Une page Facebook pour stopper les hausses de prix à la SAQ

Les dernières hausses de prix répétées des vins distribués au Québec par le monopole de la société des alcools font des mécontents.

Une page Facebook a été créée cette semaine par Mme Juliette Tremblay qui dit que «suite à l'article de Pierre Couture paru le 11 mars dernier dans La Presse, j'ai décidé de créer une page communautaire sur Facebook pour contrer les hausses incessantes de prix des produits à la SAQ.»

Elle écrit sur Facebook que «lorsque des milliers de personnes auront aimé (cette page Facebook), donc manifesté leur désaccord avec les hausses de prix, la SAQ devra réagir. Merci de faire ce petit effort et ainsi nous éviter de payer une bouteille de Fusion 30 $.»

Elle ajoute qu'une deuxième hausse de prix depuis le début de l'année est inadmissible; que les bouteilles à moins de 15 $ ne devraient pas disparaître; que le monopole d'État ne devrait pas piger ainsi dans nos poches.

«Reprenons le contrôle de nos SAQ.» 
«1 "J'aime" = 1 désaccord avec les hausses de prix», lit-on sur cette page Facebook.

Le but du site: «Pour que la SAQ arrête d'augmenter incessamment les prix de ses produits.»

Au moment de la consultation de la page, hier soir, il y avait 97 mentions «J'aime».

L'adresse de la page Facebook
  www.facebook.com/stophausseprixsaq

Luzon Organic 2011

Les producteurs affichent de plus en plus l'aspect bio, organique, de leurs produits.
La contre-étiquette de ce vin dit «aucun pesticide, herbicide, fongicide ou autre produit chimique n'a été utilisé afin d'obtenir un vin offrant des saveurs franches et une grande pureté de fruits.»
 
C'est un beau vin espagnol souple au fruité frais, peu tannique. Le fruité est enveloppant sans être gommant. La finale est longue et laisse une belle bouche.
Digeste, se laisse boire. Il a bien accompagné le poulet et frites.
Un 100 % monastrell de la région de Jumilla en Espagne.
Alc. 14 %.
Dans 147 magasins.
2.5 étoiles
Prix: 
16,40 $

La baisse des ventes de vin au Québec serait due aux épiciers

La baisse des ventes de vin au Québec est due aux épiciers, affirme la SAQ.

Après avoir nié longtemps la baisse des ventes de vin en volume, la direction de la SAQ l'avoue finalement, mais l'attribue aux épiciers.

Selon le porte-parole de la SAQ, Renaud Dugas, la baisse des ventes en volume «c'est surtout chez les grossistes et épiciers; en succursales, il faut regarder les résultats financiers, continuent d'augmenter, et là il faut faire attention aussi l'année financière n'est pas terminée, mais c'est surtout chez les grossistes et épiciers, là où il y a une diminution des ventes, mais en succursales il y a une augmentation.» (SAQ: moins de vin à prix abordable? Entrevue de Michel C. Auger à l'émission radio Le 15 18 H, région de Montréal, Radio-Canada, 11 mars.)

Pourtant, dans La Presse Affaires du 25 février, résumant les propos de la directrice des affaires publiques de la SAQ, Isabelle Merizzi, le journal écrivait que «pour justifier ces nouvelles compressions dans son réseau, la SAQ souligne que 850 000 transactions ont été enregistrées en moins dans ses magasins au cours de la dernière année, soit environ 1,4 % des 59 millions de transactions notées.» (La SAQ coupera 60 000 heures de travail en un an, Pierre Couture, La Presse, 25 février)

Il semble y avoir contradiction entre les propos des deux porte-parole de la société d'État. Toutefois, madame Merizzi tient à préciser qu'il y a en effet baisse du nombre de transactions, mais chaque transaction est plus élevée. Donc, les consommateurs vont moins souvent en succursales, mais achètent un peu plus.

La directrice des communications de la société d'État affirme donc que les ventes en volumes en succursales ont augmenté, moins que d'habitude, mais augmenté tout de même pour le deuxième trimestre (été dernier) de l'année 2013-2014. Une hausse de 400 000 litres pour un total de 28,7 millions de litres. Les chiffres du troisième trimestre seront dévoilés ce mois-ci et ils seraient positifs aussi.

Par contre, les baisses de vente en volume seraient attribuables aux épiciers. Selon les chiffres fournis par la SAQ, les dépanneurs et épiciers ont vendu au cours de ce deuxième trimestre 7,9 millions de litres, soit 800 000 litres de moins, soit un million de bouteilles de moins. Une baisse de près de 10 % par rapport à la même période l'année précédente. Au total, la baisse des ventes au Québec (succursales et épiceries) est de près de 400 000 litres.

Quoi qu'il en soit, qu'est-ce qui différencie la vente de vin en épicerie et celle des succursales.

  1. Les épiciers n'ont pas le droit d'indiquer le nom des cépages;
  2. Ils doivent demander la permission à la SAQ pour faire des rabais;
  3. La réputation des vins d'épicerie n'est pas très bonne;
  4. Les épiciers sont limités aux vins de bas de gamme (entrée de gamme), des vins achetés en vrac et embouteillés au Québec, alors que la SAQ a un choix de 12 000 vins, en plus elle peut vendre du vin d'épicerie embouteillé ici (voir la liste).
     

En résumé, il y a ralentissement des ventes de vin en succursales, et forte baisse dans les dépanneurs et épiceries. Au total, la diminution est de près de 400 000 litres pour le deuxième trimestre. (Rapport trimestriel SAQ 2013-2014, T2 PDF - 1,2 Mo)

Pourtant, l'année précédente, la performance des ventes en épicerie avait été meilleure que celle des succursales: soit une hausse de 2,9 % en épiceries contre 2,4 % dans les succursales.

Selon les chiffres de Statistique Canada, les ventes au détail ont légèrement augmenté en 2013 dans les magasins d'alimentation.

 Dernière modification: 17 mars.

Monthélie, Jean-Claude Boisset 2011

De beaux arômes de vieux bois, de laine, de fleurs, de fines herbes.
Le vin est élégant, assez riche, assez gras, complexe et très long.
Très agréable à boire.  Alc. 12,5 %.
Il a bien accompagné le filet d'aiglefin.
Dans 19 magasins.
3.5 étoiles
Prix: 
35,50 $

JCB no 21 Crémant de Bourgogne

Très aromatique. Belles bulles en bouche, un mousseux vif sur des flaveurs de fruits jaunes, de pêches.
Beaucoup de mousse en versant dans le verre.
Les bulles disparaissent bien vite, cependant on les sent bien sur la langue. 
Ne le servez pas trop froid, sinon laissez-le se réchauffer.
Brut. Bien sec. Alc. 12 %.
Contre-étiquette en anglais.
En ligne et dans 24 magasins.
3 étoiles
Prix: 
30,00 $

Locse Furmint 2009, Béres

Un vin de Hongrie bien original de cépage furmint. Gras, doré, semble oxydé, belle fraicheur, sec, saveurs assez intenses rappelant les amandes, les fruits jaunes. Il a bien accompagné le jarret d'agneau et les légumes bien parfumés aux fines herbes.
Alc. 14,5 %.
Dans 43 magasins.
3 étoiles
Prix: 
21,50 $

Syrah Polkurja 2010

Beau nez profond de fruits noirs. Bouche bien ample au fruité abondant qui enveloppe bien les tanins que l'on perçoit dodus. Tapisse toute la bouche. De la belle matière. Charnu et riche.
91 % syrah, 5 % malbec, 2% cabernet sauvignon, grenache, viognier,  tempranillo et mourvèdre.
pH 3,55  acidités 5,15 g/l.  Sucre 2 g/l.
Une production de 42 000 bouteilles.
Alc. 14,5 %
Pas filtré.
Polkura veut dire pierre jaune dans la langue mapuche faisant référence à la grande quantité de granite jaune du secteur.
Dans 56 magasins.

3 étoiles
Prix: 
23,85 $

Ruffino Fiasco 2012

La fiasque revient. C'est cette bouteille qui nous servait autrefois de chandelier (voir ces photos).
En fait, elle n'avait pas été abandonnée. Elle était exportée en Chine. C'était dans les années 1970 de la paille, c'est maintenant du papier. Le jus qu' il y a dedans? Du même niveau qu'autrefois. Correct.
Petit fruité, légèrement épicé, note végétale, court en bouche.
La SAQ dit qu'elle n'est ici «que pour un temps limité.»
À 22 $ pour un litre, c'est plutôt cher, mais réduit de 2 dollars jusqu'au 23 mars. De toute manière, ce n'est pas pour le vin, mais pour la bouteille!
Dans 382 magasins.

1 étoile
Prix: 
22 $ le litre

Tendu, tension

Un vin tendu. C'est un terme que nous entendons et que nous lisons de plus en plus souvent.

J'ai entendu plusieurs vignerons employer les mots «tendu» et «tension» dans leurs vins lors d'un récent voyage dans le Roussillon ainsi qu'au salon Millésime bio à Montpelier.

Il y a des termes comme ça qui deviennent plus fréquents, plus usuels dans le monde du vin, comme le mot minéral. Est-ce un effet de mode? Je dirais plutôt une tendance qui reflète l'air du temps.

Le terme tension semble remplacer ceux de corsé, de charnu. Il y a peu de temps, la mode était aux vins charnus, corsés et opulents. Les vins promus par l'influent chroniqueur américain Robert Parker.  Mais maintenant, comme l'écrit Claude Gilois, on assiste à une «inversion de tendance et un mouvement, qui se cherche encore, est amorcé vers l’élaboration de vins plus digestes, moins maquillés et moins trafiqués.»
(voyagesvinsdumonde.20minutes-blogs.fr)

Jean Gardiés, (Domaine Gardiés) vigneron dans le Roussillon, qui fait de très beaux mourvèdres, carignans ainsi que des jolis grenaches blancs et gris nous dit qu'il cherche à produire des vins tendus. «Tendus comme la corde d'un arc. Et que cette tension dure longtemps. Donc pas de battonage, ni de bois vanillé. Car le gras, nous l'avons déjà.»

Ainsi, la tension serait en opposition à trop gras, qui donnerait une sensation de mollesse.

Se peut-il aussi que certains cépages soient plus propices à donner des vins tendus. Le carignan et le mourvèdre ne sont pas le merlot; les grenaches et roussanne ne sont pas des chardonnays.

À cette enseigne, la syrah joue sur les deux tableaux. Elle peut être tendue dans certaines régions ou sous la main de certains vignerons, mais mollassonne dans d'autres chais.

Les conditions climatiques de certaines régions seraient-elles aussi plus aptes à produire des vins tendus. La Loire, le Rhône, Cahors et le Languedoc-Roussillon ne sont pas Napa, Barossa, ni Mendoza.  Pourtant, on perçoit une certaine tension dans certains vins de bons producteurs du Nouveau Monde.

En Bourgogne aussi, on entend cette expression, cette recherche de la tension.  «Je cherche la minéralité, l'énergie, la tension et la finesse au au risque que les vins soient austères en jeunesse», nous disait Gregory Patriat du groupe Jean Claude Boisset, lors de son passage à Montréal en mars 2013. (http://vinquebec.com/node/10813)

Les goûts des vignerons de ces régions et ceux de leurs clients ne sont pas les mêmes. Est-ce que l'on revient encore ici à la division buveurs de vin de type A ou B, Nouveau Monde versus Europe?

L'oenologue, ingénieur agronome et formateur en dégustation Jules Lamont, oppose ROND et TENDU. «En gros un vin rond, c’est un vin dont l’alcool l’emporte sur les autres sensations en bouche, qui remplit le palais et donne une impression à la fois douce et souple, sans âpreté. Un vin rond c’est un vin facile à boire, rassurant, comme un curé de campagne chez Maupasant.»
«À l’opposé, le vin tendu, nerveux, droit dans ses bottes, construit sur une trame acide plutôt qu’alcoolique, plein d’une belle vivacité. Plus difficile à apprécier pour le néophyte, la tension se traduit en bouche par une belle sensation de vivacité et de fraîcheur.»(www.wineandthecity.fr)
Donc, vivacité élégante versus douceur agréable.

In fine, donnons la parole à la linguiste Martine Coutier qui, dans son Dictionnaire de la langue du vin,  y consacre quatre paragraphes.
TENDU : Néologiste. Qualifie un vin pourvu d'une bonne acidité qui contribue à une impression de tension dans la bouche. Voir Nerveux, vif.» Et elle cite les auteurs Pierre Casamayor, C. Tupinier et N. de Rabaudy (1983). Et pour TENSION, elle cite les revues Le rouge et le blanc et la Revue de France.

Pour citer un ami: «les vins tendus, on peut toujours les détendre avec un bon repas!»

Maintenant, pour boire des vins tendus...

De bons vins 15 dollars et moins

On me demande de vous suggérer des vins à 15 $ et moins.
Oui, ça existe encore de bons vins à ce prix.
Le choix est moins grand d'année en année, mais il en reste encore, en voici quelques-uns.

- 10 $ Tocado 2012 Espagne 10845701
9,50
10-11$ Vila Regia, Douro 2012 Portugal 464388 10,20
  Chevalier de Dyonis Pinot Noir Roumanie 554139 10,50
         
12 -15$ Rapsani Tsantali 2010 Grèce 590836 12,75
  3 Grappes R. de la Chevalière 2012 Languedoc 642660 12,55
  Grde Rés. des Challières, Ventoux 2012 Rhône 331090 12,65
  Sangre de Toro 2012
Espagne 6585 13,40
  Les Jardins de Bagatelle 2012 Languedoc 11975209 15,00
         
Blancs Viña Sol 2013 Espagne 28035 12,25
  Albizzia Chardonnay Toscana 2012 Italie
541235 15,00

Vous en trouverez d'autres en rouge et en blanc.

VIN QUÉBEC A 17 ANS!

Nous venons de changer d'heure au Québec, et Vin Québec va continuer à essayer de vous donner l'heure juste dans le domaine de l'information sur le vin!

Ce site internet d'information sur le vin — vinquebec.com a 17 ans aujourd'hui.
En effet, le site Vin Québec a vu le jour en mars 1997.

Un peu plus de 200 000 visiteurs uniques l'ont fréquenté au cours de la dernière année, pour un total de 415 000 visites et plus de 800 000 pages vues.

La moyenne mensuelle est de 20 000 visiteurs. La moyenne quotidienne est de 1000 visiteurs; 69 % des visiteurs reviennent plusieurs fois dans le mois; chaque visiteur consulte deux pages par visite. (Selon Google Analytics)

Les journées les plus achalandées ont été le 2 septembre 2013 (3317 visiteurs); le 31 août (2090 visiteurs) et le 25 février 2014 (2014 visiteurs uniques).

Les sections et pages les plus consultées ont été au cours de la dernière année, après la page d'accueil:

  1. La section Qualité-prix
  2. L'article Sulfites dans le vin
  3. La page deux
  4. La section Listes d'achats
  5. Les meilleurs vins rouges de 15 à 20 $
  6. La section des grands vins
  7. La section Pour la cave
  8. La page de liens
  9. Les meilleurs vins rouges à moins de 15 $
  10. Les meilleurs vins rouges
  11. L'article Alergie, intolérance au vin
  12. L'outil de recherche, l'actuel et le temporaire
  13. L'article sur la conservation des portos
  14. La section des vins bio
  15. La section des meilleurs vins entre 20 et 30 $
  16. L'article La SAQ est dans le trouble, 2 septembre 2013
  17. L'article sur la conservation du vin une fois la bouteille ouverte.

Les autres articles les plus lus:

Les autres pages les plus lus:
La page du Vocabulaire, des Informations, ces Cépages, des Régions, des Arrivages, des Mousseux, De la cave, des Conseils, des Vins de plus de 30 dollars.

Pour le seul mois de février 2014, les articles et sections les plus consultées:

  1. Sulfites dans le vin
  2. Section Qualité-prix
  3. Moins d'employés et plus de pastilles à la SAQ
  4. Les meilleurs rouges
  5. Le meilleur champagne est chez Costco
  6. La section Liste d'achats
  7. La section Grands vins
  8. Les meilleurs vins rouges de 15 à 20 $
  9. L'article Alergie, intolérance au vin
  10. La section des vins bio.

Nous vous remercions de votre appui, de vos conseils, de vos encouragements, de vos critiques, de vos questions et informations qui nous aiguillent vers des sujets de recherche.

Un gros merci aux 200 000 lecteurs de vinquebec.com.

Nous le rappelons, vinquebec.com est gratis et indépendant.
Notre mission: découvrir, apprécier, apprendre et informer.

Château le Puy 2008

Le propriétaire de ce domaine demande d'avoir sa propre appellation.
Jean-Pierre Amoreau réclame que 5 des 50 hectares de son domaine en Côtes de Francs soient sous une nouvelle appellation qui serait AOC Le Puy.
 
M. Amoreau et son fils ont commencé les démarches en ce sens en août 2011. La demande est toujours à l'étude à l'INAO. L'association des producteurs des Côtes de Francs l'appuie dans sa démarche. La famille Amoreau travaille en bio, ne fait pas appel à des consultants ou oenologues et estime que ces vins sont très différents des standards des dégustateurs des organismes de contrôle de Bordeaux.
«Les dégustateurs de Quali-Bordeaux, organisme d’agrément, sont formatés à un goût. Il leur est demandé en amont de goûter un vin qui va servir d’étalon. Cette standardisation des vins n’est pas acceptable», disait M. Amoreau à la revue La Vigne.
 
Ce millésime 2008 est très aromatique, nez engageant, cuir, fines herbes, humus.
Un vin costaud, bien corsé, une texture serrée, des tanins fermes.
Un vin jeune. Finale persistante. Assez tendu. Belle texture. 
Un raisonnable 12,5 degrés d'alcool. Le domaine ne chaptalise pas son vin.
La maison vise à faire des vins «nature» avec moins de 35 grammes de sulfites au litre.
85 % merlot, 14 % cabernet sauvignon et 1 % de carmenère.
Pour quelques années de cave. L'agent dit que ce 2008 se bonifiera jusqu'en 2026.
 
La contre-étiquette nous dit que «les bouchons sont cirés à l'ancienne pour une meilleure et longue conservation.» Un truc: n'essayez pas de l'enlever au couteau. Percez tout simplement au travers avec le tirebouchon. Le haut de la capsule de cire viendra avec le bouchon de liège.
 
Fondé en 1610, bio depuis toujours, le domaine n'a jamais utilisé de pesticides ni d'engrais chimiques. En biodynamie maintenant. Environ 80 % de leur production est exportée.
En ligne et dans 169 magasins au Québec.
Aussi au format 500 ml à 18,70 $.
Le domaine fait plusieurs cuvées. Nous n'en avons qu'une au Québec.
 
Peut être considéré comme un vin nature. Je vous reparlerai prochainement de ces vins dits «nature» ou «naturel» et où les trouver au Québec.
 
  Voir l'article d'aujourd'hui dans le journal Sud Ouest «Le château Le Puy veut sa propre appellation».
 
3.5 étoiles
Prix: 
27,35 $

Le classement 1855 des Bordeaux ne vaut plus rien

Ce n'est pas un article que l'on risque de retrouver dans des revues financées par l'industrie du vin, tels La Revue du vin de France ou Terre de Vins.

Toutefois, un journal du Sud Ouest a le courage de le faire. Il rapporte qu'un groupe belge déguste chaque année plusieurs centaines des vins des châteaux bordelais. «Des premiers crus 1855 se retrouvent complètement largués, des châteaux méconnus s'offrent des notes élevées, des bouteilles à dix euros font la nique aux plus prestigieuses dont les prix s'expriment pourtant avec trois zéros...»

Pierre-Yves Crochet de Sud Ouest raconte que «Rémy Poussart a eu l'idée d'établir le Grand Classement des vins de Bordeaux. Après les millésimes 2007 et 2008, il s'est penché sur le cas de 2009. Son guide est paru jeudi. Le résultat est toujours aussi détonnant. Un crime de lèse-majesté diront certains.»

Rémy Poussart, journaliste belge, en est rendu à la troisième édition de son Le grand classement des vins de Bordeaux, et il constate que les «différents classements bordelais actuels ne reflètent plus en rien la réalité d'aujourd'hui».

Pour l'édition 2009, chacun des 671 vins (3 bouteilles chacun) de Bordeaux reçus ou achetés a été dégusté à trois moments en 2013 par un jury de professionnels et d'amateurs.

Des vins à 30 euros déclassent des vins à 800 euros. Pour le classement du millésime 2008, la meilleure note va au Château Gaby, un Fronsac à 30€; suivit du Château Martet Sainte-Foy 35€; le Château Pape-Clément, 85€, arrive en troisième juste devant le Château de Chantegrive à 16€ et le fameux Château Lafite Rothschild 880€.

Ainsi dans les meilleures notes se côtoient des grands crus notoires (ancienne classification) et des vins moins réputés. Il y a même un vin de coop. «Je pense que beaucoup de producteurs se réfugient derrière un nom et un terroir réputé pour ne pas faire les efforts qu'ils devraient faire», dit Rémy Poussard. Voici quelques vins du classement du millésime 2008.

 1. Château Gaby (cuvée Gaby), Fronsac,30€
 2. Château Martet (Réserve de Famille), Sainte-Foy, Bordeaux, 35€
 3. Château Pape-Clément, Pessac-Léognan,  85€
 4. Château de Chantegrive, Graves,  16€
 5. Château Lafite Rothschild, Pauillac,  880€
 6. Château La Gasparde (Cuvée Prestige), Castillon,  15€
 7. Prémya, Puisseguin-Saint-Émilion,  16€
 8. Château Léoville Poyferré, Saint-Julien,  59€
 9. Château Beau-Séjour Bécot, Saint-Émilion GC,  39€
10. Château Plince, Pomerol,  23€
11. Château de Barbe Blanche, Lussac-Saint-Émilion,  15€
12. Virginie de Valandraud, Saint-Émilion GC,  37€
13. Château Larmande, Saint-Émilion GC, 30€
14. Château Sansonnet, Saint-Émilion GC,  18€
15. Château Haut-Vigneau, Blaye , 11€
16. Château Nénin, Pomerol,  33€
17. 1938 de la coop, Puisseguin-Saint-Émilion 12€
18. Pétrus, Pomerol, 2.300€
19. Château Pichon-Longueville Baron, Pauillac,  95€
20. La Tour du Pin, Saint-Émilion GC,  33€

«Les 11 premiers vins proviennent de 11 appellations différentes, la preuve qu'aujourd'hui, on produit du bon vin n'importe où à Bordeaux!» (Le Grand Jury International des Vins)

Entre les connus, beaucoup d'autres inconnus.
 71 Margaux
 84 Mouton Rothschild
 98 Cheval Blanc
111 Pavie
156 Angelus
161 Latour
196 Totanoy
208 Montrose
257 Cos d'Estournel
294 Tertre Roteboeuf

Voir la suite sur le site alexissabourin.wordpress.com : Les 50 premiers du classement 2008

En 2007
1 Beau Séjour Bécot, Saint-Émilion
2 Léoville Barton, Saint-Julien
3 Léoville Las Cases, Saint-Julien
4 Pétrus, Pomerol
5 Patache d'Aux, Médoc
   (www.poussart.eu)

«D'une année sur l'autre, Saint-Julien et Saint-Emilion se taillent la part du lion.»

Comment se procurent-ils les bouteilles?
«Un peu plus de la moitié des producteurs sollicités nous ont envoyé des échantillons. Essentiellement les moins connus, à l'exception de châteaux comme Lafite Rothschild ou Léoville Las Cases qui nous soutiennent depuis le début. Pour les autres, nous devons acheter les bouteilles nous-mêmes. Le budget du guide 2009 était de 130 000 euros», dit Rémy Poussart à Sud Ouest.
____

Classement des vins de Bordeaux : le guide qui met tout sens dessus-dessous, Pierre-Yves Crochet, Sud Ouest, 7 mars 2014;
Le Grand Jury International des Vins - GJIV
;
Classement de 1855  Wikipedia.

Des bordeaux 2010 très décevants

J'ai participé dernièrement à une dégustation de dix vins de Bordeaux des millésimes 2010 à l'Académie du vin de l'Outauais.

Des vins de 40 à 145 $. Et je dois dire que j'ai été fortement déçu. Seul trois de ces dix vins méritent la note de très bon (trois étoiles ou 90/100).

La plupart de ces vins sont rustiques avec des tanins verts et asséchants. Leur acidité est élevée ce qui accentue leur astringence. Ils manquent de complexité. Les saveurs boisées sont très fortes et certains ont des saveurs végétales. Le pire à ce chapitre été le Sociando-Mallet.

Voici les vins et de courts commentaires.

Clos de La Gaffelière, St-Émilion, grand cru classé
Crème, vanille, tanins durs, costaud. 40$ *

Angludet, Margaux, cru bourgeois exceptionnel
La première bouteille était bouchonnée.
La deuxième: boisé, cèdre, tanins durs, texture pâteuse, bon boisé en finale. 50 $  *

Sociando-Malet, Haut-Médoc
Végétal et très boisé.  60 $

d'Armailhac Pauillac, 5e cru classé
Discret, melon! Facile, coulant. 80 $  *

Talbot, St-Julien, 4e cru classé
Tanins sévères, finale boisée, forte saveur de café. 95 $ *
Plusieurs participants l'ont pourtant bien aimé.

Latour à Pomerol, Pomerol     
Beau fruité sur de beaux tanins, équilibré, finale cassonade. 100 $ ***

La Dominique St-Émilion, grand cru classé
Cèdre, costaud, bien riche, belle finale. Bien fait. 115 $   ***

Domaine de Chevalier, Pessac-Léognan, grand cru classé
Cèdre, juteux, beaux tanins, texture lisse, finale boisée.  115 $  **

Branaire-Ducru, St-Julien, 4e cru classé
Costaud, plein, beau granulé, longue finale très boisée.   115 $  **

Malescot Saint-Exupéry, Margaux, 3e cru classé
Opaque, belle texture, de beaux tanins, sèveux. Le meilleur.   145 $  ***

À ces prix, on devrait obtenir plus de plaisir.
Sont-ils dans une phase ingrate? Mon voisin de table me dit qu'il faut être patient, qu'ils seront bons un jour. Il faut avoir la foi! Je ne suis pas certain que des vins aux tanins si secs soient bons un jour. Je suis donc allé voir ce qu'en pensait la presse spécialisée.

Un grand bluff!
Le millésime 2010 suit un superbe 2009, et il n'est pas de la même eau.
Comme le disait si bien le magazine Le Figaro Vin en 2011: bordeaux 2010 a été un grand bluff. «Beaucoup de ces vins font grimacer avec leurs terribles tanins, d'autant que bien des crus étaient marqués par la grande maturité des raisins, mais aussi par d'étranges verdeurs.»

Et «certains propriétaires ont aussi été abusés par les hauts niveaux de sucre et ont vendangé avant maturité physiologique, ce qui explique les tanins verts.»

Où est le plaisir?
De son côté dans le magazine Le Point, Jacques Dupont, énumère les conditions climatiques très défavorables en 2010 et dit qu'on a fait «des vins qui ont oublié que leur destin était d'être bus et de donner du plaisir.»

Le choix de la date des vendanges a été très difficiles pour les producteurs. écrit M. Dupont. «Choisir à quelles dates vendanger relevait du supplice. Devait-on cueillir tôt, avant que les sucres, et plus tard les alcools, grimpent au ciel, mais risquer de se retrouver avec des tanins astringents qui grattent au palais et sèchent les papilles? Ou devait-on attendre et perdre les arômes, le bon fruité, et offrir au consommateur un vin d'apéritif plus proche du porto que du bordeaux?»

Voulez-vous me dire pourquoi de nombreux vignerons de par le monde ont appris à faire du vin qui est déjà bon et pas trop cher; pendant que ces Bordelais veulent nous vendre des vins qui sont très chers et qui seront un jour peut-être bon?

«Si un vin est mauvais jeune, il ne va pas devenir bon avec l'âge», dit Rémy Poussart.

Toute de même, nous les goûterons peut-être de nouveau dans quelques années. On ne sait jamais!

___

Ces vins sont classés 3e, 4e et 5e cru en fonction des prix qu'ils affichaient en 1855. Selon, Le Grand classement des vins de Bordeaux (2008), aucun de ces châteaux ne se classe aujourd'hui parmi les 50 meilleurs de Bordeaux.

Porto Ferreira Dona Antonia

Quel délice!
Un porto vieilli en fût de chêne absolument délicieux au fruité fin. C'est suave, très persistant. Le vin est élégant, le sucré délicat.
Très bon avec les amandes et le chocolat.
Pour accompagner aussi les fromages, particulièrement les bleus.
Une fois la bouteille ouverte, elle se conservera plusieurs semaines au frais tout au long de la campagne électorale.
Servir à 16 degrés.
C'est un jeune tawny rouge brillant.
Alc. 20 %.
En ligne et dans 89 magasins.

4 étoiles
Prix: 
20,00 $
Syndiquer le contenu