Château La Lieue rosé 2013

Un bien beau rosé, frais, léger, délicat et très agréable à boire.
Laissez-le se réchauffer dans le verre, car au sortir du frigo à 4 Celcius, ses saveurs sont gelées. Vers 8, 9 et 10 degrés, il se dégêne, s'ouvre, son fruité devient plus éloquent; la texture moins acide devient plus grasse.

Il n'a pas le côté alcooleux ou bonbon chimique de plusieurs rosés.
Il fait plutôt penser à un vin blanc.
Le fruité, l'acidité et l'alcool sont en bel équilibre.
Bio en plus.  Alc. 13 %.
Un domaine de 75 hectares, dont 18 pour le rosé.
Encépagement: cinsault, grenache et syrah.
«Aucune utilisation de désherbant, d’insecticide ou de produit de synthèse.»

En ligne et dans 366 magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
15,95 $

Château de Maligny, La vigne de la Reine 2013

Nez frais de fruits blancs. Bouche fruitée et ample, saveurs de pêche, de poire et de pomme.
Très longue finale. Belle vivacité. Une certaine minéralité.
Un chardonnay riche et élégant.
Alc. 12,5 %.
En ligne et dans 56 magasins.
3.5 étoiles
Prix: 
24,45 $

Château de Maligny premier cru Montée de Tonnerre 2012

Beau nez de fruits blancs, de pêche. C'est fin.
Belle bouche, fruité fin et assez gras. Longue finale persistante. 
Notes de noix, un chablis gras et bien agréable.
Saveurs rappelant le caramel en se réchauffant. 
Pour quelques années de cave.
Alc. 12,5 %.
En ligne et dans 61 magasins.
3 étoiles
Prix: 
36,25 $

Château d'Aussières, Corbières 2010

Domaines Barons de Rothschild
Opaque, d'une pièce, costaud, très serré, très jeune. Belle extraction du fruit. Une belle surprise. Pour la cave?
Cépages: syrah 60%, mourvèdre 30%, grenache 10%.
Rendement de 35 hl/ha.
Acidité 2,99, ph 3,85, sucre 1 g/l.
Production de 120 000 bouteilles.

En ligne et dans 38 magasins.

3 étoiles
Prix: 
27,00 $

Nemea Boutari 2011

Némée (Nemea en anglais) est le nom d'une région dans le Péloponnèse en Grèce et Boutari le nom du producteur.
Il y a huit vins de cette appellation à la SAQ.
Un vin grec rouge, rond, fruité, velouté, assez ample fait du cépage agiorgitiko, prononcez a-ior-í-tiko.
C'est bien fait, les tanins sont fins sur un fruité rond, la texture est souple. Le vin se laisse boire. 
Je l'ai servi sur des steaks de thon au BBQ.
Alc. 12,5 %.
Un très bon rapport qualité-prix
Dans 42 magasins.
2.5 étoiles
Prix: 
14,15 $

Henri Milan, Les Baux de Provence, Domaine Milan 2003

De temps en temps, trop rarement, l'on découvre de vieux millésimes sur les rayons de la SAQ.
Ici, on a une belle surprise.
Un vin mature, suave, fin, long en bouche sur les notes de cuir.
Une texture encore assez ferme.
Très agréable.
Appellation: Les Baux de Provence.
Cépages: grenache, syrah, cinsault, mourvèdre.
Non filtré. Alc. 13,5 %.
Dans 85 magasins.

Mais pourquoi un 2003 arrive sur nos rayons?
Le producteur Henri Milan nous répond ceci. «C'est un vin qu'il fallait attendre, car le millésime était extrêmement chaud et maintenant les tannins durs au début sont devenus superbes. De plus la fraicheur due à notre terroir particulier fait que nous devons attendre 6 ans en moyenne avant de commercialiser ce vin qui est devenu entre-temps "LE VALLON" pour cause de refus de la nouvelle loi sur les AOC.»

3.5 étoiles
Prix: 
25,80 $

Nous payons le champagne plus cher que tout le monde

La Champagne vend son vin plus cher au Canada qu'à tous les autres pays du monde!
 
Le Canada est le pays qui paie son champagne le plus cher!
Nous ne parlons pas ici du prix vendu aux consommateurs canadiens, mais bien du prix que paient nos monopoles d'État aux producteurs de champagne.
 
Nos monopoles, SAQ et LCBO, qui se vantent d'être les acheteurs de vins les plus gros au monde, paient le champagne plus cher que tous les autres pays du monde!
 
En effet, le prix moyen payé par le Canada pour le champagne a été de 33 euros le litre l'an dernier; alors que la moyenne mondiale est de 22,50 €. Même les Émirats arabes unis paient le champagne moins cher que nos monopoles, soit 30 €. Les États-Unis le paie 25 € et le Royaume-Uni est le pays qui paie moins cher le champagne, soit 19 € le litre.

Ce n'est pas fortuit. C'est historique. Selon les chiffres compilés par l'Unione Italiana Vini, depuis 2008 au moins, les monopoles du Canada paient le champagne plus cher que tout le monde.
 
Le Canada est le 11e importateur de vins de Champagne au monde avec 1,2 million de litres pour 42 millions d'euros.
 
Il y a actuellement 186 champagnes au format de 750 ml sur les rayons de la SAQ, dont le prix médian est de 76 dollars. À la LCBO, il y a 108 champagnes, le prix médian est 69 dollars.
 
Le Canada paie aussi les mousseux d'Espagne plus cher que tous les grands pays acheteurs de mousseux d'Espagne.
Nous le payons 4,51 euros le litre; alors que la moyenne mondiale est de 2,67 euros le litre. Les États-Unis le paient 3,35 €.

Nous payons cher les vins chiliens

Le Canada est le 7e importateur de vin chilien en volume et en valeur avec des achats de 80 millions de dollars pour l'année 2013.
 
Toutefois, nous sommes après la Corée du Sud, le pays qui paie le plus cher pour les vins du Chili.
 
Nos sociétés d'État (SAQ, LCBO et autres) qui se targuent d'être les plus gros acheteurs de vin au monde paient en moyenne 4,46 $ (US) par litre de vin du Chili. Ce qui est 1,14 $ de plus que la moyenne de ce que paient les acheteurs des autres pays.
 
Les États-Unis paient 3,26 $ le litre; le Royaume-Uni 2,78 $; le Japon 2,99 $; les Pays-Bas 3,16 $. La moyenne mondiale est de 3,32 $.
 
Depuis au moins 2008, nos monopoles d'État du vin sont les acheteurs qui paient le prix le plus élevé (1er ou 2e) pour les vins du Chili.
 

Ce sont des chiffres pour l'année 2013 colligés par l'Unione Italiana Vini.
La ligne noire en haut c'est nous !

Il y a 225 vins du Chili actuellement sur les rayons de la SAQ, dont 21 rouges en produits réguliers au prix moyen de vente de 13,75 $ (ventes de 32 millions $) et 7 blancs courants au prix moyen de 14,90 $ (ventes de 14 millions $).

Voir aussi : Le Canada paie toujours plus cher les vins du Chili, février 2012.

Lustau, Puerto Fino Solera Reserva, Xérez

Les xérès, des vins bien négligés chez nous!
Pourquoi?
Surtout parce que notre marché a été inondé à un moment donné de nombreux sherrys insipides d'Australie et d'ailleurs.
Les vrais xérès, jerez en espagnol, sont faits en Espagne en Andalousie.
Il y en a de toutes les sortes: sec, demi-sec, doux. Ce qui provoque la confusion chez le consommateur.

Si vous voyez Fino sur l'étiquette, ce sera sec.
Celui-ci est absolument délicieux. Il a un nez envoutant qui me rappelle la laine mouillée, l'oignon vert. C'est floral, bien sec, assez vif. Fruit et alcool bien intégré.
Saveurs d'amandes et de pommes.
Servir frais au sortir du frigo en apéritif, avec les tapas, olives, moules, cailles, poulets, porc, ainsi qu'avec les fromages.
La bouteille une fois ouverte peut se conserver quelques semaines au frigo.
Cépage: palomino. Alc. 15,5 %.
En ligne et dans 23 magasins.
D'autres xérès de la maison Lustau arriveront sur les rayons de la SAQ en juillet. J'en parlerai alors.

3.5 étoiles
Prix: 
20,60 $

Taxe supplémentaire régressive de 25 cents la bouteille de vin

Le gouvernement libéral du Québec impose une taxe supplémentaire de 25 cents la bouteille de vin.
Taxe qui sera applicable le 1er août dans les SAQ et dans les dépanneurs.
C'est ce qui vient d'être annoncé dans la présentation du budget du ministre Carlos Leitao.

La taxe est qualifiée de régressive par Simon Tremblay-Pepin, chercheur à l'Institut de recherche et d'information socio-économiques, puisqu'elle touchera plus fortement les gens les moins fortunés. (Les voies du retour)
Au lieu de faire une hausse en pourcentage, le gouvernement libéral a préféré un montant fixe.

Fort étrangement, la surtaxe annoncée est en fait de 24 cents, selon La Presse Canadienne. Ce qui est étonnant, puisqu'il n'y a plus de pièce de 1 cent pour rendre la monnaie. De toute manière, la SAQ affiche ses prix par multiple minimum de 5 cents. Donc, la hausse et le bénéfice seront de 25 cents. Le ministre libéral s'attend à récolter ainsi 55 millions de dollars de plus par année.

Cette hausse de 25 cents sera plus sensible pour les produits de 11,95 $ et 14,95 $ que pour les vins à 25 $. Le prix moyen d'une bouteille courante de vin rouge du Languedoc est de 11,85 $; d'Espagne (12,45 $); du Portugal (11,45 $).
Il est donc possible que plusieurs producteurs absorbent eux-mêmes cette nouvelle ponction du gouvernement.

D'autre part, pendant que le ministre libéral hausse la taxe des consommateurs, il réduit celle des hommes d'affaires. En effet, la taxe sur les bouteilles de vin vendues dans les restaurants sera réduite de 92 cents, selon La Presse Canadienne. En théorie, cela signifierait une réduction de près du 3 $ le prix de la bouteille au client, pour les restaurateurs qui appliquent le multiple de 3. Il reste à voir si vraiment les restaurateurs vont refiler la réduction aux consommateurs. En conférence de presse, le ministre Leitao s'est dit certain que cette baisse se répercutera sur la facture des clients.

Listel Gris 2013

La première bouteille était bouchonnée.
La deuxième est très belle. Le fruité est frais, le vin est léger. C'est souple, assez vivace, sec. Facile à boire avec ses petites saveurs de pêche et un soupçon de banane.
Digeste. Alc. 12,5 %.
Un rosé de très bon rapport qualité-prix.
En ligne et dans 364 magasins.
Était 11,60 $ en juin.
2.5 étoiles
Prix: 
11,95 $

St-Francis Sonoma Cabernet sauvignon 2009

Nez discret de fruits noirs. Belle structure assez serrée, droite et même un peu tendue.
De beaux tanins. Longue finale. Belle bouche assez ferme.
Bouchon de plastique.
Alc. 14,6 %.
En ligne et dans 73 magasins.

3 étoiles
Prix: 
29,45 $

St-Francis Sonoma Merlot 2008

Beau nez assez profond de prune. Belle attaque, ample, joli granulé, on croit percevoir des notes boisées. Belle texture. Assez riche. Assez long. Semble encore jeune.
Bouchon de plastique. Alc. 14,5 %.
En ligne et dans 31 magasins.
3 étoiles
Prix: 
26,10 $

St-Francis Chardonnay Sonoma 2011

Très boisé. Des arômes rappelant la cire et les fruits exotiques.
Bien gras en bouche avec des saveurs de miel et de fruits jaunes.
D'une belle structure.
Alc 13,5 %.
En ligne et dans 51 magasins.
2.5 étoiles
Prix: 
20,25 $

Rosé : plus la SAQ hausse les prix, moins les ventes augmentent

Les clients de la SAQ veulent des vins moins chers, la SAQ leur offre le contraire tout en prétendant l'inverse!

Plus la SAQ offre des rosés chers, plus la croissance des ventes de rosés ralentit!

Deux séries de chiffres sur les ventes de vins rosés ont été publiées ces derniers jours.
Deux informations à mettre en parallèle.

Premièrement, le journal La Presse nous apprenait hier que la SAQ gonfle les prix de ses rosés. «La société d'État confirme avoir supprimé depuis 2011 42% des rosés à moins de 15$ parmi les marques les plus répandues sur ses tablettes» (Le prix des rosés gonfle au Québec).

Le prix moyen des bouteilles de rosé augmente sans cesse depuis trois ans, selon les chiffres obtenus par le quotidien de Montréal et publiés dans Internet. «Au cours de la même période, la quantité de rosés "courants" à plus de 15$ a plus que doublé», constate la journaliste spécialisée dans le vin Karyne Duplessis-Piché.

Rosés courants SAQ
et hausse ventes
 

Nombre
rosés
+15$

Hausse
ventes
%
2010 17 11
2011 16  4
2012 24  3
2013 29  0,3
2014 34  ?

 

Deuxièmement, nous lisons sous la plume du consultant en vin Nick Hamilton (lesconseillersduvin.ca) que la croissance des ventes de rosé a fortement chuté depuis quatre ans. Selon les chiffres que M. Hamilton a reçus de la SAQ, la croissance des ventes de rosé ne cesse de diminuer. Cette croissance était de 11 % en 2010, 4 et 3 % les deux années suivantes, puis un faible 0,3 % l'an dernier.

Donc, si on met les deux textes en parallèle, l'on constate que plus ont diminue le nombre de rosés à moins de 15 $, plus ont ralenti la croissance des ventes.

De la même manière, plus la SAQ augmente le nombre de rosés supérieurs à 15 dollars, plus elle ralentit sa croissance, comme le montrent le tableau et le graphique de droite.

Que dit la SAQ pour justifier le plus grand nombre de produits chers. Sa porte-parole, Linda Bouchard, citée par La Presse affirme que ce sont les Québécois qui s'intéressent aux rosés plus dispendieux. «La variation de l'offre dépend de la demande, dit-elle. À chaque fois que le client achète un vin, il vote. Nous, on lui offre ce qu'il veut.»

Pourtant, les chiffres de la SAQ disent exactement le contraire!
En effet, troisième information, celle-ci directement du site commercial de la SAQ (SAQ-B2B).

L'an dernier, les ventes des rosés de moins de 15 $ ont représenté 69 % des 71 millions de dollars de ventes de rosés. Donc, les rosés de plus de 15 $ n'ont fourni que 31 % des ventes. Qui plus est, le prix moyen d'une bouteille de rosé payée par le client de la SAQ a été de 12,08 $ en 2013.

En vérité, le client a voté pour des vins de moins de 15 $, des vins dont le prix moyen est de 12,08 $. Les chiffres de la SAQ contredisent totalement les paroles de sa porte-parole!

Leurs clients veulent des vins moins chers, la SAQ leur offre le contraire tout en prétendant l'inverse!

Syndiquer le contenu