Château Fortia, Cuvée du Baron, Châteauneuf du Pape 2010

Opaque beau nez profond, du costaud, chaleureux, plein, bien serré, de beaux tannins.
Très longue finale.
Grenache à 70 % et syrah à 30 %.
En ligne et dans 41 magasins.

4 étoiles
Prix: 
42,00 $

Côtes du Rhône Villages Montreuil AOC

Un vin acheté à l'épicerie.
Un vin très jeune. juteux fruité cerise, simple, bon, se laisse boite. Peu tannique sur le fruit léger. 
C'est bon.
Pas de millésime indiqué. Bouchon plastique.  Alc. 13,5  %.
La contre étiquette dit «embouteillé au Québec pour la SAQ par Les grands classiques import Montréal, Québec.

www.vinsenepicerie.ca ceux qui font le vin le plus vendu au Québec le Wallaroo Trail.

2 étoiles
Prix: 
16,75 $ à l'épicerie

Protégez-vous... des vins d'épicerie

Le magazine de protection du consommateur Protégez-vous a évalué 13 vins d'épicerie de plus de 17 $.

Sous le titre «Vins d’épicerie: découvertes étonnantes», le magazine écrit que «les résultats montrent bien que les vins d’épicerie haut de gamme ne vous décevront pas. Nos experts n’y ont repéré aucun défaut flagrant. Le rapport qualité-prix n’est toutefois pas vraiment au rendez-vous: à la SAQ, vous en trouverez d’aussi bons – voir mieux – pour quelques dollars de moins, selon notre expert-conseil Marc Chapleau.»

Les quatre dégustateurs ne savaient pas que c'était des vins de dépanneur, donc des vins importés en vrac et embouteillés ici. Des vins dont le prix va de 17 $ à 115$.

Aucun vin n'obtient une note supérieure à 85 %. La note de passage pour les très bons vins est de 90 % dans ce système de notation popularisé par Robert Parker.

La meilleure note, soit 85 %  est allé au Figs 2008, 36 $ chez Costco et IGA, un assemblage bordelais de Californie noté «frais, bonne acidité, amer».

Le vin le plus cher, le Julia Wine no 75, 115 $ chez Costco, obtient 84 % «bien typé, astringent».

La même note pour les Hautes Terres no 82 (IGA) 19,50 $. «Bon fruit, acidité marquée et finale asséchante»; et pour L'excentris, 19,50 $ chez des dépanneurs. «Equilibré, sans vice ni vertu».

En blanc, la meilleure note a été de 83 % pour le Morgan Hill 18,40 $ chez les dépanneurs. Un sauvignon de Nouvelle-Zélande jugé «bien typé, impression sucrée».

Les organisateurs ont placé un intrus dans la dégustation: le Château Couspaude 2010 (85 $) St-Émilion qui a obtenu la note de 87.

Les notes ne sont pas élevées: de 70 à 87. C'est souvent le cas dans les jurys formés de dégustateurs québécois francophones qui sont plus sévères (ou moins généreux) que les dégustateurs américains et canadiens-anglais. (Je parlerai de ce phénomène demain.) Le Couspaude est noté 92 par Parker et 92-93 par Suckling. (www.mondovino.com)

Protégez-vous donne trois conseils pour l'achat de vin en épicerie.

«Pour éviter que le vin soit altéré et ne manque pas de fraîcheur:

  • approvisionnez-vous dans des commerces, épiceries et dépanneurs, qui ont un bon roulement de produits;
  • ne choisissez pas les bouteilles poussiéreuses ou exposées à la lumière du jour;
  • vérifiez si le millésime est indiqué sur la bouteille et choisissez les vins les plus jeunes; les vins d’épicerie ne gagnent pas à vieillir, il vaut mieux les boire dès leur commercialisation.»

Vous trouverez tous les résultats de cette dégustation dans le magazine de l'édition d'octobre et sur le site internet www.protegez-vous.ca/vins-epicerie


Payez pour indiquer les cépages à l'épicerie

Il est interdit d'indiquer le nom des cépages ou des appellations sur les vins vendus en épicerie.

Seuls huit produits ont le droit de le faire. On m'avait dit que c'était en vertu de droits acquis, mais selon le magazine Protégez-vous, ce n'est pas ça. Il faut payer!

Selon, le magazine de protection du consommateur (édition papier), «en vertu du Réglement sur la promotion, la publicité et les programmes éducatifs en matière de boissons alcooliques, seuls huit vins de "dépanneur" choisi par appel d'offres peuvent afficher un cépage ou une appellation d'origine.» (Pourtant, ce règlement ne mentionne pas l'exception pour ces huit vins!)

Donc, selon ce règlement sur les programmes éducatifs, le consommateur n'a pas le droit de connaitre la composition ni l'origine du vin!

Pour huit vins, les importateurs-embouteilleurs doivent payer. «La SAQ a refusé de nous dévoiler combien», dit Protégez-vous dans son édition d'octobre 2014.

Ces embouteilleurs indiquent tout de même ces informations sur leur site internet, mais selon Linda Bouchard, porte-parole de la SAQ, ils trichent. Elle a dit à Protégez-vous que «pour nous (la SAQ), l'information ainsi véhiculée sur un site internet est une façon détournée de contrevenir à la règle (disant) qu'on ne peut pas en faire l'affichage sur les étiquettes des bouteilles et dans les publicités.»

Donc, consommateurs de vins de dépanneur, soyez et demeurez ignorants de ce que contiennent les bouteilles que vous y achetez!

Ce Règlement sur la promotion, la publicité et les programmes éducatifs en matière de boissons alcooliques dit bien à l'article 5 que « Dans une publicité, toute représentation relative à une boisson alcoolique doit être exacte. En outre, aucune publicité, qu'elle soit sonore, visuelle, imprimée, informatisée ou autre, ne peut indiquer le nom du cépage ou le nom de l'appellation d'origine d'un vin de table vendu par un épicier sous une marque exclusive.»

Tour ça est bien éducatif!

Tautavel, Grand Terroir 2011, Gérard Bertrand

Le vin de la semaine 

Si vous allez en Roussillon, il faut visiter la vallée de Tautavel et rencontrer l'homme de Tautavel.
Les vignerons de la coopérative du coin (Tautavel et Vingrau) y cultivent de très beaux raisins en collaboration avec le grand spécialiste des vins du Languedoc et du Roussillon Gérard Bertrand.

Ce Tautavel 2011 a un très beau bouquet de fruits noirs, de mûres, de réglisse et d'épices.
C'est d'un fruité succulent sur des tanins fermes. La finale est chaleureuse.
On goûte bien le grenache et la syrah. Les tanins fermes doivent être l'oeuvre du carignan.
La finale fruitée est bien longue et juteuse.
Laissez-le respirer et il vous en donnera encore plus.
Un vin de caractère à bon prix.
Appellation Côtes du Roussillon Villages Tautavel.
Alc. 15 %.
En ligne et dans 389 magasins.
Le producteur suggère de le servir à 18°C avec des poivrons grillés, un porc au caramel ou un lapin au pruneau et des fromages affinés.
Il pourrait se bonifier quelques années en cave.

3 étoiles
Prix: 
18,75 $ à la SAQ | Réduit de 2 $ à 16,75 $ jusqu'au 21 septembre.

Marquis de Goulaine, Sauvignon blanc Réserve 2013

Un beau sauvignon blanc de la Loire aux arômes herbacée rappelant la lime et le poivron vert.
C'est vif et bien fruité en bouche. L'acidité est belle et rafraîchissante.
Ses saveurs persistent longtemps.
Ne le servez pas trop froid, mais plutôt de 10 à 14 degrés sur les fruits de mer, les poissons, les salades, la viande blanche et les fromages de chèvre.
Bouchon de plastique.
Alcool: un raisonnable 11,5 %.
En ligne et dans 214 magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
16,00 $ à la SAQ | Réduit de 1,75 $ à 14,25 $ jusqu'au 21 septembre.

D'autres rabais

En plus du Tautavel et du Marquis de Goulaine, les agences et les producteurs offrent des rabais sur ces autres bons vins de France dans la section des produits courants jusqu'au 21 septembre.

Château de Goëlane 2011, Bordeaux rouge
Réduit de 2 $ à 16,65 $

Le Petit Grand 2012 Bordeaux rouge
Réduit de 2,20 $ à 12,95 $

B & G Domaine de la Gardie, Cabernet Sauvignon 2012
Réduit de 2 $ à 11,95 $

Ruché 2011

Montalbera Laccento Ruché di Castagnole Monferrato 2011
Ruché! Quelle belle surprise. Un vin d'une grande finesse.
La texture est souple et finement veloutée. C'est élégant. Un fruité fin et bien épicé. Des arômes de violettes, de fruits des champs. Il fait penser à des vins de Savoie faits du cépage la mondeuse. Un vin de soif, de plaisir.
Ruché est le nom du cépage plutôt rare, probablement originaire de Haute-Savoie. Vendanges manuelles. Pas de bois.
Pour accompagner les poulets, charcuteries, riz et plats de légumes.
En ligne et dans 76 magasins.
3 étoiles
Prix: 
24,90 $ à la SAQ | 24,95 $ à la LCBO

Casa Real, Santa Rita 1999

Il semble bien que le Chili peut faire (ou pouvait faire) de grands vins.
Ce Casa Real de la maison Santa Rita millésime 1999 a fortement impressionné les dégustateurs de l'Académie du vin de l'Outaouais.
Ce vin du Chili a été le préféré de la soirée organisée par M. Louis Grignon. Il côtoyait de grands noms, dont un Pontet-Canet 2000, un Gruaud Larose 2000 et des Rouget Pomerol 2004 et 2005, ainsi qu'un Mas la Plana 1997 et un Cape Mentelle 2004.
Ce Casa Real est mature avec de beaux arômes de cuir et de café. Les tanins sont fondus. La texture est élégante et laisse une très belle et longue impression en bouche.
Le Pontet-Canet 2000 n'a pas encore digéré son bois, ses tanins sont encore un peu rugueux, le fruit est très beau et le vin semble encore jeune! Le Gruaud-Larose 2005 est absolument superbe, riche de fruit et bien équilibré. Les deux Rouget ont un beau fruité. Le Mas La Plana 1997 a développé des saveurs de tomates confites et sa texture est d'un beau granulé. Le cape Mentelle 1999 a un beau fruité gras sur une note de menthe.

4.5 étoiles
Prix: 
50 $ À 80 $

The Cover Drive Jim Barry Cabernet Sauvignon 2012

Petits fruits, texture assez lisse, peu tannique.
De corps moyen. Belle finale sur le fruit.
Un vin simple.
Capsule à vis.

Alc. 13,5 %.
En ligne et dans une centaine de magasins.

2 étoiles
Prix: 
27,20 $
Syndiquer le contenu