Château la Tour de l'Évêque, Blanc 2017

Des aromes de fleurs et de miel sur une touche minérale. C'est très invitant.
Un beau fruité en bouche, assez gras, bien sec, minéral. Des saveurs rappelant un peu les poires. Acidité vive. Plus serré et plus sévère que le 2016. Longue finale.
Aérez et servez pas trop froid à 9-10 degrés. Doté d'une belle acidité, il se conserve quelques jours au frigo tout en s'améliorant.
Alors que le 2016, contenait 33 % de sémillon, celui-ci est 100 % rolle, c'est ce qui explique peut-être pourquoi le 2017 est plus mordant que le millésime précédent.
Cépage rolle à 100 % (vermentino). Vendanges manuelles. Enherbement de céréales après les vendanges.
Alc. 13,5 %. Sucre moins de 1,2 g/l.
En ligne (44) et dans 77 magasins.

    Cette maison fait aussi un très beau rosé.

2.5 étoiles
Prix: 
23,70 $

Granite, Domaine de l'Écu, Muscadet 2016

Un muscadet parfaitement délicieux.
Floral, savoureux, ample et riche.
Un fruité succulent sur une belle acidité.
On a un peu l'impression de gouter un vin fait avec des raisins botrytisés.
Des saveurs de litchi.
Longue finale grasse. Un réel plaisir à boire.
Servir à 8-10 degrés.
Il serait intéressant de le mettre en cave quelques années.
Cépage: melon. Vendanges manuelles. Trois hectares.
Domaine bio depuis 1975 et en biodynamie depuis 1998.
Alc. 12 %. Sucre moins de 1,2 g/l.
Dans 104 magasins.

3 étoiles
Prix: 
25,15 $

Vignoble du Rêveur, Pierres Sauvages 2016

Bouchon de verre recouvert d'une capsule de métal bien difficile à enlever et coupante. Attention de ne pas vous blesser.
Une fois cette étape désagréable passée, on découvre un très beau vin. C'est aromatique (poire).
D'un beau fruité ample sur une texture serrée.
C'est sec et vif.
Finale persistante sur les fruits blancs et le miel.
Producteur Mathieu Deiss. Pinot auxerrois, gris, blanc et noir.
Culture en biodynamie. 4 hectares.
«Vinification en foudre, sans correction ni levures du commerce, élevage d’un an sur lies. Mise en bouteille avec une très faible quantité de soufre.»
Alc. 13,6 %. Sucre 2,7 g/l.
Dans 122 magasins.

3 étoiles
Prix: 
20,35 $

Le vin c'est comme le camembert

Certains vieillisent bien; d'autres, moins bien.
Il en serait de même du camembert comme du vin!

Dernièrement, j'ouvre une bouteille d'un vin que j'ai aimé — Domaine Milan, Le Vallon 2010 — et il se révèle vraiment moins bon, et même mauvais. J'ai d'ailleurs publié mon compte-rendu sur cette bouteille dans la section des

J'écris alors au producteur pour lui signaler cela. Alors que certaines de ses bouteilles sont délicieuses, d'autres sont vraiment mauvaises. Une bouteille dégustée dernièrement dégageait de fortes odeurs de sueurs et d'écurie; ce qui semblait être l'oeuvre des Brettanomyces. Un lecteur me dit avoir dû retourner 3 bouteilles de ce même vin. Comment expliquer cela?

Le producteur, M. Henri Millan, (Domaine Milan) me répond la journée même. Sa réponse est vraiment délicieuse. Là voici.

Cher Marc-André, j’apprécie toujours votre action au service du bon goût.

  Pour autant, je suis assez surpris de votre question:

  En effet lorsque vous laissez un morceau de viande ou un délicieux camembert vieillir au-delà du temps nécessaire à son épanouissement, je suis certain que vous n’accusez pas la vache d’avoir produit un mauvais lait ou le laitier de ne pas s’être lavé les mains.

 Vous savez ainsi comme moi que les plus belles choses ont une jeunesse, une adolescence, etc. et une mort.
  Et  malgré tous nos efforts en matière d’eugénisme, je n’ai pas encore trouvé le remède contre la mort.

 Certes, j’aurais pu à l’instar de Donald mettre une perruque dans mon vin.

  Certes, j’aurais aussi pu chercher du côté de Kim l’élixir de longévité idéal (quoi que le résultat laisse à désirer là aussi).

 Non j’ai seulement cherché à produire un vin le plus honnêtement possible.

  Et s’il a bien vécu vu les dizaines de milliers de bouteilles vendues, bues et appréciées de par le monde, il est comme vous et moi sujet à l’usure du temps qui passe.

 Je suis bien évidemment sincèrement désolé du désagrément provoqué chez nos amis québécois. Je les invite ainsi au domaine afin qu’ils puissent comprendre notre démarche et se faire une idée claire sur le vrai vin.

Henri

 

Le domaine Milan vent présentement le millésime 2014. La SAQ vent actuellement les millésimes 2010 et 2011 !

Com gat i gos 2016

Com gat i gos : comme chien et chat. Une étiquette étrange !
Le vin par contre est savoureux, exotique, aromatique, sec, original.
Doté d'une belle acidité, minéral avec une note salée.
C'est serré et d'une grande buvabilité.
Très bon.
Celliers Baronia del Montsant. Un domaine créé en 1998 sur des sols de schistes au pied du Montsant.
Cépages macabeu et grenache blanc. Appellation Montsant en Catalogne.
Alc. 13 %. Sucre moins de 1,2 g/l.
En ligne (42) et dans 130 magasins.

3 étoiles
Prix: 
17,95 $

Volpaia, Chianti Classico 2015

À la fois velouté et léger. Des tanins fins et ronds lui donnent un beau granulé.
Un vin suave, délicieux. De la belle matière.
Finale assez longue. Un beau millésime.
Très bon.
Sangiovese à 90 % complété de merlot. Vendanges manuelles.
Élevage 12 mois en grands futs.
Alc. 14 %. Sucre 1,8 g/l.
Dans 88 magasins.
 

3 étoiles
Prix: 
27,10 $ à la SAQ | 13 € en Italie

Pecchenino, Botti, Langhe Nebbiolo 2015

Un très bon nebbiolo typique.
De beaux aromes de fruits secs, de fleurs séchées sur une note de cuir.
Des saveurs de cerise en bouche. Des tanins bien marqués, sans être agressifs.
Suave. Très bon et assez persistant.
Alc. 13,5 %. Sucre 2,9 g/l.
Une production de 35 000 bouteilles.
Dans 96 magasins.

3 étoiles
Prix: 
29,00 $

Chablis 2017, Domaine Millet

Un chardonnay assez gras aux jolies saveurs d'abricot, de beurre et de miel.
C'est gouleyant, plutôt léger, délicieux et pas trop acide.
Bien bon.
Ne le servez pas trop froid à 10 degrés.
Élevage en cuve inox.
Alc. 12,5 %. Sucre moins de 1,2 g/l.
Une propriété familiale de 13 hectares.
Dans 96 magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
26,05 $ à la SAQ | 13,50 € en France

Cantina Falon - A Pa' 2016

Un vin rouge opaque, très fruité, avec une fine note végétale.
Un vin très jeune.
Une belle bouche ample et charnue.
Très fruité et soutenue par une belle acidité qui le rend très vivace.
Joli petit amer en finale. Délicieux.
Encore bien jeune et peut-être pour quelques années de cave.
DOC Montepulciano d'Abbruzzo. Rendement à l'hectare 80 hectolitres.
Élevage en cuve inox.
En commande privée auprès de l'agence Olkades.
 

3 étoiles
Prix: 
33,10 $

Stefania Pepe, Cuore di Vino Montepulciano 2006

Montepulciano d'Abruzzo DOC Biologique.
Un vin bien mature sur des aromes tertiaires.
Sèveux, encore serré, tout en étant bien élégant.
Savoureux. Très longue finale.
Un beau dépôt dans la bouteille.
Un vin des Abbruzes élevé en cuve inox. Très peu de sulfites.
Cépage 100 % montepulciano d'Abbruzzo.
En commande privée auprès de l'agence Olkades.
 

4.5 étoiles
Prix: 
101,28 $

Stefania Pepe, Pepe Rosso 2005

Des aromes de fruits confits. Très invitant.
Une belle bouche fruitée et ample sur de très beaux tanins.
Des saveurs de café. Bel amer en finale. Longue finale. Un vin complexe et vraiment bien fait.
Mature et pourrait faire encore 2-3 ans de cave.
Culture en biodynamie. Doc Montepulciano d'Abbruzzo.
Cépage 100 % montepulciano d'Abruzzo sur pergolas. Vendanges manuelles. Évelage en cuve de ciment.
Commande privée auprès de l'agence Olkades.

4 étoiles
Prix: 
121,76 $

Rosso di Montalcino 2015, Carpineto

Un 100 % sangiovese, léger, souple, coulant, gouleyant et bien agréable à boire.
Ce n'est pas un vin compliqué. Tout est en équilibre. Il se laisse boire sans façon.
L'année 2015 a donné de bien beaux vins en Toscane.
Bel accord avec les pâtes. Servir à 16 degrés.
Alc. 13,5 %. Sucre 2,2 g/l.
En ligne (40)  et dans 82 magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
23,95 $

Domaine Clipea, Chardonnay 2016

Un chardonnay de Tunisie, c'est plutôt rare!
Celui-ci dégage des aromes de fruits exotiques, d'ananas.
C'est très aromatique.
Des saveurs d'amandes grillées. Longue finale agréable.
Il a bien accompagné le homard.
Les Vignerons de Carthage. AOC Mornag. Récolte manuelle.
Bouchon synthétique Selectt Green 300 de Nomacorc qui ressemble beaucoup à du liège.
Alc. 13 %. Sucre 2,3 g/l.
Dans 54 magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
13,80 $

Domaine Milan Le Vallon 2010

Les risques des vins natures.
Celui-ci est retourné aux écuries.
Une bouteille bue en janvier dernier était très bonne, mais une autre ouverte la semaine dernière dégageait de fortes odeurs de sueurs et d'écurie.
Le producteur n'a pas ajouté de sulfites à la mise en bouteille et le vin n'a pas tenu.
Les brettanomyces ont fait leurs mauvaises oeuvres dégageant des odeurs phénolées.
Les magasins de la SAQ ne sont pas de bons endroits pour conserver ces vins peu sulfités. Il faut les conserver sous les 14 degrés Celcius. Les camions de la SAQ ne sont pas réfrigérés non plus; alors un transport à plus de 20 degrés peut faire proliférer les brettanomyces dans ces bouteilles peu protégées.

Il semble y avoir eu un réel problème pour ce vin, probablement d'un deuxième arrivage. Un lecteur qui adore les vins de ce producteur dit avoir retourné 3 bouteilles défectueuses de ce millésime.
Il en reste encore dans quelques magasins. À éviter.
 

Brettanomyces

Communément appelé brett, des levures (champignons) qui donnent une odeur d'écurie, de ferme, de médicament, de caoutchouc brulé au vin. On en retrouve de plus en plus à cause du réchauffement climatique et de la diminution des quantités de soufre utilisées pour protéger le vin. Ces odeurs animales masquent le fruit. Voir aussi nos articles Brett ou pas et Les odeurs d'écurie dans le vin.

Prix: 
25,00 $

Quails' Gate Chenin Blanc 2017

Un vin blanc de la Colombie-Britannique très floral.
Très sec, vif et plutôt sévère en bouche.
N'a pas la rondeur des chenins de la Loire, mais c'est tout de même un bel essai.
Finale assez longue, mais un peu dure.
Il contiendrait aussi un peu de sauvignon.
Capsule à vis.
Alc. 14 %. Sucre 3,3 g/l.
Dans 64 magasins.

1.5 étoiles
Prix: 
20,95 $

Jean-Luc Colombo, Cornas, Terres Brûlées 2015

Un cornas encore bien jeune.
C'est costaud, riche, ample, consistant et robuste.
Le fruité est ample, les tanins bien pressent. Ça donne un vin massif.
Un nez profond de fruits rouges.
Assez persistant.
Devrait devenir plus aromatique et plus savoureux au cours des prochaines années.
Sucre 2 g/l.
C'est cher, les cornas ne sont pas donnés!
En ligne (49) et dans 97 magasins.

 

3.5 étoiles
Prix: 
72,25 $

Barolo Riserva 2008, Batasiolo

Très aromatique, expressif, café, cuir, herbe sèche et foin.
Teinte orangée. Bien en bouche, jolies saveurs de chocolat brun et de café sur un fruité fin.
Tanins bien intégrés au fruit.
Suave, sèveux et serré.
Longue finale chaleureuse sur les petits fruits, le thé et les oranges. Cépage nebbiolo.
Alc. 15 %. Sucre 2,2 g/l. (3 à la LCBO).
Pour encore quelques années de cave.
En ligne (43) et dans 125 magasins.
   D'autres vins de ce producteur...

4 étoiles
Prix: 
37,25 $ à la SAQ | 39,95 $ à la LCBO

Governo 2016

Un vin de type ripasso. On a ajouté une partie de raisins passerillés de sangiovese pour lancer une seconde fermentation lente.
Le résultat donne un vin aux notes fumées très expressives.
D'une belle texture au granulé fin. Assez longue finale.
Agréable et facile à boire.
Sangiovese à 100 %. IGT de Toscane de la maison Bertani.
En ligne (28) et dans 106 magasins.

2 étoiles
Prix: 
19,00 $

Dehesa La Granja 2008

Un troisième retour dans ce même millésime 2008.
Un vin à la texture veloutée, parfaitement délicieux.
C'est rond, harmonieux et gouleyant.
D'un équilibre parfait entre le fruité, l'alcool, les tanins et l'acidité.
Des aromes de petits fruits et de cuir.
Un réel plaisir à boire.
Du dépôt dans le fond de la bouteille.
Tempranillo 100 %. Deux ans dans du chêne américain.
Un immense domaine de 800 hectares (partiellement en vigne) en Castilla y Leon. Du groupe Pesquera.
Alc. 14 %. Sucre 1,6 g/l. Bio non certifié.
Possiblement pour quelques années de cave encore.
Commenté aussi en 2015.
Dans 69 magasins.

3.5 étoiles
Prix: 
21,10 $

Tons, Duorum 2016

Un très bon rapport qualité/prix.
Nez discret de fruits rouges.
Une bouche ferme, bien texturée, ample et charnue.
Tanins bien intégrés au fruit.
Une texture bien serrée et ferme.
Finale sur des saveurs rappelant les framboises.
Pour accompagner des plats costauds.
Servir à 16 degrés.
Vendanges manuelles. Touriga national 50 %; touriga nacional 30 % et tinta roriz 20 %.
Égrappage et foulage en douceur dans des lagares robotisées en acier oxydable. Élevage 6 mois en barrique de chêne français de 225 à 300 litres d'un et deux ans d'âge.
Bouchon de liège aggloméré. Alc. 13,5 %. Sucre 2,1 g/l.
Dans 125 magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
13,70 $

Savoie, Apremont, Cuvée gastronomique, Jean Perrier et Fils 2017

Ce vin est fait du cépage jacquière. Il n'y a que trois vins de ce cépage à la SAQ.
C'est un cépage typiquement savoyard.
Ce vin a de beaux aromes floraux complétés de notes d'herbe, de fruits tropicaux et de melon.
En bouche c'est sec, vivace, net, droit, tonique et bien serré. D'une belle présence.
De jolies saveurs de fruits blancs et légèrement mentholés.
Longue finale.
Servir frais à 8 degrés. Jacquière en vendanges manuelles.
Bouchon de plastique.  Alc. 11,47 %. Sucre 3,6 g/l. Acidité 4,3 g/l. pH 3,2.
Dans 94 magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
17,05 $

Clos Bagatelle, Saint-Chinian rouge 2017

Un vin très aromatique, fruits rouges et fines herbes.
Une attaque ample, fruitée et épicée. Texture presque charnue.
Des saveurs de feuilles de laurier et de sauge sur des tanins ronds.
Longue finale sur le fruit rappelant les framboises avec un petit amer et des notes de sauge.
Syrah 30 %; grenache 30 %, mourvèdre 30 % et carignan 10 %.
Alc. 13,5 %. Sucre 2,1 g/l.
En ligne (19) et dans 286 magasins.

2 étoiles
Prix: 
12,60 $

UN VIN SEC... SUCRÉ

Pourquoi un vin sec peut-il sembler sucré?
«Je goute un vin rouge et il me semble sucré. Pourtant, le site de la SAQ indique qu'il ne contient que 2,8 grammes de sucre au litre! Pourquoi, ce vin me parait-il sucré?»

C'est une question très intéressante qui m'est posée.
Il y a plusieurs réponses à cette question. En effet, un vin sec peut sembler sucré.

On dit qu'un vin est sec lorsqu'il contient moins de 4 grammes de sucre au litre. Toutefois, un vin peut contenir peu de sucre et sembler sucrer; alors qu'un autre peut en contenir plus et sembler moins sucré.

La sensation de sucré varie principalement selon la quantité d'acide; de résidus de levures, de la glycérine et d'extrait de bois. On parle alors de sucrosité, d'onctuosité ou de gras.

Acidité et sucre
La sucrosité ou la sensation de sucré dans le vin dépend en premier de l'équilibre entre le sucre et l'acide. L'acidité atténue la sensation sucrée. Ainsi, un vin dont le taux de sucre est de 6 grammes et le pH de 3,2 pourra paraitre plus sec qu'un autre vin qui contient 3 grammes de sucre, mais un pH de 3,6. Le premier ayant une acidité double du deuxième paraitra bien plus sec. Plus un vin est acide, plus il pourra contenir de sucre sans paraitre sucré. Par contre, s'il est peu acide, il ne faudra que peu de sucre pour le faire paraitre sucré à bien des dégustateurs.

Glycérine et sucre
La glycérine (glycérol) est le troisième élément en quantité dans le vin après l'eau et l'alcool. Elle a un gout sucré, mais n'est pas du sucre, donc n'est pas calculée comme étant un sucre réducteur.

Bois et sucrosité
Le bois, le chêne et particulièrement les copeaux de chêne ajoutent une sensation sucrée au vin. Ils émettent des molécules, des quercotriterpénosides, qui communiquent une sensation sucrée au vin.

Levures et sucrosité
Les levures ou plutôt les levures mortes donnent un gout sucré au vin. C'est une sucrosité sans sucre comme le dit le chercheur et oenologue Axel Marchal. Les peaux de levures mortes contiennent la protéine Hsp12 qui procure un gain de saveur sucrée. Plus un vin contiendra d'alcool, plus on aura dû utiliser de levures et il contiendra alors plus de résidus de levures, donc il pourrait paraitre plus sucré. Des commerçants vendent maintenant des peaux de levures mortes séchées (appelées écorces de levures ou autolysats de levures ou mannoprotéines levuriennes ou encore levures inactivées spécifiques) pour les producteurs qui veulent accroitre la sucrosité de leur vin sans faire monter le taux de sucre. Ces résidus de levures donnent aussi de la rondeur au vin. Elles ont pour nom: Optilees, Exelies...

Extrait de tanins
Les extraits de tanin ajoutés au vin peuvent aussi ajouter une dose de sucrosité au vin.

Sucre réducteur et sucre résiduel
La SAQ comme la LCBO indiquent dans leurs sites internet le taux de sucre réducteur, c'est-à-dire la quantité de sucre fermenticide. Mais ce n'est pas la quantité totale de sucre résiduel. Il faut ajouter à cela les autres sucres non réducteurs, soit jusqu'à 1,7 gramme par litre. Il est à noter que les quantités de sucre données par la LCBO sont souvent plus élevées que celles données par la SAQ. Pourtant, les deux laboratoires disent utiliser la même méthode d'analyse du sucre: le test de Fehling!

Autres sucrosités
À cela, il faut ajouter des techniques de vinification qui peuvent ajouter de la sucrosité au vin: vinification prolongée; macération à froid; ajout de gomme arabique; certaines levures; microbullage; élevage sur lies; élevage sous bois...

En conclusion, on peut dire que le taux de sucre n'est pas un indice absolu de la sucrosité perçu dans le vin. Il y a plusieurs autres molécules que celles des sucres qui peuvent donner de la sucrosité au vin.

________

Faustino I, Gran Reserva 2006

Ce Gran Reserva du millésime 2006 vient d'arriver dans les succursales de la SAQ.
C'est un vin mature aux belles notes de café.
Le boisé est fin, floral et agréable comme savent le faire les producteurs espagnols.
La texture est fine, presque élégante, racée, souple, vivace. Ce qui donne un vin plaisant à boire. Le vin est tonique.
Cette bouteille contient un vin plutôt mature. Il faut faire attention avec le Faustino I car j'ai constaté souvent par le passé une grande variabilité d'une bouteille à l'autre. Comme on dit, il n'y a pas de grand vin, mais seulement de grandes bouteilles. Celle-ci est assez grande et fort plaisante pour le prix.
Il aurait fait 25 mois en futs, 80% des futs de chêne américains de la Virginie de l’Ouest et 20% dans des futs de chêne français des Vosges et un affinage en bouteille d’un minimum de 36 mois.
Tempranillo 92% , Graciano 8%. Certaines années, il peut contenir aussi un peu de mazuelo (carignan).
Selon les gouts, servir plus ou moins frais frais. Je l'ai préféré à 16 degrés ce qui accentue son fruité; à 14 Celsius, les tanins sont aussi amplifiés.
Il pourrait peut-être faire encore quelques années de cave.
Sucre 1,9 g/l. Alc. 13,5 %. Appellation Rioja.
Dans 142 magasins, dont 5 SAQ-Dépôts.
    Voir les commentaires sur des millésimes précédents...

3 étoiles
Prix: 
28,45 $ à la SAQ | 16 € en Espagne

Château de L'Ou, Roussillon 2016

La qualité des vins du Roussillon s'est beaucoup améliorée ces dernières années.
Il y en a une cinquantaine à la SAQ. Plusieurs sont biologiques.
Celui-ci est délicieux.
C'est fait de syrah (80 %), de grenache et de mourvèdre.
On sent et goute les épices de la syrah. La texture est lisse et coulante.
Le vin est juteux et assez ample. Gouleyant et parfaitement délicieux.
Alc. 15 %, mais on ne le perçoit pas. Sucre 2,3 g/l.
Vendanges manuelles. Élevage en cuves inox.
En ligne (4) et dans 74 magasins.

3.5 étoiles
Prix: 
20,65 $ à la SAQ | 9,50 € en France

Givry 1er cru, Clos Salomon 2016

Un pinot d'une grande pureté, d'un fruité fin qui rappelle un peu les cerises.
Très aromatique et expressif.
C'est frais, coulant, agréable sur des tanins fins.
C'est juteux et plaisant.
Longue finale sur les petits fruits rouges.
Prêt à boire. Servir à 15 degrés.
Vendanges manuelles. Aucun levurage.
Clos Salomon, un petit domaine de 7 hectares.
Dans 92 magasins.

3.5 étoiles
Prix: 
48,25 $ à la SAQ | 29,50 € en France

Peraclos 2014

Appellation Montagne Saint-Émilion
De beaux aromes de fruits rouges et noirs, accompagnés de note végétale et terreuse se dégagent de ce beau vin de Bordeaux.
L'attaque en bouche est d'un fruité ample. De beaux tanins sur une structure assez charnue.
C'est enveloppant. Et ça se termine sur une belle longueur fruitée.
Merlot à 80 % complété de cabernets. Microoxygénation et élevage 80 % en cuve inox et béton époxy. Le bouchon de liège est original. Il est formé de liège nature nature aux deux bouts et de liège aggloméré au centre.
Alc. 13,53 %. Sucre 0,7 g/l. pH 3,62.
Servir à 15 degrés.
Les 200 vignerons de la cave coopérative des Vignerons de Puisseguin Lussac Saint-Émilion ont 1150 hectares de vignes dans le Saint-Émilionnais.
En ligne (12) et dans 102 magasins.

3 étoiles
Prix: 
20,40 $

Château Lamartine Merlot, Castillon Côtes de Bordeaux 2016

Vendu exclusivement dans les magasins SAQ-Dépôts.
Il y a actuellement un peu plus de 100 vins que la SAQ n'offre que dans ses magasins dépôts.

Des aromes et saveurs de fruits noirs. Un beau fruité assez ample.
Un vin sec, légèrement velouté et assez charnu. Tanins ronds.
Finale fruitée accompagnée d'une fine note végétale.
Merlot à 85 % complété de cabernet sauvignon.
Élevé en cave de ciment pendant 18 mois.
Alc. 13,5 %. Sucre 2,4 g/l.
Servir à 15 degrés.
Dans 9 SAQ-Dépôts.

 

2.5 étoiles
Prix: 
17,40 $

Fleurie, La Madone, Domaine Chamonard 2016

Un beaujolais original, très aromatique, floral, violette.
Très beau fruité, juteux. Les aromes de violette reviennent en rétroolfaction.
Très longue finale fruitée et florale. Délicieux.
Gamay en vinification naturelle.
Servir à 14 degrés.

Alc. 12,5 %. Sucre 1,5 g/l.
Dans 23 magasins.

3 étoiles
Prix: 
34,75 $ à la SAQ | 24,90 € en France.

Une étrange étude sur l'amélioration du modèle d'affaires de la SAQ

Le gouvernement du Québec a commandé une étude pour améliorer le modèle d'affaires de la Société des alcools du Québec.
 
C'est la firme Price Waterhouse Coopers (PwC) qui a remporté le contrat et a facturé 182 500 $.
 
L'étude qui a débuté le 7 juillet devait être publiée avant le déclenchement des élections. Elle a plutôt été publiée vers la fin de la campagne électorale. Je crois comprendre pourquoi.
 
Le gouvernement demande d'étudier des scénarios pour une amélioration du commerce de l'alcool au Québec «identification et analyse des scénarios d'évolutions possibles du modèle d'affaires.»
 
Le ministre des Finances Carlos Leitão disait en point de presse :
«Est-ce que ça va être une privatisation totale, partielle, ou pas du tout, il va falloir d’abord faire cet examen. Nous n’avons jamais été fermés à aucune possibilité. [...] Nous allons voir après l’analyse. Il
faut regarder les conséquences d’un changement de modèle d’affaires d’un point de vue de l’économie, de la santé publique, de la sécurité publique et pour les employés. Il y a plusieurs aspects à considérer». (Tel que cité dans le journal Le Soleil du 31 mai.)
 
Alors, la firme PwC se met à l'oeuvre et étudie au départ 14 scénarios possibles allant de la privatisation à l'optimisation en passant par la concurrence et les alliances.
 
Puis, après analyse, elle décide de ne conserver que 3 scénarios.
 
Elle refuse d'étudier celui de la privatisation disant que cela nécessite un changement législatif du gouvernement fédéral. «Scénario de privatisation complète (1.a) , similaire au modèle français – Ce scénario où le gouvernement se retire de l’ensemble des activités du commerce de la boisson alcoolisée n’est pas possible, puisqu’il requiert un changement législatif au niveau fédéral. En effet, la Loi sur le commerce des boissons enivrantes fédérale stipule l’obligation des autorités provinciales de faire minimalement l’importation des boissons alcoolisées.»
 
Pourtant, une loi — même fédérale — ça se change. Le fédéral a déjà d'ailleurs modifié cette loi pour permettre le transport de vin par les particuliers d'une province à l'autre.
 
Donc, exit la privatisation! Que reste-t-il? Trois scénarios :
Scénario 1 : Privatisation partielle – vente des activités du commerce de détail et de la distribution;
 
Scénario 2 : Essaimage d’une partie de la SAQ et entrée d’un ou plusieurs compétiteurs;
 
Scénario 3 : Ouverture des lignes de produits exclusives de la SAQ aux détaillants autorisés (épiceries et dépanneurs);
 
 
Le scénario 1 est celui adopté par l'Alberta en 1993.
La SAQ se retire complètement de la vente de détail. Toutefois, elle continue de monopoliser l'importation, la liste des produits, les prix, le contrôle de la qualité...
 
Le scénario 2, dit «essaimage» est un système mixte où la SAQ vend seulement une partie de ces succursales, mais conserve des succursales ainsi que l'importation et la gestion des prix.
 
Le scénario 3 permet aux dépanneurs de vendre des produits de la SAQ et la SAQ gardent toutes ses succursales, en plus de conserver l'importation et la détermination les prix. Les auteurs disent que la SAQ donnera un escompte de 12,2 % aux dépanneurs, mais ajoutent du même coup que leur marge habituelle est de 28 %; donc ils estiment que les dépanneurs vont vendre plus cher que la SAQ. Ils affirment ainsi qu'un vin vendu 10 $ dans une succursale de la SAQ sera 11,24 $ au dépanneur!
 
Les auteurs de l'étude disent que le scénario 1 ne garantit pas une baisse des prix, mais des dégradations de conditions de travail des employés de la SAQ.
 
Le scénario 2 serait moins pire que le 1, selon eux.
 
Le scénario 3 serait le pire. «Bien que les consommateurs bénéficient d’aspects très positifs comme une augmentation de l’accès au réseau, les impacts négatifs pour les succursales de la SAQ (perte de valeur significative de l’actif) et les emplois en général sont majeurs.»
 
Ils prétendent aussi que si on appliquait ce scénario 3, des succursales de la SAQ pourraient devenir des cavistes. «Pour se différencier des épiceries et dépanneurs, la SAQ pourrait vouloir se spécialiser, comme mentionné ci-dessus. Dans certains cas, en adoptant le modèle de “cavistes ”»!
 
Ces scénarios sont comparés au statu quo.
 
Les auteurs de l'étude imposent donc trois prérequis: la SAQ conserve dans tous les cas l'importation; la gestion des prix et le choix des produits. Donc, trois éléments importants qui doivent rester au statu quo.
 
Les auteurs de l'étude en arrivent ainsi à la conclusion que le meilleur scénario est... le statu quo.
«Nos travaux démontrent que tous les scénarios de privatisation et d’augmentation de la concurrence présentent une proportion significative d’impacts négatifs lorsqu’ils sont comparés au statu quo.»
 
L'étude oublie complètement le scénario de la libéralisation proposé par plusieurs au Québec, dont le professeur Frédéric Laurin (Voir Monopole Inc, juin 2016 et Plan cavistes ).
 
À plusieurs reprises dans le rapport, les auteurs mentionnent qu'ils ont eu peu temps pour le préparer.
Ainsi, au sujet de l'Alberta, ils notent que depuis la privatisation, le nombre de points de vente est passé de 208 à 1497; que le nombre de produits est passé 2 200 à 24 000. Ils oublient toutefois de mentionner que le dividende annuel du gouvernement albertain a doublé depuis. Donc, le gouvernement fait deux fois plus d'argent en ne gérant plus la vente au détail de l'alcool.
Les auteurs notent aussi que le prix du vin a fortement augmenté en Alberta, ainsi que les taxes sur l'alcool, mais ils ne font pas de lien entre les deux!
 
Ils mentionnent aussi qu'il est difficile de prévoir le mouvement des prix de l'alcool.
 
Le prix de l'alcool au Canada est fortement tributaire des taxes (y compris dividendes).
Un vin vendu 15 $ c'est 10 $ de taxes, un spiritueux de 25 $ c'est 20 $ de taxes et dividende. Alors, si on veut jouer sur les prix, il faudra jouer aussi sur les taxes et dividendes.
 
Les auteurs qui disent avoir eu «la collaboration exemplaire de la SAQ pour répondre à nos demandes d’informations», disent que «la prudence est donc de mise avant de procéder avec des changements importants dans le modèle d’affaires de la SAQ.»
 
Les auteurs terminent ses 98 pages en disant qu'il faudrait faire d'autres études sur le sujet.
 
Une étude de 180 000 $ qui devait nous aider à améliorer le commerce du vin au Québec nous dit de ne rien faire. N'est-ce pas payer bien cher pour avoir si peu?
 
_______
Évolution du modèle d’affaires de la SAQ
pwc pour le ministère des Finances du Québec, 12 septembre 2018
 
Voir aussi les commentaires du professeur Frédéric Laurin sur ce qu'il qualifie de document bâclé et écrit à la va-vite.
 

Syndiquer le contenu