Pour juger un vin, il faut le boire

Juger un vin c'est dire s'il est correct, bon, très bon, excellent, exceptionnel ou mauvais.
Quoique plusieurs refusent de dire qu'un vin est mauvais!
Certains mettrons des étoiles, d'autres des 90, d'autres des 16 sur 20, d'autres seulement des mots.
 
Comment juge-t-on un vin?
Comme on juge, un plat, un restaurant, un film, une auto, un livre.
Le travail du critique de vin est comme celui du critique de film, de théâtre, de livre, de restaurant...
 
Il faut prendre connaissance du produit, l'essayer, l'analyser, le retourner dans tous les sens, se poser des questions à son sujet, réfléchir...
 
Peut-on juger un livre en lisant deux pages, juger un restaurant en y prenant la soupe, juger un film en voyant un extrait?
Non! Pourtant, nous jugeons souvent un vin après une seule gorgée!
 
Est-ce juste? Est-ce bien faire son travail?
Est-ce que le taux d'erreur n'est pas trop grand?
 
Pourtant les critiques de vin participent souvent à ces séances marathons où l'on déguste 10, 20, 30 vins; et plus encore dans les concours.
 
Je participe quelquefois à ces exercices. C'est commode, on peut faire le tour rapidement d'un grand nombre de vins et remplir notre calepin, notre guide, notre page de journal.
 
Mais souvent, après ces séances, nous regoûtons, ou plutôt buvons quelques-uns de ces vins à table et alors notre avis change. Le mieux coté nous déçoit à table; un autre moins bien noté se révèle meilleur!
 
Lors de ces séances, j'essaie souvent de prendre deux gorgées au lieu d'une. Mais est-ce suffisant?
 
Hier, j'ouvre une bouteille de mousseux. La première gorgée me semble agressive. La cote n'aurait pas été haute: une étoile. Mais je persiste, la deuxième est un peu plus agréable, mais encore pas deux étoiles. Plus tard, le vin s'est réchauffé dans le verre, les bulles et l'acidité sont moins agressives. Le fruité ressort, on monte à deux étoiles. Puis, on change de verre, on verse le contenant de la flute dans un verre plus grand, un verre de M. Ricardo; là le vin a plus d'éclat, il s'ouvre, il s'est réchauffé, il coule mieux, ce sera deux étoiles et demie. Il passe même l'étape de la table avec un plat de légumes.
 
Avant hier, c'est un rouge, de belle facture, je le note bien après la première gorgée recrachée, la deuxième encore mieux, puis je pousse le crachoir et je commence à le boire. Je me lasse, le vin me semble maintenant mou. Il perd des étoiles. De très bons (***) il passe à bon (**).
 
Un autre jour, un vin est meilleur après 10 minutes dans le verre à s'être réchauffé. Puis, c'est un autre qui est meilleur 15 minutes plus tard, il s'est aéré. Puis, c'est un autre qui sera meilleur après un retour quelques minutes au froid.
 
Un vin nous surprend pas ses arômes tellement expressifs, explosifs; mais quelques minutes plus tard, on le trouve trop gros, vulgaire, guidoune.
 
Dans les dégustations de groupe, les avis diffèrent plus au début lorsqu'on déguste qu'au bout de quelques minutes lorsque chacun des participants a bu les vins.
 
C'est souvent ainsi. Il y a donc quelque chose qui cloche dans notre désir de vouloir juger rapidement un ou des vins. Ce n'est peut-être pas très sérieux.
 
Toutefois, il faut admettre que si on devait boire un verre ou deux (80-150 ml) (j'en mets peu à la fois dans mon verre) de chaque vin que l'on veut juger, il deviendrait très difficile, sinon impossible de publier un guide du vin.
 
Alors que faire?
À la maison, dans mon bureau, à la cuisine; je déguste avec un crachoir, puis je bois les meilleurs et les très bons je les regoûte à table, puis souvent je redébouche une ou deux bouteilles de la veille ou de l'avant veille et les compare avec celle ou celles que j'ouvre aujourd'hui.
 
Bien sûr, il faut aussi participer à ces dégustations de 5-10 vins ou plus, mais peut-être à ces moments-là nous devrions le dire dans nos commentaires sur ces vins. Décrire le protocole serait probablement plus juste.
 
Un grand gourou de la dégustation à la SAQ, m'a déjà dit lors d'une semaine de dégustation de grands crus à Bordeaux que «c'est la première gorgée qui compte dans le jugement d'un vin». Je dirais plutôt que c'est la dernière gorgée qui compte dans le jugement d'un vin.
 
Pour bien juger un vin, il ne suffit pas d'en prendre une gorgée!
Il faut en prendre au moins un verre!

Le grand vin cher c'est 80 % d'image

«Un parfum c'est 98 % d'image», dit Philippe Warren, professeur de sociologie à l'Université Concordia de Montréal. (1)
 
Et si c'était la même chose pour le vin?
 
Comment faire la part d'illusion dans la description des grands vins à prix élevés?
 
Il y a des vins à 10 $, d'autres à 20 $, d'autres à 30 $, certains à 40 $, à 80 $, à 100 $, à 200 $; il y en a même à 500 $ et à 1000 $.
 
Quelle est la différence entre un vin à 20 $ et un autre à 100 $?
L'image. C'est l'image qu'on s'en fait qui justifie la différence.
 
Qu'est-ce que l'image du vin?
Comme pour le parfum, l'image du vin c'est la réputation, la célébrité, l'ostentatoire, la parure, l'estime, l'impression de luxe, le rêve, le désir, le fantasme, l'icône, l'élitisme et la mode.
C'est la représentation qu'on s'en fait. Ce n'est pas liquide, mais psychique, imaginaire.
 
Le coût de production des vins va de 1 à 20 $ la bouteille. Au-delà c'est l'image. 
 
C'est en gros la même chose pour le vin, pour le champagne, le porto... que pour le parfum.
 
Les propriétaires de grandes marques de Bordeaux et de Champagne l'on comprit. Ils construisent de grands châteaux, des chais luxueux et dépensent des fortunes en publicité et promotion. Ils travaillent sur l'image; à améliorer l'image du produit. Et souvent ça fonctionne.
 
Le producteur du Château Angelus compare même son vin à un foulard de luxe. Un foulard Hermès à plus de 200 $, un vin à un prix attrape-nigaud autrement dit.
 
La grandeur du stationnement et le luxe de la salle de dégustation font même partie des notes attribuées aux vins de Saint-Émilion qui méritent la mention «grand cru classé». (2)
 
Ainsi, si vous achetez un vin à 100 $, vous payer environ 80 $ pour l'image et 20 $ pour le contenu.
 
Vous déboursez 200 $ pour une bouteille de vin; 170 $ pour l'image et 30 $ pour le contenu.
Le grand cru de Bordeaux, de Bourgogne, de Californie, d'Australie ou d'ailleurs à 500 $ vous fait payer 460 $ pour l'image et environ 40 $ pour le contenu.
 
C'est l'image, la réputation du vin, du producteur, du millésime qui constituent la plus grande partie (70-90%) de la différence de prix entre un vin à 10-20 $ et un autre à 50 $ et plus.
 
Dans les dégustations à l'aveugle de vins de prix différents, souvent un tiers des participants vont préférer un des vins les moins chers, pour un autre tiers ce sera un des vins les plus chers, et pour les autres ce sera entre les deux.
 
Si l'on connait le prix du vin, alors son goût ne sera pas le même. La plupart des dégustateurs préféreront le plus cher. Il a déjà été démontré que le prix du vin influence la perception de son goût. (3)(4)
 
Le prix des vins, tout comme celui des parfums, est, au-delà d'un certain montant (50 $ la bouteille de 750 ml), constitué à plus ou moins 80 % de l'image qu'il projette ou de l'image qu'on s'en fait, ou encore de l'image que son acheteur veut projeter.
 
Autrement dit: au-delà de 50 $, on donne une fichue de bonne prime au vendeur.
 
N.B. Au répertoire de la Société des alcools du Québec, il y a actuellement 1100 vins (tranquilles et mousseux) à plus de 100 $ et 530 à moins de 15 $.
 
_______
(1) Cité par Stéphane Baillargeon, L’ombre d’une ombre, Le Devoir, 4 octobre.
 (Ce sont les propos de M. Warren qui ont inspiré cet article.)
(2) Saint-Émilion: questions pour un classement
(3) Le plaisir de déguster un vin influencé par son prix, Psychomedia

Sovrana Barbera d'Alba 2011

La barbera, un cépage qui donne des vins très agréables.
De belles saveurs de fruits noirs.
Jolie texture ample qui lui confère de la rondeur en bouche.
Une longue finale savoureuse.
Très bien. Servir frais 15-16 degrés. 
Cépage barbera. Vendanges manuelles. Région du Piémont.  De la maison Batasiolo. Alc. 14,5 %.
En ligne et dans une cinquantaine de magasins.
Accords suggérés par le producteur: «Antipasti, pasta e risotti, secondi piatti di carni bianche e rosse, formaggi di buona stagionatura. Per la delicatissima sensazione tannica può essere una piacevole sorpresa per accompagnare anche saporiti piatti a base di pesce.» (Hors-d'oeuvre, pâtes et risottos, viandes blanches et rouges, fromages matures. Sa texture délicate peu tannique peut aussi être une surprise agréable avec des plats savoureux à base de poisson.)
3 étoiles
Prix: 
21,80 $

Les meilleurs vins d'Espagne

La Société des alcools du Québec fait la promotion des vins d'Espagne demain samedi.
Elle offre un rabais de 10 % sur l'achat de trois bouteilles et plus.
Voici une liste des meilleurs vins d'Espagne commentés au cours des 200 derniers jours qui pourrait vous aider dans votre sélection.
Certains de ces vins (marqué d'un astérisque) sont aussi en rabais cette semaine.

En rouge

Castillo de Liria, Bobal shiraz, Valencia 2012 2,0  9,00$
Tocado 2013
2.0
 9,90$
Borsao Garnacha 2012   *
2,5 11,40$
Hoya de Cadenas Tempranillo 2009 2,5 12,95$
Luzon Organic 2013 3,0 16,50$
Blés 2011  *
3,0 13,95$
Paso a Paso 2012 *
3,0 16,50$
Corona de Aragón Reserva 2006 2,0 19,20$
Urban 2010 3,5 20,35$
Pittacum Bierzo 2008 3,0 20,85$
Dominio Basconcillos Roble 2011 3,0 24,35$
El Vinculo 2006 3,0 26,30$
Baron de Ley, Rioja, Gran Reserva 2007 4,0 30,50$
Pesquera 2010 3,5 32,50$
El Vinculo Reserva 2005 4,0 35,75$
Ijalba Reserva Selección especial 2005 3.5
54,50$

En blanc

Codorniu Clasico Brut 3,0 14,85$
Segura Viudas Reserva Cava Brut  *
3,0 14,05$
Genoli Viura 2013 3,0 15,35$
Codorníu seleccion Raventos Brut  *
2,5 15,75$
Viña Meín 2011 3,0 19,40$
Calcari 2012 3,0 19,20$
Finca Montico Rueda 2011 2,5 21,05$
Ijalba Maturana blanca, Rioja 2012 3,5 22,10$
Tondonia Lopez de Heredia Reserva 1999 4,0 47,00$

En rosé

Borsao rosé 2013 2,0 12,90$
Monasterio de Las Viñas rosé Garnacha 2013 2,5 14,05$

Les prix peuvent avoir changé.
* en rabais

Germano Ettore Hérzu 2011

Un riesling du Piedmont italien! 
Un vin d'une belle qualité au fruité frais. C'est sec, rafraichissant, sur une belle note minérale. Agréable et bien équilibré. Une belle découverte. 
5-6 grammes de sucres.
Dans moins de 20 succursales. 
3.5 étoiles
Prix: 
32,50 $

La Moussière Sancerre 2013

Un très beau sauvignon non herbacé, au joli nez floral.
Le fruité est fin sur de notes de pêche, la texture est de belle ampleur.
On a là un vin élégant. Le fruité et l'acidité sont en parfait équilibre.
Digeste.
Le vignoble est en biodynamie.
Alc. 13 %.
Le producteur Alphonse Mellot suggère de le servir de 10 à 12°C en apéritif ou pour la dégustation et 12 à 14°C en accompagnement de mets. «Tartare de poisson, mouclade à la Charentaise, brochet au beurre blanc, omelette aux girolles, langoustines rôties, truite meunière, brochet au safran, jambon braisé au vin blanc, tripes à la mode de Caen, gougères, crottins de Chavignol, pithiviers.»

Meilleur que le 2012 et du niveau des 2010 et 2009.
En ligne et dans près de 100 magasins.

3.5 étoiles
Prix: 
29,25 $

Tocado 2013

Il n'y a plus de 17 vins de moins de 10 $ au répertoire de la SAQ; alors qu'il y en avait 30 au début de l'année; plus de 60 en 2013; 90 en 2012 et 180 en 2009. (voir tableau)
Ce Tocado 2013 est juteux et succulent.
Du fruit en masse. De la belle qualité.
À l'ouverture, il a une petite note végétale, mais qui se dissipe à l'aération. 
Servir frais.
Cépage grenache. De la maison Borsao. Appellation Campo de Borja.
Capsule à vis.
Alc. 13,5 %.
Dans plus de 350 magasins.
2 étoiles
Prix: 
9,90 $

Domaine La Croix d'Aline 2012

Un saint-chinian opaque, riche, bourré de fruits et d'épices
Très expressif.
Finale délicieuse et très longue.
Syrah 60 % et grenache.
Vendanges manuelles. Éraflage de la Syrah et longue fermentation de 21 jours. Pour le Grenache, éraflage partiel, fermentation plus courte, 18 jours. Une partie des vins est élevée en fûts de chêne durant 12 mois. L’autre partie est élevée en cuve. Assemblages au printemps sur dégustation des cuves de cépages séparées.
Dans plus de 100 magasins.

3 étoiles
Prix: 
18,35 $

Predicador 2011

L'étiquette est bien simple: le mot predicador coiffé d'un vieux chapeau.
Un vin de la Rioja au nez discret.
La bouche est plus expressive. La texture est bien serrée, même un peu tendue sur des saveurs de fruits légèrement acidulés. C'est bien sec. Les tanins sont bien présents et bien enrobés, l'acidité est bien perceptible, notes de vanille en finale.
Aérez, carafez. 
Tempranillo 91% avec un peu de mazuelo (carignan).
Bodega Contador
Mettre en cave.
Alc. 14,5 %.
En ligne et dans moins de 20 magasins.
3 étoiles
Prix: 
36,25 $

Carpenè Malvolti Prosecco Brut

Région de Conegliano Valdobbiadene
Il y a 14 prosecco à la SAQ dont 8 de la meilleure région de Conegliano Valdobbiadene.
Celui-ci est parfaitement sec, vivace et rafraîchissant.
Les bulles sont fines et non agressives.
C'est léger et ça se boit facilement.
À prendre à l'apéritif, avec les hors-d'oeuvre, les fromages, les poissons et viandes blanches.
Cépage: 100 % glera.
Méthode Charmat-Martinotti. Seconde fermentation en cuve close.
Alc. 11 %.
Un produit courant.
En ligne et dans presque tous les magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
17,20 $

Duque de Viseu 2011

Un vin rouge de la région de Dao au Portugal aux jolis arômes de fruits noirs, d'épices, de réglisse. 
Fruité frais et gras en bouche sur de beaux tanins. Ça se tient bien.
Belle finale assez longue sur le fruit légèrement épicé.
Cépages touriga nacional et tinta roriz.
Alc. 13,5 %.
Dans près de 150 magasins.
2.5 étoiles
Prix: 
14,95 $

Signargues, Côtes-du-Rhône Villages, Pierre Henri Morel 2011

Un côte-du-rhône aux belles saveurs de fruits noirs sur une note de charbon, de graphite, de réglice.  Original. Belle texture assez lisse. Tanins fins. Syrah et grenache.
Signargues au sud de la vallée du Rhône.
Alc. 14,5 %.
En ligne et dans une trentaine de magasins. 
2.5 étoiles
Prix: 
19,50 $ à la SAQ | 15,95 $ à la LCBO

Ijalba Reserva Selección especial 2005

Ce vin s'améliore encore. Son boisé est plus intégré que l'an dernier et il s'estompe à l'aération. Il a de belles notes de fruits noirs sur des épices fines.
La texture est d'un beau granulé aux tanins roulants dans la bouche.
C'est velouté et bien fruité.
Pour accompagner, les côtes de porc, l'agneau et les filets de boeuf.
Pour quelques années de cave encore.
Dégusté aussi en avril 2013.
En ligne et dans plus de 80 magasins.

3.5 étoiles
Prix: 
54,50 $

Ilico Illuminati 2011

Un beau vin juteux, souple, à la texture lisse, presque satinée.
Très belles saveurs fruitées. Agréable à boire.
Assez long.
Appellation Montepulciano d'Abruzzo
Cépage montepulciano.
Dans près de 100 magasins.
3 étoiles
Prix: 
16,70 $

Chateau Moncontour Brut 2011

De belles grosses bulles dans ce mousseux sec, agréable et doté d'une belle acidité, d'une belle fraicheur. 
Ne le servez pas trop froid, ou laissez-le se réchauffer pour bien apprécier ses saveurs.
Méthode champenoise avec une deuxième fermentation en bouteille et un élevage moyen de 24 mois.  Cépage chenin. 15 grammes de sucre au litre. 
Alc. 12 %
En ligne et dans environ 200 magasins.
2.5 étoiles
Prix: 
21,20 $

Vila Regia 2013

Encore bien bon dans ce millésime. Peut-être le meilleur rapport qualité-prix à la SAQ.
Un vin du Douro très aromatique, fruits rouges et noirs très invitants. 
Beau fruité en bouche, texture souple enveloppante, sensation de rondeur.
Finale très persistante sur le fruit. C'est sec, harmonieux et bien agréable à boire.
Servir de 15 à 20 degrés.
Alc. 13 %.
En ligne et dans près de 300 magasins.
2.5 étoiles
Prix: 
10,50 $ à la SAQ | 8,00 $ à la LCBO | Réduit à 9,50 jusqu'à la fin novembre

Chianti Classico Riserva 2011, Banfi

Un chianti classico riverva assez ferme, juteux, de belle constitution, encore bien jeune.
C'est coulant, doté d'une belle acidité.
Il accompagnera bien les plats de sauce tomate, d'olives, de champignons.
Alc. 13 %.
En ligne et dans 47 magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
25,20 $

Le système de notation sur 100 points

Vous avez sûrement vu ces petits collants sur les bouteilles indiquant 90 points, 92 points, 94pts, Parker 90, Suckling 91, Wine Enthusiast 94, WS 95, etc.

C'est un système de notation qui vient du système scolaire américain et qui a été popularisé dans le monde du vin par le gourou Robert Parker. «Le système de notation à 100 points est utilisé par nombre de publications sur les vins, dont les magazines Wine Spectator, Wine Enthusiast et International Wine Cellar, et par la plupart des critiques canadiens», nous dit la revue Vintages de la LCBO. (www.vintages.com/fr/archive_fr/140830_fr.pdf)

À l'origine, ce devait être un système de compilation de notes où l'on donnait X points pour la couleur, Y points pour l'odeur, Z points pour la texture et on additionnait.

Toutefois, je n'ai jamais vu personne utiliser une calculette pour additionner les points.
D'ailleurs qui donne des points pour la couleur?

La moyenne des points attribués tourne autour de 90-92. Du moins dans les revues américaines ou canadiennes. Toutefois, au Québec, il peut donner des résultats très différents. En général, les dégustateurs anglophones donnent des notes de 80 à 100. Plus de 70 % des vins notés dans les revues américaines ont 90 points et plus. (Une inflation de 90 points)

Par contre, nous avons remarqué que lorsqu'il est demandé à des dégustateurs québécois francophones d'utiliser ce système, certains vont donner des 70, 60 et même 50 points, ce qui massacre énormément la moyenne dans un jury. (Comme on l'a vu ici et .)

Les chroniqueurs québécois sont plus habitués de noter sur 5 (5 étoiles) et pour eux, 90 est une haute note, alors que pour des Américains c'est la note de passage.

Plus ou moins 90
Le système de 100 points est fort simple. Oubliez la calculette et demandez-vous si le vin vaut 90 points (un très bon vin). Sinon, est-ce -1, -2, -3 ou pire (89, 88, 87...). Ou bien, est-ce +1, +2, +3 ou plus encore (91, 92, 93...). Ainsi en général, 90 % des notes se retrouvent à plus ou moins 2 ou 3 autour de 90 comme c'est le cas dans les revues américaines et canadiennes.

Sujets connexes

Château Fortia, Cuvée du Baron, Châteauneuf du Pape 2010

Opaque beau nez profond, du costaud, chaleureux, plein, bien serré, de beaux tannins.
Très longue finale.
Grenache à 70 % et syrah à 30 %.
En ligne et dans 41 magasins.

4 étoiles
Prix: 
42,00 $

Côtes du Rhône Villages Montreuil AOC

Un vin acheté à l'épicerie.
Un vin très jeune. juteux fruité cerise, simple, bon, se laisse boite. Peu tannique sur le fruit léger. 
C'est bon.
Pas de millésime indiqué. Bouchon plastique.  Alc. 13,5  %.
La contre étiquette dit «embouteillé au Québec pour la SAQ par Les grands classiques import Montréal, Québec.

www.vinsenepicerie.ca ceux qui font le vin le plus vendu au Québec le Wallaroo Trail.

2 étoiles
Prix: 
16,75 $ à l'épicerie

Protégez-vous... des vins d'épicerie

Le magazine de protection du consommateur Protégez-vous a évalué 13 vins d'épicerie de plus de 17 $.

Sous le titre «Vins d’épicerie: découvertes étonnantes», le magazine écrit que «les résultats montrent bien que les vins d’épicerie haut de gamme ne vous décevront pas. Nos experts n’y ont repéré aucun défaut flagrant. Le rapport qualité-prix n’est toutefois pas vraiment au rendez-vous: à la SAQ, vous en trouverez d’aussi bons – voir mieux – pour quelques dollars de moins, selon notre expert-conseil Marc Chapleau.»

Les quatre dégustateurs ne savaient pas que c'était des vins de dépanneur, donc des vins importés en vrac et embouteillés ici. Des vins dont le prix va de 17 $ à 115$.

Aucun vin n'obtient une note supérieure à 85 %. La note de passage pour les très bons vins est de 90 % dans ce système de notation popularisé par Robert Parker.

La meilleure note, soit 85 %  est allé au Figs 2008, 36 $ chez Costco et IGA, un assemblage bordelais de Californie noté «frais, bonne acidité, amer».

Le vin le plus cher, le Julia Wine no 75, 115 $ chez Costco, obtient 84 % «bien typé, astringent».

La même note pour les Hautes Terres no 82 (IGA) 19,50 $. «Bon fruit, acidité marquée et finale asséchante»; et pour L'excentris, 19,50 $ chez des dépanneurs. «Equilibré, sans vice ni vertu».

En blanc, la meilleure note a été de 83 % pour le Morgan Hill 18,40 $ chez les dépanneurs. Un sauvignon de Nouvelle-Zélande jugé «bien typé, impression sucrée».

Les organisateurs ont placé un intrus dans la dégustation: le Château Couspaude 2010 (85 $) St-Émilion qui a obtenu la note de 87.

Les notes ne sont pas élevées: de 70 à 87. C'est souvent le cas dans les jurys formés de dégustateurs québécois francophones qui sont plus sévères (ou moins généreux) que les dégustateurs américains et canadiens-anglais. (Je parlerai de ce phénomène demain.) Le Couspaude est noté 92 par Parker et 92-93 par Suckling. (www.mondovino.com)

Protégez-vous donne trois conseils pour l'achat de vin en épicerie.

«Pour éviter que le vin soit altéré et ne manque pas de fraîcheur:

  • approvisionnez-vous dans des commerces, épiceries et dépanneurs, qui ont un bon roulement de produits;
  • ne choisissez pas les bouteilles poussiéreuses ou exposées à la lumière du jour;
  • vérifiez si le millésime est indiqué sur la bouteille et choisissez les vins les plus jeunes; les vins d’épicerie ne gagnent pas à vieillir, il vaut mieux les boire dès leur commercialisation.»

Vous trouverez tous les résultats de cette dégustation dans le magazine de l'édition d'octobre et sur le site internet www.protegez-vous.ca/vins-epicerie


Payez pour indiquer les cépages à l'épicerie

Il est interdit d'indiquer le nom des cépages ou des appellations sur les vins vendus en épicerie.

Seuls huit produits ont le droit de le faire. On m'avait dit que c'était en vertu de droits acquis, mais selon le magazine Protégez-vous, ce n'est pas ça. Il faut payer!

Selon, le magazine de protection du consommateur (édition papier), «en vertu du Réglement sur la promotion, la publicité et les programmes éducatifs en matière de boissons alcooliques, seuls huit vins de "dépanneur" choisi par appel d'offres peuvent afficher un cépage ou une appellation d'origine.» (Pourtant, ce règlement ne mentionne pas l'exception pour ces huit vins!)

Donc, selon ce règlement sur les programmes éducatifs, le consommateur n'a pas le droit de connaitre la composition ni l'origine du vin!

Pour huit vins, les importateurs-embouteilleurs doivent payer. «La SAQ a refusé de nous dévoiler combien», dit Protégez-vous dans son édition d'octobre 2014.

Ces embouteilleurs indiquent tout de même ces informations sur leur site internet, mais selon Linda Bouchard, porte-parole de la SAQ, ils trichent. Elle a dit à Protégez-vous que «pour nous (la SAQ), l'information ainsi véhiculée sur un site internet est une façon détournée de contrevenir à la règle (disant) qu'on ne peut pas en faire l'affichage sur les étiquettes des bouteilles et dans les publicités.»

Donc, consommateurs de vins de dépanneur, soyez et demeurez ignorants de ce que contiennent les bouteilles que vous y achetez!

Ce Règlement sur la promotion, la publicité et les programmes éducatifs en matière de boissons alcooliques dit bien à l'article 5 que « Dans une publicité, toute représentation relative à une boisson alcoolique doit être exacte. En outre, aucune publicité, qu'elle soit sonore, visuelle, imprimée, informatisée ou autre, ne peut indiquer le nom du cépage ou le nom de l'appellation d'origine d'un vin de table vendu par un épicier sous une marque exclusive.»

Tour ça est bien éducatif!

Marquis de Goulaine, Sauvignon blanc Réserve 2013

Un beau sauvignon blanc de la Loire aux arômes herbacée rappelant la lime et le poivron vert.
C'est vif et bien fruité en bouche. L'acidité est belle et rafraîchissante.
Ses saveurs persistent longtemps.
Ne le servez pas trop froid, mais plutôt de 10 à 14 degrés sur les fruits de mer, les poissons, les salades, la viande blanche et les fromages de chèvre.
Bouchon de plastique.
Alcool: un raisonnable 11,5 %.
En ligne et dans 214 magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
16,00 $ à la SAQ | Réduit de 1,75 $ à 14,25 $ jusqu'au 21 septembre.

D'autres rabais

En plus du Tautavel et du Marquis de Goulaine, les agences et les producteurs offrent des rabais sur ces autres bons vins de France dans la section des produits courants jusqu'au 21 septembre.

Château de Goëlane 2011, Bordeaux rouge
Réduit de 2 $ à 16,65 $

Le Petit Grand 2012 Bordeaux rouge
Réduit de 2,20 $ à 12,95 $

B & G Domaine de la Gardie, Cabernet Sauvignon 2012
Réduit de 2 $ à 11,95 $

Ruché 2011

Montalbera Laccento Ruché di Castagnole Monferrato 2011
Ruché! Quelle belle surprise. Un vin d'une grande finesse.
La texture est souple et finement veloutée. C'est élégant. Un fruité fin et bien épicé. Des arômes de violettes, de fruits des champs. Il fait penser à des vins de Savoie faits du cépage la mondeuse. Un vin de soif, de plaisir.
Ruché est le nom du cépage plutôt rare, probablement originaire de Haute-Savoie. Vendanges manuelles. Pas de bois.
Pour accompagner les poulets, charcuteries, riz et plats de légumes.
En ligne et dans 76 magasins.
3 étoiles
Prix: 
24,90 $ à la SAQ | 24,95 $ à la LCBO

Casa Real, Santa Rita 1999

Il semble bien que le Chili peut faire (ou pouvait faire) de grands vins.
Ce Casa Real de la maison Santa Rita millésime 1999 a fortement impressionné les dégustateurs de l'Académie du vin de l'Outaouais.
Ce vin du Chili a été le préféré de la soirée organisée par M. Louis Grignon. Il côtoyait de grands noms, dont un Pontet-Canet 2000, un Gruaud Larose 2000 et des Rouget Pomerol 2004 et 2005, ainsi qu'un Mas la Plana 1997 et un Cape Mentelle 2004.
Ce Casa Real est mature avec de beaux arômes de cuir et de café. Les tanins sont fondus. La texture est élégante et laisse une très belle et longue impression en bouche.
Le Pontet-Canet 2000 n'a pas encore digéré son bois, ses tanins sont encore un peu rugueux, le fruit est très beau et le vin semble encore jeune! Le Gruaud-Larose 2005 est absolument superbe, riche de fruit et bien équilibré. Les deux Rouget ont un beau fruité. Le Mas La Plana 1997 a développé des saveurs de tomates confites et sa texture est d'un beau granulé. Le cape Mentelle 1999 a un beau fruité gras sur une note de menthe.

4.5 étoiles
Prix: 
50 $ À 80 $

The Cover Drive Jim Barry Cabernet Sauvignon 2012

Petits fruits, texture assez lisse, peu tannique.
De corps moyen. Belle finale sur le fruit.
Un vin simple.
Capsule à vis.

Alc. 13,5 %.
En ligne et dans une centaine de magasins.

2 étoiles
Prix: 
27,20 $

Bourgogne pinot noir Les Ursulines 2012

La première chose que l'on remarque, c'est la capsule à vis.
Bravo! Elle est une garantie de la fraicheur du vin.
Le vin est fin, souple et élégant. C'est gouleyant. Le fruité est légèrement acidulé sur une fine note de fumée et d'épices typique du pinot noir de la Bourgogne.
Longue finale sur les petits fruits.
Un délice!
Servir de 14 à 18 degrés.
Un très beau vin de la maison Jean-Claude Boisset.
Alc. 12,5 %. 
Encore meilleur que le 2010.
 
En ligne et dans 65 magasins.
3 étoiles
Prix: 
24,95 $

La Caña Albariño 2012

Il y a une vingtaine de vins fait principalement de ce cépage albariño au répertoire de la SAQ.
Mes expériences de l'albariño d'Espagne me donnaient des vins assez amples, fruités, floraux et d'un certain gras.
Ici, c'est très acide, d'une grande verdeur. On dirait croquer dans des raisins blancs pas mûrs.
Alc. 12,5 %.
En ligne et dans 28 magasins.

1 étoile
Prix: 
23,65 $

Y Leccia, Domaine de Croce 2010

Il n'y a pas beaucoup de vin corse au Québec; seulement 22.
Ils sont tous, sauf un, à plus de 20 $.
L'étiquette et la contre-étiquette ne disent pas grand-chose.
Le nom du producteur, du domaine, l'appellation patrimonio, le taux d'alcool 13,5 %, le nom de l'agence Le Maître de Chais et la mention contient des sulfites. Pas de mention de cépages, de suggestions d'accord mets-vins, de description du produit... On a parfois l'impression que des producteurs de vin ne veulent nous inciter à acheter leurs vins.
Le vin est intéressant, original, chaleureux avec ses arômes qui rappellent la terre chaude, le charbon, la réglisse noire, les épices.
La texture est lisse, le grain fin, les tanins élégants, le fruité rappelle la cerise. Agréable à boire et digeste.
Le cépage est le nielluccio, le cousin corse du sangiovese, avec un peu (10 %) de grenache.
Pas de bois, 12 mois en cuve inox.
Dans 57 magasins.

3 étoiles
Prix: 
32,15 $
Syndiquer le contenu