SAQ, des hausses du prix du vin en perspective

La SAQ veut venir chercher 300 millions de dollars de plus dans nos poches en 4 ans.

Le collecteur de taxes a promis de remettre 865 millions de dollars au gouvernement en 2009. Il a donné 546 millions l'an dernier.
Dès cette année, les dirigeants de la SAQ espèrent faire des profits de 100 millions de plus. Le taux de change leur a été favorable. [Pas aux consommateurs.]
Selon le quotidien La Presse, pour aller chercher ces 865 millions, les ventes devront augmenter de 5,7 % et «les bénéfices, eux, devront augmenter à un rythme presque deux fois plus rapide.»
Ceci ne va pas réduire les craintes des consommateurs de vin.
Le président de la SAQ a pourtant promis dernièrement de réduire l'écart de prix avec l'Ontario. Comment va-t-il faire cela tout en haussant ses bénéfices?

Dans une entrevue à La Presse, le président Sylvain Toutant nuance maintenant sa promesse: «Est-ce que cet écart-là va toujours exister? Probablement que oui. Je suis bien candide là-dessus.»

Est-ce que l'élastique peut s'étirer jusqu'au milliard?

Hausser les taxes sur un produit de luxe, c'est louable. Cependant, le vin est de plus en plus considéré comme un produit de consommation courant. Jusqu'à quel point les consommateurs vont accepter ces hausses de prix? On paie déjà le vin le plus cher au monde.

Pour accroître ses revenus, est-ce que le gouvernement devrait plutôt hausser la TPS ou les impôts plutôt que de hausser le prix du vin?


La SAQ abaisse ses prévisions de profits, Maxime Bergeron, La Presse, 10 février
Rapport annuel de la SAQ - faits saillants [pdf]