Black Tie 2016

Un bel assemblage de riesling et de pinot gris à parts égales.
Le vin s'ouvre lentement.
Belle bouche fruitée. Pas trop sec. D'un bel équilibre entre l'acidité et le fruité.
Assez riche, assez persistant sur une belle finale légèrement amère.
De la maison Pfaffenheim.
Capsule à vis.
Alc. 12,5 %. Sucre 11 g/l.
En ligne (81) et dans 214 magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
18,55 $

Boya Syrah 2014

Des aromes très expressifs de fruits chauds, de chocolat, de bois brulé et de menthe.
Bien empyreumatique.
Les mêmes saveurs reviennent en bouche.
Très shiraz, gras , molletonné et ample. Peu acide, texture collante.
Longue finale sur les fruits sucrés.
Alc. 13,5 %. Sucre 1,9 g/l.
En ligne (42) et dans 79 magasins.

2 étoiles
Prix: 
19,50 $

Saint Clair, Sauvignon blanc 2016

Nez herbacé et végétal de poivron vert très prononcé.
Vif, très sec sur des saveurs de pamplemousse et de poivron vert.
Une acidité très rafraichissante.
Longue finale sur les mêmes saveurs.
Capsule à vis.
Les vins de Nouvelle-Zélande sont assez chers.
Alc. 13 %. Sucre 4,8 g/l.
En ligne (16) et dans 127 magasins.

2 étoiles
Prix: 
20,60 $

Ackerman, Crémant de Loire Brut

Un vin mousseux de Loire très vif.
Les bulles sont agréables en bouche. L'acidité vive surtout lorsque consommé très froid.
Discret au nez, s’ouvre lentement sur des aromes de biscuit et de pomme en se réchauffant.
Chenin 70 %, chardonnay 20 % et cabernet franc 10 %. Méthode champenoise. Vieillissement minimum de 24 mois.
Sucre 4,8 g/l. Alc. 11,5 %.
Pour accompagner les huîtres, les crevettes...
Ackerman est le premier le plus grand producteur de bulles de la Loire.
Dans 256 magasins.
Si vous allez en Loire, il vous faut visiter les caves de cette maison. C'est immense et très beau. De longs couloirs creusés dans le tuffeau.

2 étoiles
Prix: 
20,45 $

Laurent-Perrier Champagne Brut

Beau nez fin et plutôt discret.
Jolies bulles.
Pas beaucoup de saveurs, mais une certaine élégance.
Finale légère.
Un champagne bien léger.
Alc. 12 %. Sucre 10,1 g/l.
En ligne (6) et dans 193 magasins, dont 9 SAQ-Dépôts.

3 étoiles
Prix: 
63,25 $

Prince Philippe, Bourgogne aligoté 2016

Nez de fruits verts sur une note végétale.
Bouche à la fois vive et grasse.
Saveur de noisette. Très sec.
Longue finale sur le caramel.
Ne le servez pas trop froid.
Cépage: aligoté à 100 %.
Alc. 12,5 %. Sucre 1,3 g/l.
Dans 145 magasins, dont 7 SAQ Dépôts.
 

2 étoiles
Prix: 
15,60 $

Méchants raisins, le guide 2018

Un guide original!
Les vins sont classés par occasions, par thèmes...
«Des vins qui sont meilleurs le lendemain» et c'est souvent le cas.
Des vins «à acheter chez Costco et dans les épiceries». (Pas de 3 étoiles)
Des vins «nature» qui ne sont «pas trop funky» que je traduis qui ne sentent pas trop la sueur.
«Des vins bio pour boire la conscience tranquille».
«Le vin orange».
Les 8 vins à moins de 8 dollars. Les meilleurs sont au litre.
Des vins pour les salades; le tofu; la poutine; le poke; les sauces tomate; les viandes...
Des sélections de 5 à 10 vins de grandes régions tels que Bordeaux, Bourgogne, la Grèce, le Roussillon, le Québec et autres...
Et surtout, les 75 vins à moins de 15 $.
De belles propositions de vins faites par le journaliste Mathieu Turbide, le grand amateur de vin Patrick Désy et la sommelière championne Élyse Lambert.
Un format pratique, facile à consulter, un vin à deux vins par page, de belles suggestions. De quoi à boire pour un bon bout de temps.

Le guide 2018 des Méchants raisins
Groupe Livre Québecor Média
311 pages.
22, 95 $

Viognier, Domaine de Gourgazaud 2016

Le viognier est un cépage un peu particulier. Il donne souvent des vins très parfumés.
Ici, c'est très floral.
C'est floral aussi en bouche, peu acide, mais pas sucré.
D'un léger parfum exotique sur une fine note de caramel.
Assez longue finale et après-goût légèrement métallique.
Pour l'apéritif.
Alc. 13,5 %. Sucre 1,3 g/l.
En ligne (11) et dans 94 magasins.
 

2 étoiles
Prix: 
15,40 $

Nicolas Feuillatte Brut Réserve

Oui, il y a des champagnes dans les SAQ-Dépôts.
Ils sont au nombre de 15. Il y en a même 2 qui y sont exclusifs.
On peut donc les payer 15 % moins cher.
Dont celui-ci de la maison Nicolas Feuillatte.
Il dégage de beaux aromes de fruits tropicaux.
Sur une jolie bouche avec une multitude de bulles.
Très longue finale.
Un champagne bien agréable.
Alc. 12 %. Sucre 10 g/l.
En ligne (152) et dans 368 magasins, dont les 10 SAQ-Dépôts.

3 étoiles
Prix: 
48,50 $

L'excellence de Château Capendu, Corbières 2016

Des aromes de petits fruits chauds.
Beau fruité en bouche, frais sur des tanins fins.
Bien sec. De corps moyen à léger.
Belle finale.
Un corbières facile et agréable à boire.
Carignan, syrah et grenache.
Alc. 13,5 %. Sucre 2,2 g/l.
En ligne (34) et dans 84 magasins.

2 étoiles
Prix: 
18,95 $ à la SAQ | 7,50 € au domaine

70 % des Québécois favorables au libre commerce du vin

Les Canadiens sont pour la liberté du commerce du vin, les Québécois un peu moins!

La grande majorité des Canadiens (84 %) disent qu'ils devraient être autorisés à commander du vin directement d'un vignoble d'une autre province.

C'est ce que nous dit un sondage de la maison Ipsos commandé par l'Institut économique de Montréal.

C'est en Colombie-Britannique que ce désir est le plus fort à 91 %.

Toutefois, c'est au Québec où il est le moins fort à 70 %. La réponse est en haut de 80 % dans toutes les provinces, sauf au Québec.

 

Voici les résultats à cette question :
«Les Canadiens devraient être autorisés à commander du vin directement à partir d’une vinerie d’une autre province.»

   CB  91 %
   ALB 87 %
   SASK-MAN 88 %
   ATL 88 %
   ONT 87 %
   NB   80 %
   QC  70 %
   ______
   CAN  84 %

Pourquoi les Québécois sont moins favorables à la liberté d'achat de vin dans une autre province? C'est peut-être tout simplement parce qu'ils n'aiment pas les vins canadiens en général et qu'ils les jugent moins bons et moins intéressants que les vins européens.

De plus, dans l'ensemble du pays, ce sont les répondants de plus de 55 ans qui sont les plus favorables à la liberté de commander du vin partout au pays à 90 %, contre 76 % pour les jeunes de moins de 34 ans.

Ce sondage a été fait auprès de 1103 Canadiens parmi le panel internet Ipsos Je-Dis, du 26 octobre au 1er novembre, pour le compte de l'Institut économique de Montréal.

Il intervient à quelques jours de l'appel en Cours Suprême du Canada de l'affaire Gérard Comeau du Nouveau-Brunswick. La cour devra décider si les gouvernements provinciaux ont le droit de limiter le commerce des citoyens entre les provinces du pays.

____________
Les résultats du sondage
  Le cas Comeau – Sondage d’opinion canadien PDF

Au sujet de l'affaire Comeau, voir :
  La Cour suprême accepte de se prononcer sur le commerce interprovincial de l'alcool

Le droit de critiquer le vin

Est-ce qu'un critique de vin a le droit de critiquer le vin?

Au début de l'année, il y a eu un débat intéressant lancé par le sommelier Alain Laliberté sur les réseaux sociaux au sujet des critiques de vin, des chroniqueurs de vin. On se demandait si l'on avait le droit de mentionner un mauvais vin. Les propos sur Facebook étaient souvent très tranchés. Certains disent qu'on devait s'interdire de mentionner les mauvais vins!

C'est tout de même étonnant! Alors que l'on accepte qu'un critique de cinéma dise qu'un film est un navet; que l'on accepte qu'un chroniqueur de restaurant rapporte qu'un restaurant est mauvais; on ne pourrait pas ou on ne devrait pas avoir la même liberté dans le monde du vin?

Lorsque l'on compare le travail de chroniqueur de restaurant, de film, de livre à celui de chroniqueur de vin, on constate de grandes différences dans les résultats. Alors que les critiques sont très variés dans les autres champs de critique, ils sont, par contre, presque toujours louangeurs dans le monde du vin.

Tous les vins seraient donc bons?
Pourtant, on en goûte des mauvais. Pourquoi ne pas le dire à nos lecteurs.

Depuis que je travaille dans la critique de vin, cette différence entre ces champs de critique m'a toujours étonné. À quoi est due cette différence? Pourquoi la critique de vin semble-t-elle si peu exister?

Pourtant, il y en a des gens qui écrivent sur le vin, que ce soit dans les magazines, les journaux et de plus en plus dans des blogues. Et c'est presque toujours louanges sur louanges. Ça ressemble à des publireportages.

Un monde sans défauts
Le monde du vin est-il un monde sans défauts? Tout le monde il est beau tout le monde il y est gentil!

Pourtant, il y a de plus en plus de problèmes causés par le réchauffement climatique et les nouveaux modes de vinification: vins oxydés, brettés, refermentés, contaminés...

Lorsque nous lisons des revues de vin, on est porté à se demander si c'est de la publicité. Tout y est toujours bon. Il est vrai que ces magazines sont financés par la publicité payée par des producteurs de vin. Ces rédacteurs ne peuvent donc pas critiquer ceux qui les financent. C'est un monde de clients. On ne mord pas la main qui nous nourrit. De plus, ces magazines, particulièrement en France, organisent souvent maintenant des salons de vin et des concours. Ils font payer les producteurs pour participer à ces évènements. Il n'y a donc plus là place possible pour la critique, mais plutôt pour l'autocensure. On doit bien faire paraitre son client, c'est tout.

Il faut dire aussi que ces magazines semblent plutôt lus par les vignerons que par les consommateurs en général. Ces rédacteurs s'adressent donc à leurs clients les vignerons et non plus aux amateurs de vin.

Des louanges dans internet
Maintenant, lorsque nous naviguons dans l'internet, nous voyons de plus en plus de blogueurs de vin et là aussi c'est louanges sur louanges. C'est à qui donnerait la plus belle note, la plus haute note. On en donne des 90 et des 4 étoiles à tout vent. C'est à qui donnerait le plus de compliments.

Pourtant, la plupart de ces rédacteurs à plein temps ou du dimanche se disent des spécialistes du vin. On n'ose tellement pas critiquer que l'on entend dire que si le vin est bouchonné ce n'est pas la faute du vigneron parce qu'il n'a pas fait le bouchon! C'est de l'angélisme et un argument fallacieux, car le vigneron n'a pas fait non plus les levures, les barriques, les tanins et acides ajoutés. Il est pourtant responsable de son produit.

Il faut dire ici que beaucoup de ces gens ont ou se donnent une formation en sommellerie et le sommelier n'est pas formé pour critiquer, mais pour vendre le vin. Ceci contribue peut-être à expliquer cette incapacité de critiquer, mais pas totalement.

Des consommateurs critiques
Si ces spécialistes ne critiquent pas, par contre, on peut trouver des gens ordinaires qui eux osent critiquer les vins. On trouve cela sur des sites de commentaires de vin tel que Cellartracker. Ces individus, malheureusement trop souvent anonymes, nous renseignent sur les mauvais vins. Ils osent dire qu'un vin sent mauvais, sent la ferme, l'écurie, qu'un autre a refermenté en bouteille, qu'un autre est souvent bouchonné... Toutes des choses que les spécialistes nous cachent.

Pourquoi ces cachotteries de la part des spécialistes, des professionnels?
Ici, je vais entrer dans le domaine des hypothèses. Il y aurait l'histoire, les habitudes, la tradition. «Ça s'est toujours fait comme cela», entendons dire. Il y aurait aussi la formation de certains de ces spécialistes, formés comme sommelier à vendre le vin, à communiquer les qualités du vin.

Autocensure
Il y a aussi surement beaucoup la proximité avec les producteurs. Alors que les critiques de cinéma et de restaurants sont loin des réalisateurs et des restaurateurs; les chroniqueurs de vin sont près des producteurs et de leurs agents. On se visite, on déguste ensemble, on reçoit des échantillons, on voyage...

Il est plus difficile de critiquer le travail de ceux qui sont proches de nous et que l'on rencontre fréquemment. On peut craindre de ne plus recevoir d'échantillons, de ne plus être invité aux dégustations et aux voyages de presse.

On s'autocensure aussi, parce que nos médias préfèrent trop souvent les bonnes nouvelles, les informations jovialistes. Quelle est alors la crédibilité de ces critiques qui ne critiquent pas? C'est plus difficile à établir.

Sommelier ou critique?
Suite à une longue discussion sur ce sujet dans Facebook, un chroniqueur de vin de Québec a publier un texte intitulé «Je ne suis pas un critique de vin». http://www.journaldequebec.com/2017/03/12/je-ne-suis-pas-un-critique-de-vin. Le commentaire est franc, le sommelier Philippe Lapeyrie dit qu'il aime mieux «rester dans le positif et la bonne humeur.»

C'est le point de vue du sommelier, peut-être de toute la profession. C'est honnête, mais est-ce qu'il y a place pour la critique dans le monde du vin.

Le rôle du critique
Comment alors bien informer le consommateur? Qui osera dire aux consommateurs d'éviter tel ou tel vin. Ou de dire qu'un vin bon l'an dernier ne l'est plus autant dans le millésime suivant?

«La critique est un examen raisonné, objectif, qui s'attache à relever les qualités et les défauts et donne lieu à un jugement de valeur», nous dit le dictionnaire en ligne CNRTL.

Le consommateur veut-il savoir?
Le spécialiste des vins Alain Laliberté me dit avoir demandé à ses lecteurs «Préférez-vous être informés sur les bons achats uniquement ou désirez-vous aussi connaître ce qu'il faut éviter ? Plus de 90% souhaitaient tout savoir.»

Quel est l'avenir alors de ces nombreux blogues de louange de vin? Comment former de futurs critiques de vin?

Prenons conscience que les chroniques de vins ressemblent trop souvent plus à du travail d'attachés de presse que du travail de journaliste. Il faut qu'on se réveille sinon nous aurons aussi peu de crédibilité que les chroniqueurs de voyage qui se sont fait remplacer par Tripadvisor.

Je ne suis pas sommelier, mais journaliste et critique de vin.

Au sujet de la critique, voir le livre de Catherine Voyer-Léger Métier Critique, aux éditions Septentrion.

 

Avis aux consommateurs
Si vous ouvrez une bouteille de vin qui sent mauvais, qui sent les égouts, la cave humide, l'écurie ou pire et que ça persiste plus de quelques minutes, retournez la bouteille à la SAQ. Car en vertu de la Loi de protection du consommateur, tout produit défectueux doit être soit réparé, remplacé ou remboursé. (Remboursement de vin défectueux)

 

Entrevue à ce sujet à l'émission radiophonique de Sophie Durocher à BLVD 102,1 : Le droit de critiquer le vin (15 min).
_______________
Est-ce que les critiques de vin devraient aussi commenter les vins à éviter? Discussion dans Facebook lancée par Alain Laliberté.

«Je ne suis pas un critique de vin»
, Philippe Lapeyrie, Journal de Québec

Sujets connexes


Cave Spring Riesling 2015

Nez pétrolé et savon !
Belle attaque sur le fruit, puis un creux en milieu de bouche.
Puis belle finale.
Un style particulier!
Peu acide et sucré.
Alc. 11 %. Sucre 18 g/l.
Dans 18 magasins.

1.5 étoiles
Prix: 
18,45 $ à la SAQ | 15,95 $ à la LCBO

Piper-Heidsieck Brut

Nez pas très invitant.
Beaucoup de bulles.
Sec. Pas savoureux.
Finale sèche.
Alc. 12 %. Sucre 9,3 g/l.
En ligne (12) et dans 114 magasins.

0.5 étoiles
Prix: 
58,00 $ à la SAQ | 59,95 $ à la LCBO

Champagne Gardet Premier Cru Brut

La concurrence est vive parmi les champagnes à moins de 50 $.
On a ici un champagne très expressif sur des aromes de brioche.
Beaucoup de saveurs en bouche, très démonstratif, riche et bien fait.
Belle longueur.
Pinot noir 60 % et pinot meunier.
Alc. 12 %. Sucre 11 g/l.
En ligne (26) et dans 118 magasins.

3 étoiles
Prix: 
41,75 $

Champagne Drappier, Carte d'Or Brut

Doré, nez discret de fruits jaunes.
Peu de bulle dans mon verre, mais plus dans celui du voisin.
Léger, facile à boire. Belle finale persistante.
Pinot noir à 90 % avec un peu de chardonnay et de pinot meunier.
Était 46,25 $, maintenant 47,75 $.
Sucre 8,9 g/l. Alc. 12 %.
En ligne (57) et dans 98 magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
47,75 $

Domaine des Rabichattes, Pouilly-Fumé 2015

Nez fumé et herbacé. Les notes herbacées s'atténuent à l'aération.
Très belle bouche fraiche, assez ample. Très sec.
Savoureux. Un sauvignon d'un bel équilibre et rafraichissant.
Alc. 12,5 %. Sucre 1,6 g/l.
En ligne (10) et dans 23 magasins.

3 étoiles
Prix: 
26,50 $

Canet Valette, Une et Mille Nuits, Saint-Chinian 2015

La finale de ce vin est sèche, amère et presque acerbe.
Mince en bouche et après-goût amer.
Presque aussi mauvais que le millésime 2012.
Dans 67 magasins.
 

Prix: 
23,75 $

1938 - Depuis un Esprit D'exception, Puisseguin Saint-Émilion 2012

Puisseguin Saint-Émilion une appellation de 700 hectares près de Saint-Émilion. (Voir la carte)
Ce vin composé à 80 % de merlot complété de cabernet franc et de cabernet sauvignon dégage de beaux aromes de fruits noirs. L'attaque est franche et fraiche, puis en milieu de bouche on sent bien les tanins fins qui donnent une texture d'un granulé élégant à ce vin. C'est vif, d'un beau boisé de cèdre. Belle finale.
Élevage en fûts de chêne de Hongrie et de France sans soutirage pendant 18 mois.
Alc. 13 %. Sucre 2,9 g/l. Acidité 3,35 g/l. pH 3,46.
En ligne (21) et dans 111 magasins.

3 étoiles
Prix: 
25,60 $ à la SAQ | 15.70 € en France

Domaine de Nalys, Chateauneuf-du-pape 2013

Un chateauneuf du pape délicieux au fruité fin et raffiné.
C'est juteux, souple, peu tannique et gourmand.
L’assemblage comporte les huit cépages rouges de l’AOC: grenache (73%), syrah (22%) et 5% répartis entres les autres cépages: vaccarère, counoise, cinsault, mourvèdre, terret noir et muscardin. Vendanges manuelles.
Il a très bien accompagné le carré d'agneau au romarin.
Alc. 14,5 %. Sucre 1,3 g/l.
En ligne (33) et dans 122 magasins.

3 étoiles
Prix: 
37,10 $

Château Laurou, Les Complices 2013

De beaux aromes de violet, de réglisse et de fruits noirs dans ce vin de Fronton.
Il est fait des cépages négrette et syrah à parts égales.
Très floral en bouche sur une texture grasse et fruitée enveloppante.
Original!
Ça fait saliver.
À l'aération, il dégage des notes épicées et poivrées.
Succulent.
Pour accompagner les viandes rouges et blanches.
Servir à 15-16 degrés.
Alc. 13 %. Sucre 1,6 g/l. Acidité 3,2 h/l (H2SO4), pH 3,85.
Dans 26 magasins.

3 étoiles
Prix: 
21,15 $

Drappier Brut Nature, Pinot Noir Zéro Dosage

Nez discret, mais belle bouche fine et plutôt élégante.
C'est coulant. Ça se laisse boire.
Sec sur une belle acidité.
Il se révèle plus à l'aération.
Alc. 12 %. Sucre 3,9 g/l.
Pinot noir.
Dans 129 magasins.

3 étoiles
Prix: 
48,25 $

Pouilly-Fuissé, Manciat-Poncet, La Maréchaude 2015

Si vous aimez les chardonnays bien boisés celui-ci pourrait vous plaire.
Il dégage de beaux aromes beurrés.
Le vin est bien sec, floral, minéral, assez gras et bien vif.
La finale est d'un boisé très persistant.
Alc. 13 %. Sucre 1,9 g/l. Acidité 4,21, pH 3,37.
Levures indigènes. Élevage 40 % en fûts de chêne.
Pour accompagner les escargots à l'ail, les volailles, les sauces crémeuses.
Dans 82 magasins.

2 étoiles
Prix: 
32,00 $

Bourgogne, Pinot Noir, Les Ursulines 2016

Un retour sur les rayons!
Est-ce que les chroniqueurs vin ont de l'influence?
Est-ce que leurs commentaires aident à faire vendre certains vins?
Il semble que oui.
Du moins si on regarde le cas de ce vin rouge de Bourgogne, pas cher pour un bourgogne et même bouché d'une capsule à vis et qui s'était vendu en quelques semaines.
Il faut dire que souvent il faut payer bien cher pour avoir un bon bourgogne rouge.
Ce vin a été noté très bon par Marc Chapleau (90 points); Yves Mailloux; Élyse Lambert et  Frédéric Arnould.

Un deuxième arrivage de ce vin est en train d'être distribué dans les magasins de la SAQ.

Voici ce que j'écrivais en septembre dernier. En espérant que ce nouvel arrivage du même millésime aura aussi bon gout.

Aromes de petits fruits et d'épices.
Beau fruité fin, juteux et épicé.
Tanins légers.
Du beau jus. Finale sur les petits fruits et très fine note boisée.
Agréable à boire.
Vendanges manuelles. 30 % en grappes entières, le reste égrappé, mais non foulé.
Levures indigènes. Élevage 16 mois, 40 % en fûts neufs.
Capsule à vis.
Sucre 1,8 g/l.  Alc. 12,5 %.

2.5 étoiles
Prix: 
22,35 $ à la SAQ | 24,95 $ à la LCBO

Le vin en épicerie

L'an dernier, les Québécois ont acheté un peu plus de 160 millions de litres de vin. Ces achats se sont faits  dans les 406 succursales de la SAQ, dans près de 8000 épiceries et dépanneurs, ainsi que pour une moindre mesure chez les producteurs locaux.

De ses 160 millions de litres, 120 millions ont été achetés dans les succursales de la société d'État et 40 millions dans les épiceries.

Le marché du vin en épicerie est en forte croissance depuis quelques années. On peut maintenant aussi y acheter du vin québécois. Des sommeliers réputés se lancent aussi à la conquête de ce nouveau Klondike.

L'émission L'Épicerie de Radio-Canada se penche sur ce phénomène. «L’épicerie a voulu savoir si le nouveau marché du vin d'épicerie offre un bon rapport qualité/prix.»

Voir l'émission du 22 novembre de L'Épicerie.


Pour en savoir plus sur le commerce du vin en épicerie

Château Godard Bellevue 2014

Joli nez de bordeaux et de fruits noirs.
Agréable texture granulée et charnue.
Tanins ronds; beau boisé, petite note de chocolat brun.
Assez long. Servir frais à 14-15 degrés.
Merlot, cabernet franc et cabernet sauvignon.
Bouchon Diam.
Alc. 14 %. Sucre 3,4 g/l.
En ligne (53) et dans 32 magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
19,60 $

Alsace, Gewurztraminer, Jean-Louis Schoepfer 2015

Gewurztraminer un cépage alsacien mal aimé. C'est qu'il peut donner du très beau vin, mais aussi du vin bien trop parfumé.
Ici c'est beau, très exubérant, très fruits tropicaux. Une sensation métallique et minérale en bouche.
Une très longue finale sur la rose et le poivre.
Un savoir-faire de 13 générations de la famille Schoepfer, depuis 1656
Pour accompagner la cuisine asiatique ou en apéro.

Alc. 13,7 %. Sucre 9,8 g/l. Acidité 4,4 g/l.
En ligne (32) et dans 103 magasins.
 

2.5 étoiles
Prix: 
24,15 $

Rosa Regale

Rose va se régaler !
Un vin original !
En effet, un vin rouge pétillant. Ça fait toujours son effet auprès des invités!
Nez exhubérant de fruits macérés.
Une explosion de fruits en bouche.
Une bouche ample, fruitée sucrée, salade de fruits.
Des bulles agréables. Une mousse abondante.
Un bel équilibre entre les bulles et l'acidité.
Des saveurs de fraises.
Finale sur les fruits sucrés. Cépage : brachetto.
Taux d'alcool bien bas : 7 %. Sucre 87 g/l. De la maison Banfi.
Même encore bon au bout de 5 jours lorsque les bulles se sont évaporées.
En ligne (31) et dans 97 magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
25,05 $

Monde Les Bulles, Rivière du Chêne

On dit que l'avenir du vin québécois est dans les bulles !
Je suis bien d'accord, notre climat et nos cépages donnent des vins très acides.
Et notre climat est plus près de celui de la Champagne que de celui du sud de la France.
Toutefois, ici dans ce vin des Basses-Laurentides ce n'est pas très évident.
Premièrement, il y a un petit problème au niveau des odeurs. Ce n'est pas très invitant, même un peu rebutant. On me dit qu'il faut s'habituer aux cépages locaux — ici vandal cliche et vidal — qui ne donnent pas la même chose que le parrelada, le chenin ou le chardonnay. Je veux bien, mais il faut que ce soit attirant. En bouche, le vin manque de pep, de vivacité et ce malgré le ph de 2,9. C'est simple, pas totalement mauvais, peu vineux, les bulles sont belles et finalement on a de la difficulté à le boire.
Vandal-cliche à 97,5 % et vidal. Méthode champenoise. Alc. 11 %. Sucre 21 g/l.
En ligne (9) et dans 21 magasins.
Il ne faut pas désespérer. Un jour, nous y arriverons!

0.5 étoiles
Prix: 
29,85 $

Bouquet Des Garrigues, Le Clos du Caillou, Côtes-du-Rhône 2015

Une belle découverte !
Très pâle. Nez fin de petits fruits.
Léger en bouche, épices fines, jolie texture non tannique.
Suave et juteux. Assez longue finale de fruits épicés et légèrement poivrés.
Léger, élégant et original.
Grenache 85 %, syrah 10 % et carignan et mourvèdre. Vendanges manuelles. Éraflage à 90 %. Levures indigènes.
Sucre 1,7 g/. Alc. 15 %.
Servir à 15-16 degrés sur les plats légers ou encore en apéritif, ou mieux en préparant le repas.
Dans 69 magasins.

3 étoiles
Prix: 
26,80 $
Syndiquer le contenu