Le vin naturel, le vin bio

Le vin naturel à l'émission Le magazine de la rédaction de la radio France Culture.

Plusieurs sujets sont abordés : le soufre dans le vin, le vin le plus naturel possible, le vin à l'ancienne, la macération carbonique en grappe entière, la réforme du bio, le vin bio n'existe pas encore, les nouveaux règlements, les goûts, etc.

Écoutez entre autres Marcel Lapierre dans le Beaujolais qui prépare du vin sans SO2 ajouté qui partira pour le Québec.

«Je ne pouvais plus boire le vin que j'avais appris à faire à l'école... je me suis remis à cultiver les vignes à l'ancienne... au Chili on gomme les effets du millésime, on acidifie, on désacidifie...c'est un peu comme le fromage industriel et le fromage au lait cru.»

Bruno Schueller, Husseren-les-Châteaux, Alsace «Le comité de dégustation à l'italienne, c'est le meilleur jury : la première bouteille qui se vide, c'est la meilleure; pas nécessairement celle dont on parle le plus... vinifier sans produits chimiques... on voit plus de bulles, moins de vins tranquilles...des vins sans soufre qui ont dix ans et qui sont superbes, on ouvre la bouteille et le vin reste bon 15 jours.»

François Morel, auteur du livre  Le vin au naturel, et rédacteur en chef de la revue Le Rouge & Le Blanc.  «Depuis les années 20 ou 30 il y a des gens qui se posent de sérieuses questions sur la qualité des vins, la baisse de qualité les inquiétait pour leur propre survie. Dans les années 50-60, on arrive au fond du trou avec l'époque triomphante des produits chimiques... alors, c'est le constat évident de faillite, c'est plus possible vers la fin des années 70-80...

Ce n'est pas une mode, mais une préoccupation... Des goûts vont primer avec les commissions d'agréments, des goûts dominants, des vins dits bizarres seront exclus de l'appellation. Ils seront déclassés en vin de table à la condition qu'ils n'aient pas été chaptalisés. Les vins d'appellation ont le droit d'être chaptalisés, mais pas les vins de table, c'est quand même assez formidable. Il y a des critères plus sévères pour les vins de table que pour les vins d'appellation...

Ça peut donner des vins monolithiques, vous en goûtez un, deux ou trois, ce sont tous les mêmes.

Avec le nouveau système d'appellation, on est un peu perdu, on n'applique pas les mêmes règles partout.

On peut choisir la couleur de l'auto, à la condition qu'elle soit noire, on a un peu ça dans le vin... La Loi n'est pas mon souci principal, c'est le vin qui m'intéresse.»

La réforme du vin bio, le président des Vignerons indépendant «On doit proscrire les techniques qui tuent le vivant, les levures, les bactéries...»

Une émission radio très intéressante de 44 minutes.

Écoutez sur le site de France Culture...