Soif, bar à vin de Véronique Rivest

La grande sommelière, championne du monde, Véronique Rivest a ouvert un bar à vin dans sa région.
Soif, sur Montclam à Hull, Gatineau.

C'est un rêve qu'elle caressait depuis longtemps.
Véronique est une collègue et une amie. Je suis allé lui rendre visite avec des amis mercredi soir.

L'endroit est bondé. Il vaut mieux réserver. L'accueil est sympathique. Le personnel est courtois, serviable, connaisseur, disponible, proactif. C'est vraiment plaisant.

La carte des vins invite à la découverte. Peu de gros bordeaux et bourgognes, californiens ou australiens, mais plutôt des vins fins, élégants, souples et originaux, les vins que préfère Véronique.

Plus de 100 vins, près de la moitié disponible au verre. Des verres de 2 onces (56 ml) de 4,50 $ à 9 $ et de 4 onces (113 ml) de 7,50 $ à 13 $.

À la bouteille, la plupart sont entre 49 $ et 71 $. La maison applique un multiple de 2 + 5 $.
Beaucoup de vins sont bio et certains sont dits naturels (sans soufre ajouté).

J'y ai goûté un surprenant païs du Chili, un beau carignan du Languedoc, un délicat poulsard du Jura, un original aliatico de Crête, un léger pinot de Corse, un rosé de Sicile déstabilisant, une petite douceur du Jurançon...

Donc, on peut s'éclater et aller dans des horizons peu connus. Il y a aussi des vins du Québec, de l'Ontario, de la Loire, d'Alsace, du Rhône, d'Italie...

La nourriture est au format tapas. On peut partager ou manger dans son coin. Il y a aussi des petits plats, le boudin à 11 $ est léger et fin, l'onglet de boeuf à 16 $ est consistant.

Les moins: le niveau sonore est élevé, les murs, plafonds et planchers en liège ne semblent pas absorber le bruit; de plus, il y fait chaud. Ces deux points peuvent être corrigés.

Donc, un endroit agréable, un choix magnifique de vins à découvrir pas trop chers, un personnel compétent et avenant. Le sourire et l'enthousiasme de Véronique. Je vais y retourner.
Unique en Outaouais et supérieur à des bars à vin de Montréal que j'ai visité.

Un plus, cet hiver:
Véronique et son équipe vont inviter des vignerons à venir présenter leurs vins aux nombreux amateurs de la région. Donc, de la belle visite!

Soif
Bar à vin
88 rue Montcalm
Hull, Gatineau,
819-600-7643
soifbaravin.ca
www.facebook.com/Soif.Gatineau

Pour juger un vin, il faut le boire

Juger un vin c'est dire s'il est correct, bon, très bon, excellent, exceptionnel ou mauvais.
Quoique plusieurs refusent de dire qu'un vin est mauvais!
Certains mettrons des étoiles, d'autres des 90, d'autres des 16 sur 20, d'autres seulement des mots.
 
Comment juge-t-on un vin?
Comme on juge, un plat, un restaurant, un film, une auto, un livre.
Le travail du critique de vin est comme celui du critique de film, de théâtre, de livre, de restaurant...
 
Il faut prendre connaissance du produit, l'essayer, l'analyser, le retourner dans tous les sens, se poser des questions à son sujet, réfléchir...
 
Peut-on juger un livre en lisant deux pages, juger un restaurant en y prenant la soupe, juger un film en voyant un extrait?
Non! Pourtant, nous jugeons souvent un vin après une seule gorgée!
 
Est-ce juste? Est-ce bien faire son travail?
Est-ce que le taux d'erreur n'est pas trop grand?
 
Pourtant les critiques de vin participent souvent à ces séances marathons où l'on déguste 10, 20, 30 vins; et plus encore dans les concours.
 
Je participe quelquefois à ces exercices. C'est commode, on peut faire le tour rapidement d'un grand nombre de vins et remplir notre calepin, notre guide, notre page de journal.
 
Mais souvent, après ces séances, nous regoûtons, ou plutôt buvons quelques-uns de ces vins à table et alors notre avis change. Le mieux coté nous déçoit à table; un autre moins bien noté se révèle meilleur!
 
Lors de ces séances, j'essaie souvent de prendre deux gorgées au lieu d'une. Mais est-ce suffisant?
 
Hier, j'ouvre une bouteille de mousseux. La première gorgée me semble agressive. La cote n'aurait pas été haute: une étoile. Mais je persiste, la deuxième est un peu plus agréable, mais encore pas deux étoiles. Plus tard, le vin s'est réchauffé dans le verre, les bulles et l'acidité sont moins agressives. Le fruité ressort, on monte à deux étoiles. Puis, on change de verre, on verse le contenant de la flute dans un verre plus grand, un verre de M. Ricardo; là le vin a plus d'éclat, il s'ouvre, il s'est réchauffé, il coule mieux, ce sera deux étoiles et demie. Il passe même l'étape de la table avec un plat de légumes.
 
Avant hier, c'est un rouge, de belle facture, je le note bien après la première gorgée recrachée, la deuxième encore mieux, puis je pousse le crachoir et je commence à le boire. Je me lasse, le vin me semble maintenant mou. Il perd des étoiles. De très bons (***) il passe à bon (**).
 
Un autre jour, un vin est meilleur après 10 minutes dans le verre à s'être réchauffé. Puis, c'est un autre qui est meilleur 15 minutes plus tard, il s'est aéré. Puis, c'est un autre qui sera meilleur après un retour quelques minutes au froid.
 
Un vin nous surprend pas ses arômes tellement expressifs, explosifs; mais quelques minutes plus tard, on le trouve trop gros, vulgaire, guidoune.
 
Dans les dégustations de groupe, les avis diffèrent plus au début lorsqu'on déguste qu'au bout de quelques minutes lorsque chacun des participants a bu les vins.
 
C'est souvent ainsi. Il y a donc quelque chose qui cloche dans notre désir de vouloir juger rapidement un ou des vins. Ce n'est peut-être pas très sérieux.
 
Toutefois, il faut admettre que si on devait boire un verre ou deux (80-150 ml) (j'en mets peu à la fois dans mon verre) de chaque vin que l'on veut juger, il deviendrait très difficile, sinon impossible de publier un guide du vin.
 
Alors que faire?
À la maison, dans mon bureau, à la cuisine; je déguste avec un crachoir, puis je bois les meilleurs et les très bons je les regoûte à table, puis souvent je redébouche une ou deux bouteilles de la veille ou de l'avant veille et les compare avec celle ou celles que j'ouvre aujourd'hui.
 
Bien sûr, il faut aussi participer à ces dégustations de 5-10 vins ou plus, mais peut-être à ces moments-là nous devrions le dire dans nos commentaires sur ces vins. Décrire le protocole serait probablement plus juste.
 
Un grand gourou de la dégustation à la SAQ, m'a déjà dit lors d'une semaine de dégustation de grands crus à Bordeaux que «c'est la première gorgée qui compte dans le jugement d'un vin». Je dirais plutôt que c'est la dernière gorgée qui compte dans le jugement d'un vin.
 
Pour bien juger un vin, il ne suffit pas d'en prendre une gorgée!
Il faut en prendre au moins un verre!

Le grand vin cher c'est 80 % d'image

«Un parfum c'est 98 % d'image», dit Philippe Warren, professeur de sociologie à l'Université Concordia de Montréal. (1)
 
Et si c'était la même chose pour le vin?
 
Comment faire la part d'illusion dans la description des grands vins à prix élevés?
 
Il y a des vins à 10 $, d'autres à 20 $, d'autres à 30 $, certains à 40 $, à 80 $, à 100 $, à 200 $; il y en a même à 500 $ et à 1000 $.
 
Quelle est la différence entre un vin à 20 $ et un autre à 100 $?
L'image. C'est l'image qu'on s'en fait qui justifie la différence.
 
Qu'est-ce que l'image du vin?
Comme pour le parfum, l'image du vin c'est la réputation, la célébrité, l'ostentatoire, la parure, l'estime, l'impression de luxe, le rêve, le désir, le fantasme, l'icône, l'élitisme et la mode.
C'est la représentation qu'on s'en fait. Ce n'est pas liquide, mais psychique, imaginaire.
 
Le coût de production des vins va de 1 à 20 $ la bouteille. Au-delà c'est l'image. 
 
C'est en gros la même chose pour le vin, pour le champagne, le porto... que pour le parfum.
 
Les propriétaires de grandes marques de Bordeaux et de Champagne l'on comprit. Ils construisent de grands châteaux, des chais luxueux et dépensent des fortunes en publicité et promotion. Ils travaillent sur l'image; à améliorer l'image du produit. Et souvent ça fonctionne.
 
Le producteur du Château Angelus compare même son vin à un foulard de luxe. Un foulard Hermès à plus de 200 $, un vin à un prix attrape-nigaud autrement dit.
 
La grandeur du stationnement et le luxe de la salle de dégustation font même partie des notes attribuées aux vins de Saint-Émilion qui méritent la mention «grand cru classé». (2)
 
Ainsi, si vous achetez un vin à 100 $, vous payer environ 80 $ pour l'image et 20 $ pour le contenu.
 
Vous déboursez 200 $ pour une bouteille de vin; 170 $ pour l'image et 30 $ pour le contenu.
Le grand cru de Bordeaux, de Bourgogne, de Californie, d'Australie ou d'ailleurs à 500 $ vous fait payer 460 $ pour l'image et environ 40 $ pour le contenu.
 
C'est l'image, la réputation du vin, du producteur, du millésime qui constituent la plus grande partie (70-90%) de la différence de prix entre un vin à 10-20 $ et un autre à 50 $ et plus.
 
Dans les dégustations à l'aveugle de vins de prix différents, souvent un tiers des participants vont préférer un des vins les moins chers, pour un autre tiers ce sera un des vins les plus chers, et pour les autres ce sera entre les deux.
 
Si l'on connait le prix du vin, alors son goût ne sera pas le même. La plupart des dégustateurs préféreront le plus cher. Il a déjà été démontré que le prix du vin influence la perception de son goût. (3)(4)
 
Le prix des vins, tout comme celui des parfums, est, au-delà d'un certain montant (50 $ la bouteille de 750 ml), constitué à plus ou moins 80 % de l'image qu'il projette ou de l'image qu'on s'en fait, ou encore de l'image que son acheteur veut projeter.
 
Autrement dit: au-delà de 50 $, on donne une fichue de bonne prime au vendeur.
 
N.B. Au répertoire de la Société des alcools du Québec, il y a actuellement 1100 vins (tranquilles et mousseux) à plus de 100 $ et 530 à moins de 15 $.
 
_______
(1) Cité par Stéphane Baillargeon, L’ombre d’une ombre, Le Devoir, 4 octobre.
 (Ce sont les propos de M. Warren qui ont inspiré cet article.)
(2) Saint-Émilion: questions pour un classement
(3) Le plaisir de déguster un vin influencé par son prix, Psychomedia

Sovrana Barbera d'Alba 2011

La barbera, un cépage qui donne des vins très agréables.
De belles saveurs de fruits noirs.
Jolie texture ample qui lui confère de la rondeur en bouche.
Une longue finale savoureuse.
Très bien. Servir frais 15-16 degrés. 
Cépage barbera. Vendanges manuelles. Région du Piémont.  De la maison Batasiolo. Alc. 14,5 %.
En ligne et dans une cinquantaine de magasins.
Accords suggérés par le producteur: «Antipasti, pasta e risotti, secondi piatti di carni bianche e rosse, formaggi di buona stagionatura. Per la delicatissima sensazione tannica può essere una piacevole sorpresa per accompagnare anche saporiti piatti a base di pesce.» (Hors-d'oeuvre, pâtes et risottos, viandes blanches et rouges, fromages matures. Sa texture délicate peu tannique peut aussi être une surprise agréable avec des plats savoureux à base de poisson.)
3 étoiles
Prix: 
21,80 $

Les meilleurs vins d'Espagne

La Société des alcools du Québec fait la promotion des vins d'Espagne demain samedi.
Elle offre un rabais de 10 % sur l'achat de trois bouteilles et plus.
Voici une liste des meilleurs vins d'Espagne commentés au cours des 200 derniers jours qui pourrait vous aider dans votre sélection.
Certains de ces vins (marqué d'un astérisque) sont aussi en rabais cette semaine.

En rouge

Castillo de Liria, Bobal shiraz, Valencia 2012 2,0  9,00$
Tocado 2013
2.0
 9,90$
Borsao Garnacha 2012   *
2,5 11,40$
Hoya de Cadenas Tempranillo 2009 2,5 12,95$
Luzon Organic 2013 3,0 16,50$
Blés 2011  *
3,0 13,95$
Paso a Paso 2012 *
3,0 16,50$
Corona de Aragón Reserva 2006 2,0 19,20$
Urban 2010 3,5 20,35$
Pittacum Bierzo 2008 3,0 20,85$
Dominio Basconcillos Roble 2011 3,0 24,35$
El Vinculo 2006 3,0 26,30$
Baron de Ley, Rioja, Gran Reserva 2007 4,0 30,50$
Pesquera 2010 3,5 32,50$
El Vinculo Reserva 2005 4,0 35,75$
Ijalba Reserva Selección especial 2005 3.5
54,50$

En blanc

Codorniu Clasico Brut 3,0 14,85$
Segura Viudas Reserva Cava Brut  *
3,0 14,05$
Genoli Viura 2013 3,0 15,35$
Codorníu seleccion Raventos Brut  *
2,5 15,75$
Viña Meín 2011 3,0 19,40$
Calcari 2012 3,0 19,20$
Finca Montico Rueda 2011 2,5 21,05$
Ijalba Maturana blanca, Rioja 2012 3,5 22,10$
Tondonia Lopez de Heredia Reserva 1999 4,0 47,00$

En rosé

Borsao rosé 2013 2,0 12,90$
Monasterio de Las Viñas rosé Garnacha 2013 2,5 14,05$

Les prix peuvent avoir changé.
* en rabais

Germano Ettore Hérzu 2011

Un riesling du Piedmont italien! 
Un vin d'une belle qualité au fruité frais. C'est sec, rafraichissant, sur une belle note minérale. Agréable et bien équilibré. Une belle découverte. 
5-6 grammes de sucres.
Dans moins de 20 succursales. 
3.5 étoiles
Prix: 
32,50 $

La Moussière Sancerre 2013

Un très beau sauvignon non herbacé, au joli nez floral.
Le fruité est fin sur de notes de pêche, la texture est de belle ampleur.
On a là un vin élégant. Le fruité et l'acidité sont en parfait équilibre.
Digeste.
Le vignoble est en biodynamie.
Alc. 13 %.
Le producteur Alphonse Mellot suggère de le servir de 10 à 12°C en apéritif ou pour la dégustation et 12 à 14°C en accompagnement de mets. «Tartare de poisson, mouclade à la Charentaise, brochet au beurre blanc, omelette aux girolles, langoustines rôties, truite meunière, brochet au safran, jambon braisé au vin blanc, tripes à la mode de Caen, gougères, crottins de Chavignol, pithiviers.»

Meilleur que le 2012 et du niveau des 2010 et 2009.
En ligne et dans près de 100 magasins.

3.5 étoiles
Prix: 
29,25 $

Tocado 2013

Il n'y a plus de 17 vins de moins de 10 $ au répertoire de la SAQ; alors qu'il y en avait 30 au début de l'année; plus de 60 en 2013; 90 en 2012 et 180 en 2009. (voir tableau)
Ce Tocado 2013 est juteux et succulent.
Du fruit en masse. De la belle qualité.
À l'ouverture, il a une petite note végétale, mais qui se dissipe à l'aération. 
Servir frais.
Cépage grenache. De la maison Borsao. Appellation Campo de Borja.
Capsule à vis.
Alc. 13,5 %.
Dans plus de 350 magasins.
2 étoiles
Prix: 
9,90 $

Domaine La Croix d'Aline 2012

Un saint-chinian opaque, riche, bourré de fruits et d'épices
Très expressif.
Finale délicieuse et très longue.
Syrah 60 % et grenache.
Vendanges manuelles. Éraflage de la Syrah et longue fermentation de 21 jours. Pour le Grenache, éraflage partiel, fermentation plus courte, 18 jours. Une partie des vins est élevée en fûts de chêne durant 12 mois. L’autre partie est élevée en cuve. Assemblages au printemps sur dégustation des cuves de cépages séparées.
Dans plus de 100 magasins.

3 étoiles
Prix: 
18,35 $

Predicador 2011

L'étiquette est bien simple: le mot predicador coiffé d'un vieux chapeau.
Un vin de la Rioja au nez discret.
La bouche est plus expressive. La texture est bien serrée, même un peu tendue sur des saveurs de fruits légèrement acidulés. C'est bien sec. Les tanins sont bien présents et bien enrobés, l'acidité est bien perceptible, notes de vanille en finale.
Aérez, carafez. 
Tempranillo 91% avec un peu de mazuelo (carignan).
Bodega Contador
Mettre en cave.
Alc. 14,5 %.
En ligne et dans moins de 20 magasins.
3 étoiles
Prix: 
36,25 $
Syndiquer le contenu