Alsace Marcel Deiss 2011

Gras floral, rond, sec, bien long. Saveurs rappelant la pêche et la pomme.
Treize cépages conduits et récoltés ensemble. Provient uniquement des vignobles de Marcel Deiss.
Certifié AB et Écocert.
Alc. 13 %.

En ligne et dans 79 magasins.

2 étoiles
Prix: 
23,30 $

Cabernet-Sauvignon Baron Philippe de Rothschild 2012

Un vin très jeune sur un fruité exubérant fermentaire et acidulé.
Malgré son côté jus de raisin très frais, il a une belle bouche sur de belles saveurs de petits fruits.
Capsule à vis.

En ligne et dans 158 magasins.

1.5 étoiles
Prix: 
13,70 $

Domaine du Petit Métris, Savennières 2009

Floral et arômes de miel, de cire typique du cépage chenin dans l'appellation Savennières.
Des saveurs d'amandes, de miel en bouche. De caramel lorsqu'il atteint la température de la pièce.
Très persistant. Délicieux.
Le site de la LCBO indique 16 grammes de sucre au litre!
Pour 4-5 ans de cave.
  Dans cinq magasins en Ontario.

3.5 étoiles
Prix: 
23,95 $

Chablis Domaine Sainte Claire, Jean-Marc Brocard 2011

Un chablis très aromatique, fruits blancs, beurre et note de fromage.
C'est gras et harmonieux en bouche. Meilleur encore lorsqu'il se réchauffe dans le verre.
Équilibré.
Un petit beurré persistant en finale très agréable.
Un très bon rapport qualité-prix.
Pour une garde de 3-5 ans.

Dans 100 magasins en Ontario.

3 étoiles
Prix: 
19,95 $

Moins d'employés et plus de pastilles à la SAQ

Katia Lelièvre, présidente syndicat des employés SAQLa Société des alcools du Québec a annoncé à ses employés qu'elle allait réduire leurs heures de travail parce qu'il y a moins de clients qui fréquentent ses 401 magasins.

Le Journal de Montréal et Le Soleil rapportent ce matin que la société d'État coupera 80 000 heures de travail d'ici le 31 mars. Et si la situation ne s'améliore pas ce sera un autre 60 000 heures qui seront coupées dans les mois suivants. La SAQ réduira aussi les heures d'ouverture de certaines succursales, selon le syndicat de ses employés.

Comme nous l'avons rapporté ici la semaine dernière, le nombre de vins vendus continue de chuter à la SAQ. C'est 660 000 bouteilles de moins d'avril à septembre. Ceci s'ajoute aux méventes des deux trimestres précédents. Même si nous n'avons pas les chiffres depuis septembre, la situation semble s'être détériorée encore puisque la SAQ coupe les heures de travail. Le quotidien Le Soleil mentionne 850 000 transactions de moins.

Depuis un an, les ventes diminuent en volume à la SAQ. Cependant, les ventes en valeur continuent d'augmenter, mais à un rythme plus lent.

Les prix ne cessent de croître, le nombre de vins à moins de 15 $ a diminué de près de la moitié depuis 2012, passant de 902 à 580 aujourd'hui.
Même le choix de vin de 15 à 20 $ diminue. Il est passé de 1721 en novembre 2012 à 1569 aujourd'hui.

La SAQ hausse les prix régulièrement (même sur les vins déjà achetés) et fait des ventes à répétition. Selon certains agents représentants des vignerons, ceci fait en sorte que les consommateurs attendent les rabais et achètent peu entre ces journées de rabais.

Le syndicat représentant les employés de la SAQ dit que la baisse ne représente qu'une bouteille pas semaine par succursales. Il reproche à la SAQ de réagir en coupant une heure de travail par jour par succursale; «soit une heure par bouteille de moins de vendue». La plupart des employés syndiqués SEMB de la SAQ sont à temps partiel, soit 3800 sur 5500.

Pour remplacer les employés qui ne seront pas dans les succursales pour conseiller les clients, la présidente des employés de la SAQ (SEMB), Katia Lelièvre (photo en haut à gauche), dit que la direction va ajouter des «photos de manger à côté d'un bouton de couleur», des photos de steak en plus des pastilles de goût!

Nombre de vins sur les rayons SAQ (format 750 ml)

Nov
2012
Janvier
2013
25 février
2014
-10 $ 90 67 25
-15 $ 902 895 580
15 -20 $ 1721 1635 1569
20 $ +
5636 5749 5802
 @vinquebec.com

_____

Le vin — Bien dans son assiette


J'ai découvert, il y a peu l'émission Bien dans son assiette de la radio de Radio-Canada. On y parle de plus en plus de vin avec les sommeliers Robert Plamondon, Véronique Rivest et Jean-François Demers, ainsi qu'avec des vignerons et d'autres spécialistes. Ça va du sauvignon au bio, en passant par le champagne, la chimie, le saké, le cidre, le vin de glace et le terroir.

Ces reportages audio peuvent être écoutés en ligne. J'ai fouillé ans les archives de l'émission et je retranscris ici les titres et les textes de présentations de ces reportages sur le vin et ses produits connexes. Les reportages font environ 11 minutes.
Bonne écoute!

Planète vin: un détour du côté de la Californie
Avec Rémy Charest un tour d'horizon des tendances actuelles du vin en Californie. Des vins plus industriels, à très grande échelle, qui ont tendance, ces années-ci, à contenir de plus en plus de sucre résiduel, et aussi des nouveaux explorateurs du terroir californien. 5 mars
Planète vin: un détour du côté de la Californie avec Rémy Charest
 

Le sauvignon, un grand cépage
«Les vins de sauvignon blanc sont parfaits pour notre style de consommation : brillants, secs, nerveux, vifs et désaltérants. Son fruit nous rappelle les agrumes (pamplemousse, citron vert), il déploie des notes herbacées de coriandre et de persil. Son acidité naturelle en fait la coqueluche des vins légers.» 20 février 2014
 Les grands cépages de la planète vin avec Robert Plamondon: Le sauvignon blanc (11 min)

(Note de Vin Québec: il semble s'être glissé deux erreurs dans ce reportage. Les arômes herbacés sont plutôt dus à la sous-maturité. De plus, l'odeur de pipi de chat se retrouve plus dans les climats chauds que froids. Il est recherché en Nouvelle-Zélande, mais considéré comme un défaut en Loire. (L'odeur de pipi de chat)

Dégustation de saké
«Le Club des amateurs de saké de Québec a organisé une dégustation au restaurant japonais Hosaka-Ya Ramen, dans le quartier Saint-Roch. L'organisateur de l'évènement, Alexis Bernard, a invité Vivian Hatherelle de Metropolitain Wines and Sake de Toronto. Celle-ci a proposé de déguster 14 sakés qu'on ne trouve pas au Québec, dont le Izumi, brassé à Toronto.» 20 février
Dégustation de saké: Un reportage de Claude Brunet 19 min

Le champagne sous l'angle de la chimie
«On peut se demander si le champagne est vraiment aphrodisiaque et s'il enivre plus que les autres boissons alcoolisées. Normand Voyer nous donne son point de vue de chimiste.»
 Le champagne sous l'angle de la chimie avec Normand Voyer

Élever des vins : un travail d'expert
«Notre sommelier et expert en vin, Robert Plamondon, explique les différentes techniques de transformation et d'élevage du vin qui permettent de le façonner pour lui donner un style et un accent recherchés par l'amateur de vin. Seul le travail de l'oenologue peut conférer au vin finesse et complexité.»
 Élever des vins un travail d'expert avec le sommelier Robert Plamondon

Comment reconnaître un vin mythique d'un grand vin?
«Est-ce le prix qui rend un vin mythique ou encore sa rareté? Jean-François Demers, professeur et conférencier sur le monde du vin, de la dégustation et de la gastronomie, donne les principaux critères qui établissent la réputation d'un vin mythique.»
 Reconnaître un vin mythique avec le sommelier Jean-François Demers

Grégory Patriat, un viniculteur autodidacte en Bourgogne
«On qualifie Grégory Patriat d'enfant terrible de la Bourgogne vinicole. Il se qualifie lui-même de viniculteur, un terme qu'il a inventé pour expliquer son métier, qui consiste à réconcilier l'art de vinifier et celui de cultiver, le trait d'union entre le vin et la vigne, celui par qui le vin naît.» Il est interrogé par Sophie-Andrée Blondin.
 Entrevue avec Grégory Patriat un viniculteur autodidacte en Bourgogne

Le Point sur le vin bio
 Vin bio: Le point avec Jean-François Demers et Lionel Levac

Élever des vins : un travail d'expert
«Notre sommelier et expert en vin, Robert Plamondon, explique les différentes techniques de transformation et d'élevage du vin qui permettent de le façonner pour lui donner un style et un accent recherchés par l'amateur de vin. Seul le travail de l'oenologue peut conférer au vin finesse et complexité.»
 Élever des vins un travail d'expert avec le sommelier Robert Plamondon

Vin : la composition géologique du terroir
«De la roche pourrie dans le morgon, des monstres marins dans le bourgogne, de la craie dans le chinon et des dinosaures dans le Languedoc. Ces particularités géologiques caractérisent le terroir viticole. Charles Frankel, géologue et auteur de Terre de vignes aux éditions Points et du Guide des cépages et terroirs, aux éditions Delachaux & Niestlé, nous explique l'influence du sol sur la viticulture.»
 La composition géologique du terroir avec Charles Frankel

La vente de cidre de glace atteint un plafond
«Avec le sirop d'érable, le cidre de glace est sans aucun doute un des produits phares du Québec. Un produit sur lequel on a beaucoup misé, mais qui semble avoir atteint son plein potentiel commercial, du moins au Québec. La Société des alcools a d'ailleurs noté que les ventes étaient en baisse. Michel Jodoin, président de l'Association des cidriculteurs artisans du Québec nous explique sa vision du développement du cidre de glace.» 27 janvier 2014
 La vente de cidre de glace atteint un plafond avec Michel Jodoin

L'art de la fabrication du vin de glace
«À l'occasion du Niagara Icewine Festival, Robert Plamondon, notre spécialiste du vin, sommelier et restaurateur, nous rappelle l'histoire du vin de glace et comment il se fabrique.» 8 janvier 2014
 La fabrication du vin de glace avec Robert Plamondon

Le plaisir de déguster le vin
«Les descriptions de vin que l'on retrouve dans les guides apparaissent, pour beaucoup d'entre nous, comme un langage d'initié. Sophie-Andrée Blondin reçoit Karyne Duplessis Piché, chroniqueuse à La Presse, dont le livre Vive le vin vous sera sans aucun doute d'un grand secours.» 19 décembre 2013
 Le livre Vive le vin avec l'auteure Karyne Duplessis Piché

L'art de faire du vin... il y a 8000 ans
«La méthode de vinification géorgienne a été inscrite sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'humanité par l'UNESCO. Qu'a-t-elle de particulier? Réponse de la sommelière Véronique Rivest.» 16 décembre 2013
 Une méthode de vinification vieille de 6000 ans avec la sommelière V. Rivest

Apprécier le vin : une question de culture
«On construit notre goût comme on développe notre langage et nos aptitudes physiques. La bouche est influencée par les habitudes alimentaires de la petite enfance. Ensuite viennent l'école, l'entourage et les habitants de son pays. Ainsi, une population qui mange beaucoup de sucre a une bouche différente d'une autre, qui en consomme moins. Cela influe sur l'appréciation du vin.» 24 octobre 2013
 Apprécier le vin:  Une question de culture avec le sommelier Robert Plamondon

Bien dans son assiette
Sophie-Andrée Blondin, radio de Radio-Canada.
Du lundi au jeudi de 19 h à 20 h.

SAQ, prévisions de croissance à la baisse

Le ministre des Finances du Québec a réduit les prévisions de revenus de la Société des alcools du Québec.

Pour l'exercice 2012-2014, la SAQ avait remis 1 milliard 30 millions de dollars au gouvernement du Québec.

Québec prévoyait en novembre dernier recevoir 1 milliard 37 millions de dollars de la SAQ pour l'année 2013-2014. Il estime maintenant que cet objectif ne sera pas atteint.

En effet, malgré, ou à cause, des hausses répétées de prix des vins, le ministère des Finances prévoit que les dirigeants de la SAQ ne pourront remettre que 1 milliard 6 millions à la province, soit 31 millions de moins qu'espéré.

De plus, dans son plan budgétaire déposé hier, le ministre Nicolas Marceau envisage un revenu de 1 milliard 10 millions l'an prochain et on revient au 1 milliard 30 millions de 2012 seulement en 2015-2016.

Fonds général. Évolution des revenus provenant de la Société des alcools du Québec (en millions de dollars)
Novembre 2013 Révisions 2013-2014 2014-2015 2015-2016
1 037 - 31 1 006 1 010 1 030

Ce montant d'un peu plus de 1 milliard est la marge bénéficiaire que se donne la SAQ et qu'elle remet à Québec. Il ne comprend pas les taxes provinciales qui s'élevaient à 530 millions de dollars l'an dernier. De plus, la SAQ a remis 384 millions en taxes au gouvernement fédéral l'an dernier.

En somme, sur des ventes totales de 2,9 milliards, la SAQ remet 1,9 milliard aux deux gouvernements.

Rappelons que pour les six premiers mois de l'année financière en cours, la SAQ a vendu l'équivalent de 660 000 bouteilles de vin de moins que lors de la même période l'an dernier.

Combien de taxes pour cette bouteille de vin

Une bouteille de vin achetée d'un vigneron étranger à 5,44 $ (transport compris) coûtera 14,51 $ aux consommateurs de la Colombie-Britannique, mais 16,20 $ à ceux du Québec.

Dans son site www.winelaw.ca, l'avocat Mark Hicken met à la disposition du public un outil qui permet de connaître ce que coûte vraiment une bouteille de vin achetée à Vancouver.

Wholesale Price: 5,44 (usually includes winery cost, wholesale markup and freight)
LDB Markup: 6.53
LDB Fees: 0.60
Govt Taxes: 2.38 ( 1.12 federal GST/customs and 1.26 provincial PST)
BCL Retail Price: 14.51
Govt Take*: About 53.7 % of the selling price is paid to both levels of government

Nous pouvons ainsi comparer cela aux chiffres donnés par la Société des alcools du Québec dans son dernier rapport annuel.

Majoration 7,34 $      45,3 %
Prix du fournisseur en dollars canadiens
incluant le transport
5,44 $      33,6 %
Taxe de vente provinciale 1,40 $        8,6 %
Taxe spécifique versée au gouvernement du Québec 0,84 $        5,2 %
Taxe fédérale sur les produits et services 0,70 $        4,3 %
Droits d'accise et de douane
versés au gouvernement du Canada
0,48 $        3,0 %
Prix de vente au détail (la bouteille) 16,20 $    100 %

Au Québec, c'est 65,4 % du prix de ce vin qui va aux gouvernements.

Grâce à cet outil de M. Hiken, on peut aussi voir que plus un vin est cher, moins est grande la proportion donnée aux gouvernements. Ainsi, un vin acheté 54 $, se vend 101 $ en Colombie-Britannique donnant ainsi 38,7 % aux deux gouvernements. Alors qu'un vin payé 5,44 $ rapporte 53,7 %; et un autre payé 3 $ donne 56,4 % en taxes et marges gouvernementales.

Alors, un outil intéressant BC Liquor Store Calculator.

D'autre part, la Colombie-Britannique est en train d'étudier un projet de réformes de ses lois sur le commerce du vin et des alcools. Le secrétaire parlementaire du ministre de la Justice, John Yap, a présenté 73 propositions de modifications: B.C. Liquor Policy Review Final Report (PDF).

666 000 bouteilles de moins au Québec
Pendant ce temps au Québec, il n'y a rien de nouveau du côté des assouplissements des règles rigides du commerce du vin. Par contre, la SAQ continue d'augmenter ses prix, ce qui fait que les ventes en volume continuent de baisser.

Pour les 24 premières semaines de l'année 2013-2014, (mars 2103 à avril 2014) la SAQ a vendu 71,4 millions de litres de vin, soit 500 000 litres de moins que la même période l'année précédente.  Ce qui donne 666 000 bouteilles (format 750 ml) de moins. 

Sources:
www.winelaw.ca
engage.gov.bc.ca/liquorpolicyreview
Rapport annuel 2013 SAQ
Rapport trimestriel SAQ 2013-2014, T2 (PDF)

Pourquoi le vin coûte plus cher au Québec

Une publicité a attiré mon attention dans le quotidien La Presse ce matin.

On y annonce le livre de Gérald Fillion, chroniqueur économique de RDI et de Radio-Canada.

La publicité dit «Pourquoi le vin coûte-t-il plus cher au Québec?» Le livre s'intitule «Vos questions sur l'économie - 75 questions et 75 réponses».

La question sur le coût du vin est l'une de ces 75 questions.

Alors quelle est la réponse de M. Fillion?
«Comme tout monopole qui, par définition, n’a pas de
concurrent, la SAQ essaie de tirer le plus de revenus en chargeant le prix maximal en fonction du désir des consommateurs de se procurer du vin à ce prix.»

Mais quel est le prix maximum? M. Fillion explique que la SAQ le cherche «par essais et erreurs». Il donne un exemple. «Supposons que le prix actuel d’une bonne bouteille de Château Fillion (c’est un exemple fictif !) est de 50 $. La SAQ décide d’augmenter le prix de 10 % à 55 $. Si les ventes restaient constantes ou ne diminuaient pas trop, la SAQ saurait alors que son prix n’est pas trop élevé car la plupart des gens continueraient d’acheter du Château Fillion.
La SAQ continuerait d’augmenter son prix jusqu’à ce que les ventes du Château Fillion diminuent radicalement. Elle saurait alors que le prix maximum est atteint.»

Pourquoi la SAQ peut-elle hausser ses prix à volonté? «Elle n’a pas de concurrent sur son territoire qui la forcerait à garder ses prix plus bas.»

M. Fillion ajoute que la SAQ ne cache pas sa stratégie qui est de privilégier les vins de gamme moyenne en y maximisant ses profits.

D'ailleurs, nous pouvons voir à cette adresse (Rabais SAQ) des exemples de vin dont les prix ont été trop haussés et qu'on doit réduire.  Kaiken Mai the first Malbec 2007, réduit de 88 $ à 66 $; Domaine Henri Delagrange Volnay 2006, réduit de 75 $ à 56 $; Lidio Carraro Grande Vindima Tannat Brésil 2005, réduit de  79 $ à 55 $; Man O'War Dreadnought Syrah 2008, réduit de 51 $ à 38 $... Il y en a 138 aujourd'hui sur le site saq.com.

Le livre «Vos questions sur l'économie» a été écrit en collaboration avec l'économiste François Delorme, chroniqueur, consultant et enseignant.

Parmi les autres questions: Comment calculer son taux d’endettement? Auto : on loue ou on achète? Comment expliquer les variations du prix de l’essence? Qui empoche les intérêts payés sur la dette des pays? À qui le Québec vendrait-il son pétrole? (Vous pouvez voir les 75 questions ici.)

_____
Fillion, Gérald, «Vos questions sur l'économie» Les Éditions La Presse. ISBN 978-2-89705-216-4
Formats: papier (26,95 $), PDF et E-pub. 232 p.

Ijalba Maturana blanca, Rioja 2012

Le vin de la semaine!
Très aromatique. Pêche et fleurs blanches.
Belle attaque, fruité frais, ananas, bonbons jaunes et note de miel. Suave et très persistant Un vin blanc original et d'une belle personnalité.
Un cépage rare maturana blanca. Deux hectares chez Ijalba.
Il était en voie de disparition et replanté en 1995 en Rioja. (elmundovino.es) (ijalba.com)
C'est le seul vin de ce cépage que nous avons au Québec.

Pour accompagner le homard, le poulet en sauce, les plats au fromage.
Il a bien accompagné la pizza aux champignons, tomate fraiche, tomate séchée, oignon et fromage.
Alc. 13 %
Dans 49 magasins (45 le 23 février).
3.5 étoiles
Prix: 
21,90 $

Ijalba Graciano, Rioja 2011

Beaux arômes de fruits écrasés. Notes boisées. 
Juteux. Une belle texture coulante; coule bien en bouche. De beaux tanins assez dodus. Fruité juteux. Cerise et framboise. Long.
Bien ciselé.
Un joli vin légèrement épicé.
Cépage graciano. Le producteur dit que ce cépage contient beaucoup de polyphénols.  
Alc. 15,2 %, mais n'est pas dominant. 
Servir à 16 degrés avec l'agneau, les viandes mijotées.
En ligne et dans 91 magasins.
3 étoiles
Prix: 
21,15 $

Celeste 2010

Est-ce que ça fait longtemps que vous avez bu des vins de la maison Torres?
Quand avez-vous goûté la dernière fois le Sangre de Toro, le Viña Sol?

La famille de Miguel Torres fait 32 vins en Espagne. Près de la moitié sont disponibles au Québec.

Trois coups de coeur!
Celeste, Sangre de Toro et Viña Sol.

La maison Torres est installée dans le Penedès. D'ailleurs, elle y prépare un cava que nous devrions avoir au Québec l'an prochain. Torrès fait des vins aussi dans plusieurs régions d'Espagne.

Dans la région de Ribera del Duero, elle produit un superbe tempranillo nommé Celeste 2010. C'est délicieux, rond, ample sur un fruité assez abondant et des tanins fins. Un vin presque onctueux, assez ferme, tout en étant distingué. Élevé 12 mois en fûts de chêne français et américains 30 % neufs. Alc. 14 %.

Michel A. Torrès nous disait en mai dernier lors d'un séjour à Montréal qu'il travaillait sur les levures qui font moins d'alcool. «On cherche un degré de moins sans perdre de qualité. On n'y est pas encore arrivée, mais ça viendra.»

Ce Celeste accompagnera les viandes rouges, rôtis, mijotés, gibiers. Un produit régulier dans 371 magasins.

Il est habituellement 21,30 $, mais il est réduit de 2 $ à 19,30 $ jusqu'au 24 février.

3 étoiles
Prix: 
21,30 $

Sangre de Toro 2012

Ça faisait longtemps que j'avais goûté ce vin!
Une belle surprise!
Le vin a du caractère, du chien, un front de boeuf. Il est très expressif avec ses arômes débordants de fruits chauds. C'est jeune, fougueux, d'un beau fruité et d'un corps bien texturé.
Cépages: cariñena et garnacha.
Région de Catalogne, Penedès.
Alc. 13,5 %.
Pour accompagner les ragoûts, les pizzas...
En ligne et dans 388 magasins.
Disponible aussi en demi-bouteille.

Miguel A. Torrès nous disait en mai dernier que les changements climatiques ont haussé les températures de 1 degré en Catalogne. «Si la température monte encore, le vin sera moins bon. Alors, nous réduisons la hauteur des vignes. Nous cessons l'effeuillage. Nous utilisons de nouveaux porte-greffe pour arriver à une maturation en septembre.»

2.5 étoiles
Prix: 
13,40 $

Viña Sol 2013

Le millésime 2013 de ce Viña Sol est absolument succulent. C'est frais, juteux et d'un bel équilibre.
De la belle qualité à bon prix.
Cépages: parellada et grenache blanc. Appellation: Catalunya (Catalogne).
Disponible aussi en demi-bouteille.
Pas d'élevage sous bois.
Alc. 11,5 %.
Pour accompagner les viandes blanches, poissons, crustacés et pâtes; ainsi qu'en apéritif.
En ligne et dans 166 magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
12,25 $

Le vin bio dans le monde, en France et dans le Languedoc-Roussillon

Forte progression du vin bio!

Vigne bio dans le monde
À la fin 2011, derniers chiffres disponibles au niveau international, 4 % du vignoble mondial est cultivé en bio, y compris le raisin de table.

Entre 2004 et 2011, les surfaces viticoles bio ont triplé.

Les cinq pays ayant les plus fortes proportions de vignes bio sont l’Autriche, l’Espagne, la France, l’Allemagne et l’Italie.

«Ce qui démontre que le développement de la viticulture biologique est avant tout une question de volonté et de prise de conscience environnementale, et non une décision soumise à une climatologie favorable, comme on l’entend encore trop souvent», dit un document de SudVinBio.

La vigne bio est affaire européenne. En effet, 88 % des surfaces de vignes bio se retrouvent en Europe. L'Amérique du Nord n'en a que 6 % et l'Amérique du Sud 3 %.

Les plus importantes surfaces bio, en 2012, se retrouvent en Espagne (81 000 ha), en France (64 000 ha) et en Italie (57 000). À eux trois, ils accumulent 74 % du vignoble bio mondial.

Vigne bio en France
En France, la vigne bio représente 8 % du vignoble national avec 64 000 hectares y compris les surfaces en conversion. En un an, le vignoble bio y a connu une croissance de 6 %.

Le vignoble lorrain est bio à 20 %, celui de la Provence et Côte d'Azur à 15 %, l'Alsace à 13 %, la Franche-Comté 12 % et la Corse 11 %.

Les surfaces viticoles bio ont plus que quadruplé en dix ans en France.

Selon l'Agence bio, en 2012, il y avait 5000 producteurs de vin bio en France, et 181 coopératives produisent du vin bio. En 2011, 34 % du vin bio français est exporté.

Nombres de producteurs bio
par région
Languedoc-Roussillon  1245
Provence et Côte d'Azur 800
Aquitaine 735
Rhône-Alpes 529
Bourgogne 284
Alsace 265
Loire 196
Champagne 98
France-Comté 57
Corse 39

Vigne bio dans le Languedoc-Roussillon

Le Languedoc-Roussillon est le plus vaste vignoble bio de France avec 20 000 ha. Plus de 8 % du vignoble régional est bio.

On y compte 1245 producteurs bio en 2012, soit 4 % de plus que l'année précédente. 20 800 hectares, dont 7700 en conversion.

C'est 69 millions de bouteilles certifiées bio en rouge, blanc, rosé, mousseux et vin doux naturel en Languedoc-Roussillon. C'était 25 millions de bouteilles en 2010.

Il y a 35 appellations d'origine (AOP-AOC) dans le Languedoc-Roussillon. Les deux nouvelles sont Duché d’Uzès et du Picpoul de Pinet. Il y a 24 indications géographiques protégées (IGP).
20 % de la production est en AOP et 68 % en IGP.

  Source : Dossier de presse SudVinBio

Voir les commentaires sur une dégustation de vin bio du sud
Aussi, Des vins bio de qualité (une belle sélection).

Liens

Sujets connexes :

Syndiquer le contenu