Les changements à la SAQ : bon ou non pour le consommateur?

Est-ce que les changements annoncés à la SAQ vont être à l'avantage des consommateurs?
 
  • Premièrement, la SAQ va changer la manière de négocier les prix avec les producteurs de vin.
  • Deuxièmement, elle va aussi changer le calcul de sa majoration.
Ce sont les deux plus grands changements qui ont été dévoilés au début du mois à un groupe de députés.
Ça fait partie du plan de redressement de la SAQ à la suite du rapport de la Vérificatrice générale du Québec.
 
Cette dernière reprochait à la direction de la SAQ de ne pas négocier les meilleurs prix de gros possible.
La direction de la SAQ a répondu qu'elle essaiera dorénavant d'obtenir des prix plus bas, mais que pour compenser son manque à gagner elle essaiera d'obtenir plus de budgets de promotion de la part des producteurs de vin.
 
Donc, elle va chercher à faire baisser les prix des vignerons, mais elle va leur demander plus d'argent en frais de promotion dans les publicités et en vendant des espaces tablette.
 
Ça semble assez contradictoire. En effet, pour payer plus de ristournes en publicité et frais de marketing à la SAQ, les producteurs devront plutôt vendre leurs vins plus chers.
 
Actuellement, la SAQ paie ses produits 1,3 milliard $ et récolte seulement 63 millions $ en revenus publicitaires payés par les producteurs.
 
Si elle réussit à réduire les prix de gros de 10 %, cela représentera 130 millions de dollars. Pour compenser, elle devrait alors faire payer 130 millions de dollars de plus aux fournisseurs en frais publicitaire ce qui est trois fois plus qu'actuellement!
 
De toute manière, est-ce que le prix de détail qui va en découler sera plus bas? C'est difficile à croire.
Si on enlève un dollar à l'achat pour l'ajouter en frais de publicité payable par le producteur de vin, ça revient au même en fin de compte. C'est échanger quatre trente-sous pour une piastre!
 
Il ne semble donc pas que cette tactique va réduire les prix de détail. Il n'y aurait donc pas plus de vin à meilleur marché. De plus, le président de la SAQ a dit qu'il n'était pas question d'augmenter le nombre de vins à petit prix. Il dit que 155 vins à moins de 12 $ c'est largement suffisant. «Alors, l'équilibre à 155 produits, comme c'est le cas actuellement, est trouvé.»
 
La deuxième mesure proposée par le président de la SAQ est d'adopter une majoration semblable à celle de la LCBO en Ontario. Une majoration qu'il appelle linéaire. Soit le même pourcentage de bénéfice pour tous les produits. Actuellement, la SAQ se prend une plus grande marge sur les vins moins chers et une plus petite sur les vins plus chers.
 
Ce qui fait qu'après taxes ça donne une majoration de 260 % pour un vin à 14 $, mais 160 % pour un vin à 26 $ (Voir La SAQ taxe plus les pauvres http://vinquebec.com/node/12759)
 
«Notre scénario de croissance, il se fait avec des produits qualitatifs et avec des produits comme la spécialité, des produits un peu plus pointus, différents, innovants, et c'est là qu'il faut investir,» a affirmé M. Alain Brunet à la Commission de l'administration publique de l'Assemblée nationale au début de novembre.
 
Comme me le disait avec déception un ami en fin de semaine, on va dorénavant soutirer plus d'argent  des grands amateurs de vin.
 
Ainsi après avoir mécontenté ceux qui veulent des vins moins chers, la SAQ va décevoir ceux qui achètent des vins de plus de 20 $. Ceux qu'elle appelle les connaisseurs.
 
Est-ce que c'est une bonne stratégie?

Les meilleurs vins de l'année

Quels ont été les vins qui ont obtenu les meilleures notes?
Quels sont les vins les moins chers?
Quels sont les vins qui ont obtenu les pires notes?

Réponse à ces questions dans la liste des vins commentés et publiés au cours des 12 derniers mois.
Vous trouverez en suivant le lien suivant

vinquebec.com/annee

De gros changements à la SAQ!

Le dernier rapport de la Vérificatrice générale du Québec a été tout un électrochoc pour la direction de la SAQ.

Le président de la société d'État dit avoir eu trois mois pour présenter un plan d'action.

En voici les grandes lignes.

  1. La SAQ négociera finalement les prix de gros avec ses fournisseurs afin d'obtenir de plus bas prix;
  2. Elle ne fixera pas le prix de détail à atteindre lors de ses appels d'offres;
  3. En compensation, elle essayera d'aller chercher plus d'argent des fournisseurs en frais de marketing, de positionnement de produit;
  4. Elle modifiera le calcul régressif de sa majoration qui désavantage actuellement les vins à petits prix pour s'aligner sur une marge linéaire comme en Ontario;
  5. Elle baissera progressivement les prix de ses vins courants afin de les amener au même niveau que ceux de la LCBO de l'Ontario;
  6. Elle maintiendra le nombre de vins à petit prix à 155;
  7. Elle offrira des vins à 8 $.
  8. Elle éliminera plus rapidement les vins qui se vendent peu;
  9. Elle maximisera ses ventes via le web;
  10. Elle réduira la surface totale de ses magasins de 10 % tout en les maintenant au nombre de 400-410;
  11. Elle négociera avec ses employés des horaires en fonction de l'achalandage.

Le président Alain Brunet a présenté un plan de redressement qui contient 37 actions réalisables en 3 ans. Ceci afin de corriger les lacunes dénoncées par la Vérificatrice générale du Québec.
Ce plan a été dévoilé à la Commission de l'administration publique de l'Assemblée nationale au début de novembre.

Nous expliquons plus en détail ces points principaux dans les textes suivants:

Le bois mort de la SAQ

  — On va mieux gérer et sortir le bois mort.

C'est ce que promet le président de la Société des alcools du Québec.
Par bois mort, il entend les bouteilles qui prennent de la poussière sur les tablettes.

M. Alain Brunet veut augmenter le taux de roulement des produits et éliminer plus vite ceux qui ne se vendent pas bien.

Il entend d'ailleurs utiliser internet pour faire rouler les vins plus vite. Il appelle ça «la mobilité transactionnelle». Ça concerne surtout les vins dits de spécialité. Ce sont les 10 000 vins en plus petite quantité, quelquefois des vins de niche.

«C'est que tous ces produits-là de spécialité sont difficiles à distribuer. Et s'ils prennent de la poussière sur les tablettes, ils prennent de l'espace, c'est du pied carré. Il ne faut plus qu'ils soient sur les tablettes à prendre de la poussière.»

«Alors, maintenant, on les garde dans l'entrepôt de la SAQ.com, puis, quand on les pousse en magasin, c'est parce qu'ils sont vendus, parce qu'ils ont été tirés par le Web. Dans notre jargon du commerce de détail, on appelle ça le «long tail» : tu gardes l'inventaire virtuel en entrepôt, tu deviens beaucoup plus efficace en matière de gestion des stocks et tu peux accélérer sur l'offre de produits.»

Ils seront poussés et distribuées par le système d'achat en ligne appelé Cliquez, achetez, ramassez. De plus, grâce au Web, la direction de la SAQ compte ainsi réduire de 10 % la surface totale de ses magasins tout en les maintenant au nombre de 400-410.

Ce système d'achat en ligne semble très profitable selon le président Brunet. Il vise aussi à accroitre l'achalandage en magasin. Les clients passent en magasin ramasser leur caisse et dans 30 % des cas, le client achète aussi autre chose.

D'ailleurs, vous avez peut-être remarqué que la SAQ propose en ligne, depuis peu, tous ces nouveaux vins deux semaines avant qu'il ne soit en magasin.  (Voir à ce sujet Réservez des vins qui arriveront dans deux semaines.)

Château Jolys, Cuvée Jean 2013

Le vin de la semaine 

Comment ne pas se laisser tenter par ce très joli vin moelleux, velouté, riche d'un beau sucré rond, satiné et fin.
Ça coule en bouche et caresse le palais.
Des saveurs d'abricot et de miel sur des notes de botrytis.
Un vin de plaisir, un vin apéritif ou de dessert.
Il accompagne aussi les fromages, les hors-d'oeuvre.
Cépage : petit manseng en vendanges manuelles en trois tris successifs de raisins séchés sur pied (passerillage).
Sucre 74 g/l. Alc. 12,5 %.
Pour une dizaine d'années de cave.
Dans 191 magasins.

4 étoiles
Prix: 
24,25 $

Clos de la Briderie 2014

Un bel assemblage de malbec, de gamay et de cabernet franc.
Ce dernier cépage marque bien le vin avec ses flaveurs de terre humide.
Le malbec lui donne une texture d'un beau granulé tannique et le gamay enrobe le tout d'un fruité bien agréable.
Il a bien accompagné les quesadillas. Il en fera autant avec les riz, les viandes, les braisés...
Servir bien frais à 13-14 degrés.
En culture biodynamique. AOP Touraine-Mesland.
Sucre 1,6 g/l.
Bien meilleur que le millésime précédent.
En ligne (22) et dans 178 magasins.

3 étoiles
Prix: 
18,15 $

Nicolas Feuillatte Brut Réserve, Champagne

Nez assez discret, délicat, fin, où le fruit domine.
Bonne tenue en bouche, du fruit et un peu de pain. Vraiment très bon.
Alc. 12 %. Sucre 11 g/l.
En ligne (5) et dans 362 magasins.
Un rabais de 3 $, donc 45,50 $ jusqu'au 27 novembre.

4 étoiles
Prix: 
48,50 $

La SAQ va modifier sa majoration

La direction de la Société des alcools du Québec a décidé de modifier le calcul de sa majoration sur les vins.

Longtemps accusée de surtaxer les pauvres, la SAQ a décidé de réagir aux critiques et de modifier cette majoration tant décriée.

 

La majoration actuelle est régressive, c'est-à-dire qu'elle est plus élevée pour les vins à petits prix. Ainsi, après les taxes, un vin acheté par la SAQ 4 $ est vendu 14 $ aux Québécois, soit une majoration de 260 %; pendant qu'un vin acheté 50 $ est vendu 100 $; soit une majoration de 99 %. (La SAQ taxe plus les pauvres)

(Le système actuel de majoration est expliqué plus en détail ici : La majoration de la SAQ.)

Le président de la société d'État a annoncé à un groupe de députés qu'il allait chercher à modifier la majoration de façon à ce qu'elle soit linéaire.

 

«Mais on a une structure qui est régressive ou dégressive, là, qui... dans le fond qui maximisait l'impact en pourcentage sur les petits prix. Mais, comme le volume est là, ça rapportait des grosses sommes. Et ce qu'on veut, c'est réduire le pourcentage pour amener une structure qui est beaucoup plus linéaire.

Alors, nous, ce qu'on veut, c'est rendre notre structure linéaire (comme en Ontario).»

 

En Ontario, la majoration de la LCBO est constante et transparente soit à 71 % pour tous les niveaux de prix.

 

À une question et suggestion du député Nicolas Marceau (PQ), M. Alain Brunet a répondu que «tout est ouvert, même une majoration progressive.» C'est-à-dire qu'il n'écarte pas la possibilité de taxer plus les vins chers que les vins moins chers.

 

Toutefois, M. Brunet a dit que ça ne se fera pas en un jour. «C'est un processus qui va être un long travail exigeant, qui va requérir plusieurs étapes et qui requiert des ressources financières.» Ça pourrait donc prendre 3 ans.

 

De plus le président Brunet dit qu'il ne prendra plus de marge sur les frais fixes tels que les sommes versées à Éduc'alcool et celles réservées à l'environnement. En effet, pour donner 10 cents à Educ'alcool, la SAQ prélevait 30 cents, se gardant ainsi un 20 cents supplémentaire de profit!

Des vins qui arriveront le 29 novembre

Des vins qui arriveront dans deux semaines et que vous pouvez commander aujourd'hui!

C'est une nouvelle méthode de mise en marché adoptée par la SAQ il y a déjà quelques semaines. Le président de la SAQ appelle cela «la mobilité transactionnelle».

Près d'une centaine de vins sont alors affichés en ligne entre mercredi midi et vendredi matin de chaque semaine.

La société d'État veut ainsi faire rouler les stocks plus vite et réduire le nombre de bouteilles qui prennent de la poussière sur les rayons.

M. Alain Vrunet dit que «tous ces produits-là de spécialité sont difficiles à distribuer. Et s'ils prennent de la poussière sur les tablettes, ils prennent de l'espace, c'est du pied carré. Il ne faut plus qu'ils soient sur les tablettes à prendre de la poussière. Alors, maintenant, on les garde dans l'entrepôt de la SAQ.com, puis, quand on les pousse en magasin, c'est parce qu'ils sont vendus (en partie) et parce qu'ils ont été tirés par le Web. Dans notre jargon du commerce de détail, on appelle ça le long tail : tu gardes l'inventaire virtuel en entrepôt, tu deviens beaucoup plus efficace en matière de gestion des stocks et tu peux accélérer l'offre de produits.»
 

Cette semaine, c'est 86 vins, la plupart (53) de France. De 200 à 400 bouteilles de chacun de ces vins sont réservées pour commande en ligne dès aujourd'hui.

En voici quelques-uns qu'il serait intéressant d'essayer.

Domaine Fernand Engel Riesling Réserve 2013  BIO 18,80$

Lyrarakis Kotsifali 2014 14,05$
Nyakas Sauvignon Blanc 2015 15,95$
Domaine Labbé Abymes 2015   16,95$

Domaine De Fenouillet Faugères Combe Rouge 2014   18,75$
Domaine de l'Idylle Mondeuse 2015   19,25$
Clos d'Albizzi Cassis 2015   21,85$

Marchese di Barolo Ruvei Barbera d'Alba 2014  21,95$
Château Sainte-Eulalie La Cantilène 2013   22,80$
Borgogno Barbera-d'Alba Superiore 2014   23$

Bouchard Père & Fils Bourgogne Les Coteaux des Moines 2014   23,95$
Domaine Louis Moreau Chablis 2015   25,25$
Château du Cèdre Cahors 2013   27,15 $

Clos Triguedina 2011   28,85$
Badia a Passignano Chianti-Classico Gran Selezione 2010   43$
Domaine Bott-Geyl Sonnenglanz Grand Cru Pinot Gris 2009   44,50$

Louis Roche La Rose Pauillac 2012 45,75$
Poderi Colla Roncaglie 2012   47,50$

La SAQ va finalement négocier ses prix

De gros changements à la SAQ!
À l'aube de son centenaire,
la Société des alcools du Québec
va finalement négocier les prix de gros
avec ses fournisseurs de vin!

Nous l'avons expliqué ici à plusieurs reprises. La SAQ ne cherchait pas à obtenir les meilleurs prix. Tout au contraire: elle voulait payer cher pour vendre cher.

Son système était simple et bancal. Elle fixait et communiquait à ses fournisseurs le prix de détail recherché. Puis leur donnait une calculette pour qu'ils sachent à quel prix de gros vendre le vin à la SAQ afin qu'il atteigne le prix de détail recherché après l'ajout de la marge de la SAQ et des taxes. (Voir Encore une preuve que la SAQ ne veut pas payer les vins le moins cher possible.)

C'est fini cela «nous déployons actuellement de nouvelles façons de faire», dit le président de la SAQ. «Avant, on mettait le prix de détail pour indiquer un peu ce qu'on recherchait dans les appels d'offres et on ne fait plus ça. Maintenant, on travaille vraiment à partir de la base de la négociation des coûtants.»

Alain Brunet ajoute «un exemple : on a changé la pratique de telle sorte que quand on va en appels d'offres maintenant, on identifie, dans les catégories de produits qu'on cherche, quelle devrait être la base à appuyer, à accoter, là, pour le fournisseur en termes de coûtant maintenant. On ne parle plus de prix de détail.»

Pour chaque appel d'offres pour un vin nouveau, la SAQ dit recevoir de 20 à 30 soumissions, mais ne négociait pas le prix à la baisse; puisque le prix de détail était déjà affiché. De plus, elle n'avait pas intérêt à faire baisser les prix puisque sa majoration étant en proportion du prix coutant elle aurait réduit ses bénéfices.

Mais tout ça va changer. La SAQ va aussi modifier la manière de calculer sa majoration.

Ça partait d'une bonne intention
La direction de la SAQ dit qu'elle agissait de bonne foi. «Ça fait que, quand on a un besoin qui est spécifique sur une strate de prix, on le mettait; ça partait d'une bonne intention.» Tout était orienté sur le prix de détail recherché. Ce système était vicié. (Le système d'achat de gros de la SAQ est vicié)

On arrête ça
La vérificatrice générale du Québec a fortement reproché à la direction de la SAQ d'agir ainsi, de ne pas utiliser son fort pouvoir d'achat et de ne pas chercher à obtenir le meilleur prix. Ce rapport de Mme Guylaine Leclerc a été un électrochoc pour la direction du monopole. (La SAQ veut payer cher)

«Mais ce que le rapport dit (le rapport de la VG), c'est que, ça, ça amène un vice, un peu. C'est-à-dire que ça détermine tout de suite le prix que vous voulez payer, parce qu'à rebours vous pouvez arriver au coûtant. Dans notre monde, c'est comme ça que ça marche un peu. Vrai. C'est pour ça qu'on change. On a arrêté...»

C'est ce qu'a dit le président Brunet à un groupe de députés. «On a arrêté déjà cette pratique-là, O.K. On ne mettra plus le prix de détail, même si c'est bien important, mais on va le gérer autrement dans notre processus.»

C'est déjà en marche, dit M. Brunet «Oui. Mais on l'a déjà testé, on a fait déjà un appel d'offres comme ça, puis là, c'est pour ça qu'on a résolu de continuer.»

On ne gérait pas les prix
«On regarde dans le rétroviseur. On ne gérait pas le commerce de l'alcool selon les normes commerciales, les meilleures pratiques du marché, là, en général, on appelait ça la courroie de transmission. On ne gérait pas les prix, hein? Le prix rentrait, et même il y avait des banques de listing pour des agents, tout ça. On ne gérait pas les prix», finit par avouer le président directeur général de la société fondée en 1921.

Alors, comment négocier les prix?
«Il y a des choses qui émergent, il y a des choses qu'on voit, qu'on va voir, qu'on voit déjà, et on va pouvoir commencer à dresser le fondement, le principe de la structure de la majoration. Ça va émerger, ça va arriver.»

La nouvelle méthode semble un peu floue, mais le président Brunet explique qu'il veut faire plus d'argent du côté du marketing. Donc, faire payer plus cher pour le positionnement des produits, les «displays», les dégustations, les tablettes, les frigos... «Les fournisseurs, ils paient pour ça. On va beaucoup mieux gérer la négociation, pas juste des coûtants, mais du prix net. Et c'est vers ça qu'on veut aller.»

Vendre des expaces tablettes, faire payer le fournisseur pour mieux positionner son produit rapporte des dizaines de millions de dollars à la SAQ. Le président Brunet qui n'a pas voulu donner un chiffre plus précis veut intensifier cette action.

Les circulaires seront à travers le web et les réseaux sociaux, ajoute le président qui compte bien les faire payer encore plus par les fournisseurs. C'est ce qu'il appelle des «Promo Punch».

On va aller chercher des revenus supplémentaires sur les dépenses publicitaires de plus de 70 % des produits; essentiellement sur les produits courant, affirme M. Brunet.

Pourquoi ne pas l'avoir fait avant?
«En fait, pourquoi, là... encore une fois, là, on regarde dans le rétroviseur, tu sais, moi... ça fait presque 100 ans que la SAQ existe, mais on a bâti là-dessus, puis, après, faire un virage puis aller vers autre chose, bien, ça nécessite d'avoir des ressources puis de se donner une marge de manoeuvre pour le faire. C'est ambitieux, puis peut-être que ça n'a jamais été fait avant parce qu'on n'a jamais eu les bonnes conditions pour le faire.»

Le président de la SAQ a fait ces révélations lors d'une séance de la Commission de l'administration publique de l'Assemblée nationale, en présence de la Vérificatrice générale du Québec, le 3 novembre dernier.

  Source : Journal des débats de la Commission de l'administration publique

Dans la série COMPRENDRE LA SAQ  

Du vin à 8 dollars à la SAQ

Changement de cap à la SAQ!
Après avoir presque complètement éliminé l'offre de vin à moins de 10 $, la SAQ offre des vins à 8 $.

En effet, le président de la SAQ révèle avoir lancé un appel d'offres pour des vins à ces prix en juillet dernier. (Du 30 juin au 21 juillet) «Ce qui manquait aussi dans l'offre», dit M. Alain Brunet. «On en rentre cinq nouveaux en janvier.»

Certains de ces vins seront en Tetra Pak ou PET. D'autres seront même au format de 1 litre. L'appel d'offres pour ces vins de spécialité mentionnait le «Prix de détail suggéré : Moins de 8,00 $CA».

«Dans le cadre de son effort à rejoindre tous les segments de ses clients, La Société des alcools du Québec lance un avis de recherche intitulé "Éditions limitées - Petits prix"».

On ajoutait que «la SAQ prendra en charge la mise en valeur des produits dans ses véhicules promotionnels et assurera le marchandisage en succursales. Ainsi, aucun frais promotionnel ne sera facturé aux agents/fournisseurs.» (SAQ Petits-prix 2017) (Du vin à 7,95 $)

Il y a aujourd'hui 9 vins à 8 $ et quelques sous à la SAQ.

Ce qui ramène le nombre de vins à moins de 10 $ à 50, comparé à 33 au début de novembre. Ce nombre était tombé à son plus bas, soit 23 en mars dernier.

Rappelons aussi que le nombre de vins à moins de 10 $ était de 67 en décembre 2013; de 90 en novembre 2013 et de 183 en 2009.

La SAQ essaie de se rattraper un peu et de récupérer des clients qui avaient quitté le joli monde de la consommation de vin parce que des prix trop élevés.

Si l'on compare avec sa voisine: la LCBO a un vaste choix de vins à 8 dollars. Sa gamme de prix commence d'ailleurs à 6,40 $; alors que le vin le moins cher à la SAQ est à 8,20 $.

Rappelons aussi que la SAQ a réduit de 50 cents près de 1600 vins au début du mois. Ce ne serait qu'un début selon le président du monopole.

Les journalistes de la SAQ

Le saviez-vous?
Les chroniqueurs de vin, les sommeliers chroniqueurs de vin font partie de l'écosystème de la SAQ!

Voici la retranscription des propos tenus par un député en présence du président de la Société des alcools du Québec.

M. Jean-Denis Girard, député libéral de Trois-Rivières
«Je vais retourner vers Trois-Rivières. Tout à l'heure je vais écouter la radio, et je risque d'avoir un sommelier qui va me parler d'un vin qu'il va déguster avec les animateurs de radio. Demain matin, je vais me lever, je vais ouvrir la télévision à un poste que je ne nommerai pas, mais je vais avoir une chronique vin, et qui va recommander certains vins. Curieusement, ce vin-là, je vais à la SAQ, il est sur la tablette en avant et il va se vendre comme ça ne se peut pas durant tout le week-end. Est-ce que…
Mais est-ce que ces gens-là travaillent avec vous? Est-ce qu'il y a des ententes de commercialisation, de marketing?

M. Brunet (Alain) : Non. Pas d'entente. On les laisse libres.

M. Girard : Comment ça fonctionne à ce moment-là?

M. Brunet (Alain) : On appelle ça l'écosystème SAQ. La SAQ, ce n'est pas en vase clos.
Mais c'est bien qu'on soit lié puis qu'on ait un bon réseau. C'est ça, l'écosystème.
Puis l'écosystème, c'est l'ITHQ, c'est la sommellerie, c'est les chroniqueurs en vin. Alors, oui, on leur fait des dégustations, oui, on travaille avec eux.»

(3 novembre 2016 dans un local de l'Assemblée nationale)

Château de Fontenille, Bordeaux 2015

Un vin blanc de Bordeaux bien agréable, droit, net avec de fines odeurs d'herbes et une belle acidité donné par le sauvignon. Ceci est équilibré par le fruité des 3 autres cépages: sauvignon gris, muscadelle et sémillon.
C'est élégant et bien fait.
Il a bien accompagné la morue aux ognons verts (échalotes).
Un bel assemblage de sauvignon blanc 40 %; sauvignon gris 20 %; muscadelle 20 % et sémillon 20 %.
Une production de 100 000 bouteilles.
Région : Bordeaux Entre-deux-mers.
Alc. 12,5 %. Sucre 1,6 g/l.
En ligne (81) et dans 40 magasins.

3 étoiles
Prix: 
17,45 $

Château de Maligny, 1er cru L'Homme mort 2014

Belle bouche fruitée sur une note végétale vive.
Le vin est asses tendu, sec, très expressif, raisins verts et savoureux.
Des saveurs qui rappellent un peu les poires.
Un chardonnay vif, droit, sans maquillage de bois.
Très agréable à boire.
Finale intense, minérale.
Alc. 12.5 %. Sucre 1,6 g/l.
Pour quelques années de cave.
En ligne (8) et dans 109 magasins.

3.5 étoiles
Prix: 
36,00 $

Nisia 2014

Un vin blanc espagnol aromatique, gras, rond, coulant, bien fruité et bien agréable à boire.
Il roule en bouche avec ses aromes de poire et de pêche.
Idéal à l'apéritif.
Cépage : verdejo. Bodegas Ordoñez. Appellation : Rueda. Région : Castille Léon.
Sucre 6,9 g/l. Alc. 13 %.
En ligne (9) et dans 41 magasins.

3 étoiles
Prix: 
21,00 $

Montagny Premier Cru, Buissonnier 2013

Un très beau chardonnay, très aromatique, parfumé même.
Saveurs de fruits conflits.
Bien agréable à boire, salé, minéral, sec et assez gras.
Servir de 10 à 12 degrés.
Sucre 1,6 g/l.
En ligne (36) et dans 74 magasins.

3 étoiles
Prix: 
24,45 $ à la SAQ | 20,25 $ à la LCBO

Saint-Véran Georges Duboeuf 2013

Il n'y a que 4 vins de cette appellation Saint-Véran (Mâconnais) à la SAQ.
C'est le moins cher.
Saint-Véran encercle l'AOC Pouilly-Fuissé.
Il est dans cette belle bouteille en forme de quille qui était à l'origine destinée au seul marché du Québec!
Le nez est frais en engageant.
La bouche est ;à la fois légère et ample. Peu acide, assez gras,sur une note de miel et de pêche. C'est sec et assez persistant.
Du beau chardonnay pas boisé.
Laissez-le se réchauffer dans le verre.
Sucre 2,6 g/l. Alc. 12,5 %.
En ligne (24) et dans 215 magasins, dont 6 SAQ-Dépôts.

2.5 étoiles
Prix: 
21,30 $

Arrivages du mardi 15 novembre à la SAQ

Di Giovanna Nerello Mascalese 2014 bio 19,80$
Sangervasio Terre di Pisa Rosso 2011  bio 21,30$
Syrah Château Maris Natural Selection Biodynamic (Bio) 2014 23,55$

Col d'Orcia Rosso di Montalcino 2013  bio 24,95$
Domaine Olivier Pithon Cuvée Lais 2014 rouge  Bio 26,60$

Quinta De Gomariz Loureiro 2015 16,30$
Mas des Capitelles Faugères La Catiède 2014 17,95$
Domaine Maison Père & Fils Cheverny 2013 18,55$

Domaine Fenouillet Hautes Combes Faugères Blanc 2014 19,05$
Pierre-Marie Chermette Les Griottes Beaujolais 2015 19,55$
Ramos Pinto Duas Quintas 2015  blanc 19,70$

Catherine et Pierre Breton Épaulé Jeté 2015 blanc 23,10$
Pierre Gaillard La Dernière Vigne Syrah 2015 24,20$
Château de Nages Cuvée Joseph Torrès 2013  25,95$

Domaine Courbis St-Joseph 2014  28,10$
Donnafugata Tancredi 2012  31,75$
Domaine des Baumard Savennières 2014  32,50$

Domaine de Thalabert Crozes-Hermitage 2010   42,50$
Erath Pinot Noir Estate Selection 2013   45$
Domaine Labet Fleur de Savagnin 2014   45,25$

Château Kefraya Comte de M 2011   49,25$
Castelgiocondo Brunello-di-Montalcino 2011    50$
Domaine Courbis Les Eygats Cornas 2014   61$

Mousseux
Domaine J. Laurens La Rose No 7 21,60$
Billecart-Salmon Brut Réserve 65,25$
Billecart-Salmon Brut  107,75$

Domaine Chatelain, Pouilly-Fumé, Les Challoux, Silex 2015

De beaux aromes de vin frais et vif.
Bouche vive, assez tranchante.
Belles saveurs d'herbes sur une note de poivron jaune.
Du beau sauvignon bien sec.
Servir à 10-12 degrés.
Alc. 13 %. Sucre 1,4 g/l.
En ligne (3) et dans 61 magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
26,10 $

Novas, Camenère Gran Reserva 2014

Un vin du Chili bio fait du cépage carmenère.
C'est original et intéressant.
Le vin est bien coloré. Assez costaud, ample, tout en fruit avec une petite note vanillée.
Une finale riche sur les fruits noirs et le café.
Servir à 15-17 degrés.
Camenère 85 % complété de cabernet sauvignon en culture biodynamique.
Producteur : Emiliana.
Sucre 2,5 g/l.
En ligne (22) et dans 125 magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
18,00 $

Henriot Brut Souverain, Champagne

Nez intense, fruité, très grillé, avec de la cendre. Très intéressant.
Solide en bouche. Plus délicat en se réchauffant. Très complexe. Wow!
Pinot noir, pinot meunier et chardonnay.
Alc. 13 %. Sucre 11 g/l.
Importation privée : La céleste Levure

4.5 étoiles
Prix: 
65,00 $

Offley Porto Tawny 20 ans

Le vin de la semaine  

Un pur délice!
C'est un tawny très aromatique. Un nez velouté.
Une belle texture. C'est chaleureux et ample tout en étant élégant.
Un fruité d'une belle rondeur.
Des saveurs de sucre d'orge.
Un tawny complexe et fin.
Servir à 12-16 degrés. Une petite gorgée presque tous les soirs.
Alc. 20 %. Sucre 130 g/l. Acidité 5,18 g/l (tartrique). pH 3,25.
En ligne (9) et dans 89 magasins.

Tawny
Les tawnys en vieillissant en barrique ont développé des propriétés antioxydatives.
Ils sont concentrés par évaporation. On dit même qu’au bout de 20 ans, ils ont perdu 50 % de leur volume par cette évaporation, phénomène appelé «La part des anges».

Ce sont des vins très résistants à l’oxydation. Le producteur du tawny Offley 20 ans, affirme même qu’une fois ouverte qu'elle pourra se conserver quatre mois. Il suggère alors de la stocker au frais et debout. (La conservation des portos)

4.5 étoiles
Prix: 
60,50 $

Cabral Tawny 20 ans

Un porto tawny très aromatique.
Il a des aromes et des saveurs de pain d'épice.
C'est corsé, capiteux, sucré et persistant.
La finale est chaleureuse.
Servir légèrement rafraichit à 11-16 degrés.
Alc. 20 %. Sucre 120 g/l.
Lors d'une dégustation avec des amis une personne a préféré le Cabral au Offley,
En ligne (28) et dans 211 magasins, dont 2 SAQ-Dépôts.

3.5 étoiles
Prix: 
52,25 $

Cusumano, Angimbé 2015

Un vin blanc frais, vif, doté d'une belle acidité avec des saveurs qui rappellent les fines herbes, le romarin, le pin et le sapin.
C'est très original.
Il a bien accompagné les huîtres.
C'est fait des cépages insolia (ansonica) et chardonnay.
Vin de Sicile par la maison Ficuzza.
Alc. 13,5 %.  Sucre 12,5 g/l.
Encore meilleur que le 2014.
Dans 204 magasins.

3 étoiles
Prix: 
14,75 $

Château Mont-Redon Châteauneuf-du-Pape 2011

Un beau chateauneuf-du-pape velouté, rond, assez gras, légèrement chaleureux, bien fait.
Du corps tout en étant assez léger et élégant.
Pour quelques années de cave.
Un bel assemblage de grenache, syrah, mourvèdre, cinsault, counoise, muscardin, vaccarèse.
Alc. 14,5 %. Sucre 2,8 g/l.
En ligne (16) et dans 159 magasins.

3.5 étoiles
Prix: 
47,25 $

Pomino, Marchesi di Frescobaldi 2015

De beaux aromes et saveurs de fruits blancs, de citron et de mangue.
Encore plus aromatique en se réchauffant.
Longue finale rafraichissante et agréable.
Chardonnay et pinot blanc.
Alc. 12,5 %. Sucre 4,9 g/l.
Appellation pomino; région Toscane.
En ligne (25) et dans 180 magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
19,45 $

Bourgogne Hautes Côtes de Beaune Clos de la Perrière, Dom. Parigot 2013

Un pinot noir épicé et assez vif.
Peu tannique, tanins souples.
Fruité fin.
Petite note végétale en fin de bouche.
Assez long.
Alc. 13 %. Sucre 1,8 g/l.
En ligne (8) et dans 40 magasins.

2 étoiles
Prix: 
29,00 $

Pinot Grigio Giacondi 2015

Il y a 43 pinots grigios à la SAQ ces jours-ci. C'est un cépage qui a souvent été décrié par les grands amateurs de vin, les sommeliers et les chroniqueurs de vin.
On le dit mou, trop sucré et vulgaire.
Pourtant, il y a de bons pinots grigios. Il ne sont pas tous doucoureux.
Ils ne plaisent peut-être pas à l'élite comme le président américain désigné Donald Trump, mais ils plaisaient à la majorité de la population. Plus de 30 de ces pinots grigios sont d'Italie.
Celui-ci est un des deux moins cher et il est bien potable.
C'est léger, d'un fruité fin assez sec. Plutôt mince, presque léger comme de l'eau, sans être aqueux.
Mais il se laisse boire, surtout si l'on a besoin ce soir d'un vin bien léger.
La SAQ a baissé son prix de 0,50 $ aujourd'hui.
Alc. 12 %. Sucre 4,3 g/l. Capsule à vis.
En ligne (5) et dans 126 magasins, dont la SAQ-Dépôt de Montréal.

2 étoiles
Prix: 
9,60 $

Cathedral Cellar Shiraz 2014

Fruité ample, gras et charnu.
Beaucoup de chair en effet dans ce vin d'Australie.
Les tanins sont bien intégrés au fruit, le bois aussi.
Longue finale fruitée.
100 % shiraz.
Alc. 14 %. Sucre 3,1 g/l (SAQ); 7 g/l (LCBO)
Dans 111 magasins.

2 étoiles
Prix: 
18,95 $ à la SAQ | 16,95 $ à la LCBO

Domaine Pothiers, Côte Roannaise 2015

Un vin très fruité et bien épicé.
Peu tannique, souple, savoureux, un gamay de belle qualité.
Très agréable à boire.
Longue et belle finale.
Digeste.
Servir à 14-16 degrés.
Alc. 13,2 %. Sucre 1,4 g/l. Acidité 3,07 g/l. pH 3,81.
Culture en biodynamie. Vendanges manuelles.
En ligne (17) et dans 34 magasins.

3 étoiles
Prix: 
21,90 $
Syndiquer le contenu