Provence

Château La Lieue 2007

Coteaux Varois en Provence
Un très bon vin bio aux arômes délicatement fruités, des fruits écrasés. Une note de terre, d'humus ou de champignon à l'aération. L'attaque est fruitée, un fruité jeune sur une belle structure. Les tanins sont bien enveloppés par ce fruit. Une belle consistance. Les saveurs persistent assez longtemps. Digeste. Servir frais à 14 °C.
Assemblage : grenache, carignan et mourvèdre.
La contre-étiquette dit «il libère des arômes de terroirs argilo-calcaires de l'arrière-pays de la Provence»!
Alc. 13,5 % Certifié AB, Ecocert.

3 étoiles
Prix: 
13,55 $

Pétale de Rose 2007

L'été arrive, c'est le temps du rosé. Cette couleur est à la mode. En Hollande, on vend maintenant du Porto rosé ainsi que de la bière rosée!

Depuis quelques années, le rosé revient en force. C'est le cas aussi au Québec. Ces vins recommencent à être populaires ici. Il faut dire que depuis trois ou quatre ans, la qualité s'est énormément améliorée. On va d'ailleurs en voir de plus en plus sur nos tablettes. Il y en a déjà près de 80 de répertoriés sur le site de la SAQ.

Les rosés avaient la réputation fort méritée d'être de faibles jus de fruits fortement alcoolisés. La plupart laissaient un fort goût d'alcool en bouche.

Ce n'est plus le cas pour plusieurs d'entre eux. Certains atteignent un bon niveau de qualité et procurent un réel plaisir. Je vais vous en présenter quelques-uns au cours des prochains jours.

C'est le cas de ce Pétale de rose, Côtes de Provence, d'un rosé plutôt pâle, saumoné. Floral, assez aromatique. D'un joli gras, il a des saveurs de fruit et de caramel. Ample et d'une certaine complexité.
Régine Sumeire et son équipe du Château La Tour de l'Évêque y mettent cette année les huit cépages du domaine: syrah, grenache, cinsault, rolle, sémillon, ugni blanc, cabernet sauvignon et mourvèdre.
Alc. 13,5 %. Accords à 14 °C avec grillades de volaille sur barbecue, les poissons, homards, fruits de mer, les sauces blanches, jambons et salades.

2.5 étoiles
Prix: 
17,45 $

La Bastide Blanche Bandol 2004

Un bandol vraiment costaud, minéral, crayeux. Une petite note végétale. Des tanins fermes et encore un peu durs. À carafer ou à mettre en cave.
Mourvèdre (60 %), grenache (15 %) et cinsault (15 %).
«Les méthodes de culture restent très traditionnelles avec des labours fréquents, une fertilisation organique et aucun emploi de désherbant chimique.»

3 étoiles
Prix: 
22,85 $

Vivonne 2003

Attention, vin sérieux!
Il est toujours difficile de bien juger un vin. Dans une séance de dégustation, on peut en tester 4, 10, 40, voire plus. On va un peu vite. Une gorgée, deux gorgées, on crache et on passe au suivant. Les tanins s'accumulent, un vin en cache un autre. Un vin plus délicat à côté de vins costauds et il paraîtra fluet.

Un bourgogne entre des vins du Nouveau Monde sera difficile à apprécier.

Ce bandol a été dégusté à côté d'un de ses cousins le Pradeaux. Il a bien fait, assez bien paru, mais il paraissait plus simple et moins sérieux que l'autre.

Mon collègue Alain m'a alors suggéré d'apporter le reste de la bouteille et de le goûter de nouveau le lendemain.

Le soir il avait des arômes de fumée et de cendre. Une bouche tannique, granuleuse, des saveurs de bonbons en finale. Sec et un peu asséchant.

Le lendemain, je sors la bouteille du frigo et je m'en vide un grand verre que je laisse à peine tempérer. Oh surprise! Des saveurs de poivre et d'épices douces. Un délice. Des tanins bien enrobés, un fruité éclatant. Toutes les composantes sont maintenant bien intégrées. Puis, il a bien accompagné les bruschettas.
Donc, un vin qu'il faut aérer et même servir froid.
Élevage en foudre de 50 hls. pH 3,63. Alc. 13 %. Cépage mourvèdre.
Bandol, Provence.

3.5 étoiles
Prix: 
27,60 $

Pradeaux 2001

Il n'y a pas de grands vins, mais seulement de grandes bouteilles! Cette maxime se confirme encore ici. Il y un an, une bouteille de ce vin nous a énormément déçus. Nous avions même détesté le vin. Cette fois-ci, c'est du grand vin que nous découvrons dans cette bouteille.

C'est un bandol costaud, très tannique, certains le trouveront même astringent. Il a toutefois beaucoup de fruit pour soutenir tout ça. De toute manière, en mangeant les tanins se fondent en bouche. C'est encore jeune. Des saveurs de fruits noirs, de pruneaux sur une note de tabac. Très long.
Composé surtout de mourvèdre.

Un vin pour accompagner les plats riches, et pour mettre en cave.

4 étoiles
Prix: 
36,00 $

Trévallon 1999

À boire! Si vous avez des bouteilles de ce vin en cave, je vous suggère de les vérifier. Deux bouteilles goûtées hier laissent voir une évolution rapide. On est rendu sur le tertiaire ici avec des arômes de thé, de fougère et de raisins séchés. Certains y on trouvé des goûts de purée de tomates. La finale est sur les pruneaux secs. Un peu asséchant (ou asséché), très long quand même. Pour amateur de «très vieux vins».

En lisant mes notes, je me rends compte que j'avais déjà fortement suggéré en février 2006 de le boire sans tarder. Un de mes collègues qui nous l'a servi hier soir n'en avait pas tenu compte. En 2005, il était très bien.
C'est le 2000 qui est sur les tablettes de la SAQ.

3 étoiles
Prix: 
77,00 $

Domaine les Béates 2003

Des saveurs de noyaux, de pruneaux. Assez costaud, mais tout de même raffinées. Des tanins lisses. Malgré son degré élevé de 14,5, il n'est pas alcooleux. Il a suffisamment de matière pour intégrer tout cet alcool. Un vin compact, concentré qui coule bien.
Grenache, syrah et cabernet sauvignon. Un rendement de 25hl/ha seulement. C'est peu, la plupart des producteurs de vins de qualité disent faire 45-50 hl/ha.
«Vin issu de raisins de l'Agriculture biologique, certifié Ecocert»
Appellation: Coteau d'Aix-en-Provence.

3 étoiles
Prix: 
23,95 $

Grande Toque 2004 Cellier de Marrenon

Nez de jeune vin intéressant aromatiquement. Mais en bouche ce vin du Lubéron est dur asséchant.

Prix: 
13,85 $

Nowat 2004

AOC Côtes-de-Provence, Dupéré-Barrera
Nowat pour sans électricité.
Un vin d'une belle complexité. Des arômes intéressants de fruit et d'argile. Il s'ouvre très lentement. Le mieux serait de le carafer. C'est net et rond en bouche. Il y a là beaucoup de fruits, un fruité gras et une petite note boisée bien intégrée. Les tanins sont assez fermes. C'est profond et d'une certaine classe.

On sent là le vin nature. D'ailleurs, les producteurs n'utilisent que les levures naturelles du raisin, peu de soufre, sauf au moment de la mise en bouteilles. «Pas de sucrage, d’acidification, d’ajout de nutriment azoté ni d’enzymes (...) aucun œnologue n’intervient sur ce type de vin».

Le vin représente un bon rapport qualité-prix, il est déjà bon, toutefois je suggère de la mettre en cave au moins deux ans.  Si vous ne pouvez attendre, le carafer alors une bonne heure.
1800 bouteilles en vente le jeudi 13 septembre.

3.5 étoiles
Prix: 
28,85 $

La Procure 2005 Dupéré Barrera

AOC Côtes-de-Provence
Des arômes de fruit. Un vin sérieux, assez strict aie-je noté, solaire et chaleureux. Un bel équilibre, minéral, aux saveurs de grenache qui persistent assez longtemps. Pas alcooleux malgré ses 14,5 ° d'alcool.

Il serait intéressant d'en mettre en cave deux ans pour voir l'évolution. 4200 bouteilles à la SAQ.

Accords: les boeufs et agneaux dans des sauces aux fines herbes.

Assemblage: grenache (40 %), mourvèdre (40 %), cinsault (10 %) et carignan (10 %).

3 étoiles
Prix: 
23,25 $

Vieux château d'Astros 2006

Un rosé pâle avec des nuances oranges. Un nez discret de fleurs. Une belle attaque aux saveurs de petits bonbons. Chaleureux et simple. 
Un rosé de saignée. Grenache à 60 %, le reste en syrah. Alc. 12,8 %.

2 étoiles
Prix: 
15,70 $

Saint-Saux 2005 Dupéré-Barrera

Emmanuelle Dupéré et Laurent Barrera en tournée de promotion au Québec nous présentent ce très beau vin. «C'est une expérience, nous disent-ils, nous voulions savoir ce que donnerait un vin rouge fait avec du cinsault, qui est plutôt utilisé en Provence pour faire du rosé. Saint-Saux est un jeu de mot pour cinsault, ce cépage très prolifique dont on dit qu'un seul plan peut remplir cinq seaux.»

Toutefois, Emmnanuel et Lucien limitent son rendement à 30 hectolitres à l'hectare pour donner ce vin qui s'ouvre par une attaque très fruitée, enrobante. Un rouge tout d'une pièce, original, coulant, frais, d'un bel équilibre, qui commence par le fruit et se termine sur une longue finale toujours fruitée.

Assemblage: cinsault à 98 % et d'un peu de grenache.
En importation privée chez le Maître de Chai.

3 étoiles
Prix: 
25,90 $

Château La Tour de l'Évêque 2006

Il n'y a que deux vins blancs des Côtes de Provence à la SAQ. Celui-ci est très aromatique avec ses notes de fleurs blanches et d'herbe tendre. C'est gras, une sensation huileuse agréable et fruité à souhait. Minéral, consistant et très sec. Une finale chaleureuse. Des saveurs fumées.

La productrice Régine Sumeire dit que cette saveur fumée est typique de son terroir qui se nomme Pierrefeu (pierre à feu). Voici donc un vin bien équilibré pour accompagner les plats de poissons grillés et fruits de mer. Alc. 14 %

Assemblage: rolle et sémillon. Pas de bois, seulement des cuves inox.
Le rolle serait identique au vermentino (vermentinu) utilisé en Corse et en Italie. Il donne des vins pâles et corsés en Provence. Il est aussi utilisé dans le Languedoc.

2.5 étoiles
Prix: 
17,95 $

Château Pradeaux 2001

Le vin se présente avec une odeur de soufre qui fort heureusement s’atténue à l’aération. En bouche, le vin est assez simple malgré quelques notes de chocolat et de tabac blond. Trois des quatre participants à la dégustation ont détesté ce vin. Est-ce qu’il est dans une mauvaise passe, une mauvaise période, ou est-ce une bouteille défectueuse? C’est en tout cas une grande déception. 

Prix: 
36,50 $

Pibarnon 2003

Une odeur presque repoussante au début: ferme, écurie, fumier… Il faut l'aérer fortement avant d'oser le mettre en bouche. Un de nos collègues trouvant l'odeur carrément horrible a mis plus de 10 minutes avant d’y goûter.
Du soufre, nez de réduction. Est-ce que ce serait dû aux bactéries brettanomyces? De toute manière à l’aveugle, on se doute bien que c’est un mourvèdre de Bandol.
Par contre, en bouche, le vin est très bon. Belle attaque, fruits chauffés. Structure sévère, serrée, et consistante. Jolie finale très longue. À carafer impérativement. À revoir dans quelques années, la mauvaise odeur s’estompera peut-être. Alc. 14 %

3 étoiles
Prix: 
39,75 $

Pétale de Rose 2006

C’est le printemps, il commence à faire chaud. Il est temps de sortir le rosé. Celui-ci est vraiment très appétissant dans sa version 2006.
Il est d’un rosé pâle avec une teinte bronze. C’est du plus joli effet dans un grand verre sur le patio. Il a un nez frais floral et fruité. Du petit bonbon en bouche, de belles saveurs de fruits et quelque chose qui fait penser à du caramel mou. Il n’est toutefois pas sucré. Il laisse une belle sensation, il coule bien. L’alcool n’est pas dominant, comme c’est trop souvent le cas des rosés. Il est aussi peu acide. Ne le servez pas trop froid, de 10° à 12 °C, pour bien apprécier toutes ses saveurs. Donc 2 h au frigo. En apéritif, avec la pizza, les pestos, les fruits, les poissons… Un côtes-de-provence rosé remarquable. Alc 12,8 %.

2.5 étoiles
Prix: 
16,95 $

Château La Gordonne, Les Marroniers 2003

On ne boit pas souvent de vins des Côtes-de-Provence. On devrait. Il y a là de belles choses. Comme celui-ci qui est d’un rouge moyen très brillant. Il dégage des arômes de muscade et d’épices fines. C’est un peu austère et plus resserré que les vins dits modernes qu’on boit tous les jours. Ça laisse une impression différente en bouche: un fruité cerise, une belle acidité, des tanins serrés, mais pas astringents. Des notes de fumée et de cuir. Je suggère de le carafer. D’ailleurs, ouvert après deux jours au frigo, il était encore meilleur!
Servir frais, à 15 °C, et vous imaginer en Provence.
Un domaine de 180 ha situés à Pierrefeu. Cépages: cabernet sauvignon, grenache et syrah.

3 étoiles
Prix: 
18,30 $

Mas de la Rouvière 2003

Des arômes de framboises mûres écrasées. Des tanins et du fruit qui collent aux molaires. Mafflu. Moins intéressant que le 2000. Le producteur écrit «Accompagne les poissons cuisinés au vin rouge, la cuisine marinée, le civet de lotte, le canard à l’orange, le feuilleté aux girolles.»

2 étoiles
Prix: 
24,85 $

Domaine Richeaume syrah 2004

Un joli vin des Côtes de Provence jeune, violacé et à la texture qui semble épaisse. Un vin gommant, plein, massif, surtout sur le fruit. Bien agréable.
Un vignoble en culture biologique.

4 étoiles
Prix: 
42,75 $

Trévallon 1996

Ce vin a vraiment mal tourné. En janvier 2005, j’avais trouvé ce vin délicieux avec ses saveurs d’asperges, de cuir, de plantes tropicales et son goût de zeste d’orange. Puis, il y a quelques mois, deux bouteilles nous ont vraiment déplu. Le vin était fini. Cette semaine, la même chose, il ne reste que cette saveur d’asperge, et ce goût très acide en bouche. Si vous en avez encore en cave, ouvrez-les. Il en reste encore peut-être des bons.

Domaine Saint André de Figuière 2004

Un côtes-de-provence au beau nez plutôt discret. Massif en bouche. Beaucoup de fruit et de tanins. Des tanins costauds, mais pas agressifs. Harmonieux. Une longue finale fruitée. Cépages : 60 % mourvèdre, 25 % carignan et 15 5 de syrah.

2.5 étoiles
Prix: 
26,00 $

Domaine de Trévallon 1999, Baux de Provence

Voici un vin très plaisant qui semble être déjà à son apogée. Il a de belles saveurs riches et un peu végétales. C'est un vin sérieux, rond, soyeux et plutôt souple. Je me serais attendu à plus de profondeur. Le vin est sur son plateau. Si vous en avez en cave, je vous conseille de le boire sans tarder. Ce vin fait à Baux de Provence n'a pas droit à l'appellation baux-de-provence parce qu'il contient plus de 20 % de cabernet sauvignon. De plus, le producteur ne voulait pas planter de grenache qui aurait mal poussé sur son vignoble situé sur le versant nord des Alpilles. Donc, son vin contient autant de cabernet sauvignon que de syrah.

3.5 étoiles

Château Tour de l'Évêque 2003, Côtes de Provence

De beaux arômes de cerise et de champignon. La cerise revient en bouche sur des tanins très fins. Le vin n'est pas très corsé, mais tout en finesse, suave. Une finale légère. Cépages: syrah et cabernet. Un bon rapport qualité-prix. ƒ

2.5 étoiles
Prix: 
18,00 $

Château Pradeaux 1995, Bandol

Voilà qui nous prouve encore que les bons bandols s'améliorent très bien en vieillissant. Ce 1995 a un beau bouquet de miel de sarrasin. C'est un vin d'une très belle texture. Il est à la fois riche et fin, rond et ample. Un bandol de grande qualité qui se termine sur une belle finale très longue. Le 2000 est disponible à 38 $.

4 étoiles

Pibarnon 1998, Bandol

Même après quelques années de cave, ce vin semble encore jeune. Le nez est discret avec ses petites saveurs d'avoine. C'est un bandol costaud, chaleureux et fruité. Il est un peu retenu, mais assez long. Il serait intéressant de la revoir dans trois ans. Les millésimes 1999 et 2001 sont encore meilleurs. Le 2001 est toujours disponible.

3 étoiles

Château La Tour de Lévesque, Cuvée noire et or 2000 Côtes de Provence 2000

Un beau bouquet de bonbons, de cuir et d'olives qui rappelle la syrah. L'attaque est fruitée. Le vin est assez gras, il a une assez belle texture, d'un joli grain. Il est chaleureux, un peu végétal. Il est somme toute assez complexe. Il se termine toutefois sur une finale végétale, sur une saveur de sureaux. Il est composé à 80 % de syrah et à 20 % de cabernet.

2.5 étoiles
Prix: 
49,00 $

Château Routas Pyramus Coteau-varois 2002

Un vin de Provence qui dégage de beaux arômes de cire et de miel. Les mêmes saveurs reviennent en bouche sur une structure à l,acidité dominante. Une belle finale très longue, que certains trouveront peut-être trop acide.

2.5 étoiles
Prix: 
18,00 $

Château de Pibarnon, Bandol 2001

Attention, il reste encore des bouteilles du millésime 2000 qui a moins bonne réputation que le 2001. Ce dernier est absolument formidable. Il est d’un rouge foncé opaque. C’est un bandol ample avec ses saveurs de cuir, de framboise, de mûre et de noyaux que donne le mourvèdre. Saveurs qui persistent d’ailleurs très longtemps en bouche. Voici un vin de garde à regoûter en 2010.

4 étoiles
Prix: 
44,50 $

Mas de la Rouvière 2000, Bandol

Pour connaître le cépage mourvèdre [le mataro du nouveau monde ou monastrell espagnol], comme on le fait en Provence, voici un Bandol bien typé à prix abordable. Complété de grenache et de syrah, on y retrouve le nez de fruits épicé [poivre] au caractère animal, viandeux, très fréquent dans les Bandol. En bouche, il est rond, assez gras, chocolaté, et un peu chaud [alcool], avec une finale légèrement végétale et assez persistante.

3 étoiles
Prix: 
26,35 $

Domaine de Trévallon 1999

Un vin de pays des Bouches-du-Rhône à ce prix! Oui, le producteur n'a pas droit à l'appellation baux-de-provence, puisqu'il ne respecte pas l'encépagement réglementaire de l'AOC qui limite à 20 % la présence de cabernet-sauvignon. Le rouge de Trévallon est composé à moitié de cabernet-sauvignon et de syrah. Ce vin dégage d'intenses arômes de cuir. Il se présente en bouche par une belle attaque tannique qui est suivie par une saveur végétale qu'un membre du groupe de dégustateurs a décrit comme étant une saveur de petits pois. C'est un vin costaud et assez long. Il devrait atteindre son apogée vers 2009.

3.5 étoiles
Prix: 
77,00 $
Syndiquer le contenu