Osoyoos Le Grand Vin 2009

Rond, ample, velouté, granulé, belle texture assez souple.
Peu acide et facile à boire.
N'a pas la texture tannique des millésimes précédents.
Alc. 13,5 %.
En ligne et dans 163 magasins.
2.5 étoiles
Prix: 
44,75 $

Pétales d'Osoyoos 2011

Note de fruits noirs sur un fond végétal.
Belles saveurs fruitées, note boisée et végétale en bouche.
Séveux. 
Merlot, cabernet sauvignon, cabernet franc et malbec.
Alc. 13,8 %.
En ligne et dans 237 magasins.
2 étoiles
Prix: 
27,70 $

Le Cèdre 2007

Une belle présence en bouche, des tanins agréables. Un fruité ample. D'un bel équilibre.
100% Malbec,
22 mois 80 % en fûts neufs et 20% en fûts d’un an. Ni collé, ni filtré.
Pour quelques années de cave.
Producteur Verhaeghe.
Le 2008 est 48,50 $

3.5 étoiles
Prix: 
45,75 $

Château Du Cèdre GC 2005

Discret et floral. De beaux tanins, saveurs épicées. Très agréable. Long. D'une belle maturité.
100% Malbec. 24 mois en fûts neufs. Bio depuis 2012. Producteur Pascal Verhaeghe.
Dans 37 magasins.

3 étoiles
Prix: 
98,00 $

Catena Zapata, Nicasia Vineyard Malbec 2008

Une masse de fruit sur une note végétale. Déception.
100 % malbec, 18 mois en barrique neuves française. pH 3,5, Mendoza, altitude 3593 pieds.
Dans 13 magasins.
1 étoile
Prix: 
80,25 $

Vins québécois dans les épiceries: loin de la coupe aux lèvres

Plusieurs nouvelles ont retenu notre attention dans l'actualité vinicole du Québec cette semaine.
 
Premièrement, on nous annonce que les vins québécois seront finalement dans les épiceries avant la fin de l'année.
 
Le ministre de l'Agriculture du Québec, cité par le Journal du Québec prédit que «les Québécois pourront se procurer des bières artisanales, vins et alcools distillés de producteurs québécois dans les dépanneurs, les épiceries et chez les producteurs, en plus de la SAQ, avant la fin de 2014.»
 
D'un autre côté, la SAQ se vante d'avoir fait augmenter de 40 % la vente de vins québécois dans ses magasins. 40 % de quoi? 40 % de peu. C'est en fait 41 000 bouteilles. Donc un peu plus de 10 % des 400 000 bouteilles que la SAQ égare chaque année. Et c'est peu comparé aux ventes d'un seul vin Le Ménage à Trois qui fait 1,7 million de bouteilles.
 
La SAQ forcée par le gouvernement Marois a finalement fait une bonne place aux vins du Québec sur ses étagères. La SAQ paie la bouteille 5 $, après marge de 135 % soit 7 $ de la SAQ plus les taxes, le vin est vendu 15 $ aux consommateurs. Puis le gouvernement retourne 4,70 $ aux vignerons pour chacune de leurs bouteilles vendues 5 $ à la SAQ. 
 
Les vignerons du Québec reçoivent ainsi près de 10 $ la bouteille. C'est le double de ce qu'on paie aux producteurs de 75 % des bouteilles vendus à la SAQ, soit les vins courants et plus du double de ce qui est payé aux producteurs qui vendent leurs vins en vrac pour les épiceries.
 
Après avoir fait tant d'effort, est-ce que la SAQ laissera partir les vins québécois au profit des épiceries ou est-ce qu'elle acceptera de partager ce marché avec les dépanneurs?
 
Le ministre tutélaire de la SAQ, le ministre des Finances Carlos Leitão n'a pas encore confirmé ou infirmé les propos de son collègue à l'agriculture.
 
Il est fort à parier que la force d'inertie des dirigeants du monopole SAQ ne voudra pas de ce mouvement en faveur des épiciers.
 
Pendant ce temps, au niveau fédéral, on nous annonce que les négociations pour la libéralisation du commerce interprovincial reprendront à l'automne.
 
Le ministre fédéral de l'Industrie James Moore dit que la venue d'un gouvernement fédéraliste à Québec est «le dernier morceau du casse-tête qui manquait pour relancer les négociations entre Ottawa et les provinces pour éliminer les entraves au commerce intérieur.»
 
Le gouvernement fédéral avait tenté il y a deux ans avec la loi C-311 de lever les barrières du commerce du vin au Canada, mais toutes les provinces sauf le Manitoba ont aussitôt imposé des restrictions.
 
On peut se demander maintenant, si les épiciers et dépanneurs du Québec pourront bientôt aussi vendre du vin canadien avec le vin québécois?
 
Les demandes de libéralisations sont fortes, justifiées et constantes, mais la force d'inertie face à tout changement est aussi très forte au pays.

Bacchus 2012

Le vin de la semaine!   

On trouve de plus en plus de très bons vins bio à moins de 20 $.
Ils nous proviennent surtout d'Espagne et d'Italie, régions sudistes qui peuvent produire de bons vins à bon prix sans utiliser de produits chimiques.
Ce Bacchus 2012 est d'un joli fruité bien aromatique. Après aération, il dégage des arômes de fruits noirs et rouge bien attirants. La bouche est assez ferme et ronde. Les tanins sont bien enveloppés par un fruité assez abondant. Facile et très plaisant à boire.
Digeste.
Servir frais à 14 degrés.
Cépage montepulciano. Pas de bois.
Appellation Montepulciano d'Abruzzo. Région des Abruzzes Fournisseur : Enoteca Internationale de Rham.
Alc. 12,5 %.
Dans les produits courants, en ligne et dans 67 magasins.
 Ce produit sera retiré du répertoire et remplacé par le Tommasi Surani Ares Roso i.g.t 15,05 $.

3 étoiles
Prix: 
16,30 $

LE VIN BIO EST MEILLEUR

Est-ce que le vin bio est meilleur?
Aujourd'hui, je réponds oui. 
En général, le vin bio est meilleur que le vin en agriculture chimique.
 
Constatation surprenante !
Lors du dernier Millésime en Languedoc, cinq jours de dégustations, où l'on est en contact avec plus de mille vins, j'ai fait une expérience.
 
Il y a tellement de vin, plus de 200 offerts devant nous chaque matin, sans compter les vins aux diners, dans la nature en après-midi, au souper et en soirée. 
 
Alors, comment se faire un plan de match? Les vins sont groupés par couleurs, puis par appellations et par millésimes. Je commence par les rouges. Puis par certaines appellations. Mais là encore, ça fait beaucoup de vin. Je ne peux pas tout goûter. 
 
Je choisis donc de déguster surtout les vins bio. Mais comment les identifier, les retrouver dans cette masse de vins?
 
Il y avait un grand connaisseur dans la place: Pascal Patron, enseignant à l'Institut de tourisme et d'hôtellerie du Québec (ITHQ) auteur de deux guides de vins bio.
 
Alors, dès 9 h 30 chaque matin, nous nous lançons dans la dégustation de vins bio. Toutefois, de temps en temps, j'ai dérogé, j'ai dégusté aussi des vins non bio, soit au hasard, soit de producteurs que je connais ou de vignerons réputés. Mais rares furent les vins non bio qui étaient aussi bons que les bio! Ce qui m'a beaucoup étonné!
 
Ainsi, lors de ces cinq jours de dégustation de vins du Languedoc, la proportion de bons et surtout de très bons vins bio était beaucoup plus grande que celle des vins non bio.
 
Donc, je suis porté à en déduire qu'en général les vins bio, du moins ceux du Languedoc, sont bien meilleurs que les vins non bio.

 

 
Des vins bio  vinquebec.com/bio
Il y a 243 vins affichés bio sur le site saq.com.
 

Montirius, Vacqueyras, Le Village 2012

Quel beau vin!
De la soie en bouche!
Un vin du Rhône au fruité fin, très légèrement épicé, aux tanins élégants et bien enrobés par ce fruit délicieux.
Ça coule en bouche.
Il se laisse boire comme on dit.
D'un équilibre parfait.
80 % grenache et 20 % syrah. Vendanges manuelles. Rendement 30 hl/ha.
100 % non boisé.
Pour quelques années de cave.

Une production de 20 000 bouteilles.
En ligne et dans 122 magasins.

  Voir aussi les commentaires sur le Gigondas Terre des Ainées 2007.

3.5 étoiles
Prix: 
21,55 $

Domaine d'Aupilhac, Montpeyroux 2011

Un vin magnifique!
Un bouquet invitant de fruits noirs sur une note rappelant le cuir, certains diront même un peu l'écurie. Une écurie du Vermont, bien propre!
La bouche est souple, ample, tout en finesse et élégante.
Les tanins sont fins. Le vin est assez tendu.
Il laisse une belle bouche.
Tout est en équilibre.
Un vin digeste de belle qualité.
Un assemblage de mourvèdre, de carignan et de syrah, avec un peu de grenache et de cinsault.
Il pourrait faire quelques années de cave.
Un beau vin de Sylvain Fadat.
Alc. 14 %.
En ligne et dans 38 magasins.

3.5 étoiles
Prix: 
22,70 $
Syndiquer le contenu