La SAQ: encore moins transparente

C'est la Journée mondiale de la liberté de la presse!
La SAQ refuse de fournir la liste des produits ajoutés et enlevés de son répertoire des produits courants.

La SAQ dit qu'elle enlève des vins qui se vendent moins et les remplacent par des vins qu'elle espère vendre mieux. Des vins apparaissent et disparaissent régulièrement de la section des produits courants.

Quels sont les vins qui sont «délistés» et quels sont les vins qui les remplacent?
Peut-on avoir la liste?

Je fais une demande au service de presse de la Société des Alcools du Québec. Je demande la liste des vins retirés et ajoutés ainsi que leurs prix. On me répond que cela doit passer par le service d'accès à l'information.

Je fais donc le 2 avril une demande en vertu de la Loi d'accès à l'information pour avoir cette liste. On me répond le 3 avril que «dès maintenant, des recherches sont entreprises afin de retracer les documents demandés.» Et on me dit qu'en vertu de l'article 46 de la loi que j'aurai une réponse dans les 20 jours, soit avant le 22 avril.

Le 22 avril, je reçois une autre lettre me disant qu'on ne peut répondre à ma demande dans le délai de 20 jours. «Compte tenu de certaines contraintes, un délai supplémentaire de 10 jours est en effet nécessaire», écrit Mme Suzanne Paquin, secrétaire générale et vice-présidente des services juridiques de la SAQ. Mme Paquin ajoute «soyez assuré cependant que nous répondrons à votre demande au plus tard le 2 mai prochain.»

Le 2 mai: pas de réponse!

Le 3 mai, une lettre par Purolator signée de Mme Paquin me dit que «nous avons le regret de vous informer que nous ne pouvons vous communiquer le document demandé.»
Pourquoi?

«si ce document était dévoilé, cela risquerait vraisemblablement d'entraver des négociations en vue de la conclusion d'un contrat, de causer une perte à notre organisme, de procurer un avantage appréciable à une autre personne en plus d'avoir un effet sur une procédure judiciaire.»

On m'avise aussi que je peux demander à la Commission d'accès à l'information de réviser cette décision!

Étonnement!
Que de mal peut causer cette petite liste!
Entravez quelles négociations? Causer quelle perte? Donner un avantage à qui? Quelle procédure judiciaire?
Que veut cacher la SAQ et pourquoi?
En quoi cette liste serait dangereuse? Pour qui?

Loi d'accès à l'information et transparence de l'État
Dans son billet d'aujourd'hui, le président de la Fédération professionnel des journalistes du Québec, Brian Myles, souligne la Journée mondiale de la liberté de presse en demandant qu'on rafraîchisse la loi d'accès à l'information.

M. Myles lance un appel pressant à la première ministre, Pauline Marois, pour accroître la transparence de l'État. «Les journalistes... sont enfermés dans les dédales d'une bureaucratie gouvernementale qui considère malheureusement l'information publique comme sa chasse gardée.»

Le journaliste du Devoir écrit dans La Presse que «Les politiques de communication des organismes publics... posent une chape de plomb sur la presse

«Les lois d'accès à l'information, au Canada et au Québec, sont devenues des outils de contrôle de l'information à des fins politiques. Ces lois affirment que les documents des organismes publics sont accessibles à tous, sauf exception. Mais en pratique, les documents des organismes publics sont secrets, sauf exception.» La petite noirceur, Votre opinion, Brian Myles, président FPJQ, La Presse 3 mai 2013.

Pourquoi je demandais cette liste?
Mon hypothèse de départ est que la plupart des vins retirés du répertoire régulier de la SAQ sont des vins de moins de 15 $ et que la plupart des vins qui les remplacent sont des vins de plus de 15 $. Je veux tout simplement vérifier cette hypothèse.
Cette information serait donc, selon la SAQ dangereuse pour la SAQ et avantageuse pour quelqu'un!

Dans ses derniers appels d'offres, la SAQ demande des vins de plus de 15 $. Jusqu'au dernier appel d'offres, elle publiait les noms de certains vins retirés. Elle ne le fait plus!

Dans saq.com, l'on voit aujourd'hui qu'on a ajouté 20 nouveaux vins: 13 de 15 à 20 $, 4 de plus de 20 $ et seulement 3 de moins de 15 $.

Le nombre de vins de moins de 15 $ continue de baisser rapidement. Il n'y en a plus que 778 au 30 mai. On en a ainsi perdu 117 depuis le début de l'année. Pendant ce temps le nombre de vins plus chers continue d'augmenter.

Bouteilles vin 750 ml 12 janvier 2013 3 mai 2013
de moins de 15 $  895  778
de 15 à 20 $ 1635 1676
de 20 à 30 $ 2001 2115

 

Ajout 14 h.
On me signale que la SAQ n'a peut-être pas voulu fournir la liste à cause de la menace de recours collectif qui pèse sur elle. Bonne hypothèse!