Lirac 2012, Château Mont-Redon

Le vin de la semaine ! 
Lirac, une belle AOC du Rhône. Nous avons 11 vins de cette appellation à la SAQ.
Ce lirac a de jolies saveurs de petits fruits. C'est suivi d'une belle présence épicée en bouche. C'est juteux, les tanins sont fins, c'est long et savoureux sur une belle tension. Nous avons eu un réel plaisir à boire ce vin sur plusieurs jours. Délicieux.
Un bel assemblage de grenache, syrah et mourvèdre.
Vendanges manuelles. «Elle est pratiquée manuellement permettant un tri sélectif de la vendange. Nous attachons beaucoup d'importance à ce point, qualitativement primordial.»
«Une fois les fermentations malolactiques réalisées, le tiers de l’assemblage est élevé en pièces bourguignonnes de 228 l, l'autre partie étant gardée en cuves.»
Mis en bouteilles au château.
Des familles Abeille et Fabre.
Alc. 14 %.
En ligne et dans 54 magasins.
3.5 étoiles
Prix: 
24,30 $

Les nouvelles du vin au compteur

Les nouvelles concernant le monde du vin sont très populaires.
Le compteur de Vin Québec est monté au plafond ces derniers jours.

Le nombre de visiteurs sur le site est constant à plus ou moins 1000 personnes par jour; et 21 000 visiteurs par mois (plusieurs reviennent plusieurs fois dans le mois).

Cependant, le lundi 16 mars, avec la publication du texte Des vins de dépanneur à la SAQ, et l'éditorial intitulé De la piquette à la SAQ ! ? le nombre de visiteurs double et monte à 2400. Il s'est maintenu de 1600 à 2200 quotidiennement jusqu'à vendredi soir.

Samedi, le texte De l'arsenic dans le Ménage à Trois (publié vendredi à 18 h 26) fait monter le nombre de visiteurs à 28 500 (plus en une journée que durant tout le mois précédent).

Dimanche, un record en 18 ans, le compteur monte à 55 000 visiteurs et 80 000 pages vues pour une seule journée! (Source Google Analytics)

5 fois plus d'arsenic dans le Ménage à Trois et 55 fois plus de visiteurs sur vinquebec.com

 

L'Argentier, Carignan Vielles Vignes 2011

Une très belle texture dans ce vin assez ferme fait de carignan. Des flaveurs de framboise, de poivre, se schiste et de charbon.
Schisteux aussi en bouche. De beaux tanins fermes sur une bouche assez tendue. Le fruité aussi est ferme. C'est vineux et assez corsé.
Un vin bien minéral. *
Vieilles vignes de carignan plantée en 1935 Pays d'Oc.
Alc. 14.5 %.
En ligne et dans 62 magasins.
 * Définition de minéral dans La Petite encyclopédie Hachette des vins : «Se dit d'un vin présentant une note aromatique évoquant les roches (...) dans les rouges : graphite, schiste chauffé au soleil...»
3 étoiles
Prix: 
20,70 $

Excellens, Marqués de Cáceres Rioja 2010

Beau nez de fruits noirs. 
Ample, d'un beau granulé assez riche et enveloppant.
Longue finale gustative. Enveloppant. Dense. Fine note vanillée
Tempranillo. Vendanges manuelles. Rendements 35,4 hl/ha. Élevé en barriques neuves de chêne français pendant 14 mois.  Alc. 13,5 %.
Le producteur suggère de le servir avec des légumes grillés, des riz, pâtes, jambon, chorizo, rôties et viandes grillées.
En ligne et dans 178 magasins.
2.5 étoiles
Prix: 
17,95 $

Bodegones del Sur, Marselan 2013

Un vin d'Uruguay aux beaux arômes de fruits noirs et rouges. 
C'est coulant, rond, les tanins sont bien enrobés par un fruité assez abondant. La finale est sur les fruits et sur la vanille.
Le cépage marselan est un croisement entre le cabernet sauvignon et le grenache.
Agréable et de bon rapport qualité prix.
Producteur Juanico.
Alc. 14 %.
En ligne et dans 40 magasins.
2 étoiles
Prix: 
15,20 $

Castorani Cadetto 2012

Montepulciano d'Abruzzo
La maison Castorani a 15 vins à la SAQ. Ce Cadetto vient de s'ajouter à la liste.
C'est un vin de facture moderne avec une bonne masse fruitée sur des arômes de vanille et de pâtisserie. C'est peu acide, peu tanique, rond et facile à boire.
Cépage et appellation montepulciano d'Abruzzo.
Alc. 13,5 %.
En ligne et dans 201 magasins.
Pour sept dollars de plus, essayez l'excellent Amorino (****) de la même maison.

2 étoiles
Prix: 
18,55 $

Sigalas, Asirtiko Athiri 2013

Lorsque je vois une bouteille de vin obturée avec un cylindre de plastique, j'ai toujours un certain dédain. Ça me signale que le producteur ne doit pas tellement aimer son produit pour le boucher ainsi.
Mais on ne sait jamais; peut-être que le vin est bon?
Sigalas est un producteur réputé de l'île de Santorin en Grèce. Assyrtiko et athiri sont deux cépages autochtones grecs.
Le vin est très sec, légèrement floral, le fruité est mince, l'acidité assez vive, mais pas mordante. C'est austère et ça donne peu de plaisir. Pas mauvais, mais pas vraiment intéressant, surtout à ce prix. Je note «correct». Je laisse de vin de côté, et plus tard, je le regoûte. Il s'est réchauffé, 14-16 degrés, il s'ouvre sur de fins arômes de lilas et de pêche, la bouche est plus agréable. Il est moins austère, même agréable. La finale est élégante. C'est net et droit. À servir  — pas trop froid — avec les salades, les plats salés, les poissons. Maintenant, je note «bon».
Alc. 13,5 %. Dans 27 magasins.

Le nom du vin est Sigalas Asirtiko... Car le grec moderne ne connait plus le Y comme nous. C'est maintenant une consonne prononcé G devant une autre consonne (ou i devant une voyelle).  Note Y vient de l'ancien grec. Plus bas sur l'étiquette, on indique assyrtiko en français [avec un i dit grec (y).]

2 étoiles
Prix: 
19,90 $

Château de l'Enclos, Pomerol 2011

Belle attaque fruitée et vanillée. Tanins souples, fruité coulant. Une certaine finesse. Peu complexe. Un peu mou.
Belle longueur sur le fruit et la vanille.
Merlot 85 %, cabernet franc 12 % et malbec 3 %.
En ligne et dans 37 magasins.
2 étoiles
Prix: 
65,75 $

La SAQ attaquée! C'est dommage!

Éditorial    
La SAQ s'est sentie beaucoup attaquée ces derniers jours.
Elle a répondu en tentant de nuire à un journaliste.
Elle a publié ses échanges de courriel avant même que le journaliste (occupé à un autre dossier) ait publié son ou ses reportages sur le sujet.
Tactiques dignes des compagnies forestières et minières du siècle dernier,
C'est dommage!
 
C'est toujours la même tactique: sanctionner l'un pour l'intimider et faire peur aux autres.
On donne des faveurs à certains et on tente de punir les autres.
C'est dommage! 
 
Sur les réseaux sociaux, des individus ont emboité le pas à la SAQ et attaqué le journaliste. On sentait la haine et la vengeance! C'est incompréhensible.
Ils attaquent ainsi le messager.
C'est dommage!
 
Le rôle du journaliste c'est de donner de l'information. C'est souvent difficile lorsqu'on a affaire à des monopoles fermés.
 
Sur les réseaux sociaux
Les réactions des gens sur les réseaux sociaux et dans les commentaires à la suite des articles traitant de la SAQ sont souvent étonnantes. Certains font des crises d'urticaire lorsqu'ils voient une nouvelle qui leur semble défavorable à la SAQ.
C'est comme s'ils se sentaient attaqués personnellement! Le syndrome de Stockholm, peu-être? Ces gens semblent allergiques à toute nouvelle qui n'est pas positive concernant le vin ou la société d'État. Comme s'ils craignaient qu'elle allât fermer. Ils s'attaquent aussi aux messagers, souvent en se cachant derrière l'anonymat. C'est dommage!
 
Des dommages collatéraux
Le taux de satisfaction de la SAQ est très élevé. La cote d'amour de la SAQ est encore très bonne. C'est un service de proximité qui donne du plaisir. La plupart des gens qui y travaillent sont des passionnés. Ils nous rendent de grands services dans les succursales. Ce sont eux qui font face au public quotidiennement et qui subissent quelquefois les sarcasmes de quelques clients. C'est dommage, car les travailleurs de la SAQ subissent comme nous les décisions des patrons de la grosse compagnie.
 
Lorsque mis en cause sur la place publique, la direction de la SAQ se défend toujours en envoyant au front le petit nouveau, le dernier arrivé. C'est dommage, car la SAQ a plein de personnel expérimenté et respecté qui pourrait répondre de manière éclairante aux journalistes et au public. 
 
Nous vivons depuis quelque temps des transformations énormes dans le monde des médias et des communications. C'est l'instantané, le rapide, chacun tire plus vite que son ombre. Ce serait dommage si ces communications ne se faisaient pas dans le respect mutuel.
 
On a beau avoir des opinions bien tranchées, un esprit critique bien aiguisé, une volonté acharnée de défendre son patron. Nous pouvons exprimer fortement nos opinions, nos convictions, nos informations; mais de grâce, faisons-le dans le respect des personnes.

À qui profite ce flot de nouvelles sur l'arsenic

À qui profite la crise ?
Qui profitera de ce flot d'informations sur l'arsenic dans le vin et sur les vins de dépanneurs?

Il se pourrait bien que les consommateurs de vin, plus informés, se tournent maintenant vers les producteurs de vins bio.

Comment s'assurer d'avoir les produits les plus sains possible? Des vins qui contiennent le moins de produits chimiques?

Les vins vendus au Québec respectent les normes nationales. Soit, mais comment faire pour savoir quels sont les vins qui contiennent le moins d'arsenic et autres produits toxiques.

La SAQ dit que les produits sont dans les normes, mais ne publie pas le taux d'arsenic dans les vins incriminés. Une responsable du laboratoire de la société d'État dit qu'il serait autour de 20 parties par milliards. L'agence qui représente les vins de la marque Ménage à Trois ne veut pas non plus publier ces taux d'arsenic dans ses produits. À une demande en ce sens, l'agence Philippe Dandurand répond

Ce que je peux vous confirmer c’est que les taux d’arsenic contenus dans les vins de Trinchero se situent en deçà des normes émises par Santé Canada.  Tous les vins commercialisés au Québec sont testés par la SAQ, qui confirme ces résultats. Il n’y a donc aucun risque ou danger pour la santé des consommateurs tel que stipulé dans les communiqués émis par Trinchero, California Wine Institute ainsi que la SAQ.»

Pourquoi ne pas donner les chiffres et laisser le consommateur juger par lui-même?
Pourquoi aussi certains vins contiennent 5 fois plus d'arsenic que les autres?

À qui profitera la crise se demande M. Sammy Rabbat dans sa lettre circulaire envoyée aux gens du monde du vin au Québec.

Le peu de transparence démontré par les gros producteurs et les dirigeants de la SAQ profitera vraisemblablement aux producteurs de vin bio. Ils ont des normes beaucoup plus strictes concernant les produits utilisés pour la fabrication de leurs vins.

Les acheteurs de la SAQ et des agences font de plus en plus d'effort pour nous procurer des vins bio. Voici donc une sélection de bons vins bio commentée dernièrement.
(Les prix peuvent avoir été modifiés)

Nom Région SAQ Cote Prixicone de tri
Pircas Negras, Malbec 2013 Argentine 3,0 16,85$
Terroir Grinou, tradition, sauv sémillon 2013 Sud-Ouest 2,5 17,15$
Parés Baltà mousseux brut Espagne 2,5 17,20$
TETPAMYΘOΣ - Tetramythos, Kalavryta 2013 Grèce 3,0 17,40$
Château Cluzeau 2012 Sud-Ouest 2,0 17,70$
Autrement Languedoc 2012 Gérard Bertrand Languedoc 2,0 17,80$
Château Pelan Bellevue 2009 Bordeaux 2,5 17,80$
L'Impertinent 2012 Languedoc 3,5 18,05$
Naoussa, Thymiopoulos, J. V. Xynomavro 2012 Grèce 3,0 18,65$
Nerello Mascalese, Di Giovanna 2012 Italie 2,5 18,95$
Mas Elena, Parés Baltà 2011 Espagne 3,0 19,20$
Pieropan Soave Classico 2013 Italie 3,0 19,20$
Perrin Nature Côtes du Rhône 2011 Rhône 3,0 20,00$
Michel Gassier, Les Piliers, Viognier 2013 Rhône 3,0 20,20$
Château Seigneurs de Pommyers, Bordeaux 2010 Bordeaux 3,5 20,20$
Clos Château Gaillard, Les Vieilles Vignes 2009 Loire 3,0 20,30$
Les Terres Rouges, Saumur Champigny 2012 Loire 3,5 20,70$
Château la Tour de l'Évêque Blanc  2013 Provence 3,0 20,90$
Bourgogne aligoté Jean-Claude Boisset 2011 Bourgogne 2,5 21,50$
Château la Tour de l'Évêque rouge 2012 Provence 3,5 21,70$

Il y a arsenic et arsenic

On a beaucoup parlé ces derniers jours de l'arsenic dans le vin.
Le sujet nous touche particulièrement parce qu'un des vins impliqués dans la controverse est un chouchou ici au Québec.

Le Ménage à Trois, le troisième meilleur vendeur en volume et le premier en valeur en 2014 à la SAQ.

Une poursuite en action collective aux États-Unis affirme qu'il contiendrait plus de 10 parties par milliard d'arsenic, soit plus que ce qui est autorisé pour l'eau.

La poursuite reproche surtout à ces compagnies vinicoles d'avoir vendu du vin qui contient de l'arsenic inorganique. C'est la forme la plus dangereuse d'arsenic.

Il y a des normes au Canada concernant l'arsenic dans le vin. C'est 100 parties par milliard. Toutefois, on calcule l'arsenic total. Les chimistes affirment maintenant qu'il y a 6 sortes d'arsenic, dont deux, les formes III et V très toxiques.

Il se pourrait que les organismes de règlementation, telle la FDA des États-Unis, révisent les normes concernant les taux tolérables d'arsenic dans les produits alimentaires.

La poursuite intentée en Californie pourraient nous en apprendre plus sur le sujet et clarifier ce dossier.
 

L'Italie importe du vin en vrac

L'Italie est le deuxième principal client du vin en vrac américain et le quatrième client du vrac espagnol.

L'un des principaux producteurs de vin au monde a importé 135 millions de litres de vin en vrac d'Espagne et 47 millions de litres de vin en vrac des États-Unis en 2014.

L'importation de vin américain en vrac en Italie est assez étonnante!
C'est quatre fois plus que ce qu'importe le Canada des États-Unis en vrac (12 millions de litres)!
Le principal client du vrac américain est l'Allemagne avec 60 millions de litres.

Le vin américain en vrac est exporté à l'Italie au prix moyen de 1,05 $US le litre.

Le vrac espagnol est exporté en Italie au prix moyen de 0,38 euro le litre (0,52 $CAN le litre)

L'Italie importe aussi 9 millions de litres de vrac de l'Australie; 96 000 litres de vin en vrac de l'Argentine.

Selon les chiffres du Corriere Vinicolo, l'Italie exporte aussi du vrac: 6 millions de litres aux États-Unis. Son principal client est toutefois l'Allemagne avec une quantité énorme de 292 millions de litres.

Hausse de l'importation de vin en vrac au Canada

Le Canada a importé 103 millions de litres de vin en vrac en 2014. Soit une hausse de 11 % par rapport à l'année précédente.

Le prix unitaire moyen du litre de vin en vrac a légèrement diminué (-1,9%) à 1,04 $ le litre. C'est l'équivalent de 0,78 $ la bouteille.

Le Canada importe ce vrac principalement de l'Australie, du Chili et des États-Unis.

L'importation en bouteille est 2,7 fois plus élevée en quantité, soit 280 millions de litres.

Le vin rentre au Canada à 67 % en bouteille et à 23 % en vrac.
En bouteille, nos importations proviennent surtout d'Italie. Au total, c'est des États-Unis à cause du vrac.
Le prix moyen de l'importation en bouteille est presque 10 fois plus qu'en vrac, soit 7,04 $ (contre 0,78 $ pour le vrac).

Le Canada est le cinquième importateur de vin en vrac au monde.

Ces chiffres concernent les vins tranquilles. Nous traiterons des mousseux un autre jour.


Source: Corriere Vinicolo

L'arsenic et le vin : mauvais mélange

L'alcool du vin pourrait augmenter les effets de l'arsenic.
 
L'alcool peut ralentir l'élimination de l'arsenic dans le corps humain et le rendre ainsi plus nocif. Comme l'alcool le fait pour certains médicaments. Il y a des mélanges plus toxiques que d'autres. Ainsi, 1 + 1 peut donner 3.
 
Ceux qui boivent du vin et de la bière régulièrement ont de 20 à 30 % plus d'arsenic dans le corps que les autres!
 
«Les personnes qui ont déclaré avoir bu en moyenne 2 1/2 bières ou un verre de vin blanc tous les jours avaient des niveaux d'arsenic 20 à 30 pour cent plus élevés que ceux des personnes qui ne boivent pas

C'est ce qu'a découvert Kathryn Cottingham, chercheuse au Dartmouth College au New Hampshire à la suite d'une étude faite auprès de 852 personnes dans cet État de la côte est américaine.

Ce qui est plus troublant dans les découvertes du groupe de Mme Cottingham c'est que l'alcool peut réduire les capacités de notre organisme à l'éliminer l'arsenic contenu dans l'eau et autres produits que nous ingurgitons quotidiennement.
 
«L'alcool lui-même peut être à blâmer pour les niveaux d'arsenic plus élevés, en altérant la capacité de l'organisme à détoxiquer l'arsenic», disait Mme Cottingham, cité dans Live Science en novembre 2013.
 
Les chercheurs ont analysé les régimes de 852 personnes dans le New Hampshire. Les niveaux d'arsenic dans leurs ongles ont montré des résultats significatifs à une exposition à long terme à cette substance chimique.

Sur les 120 aliments étudiés, quatre se sont révélés augmenter considérablement les niveaux d'arsenic des individus: la bière, le vin blanc (et dans une moindre mesure, le vin rouge), les choux de Bruxelles et les poissons foncés tels que le saumon, le thon et les sardines. Cette étude n'a pas démontré de problème avec le riz, contrairement à d'autres recherches.

 
L'étude qui a été publiée le 16 novembre 2013 dans le Nutrition Journal
______

Oui de l'arsenic dans certains vins, pas trop, mais combien et surtout pourquoi?

La nouvelle s'est répandue rapidement aux États-Unis, certains vins peu chers contiennent une quantité d'arsenic cinq fois plus élevé que les autres vins.

Une poursuite en action collective est intentée en Californie contre 28 fabricants de vin.
 

Ces vins contiendraient surtout de l'arsenic inorganique, considéré plus toxique encore que l'arsenic organique.

Un laboratoire de Denver au Colorado dit avoir trouvé jusqu'à 5 fois plus d'arsenic dans 83 vins de ces compagnies que dans les 1300 autres analysés.

Pusieurs de ces vins sont vendus au Canada et au Québec, dont le très populaire Ménage à Trois. (Voir De l'arsenic dans le Ménage à Trois.)

La compagnie Trinchero qui produit les vins de cette marque (et 30 des 83 produits incriminés) a distribué un communiqué en français à ses employés et partenaires. Son représentant au Québec nous en fait suivre une copie disant que «nous prenons très au sérieux cette situation et avons l'intention de nous défendre agressivement.» Trichero affirme que ses vins sont sains et qu'elle respecte toutes les règles et les normes. Elle termine en écrivant que «nous tentons de résoudre la situation le plus rapidement possible afin que les consommateurs puissent continuer à profiter en toute confiance des vins californiens de qualité que notre famille produit depuis des générations.»

Arsenic : pas la première fois au Canada

Un des vins impliqués dans la poursuite collective en Californie concernant la forte présence d'arsenic a été l'objet d'un rappel au Canada en octobre dernier.

En effet, le Mogen David Concord de la compagnie The Wine Group a été retiré du marché canadien sur ordre de l'Agence canadienne d'inspection des aliments.

Le 28 octobre 2014, l'agence émettait une notification de rappel pour les contenants de 750 ml et 1,7 L du Mogen David Vin rouge Concord (CUP 0 85904 01440 7 et 0 85904 01550 3).

Ils dépassaient le plafond de 100 partis par milliard d'arsenic. «Tous les codes où le niveau d'arsenic a été établi supérieur à 100 ug / L

Ils étaient distribués en Alberta et on a ordonné à l'Alberta Gaming and Liquor Commission de les retirer du marché.

   Source : Rappel de « Vin rouge - concord » de marque Mogen David en raison de la présence d'arsenic

DE L'ARSENIC DANS LE MÉNAGE À TROIS

Mise à jour 21 mars  

Une poursuite en action collective a été déposée en Californie contre 28 producteurs de vin. La poursuite affirme que des vins de ces fabricants contiennent des taux d'arsenic trop élevés et dangereux pour les consommateurs.

Selon la poursuite, certains vins contiendraient jusqu'à 5 fois plus que la dose maximale autorisée pour l'eau.

Un laboratoire indépendant du Colorado BeverageGrades a testé 1300 vins et a découvert que 83 d'entre eux avaient des niveaux très élevés d'arsenic inorganique. Certains auraient 50 parties par milliard d'arsenic par litre; alors que la dose maximale pour l'eau est de 10 parties par milliard.

Interrogé par le LA Weekley, le directeur du laboratoire Kevin Hicks, a déclaré que «ce que nous avons trouvé était profondément troublant. Les niveaux d'arsenic dans certains de ces vins étaient au-delà de ce qu'on n’aurait jamais pu imaginer.» Il ajoute avoir constaté que «plus les prix de ces vins sont bas, plus le niveau d'arsenic est élevé.»

Les ventes de vin augmentent plus dans les dépanneurs qu'à la SAQ

Au cours du dernier trimestre terminé le 3 janvier, les ventes de vin dans les dépanneurs ont augmenté de 500 000 litres, contre 200 000 litres (tous produits) dans les succursales et agences de la SAQ comparées au même trimestre de l'année précédente.

Ce qui représente, d'après les chiffres publiés aujourd'hui par la SAQ, une hausse en volume de 3,8 % chez les grossistes-épiciers contre 0,4 % dans les succursales.

Pour les 40 dernières semaines, les hausses ont été de 3,6 % dans les épiceries et de 1,8 % dans les succursales.

Au dernier trimestre, les ventes dans les épiceries ont été de 13,6 millions de litres, contre 42,7 millions dans les succursales; 6 millions chez les restaurateurs et bars et 2,8 millions de litres dans les agences et autres clients.

Les ventes totales en dollars de tous les réseaux ont augmenté de 1,1 % au cours du dernier trimestre.

Les coûts des produits ont baissé de 499 millions à 498 millions, les ventes sont passées de 1,048 milliard à 1,060 milliard de dollars.

La SAQ a remis 575,6 millions de dollars au gouvernement du Québec. C'est 17,5 millions de plus (+3%). «Cette variation s’explique par un résultat net plus élevé, et également
par une perception plus importante des taxes à la consommation résultant de l’augmentation des ventes ainsi que de l’harmonisation, au 1er août 2014, des taux de la taxe spécifique prélevée sur la vente de boissons alcooliques au Québec
», dit le rapport de la SAQ. Elle a remis aussi 134,1 millions de dollars (+1,2%) au gouvernement fédéral.

Ce troisième trimestre — la période des fêtes — est le plus payant de l'année.

Menetou-Salon Chavet 2012

Appellation Menetou-Salon. Dix vins de cette aoc à la SAQ.
C'est seulement 536 hectares en Centre-Loire. 80 vignerons. Le menetou-salon est surtout consommé en France et peu exporté (seulement 13 % va à l'exportation). Les deux-tiers de la production sont en blancs.
Ce vin de la maison Chavet est aromatique, floral et pêche sur note végétale agréable. Le vin sauvignonne délicatement. 
Très frais en bouche, vif et rond à fois. Belle présence. Belle buvabilité comme on dit. Longue finale sur les mêmes flaveurs perçues au nez qui reviennent en finale. Capsule à vis.
Alc. 13 %.
Dans 102 magasins.
3 étoiles
Prix: 
23,10 $

Moscato d'Asti 2011, Castello del Poggio

Un vin blanc très aromatique, légèrement sucré, légèrement pétillant (on dit perlant), peu alcoolisé (5 %) et bien muscaté. Une douceur en bouche.
De belles saveurs de muscat sucré dans ce joli vin du Piémont.
C'est ample, sucré tout en étant d'une belle fraicheur.
Cépage muscat blanc. Dans le site de la SQ on écrit «moscophilero».
Le raisin est fermenté jusqu'à ce qu'il atteigne 5 degrés d'alcool. On refroidit alors la cuve afin de stopper la fermentation et conserver ainsi une bonne dose de sucre.
Servir bien frais (4-6 degrés) en apéritif, avec des mets épicés, des salades de fruits, comme vin de dessert.
Sucre résiduel de 120 à 130 mg/l.
Le taux d'alcool est de 4,5 à 5,5 degrés. (5 sur l'étiquette)
En ligne et dans 368 magasins. Un produit courant.

2.5 étoiles
Prix: 
18,25 $ à la SAQ | Réduit à 16,50 $ jusqu'au 22 mars

COMMENT EST FAIT LE VIN EN VRAC

Il y a en gros deux types de viticulture.
On ne fait pas le vin destiné à la vente en vrac comme on fait le vin qui sera embouteillé à la propriété.
Nous allons décrire ici ces deux modes de culture de façon simplifiée.
Commençons par le mode de culture du raisin destiné à la mis en bouteilles à la propriété.
 
Le vigneron metteur en bouteille
Le vigneron plante sa vigne en coteaux sur des sols pauvres propices à la production de raisins de qualité. Il cherchera à obtenir environ une bouteille de vin par plant de vigne pour environ 30-45 hectolitres à l'hectare. Il plantera des clones de vigne peu productive, car il ne cherche pas le gros volume, mais la qualité. Il taillera sa vigne de façon à obtenir moins de raisins, mais plus de concentration dans les baies. Il a tendance à utiliser des engrais organiques plus que chimiques. Il essayera de limiter le plus que possible l'utilisation de pesticides. Il en utilisera au besoin. Il récoltera souvent ses raisins à la main dans de petits contenants afin d'éviter de les écraser. Ses cueilleurs feront des sélections et des tris de grappes afin de ne collecter que celles désirées et d'éviter les raisins pas murs, trop murs ou endommagés. Il peut aussi utiliser des levures naturelles pour la fermentation. Finalement, le vigneron met son nom sur l'étiquette. Il s'attendra à le vendre au moins 3 à 5 dollars la bouteille pour entrer dans ses frais.
 
Le producteur de vrac
Il veut produire du volume. C'est sur le volume qu'il fait son argent. Il s'installera donc en plaine, plantera des clones de cépages les plus productifs possible. Il visera à faire au moins deux bouteilles par plant de vigne pour un rendement de 50 à 80 et plus hectolitres à l'hectare. Il irriguera son sol afin de stimuler la production. Il fera pisser la vigne comme on dit. Il utilisera les insecticides, fongicides et autres pesticides de manière préventive et répétitive afin de protéger son immense culture. La récolte se fera à la machine. Tous les raisins sont récoltés pêle-mêle, les murs, pas murs, trop murs et endommagés. Il ajoutera des sulfites afin que les raisins endommagés ne contaminent pas les raisins sains.
 
À la cave, il utilisera des levures industrielles, car les naturelles auront été tuées par les pesticides et les sulfites. Si ses raisins sont trop acides (climat froid ou récolte hâtive), il corrigera en ajoutant un désacidifiant dans ses cuves. Si ces raisins sont peu acides (en région chaude), il ajoutera de l'acidité tartrique. Si le jus est trop pâle, il ajoutera un colorant (Mega Purple). S'il n'est pas assez sucré, il y versera des poches de sucre pour monter le taux d'alcool; un procédé appelé chaptalisation. S'il est peu concentré, il y ajoutera du moût concentré. Il pourra ajouter des enzymes pour faciliter l'action des levures, puis de l'écorce de levure morte pour donner un goût plus sucré au vin. Des dizaines de produits sont autorisés en oenologie (Voir Liste comparative des traitements oenologiques autorisés) et les contrôles sont moins sévères dans les pays du Nouveau Monde. Finalement, il vendra son vrac de 1 à 2 dollars le litre et n'indiquera pas toujours son nom sur le produit.
C'est une culture industrielle faite sur de grandes propriétés ou par de grandes coopératives.
 
Ce vin ne sera pas nécessairement mauvais. Il peut en sortir même du bon vin, mais vous comprendrez que le processus n'est pas le même. En vrac, on vise à produire du volume plus que de la qualité.
 
Deuxième source de vrac
Il y une deuxième source possible de vrac. C'est le vin que le vigneron ne peut vendre en bouteille. Il le vendra alors en vrac. Vous comprendrez que le vigneron mettra son meilleur vin en bouteille et vendra le moins bon en vrac. Des négociants écument les campagnes pour récolter ce vrac, l'assemblent dans des entrepôts régionaux puis le revendent pour le vrac ou pour la mise en bouteille.
 
Résultats au Québec
Aussi étrange que cela puisse paraître, il se peut que les deux types de vin se retrouvent en bouteilles au Québec et au même prix. On n'est plus alors dans la production, mais dans le domaine du marketing. Si un vendeur peut faire croire que le vin de marque est aussi bon qu'un vin de domaine il en obtiendra un bon prix.
 
On ne dit pas toute la vérité dans le commerce du vin, comme dans les autres commerces d'ailleurs.
 
Plus de transparence serait souhaitable et permettrait aux consommateurs de faire des choix en pleine connaissance.

Le tiers du vin vendu au Québec est du vin canadien!

Le tiers du vin vendu au Québec est du vin canadien!
Ça semble plutôt étrange!

C'est pourtant ce que nous disent les chiffres publiés par l'organisme fédéral Statistique Canada.

Le fédéral considère que les vins qui sont embouteillés au Canada sont des vins canadiens.
En effet, les organismes fédéraux considèrent que si le produit est assemblé ici, modifié, ajusté, corrigé... il devient un produit canadien.

Donc, si nous regardons le tableau suivant, nous constatons avec étonnement que le tiers du vin vendu au Québec est du vin produit ici ou embouteillé ici!

Ce sont ce qu'on appelle les vins de dépanneurs vendues dans les épiceries et dans les succursales de la SAQ.

Tableau 183-0015 Ventes de boissons alcoolisées des régies des alcools, des producteurs de vins et des brasseries, selon le volume, exercices financiers se terminant le 31 mars, annuel (données en milliers)(1)
Contrôle et vente des boissons alcoolisées au Canada - 1726  
Géographie Volume Type de boissons Type de produit 2013
Québec (2) Volume en litres (3) Vins rouges Produits canadiens 34887
Québec (2) Volume en litres (3) Vins rouges Produits importés 72734
Québec (2) Volume en litres (3) Vins blancs Produits canadiens 17447
Québec (2) Volume en litres (3) Vins blancs Produits importés 28674

J'en fait un résumé ici en regroupant les vins rouges et blancs.

 
Vins rouges et blancs vendus au Québec en 2013 en litres
Importés 106 371 000 67 %
Canadiens 52 334 000 33 %
Total
158 705 000
 
 

En Ontario, c'est 38 % du marché qui est occupé par des vins canadiens. En Colombie-Britannique c'est 52 % du vin canadien.

Estimation de la proportion de vin de dépanneur à la SAQ
Dans le dernier rapport annuel de la SAQ, on y lit que les ventes chez les grossistes-épiciers ont été de l'ordre de 40 millions de litres en 2013. Ce qui laisse 12 millions de litres de vin dit canadien vendu dans les succursales de la SAQ ou chez les vignerons. Si on y enlève les 1,4 million de litres produits sur les vignobles (ASDEQ-ASQ), ainsi que quelques centaines de milliers de litres de vin de vignoble hors Québec et de litres vendus par nos usines dans d'autres provinces, il reste plus ou moins 10 millions de litres de vin embouteillés au Québec. 10 sur 150 millions vendus en succursales, ce qui voudrait dire qu'en gros 5-6 % du vin vendu dans les succursales de la SAQ est du vin embouteillé ici au Québec, du vin de dépanneur.

Bien sûr c'est une estimation. Mais jusqu'à preuve du contraire, nous estimons qu'en gros 5 % du vin vendu dans les succursales de la SAQ est du vin de dépanneur, soit l'équivalent de 13 millions de bouteilles.

Bourgogne Pinot Noir, Les Ursulines 2013

Un bourgogne avec une capsule à vis! Bravo!
Aromes de fruits des champs sur note de champignon et de fumé, ça pinotte joliement.
Belle bouche gourmande. C'est d'une vivacité juteuse. Souple, tanins fins.
Longue persistance gustative et aromatique sur les petits fruits.
Alc. 12,5 %.
En ligne et dans 82 magasins.
 
3 étoiles
Prix: 
25,00 $

Chevrey-Chambertin, En Champs, Jean-Claude Boisset 2012

Il y a 102 vins de l'appellation Gevrey-Chambertin-Chambertin sur les rayons de la SAQ actuellement. Ce qui est presque deux fois plus que de Brunello, de Ribeira del Duero et de Coteaux du Languedoc; presque autant que de Chateauneuf du pape et de Pessac-Léognan. Les acheteurs de la SAQ aiment beaucoup cette appellation!
Beaux petits fruits, notes d'épices, de cannelle et de vanille.
Souple, juteux, fin et surtout rafiné.
Longue finale élégante et savoureuse
Un pinot noir de grande qualité. Notez le raisonnable degré d'alcool de 12,5 %.
En ligne et dans 11 magasins.
4 étoiles
Prix: 
75,25 $

Bourgogne Aligoté Louis Roche 2013

Les vins faits du cépage aligoté n'avaient pas bonne réputation auparavant. 
Pourtant, celui-ci est très bon. Floral, gras, très agréable, long, de belle qualité.
Mis en bouteille à la propriété.
D'un rès bon rapport qualité-prix.
Alc. 12 %.
En ligne et dans 128 magasins.
3 étoiles
Prix: 
17,65 $

Bergerac, Château Haut Marsalet 2009

Fruité juteux sur une belle acidité. De la fraicheur, texture assez tendue.
Cabernet sauvignon et merlot.
Une sélection Louis Roche. Mis en bouteille à la propriété.
Alc. 13 %.
En ligne et dans 74 magasins.
2.5 étoiles
Prix: 
15,50 $

Château Maison Blanche, Médoc 2010

Rond, ample et velouté, beaux tanins, belle texture, belle longueur. 
Sur la contre-étiquette il est indiqué que «que la vigne est cultivée selon les règles de de la biodynamie et de la culture raisonnée», ce qui me semble contradictoire!
Merlot et cabernets. Oenologue Stéphane Derenoncourt.
Mise en bouteille au château. Alc. 14 %.
En ligne et dans 45 magasins.
2.5 étoiles
Prix: 
24,70 $

Cosme Palacio, Rioja Reserva 2007

Il faut aimer le bois, le goût de vanille, de madrier, de planche neuve et un peu de bois vernis.
Les médisants diraient : du jus de planche!
Les courtisans diront : il n'a pas digéré son bois.
Il a la digestion lente! 2007, ça fait tout de même quelques années!
Est-ce que les Espagnols aiment à ce point les goûts de planche ou est-ce pour plaire aux Américains et autres parkerisés?
C'est un peu dommage, car la texture de ce vin est très belle. On peut se pincer le nez et boire le vin. Tout un exercice. N'empêche, nous avons vidé la bouteille!
Fûts de chêne français 18 mois.
Alc. 14 %.
En ligne et dans 30 magasins.

2 étoiles
Prix: 
28,80 $

Le vin préféré des Québécois est importé en vrac

On a beaucoup parlé cette semaine dans les médias des vins de dépanneurs vendus aussi à la SAQ.

Ces vins sont importés en vrac dans d'immenses conteneurs pouvant atteindre 24 000 litres et embouteillés dans une des usines du Québec.

Ils sont surtout destinés aux dépanneurs et épiciers. La SAQ aussi en vend. Elle a d'ailleurs augmenté le nombre de ces produits sur ses rayons cette dernière année.

Les connaisseurs le savaient, toutefois le grand public et même la plupart des employés de la SAQ n'étaient pas au courant avant que le Journal de Québec n'en fasse mention en première page dans son édition de lundi sous la plume de Pierre Couture.

Ces vins en vrac, que le grand public ne sait généralement pas qu'il sont importés en vrac, conditionnés ici dans une usine de la région de Montréal sont pourtant très populaires. Ce sont de gros vendeurs, comme ont dit. D'ailleurs le plus gros vendeur d'entre tous — le vin le plus populaire au Québec — est un de ces vins importés en vrac d'Australie. C'est le Wallaroo Trail rouge. Il est vendu en plusieurs formats. Chez IGA, c'est 12,49 $ au litre (avant TPS et TVQ) (1,25$/100ml). Il est aussi vendu en vinier de 4 litres à 42,29 $ (1,06$/100ml) et au 500 ml.

Il est aussi disponible à la SAQ. Je l'ai découvert il y a quelque temps à la SAQ-Dépôt. Il y est vendu 12,30 $ le 750 ml. Il est indiqué le nom du cépage, Shiraz, ce que la SAQ interdit aux dépanneurs. Les dégustateurs de la SAQ lui ont attribué la pastille «Aromatique et souple».

Sur le site saq.com, on lit «Producteur Constellation Brands Québec». Donc, le consommateur peut deviner qu'il est embouteillé au Québec. Il y en a des tonnes dans les 7 saq-dépôt, dont 1125 bouteilles à la seule succursale du Marché Central à Montréal. Son numéro de code SAQ est 12498459.

Pourtant il n'est pas sur la liste dite complète des 54 embouteillés au Québec et disponible à la SAQ, publiée par la SAQ cette semaine!

Selon les chiffres de la SAQ, il s'en est vendu l'équivalent de 2 551 000 bouteilles de 750 ml en 2013-2014, soit avant qu'il ne soit aussi disponible à la SAQ. Il devance ainsi le Merlot Grand Sud et le Ménage à Trois. (Voir liste des meilleurs vendeurs.)

C'est un vin importé d'Australie. D'ailleurs 20 des 50 millions de bouteilles de vin d'Australie vendues au Canada sont embouteillés ici même au pays. Le Québec est un marché important pour les vins en vrac d'Australie «exports growing strongly to Canada, because of strong demand for bulk wine from Quebec supermarkets(Voir Le quart du vin importé au Canada l'est en vrac).

Dégusté l'an dernier, je l'ai décrit ainsi «Nez de vin bien jeune, de vin maison, un peu fermentaire. Saveurs de petits fruits. Un peu bonbon. Pas tannique, peu acide. Petite note de caramel en finale. Ne laisse pas une belle impression en bouche. Après longue aération, l'odeur fermentaire disparait pour laisser la place à une odeur de vieux bois, de banc d'église, d'encens et de vernis. Finale vanillée.» (juillet 2014)

Toutefois, vu qu'il est assemblé ici, sa composition et ses cépages peuvent varier. C'est majoritairement shiraz, mais peut contenir du petit verdot et ou du cabernet.

En terminant, mentionnons le beau communiqué de la SAQ signé, entre autres, par François Chartier et Jessica Harnois qui dit que les Québécois sont chanceux.

Les vins américains devancent ceux d'Italie au Canada

Les vins d'Italie occupaient la première place en part de marché en volume au Canada. Ils sont maintenant dépassés par les vins des États-Unis.
Canada - Parts de marché (volume vin)
États-Unis
17,1
Italie
16,5
Australie
16,2
France
15,3
Chili
10,5
Espagne
7,6
Argentine
5,9
Afri d Sud
4,0
Nouv Zélande
2,4
Portugal
2,2

Québec- Parts de marché
(volume vin)
France
27,7
Italie
20,2
Australie
13,1
Espagne
11,2
États-Unis
8,9
Argentine
4,8
Chili
4,7

En effet, selon les chiffres compilés par la Délégation commerciale d'Italie à Montréal, le Canada a importé 673 000 hectolitres de vin américain contre 660 000 hectolitres de vin d'Italie en 2014. Pendant que les importations de vin italien baissaient de 5 %, celles de nos voisins du sud augmentaient de 13 %.

L'Australie occupe la troisième place sur le marché canadien avec 590 000 hectolitres, suivi de la France (564 000 hl); du Chili (384 000 hl) et de l'Espagne (283 000 hl).

En dollars
En valeur, il y aussi des changements. Les États-Unis viennent de dépasser la France et occupent la première place avec 471 millions de dollars. Une hausse de 9 % en un an. La France passe en deuxième place avec 443 millions $ en baisse de 5 %. L'Italie est en troisième place avec 425 millions, une hausse de 2,5 % par rapport à 2013.

La France occupait la première place en valeur depuis au moins 2003.

Au Québec
Si nous regardons maintenant les chiffres pour la seule province de Québec, le classement y est fort différent.

La France occupe toujours la première place en quantité et en valeur.
La part de marché des vins de France au Québec est de 27,7 % en volume et de 35,8 % en valeur. Soit 391,494 hectolitres pour 273 millions de dollars.

Les États-Unis sont en 5e place en volume, mais en forte hausse de 27 % en un an en volume et + 20 % en valeur.

Le Québec est le principal importateur de vin au Canada avec 1,4 million hl (770 MM$); l'Ontario en deuxième avec 1,1 Mhl (675 MM$); la Colombie-Britannique 672 000 hl et l'Alberta 300 000 hl.

Source: Statistiche delle importazionidi vino, ITA, Fonte: Statistics Canada. Elaborazione dati: Italian Trade Commission, Montreal.

Syndiquer le contenu