Aviner, aviné et enviné

Aviner un verre, le verre est aviné ou enviné!

Est-ce qu'on dit aviner le verre ou enviner le verre?

C'est l'action de verser une petite quantité de vin dans le verre et la carafe afin de leur enlever les goûts de carton, de poussière, d'armoire ou de linge à vaisselle.

On lit que cette action s'appelle aviner le verre. Toutefois, des auteurs (Jutras, Dupont, Broggi-Praz) nous demandent de dire plutôt enviner le verre. Malheureusement, aucun d'eux ne donne ses sources. 

Je n'ai pu trouver aucun dictionnaire qui atteste cet usage. Le Littré écrit plutôt qu'enviner veut dire garnir de vigne. Malheureusement, le Dictionnaire de la langue du vin de M. Cloutier ainsi que Le dictionnaire de la vigne et du vin de J. Blouin ne mentionnent aucun de ces termes. Toutefois, mes recherches m'ont fait découvrir le verbe aviner et les adjectifs enviné (vieux) et aviné. C'est possiblement de là que vient la confusion : un verbe et deux adjectifs.

Aviner
verbe trans.
I.− Emploi trans., VITIC. Imbiber de vin chaud un récipient neuf destiné à contenir du vin, pour lui faire perdre le goût du bois. Aviner des cuves, des tonneaux (Lar. 19e).
II.− Emploi pronom. S'aviner. Être imbibé de vin. (CNRTL)

Imbiber de vin. Aviner une cuve, un tonneau. (Littré

Action qui consiste à rincer un verre avec du vin avant la dégustation pour éliminer toute odeur ou saveur parasite. On avine aussi la bouche par la première gorgée de vin que l’on fait circuler soigneusement dans toute la cavité buccale. (Site officiel des vins de Bourgogne)

Imbiber de vin un fût ou rincer un verre de vin avant de le remplir.
Aviner un fût le débarrasse de toute odeur parasite s'il n'est pas neuf ou chasse l'eau de rinçage s'il est neuf. On avine un verre lorsqu'il se semble pas aromatiquement neutre. 2000 mots du vin, Michel Dovaz, Hachette. 2004.

Aviné
adj.
A.− [En parlant d'un objet : futaille, tonneau] Qui est imbibé de vin :
1. Bientôt une outre au col allongé, au cuir noirci et aviné, circula parmi les convives.
Sue (Lar. 19e, 1866).
B.− P. ext. [En parlant d'une pers., d'un de ses attributs, ou de son comportement] Qui est en état d'ivresse ou troublé par l'ivresse. (CNRTL)

Imbibé de vin. Tonneau aviné, futailles avinées. (Littré)

Un verre est aviné quand il a été rincé avec quelques gouttes du vin que l'on s'apprête à boire. (Michel Phaneuf)

Enviné
adj.
Vieux
A.− Qui est imprégné de vin, qui a pris son odeur. Synon. aviné (v. ce mot A). Cruche envinée (Littré); fût enviné (Rob. Suppl. 1970). 
Rem. Seul sens attesté ds Ac. 1835, 1878, Littré, Rob. Suppl. 1970.
B.− [En parlant d'une pers., d'un de ses attributs ou de son comportement] Qui est en état d'ivresse, qui manifeste cet état. Synon. aviné (v. ce mot B). (CNRTL)

Se dit d'un vase qui a pris l'odeur du vin. (Dict. Académie française)

Enviner 
vt
Garnir de vignes (Littré)

Donc, si je comprends bien, on avine le verre et ce verre est ainsi aviné ou enviné.