Clos Château Gaillard, Les Vieilles Vignes 2009

Il n'y a que quatre vins de cette appellation Touraine-Mesland à la SAQ.
Et dix de l'appellation Touraine.
Ce vin a de très beaux arômes de cabernet franc, d'humus, de terre humide, quelque chose qui rappelle les arômes des betteraves. J'aime!
La bouche est succulente. Le fruité abondant, les tanins ronds et de belle qualité. Le vin a du corps, du caractère et un certain tonus. Dans un millésime 2009 superbe.
Original et très bon.
Quatre hectares de vieilles vignes.
Un assemblage de cot noir (malbec) à 45 %, de cabernet franc à 35 % et de gamay à 20 %.
Sans collage, sans filtration.
Servez frais à 14 degrés sur les viandes mijotées. N'hésitez pas à le carafer.
En ligne et dans 77 magasins.

3 étoiles
Prix: 
20,30 $

Domaine Barmès-Buecher, Crémant d'Alsace Brut 2011

De belles bulles fines dans ce crémant d'Alsace.
C'est frais, plutôt sec, avec de belle saveurs de mie de pain, de biscuit.
L'acidité est contenue, sur la réserve. Les bulles sont délicates en bouche.
Assemblage: 42 % pinot gris, 36 % auxerrois, 12 % chardonnay, 8 % pinot blanc et 2 % pinot noir,
De la belle qualité.
Indiqué sec sur la contre-étiquette.
«Vendangé avec potentiel de 13º, bloqué à 11,7º par le froid pour laisser environ 22 g de sucre. Au printemps, mis en bouteille et ajout de pied de cuve pour la prise de mousse (donc naturelle) pour 6 à 9 mois, et ensuite sur lattes au minimum 16 mois. Au dégorgement, aucun ajout de liqueur, mais ajout de vin de pinot blanc pour compenser la perte. Sulfitage unique au 1er soutirage.»
En biodynamie.
Alc. 13 %.
En ligne et dans 88 magasins.

3 étoiles
Prix: 
25,30 $

Lema 2011

Domaine Roquemale
Je cherchais des vins pour un article sur les vins bio. Le site saq.com disait qu'il y en avait 6 dans la succursale «X». Après de longues recherches, on a trouvé la caisse au fond de l'entrepôt. L'employé m'a dit qu'elle était arrivée depuis mai et donc qu'elle était bien au fond de l'entrepôt du magasin.
Laisser ces caisses dans les arrières-magasins surchauffés des succursales de la SAQ n'est vraiment pas génial.
Le vin n'est pas particulièrement bon. Il goûte les fruits trop chauffés et le graphite. Est-ce qu'il est fait comme ça où bien s'il est oxydé par un séjour prolongé dans la pièce chaude?

Le site web de la SAQ indique qu'il en reste dans 46 magasins. Combien de caisses dans les arrière-boutiques?

Virage web à fond
Le président de la SAQ a dit à La Presse que «sur tous les produits qu'on a en vente, il y en a peut-être 1000 qui prennent la poussière. On n'a pas besoin d'avoir tout ça en magasin.» Donc, ce n'est pas un fait isolé. M. Alain Brunet, propose alors de mettre l'accent sur les ventes par internet. «Si on peut faire une offre virtuelle combinée avec moins de présence physique des produits, on peut augmenter l'offre.» Et réduire les coûts, je suppose.

Si vraiment M. Brunet fait ce qu'il dit, cela va transformer le travail de beaucoup de monde dans l'industrie du vin au Québec, en commençant par les employés du monopole et ceux des agences. Ce sera aussi tout un changement pour les clients.

La Presse écrit : «Faire les choses différemment, pour la SAQ, ça signifie prendre le virage web à fond. Dès le début de 2015, ses clients pourront faire leurs achats à la maison, à l'heure qui leur convient, les payer et passer en prendre livraison à leur succursale gratuitement si le total de leurs achats dépasse 75$.»

0.5 étoiles
Prix: 
26,80 $

La consommation de vin par habitant stagne au Québec

Alors que la consommation de vin par habitant augmente partout au Canada, elle stagne au Québec!

La consommation de vin par habitant de 15 ans et plus au Canada est maintenant de 17,4 litres, en hausse d'un demi-point par rapport à l'année précédente (années 2012 et 2013).

Au Québec, notre consommation est plus élevée que la moyenne à 23,4 litres, mais elle n'a pas bougé en deux ans.

En Colombie-Britannique, elle est de 20,2 litres en hausse de 3 dixièmes de point.
En Alberta, elle est de 18,5 litres, en hausse de 1,3 point. C'est l'Alberta qui a connu la plus forte hausse au cours de la dernière année. En fait, la croissance de la consommation de vin en Alberta a été la plus forte au Canada depuis 2009, passant de 15,9 à 18,5 litres par habitant de 15 ans et plus. Soit une hausse de 16 %. Pendant ce temps, la hausse au Québec et en Ontario a été de 9 %.

En Ontario, la consommation est de 15 litres de vin par habitant.
C'est 11 litres en Nouvelle-Écosse et à l'Île-du-Prince-Édouard.
Un peu plus de 10 litres au Nouveau-Brunswick et au Manitoba.
Finalement, c'est plus ou moins 9 litres en Saskatchewan et à Terre-Neuve.

En France, la consommation de vin par habitant de 15 ans et plus est de 54 litres; en Italie c'est 53 litres.

Des rabais à la SAQ

La série de rabais continue à la SAQ. La circulaire de promotion de novembre annonce plusieurs vins réduits jusqu'à 3,50 dollars.

Même des vins vedettes comme les Ménages à Trois, des vins de Ricardo et de Chartier sont réduits.

Sans oublier les beaujolais nouveaux de l'an dernier. Celui de Mommessin est encore disponible dans 64 magasins; celui de Duboeuf dans 37 et celui Jean-Paul Brun dans 41 succursales.

En tout, 188 vins sont en rabais actuellement.

Un 10 % de rabais sur l'ensemble des vins s'ajoutera à cela la semaine prochaine.

Pouilly-Fuissé Jean-Claude Boisset 2013

Très beau nez frais et invitant.
Fruité assez gras sur une belle note de beurre et de caramel fin.
C'est très long, savoureux et caressant.
Un très beau chardonnay.
Alc. 13 %
Un produit régulier.
En ligne et dans 159 magasins.
3.5 étoiles
Prix: 
24,95 $ à la SAQ | Réduit à 21,95 $ du 13 au 30 novembre.

Barolo, Batasiolo 2010

Nez fin de petits fruits, de baies sauvages.
Rouge pâle. Lorsqu'un vin rouge est pâle, on s'attend à avoir en bouche un vin léger. Ce n'est pas le cas ici. Ce n'est souvent pas le cas des barolos. En bouche, on reconnaît tout de suite le nebbiolo à ses petits tanins serrés, secs, pointus et bien expressifs sur un beau fruité juteux et fin.
La finale est longue sur les baies sauvages. La sensation tannique persiste longtemps et c'est bien agréable.
Pour accompagner les plats corsés, les gibiers, les viandes rouges.
Alc. 14 %.
Il y a 86 barolos à la SAQ, rares sont ceux en bas de 40 $. Celui-ci est une belle introduction aux barolos.
En ligne et dans 124 magasins.

3.5 étoiles
Prix: 
29,65 $ à la SAQ | Réduit à 26,65 $ jusqu'au 30 novembre.

Château de Maligny, 1er cru l'Homme Mort 2013

Nez fin, floral, fleurs blanches, délicat.
Bouche, ronde, nette, fruit élégant. Belle rondeur et belle acidité, complexe.
Se laisse boire, note de poire et de caramel fin, sur une sensation minérale. Il appelle les huîtres. 
Un très beau chardonnay vinifié en cuve. «Toujours en cuves thermorégulées et sans adjonction extérieure qui serait susceptible d'altérer le caractère naturel du vin issu de ce terroir si particulier.», écrit le producteur.
Dans 93 magasins.
3.5 étoiles
Prix: 
35,75 $

Peu de bois neuf à Chablis: une raison historique

Plusieurs vignerons de Chablis n'utilisent pas de barriques de bois neuf pour élaborer leurs vins. C'est le cas de Jean-Paul Durup et de son équipe du Château de Maligny.
 
M. Durup dit qu'il n'a pas besoin de bois pour produire un bon vin. Il veut conserver la fraîcheur, la minéralité conférées par les sols de son domaine.
Lors de son passage au pays, il nous a dit qu'il y avait des raisons historiques expliquant pourquoi on n'utilise pas traditionnellement des barriques neuves en Chablis.
 
«C'est que nous sommes près de Paris. Nos vins quittaient le domaine jusqu'à Auxerre en barriques embarquées sur des charettes, puis prenaient le bateau sur l'Yonne et la Seine. Les barriques revenaient. Donc, on utilisait toujours les mêmes barriques.
 
C'était le cas aussi pour les vignerons de Champagne. Par contre, ce n'était pas le cas pour les autres vignobles loin de Paris qui ne récupéraient pas leurs fûts parce ça revenait trop cher de les faire revenir. Ils devaient donc utiliser des barriques neuves à chaque fois. De plus, à cause des longues distances, leurs vins arrivaient souvent oxydés dans la capitale. Ce qui n'était pas le cas des vins de Chablis qui y arrivaient tous frais et pimpants, d'où leurs succès auprès des consommateurs.»
 
Voilà donc, dit-il une explication historique à la non-utilisation du bois neuf en Chablis. De plus, on n'est pas tombé dans cette mode parce qu'on n'a en pas besoin, explique Jean-Paul Durup.
«Dans le but de rester proche de Dame Nature et afin de conserver au vin toutes ses caractéristiques naturelles, la vinification se fait uniquement en cuves et ne passe pas dans le bois.» Peut-on lire sur le site internet du domaine.
 
Maligny plus rond
Lors de cette rencontre un soir d'octobre à Montréal avec Jean-Paul Durup, quelques journalistes lui ont dit qu'ils trouvaient ses vins plus ronds et plus amples depuis quelques millésimes.
 
M. Durup nous expliqua qu'en effet, il y avait eu quelques modifications dans la manière de faire son vin. «On disait que notre vin n'était pas assez gras. Nous avons fait des tests de batonnage (remuage du vin sur ses lies), mais nous n'étions pas satisfaits. Le vin devenait plus gras, mais perdait en saveur et en minéralité.
 
Avec l'aide d'un nouvel oenologue depuis 2011, nous avons changé de levure. La nouvelle levure que nous utilisons contient de la poudre d'écorce et nous donne de meilleurs vins.» Il est possible aussi, comme l'admet le producteur, que le réchauffement climatique soit maintenant plus favorable à des régions nordiques comme Chablis.
 
Cette levure BRG, développée à Dijon dans les années 1990  «se distingue pour ses capacités de libération de mannoprotéines pendant et après la fermentation alcoolique ce qui renforce la rondeur en bouche», lit-on sur la fiche du produit. Elle développe des mannoprotéines comme le fait le batonnage.
 
Des problèmes de bouchon
Lors de cette rencontre, quelques collèges journalistes ont dit qu'ils étaient tombés sur plusieurs vins du domaine gâchés par de mauvais bouchons de liège.
 
M. Durup a admis qu'il avait eu de gros problèmes de bouchons ces dernières années et qu'il avait pris des mesures. Il utilise maintenant des bouchons de la marque Diam pour la moitié de sa production.
 
Ce sont des bouchons faits de liège en poussière qui sont reformés et ont l'allure de bouchons naturels. Ce sont aussi des bouchons plus étanches. Il hésite toutefois à l'étendre à toute sa production, «car je crois que l'échange d'air plus constant des bouchons naturels peut être bénéfique pour mes vins.»
 
Des vins élégants
«Que c'est bon du chablis!» c'est exclamé un collège en dégustant quatre vins du Château de Maligny. En effet, ces vins des premiers crus Vigne de la Reine, Fourchaume, Homme Mort et Montée de Tonnerre du millésime 2013 sont savoureux, ronds, tout en conservant une bonne tension, une grande fraîcheur et une belle minéralité. 

La Vigne de la Reine m'a semblé plus ronde avec de belles saveurs de beurre frais, de caramel même, du chardonnay typique, on l'aurait même cru boisé! Les trois autres m'ont paru plus tendus; l'Homme Mort a une belle acidité et la Montée de Tonnerre a un caractère minéral bien tranché. 

Ces vins sont dotés d'une belle acidité naturelle. Il ne faut pas alors hésiter à les laisser se réchauffer dans le verre. L'expression de leurs saveurs et de leurs textures peut varier énormément selon la température du vin: plus acide et rafraichissant lorsque le vin est servi froid et plus rond et savoureux au fur et à mesure qu'ils se réchaufferont. 

Les vins blancs de qualité ne craignent pas 10-14 Celcius. Ils se révèlent même plus à ces températures plus élevées.
 

Les meilleurs vins en ligne

Les régions du Québec sont moins bien desservies par la SAQ que l'île de Montréal.
Les nouveaux arrivages n'atteignent pas toujours nos rivages.
Il y a un moyen de contourner en partie l'offre inférieure faite en région par notre société étatique des alcools.
C'est par les achats en ligne.
Toutefois, sur les 8400 vins au format 750 ml présentement au répertoire de la SAQ, seulement 2600 sont disponibles en ligne.
C'est le même nombre qu'en 2009.
Sur ces 2600 vins, seulement 224 sont à moins de 15 $; 8 à moins de 10 $. 717 sont de 15 à 20 $; la plupart, soit 1024 sont de 20 à 30 $.

Du côté des bulles 144 des 478 mousseux (tous formats) sont disponibles en ligne. Pour ce qui est des vins de dessert, le choix est très limité: seulement 24 des 294 liquoreux.

Ce service est efficace et la livraison revient à 6-7 $ la caisse.

Voici les meilleurs vins disponibles en ligne dégustés au cours des derniers mois.
(Les prix peuvent varier)
 

Vins SAQ Cote Prix
Offley 20 ans 5 60,50$
Château Fortia, C.du Baron, Châteauneuf 2010 4 42,00$
Badia a Passignano 2008 4 42,50$
Offley, Late Bottled Vintage, Porto 2009 3,5 19,95$
Ijalba Graciano Rioja 2012 3,5 21,55$
Château Lamartine, Cuvée Particulière 2011 3,5 23,60$
La Moussière Sancerre 2013 3,5 29,25$
Tautavel, Grand Terroir 2011, Gérard Bertrand 3 18,75$
Bernard-Massard Cuvée de L'Écusson Brut 3 19,75$
Michel Gassier, Les Piliers, Viognier 2013 3 20,20$
Douro Reserva 2012 Sogrape 3 20,45$
Poggibano 2010 3 22,10$
Les Millères 2011, Jean Gardiés 3 23,55$
Ruché 2011 3 24,90$
Bourgogne pinot noir Les Ursulines 2012 3 24,95$
Pic Saint Loup, Zumbaum-Tomasi, Maginiai 2008 3 25,65$
Cum Laude 2010 3 30,25$
Predicador 2011 3 36,25$
Vila Regia 2013 2,5 10,50$
Marquis de Goulaine, Sauvignon Réserve 2013 2,5 16,00$
Prince Philippe, Bourgogne Aligoté 2013 2,5 16,45$
Carpenè Malvolti Prosecco Brut 2,5 17,20$
Ciliegiolo Grillesino 2013 2,5 17,55$
Pasqua Sangivese, Puglia 2013 2
11,40$
Borsao rosé 2013 2
12,90$

 

Pour savoir comment acheter en ligne, consultez le site de la SAQ : Comment acheter dans saq.com.

Syndiquer le contenu