Brett ou pas

Depuis quelque temps, nous tombons de plus en plus sur des vins défectueux. Des vins avec de fortes odeurs de cuir ou d'écurie et même pire. Nous associons souvent cela à des levures Brettanomyces. (*) Certains dégustateurs et chroniqueurs vin ont même développé ce que je nommerais une intolérance aux Brett.

En fait, les Brett ne seraient pas en cause dans tous les cas.

Le 13 avril, je publiais une note sur le vin bio Canet Valette Une et Mille nuits Saint-Chinian 2012. «Des odeurs de cuir et d'écurie. Une bouche amère. Pas de fruit! Que s'est-il passé? À retourner.»

Le même vin dégusté à la fin du mois à Montpellier (France) a donné le même résultat. Des collègues m'ont affirmé que ce vin était contaminé par ces fameuses Brett.

De retour au pays et intrigué, j'ai écrit au producteur pour lui demander ce qu'il en était.

M. Marc Valette m'a répondu très gentiment qu'il avait lui aussi goûté à certaines de ses bouteilles au mauvais goût. «Le problème m'est personnellement arrivé et croyez que depuis, je mets tout en oeuvre pour comprendre le phénomène et le corriger afin de ne plus avoir ce genre de désagréments. Ceci est d'autant pus difficile que cela ne concerne qu'une partie des bouteilles pour une mise unique du millésime.»

M. Valette a fait faire des analyses microbiologiques qui n'ont pas trouvé la présence de Brett, ni de bactéries acétiques susceptibles de se développer. Toutefois, il y a des bactéries qui peuvent se développer dans des conditions extrêmes (grands écarts de température.

 Nous touchons là à un problème que nous avons trop longtemps sousestimé. Je parle ici pour tous les vins, conventionnels, ou biologiques; car pour des PH de 3,69 (voir analyse jointe) comme pour le "une et mille nuits 2012", il faudrait avoir des doses de SO2 très importantes (50mg de libre) pour empêcher le développement de ces bactéries ou filtrer stérile (0,2micron) pour les tuer.»

Nous voyons encore là l'importance des pH bas et de leur relation avec l'usage des sulfites. M. Valette dit prendre tout les mesures pour contrer ce problème.

«Les pistes de réflexion que j'ai mises en pratique dès la récolte 2014 sont:
- évidemment, mesures d'hygiène renforcées à toutes les étapes de la vinification.
- couverture en gaz (azote ou gaz carbonique) lors de toutes les manipulations.
- attention très particulière sur les soutirages : mise à l'écart des fonds de cuves et réintégration après collage.
- importance de l'intégration et de la dose de SO2 à amener afin d'avoir un taux de total faible pour un taux de libre relativement important.
- attention particulière à la mise en bouteille (hygiène, rôle de l'oxygène dissout) et aux matières sèches (bouchons, bouteilles).»

On voit que ce n'est pas simple et que cela demande une attention constante.

M. Valette conclu «Croyez bien que ce problème me préoccupe au plus haut point et que je fais tout pour y remédier. Étant passionné de vin et celui-ci étant pour moi, avant tout instigateur de moments de plaisir, il est inacceptable tant pour le consommateur que pour le producteur de se trouver face à de telles bouteilles.»

Tout ceci est bien intéressant. On produit de plus en plus des vins qui ont moins d'acidité (réchauffement climatique et pratique vinicole), au pH élevé (pH 3,6 et +), en voulant y mettre le moins de souffre possible et cela entraîne des risques.

Ceci peut donner des vins avec des odeurs rappelant les écuries que nous journalistes attribuons souvent aux Brett, ce qui ne serait pas toujours le cas.

Merci beaucoup à monsieur Marc Valette d'avoir répondu avec beaucoup de détails à notre question — ce qui nous fait comprendre un peu mieux la fabrication du bon vin — et nous lui souhaitons du succès dans ses recherches.

 Brettanomyces
Communément appelé Brett, des levures (champignons) qui donne une odeur d'écurie, de ferme, de médicament, de caoutchouc brûlé au vin. On en retrouve de plus en plus à cause du réchauffement climatique et de la diminution des quantités de soufre utilisées pour protéger le vin. Voir aussi notre article Les odeurs d'écurie dans le vin.

 

 

Château Graville Lacoste 2013

Un vin des Graves au beau fruité de poires confites.
C'est très fruité. Son goût rappelle celui des sauternes.
Le vin est assez sec et asses gras.
Sémillon, sauvignon blanc et muscadelle.

Dans 48 magasins.
 

3 étoiles
Prix: 
22,30 $

Bonterra cabernet sauvignon 2011

Un bouquet de fruits, de cèdre et fleurs séchées.
Bouche plutôt souple pour un cabernet sauvignon de Californie. De beaux tanins sur un fruité agréable. C'est plutôt rond, succulent, finale sur le fruit, les fines herbes et les épices. De la belle matière.
Alc. 13,5 %. Sucre: 3,4 g/l.
En ligne et dans 248 magasins.
 

2.5 étoiles
Prix: 
19,95 $ à la SAQ | En rabais de 2 $ à 17,95 $ jusqu'au 10 mai.

Cava pinot noir, Dominio de la Vega 2009

Un beau mousseux rosé, presque rouge au fruité ample. C'est d'un fruité gras sur une belle acidité. Bien équilibré. Les bulles sont agréables.
C'est sec. 
Alc. 12 %. Sucre: 5 g/l.
Dégorgée en septembre 2014.
Dans 24 magasins.
2 étoiles
Prix: 
19,35 $

La SAQ devant la commission des finances

Le président de la Société des alcools a comparu hier devant la commission des finances de l'Assemblée nationale à Québec. C'est une comparution annuelle. M. Brunet a dû répondre à des questions des députés sur la performance de la SAQ. La plupart des questions ont été posées par le député de Granby, François Bonnardel, de la CAQ.

Le député a posé plusieurs questions demandant pourquoi nous étions le pays qui paie le plus cher les vins achetés dans le monde. Le Canada est le 4e plus gros importateur de vin au monde, pourtant nous sommes le pays qui paie le plus cher les vins que nous achetons dans la plupart des pays producteurs. (*)

M. Brunet a répondu à chaque fois en disant que nous payons le moins cher parmi les acheteurs canadiens!

M. Bonnardel a demandé aussi pourquoi la SAQ ne négocie pas directement avec les producteurs afin d'éviter la commission de 15 % des agents représentants les producteurs. Une somme évaluée à 150 millions de dollars. M. Brunet a répondu que c'était le système d'affaires courant.

Il a demandé aussi à la SAQ d'être plus transparent et d'afficher ses vins en vrac.

Le député a aussi demandé pourquoi ne pas permettre aux dépanneurs d'afficher les cépages. Le président de la SAQ a répondu qu'était un règlement qui dépend de la Régie des alcools.

Finalement, le député a demandé si la SAQ n'était pas juge et parti en faisant analyser les vins par ses propres employés au lieu de passer par un laboratoire indépendant. M. Brunet a répondu que «nous sommes parmi les meilleurs au monde».

* Voir Nos monopoles paient plus cher les vins du monde.

Vous pouvez visionner les travaux de la commission des finances à cette adresse assnat.qc.ca.

Bourgogne Hautes-Côtes-de-Nuits, Hervé Murat, Les Herbues 2011

Du fruit et du végétal. De la framboise et du poivron.
Belle bouche fraîche et juteuse.
Sucre: 1,8 g/l.
Dans plus de 80 magasins.

Le 2012 de ce vin est aussi sur les rayons.

2.5 étoiles
Prix: 
29,35 $

Limoux que c'est bon!

J'avais bien hâte de faire mon pèlerinage annuel dans le Languedoc, pour déguster, entre autres, les crémants de Limoux.
 
Pourquoi particulièrement les crémants de Limoux? Parce qu'un relevé de dégustation de la Revue du vin de France avait été bien sévère envers les mousseux de cette région.
 
Dans l'édition de mars de la revue, une dégustarticre d'Alsace affirmait que les crémants de Limoux n'étaient pas bons. En fait, un seul a été jugé digne de mention, contre un grand nombre pour l'Alsace. Elle disait que les crémants de Limoux étaient déséquilibrés!

Ainsi, arrivé au Château de Flaugergues pour la semaine de dégustation Terroirs et Millésimes en Languedoc, j'attendais avec intérêt la journée de dégustation des vins de Limoux. Ce fut mercredi, les crémants qui y étaient présentés étaient au nombre de 10. Je ne sais pas si ce sont les mêmes que la RVF a dégustés. Ils n'ont malheureusement pas publié la liste des échantillons reçus.
 
Cinq de ces dix crémants étaient parfaitement délicieux. Mon préféré a été le Taudou 10 €, fin et savoureux, puis le Eugénie 9,60 et l'Héritage brut 2012 10,40 d'Antech, l'Imperial Brut Tendre de la Maison Guinot et le Robert 2011 de la Société des Vins Robert

À cette dégustation de Montpellier, il y avait aussi des Blanquettes de Limoux. Les Blanquettes sont faites exclusivement du cépage mauzac, cépage limouxin. Blanquettes et crémants sont élaborés selon la méthode traditionnelle, dite aussi méthode champenoise en Champagne. Encore là, mon préféré a été celui de la maison Taudou 8 , puis le Réserve de la maison Antech 7,90 , suivit du Domaine de Fourn 9 (20,10 $ SAQ) et du Château Rives-Blanques 12,50 .

«La Blanquette de Limoux trouve son origine, en 1531, dans les caves de l'abbaye bénédictine de Saint-Hilaire, lorsqu'un moine découvrit que le vin qu'il avait mis en bouteilles et soigneusement bouché de liège formait des bulles, comme s'il commençait une nouvelle fermentation.» (www.limoux-aoc.com)

Finalement, nous avons pu déguster trois Blanquettes Méthode ancestrales. Ce sont des vins qui ne font pas de deuxième fermentation en bouteille. Le bien nommé Doux et Fruité Antech 7 , le Taudou 7,30 et le Doux de Robert 9 € sont absolument délicieux

À la SAQ, nous avons malheureusement peu de vins de Limoux. Notons toutefois, en plus de la Blanquette de Fourn, la Cuvée Expression 2013 d'Antech à 20,55 $ et 
Le Laurens Clos des Demoiselles Tête de Cuvée 2012 à 22,65 $. Nous trouvons aussi ici la Première Bulle de la coopérative Sieurs d'Arques. 

Il se fait aussi du crémant rosé à Limoux (le temps à manquer pour les déguster) et des Limoux blanc aux délicieuses saveurs de chardonnay dont Los Salvios 2013 du Domaine Girard, deux vins 2013 de Paul Mas le Ch. Martinolles VV et le Arrogant Frog
Il s'y fait aussi du Limoux rouge qui m'a moins impressionné. Notons tout de même la Grande Cuvée 2013 du Domaine Denois

Comment est faite la mystérieuse Blanquette ancestrale?
Voici ce qu'on peut lire sur le site de l'AOC Limoux. 
«La fermentation de la Blanquette Méthode Ancestrale, si elle est mystérieuse est aussi entièrement naturelle. Elle n'a pas recours à la sophistication de l'assemblage et du vieillissement.» On n'ajoure pas non plus de liqueur de tirage ni de liqueur d'expédition.

«Le sucre contenu dans le Mauzac vendangé, ainsi que les conditions climatiques, interviennent exclusivement. Les moûts fermentent jusqu'à l'obtention de 5/6° d'alcool, la mise en bouteilles est ensuite effectuée au mois de mars toujours au moment de la vieille lune, ou lune descendante. Alors, le vin prend mousse et atteint finalement 6/7 ° d'alcool.» (www.limoux-aoc.com)

Suggestions à la SAQ
Nous devrions avoir ici des Blanquettes Méthodes ancestrales, ainsi que les vins de la maison Taudou.
 
Quelques chiffres sur Limoux
Limoux est à quelques kilomètres au sud de Carcassonne.
L'AOC a 7800 hectares sur une altitude de 200 à 300 mètres.

Une cinquantaine de caves particulières et deux coopératives regroupant 500 vignerons et huit maisons de négoce.
La Blanquette c'est 4,6 millions de bouteilles en moyenne par année; le crémant c'est 5 millions, l'ancestrale 750 000 cols.

Exportations: 33 %. Belgique, États-Unis, Grande-Bretagne et Canada.
 
Les cépages
Blanquette de Limoux: 90 % mauzac minimum, 10 % chardonnay, chenin.
Crémant de Limoux: 90 % maximum chardonnay et chenin, (chenin minimum 20 % - maximum 40 %), 20 % maximum de cépages accessoires, mauzac et pinot noir ensemble, pinot noir seul limité à 10 %.
Blanquette Méthode Ancestrale : 100 % mauzac
 
Pour en connaître plus sur ces vins de Limoux, consultez le site www.limoux-aoc.com
Pour en savoir plus sur l'opération Terroirs et Millésimes en Languedoc, regardez le reportage de
_____
Ces vins ont été dégusté lors de l'opération Terroirs et Millésimes en Languedoc, à l'invitation du Comité interprofessionnel des vins du Languedoc (regroupement des producteurs de vins du Languedoc)
Je vous parlerai bientôt des vins des Terrasses du Larzac et d'autres AOC, ainsi que des surprenants blancs du Languedoc.

Arrivages — Mai 2015

Vers le 5 mai
Château de Miraval rosé 25 $
Le Miccine Chianti Classico 21,15 $
Badia a Passignano Riserva  43 $
Polena Donnafugata 19,20 $
Mas La Plana 2009  57,75 $

Vers le 12 mai
Ca'Rugate Soave 2014 20,80 $
Assyrtiko Argyros 2012  26,50 $
La Braccesca Vino Nobile 25,95 $
Savatiano Papagiannakos  17 $

Vins nature interdits en région!

Je reviens d'un voyage de presse en France et je découvre que la Société des alcools du Québec a mis en vente 6 nouveaux vins nature. Bravo!

Mais il y a un petit problème... un gros problème même! Il n'y en a aucun dans ma région! (Ni dans la vôtre d'ailleurs!)

En fait, ces vins sont indisponibles dans tout le Centre-du-Québec, tout le Bas-Saint-Laurent, Chaudières-Appalaches, Côtes-Nord, toute l'Estrie, Gaspésie, Lanaudière, Sagnenay, Lac-Saint-Jean et Mauricie entière. Le désert nature en région!

En Montérégie, seule la Dix-30 est pourvue sur 68 succursales. Dans les Laurentides, seule Rosemère a une caisse (entière!) de 12 (dans l'arrière-boutique, je suppose). Dans toute la région de Québec, seules deux succursales sur les 43 en ont. Les deux dans la ville de Québec même.

De plus, seulement trois de ces vins sont disponibles pour achat en ligne. (Il est à noter que les vignerons nature demandent de ne pas transporter ces vins à plus de 14 degrés Celcius. Ils ont peu de sulfite, qui est un antibactérien, donc peuvent se détériorer rapidement. Vin nature France)

SAQ, ça se dit un réseau de distribution!
Pourquoi réserver tous ces vins aux seuls habitants des centres-ville de Montréal et de Québec? Pourquoi interdire la découverte des vins nature aux habitants des régions? Dites-moi!

Gotin del Risc 2010

Beaux arômes de fruits sur une bouche légèrement vanillée.
Des tanins fins sur un beau fruit donne une belle texture d'un joli granulé.
Cépage mencia. Région Castille et Leon. Appellation Bierzo.
Sucre: 2,4 g/l.
Dans 15 magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
17,90 $

18 % des ventes de la SAQ se font en SAQ Dépôt

Huit des 400 magasins de la Société des alcools du Québec font 18 % des ventes de la SAQ. Ce sont les 8 SAQ-Dépôt. Ils étaient six. Ils sont maintenant huit et seront dix bientôt selon le président de la société d'État cité par Carl Renaud dans le Journal de Montréal d'hier.

«L’été prochain, l’enseigne comptera 10 magasins avec Repentigny et Mirabel. C’est le nombre d’établissements à escompte qu’un grand réseau doit avoir. L’enseigne génère 18 % de nos ventes», dit le président Alain Brunet.

18 % des ventes en argent, ça veut donc dire que plus d'une bouteille sur 5 vendues à la SAQ l'est dans les SAQ Dépôt. En effet, les vins y sont moins chers. Ils sont réduits de 15 % si on achète 12 bouteilles. Ces succursales ont de 300 à 800 vins. C'est moins que dans les succursales Sélections, mais ils y sont en plus grande quantité. La plupart de ces produits sont aussi dans les autres succursales, mais il y a 136 vins qui ne se retrouvent que dans les SAQ Dépôt. La plupart sont à moins de 20 dollars. Jusqu'à 20 % des vins sont exclusifs dans les deux nouvelles succursales dépôts.

Des économies?
Les gens ont l'impression d'y faire des économies, mais il faut nuancer. Ce n'est pas la SAQ qui donne le 15 % de rabais, mais plutôt le producteur. Celui-ci ajuste donc son prix en conséquence. En somme, il hausse son prix affiché pour le réduire à la caisse.

De plus, si nous achetons ces vins dans les autres succursales, nous les payons 15 % plus cher.

J'avais remarqué dans une recherche faite l'an dernier que ces vins sont encore plus chers qu'en Ontario. La différence est beaucoup plus élevée que pour les autres vins disponibles dans les succursales ordinaires!

Ça fonctionne par appels d'offres. La SAQ dit qu'elle bénéficie ainsi des budgets de promotion des fabricants. Ce sont les gros fabricants qui obtiennent ces espaces sur les rayons dans les dépôts. Ils peuvent fournir de grandes quantités de bouteilles.

Donc, ne nous imaginons pas qu'on nous fait un cadeau. Nous payons le prix. Même après la réduction de 15 % c'est tout de même plus cher qu'en Ontario, comme nous le montre le tableau suivant!

Prix vins Québec vs Ontario
  SAQ LCBO Diff Diff %
Georges Duboeuf Beaujolais-Villages 16,50 14,95 1,55 24%
Carmen Reserva Carmenere 13,95 11,45 2,50 21%
Bolla Valpolicella Classico 16,05 13,95 2,10 24%
Monasterio de Las Vinas Gran Reserva 20,10 16,95 3,15 19%
Masi Passo Doble 17,00 13,95 3,05 15%
Cusumano, Syrah 14,20 11,95 2,25 19%
Santa Cristina 15,80 13,00 2,80 22%
Carpineto Dogajolo 17,60 14,40 3,20 22%
Fuzion shiraz malbec 10,05 7,95 2,10 26%

  En fait, la différence est encore plus grande. Il faut en effet enlever de 0,20 $ de consigne aux vins de la LCBO.

Sur le même sujet

Képos 2012

Un vin de la région de Maremme au sud-ouest de la Toscane, sous la Bolghérie.
De belles flaveurs de fruits noirs, de fruits cuits, ainsi que de la cerise chaude.
Bien expressif et original. Très longue finale rappelant les cerises chaudes.
Un assemblage original de grenache, mourvèdre, alicante bouschet et carignan.
Producteur: Ampeleia.
Dans près de 100 magasins.

3 étoiles
Prix: 
25,10 $

Bourgogne Aligoté, Le Hardi 2012, Domaine Ballorin

Un vin blanc bien intéressant. On le dirait presque salé. La texture de ce vin est bien originale. Une impression d'écume fine sur la langue, une sensation perlante. C'est un vin minéral, très sec, légèrement acidulé, floral, avec des saveurs de pommes jaunes bien mûres. C'est sapide, assez complexe et bien agréable à boire.
Longue finale. Un vin digeste.
Alc. 12,5 %.
Dans plus de 50 magasins.

3 étoiles
Prix: 
23,50 $

Inama Carmenère Piu 2012

Un vin opaque, rond et riche.
Un carmenère pas herbacé (pas comme au Chili).
Bien fait, assez gras sur une pointe d'épice.
C'est crémeux, un peu collant et délicieux.
Un beau vin de la Vénétie.
Cépages: carmenère à 70 % complété de merlot.
Sucre: 1,4 g/l.
En ligne et dans plus de 100 magasins.

3 étoiles
Prix: 
22,40 $

Piona, Albino Piona, Bianco di Custoza 2013

Un vin blanc original, au nez floral et mielleux. On le dirait botrytisé, comme les sauternes.
Il est peu acide, on le dirait même un peu sucré, mais il est sec avec une sensation de sucrosité. Il a un petit creux en milieu de bouche, mais un beau retour en finale. Longue finale d'ailleurs! C'est original.
Sucre: 4,2 g/l.
Appellation Bianco di Custoza, Vénétie, Italie.
Cépages: garganega, tocai, trebbiano et cortese.

En ligne et dans plus de 70 magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
18,75 $

Mondeuse La Sauvage 2013

De beaux arômes de poivre blanc dans ce vin rouge de Savoie.
La bouche est juteuse. Les tanins solides sont bien intégrés au fruit.
Une finale sur les fruits épicés.
D'un bel équilibre. J'aime.
Sucre: 1,4 g/l.
Cépage : mondeuse.
Pascal & Annick Quenard
Dans près de 150 magasins.

3 étoiles
Prix: 
25,25 $

Treana 2012

Un vin opaque au beau nez riche de crème.
Le boisé est ample. Le vin est gras, riche et opulent.
La finale est sur la vanille.
Cabernet sauvignon et syrah.
Sucre: 3 g/l.

En ligne et dans plus de 130 magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
40,75 $

Osoyoos Larose Le Grand Vin 2009

Un millésime moins tannique que les précédents.
On a ici un très beau vin vanillé au fruité riche.
Le bois est bien présent, mais c'est du beau bois.
C'est bien fait, velouté et jeune.
À revoir dans deux ans.
58% merlot, 26% cabernet sauvignon, 7% cabernet franc, 2% malbec, 7% petit verdot; 20 mois en barriques à 60 % neuves.
Commenté aussi en juillet dernier.
Alc. 13,87 %. Acidité 6,1 (équivalence acidité tartrique), pH 3,94.
Une production de 96 000 bouteilles.
Un vin de Colombie-Britannique disponible en ligne et dans 259 magasins.

3 étoiles
Prix: 
45,00 $

Calcari, Xarel-Lo 2013

Un autre beau vin de la maison Parès Baltà.
Le cépage est le xarel-lo, un des cépages avec lesquels on fait les cavas.
Ce vin blanc est bien sec, minéral, floral.
La bouche est bien tendue sur des notes d'épices et de sapinage.
Un vin droit, bien fait et bien agréable.
Capsule à vis. Alc. 12,5 %.
En ligne et dans plus de 100 magasins.

3 étoiles
Prix: 
19,25 $

Un dur hiver pour les vignes du Québec

Cet hiver a été l'un des plus froids que nous ayons connu au Québec. «Ce froid a malheureusement causé des dommages aux bourgeons des vignes.» Comme nous le signale une note du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ).

Des conseillers viticoles ont fait des prélèvements dans les vignes et ont constaté des dommages importants. La survie des bourgeons primaires varie de 10 à 100 %. La Montérérie et Lanaudière ont été plus touchées. En Montérégie-Est, le taux de survie des premiers bourgeons de Frontenac est de 90 %, mais ceux des Marquette n'est que de 40 %.

En Lanaudière, le taux de survie des cépages Frontenac et Marquette est inférieur à 59 %.

En Estrie, c'est mieux, mais variable d'un site à l'autre de 33 à 80 % de taux de survie.

Pourtant, ce sont des cépages rustiques.
Les résultats pour les cépages non rustiques seront connus plus tard.

Si j'ai bien compris, les bourgeons primaires sont ceux qui donnent les raisins de meilleure qualité. Après la mort de ces bourgeons primaires, il apparait aussi des bourgeons secondaires, mais ils donnent de moins belles grappes et donc des vins de qualité inférieure.

«Selon les premiers résultats obtenus, la situation se compare à celle de 2014», selon la note du Réseau d’avertissements phytosanitaires.

Fait étonnant, l'hiver précédent il y a eu plus d'heures à -20 Celcius en Estrie qu'à Québec. En effet, il y a eu 375 heures à moins de -20 C en Estrie, mais 331 à Québec au cours de l'hiver 2013-2014. Le moins d'heures à -20 C ont été relevées en Montérégie-Est, soit 141 heures. Il faut noter ici que ces chiffres varient énormément d'un site à l'autre.

Cette année, la température minimale moyenne a été de -16 en janvier dans plusieurs secteurs et de -19 en février.

Il a donc fait très froid et longtemps, ce qui fait dire au vigneron Anthony Carone sur sa page Facebook qu'«après des années d'avertissement à mes collègues vignerons du danger de ne pas protéger même des vignes rustiques, le pire a finalement eu lieu. Heureusement, les vignerons intelligents ont stocké des niveaux de vins pour accueillir les pertes pour les trois prochaines années!»

Source: Réseau d’avertissements phytosanitaires – Avertissement N˚ 1 – Vigne – 14 avril 2015

Baisses des importations de vin de France au Canada

Les importations de vin de France ont baissé en 2014 par rapport à l'année précédente.

En volume, la baisse est de 4 %; en valeur c'est une chute de 12 %.

Il y a chute sans presque toutes les AOP (appellation d'origine protégée), sauf pour le champagne qui a connu une petite hausse de 0,52 % (arrondie à 1 dans le tableau).

Par contre, nous avons importé plus de vin IGP (indication géographique protégée) une hausse de 3 %. Du côté des vins sans indication (vin de France) la hausse a été de 0,6 %.

Parmi les AOC, les plus grandes baisses ont été du côté des Bordeaux (-15%) et des Bourgognes et Provence (-14%) et des Beaujolais (-13%).

Si l'on regarde les chiffres d'importation en valeur, la chute est plus forte. C'est -26 % pour Bordeaux de 72 millions € en 2013 à 53 millions € en 2014.

Seuls les vins sans indication géographique (SIG) et les IGP ont connu des hausses.

Importations en volume de vin de France au Canada en milliers d'hectolitres et millions €
  Volume   Valeur
  mhl %   %
IGP 160 3   51 1
SIG 84 1   14 5
Bordeaux 61 -15   53 -26
Bourgogne 38 -14   36 -16
Rhône 37 -7   26 -16
Languedoc 36 -5   15 -7
Beaujolais 24 -12   14 -15
Loire 17 -10   12 -10
Alsace 15 -5   9 -9
Champagne 12 1   38 -10
Autres mousseux 10 -2   6 -1
Provence 7 -14   4 -14
Autres AOP 37 -4   16 -9
Total vins 554 -4
300 -12

Source: Douanes françaises, BusinessFrance / Département Agrotech Interoc-service économique.

Le prix moyen du litre de vin de France importé au Canada est de 5,41 €; soit 4 € la bouteille ou 5,40 $.

Aux extrêmes, le prix du litre de champagne est de 31 € le litre (31 $ /bouteille); alors que les vins IGP sont 3,13 € le litre; soit 3,15 $ la bouteille.
 

Les Terres Rouges Saumur Champigny 2013

Superbes arômes de cabernet franc de la Loire: humus, terre et champignons sur de beaux fruits. Bouche juteuse. Tanins fins, belles saveurs. Un cabernet franc de belle qualité. Belle texture d'un granulé assez fin.
Un vin d'un certain caractère. Intéressant.
Alc. 13  %.
Presque qu'aussi bon que le 2012.
En ligne et dans 55 magasins.

3 étoiles
Prix: 
20,85 $

Birichino, Besson Vineyard Central Coast Vigne Centenaire 2012

Un vin rouge très pâle et très léger. Du beau jus de fruit.
De belles notes d'épices.
C'est fin, coulant, agréable à boire. Facile et digeste.
Grenache à 100 %.
Dans 80 magasins.

3 étoiles
Prix: 
24,00 $

Ijalba Maturana Blanca 2013

Très beau vin blanc de la Rioja. C'est sec sur un fruité assez gras. D'une belle rondeur en bouche. Agréable à boire, coulant. Bel équilibre entre l'acidité et le fruit. Assez long. Belle finale légèrement acidulée. Pêche. Petite note de fruits tropicaux. Digeste.
Ne le servez pas trop froid à 10-12 degrés.
Cépage maturana blanca. Cépage rare, 2 hectares à Ijalba en culture écologique. 
En ligne et dans plus de 70 magasins.
3 étoiles
Prix: 
23,35 $

Domaine la Prade Mari, Conte Des Garrigues 2010

Des arômes de crème, de violette, de vanille et de paille.
Une jolie bouche ample sur un fruité gommant, assez charnu et épicé.
De la matière en masse. Un vin généreux.
Très longue finale juteuse.
Un assemblage à parts égales de syrah et de grenache.
Alc. 14,5 %. Sucre; 2,3 g/l.
Dans 49 magasins.

3 étoiles
Prix: 
22,35 $

Côte de Roses 2014

L'habillage ne fait pas le moine, mais ça aide.
Quelle belle présentation. En plus, un bouchon de verre.
C'est tout de suite impressionnant en bouche, c'est rond, un fruité bonbon. Ample, fruité assez sec. Longue finale sur une saveur qui rappelle la banane.
Pour accompagner le prosciutto au melon, en apéritif ou avec des plats légèrement épicés.
Grenache, cinsault et syrah. Sucre: 1,7 g/l.
Un vin de Gérard Bertrand.
En ligne et dans plus de 100 magasins.
2 étoiles
Prix: 
19,60 $

Le meilleur en dégustation, le moins bon à table

L'expérience se répète souvent: le vin le meilleur en dégustation ne tient pas sa place à table!
 
Le vin le mieux noté en dégustation perd des points lorsque nous mangeons.
Autrement dit, le meilleur prétendant fait le moins bon mariage!
 
Nous dégustons deux vins rouges: A et B. Le premier est léger, plutôt acide, peu tannique, peu aromatique, agréable et bien fait. Le deuxième est plus aromatique, plus gras, plus complexe, nous semble bien meilleur que l'autre. Nous lui donnons une meilleure note.
 
À table, nous refaisons le même exercice en mangeant. Toutefois, nous constatons que nous buvons plus le A que le B. Nous éprouvons plus de plaisir à boire le vin souple que le vin plus costaud.  Au final, la bouteille du A est presque vide alors que celle du B est à mi-chemin.
 
Il faut dire que ce phénomène se reproduit souvent. J'aime déguster plusieurs vins avant le repas et poursuivre à table. La première fois que j'ai fait mention ici de ce genre de résultats, c'est en 2008 dans un texte intitulé Premier en dégustation, dernier au repas et vice-versa où le meilleur costières-de-Nîmes en dégustation devint le moins bon à table.
 
Ceci me rappelle aussi une expérience contée par Michel Dovaz juge au fameux Jugement de Paris organisé par Stephen Spurrier en 1976 à Paris. Au soir de cet évènement, M. Dovaz apporte des vins de ce concours pour les regoûter au repas avec un ami. Ils constatent alors que le champion lasse vite et ils finissent le repas avec un autre vin!
 
Cette découverte pose un problème de taille pour un prescripteur de vin. En effet, quel vin doit-on recommander?  Celui qui a une meilleure note en dégustation ou celui qui a la meilleure note à table? Qu'elle note doit-on mettre? Celle obtenue en dégustation pure ou celle de la table?
Et que valent ces notes données à des dizaines de vins dégustés et jugés d'une gorgée sans manger?
 
Comment les consommateurs vont-ils eux juger ce vin? Par la première gorgée prise ou lors du repas? Nous savons que la plupart du temps le vin est acheté pour accompagner un repas.
 
Mais pourquoi le meilleur vin en dégustation ne tient-il pas sa place à table?
Tentative d'explication. L'acidité et le gras.
 
Souvent le vin qui obtient la meilleure note en dégustation est le vin le plus gras, le plus riche. Il est souvent aussi le vin le plus aromatique et est dit plus complexe.
 
Toutefois, lorsqu'on le boit à table, il est confronté à un autre corps gras: la nourriture.
Gras sur gras, on se lasse, ça devient un peu lourd et peut-être parfois pâteux.
Pendant ce temps, le vin moins gras, dont l'acidité est plus apparente — je dis plus apparente car dans l'absolu il n'est pas toujours le plus acide, mais vu qu'il est moins gras, il semble plus acide — donc le vin qui semble plus acide, plus léger aussi, s'avère plus agréable avec la nourriture. Il l'accompagne, il n'additionne pas gras sur gras. Son acidité souvent même coupe dans le gras.
 
De plus à table, le côté aromatique, la richesse du bouquet ainsi que la complexité du vin mieux noté semblent moins importants qu'en pure dégustation. 
 
D'autres fois, c'est un vin tannique en dégustation, mais qui s'assouplit en présence d'un met. Ou encore un vin au boisé intégré en dégustation, mais dont le boisé vanillé, cocoaté ou caféié devient écoeurant à table!
 
Ceci est assez déroutant, mais très intéressant. Il faut poursuivre les expériences afin de mieux comprendre ce phénomène.
 
Lire aussi

Viña Herminia, Rioja 2011

Un vin au fruité riche et enveloppant. Un fruité chaud.
On ne reconnait pas la Rioja ici.
Tempranillo et garnacha.
En ligne et dans plus de 60 magasins.

2 étoiles
Prix: 
23,95 $

Attention: de plus en plus de mauvais vins bio

Nous rencontrons de plus en plus de vins bio ayant des défauts!
Est-ce un hasard? Est-ce dû au fait que nous en dégustons plus? Est-ce dû aux conditions de conservation?
Le fait est que depuis quelque temps, le nombre de vins bio oxydés, brettés ou contaminés par des bactéries est plus grand.

Nous sommes à la recherche de vins bio. Donc, nous en testons plus. Malheureusement, le taux de rejet s'est accru ces derniers temps. Pourquoi? Nous allons tenter de donner des pistes de réponses.

La première piste: la température
Les producteurs de vin bio mettent moins de sulfites dans leurs vins. Ce dioxyde de soufre est un préservatif efficace. Il aide à la conservation des vins. Il est essentiel selon plusieurs. Des vignerons réussissent à produire de bons vins avec très peu de sulfites ajoutés. Toutefois, ils doivent prendre des précautions supplémentaires d'hygiène à la vigne, à la cave et lors de l'embouteillage. Ils (et leurs employés) doivent être très méticuleux.

De plus, les conditions de transports et d'entreposages doivent être idéales.

Ces vins traversent l'Atlantique, sont entreposés dans d'immenses locaux à Montréal, sont ensuite distribués dans les 400 succursales par temps très froids et très chauds, sont conservés un temps dans les arrière-magasins (quelquefois surchauffés) des succursales; puis sont placés sur les rayons de nos petites et grandes surfaces que sont les succursales SAQ. La température y est réglée pour le confort des employés et non pour celui des vins. Il y fait 22 degrés Celsius.

«Sur le plan microbiologique, les populations de microorganismes dénombrés sont plus conséquentes à tous les stades», écrit l'Institut français de la vigne et du vin qui a mené des tests sur les vins qui contiennent moins de sulfites. «La question de l’évolution et de la tenue de ces vins au cours de leur conservation en bouteilles se pose.» Après si peu que deux ans en bouteilles «au niveau sensoriel des écarts significatifs apparaissent» L'IFV recommande de «repenser les conditions de transport et de conservation des vins conditionnés» avec moins de sulfites. (1)

Les auteurs du site 1001 Dégustations notent aussi que «le soufre étant un stabilisant, les vins faiblement dosés présentent un risque de moins bonne conservation, notamment lors de variations de température.» (2)

Piste 2: le bouchon
Ces vins bio qui contiennent moins de sulfites sont plus sensibles à l'oxydation et aux développements potentiels de bactéries. «Sur le plan microbiologique, les populations de microorganismes dénombrés sont plus conséquentes à tous les stades», écrit encore l'IFV. Il leur faut donc des bouchons très étanches de très bonne qualité. Le bouchon est le maillon faible ici.

La demande de bouchon de liège a explosé à la suite des hausses de production de vin dans le Nouveau Monde. Il est ainsi plus difficile d'avoir les meilleurs. Nous avons même vu des bouteilles de vin bio obturées avec des bouchons de plastique. Ce sont les bouchons réputés les moins étanches. Donc à éviter. Vin bio et bouchon de plastique à éviter. Ce n'est pas toujours possible, car nous savons rarement ce qu'il y a dans le goulot.

Piste 3 : ascorbique
Afin d'utiliser le moins de sulfites possible, le producteur doit tout de même assurer la conservation de son vin. Il peut se tourner alors vers d'autres moyens. L'utilisation de l'acide ascorbique en est un. C'est aussi un antioxydant. Il a ses qualités et ses défauts. En effet, la charte des vins bio de la FNIVAB recommande la «prudence avec l’acide ascorbique, qui permet certes de minorer les apports en SO2, mais qui peut se révéler à terme hyper oxydant lors de certaines évolutions.»

Finalement, ça peut être une combinaison de plusieurs facteurs. Le vin bio moins bien protégé est plus sensible aux variations de température et nécessite un bouchon de meilleure qualité.

L'avenir
Le nombre de vins bio augmente et continuera d'augmenter. Les risques d'en rencontrer de plus en plus de défectueux s'accroitront alors. À moins d'être plus prudent dans le transport, l'entreposage et dans la présentation en magasins. Ces vins devraient être conservés dans la section la plus fraiche des magasins.

La Société des alcools du Québec doit lancer bientôt quelques vins nature. Ces vins qui contiennent très peu de soufre ajouté sont très sensibles à la température. Ils doivent généralement être conservé à des températures inférieures à 14 C. Est-ce qu'ils le seront?

À retourner
Quoi qu'il en soit, si vous débouchez une bouteille qui est défectueuse vous pouvez la retourner. En effet, la Loi de protection du consommateur du Québec oblige les commerçants à reprendre tout produit défectueux. Malheureusement, très peu de consommateurs retournent les bouteilles défectueuses. Ce n'est pas ainsi que nous allons améliorer la situation.

_____

(1) Limiter l’utilisation du SO2 tout en préservant la qualité du vin
(2) Vins Bio, vins biologiques, vins certifiés AB
(3) Charte vin bio FNIVAB

Château la Tour de l'Évêque rouge 2012

La première bouteille était plutôt terne et décevante. Je connais ce vin et je sais que ça peut être bien mieux. Je vais changer la bouteille à la SAQ.
La deuxième bouteille est beaucoup plus intéressante.
Bien aromatique, corbeille de fruits embaumant sur une petite note végétale peut-être donnée par le cabernet sauvignon.
Bouche très ample, charnue même, abondance de fruits. Riche. Très longue finale. 
Tanins bien intégrés au fruit abondant. 
Un vin riche.
Syrah et un peu de cabernet sauvignon.
Côtes de Provence mis en bouteille au château.
Vendanges manuelles, bio.
Dans 48 magasins,

Commenté aussi en octobre dernier.

3.5 étoiles
Prix: 
21,75 $
Syndiquer le contenu