Québec

L'Orpailleur blanc Seyval Vidal 2012

Il y a 61 vins du Québec sur les rayons de la Société des Alcools du Québec aujourd'hui. (67 de l'Ontario, 46 de la Colombie-Britannique)

Tous les vins du Québec sont en rabais ces jours-ci!

Cet Orpailleur blanc Seyval Vidal 2012 est bien agréable. Il n'est pas acide et acerbe comme le sont trop souvent les vins blancs québécois. Il n'est pas maquillé par le bois non plus. Il a même une petite sensation sucrée qui lui donne de la rondeur et de la tenue. Ce n'est pas complexe, mais ça se laisse boire. Les arômes sont discrets et fins, la bouche assez gourmande et la finale est légèrement amère. Somme toute un bon vin à découvrir. Comme apéritif ou pour accompagner le poulet en sauce.

Le producteur recommande de le boire dans les deux ans suivant son millésime.

On peut le trouver dans plus de la moitié des succursales (264 au 21 juin)

Le vin est réduit de 10 % jusqu'à dimanche, donc de 1,57 $ à 14,18 $.

2 étoiles
Prix: 
15,75 $

Brise 2011

Il y a 138 rosés à la SAQ. Le choix s'améliore d'année en année. Il y en a même une douzaine du Québec et un du Canada!

Cette brise québécoise est d'un rosé à teinte brunâtre.
Arôme différent, difficile à décrire, disons arôme de frontenac (le cépage).
Belle bouche fruitée, pas trop acide, pas trop sec non plus.
On dirait d'une certaine sucrosité. Belle rondeur. Fraicheur. Laisse une belle sensation de fruit en bouche. Très long. Cépage Frontenac.  Vignoble La Bauge, Brigham.

Un vin rosé québécois disponible à la SAQ, en ligne et dans 63 succursales.

2 étoiles
Prix: 
14,75 $

Forcer la vente de vin de piètre qualité

ÉDITORIAL

Nos politiciens débordent d'idées farfelues. Sous le couvert de bonnes intentions, certains veulent nous inciter à acheter des vins de basse qualité!

Un député libéral a déposé à l'Assemblée nationale un projet de loi forçant la Société des alcools du Québec a promouvoir les boissons alcooliques fabriquées au Québec.

«Ce projet de loi prévoit que la Société des alcools du Québec a pour fonction de promouvoir les boissons alcooliques fabriquées au Québec.»

Le projet de loi no 395, déposé par le député de Huntington, Stéphane Billette, propose aussi que ces boissons alcooliques québécoises puissent être vendues par les épiciers.

«Il prévoit aussi que la vente de ses produits peut être effectuée directement à un titulaire de permis d’épicerie ainsi que directement à un titulaire de permis de restaurant pour servir

Vin ou distillat?
Étonnamment, le projet de loi ne mentionne pas du tout le mot vin. Il y est plutôt fait mention de «distillateurs», de «boissons alcooliques», d'«alcools et des spiritueux», de «permis de distillateur artisanal», de «fabriquer des alcools et des spiritueux», de «distiller les boissons alcooliques fabriquées», de «permis de production artisanale», de «permis de distillateur artisanal» et plus étonnant d'«importer les boissons alcooliques prévues par règlement pour les mélanger aux produits qu’elle fabrique».

Donc, ce projet de loi vise surtout à aider les distillateurs de boissons alcooliques de la province.

Du vin aigre
Il est tout de même fort probable que le terme boisson alcoolique employé dans cette loi concerne aussi le vin. On veut donc forcer la SAQ à promouvoir la vente de vin québécois. Mais agir ainsi c'est forcer les employés de la SAQ à vendre du vin de basse qualité. Car, disons-le franchement, le vin fabriqué au Québec est de piètre qualité en général. À quelques exceptions près, il est trop acide, acre, peu fruité, alcooleux et a des arômes et des saveurs déplaisantes.

Si le vin québécois est en général bien mauvais, ce n'est pas parce que nos vignerons sont mauvais, mais parce qu'ils utilisent de mauvais ingrédients. En effet, ici au Québec, sauf très rares exceptions, on utilise des cépages de piètre qualité, des cépages inférieurs, des cépages hybrides et rustiques qui donnent des raisins rustiques, acides et faibles en sucre.

Ces cépages sont interdits en Europe parce que donnant des vins de mauvaise qualité. Notre climat et nos connaissances actuelles ne nous permettent pas de faire pousser facilement des vignes de la classe des Vitis vinifera.

Cépages vinifera
Cabernet, merlot, syrah, sauvignon, chardonnay, riesling, pinot, sangiovese...

Cépages hybrides
Frontenac, seyval, vidal, maréchal Foch, de Chaunac, Lucie Kuhlman...

Donc, ces vins produits avec des raisins acides, doivent être corrigés par un ajout de sucre et de désacidifiant. En Europe, ces jus de faible qualité sont envoyés à la distillerie.

Québec, Niagara et Okanagan
Si on force la SAQ a vendre des vins acides du Québec, pourquoi ne pas aussi l'obliger à vendre des vins du Canada?

En effet, les vins de l'Ontario sont un peu moins mauvais que ceux du Québec et ceux de la Colombie-Britannique encore un cran supérieur à ceux de l'Ontario, malgré leur goût de vanille et de noix de coco.

Dans les épiceries
Les épiciers du Québec n'ont pas le droit de vendre du vin de bon niveau qualitatif. Ils sont obligés de vendre uniquement du vin importé en vrac et embouteillé au Québec.

Si on leur permet de vendre du vin du Québec, pourquoi ne pas leur permettre aussi de vendre du vin du Canada? Et tant qu'à faire, permettons-leur de vendre du vin de qualité embouteillé en Europe.

Position de la SAQ
Les dirigeants du monopole ont répondu à ce projet de loi en publiant un communiqué de presse dans la section Mise au point de leur site internet et dans la page opinion du quotidien La Presse. On y lit qu’«Environ 300 produits alcooliques du terroir, des vins, des cidres, des hydromels, des alcools de petits fruits et des liqueurs à base d’érable sont offerts sur les étalages des magasins SAQ.»

Puis, plus loin «la SAQ a fixé à 250 le nombre de magasins qui mettent davantage en valeur les alcools du terroir. Cette action permet de donner à ces produits une visibilité soutenue tout en respectant la capacité de production et de mise en marché des producteurs, qui ne pourrait pas soutenir tous les points de vente en ce moment.»

La SAQ termine sa mise au point par ceci: «La SAQ entend poursuivre ses efforts quant au rayonnement des produits québécois et elle le fera en respect des accords internationaux

Les accords internationaux? Voici, où ça devient intéressant! Est-ce qu'un monopole d'État peut favoriser les vins de son coin de pays au détriment des vins du reste du pays et des autres pays?

Intérêt des fabricants ou des consommateurs
Finalement, ce projet veut encourager les fabricants de boissons alcooliques du Québec, mais est-ce vraiment dans l'intérêt des consommateurs d'ici?
Nous croyons que non.

Il y a toutefois un point positif. Favoriser la production nationale au détriment de la production internationale, c'est ouvrir une brèche dans l'hermétisme du monopole. Et ceci pourrait être favorable à long terme aux consommateurs et amateurs de bon vin.

___
Projet de loi no 395 - Loi modifiant la Loi sur la Société des alcools du Québec et la Loi sur les permis d’alcool:
Position de la SAQ - La SAQ, partenaires des produits d'ici; et Partenaire des vins d'ici, André Caron, SAQ.


Marathonien Rouge 2011

J'avais été bien surpris par la qualité des vins de M. Joly dès ma première visite  à son vignoble de Havelock en 1991.
Ce rouge démontre le progrès de la viticulture au Québec. On n'est pas encore dans le grand, mais la qualité est belle.
Ce rouge 2011 dégage de belles saveurs de fruits chauds sur une bouche légère. Le fruité est coulant et bien agréable.
Assez facile, très bien fait et d'un bel équilibre.

Cépages: de Frontenac 50 %, de Chaunac 25 % et de maréchal Foch 25 %.
Servir frais comme un blanc à 12-14 degrés avec des plats légers.
Disponible au domaine.
Alc. 12 %.
 

2 étoiles
Prix: 
14 $ au domaine

Du Minot des Glaces, Récoltes d'hiver 2010

Cidre de glace produit exclusivement à partir de pommes cueillies gelées et pressées gelées.
Arômes de pelures de pommes. Une bouche superbe. Rond, onctueux, coulant, sucre fin, un pur délice.  
Une petite bouteille qui donne bien du plaisir en bouche.
Équilibré et persistant. Très long.

Je l'ai dégusté avec un biscuit sablé, un cheddar âgé et des amandes au tamari.

Servir aussi avec le foie gras, les fromages persillés...
Alc. 11 %. Sucre190 g/l. Acidité 9 g/l.

La Cidrerie du Minot fait depuis quelques années du cidre de glace issu d'un assemblage des procédés de cryoconcentration et de cryoextraction, mais ce Récolte d'hiver est produit exclusivement de pommes gelées sur l'arbre.
La récolte a lieu après plusieurs jours à - 10 °C. «Le moût ainsi concentré a fermenté durant huit moins à basse température et s'est clarifié tranquillement.» Embouteillée en juin 20112.

Disponible au domaine www.duminot.com, au marché des Saveurs (Marché Jean-Talon) et au Salon des Métiers d’Art du Québec (du 6 au 22 décembre 2012 Place Bonaventure, Montréal, Kiosque 1500.

4 étoiles
Prix: 
40 $ 375 ml.

Orélie 2010

Vignoble des Négondos
Belle bouche fruitée, aux jolies notes rappelant les noix. C'est assez riche et bien long. Pas vert et acide comme le sont trop de vins du Québec. Une très longue finale gouteuse et légèrement beurrée.

Laissez-le se réchauffer dans le verre et servez avec des plats assez riches, ou en apéritif.
Alc 11 %. 
Cépage seyval et chambaudière.

J'ai été agréablement surpris lorsque j'ai dégusté quatre vins de ce domaine situé à Mirabel au nord de Montréal.
Les trois blancs ont chacun un caractère bien trempé. L'Orélie est moderne, noisetée et d'un fruité gras; l'Opalinois est plus droit, très sec un peu sévère, de style sauvignon et la Cuvée Saint-Vincent est aromatique à souhait.

Vignoble créé en 1993, bio depuis le début. Un domaine familial, 9000 plants seulement.

Certifié bio par Québec Vrai.
Engrais marin (algues et composte de crevettes)

Disponible au domaine www.negondos.com

2.5 étoiles
Prix: 
15,00 $

Cuvée Saint Vincent 2010

Vignoble des Négondos
Le plus aromatique des quatre vins de ce domaine que j'ai dégustés.
Il est gras avec de beaux arômes légèrement muscatés. Le fruité agréable est appuyé sur une acidité bien équilibrée.
Cépages: cayuga, geisenheim, vidal et seyval.
Servir avec les mets légèrement épicés.
Alc 11,5%

Ces vins blancs du vignoble des Négondos n'ont pas cette dureté en finale qu'on retrouve beaucoup dans les vins du Québec!

2.5 étoiles
Prix: 
15,00 $

Opalinois 2009

Fruits verts, plus vif que les deux autres blanc du vignoble les Négondos. Acidité bien marquée sans être tranchante. Rafraichissant. Belle longueur gustative.  
Frais. Bien fait. Longue finale sur la pomme verte. Petites bulles sur les parois du verre.
Alc. 11,5 %.

Pour accompagner les huîtres, les crevettes, les fromages de chèvre.
Cépage seyval. 

2 étoiles
Prix: 
15,00 $

Rosois 2011

Vignoble des Négondos
Un rosé au fruité léger avec un soupçon de sucre. Une belle longueur sur le fruit.
Ne le servez pas trop froid à 10-12 °C.
Cépages sainte-croix et de chaunac.
Échantillon non filtré. Le vin sera disponible en été. 
Un format pratique de 500 ml. 

Ces vins sont disponibles au domaine situé à Mirabelle www.negondos.com

Voir le reportage diffusé en 2007 à l'émission La semaine verte sur ce vignoble pionnier du vin bio au Québec.

2 étoiles
Prix: 
11 $ pour 500 ml

Neige Première, Cidre de Glace mousseux 2009

Voici quelque chose d'original et de typiquement québécois!
Un cidre de glace mousseux!
On connait le cidre de glace, mais un cidre de glace mousseux, c'est plus rare.

C'est la deuxième année que La Face cachée de la pomme produit ce cidre mousseux.
En fait, l'an dernier, il n'y en avait qu'une petite quantité, c'était un lancement à petite échelle.

C'est un cidre onctueux, à la mousse et aux bulles très légères. Le sucré est gras et bien agréable. C'est soutenu par une belle acidité. Ce qui donne un cidre bien équilibré.
Savoureuses, les saveurs de pommes chaudes persistent très longtemps.
C'est gourmand et presque opulent.

À servir froid, à 6 °C à l'apéro, avec les fromages à pâte ferme ou les fromages bleus. Moi je l'ai servi avec une côtelette de porc, coupe-hôtel, et réduction de cidre et vin blanc, coulis de raisin sauvage; le tout décoré de framboises.

Ce serait le premier cidre de glace au monde élaboré selon la méthode champenoise, c'est-à-dire qu'il fait une seconde fermentation en bouteille.

À l'automne, les pommes McIntosh (80 %) et Spartan sont récoltés très mûtes et conservées au frais. À la fin de décembre, elles sont pressées et le jus est conservé à l'extérieur aux grands froids de janvier. Sous l'action du froid intense, il y a cristallisation du sucre qui se sépare de l'eau. On appelle cela la cryoconcentration naturelle. Le moût concentré recueilli par gravité constitue le quart de la quantité originale de jus de pomme. Ce nectar est placé en cuve inox à fermenter pendant 6 mois à basse température. Puis embouteillé pour la deuxième fermentation. Après neuf mois on dégorge et on embouteille sans dosage, sans ajout de sucre.

Six kilos de pommes donnent un litre. Le sucre est de 400 g/l avant fermentation et 190 g/l après, donnant 12,5 degrés d'alcool. L'acidité est de 10 g/l, soit en gros deux fois plus que dans un vin.
Absolument délicieux. Le meilleur cidre que j'ai bu.

À placer sous l'arbre de Noël!

4 étoiles
Prix: 
26,95 $ le 375 ml

Les premiers vins du Québec certifiés

La viticulture commerciale est jeune au Québec. Elle a à peine 30 ans. Jusqu'ici il n'y avait pas de programme de certification comme il en existe ailleurs; telles les AOC, AOP, IGT, DOC, VQA...

Il n'y avait pas de normes. Les raisins pouvaient provenir d'ailleurs.

L'Association des vignerons du Québec a décidé d'implanter d'un tel programme de contrôle de qualité.

Leduc-Piedimonte, Cidre de glace 2006

Un produit québécois authentique, le cidre de glace prend de plus en plus de place sur nos tables.

Il y a 56 cidres de glace de tout format, de 50 ml 1500 ml sur les tablettes de la SAQ. Les prix vont de 3,50 $ pour le tout petit format à 80 $ pour 1,5 litre.

Celui-ci est dans le format le plus courant, celui de 375 ml.
Il est très foncé, ambré. Ses arômes rappellent un peu ceux des vins de glace. À l'aération, il s'en dégage de belles notes de pomme.

En bouche, c'est riche avec des saveurs de caramel fondant. Une tendre acidité équilibre le sucre. C'est gras, velouté, onctueux.
Extrêmement long, les saveurs persistent un long moment en bouche. Un délice.
Alc. 10 %

En apéritif, avec les fromages et en soirée.

Assemblage de pommes Spartan et Empire.

Selon la règlementation québécoise, le cidre de glace est «le cidre obtenu par la fermentation du jus de pommes, lequel doit, uniquement par le froid naturel, atteindre une concentration de sucre avant fermentation d'au moins 30° Brix, et dont le produit fini a une teneur en sucre résiduel d'au moins 130 g par litre et un titre alcoométrique acquis de plus de 7% et d'au plus 13% d'alcool par volume»

4 étoiles
Prix: 
24,95 $ le 375 ml

McKeown, Cidre de la Montagne Rouge

Cidre léger pétillant sec. 
Léger taux d'alcool de 6 %.

Ce cidre dégage de beaux arômes de pomme fraîche.
Le pétillant est très léger, les bulles disparaissent très vite. On dirait plutôt perlant.
Il a de belles saveurs de pommes, de pommes mi-acides.
C'est rafraîchissant et bien agréable.

Fait à 100 % de pommes McIntosh.

Le guide Cidres du Québec le décrit comme étant «fidèle au style des cidres irlandais» et lui donne quatre pépins.

À servir en apéritif.

Disponible dans près de 80 succursales.

2 étoiles
Prix: 
8,90 $

Glacier aux pommes 2005, Clos du Baillie Aylmer

Un cidre de glace à la belle teinte dorée pâle. Il s’ouvre sur de beaux arômes de pommes fraîches. Il est plutôt délicat et il laisse une belle impression en bouche. Il n’est pas trop sucré. Il a là un bel équilibre entre le sucre et l’acidité. Très plaisant à boire. Il s’agit là du premier cidre de glace produit en Outaouais. Il est fait en partie avec des pommes Cortland qui restent très longtemps sur les branches en hiver. Disponible au domaine.

2 étoiles
Prix: 
18,00 $

Pomme de glace, Clos Saint-Denis

Après le vin de glace, voici le pomme de glace : un cidre liquoreux. C'est vraiment délicieux, et à un prix vraiment moins élevé que le Ice Wine. Un bon vin de dessert. Un bouquet de pommes, de poires et d'épices. Onctueux en bouche. Rafraîchissant.
Clos Saint-Denis

Prix: 
20,00 $
Syndiquer le contenu