Le trafic du beaujolais

Le beaujolais n'a déjà pas très bonne réputation, voici qu'un autre scandale secoue l'appellation.

De nombreux producteurs sucrent leur moût pour en augmenter la proportion en alcool. Selon le journal Libération, la quantité de sucre achetée illégalement était telle qu'elle aurait pu permettre de chaptaliser le tiers des bouteilles de vin produites en Beaujolais.

Dans cette région, les producteurs ont déjà le droit d'ajouter du sucre pour accroître le taux d'alcool de 2 degrés pour atteindre les 12,5. La limite est de 17 grammes par litre de moût. Ce ne serait pas suffisant pour certains. Plus de 600 tonnes de sucre acheté illégalement hors du département auraient été écoulées chez les vinificateurs notamment pour les millésimes 2004 et 2005.

Quatre trafiquants ont été arrêtés début décembre. Dans leurs carnets de livraison, les policiers ont trouvé les noms d'une centaine de personnes, de producteurs. Des caves coopératives seraient aussi impliquées dans cette combine.

Ces personnes et entreprises pourraient être accusées de falsification de produit.

Un retraité de 73 ans est soupçonné de mener ce trafic depuis 1998.

Il y a 3200 domaines viticoles en Beaujolais. Le groupe Inter-Beaujolais qui représente les producteurs de la région «déplore l’impact très négatif que de telles pratiques pourraient avoir sur l’image de la région et de ses vins.»