Le vin grec, un secret bien gardé

Μοσχοφίλερο (Moschofilero) que c'est bon!

Moschofilero?  Est-ce que c'est le juron préféré de Dyonisos?

Non, c'est tout simplement le nom d'un des cépages autochtones de la Grèce.

Ils sont nombreux ces cépages originaux. Ils ont pour nom en blanc: roditis, robola, assyrtiko, malagousia, et en rouge: agiorgitiko, mavrodaphne, xinomavro, ect.

Après un périple de 10 jours en Grèce, je dois dire que j'ai été agréabllement étonné de la qualité et de l'originalité des vins dégustés.

Une sommelière de Chicago rencontrée sur l'île de Santorin me dit que «le vin grec est un secret.» En effet, un secret. J’ajouterais: un secret bien gardé!

Nous connaissons au Québec quelques vins grecs, des vins d'entrée de gamme, ainsi que le fameux Muscat de Samos. Mais il y a vraiment plus à découvrir. Il y a dans ce pays des vins de grande qualité, dont plusieurs à bon prix.

Un secret bien gardé, car la consommation de vin grec à l'étranger semble être le fait d'expatriés. Il y a 11 millions de Grecs en Grèce. Il y en aurait autant à l'extérieur du pays. Il y a des milliers de restaurants grecs dans le monde, dont 8000 seulement en Allemagne.

Les vins exportés sont donc principalement consommés par ces Grecs installés plus ou moins en permanence ailleurs et pour une bonne part dans les restaurants grecs de tous les centres-villes des métropoles.

Collines de Koutsi, Neméa, Grève

Une ancienne viticulture jeune

Il se produit des vins depuis fort longtemps en Grèce. Toutefois, la viniculture  ― le contrôle de la vinification ― y est très jeune. Le pays a connu de fréquentes guerres et de multiples invasions. La production était très locale, chacun faisant son vin.

La prospérité est toute récente dans ce pays. On consomme encore beaucoup de vin en vrac. Des vignerons nous ont affirmé que de nombreux Grecs se disent toujours convaincus que le meilleur vin est celui fait à la maison et celui vendu en vrac. On le dit plus naturel! Dans les restaurants helléniques, on boit plus souvent ce vin en vrac. Il n'y a d'ailleurs que 40 % du vin qui est embouteillé.

Les choses changent lentement. Il y a de plus en plus de producteurs qui après avoir étudié à Dijon et à Bordeaux ont décidé de faire du vin de meilleure qualité.

C'est peu connu à l'étranger. La plupart des vignerons rencontrés affirment n'exporter que de 20 à 25 % de leur production. En comparaison, plusieurs très bons vignerons de France exportent plus de 75 % de leur vin.

Pourquoi boirions-nous du vin grec?

Pour son originalité et pour son goût.
Ces vins sont bien originaux parce que les cépages sont différents. Le sol et le climat permettent de faire des produits variés. Oui bien sûr, on y fait pousser aussi des cépages français, cabernet, sauvignon et syrah, mais sauf pour ce dernier ça ressemble pas mal aux autres cabernets et sauvignons du monde.

Le blanc et le rouge

Après avoir goûté près de 350 vins, c'est le blanc qui a mon avis est le plus intéressant. Les vignerons semblent mieux le maîtriser, mieux réussir les assemblages. Il faut dire aussi que c'est le vin le mieux acclimaté à la nourriture dans le sud du pays du moins. On y mange une grande quantité de légumes et de poissons.
Paris SigalasParmi les producteurs de vins blancs, celui dont le vin m'a le plus impressionné est Paris Sigalas.

Ce mathématicien de formation fait des vins magnifiques sur son île de Santorin (Santorini). Il a commencé en 1991 à faire du vin comme passe-temps à la maison familiale. Puis en 1998,  il a construit ses installations près du petit village perché de Oia.

Sur un sol volcanique et tout près de la mer, il fait des vins éclatants, minéraux et à la finale qu'on dirait délicatement salée. Un régal. Il produit maintenant plus de 300 000 bouteilles.

La moitié de ses vignes sont encore du type traditionnel de Santorin. pied de vigne de SantorinC'est-à-dire, pêle-mêle et de forme cylindrique. (Voir photo). Mais il a aujourd’hui plus de 13 hectares de vignes en rangées. Elles sont très jeunes, c'est encore à l'étape expérimentale.

Le cépage principal est l'assyrtiko, dont il tire des vins fermes et expressifs. Le 2007 encore jeune est aromatique, aux saveurs de litchi, minéral, légèrement salé et juteux; le 2006 est plus vif et très long; le 2003 est doré, gras, goût de bonbons jaunes, complexe et très long; le 2001 est profond, riche équilibré, des saveurs de papayes séchées, il rappelle un vieux riesling et il est très long, du grand vin; son 2000 est déjà plus évolué, il a les mêmes saveurs en plus délicat. Près de 25 % prend le chemin de l'exportation.

Paris Sigalas fait aussi de l’assyrtiko boisé. J'ai un peu moins aimé, mais comme il le dit lui-même, il y en a pour tous les goûts et plusieurs aiment les saveurs que la barrique donne au vin. «Des consommateurs, surtout les nouveaux venus au vin y trouvent plus de complexité, plus de matière, plus de qualité. Ils peuvent reconnaître cette saveur de bois, de vanille.»

Il fait aussi un assemblage d'assertyko et d'athiri au beau fruit de pamplemousse et de citron.

Il compose aussi un rouge avec le cépage mavrotragano bien tannique qu’il faudra attendre plusieurs années.

La gamme est complétée par un magnifique Vinsanto peu alcooleux (entre 9 et 11,5 %) au sucré envoûtant (cépages assyrtico et aidani) et du massif Apiliotis (cépage mandilaria) qui malgré ses 320 grammes de sucre résiduel semble moins sucré que le Vinsanto.

Le moschofilero

Ce cépage blanc m'a beaucoup plu. Son nom rappelle le muscat, son goût aussi, quoiqu'il soit plus délicat, plus fin. Il donne des vins bien aromatiques, généralement à l'acidité bien dosé. Ce sont des vins de fraîcheurs qui peuvent bien accompagner les mets un peu épicés. Il n'y en a qu'un seul spécimen à la SAQ, celui de la maison Semeli.

Plusieurs vins faits avec le cépage robola ont aussi été une découverte. Ils sont originaux et savoureux.
 

Des rosés spartiates

Les rosés grecs dégustés lors de ce voyage n’ont rien à voir avec les rosés fluets et alcooleux qui envahissent le Québec chaque printemps. En fait, il sont carrément rouges, rouges pâles, mais rouges quand même. De plus, ils sont très costauds, certains même un peu tanniques. La dizaine de rosés avaient des saveurs et des arômes semblables. Pourtant, ils sont produits dans différentes régions avec des cépages différents.

Je me suis demandé à un moment donné si ce n’était pas là l’effet d’une levure commune. Mais un producteur m’a répondu que non. Le choix des levures se fait selon l’état de la récolte. À noter en passant les rosés de Skouras - fait de roditis, costaud et presque tannique; celui de Semeli, un peu sucré aux saveurs de cerises et de fraises; Gaia, fait d’agiorghitiko *, aux saveurs de fraises poivrées; celui de Pavlidis fait de tempranillo a un fruité très persistant, le Vissino de Palivos est carrément rouge et en a le caractère, enfin le Pó de la maison Evharis, composé de syrah, est plus pâle et plus fin.

  *agiorgitiko, s’écrit aussi agiorghitiko, prononcez a-i-or-i-ti-ko. On nous dit qu’il y a cinq manières d’écrire le son I en grec, et on ne parle pas ici du Y.
 

Les cépages français - des syrahs délicieuses

Plusieurs producteurs grecs cultivent des cépages français, cabernet sauvignon, merlot, chardonnay, sauvignon… dans leurs assemblages et en monocépage. À noter au passage l’étonnant pinot noir 2006 de la maison Alpha, fruité, suave et long, ainsi que le tannat 2006 massif aux tanins bien texturés, qui sera commercialisé en 2010.
www.alpha-estate.gr

Les producteurs de rouges semblent vouloir produire des vins bien tanniques. À plusieurs reprises, les vins d’agiorgitiko en monocépage ou en assemblage avec le cabernet m’ont paru bien tanniques, un peu rugueux et rustiques. Pourtant, on dit que c’est un cépage réputé peu tannique! On semble vouloir forcer la dose.

Syrah Evharis 2005 Ce qui m’a étonné, par contre, c’est la qualité des syrahs. Je ne savais pas qu’on pouvait faire de la si belle syrah dans ces contrées chaudes. Elle est souvent souple, fruitée, délicieuse et facilement reconnaissable parmi les autres rouges un peu agressifs.  Il faut dire aussi que les nuits sont froides et humides dans plusieurs régions, et que le vent est souvent rafraîchissant.
J’ai goûté des syrahs remarquables des producteurs suivants: Spiropoulos, Palivos, Lakiotis, Evharis, Gerovassiliou et Boutari.

Comme partout ailleurs, la qualité des vins varie énormément d’une maison à l’autre. Ceux qui cultivent leurs propres raisins font un vin d’une qualité nettement supérieure à ceux qui achètent les raisins.

Dans le Péloponnèse, le domaine Skouras produit des rouges de qualité supérieure. On connaît au Canada son supergrec le Megas Oenos, un vin élégant, croquant et de grande classe. Fait d’agiorgitiko à 80 % et d’un peu de cabernet sauvignon, il vieillit très bien. Il me reste encore du 1998 dans ma cave. Son Grande Réserve de Néméa à 100 % agiorgitiko, plus tannique et bien enrobé est à mettre en cave aussi. Les blancs de la maison sont aussi impressionnants. Le Moscofilero 2007 est riche, gras et persistant, le Viognier Eclectique 2006 est un grand vin aux saveurs de petits sablés.
www.skouraswines.com

Viticulture et viniculture

Si vous vous être promené un peu dans le vignoble de par le monde, on vous a sûrement déjà dit qu’il y a deux manières de faire le vin : dans le champ et dans le chai.

En Grèce, on le fait surtout dans le chai. On s’est équipé ces dernières années du matériel le plus moderne. On embauche des œnologues qui connaissent bien la chimie du vin et on maîtrise maintenant les différentes techniques de fermentation.
On nous parle aisément de potassium, de calcium, d’acidification…mais peu des vignes. On nous fait visiter les caves, mais peu les champs.

Spiropoulos Certains producteurs nous ont pourtant dit qu’il faudrait retourner au champ – à la source – pour améliorer encore plus la qualité des vins. Ce sont des propos entendus chez Spiropoulos et chez Gaia (prononcez I-A-I-A). Chez Spiropoulos on dit  «qu’il a dans ce pays de bons oenologues, mais on ne fait pas suffisamment de recherches de bases sur les vignes, sur les sols. Chaque producteur fait ses recherches à petites échelles dans son coin.»

Yiannis Paraskevopoulos Chez Gaia, dans la montagne de Koutsi, Yannis Paraskeuopoulos nous a tenu le même propos. «On sait faire le vin en cave, mais la viticulture, on ne connaît pas!» «Il est impératif de faire des recherches dans la vigne, de trouver les clones les plus propices de l’agiorgitiko. Ce sera difficile, les plants sont contaminés par des virus.»  Virus qui souvent tuent la vigne, mais d’autres fois sont bénéfiques parce qu’ils contribuent à réduire les rendements.

Un cri d’alarme de Yannis

  on n’a pas le choix, les changements climatiques ne nous sont pas favorables. Toutes nos vignes sont infectées par des virus qui nous font perdre jusqu’à 30 % de sucre et de matière phénolique. Pour améliorer la situation, je dois faire des tests dans les champs, accroître la densité de plantation de 3000 à 5000 pieds à l’hectare, augmenter le feuillage. Si ça continue comme cela à se réchauffer, on aura besoin d’irriguer. On le fait déjà, mais sans abuser. C’est toléré.

La maison Gaia produit une belle gamme de vins, à noter le Gaia Estate 2005, bien boisé et riche. Toutefois, ses vins que j’ai le plus appréciés sont ceux faits sur l’île de Santorin. Son Thalassitis Santorini blanc 2007 élevé en partie dans le bois d’Acacia est d’une belle minéralité, d’une acidité étonnante de 6,8 g/l et d’un ph de 2,8. Son 2006 qui a fait plus de barrique rappelle les bons meursaults.
www.gaia-wines.gr
www.domainspiropoulos.com

Retsina

En passant, il fallait bien goûter le retsina. Chez Gaia, elle est très belle, de fines saveurs de résine, elle laisse la bouche fraîche. On a l’impression de croquer les petits bonbons Tic-Tac. Un retsina bien acide – pH 3,15 – qui accompagne bien, semble-t-il, la morue à l’aïoli et la cuisine indienne.
Le vin est fait avec le cépage roditis. On trempe de la gomme de pin d’Alep dans le mou à raison d’un litre de gomme par hectolitre. Certains producteurs n’en utilisent que 300 g. donnant ainsi un retsina plus délicat.

Du grand vin rouge

Yannis TseleposChez Yannis Tselepos, nous avons pu goûter à son Moulin rouge 1998, un quatre étoiles remarquable aux saveurs de cèdre et aux tanins bien fondus. Le 2003 a de la mâche et le 2005 est encore dodu et mafflu. Ce monsieur fait un moschofilero gras et bien aromatique ainsi qu’un gewurztraminer, un vin de montage vif et minéral.  On est ici dans le centre du Péloponnèse, en montagne. Le mercure peut descendre à 4 C la nuit en septembre.
www.tselepos.gr

Les cépages autochtones donnent des résultats très différents d’une région à l’autre dans le Péloponnèse. Alors que certains producteurs font des agiorgitikos un peu rudes, d’autres comme George Palivos sur les hauteurs de Néméa nous a fait goûté en pleine nuit dans son hangar froid un Anemos 2007 exubérant de fruit soutenu par des tanins fins ainsi qu’un assemblage de malagousia et de chardonnay nommé Stone Hills, vin de pays de Corinthe, peu acide, gras et bien long.

En haut des collines

SemeliPlusieurs producteurs de vins du Péloponnèse ont juché leurs chais tout en haut des collines. C’est le cas de Semeli qui a construit ses installations à plus de 400 mètres dans le secteur de Koutsi, près de Neméa. Appelé Domaine Hélios, on y fait une Grande Réserve qui dans le millésime 2003 a donné un vin massif et profond de grande qualité. Cette maison fait des vins assez boisés.
www.semeliwines.com

La région de Patras

Au nord du Péloponnèse, cette région montagneuse permet la culture de la vigne sur le flanc nord des montagnes. Ainsi protégé du vent, ces coteaux frais donnent des vins Lafkiotisde qualité, dont cette syrah 2007 de Lafkiotis au fruité bien épicé et charmeur.
www.lafkiotis.gr

La maison Oenoforos est aussi installée au haut d’une colline près d’Aegio. Les installations, la cave, les caves, font six étages à flanc de cette colline. Le propriétaire-vinificateur Angelos Rouvalis y concocte un roditis désaltérant appelé Asprolithi.
www.oenoforos.gr

Fait étonnant, on y cultive souvent dans un même champ des raisins pour la table et des raisins pour le vin!

Angelos Rouvalis Dans la même région, la maison Antonopoulos produit des assemblages de cépages français et grecs de belle qualité, dont un mavrodaphne-merlot appelé Private Collection succulent dans sa version 2004. Les amateurs de vins opulents seront servis par cette maison qui fait un vertzami-cabernet franc, corpulent dont le 2003 ne sera prêt qu’en 2023 selon son vinificateur Yannis Halikias. Par contre, son merlot-syrah 2004 costaud et corsé est déjà presque prêt à boire.
www.antonopoulos-vineyards.com
 

Dans la région d’Athènes

Haris AntoniouPrès de la capitale, Eva Boehme et Haris Antoniou du domaine Evharis confectionnent de beaux vins avec de la syrah, les 2001, 2005 et 2006 sont soyeux, riches et charmeurs. Leur vin de dessert Epilogos 2005, porte admirablement son nom en plus d’avoir une belle trame au sucré délicat. Il a pourtant 200 grammes de sucre, mais c’est bien coupé par 6,6 grammes d’acide.
www.evharis.gr

Vin bio

Les vins grecs sont pour ainsi dire par défaut des vins d’agriculture biologique. Le climat permet de ne pas trop utiliser l’herbicides, ni d’insecticides. De plus, la configuration du sol fait en sorte que la récolte se fait à la main.

Les Appellations

La Grèce s’est dotée d’un système d’appellation basé sur le système français et conforme aux normes européennes. Toutefois, il m’est apparu de peu d’intérêt pour le consommateur, je n’ai pas noté de typicité propre aux appellations actuelles en Grèce.

Le meilleur point de repère est le nom du producteur. Certains sont d’ailleurs en train de développer des marques et des gammes de produits cohérentes qui rendront la mise en marché plus facile.

Mal distribués au Canada

Le vin de Grèce est un secret bien gardé qui malheureusement  pourrait continuer de l’être, du moins au Canada. Ces vins sont mal distribués ici. Il y en a 60 à la SAQ, moins que la Nouvelle-Zélande, que le Beaujolais, deux fois moins que les vins du Portugal, cinq fois moins que la seule région du Languedoc. Il y en a 50 à la LCBO.  Pire encore, plusieurs producteurs phares sont distribués dans le réseau des importations privées, un système confidentiel axé sur la restauration et plutôt fermé aux consommateurs.

La plupart des agences d’importation privée ne font même pas d’effort pour faire connaître leurs produits auprès du grand public. Il faudrait au moins qu’elles publient leurs listes de vin sur Internet.

Conclusion

Voilà donc une tournée assez rapide du monde du vin grec. Nous n’avons visité que les vignobles du sud du pays. Dans le nord, on me dit qu’on produit des vins différents. La nourriture y est plus riche, donc le vin aussi. J’ai pu m’en rendre compte en goûtant quelques vins de Macédoine et d’autres régions au salon des vins d’Athènes. La qualité et la variété des vins sont remarquables.

Voici en vrac, les noms d’autres producteurs dont je n’ai goûté rapidement qu’un ou deux vins, mais qui m’ont beaucoup plus: Geravassiou, Mercouri, Fountis, Biblia Chora, Hatzidakis, Claudia Papayianni, Dereskos, Vourvoukeli, Kir Yianni et Gentilini.

Oui, les vins grecs sont un secret bien gardé. Je n’ai passé que quelques jours dans ce pays et j’ai pourtant goûté un grand nombre de vins de belle qualité, des vins originaux, différents, qui ont leur place sur notre marché, des vins d’une netteté et d’une fraîcheur exemplaire et surtout dotés d’une belle acidité qui en font des compagnons appréciables pour la cuisine moderne.

Haris Antoniou du Domaine Evharis montrant ses champs de syrah.


Notes

L’alphabet grec était très différent de l’alphabet latin, la transcription des mots peut donc différer d’un auteur à l’autre. C’est ainsi qu’on écrit roditis ou rhoditis, agiorghiotiko et agiorgitiko et Kutsi Koutsi…

L'âne: c'est en observant l'âne que le vigneron d'autrefois a découvert qu'il fallait tailler la vigne afin de la contrôler et qu'elle nous produise ses plus beaux fruits.

Ce voyage a été fait à l’invitation de Sofia Perpera directrice de All About Greek Wine et grâce à la collaboration du Hellenic Foreign Trade Board (HEPO) et de National Organisation of the vine and wine of Greece. Sofia nous a permis de rencontrer de nombreux producteurs de talent et de découvrir des centaines de vins de ce merveilleux pays. 

Pour en savoir plus sur les vins de ce pays
Un livre: The Wines of Greece, Konstantinos Lazarakis, Classic Wine Library.

Des sites Internet:
www.allaboutgreekwine.com
www.winesfromgreece.com
www.winesfromgreece.gr
www.greekwinemakers.com

Les vins grecs à la SAQ, à la LCBO.

Importation de vins grecs au Canada:
Kolonaki Group

Oenopole

Des vins grecs à Vin Québec...