La hausse du taux d'alcool dans le vin n'est pas due au réchauffement climatique

La hausse du taux d'alcool dans le vin est le résultat de la main de l'homme.
C'est la conclusion d'une étude menée par l'American Association of Wine Economists.

Les chercheurs ont analysé les hausses de température observée dans plusieurs pays du monde au cours des dernières années et en viennent à la conclusion qu'elles sont insuffisantes pour expliquer les fortes hausses du taux d'alcool dans le vin.

Selon les chercheurs, les hausses de taux d'alcool dans le vin varient d'une région à l'autre et sont surtout fortes dans les pays du Nouveau Monde. La hausse de température a un léger effet «Some, but not much» sur cette hausse. Ce haut taux d'alcool est plutôt le résultat de la volonté humaine, «our findings lead us to think that the rise in alcohol content of wine is primarily man-made

Les auteurs se basent sur une étude de la LCBO (monopole de l'importation du vin en Ontario) qui a analysé 129 000 vins de plusieurs pays sur 18 ans (1992 à 2009).

Entre autres, la LCBO a analysé les taux de sucre des raisins californiens et les taux d'alcool de tous les vins californiens importés et conclue que les changements climatiques n'ont pas grand-chose à voir avec la hausse des taux de sucre et d'alcool dans le vin «that climate change does not appear to account for much of the recent increase in sugar content of grapes or in the alcohol content of wine in California». De plus, la LCBO note que les taux d'alcool indiqués par les producteurs américains ne disent pas la vérité «the label claims about the alcohol content of wine exhibit systematic errors

Les économistes californiens ont retenu les données de 91 000 vins analysés par la LCBO, après avoir exclu les vins allemands et les vins de desserts. Puis, ils ont obtenu les chiffres des variations climatiques de chaque région viticole du monde et ont comparé les deux types de données.

Leurs conclusions : le changement climatique n'est pas le facteur principal expliquant la hausse régulière et systématique du taux d'alcool dans le vin «For now we must conclude that climate change has not been the main factor driving the steady, systematic, and pervasive rise in the alcohol content of wine

Donc, il faut chercher ailleurs l'explication de la hausse du taux d'alcool dans le vin; soit du côté des modes de production, des désirs des producteurs, des préférences des consommateurs, des notes des experts...

Oui, les notes des experts! C'est du moins ce qu'affirme le chroniqueur vin du magazine internet Slate, Mike Steinberger, qui dit que Robert Parker est en grande partie responsable de la hausse du taux d'alcool dans le vin. (Les vins supportent-ils bien l'alcool?)

  Splendide Mendax: False label claims about high and rising alcohol content of wine, American Association of Wine Economists, Julian M. Laston et al.