Les champagnes André et Jacques Beaufort

Une très belle découverte au salon Millésimes bio, les champagnes du domaine André et Jacques Beaufort.

Je ne suis pas un inconditionnel des pétillants. Plusieurs me semblent d'ailleurs trop pétillants. Leurs bulles sont souvent très agressives, l'acidité exacerbée et de trop nombreux champagnes goûtent la même chose, soit la pâtisserie, la brioche. Cette saveur serait due à une levure largement utilisée dans la région. Plusieurs aussi semblent goûter la liqueur d'expédition.

C'est avec ces appréhensions que j'ai abordé Jacques Beaufort au salon Millésime Bio fin janvier à Montpellier.

Il était derrière une petite table avec deux cuves de glace remplie de bouteilles. Le premier verre qu'il nous présente contient bien peu de bulles. C'est tout en finesse, élégant et léger. Bon, voilà nous avons goûté. Merci beaucoup. «Non, ce n'est pas tout, Je fais deux champagnes: le Polisy et l'Ambonnay.» Bon, goûtons l'autre. Encore meilleur, plus de bulles, mais toujours discrettes. Elles soutiennent le fruit au lieu de l'écraser. Puis a suivi un grand nombre d'autres bouteilles de champagne brut des deux domaines Polisy et du grand cru Ambonnay. Je lui dis merci et lui tends la main pour lui dire bonjour. Il me dit «vous ne voulez pas en goûter d'autres!?» Il y en a d'autres! Généreux, il nous fait alors goûter plusieurs millésimes de ses demi-secs des deux vignobles. Plus riches et plus costaud à cause du sucre. Tous très bons, je suis ébloui.

Du champagne bio, ce n'est pas très courant dans cette région bien chimique. Il n'y a pas si longtemps, on y étendait les déchets de Paris en guise d'engrais jusqu'à ce qu'on se rende compte que c'était toxique!

Jacques Beaufort est bio par nécessité. «À la suite d'allergies, en 1969, causées par l'emploi de produits chimiques de synthèse, nous avons dû rechercher d'autres traitements pour nos vignes en préservant notre santé. C'est pourquoi, depuis 1971, nous cultivons nos vignes en protégeant l'environnement dont nous faisons partie.»

«C'est pourquoi, depuis 1974, nous expérimentons les huiles essentielles qui limitent l'évolution des champignons parasites, et depuis 1980, nous explorons le domaine de l'homéopathie. Mais il faut bien avouer que dans certaines années difficiles au plan climatique, la nature se montre maître chez elle.»

M. Beaufort suggère de ne pas boire ses champagnes froids, «ne les frappez pas, "cela casse" la mousse et cache les bons bouquets de nos vins.» Il recommande plutôt de les servir comme les grands vins blancs à 10-12 degrés.

Les champagnes Ambonnay et Polisy du Domaine A&J Beaufort sont distribués en importation privée au Québec par l'agence Raisonnance.

Site du domaine champagnebeaufort.com