dégustateurs – ne peut voir la différence avec un «petit bordeaux» de 25-50 $.

 Des vins à venir
Le Château Les Grands Chênes 2004 devrait arriver au printemps prochain au Québec, le 2003 a été très bien noté à Vin Québec. Les Karolus (55 $), Haut-Carles  (45 $), Clos de l'Oratoire (69 $) et d'Aiguilhe (48 $) devraient être en Ontario en mai prochain, Le Cambon la Pelouse (32 $) en mars; Fontenil (40 $) en septembre. Nous vous en informerons dans ces pages. Les prix sont pour les millésimes 2003.

 Consultez le rapport de dégustation du Grand Jury européen sur le site www.grandjuryeuropeen.com.
À voir: le site de Bernard Magrez  www.bernard-magrez.com

15/20 dans les guides
Il est intéressant de constater que le Château Les Grands Chênes 2004 n'obtient qu'une note de 15/20 dans le dernier guide (2008) Bettane et Desseauve, et 15,5 dans le guide 2008 de la RVF. Pourtant, il obtient la quatrième meilleure note – 89,98/100 – au GJE. Est-ce que la dégustation à l'aveugle peut expliquer la différence?

Robert Parker lui donne 88-90, loin derrière le Latour à 95/100. À lire aussi les notes de dégustation de ce vin sur le ce blogue.

Dans le millésime 2001, Les Grands Chènes avait obtenu la première place lors d'une comparative Bordeaux-Californie du GJE menée en 2005.

Si vous voulez goûter des bordeaux 2004, participez à la dégustation du 26 septembre à L'Académie du vin de l'Outaouais.

Dernières modifications: 16 septembre