Guado al Tasso 2003

Un supertoscan irrésistible, tout en jeunesse, riche, tannique, fruité, ample, d'un bel équilibre. Le boisé est présent, mais pas trop marqué.

C'est un vin encore très jeune et à mettre en cave afin de le revoir dans deux ans lorsque ses tanins et son boisé se seront un peu assouplis. Le vin pourra ensuite continuer à s'améliorer en vieillissant une bonne dizaine d'années. Il est actuellement disponible à la SAQ (80 $ - 977256) et en magnum à la LCBO (199 $ - 986562)

Sa richesse tannique en fait un bon compagnon des viandes de boeuf, d'agneau et de lapin bien relevées de sauces au poivre ou aux tomates séchées.

Le Guado al Tasso est un vin qui vieillit très bien. Le 1998 est encore bien costaud avec ses beaux tanins fermes. Il s'est maintenant ouvert sur de jolis aromes de cuir.

Le 1999 est toujours opaque. Il est d'un beau fruité coulant. C'est riche, succulent et très différent du '98.

Le 2000 est plus expressif, exubérant même, avec son bouquet de tabac, de terre et de champignon. C'est séveux, chaleureux, au boisé fin, et d'une grande persistance en bouche.

Le 2001 montre une belle richesse, des saveurs de cuir, une masse de beaux tanins. C'est très expressif. Une texture large, beaucoup de matière. Un délice. (69 $ en Alberta, 82 $ à la LCBO, 83 $ à Terre-Neuve et 90 $ en Colombie-Britannique.)

En 2002, on n'a pas produit de vin sous cette marque, la saison a été très mauvaise, on a plutôt mis une partie de la production sous une nouvelle marque Il Bruciato qui signifie «le brûlé». Puis en 2004, on a repris cette étiquette pour en faire le deuxième vin du Guado al Tasso.

Le 2004 qui arrivera en mars est encore bien refermé sur lui-même et marqué par le bois.

Piero AntinoriLe marquis Piero Antinori est très fier de son Guado al Tasso. Lors d'une présentation à la presse à Montréal cette semaine, il nous dit que «le plus important c'est de produire un vin équilibré.»

Cette appellation Bolgheri est une «appellation émergente, elle n'a pas d'histoire, pas de cépages historiques. C'est Sassicaia qui a amené sa création. C'est une petite appellation de 1000 hectares d'assez haute qualité et d'une certaine homogénéité», nous dit le marquis dans un bon français digne de ces nobles d'Italie.

Piero Antinori qui voit personnellement à l'assemblage de tous ses vins a commencé à faire le Guado al Tasso en 1990. «Il est généralement composé de 60-70 % de cabernet sauvignon, de 20 à 30 % de merlot auquel on ajoute un peu de syrah et de cabernet franc. Ce dernier cépage est en hausse dans l'assemblage.»

La région de Bolgheri sur la côte de Toscane bénéficie d'un climat doux. L'été est rafraîchi par un vent de la mer durant le jour et un autre en provenance des collines de l'est durant la nuit.

L'équipe de M. Antinori a fait de nombreux essais dans le vignoble pour améliorer le vin. «On a essayé d'augmenter la densité à 10 000 plants de vigne à l'hectare, un plant par un mètre sur un mètre, mais ce n'était pas l'idéal. On est maintenant redescendu à 5000-6000 plants. Ce qui permet une meilleure circulation de l'air. Un plant de vigne nous donne donc une bouteille de vin.»

La maison Antinori produit une vaste gamme de vin allant des Campogrande et Santa Cristina à moins de 15 $ aux grands Tignanello et Solia à 100 $ et plus. Ces deux derniers seront disponibles dans le millésime 2004 le 8 novembre. J'en parlerai à ce moment-là.

Il y a une vingtaine de produits Antinori à la SAQ.

Pour en savoir plus sur les supertoscans...

4 étoiles
Prix: 
80,00 $
Année: 
2003