Les pharmaciens contre le vin en France

Si l'on en croit le rédacteur en chef de la Revue du vin de France, les nombreuses campagnes contre le vin dans son pays sont l'oeuvre des compagnies pharmaceutiques.

Denis Saverot affirme dans son dernier éditorial que le lobby des compagnies pharmaceutiques voit le vin comme un concurrent aux anxiolytiques, les médicaments contre l'anxiété.

Le monde viticole français a été secoué par des campagnes successives de démonisation du vin au cours des deux dernières années. On a dit qu'il est cancérigène, puis dangereux après un seul verre.

M. Saverot parle de «dénigrement répété du vin par les pouvoirs publics.» La dernière campagne anti vin a été lancée par la secrétaire d'État à la Santé qui décrète «pas plus de 21 verres par semaine pour un homme, 14 pour une femme».

Pourquoi 21 verres? Pourquoi pas 19 ou 25? «La secrétaire d'État n'a su donner aucune explication.» Mme Nora Berra a reconnu ne jamais boire de vin.

La RVF dit que Mme Berra a travaillé pendant dix ans pour l'industrie pharmaceutique, comme l'ancienne ministre de la Santé Roselyne Bachelot. Le journaliste ajoute que beaucoup de membres des cabinets des ministres sont recasés dans les entreprises pharmaceutiques.

Un lobbying infernal dit Denis Saverot. «Ce système est infernal. Parce que les laboratoires sont riches, ils infiltrent et financent le personnel politique pour défendre leurs intérêts. Or à leurs yeux, le verre de vin partagé le soir, entre amis, reste le grand concurrent de leurs anxiolytiques. Pour garder la main sur un marché d'autant plus lucratif qu'il est remboursé par la Sécurité sociale, ils poussent l'État à multiplier les campagnes contre le vin.»

L'éditorial s'intitule Un verre sur ordonnance. Vous pouvez le lire ici.

Il semble que 15 % des hommes de 40 ans et plus consomment plus de trois verres par jour en France. C'était 25 %, il y a cinq ans. (Le Figaro). Mme Bera dit «qu'au-delà de 3 verres par jour, ils sont en danger ! Quant aux femmes, elles ne doivent pas dépasser deux verres par jour.»  Dans son discours, Mme Bera ne dit pas de quelle quantité sont ces verres, mais on peut supposer que ce sont des verres de 100 ml de vin à 12° (à 14,5° ce sera 80 ml).