Le monde au naturel

Voici quelques articles parus dans la revue Le Monde au Naturel.

 
 
 
 
 
 
 
Les pesticides dans le vin —  Novembre 2013
 
Le goût du bouchon  —  Octobre 2013

Monasterio de la Viñas, Gran Reserva 2005

Je vous ai parlé dernièrement de la crianza et de la reserva de ce domaine. Voici maintenant, la grande soeur, la gran reserva.
Elle est à point. Juteuse. Quoiqu'elle paraisse encore jeune. Je la consomme maintenant. Le boisé est atténué. Le fruité est encore éclatant. L'acidité est encore assez vivace. Les tanins sont plutôt fins. La texture est assez souple. Le vin est assez léger sur un beau fruité. La finale est assez persistante.
Un 2005 à consommer, mais l'on pourrait aussi la mettre en cave deux trois autres années pour voir.
Servez-là de 15 à 18 degrés.
Appellation Cariñena. Cépages : garnacha, tempranillo, caniñena et cabernet sauvignon.
Alc. 13 %. Sucre 2,3 g/l.
En ligne et dans 360 magasins, dont 10 magasins entrepôts.

3 étoiles
Prix: 
20,20 $

Baldíos Crianza 2009

Un très beau vin de la Riberra del Duero.
La texture est lisse, souple, svelte, coulante et assez glycérinée.
Le fruité éclatant est agréable. Des fruits rouges sur une fine note d'épice.
Les tanins sont bien enveloppés et ne dépassent pas.
Le vin est vivifiant.
Un vin bien agréable à boire avec l'agneau.
Tempranillo à 100 %. De la bodegas Garcia de Aranda.
Sucre 2,1 g/l.
Dans 39 magasins.

3 étoiles
Prix: 
20,90 $

Prince Philippe, Bourgogne Passe-Tout-Grains 2014

Le vin de la semaine !  

De beaux aromes de petits fruits, de champignons et de terre humide.
En bouche, des petits fruits sur une belle minéralité.
La note terreuse agréable revient en bouche. Elle rappelle un peu les cabernets francs de la Loire. Il est pourtant composé à 1/3 de pinot noir et 2/3 de gamay.
Le vin est svelte, coulant. La texture est fine et lisse.
Un vin d'une certaine élégance.
Digeste.
Très bon.
Servir à 12-15 degrés.
Notez le beau taux d'alcool : Alc. 12 %. Sucre réducteur : 2,1 g/l.

Passe-tout-grains est une appellation de Bourgogne qui demande que les vins soient faits à au moins 30 % de pinot noir et 15 % de gamay. Le vin ne doit pas contenir plus de 2 grammes de sucres fermenticides.
En ligne et dans 340 magasins, dont 8 Saq Dépôts.

3 étoiles
Prix: 
16,95 $

Lac des Roches 2014

Un vin grec de la maison Boutari bien aromatique, floral et minéral.
Il est d'un fruité sec très agréable, assez vif, mais pas trop.
C'est coulant et cristalin comme de l'eau de roche.
La petite sensation minérale en fin de bouche est très plaisante.
Cépages savatiano et roditis.
Bien meilleur que le dernier millésime dégusté le 2010 en 2012.
Alc. 11,5 %.
Dans 39 magasins.

3 étoiles
Prix: 
12,50 $

Ormarine, Les Pins de Camille, Picpoul de Pinet 2015

Le vin parfait pour les huitres!
C'est frais, floral et légèrement citronné.
C'est vif, très vif même, doté d'une forte acidité sur de belles saveurs de fruits blancs.
Longue finale vivace.
Servez le de 8 à 14 degrés. Plus froid, il sera plus vif.
Picpoul ou piquepoul est le nom du cépage et Picpoul de Pinet est le nom de l'appellation.
Producteur: cave de l'Ormarine. Ce vin a été mis en bouteille pour la maison JeanJean pour le marché du Québec.
Capsule à vis.
Alc. 13 %. Sucre 1,3 g/l.
En ligne (19) et dans 184 magasins.

Picpoul de Pinet est la plus grande région de vin blanc du Languedoc. Elle longe la Méditerranée. C'est 1300 hectares sur un plateau calcaire. Les vents maritimes humides y favorisent la maturation de ce cépage tardif qu'est le piquepoul.

2.5 étoiles
Prix: 
14,45 $

Beso de Vino, Old Vine Garnacha 2014

Une nouveauté!
De beaux arômes de petits fruits.
Une bouche agréable sur les fruits fins et les épices.
Un vin assez léger, coulant et agréable.
DOP Cariñena. 100 % grenache.
Capsule à vis.
Sucre 4,8 g/l. Acidité 6 g/l.
Servir à 14-16 degrés.
En ligne et dans 322 magasins dans la section des produits courants.

2.5 étoiles
Prix: 
14,75 $

Prince Philippe, Bourgogne Aligoté 2014

Aligoté, quel beau nom! C'est le nom du cépage.
C'est aussi le nom de l'appellation en blanc.
Il y a 24 aligotés à la SAQ, dont deux en demi-bouteilles.
Celui-ci, de la maison Bouchard Ainé et Fils, est l'un des deux moins cher à 16,95 $.
Il est frais, très sec et vif avec de belles saveurs rappelant les pommes vertes.
C'est vivifiant. L'acidité est bien élevée ce qui fait que le vin se conserve très bien.
Vous ouvrez la bouteille, en prenez un verre par jour et au septième jour il est toujours aussi bon!
Vinification en cuve inox.
Alc. 12 %. Sucre 1,2 g/l.
En ligne et dans 142 magasins dans la section des produits courants.
Aussi dans 6 SAQ Dépôts.

Accords suggérés par le producteur
«Ce vin conviendra parfaitement à l’accompagnement de plats soit un peu épicés ou salés, soit un peu gras, car les saveurs sont en partie effacées par la fraîcheur acide du vin : charcuteries, fritures, andouillettes, fruits de mer, fromage de chèvre.
À l’apéritif : nature ou avec 1/5 de crème de Cassis de Bourgogne (célèbre Kir).»

2 étoiles
Prix: 
16,95 $

The Lackey, Shiraz 2014

Beaux aromes de fruits chauds.

Belle attaque sur le fruit et les épices.

Puis, sensation veloutée en bouche. Des tanins assez légers sur un fruité compoté et ample. Un vin assez corsé.

Finale chaleureuse.

Un beau shiraz d'Australie plutôt sec.

Le taux de sucre n'est pas indiqué dans le site de la SAQ.

Ils sont très irréguliers dans l'affichage de ces données à la SAQ, malgré la promesse du début!

Capsule à vis. Alc. 14,5 %. Dans 149 magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
20,05 $

Domaine Mouscaillo, Limoux 2011

Limoux est surtout connu pour ces vins mousseux, ces crémants.
On y fait aussi du blanc et du rouge tranquille.

Il y a seulement 9 vins de cette belle appellation située juste au sud de Carcassonne au répertoire de la SAQ, dont deux blancs tranquilles.

Celui-ci est fait de chardonnay à 98 % avec une goutte de chenin blanc et de mauzac.

Le vin surprend au début. On a de la difficulté à cerner les arômes : vieille barrique ou orange ou miel. Puis, en bouche aussi ça surprend. C'est assez robuste, un peu dur, on dirait un peu tannique! Puis, c'est citronné et un peu miellé, tout en étant parfaitement sec. Dégusté à deux: l'un aime, l'autre pas. Moi, il faut dire que j'aime ces vins un peu tordus, ces vins originaux.
Certains vont dire que les arômes ne sont pas très nets; d'autres qu'elles sont complexes!
La finale est assez chaleureuse.
Il faut prendre ce vin avec des plats costauds. Il a bien accompagné le saumon et légumes rôtis au four.
Alc. 13,5 %.
En ligne (16) et dans 38 magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
23,85 $

Est-ce que le vin bio a meilleur goût?

Des producteurs de vin se lancent dans la culture bio. Ils disent le faire pour leur santé, celle de leur famille, de leurs employés et de leurs voisins. Ils déclarent aussi que c'est mieux pour l'environnement.

De plus, certains affirment vouloir faire ainsi de meilleurs vins. Ils supposent que le sol, la vigne et les raisins étant moins pollués par les pesticides que leurs vins seront de meilleure qualité.

Mais est-ce tangible? Est-ce vrai? Est-ce mesurable?

C'est la question que se sont posée trois professeurs d'économie et d'administration, Magali A. Delmas et Jinghui Lim de l'Université de Californie à Los Angeles et Olivier Gergaud du KEDGE Business School (campus de Bordeaux).

Leur étude vient d'être publiée dans le site de l'association américaine des économistes du vin.

Ils ont analysé les notes de dégustations des trois principaux magazines de vin des États-Unis: le Wine Advocate de Robert Parker, le Wine Spectator et le Wine Enthusiast. Ils ont compilé les notes de 74 000 commentaires de dégustation de vin de 3800 vignobles de Californie des millésimes 1998 à 2009.

Les principaux dégustateurs ont été Robert Parker pour le Wine Advocate, James Laube pour le Wine Spectator et Steve Heimoff pour le Wine Enthusiast.

Le nombre de vins bio de cet échantillon est de 1,1 %. L'agriculture bio représente seulement 2 % des surfaces cultivées en Californie.

Ils ont cherché à savoir si les vins bio obtiennent de meilleures notes ou de moins bonnes notes que les vins en agriculture conventionnelle.

La réponse est :
Les vins bio obtiennent une note moyenne supérieure de 0,46. C'est d'ailleurs constant pour les trois magazines; soit 0,43 pour le Wine Spectator; 0,45 pour le Wine Enthousiast et 0,51 pour Robert Parker.

Les chercheurs ont fait la ventilation des résultats en rouge et en blanc. Les rouges obtiennent une note moyenne supérieure de 0,638 à l'ensemble des vins. Pour les blancs, c'est seulement +0,154.

Nos résultats indiquent que l'éco-certification est associée à une augmentation statistiquement significative de l'évaluation de la qualité des vins.»

Il serait intéressant de faire la même étude pour des vins plus récents et surtout en Europe ou la proportion de vin bio atteint maintenant 8 % en France.

En Europe
Donc, les vins bio sont mieux jugés que les vins conventionnels. En 2014, au Concours général Agricole, près d’un vin bio sur 2 a été médaillé alors qu’en moyenne 23% des vins en compétition sont primés.
 
Puis, au concours international du magazine Decanter (Decanter Wolrd Wine Awards), près de 65% des vins bio présentés ont été primés. En général, le nombre total de médailles dans les concours tourne autour de 33%, disent les organisateurs de Millésime Bio 2015.

Sujets connexes :

Voir aussi la section des vins bio de Vin Québec et la sélection des meilleurs vins bio commentés récemment.
_____
Les résultats de cette étude sur les vins de Californie viennent d'être publiés dans le site de l'American Association of Wine Economics. Does Organic Wine taste better? An Analysis of Experts’ Ratings. (Document PDF) AAWE Woring Paper No. 190 – Economics. Magali A. Delmas, Olivier Gergaud & Jinghui Lim.

Ajout le 5 mars. Écoutez aussi l'entrevue qu'a donnée Magali Delmas à l'émission Bien dans son assiette le 3 mars.

Arrivages — Février 2016

Vers le 23 février

Syrah Domaine de Petit Roubié vin de pays de l'Hérault (Bio) (2013)    $17.05    11703502
Nerello Mascalese Di Giovanna Sicilia i.g.t. (Bio) (2013)        $19.80    11577366 
Château de Nages Vieilles Vignes Blanc (Bio) (2013)    $20.00    12764921

Ch. Puy D'Amour Cuvée Grain De Folie N'5 Côtes de Bourg (Bio) (2012)    $22.45    11392901  
Domaine Olivier Pithon Cuvée Lais Côtes du Roussillon (Bio) (2013)    $26.60    11925720
Pieropan Ruberpan Valpolicella Superiore (Bio) (2013)        $28.00    11028341
Nebbiolo Langhe Pio Cesare (2012)    $32.00        544973 

Louis Roche Anjou (2014)  Domaine de Terrebrune    $17.60    553073
Lamberti Amarone della Valpolicella (2011)  $35.75    11573171
Pieropan Ruberpan Valpolicella Superiore (Bio) (2013)    $28.00    11028341
Château Revelette Coteaux d'Aix-en-Provence (2013) Bio    $21.95    10259737

Le vin en vrac : 40 % des parts de marché au Québec

On ne s'en doute pas, mais le vin importé en vrac et embouteillé au Québec représente maintenant un peu moins d'une bouteille de vin sur deux consommées au Québec.

En effet, selon les chiffres de la firme SECOR/KPMG dévoilés par l'Association des viniculteurs négociants du Québec, les trois principaux embouteilleurs de vin au Québec accaparent 36,7 % des parts de marché du vin au Québec.

Vrac :      +/- 60 millions L
Bouteille : +/- 90 millions L

C'est 57,4 millions de litres sur les 156,5 millions de litres qui coulent sur marché québécois.

Ce 36,7 % est l'addition des ventes des trois principaux embouteilleurs et ne comprend pas la production des autres, telle Julia Wine.

Ces trois embouteilleurs sont Constellation Brands avec son usine de Rougemont; La Maison des Futailles avec ses deux usines de Montréal et de Saint-Hyacinthe et Lassonde avec l'usine de sa division Arista à Rougemont. Ces trois entreprises totalisent 375 emplois.

Ces entreprises vendent le vin une fois embouteillé à la SAQ. Cette dernière en écoule une partie dans ses 403 succursales et vend une autre partie aux épiciers et dépanneurs du Québec.

Vin en vrac
En 1999, 6 bouteilles de vin sur 10 consommées au Québec étaient du vin importé en vrac et embouteillé par trois compagnies.
Aujourd'hui, c'est 4 bouteilles sur 10
.

Parts de marché de 60 à 40 %
On ne s'en doutait pas non plus, mais étonnamment 6 bouteilles de vin sur 10 consommées au Québec en 1999 étaient du vin importé en vrac et embouteillé par ces trois compagnies.

Cette proportion diminue depuis ce temps. En effet, la part de marché de l’industrie des vins conditionnés au Québec a régressé de 22 points de pourcentage de 1999 à 2014. «Alors qu’elle se situait à près de 60% au tournant des années 2000, elle est désormais inférieure à 37 %», dit l'association de ces trois embouteilleurs. Ce qui est une baisse de près de 38 %.

C'était 59 % en 1999; puis 41 % en 2006 et 36,7 % en 2014.

En 2006, la SAQ a vendu ses parts dans La maison des Futailles à la compagnie Kruger.

En dollars, les ventes de vins embouteillés ici par ces trois entreprises totalisent 625 millions de dollars; soit 28 % des ventes totales de vin au Québec qui sont de 2,2 milliards de dollars.

Le vin embouteillé ici est vendu en moyenne 3,41 $/litre à la SAQ qui le revend aux dépanneurs. Le consommateur le paie en moyenne 11 $ le litre avant taxes. Soit un multiple de 3,41.

Secor écrit que «la part des dividendes de la SAQ au gouvernement du Québec provenant des ventes de vins fabriqués ou distribués par l’industrie est estimée à près de 133,1 M$ en 2014.»

De plus, Secor dit que les vins embouteillés au Québec représentent «2,2 fois plus de recettes par caisse pour le gouvernement du Québec» que les vins importés en bouteille. Ceci en tenant compte des emplois générés ici par cette industrie.

Finalement, les embouteilleurs estiment qu'il est plus écologique d'importer du vin en vrac qu'en bouteille.

Ces renseignements sont tirés du mémoire que l'Association des viniculteurs négociants du Québec a déposé à la Commission des Finances du Parlement de Québec et rendu publique le 19 février 2016.

La vente de vin en épicerie a été autorisée au Québec en 1978. Le gouvernement a alors délivré 12 permis de production industrielle. Il y a 8000 épiciers et dépanneurs qui vendent du vin au Québec.
 

Laboratoire de la SAQ : inutile ?

À quoi sert le laboratoire de la SAQ ?

Le Québec, la SAQ, importe des milliers de vins du monde.
Des échantillons de chacun de ces vins sont analysés par le laboratoire de la SAQ.
Mais pourquoi?
La question : à quoi sert donc le laboratoire de la SAQ?
La réponse : à vérifier ce qui a déjà été vérifié !

Le laboratoire de la SAQ analyse 70 000 produits par année, dit un de ses employés à Télé-Québec. Au cours des 5 dernières années, seulement 28 vins ont été rejetés. (Voir un exemple d'un vin refusé ici)

Pourquoi revérifier ce qui a déjà été vérifié à la source?
Les vins de France, d'Italie, d'Espagne ou d'autres pays sont contrôlés dans leur pays respectif. N'est-ce pas suffisant?

Est-ce que les États-Unis et la Grande-Bretagne, les plus gros importateurs de vin au monde revérifient tous les lots de vin qui entrent chez eux?

Le laboratoire vérifie même les vins en importation privée. «Le même produit pour le même millésime, même si nous en commandons 8 fois durant l’année, passera à l’analyse chaque fois», nous dit un agent. Est-ce nécessaire? Est-ce abusif?

Est-ce qu'on vérifie tous les lots des liquides, des produits alimentaires qui entrent au Québec?

Est-ce que des contrôles ponctuels sur les vins importés ne seraient pas suffisants?
 

Monasterio de la Viñas, Reserva 2006

Un vin du millésime 2006 à 16 $ !
C'est plutôt étonnant et rare !
C'est une «reserva» donc plus boisé que la «crianza» dont je vous ai parlé hier.
D'un beau boisé. D'un boisé espagnol. En effet, les vinificateurs espagnols sont les maitres du boisé de qualité. C'est d'un boisé floral qui se dissipe un peu à l'aération.
Le fruité est fin, genre petits fruits mélangés. La texture est légèrement veloutée.
C'est agréable à boire et d'une qualité étonnante pour le prix.
Le vin ne fait pas son âge.
Appellation Cariñena. Cépages : garnacha, tempranillo, caniñena et cabernet sauvignon. Alc. 13 %. Sucre 2,4 g/l.
En ligne et dans 392 magasins dans la section des produits courant.
Disponible aussi dans 7 SAQ Dépôts.
Je vous parlerai de la «gran riserva« de la même maison bientôt.

3 étoiles
Prix: 
16,00 $ à la SAQ | Réduit à 15 $ jusqu'au 21 février.

Monasterio de Las Viñas, Crianza 2008

Le vin de la semaine !     

Un vin incroyable!
J'ai peine à croire que c'est un vin de 2008, tellement le fruité est jeune et beau!
Pourtant, la SAQ m'assure que c'est vraiment un 2008.
Il a de jolis aromes de fruits noirs sur une note légèrement boisée.
La bouche est fruitée avec des saveurs de gelée de cerise, légèrement tannique, d'une belle structure au granulé assez fin.
Les saveurs et la sensation fruité-tannique sont bien persistantes.
Je dirais pour quelques années de cave encore.

Un vin très populaire. Il s'en est vendu 603 227 bouteilles en 2014-2015. Il fait partie des 50 meilleurs produits vendeurs de la SAQ. C'est le seul d'ailleurs de cette liste qui est transigé en euros.
Alc. 13 %. Sucre 2,5 g/l. Appellation Cariñena. Cépages: garnacha, tempranillo, cariñena et cabernet sauvignon.
En ligne (28) et dans 401 magasins, dans la section des produits courants.
Il est aussi dans les 10 SAQ dépôt à 15 % de rabais la caisse!

La «reserva 2006» de cette maison est aussi sur les rayons de la SAQ à 16 $.

3 étoiles
Prix: 
12,35 $

Prestige Moingeon, Crémant de Bourgogne Brut

Dans le site de la SAQ, il est indiqué que ce vin est du millésime 1995. Pourtant, sur l'étiquette de la bouteille, il n'y a pas de millésime d'indiqué.

C'est un mousseux assez fin, mi-léger, mi-corsé. Il a de belles saveurs qui rappellent les pommes fraiches. Les bulles sont fines en bouche. Il y aurait 11 grammes de sucre, mais l'acidité est vive et équilibre ce sucre. Le vin parait ainsi bien sec.
Un bel apéritif. Laissez-le se réchauffer un peu et il sera un bon compagnon à table.
Chardonnay à 80 % et pinot noir en récolte manuelle. Élaboration selon la technique champenoise.
Alc. 12 %. Sucre 11 g/l.
En ligne et dans 142 magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
20,05 $

Grande Réserve des Challières, Côtes-du-Rhône 2014

Un bon vin des Côtes du Rhône vineux sur une texture bien serrée.
D'un beau fruité, fruits noirs, agréable à boire.
Sec et doté d'une acidité rafraichissante.
Assez longue finale sur les petits fruits avec une petite note épicée.
Un vin bien fait, de belle tenue qui pourrait encore s'améliorer au cours des trois prochaines années.
Alc. 13,5 %.
En ligne et dans 155 magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
14,95 $

Grande Réserve des Challières, Ventoux 2014

C'est le moins cher des 17 vins du Ventoux à la SAQ.
C'est un vin léger, souple, peu tannique, facile et agréable à boire.
Pour accompagner des mets légers.
Cépages: grenache et syrah.
Alc. 13 %. Sucre 2,6 g/l.
Producteur Bonpas.
Pour en savoir plus sur cette maison du groupe Boisset voir notre article Les vins de Bonpas.
En ligne et dans 372 magasins dans la section des produits courants.

2 étoiles
Prix: 
13,25 $

Vernacia di San Gimignano, Rocca delle Macìe 2014

Il n'y a que trois vins de cette appellation à la SAQ actuellement.
Celui-ci est particulièrement bien fait.
C'est frais et vif, élégant, très sec, légèrement floral, citronné, bien coulant.
Doté d'une très belle acidité, il est encore meilleur après trois jours au frigo.
Donc, laissez-le respirer et ne le servez pas trop froid.
Cépage vernaccia. Région de Toscane. Producteur Rocca delle Macìe.
Alc. 13 %.
En ligne et dans 92 magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
16,00 $

L'Ontario libéralise la vente de vin

L'Ontario devance le Québec et permet la vente de vin par l'entreprise privée.

La première ministre Kathleen Wynne annonce que la vente de vin sera permise dans 300 supermarchés.

Des permis seront donnés à 70 magasins l'été prochain afin qu'ils puissent commencer à vendre du vin, de la bière et ce qui est appelé «des vins de fruits» dès cet automne. Puis 80 autres permis seront octroyés par après.

De plus, 150 magasins situés actuellement hors supermarchés seront autorisés en s'installer dans ces supermarchés avec des caisses partagées. Ces 150 épiceries seront autorisées à vendre tout vin de l’Ontario de même que de la bière et du cidre.

Les gens de l’Ontario pourront enfin acheter leur vin et leurs victuailles au même endroit», dit la première ministre de l'Ontario.

Le gouvernement dit vouloir y aller progressivement afin de ne pas brusquer le marché et aider à la fois les producteurs ontariens et étrangers.

Toutefois, la moitié des détenteurs de ces nouveaux permis devront s'engager à ne vendre que du vin ontarien, certifié VQA Ontario, pendant les trois premières années, afin de protéger temporairement les producteurs de vin de la province, dit la première ministre.

La vente de cidre sera aussi autorisée dans les commerces où l'on vend de la bière.

L'Ontario espère que ces mesures lui permettront d'accroitre ses revenus.

Vers le vin québécois dans les épiceries

La commission des finances de l'Assemblée nationale a complété ses trois jours d'auditions sur le projet de loi 88 qui doit permettre la vente de vin québécois, de cidre et d'alcool artisanal dans les 8000 épiceries et dépanneurs du Québec.

Quinze groupes ont été entendus par les députés, dont la SAQ, deux associations de vignerons, des distillateurs, des représentants du commerce de détail et deux groupes de santé publique.

Quatre points ont surtout été discutés: la permission de divulguer les cépages et le millésime; le transport, le prix plancher et la définition de ce que devrait être un vin québécois.

Il y a eu consensus sur la question des cépages. Tout le monde s'entend pour éliminer cette règle désuète, dont personne ne se souvent du pourquoi.

La question du transport est étonnante. Les vignerons ont le droit de vendre du vin, mais n'ont pas le droit de le faire transporter. Étrange! Certains craignent que le transporteur altère le produit !

La définition de ce qu'est un vin québécois a été beaucoup étudiée. L'association principale des vignerons du Québec dit que c'est du vin fait à 85 % avec du raisin du Québec. Par contre, les autres intervenants ont dit que le vin québécois c'est le vin fait avec des raisins québécois, à 100 %.

Un prix plancher devrait-il être imposé afin d'empêcher la surconsommation du produit? Les avis ont été très partagés sur cette question.

Donc, si la loi est adoptée, les vignerons québécois vont pouvoir vendre leur vin aux épiciers sans la majoration de 145 % de la SAQ. Les vignerons y voient une opportunité de développer leur production. Ceux qui ont de bons volumes disent qu'ils veulent aussi continuer à vendre à la SAQ.

Finalement, la question des accords internationaux a été évoquée. Est-ce que les autres pays vont demander d'avoir le droit de vendre aussi leurs vins dans les épiceries du Québec? Question hypothétique.

Il sera intéressant de voir quel sera le projet de loi final qui sera adopté.

Le commerce des vins est en grande transformation au Canada depuis un an. La Colombie-Britannique a permis la vente du vin local dans certaines épiceries et l'Ontario vient d'annoncer qu'elle permettra l'installation de magasins privés de vin dans 150 supermarchés.

Sur le même sujet

_____

L'AMARONE, ce grand vin d'Italie

L'amarone, avec le barolo et le brunello fait partie du trio de tête des trois grands vins d'Italie.
Ces trois vins sont considérés comme étant des produits haut de gamme et demandent des prix en conséquence.

L'Amarone le moins cher à la SAQ est à 30 $. Cinq des 32 amarones de la SAQ sont de 30 à 40 $; neuf sont de 40 à 50 $; les autres sont à plus de 65 $.

La particularité de l'amarone c'est qu'il est fait de raisins séchés pendant 60 à 120 jours dans des greniers. C'est la technique de l'appassimento ou passerillage. Les baies perdent ainsi de 35 à 40 % de leur liquide. Ce qui donne des vins concentrés, légèrement sucrés (4 à 12 g/l) et au degré d'alcool élevé de 14 à 17. Le taux d'acidité de ces vins est souvent très élevé aussi, ce qui fait que dans les meilleurs on ne perçoit pas le sucre.


Les raisins sèchent de 60 à 120 jours.

Ces vins sont élevés en barriques neuves et moins neuves, petites de 225 litres à plus grosses, des tonneaux, de Slovénie, de France et des États-Unis.

La technique permettant de faire l'amarone a été développée dans les années 1950 lorsqu'on a découvert une famille de levure, la Saccharomyces bayanus, permettant de transformer presque tout le sucre en alcool. La compagnie Banfi a alors popularisé ce vin aux États-Unis. Le vigneron démarre souvent la fermentation avec les levures indigènes puis ajoute la bayanus. Cette souche est aussi utilisée pour les beaujolais nouveaux et les tokaji.

Le vin blanc se conserve plus longtemps que le rouge

Combien de temps peut-on conserver une bouteille de vin une fois ouverte?

C'est la question qui revient souvent dans les forums, dans les blogues et dans Facebook.

Cette question est d'ailleurs commentée aujourd'hui dans le blogue SAQ Tchin-Tchin et dans la page Facebook de la SAQ.

Je déguste des vins régulièrement. Je ne les bois pas tous loin de là. Après dégustation, je place certaines de ces bouteilles dans une glacière. Il y en a une quinzaine que je redéguste les jours suivants et que je renouvelle au fur et à mesure des arrivages.

À ma grande surprise, j'ai constaté ces dernières années que les blancs se conservent beaucoup plus longtemps que les rouges. Certains blancs peuvent être aussi bons et même meilleurs après 5-8 et même 10 jours! C'est étonnant!

Pour ce qui est de la conservation des rouges, c'est beaucoup plus variable et restreint. Certains rouges dépérissent après deux jours, d'autres tiennent 4-5 jours, mais rarement.

Pourquoi est-ce ainsi? L'hypothèse que j'ose avancer, c'est que les blancs sont plus acides et cette acidité préserverait ses saveurs et ses arômes.

Donc, contrairement à la croyance populaire, le vin blanc se conserve plus longtemps que le vin rouge, une fois la bouteille ouverte et au frais. Le rouge c'est 2-4 jours; le blanc c'est 4-8 jours et plus quelques fois.

Les rouges québécois
La sommelière Véronique Rivest nous dit «que de façon très générale
qu'il est plutôt vrai que les blancs se gardent en général mieux et plus longtemps ou du moins ils se détériorent moins vite, mais perdent quand même pas mal de peps et de fraîcheur».

Cependant, Mme Rivest dit avoir constaté dans son bar à vin de Gatineau Soif que ce sont les vins rouges québécois qui se conservent le plus longtemps. «Les vins qui se sont le mieux gardés (parmi les vins secs) étaient des rouges québécois (des Pervenches et des Météores).» «Ce doit être l'acidité!» ajoute la réputée sommelière.

Les cidres du Québec dans les épiceries

L'association des producteurs de cidre du Québec se dit favorable à la vente de cidre et de vin dans les épiceries du Québec.

 

Il y a 78 producteurs de cidre artisanaux au Québec. Vingt-deux d'entre eux ont aussi un permis de production industrielle.

 

Selon le producteur Michel Jodoin, producteur de cidre et président de l'association, il s'est produit 1,8 million de litres de cidre en 2013 et 2,5 millions en 2014 pour des ventes de 23 millions de dollars.

 

L'Association des cidriculteurs artisans du Québec a fait part de ses commentaires ce matin devant la Commission des finances publiques de l'Assemblée nationale qui étudie le projet de loi 88 qui permettra la vente de produits alcoolisés artisanaux dans les épiceries.

 

Selon M. Jodoin les 8000 points de vente des épiceries et dépanneurs représentent une bonne occasion de croissance. Il ajoute qu'il souhaite que la SAQ continue toute de même de faire la promotion du cidre du Québec et que ce soit inscrit dans sa mission.

De la confiture ajoutée dans le vin italien ?

Quanto è dolce il vino italiano!

Un journaliste italien du vin Carlo Macchi s'étonne de voir que le vin de son pays vendu au Québec est si sucré.

M. Macchi a découvert dans le site de la SAQ que le taux de sucre y est indiqué. Après avoir consulté quelques-uns des 1500 vins italiens du répertoire de la SAQ, il dit que «il vino italiano sta prendendo forse una piega “cocacolesca”». Le vin italien prend un pli Coca-Cola. Il dit s'étonner de cette tendance dans son article Quanto è “dolce” il vino italiano! (1) (Comme est doux le vin italien!)

Le journaliste affirme qu'en Italie le vin est réputé sec et doit contenir moins de 2 grammes de sucre. Il se demande si ces mêmes vins rouges vendus aussi en Italie contiennent autant de sucre. Car si c'est le cas, il ne peuvent plus être considérés comme étant secs.

L'auteur signale que des producteurs ajoutent du MRC à leur vin lors de l'embouteillage. C'est dans le langage des oenologues du «mout rectifié corrigé», un concentré de jus de raisin décoloré, une confiture, un sirop qui sucre le vin. C'est vendu dans le commerce des produits oenologiques. (2)

Un des commentateurs de l'article signale aussi que des producteurs en ajoutent plus ou moins selon les pays de destination.

Cette technique était à l'origine destinée à accroitre le taux d'alcool (3). On ajoutait alors ce sirop avant la fermentation pour faire monter le taux d'alcool d'un degré. Il semble maintenant qu'on l'ajoute après la fermentation pour accroitre la douceur, la sucrosité du vin et ainsi réduire le gout acide des vins. C'est une technique courante en Champagne où on l'appelle liqueur d'expédition.

On voudrait ainsi plaire à de nombreux consommateurs qui n'aiment pas les vins acides, mais aiment plutôt les vins d'une certaine sucrosité.

Ceci est assez étonnant surtout pour les vins italiens. L'on sait que les Californiens et les Australiens produisent des vins d'une bonne sucrosité. Toutefois, les vins rouges italiens étaient reconnus pour leur acidité rafraichissante qui en fait des vins de repas.

Le vin italien le plus vendu à la SAQ, le Modello Masi (670 000 bouteilles) contient 6 grammes de sucre, le deuxième meilleur vendeur, le Liano Cesari, en contient 10 grammes de sucre au litre, donc 5 fois plus qu'un vin sec. Ce qui est même plus élevé que le taux de sucre que l'amarone ce vin rouge italien demi-sec qui contient souvent de 4 à 8 grammes de sucre. Le troisième en ligne, le Chianti Ruffino contient moins de sucre : 2,2 g/l.

Le vin français le plus populaire, le Merlot Grand Sud (13$/litre - 1,4 million de litres vendu en 2014) contient 8,8 grammes de sucre.

Des producteurs italiens semblent vouloir concurrencer les Californiens et les Australiens qui font des affaires d'or au Québec en vendant des vins rouges sucrés.

Les champions du rouge sucré au Québec sont les Californiens avec le Ménage à Trois à 12 grammes de sucre et l'Apothic Red (950 000 bouteilles) à 17 grammes. Le meilleur vendeur toutes catégories au Québec est l'australien Wallaroo Trail (2 500 000 bouteilles) à 11 grammes de sucre.

Il faut ajouter ici que le taux de sucre indiqué sur le site de la SAQ n'est pas le taux total, pas le taux de sucre résiduel, mais le taux de sucre réducteur comme nous l'indique notre collège retraité Claude Langlois. Il faut donc y ajouter entre 0,5 et 1,7 g/l pour avoir le portrait réel. (4)

Une question en terminant : ne devrait-on pas indiquer sur la bouteille le taux de sucre, le taux d'acidité, le pH, les pesticides et la quantité de sulfite ?

  Pour en savoir plus sur le sucre dans le vin rouge voir Taux de sucre dans le vin rouge

___
1. Quanto è “dolce” il vino italiano! Winesurf, 14 février 2016

2. Le MCR SUCRAISIN® est élaboré à partir de jus de raisin dont on extrait tous les composants « non sucres ». Après concentration, on obtient un sirop de sucre incolore et pur. Il est parfaitement neutre. Il se compose de glucose et fructose. Disponible en contenants de 10 litres à plus de 1000 litres.
www.grapsud.com/nos-produits/oenologie/mout-concentre-rectifie-mcr

3 L'enrichissement des moûts à l'aide de techniques additives, Vigne et vin.

4 Sucres résiduels et sucres réducteurs, Journal de Montréal, 16 janvier.
 

Raventos i Blanc, De la Finca 2011

Un délice !
Quel beau mousseux! Bien meilleur que de nombreux champagnes deux fois plus chers!
Très aromatique si vous le servez dans un grand verre. Poire, beurre, caramel fin, cire, miel, biscuit fin. Des aromes que l'on retrouve parfois dans des champagnes de garde. Le vin a un bon tonus en bouche, un corps assez ferme, c'est d'un fruité sec, les bulles sont fines, l'acidité est vive et non agressive. La finale est fruitée et calcaire. D'une belle tension.
Il sera intéressant d'en mettre quelques bouteilles en cave.

Cépages: 45 % xarel-lo, 30 % macabeu, 25 % parellada. Récolte manuelle.
Culture en biodynamie. Vinification méthode champenoise. Aucune liqueur d'expédition n'est ajoutée, donc pas de sucre ajouté. Du vrai!
Alc. 12 %. Sucre 3,8 g/l.
Raventos, un magnifique domaine situé à 50 km de Barcelone, au coeur de la région viticole du Penedès
En ligne (6) et dans 25 magasins.

Au sujet de cette maison, lisez Raventos i Blanc — Cava un jour, Conca toujours

4 étoiles
Prix: 
31,25 $

Fuenteseca, Macabeo Sauvignon Blanc 2014

Capsule à vis garante de fraicheur.
Un beau vin blanc d'Espagne fait de macabeu à 80 % complété de sauvignon blanc.
C'est frais, légèrement herbacé, vif, très sec, floral, fruité blanc.
Doté d'une belle acidité vive sans être mordante.
Élevage en cuves inox, pas de bois.
Il a bien accompagné le poulet. Fera bien aussi avec les poissons, fruits de mer et pâtes.
Alc. 12 %. Sucre 1,5 g/l.
Un vin bio de la région Utiel-Requena, près de Valence.
En ligne et dans 106 magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
12,75 $

Arbois, Chardonnay 2011, Jacques Tissot

Arbois est une jolie petite commune du Jura qui produit des vins originaux et de belle qualité.
Même si c'est petit, il y a tout de même 25 vins de cette appellation à la SAQ.
C'est un chardonnay de belle facture à la texture légèrement huileuse. C'est frais, légèrement fruité avec une petite note d'amande.
Une deuxième bouteille dégustée dans la semaine était plus savoureuse.
Le producteur suggère de le servir pas trop froid à 10-12 degrés.
Bouchon de plastique. Alc. 12,5 %.
Dans 103 magasins.
D'autres vins d'Arbois...

2.5 étoiles
Prix: 
22,45 $

Le vin québécois pas tout à fait québécois

Des députés du Québec ont entrepris hier l'étude du projet de loi 88 qui permettra de vendre du vin québécois dans les épiceries.

Ils ont commencé à écouter les demandes des gens du milieu en commission parlementaire.

Trois points ont retenu mon attention lors de cette journée d'audience.

Cépages
Premièrement, disons que tous se sont entendus hier pour lever l'interdiction d'indiquer le ou les cépages sur l'étiquette. Les vignerons, la SAQ comme les embouteilleurs demandent plus de transparence au nom des consommateurs.

Qu'est-ce qu’un vin québécois
Le projet de loi vise à permettre la vente de vin québécois dans les 8000 épiceries et dépanneurs de la province.

Mais qu'est-ce que du vin québécois? Il faut définir ce qu'est du vin québécois, car actuellement les vignerons ont le droit de mettre du vin de l'extérieur de la province dans leurs vins. Les représentants de l'association des vignerons du Québec demandent qu'on permette de mettre jusqu'à 15 % de vin étranger dans les vins qui seront vendus en épicerie.

L'Association des embouteilleurs demande par contre que le vin québécois soit fait à 100 % de raisin québécois comme serait fait le vin chilien qui est 100 % chilien, disent-ils. Je me demande toutefois s'ils peuvent garantir que le vin en vrac qu'ils importent de Californie ne contient pas lui un peu de vin chilien.

La SAQ vend même du vin québécois qui à ma connaissance ne contient pas ou peu de raisins québécois.(Voir ici)

Que diriez-vous d'acheter un cassot de bleuets du Lac-Saint-Jean qui contiendrait 15 % de bleuets du Chili?

Comment par la suite vendre notre vin dit québécois en Angleterre en disant qu'il peut contenir du vin de l'Ontario ou du Chili?

Alors, si le vin fabriqué au Québec contient aussi du vin de l'Ontario, ne devrait-on pas l'appeler vin du Canada? S'il contient du vin californien; alors ce sera du vin d'Amérique et s'il contient du raisin du Chili; ce sera un vin des Amériques.

Est-ce que le sirop d'érable du Québec contient du sirop du Vermont? Est-ce que le vin de Bourgogne contient du vin de Bordeaux? Non, alors le vin québécois doit être fait à 100 % de raisins québécois, sinon, c'est du vin canadien ou du vin sans mention de provenance.

Le transport du vin
Là c'est lourd. Les représentants des embouteilleurs ont demandé que le vin québécois soit uniquement transporté par des camions de la SAQ. Alors, imaginez un épicier de Magog qui veut se faire livrer du vin du vignoble Le Cep d'Argent à 5 kilomètres de là. Un camion de la SAQ devra partir de Montréal et faire 120 kilomètres pour transporter le vin sur 5 kilomètres! N'est-ce pas ridicule? On a peur que le vin soit trafiqué, dit-on. Alors comment se fait la livraison des confitures, des litres de lait, de l'huile d'olive et autres? Pourquoi alors ne pas confier ce travail aux camions blindés de Garda? On voudrait mettre des bâtons dans les roues?

Le projet de loi sera encore à l'étude la semaine prochaine. Durant deux jours, on entendra d'autres représentants de commerçants (cidrerie, brasseurs, dépanneurs et épiciers) ainsi que deux organismes de santé, mais aucun représentant de consommateurs!

Voir aussi
La SAQ ne s'oppose pas à la vente de vin québécois en épicerie
Les vignerons du Québec veulent continuer à vendre à la SAQ
Le vin québécois doit être 100 % québécois

Syndiquer le contenu