Terrazas Cabernet Sauvignon Reserva 2015

Des arômes de fruits et d'olives et une note végétale et terreuse.
Un vin costaud, corsé. D'une belle présence tanique.
Un beau fruité.
Longue finale gustative.
Bien fait.
À servir à 15 degrés avec les pizzas champignons et olives.
Alc. 14 %. Sucre 2,6 g/l.
En ligne et dans plus de 100 magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
21,35 $ à la SAQ | 19,95 $ à la LCBO

La Vieille Mule rouge 2016

Joli nez de petits fruits chauds et de violet.
Belle bouche sur un fruité épicé.
Des saveurs de fruits frais et de réglisse.
D'une belle fraicheur, peu tanique, sèveux.
Longue finale juteuse.
Grenache noir à 100 %.
Vendanges manuelles. Élevage en cuve béton.
Mise en bouteille avec soupçon de gaz et peu ou pas de SO2.
Servir frais à 14 degrés.
Bouchon aggloméré. IGP Côtes Catalanes. Producteur Jeff Carrel.
Alc. 14 %. Sucre 2,2 g/l.
En ligne (11) et dans 108 magasins.

3 étoiles
Prix: 
16,30 $

Cabral Blanc Reserva 2016

Le Portugal montre encore ici sa capacité de faire de bon vin à bon prix.
Ce vin blanc est floral et minéral.
D'une belle bouche au fruité agréable.
C'est savoureux, fin et sec.
Parfaitement délicieux.
Cépages: viosinho, arinto, rabigato et gouveio.
Ne le servez pas trop froid à 10 degrés.
Alc. 13 %. Sucre 2,2 g/l.
En ligne et dans plus de 100 magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
13,95 $

Otoñal Joven, Rioja 2016

Un nouvel arrivage avec une nouvelle étiquette et encore meilleur.
Étonnant de qualité pour ce vin de moins de 12 $.
C'est très aromatique. Fruits frais intenses.
La bouche est fruitée, fraiche, coulante et très agréable.
Le vin est rond, léger et facile à boire.
Du beau jus !
Un très bon rapport qualité/prix.
Tempranillo 100 %. Servir à 14 degrés.
Capsule à vis. Alc. 13 %. Sucre 1,9 g/l.
En ligne (49) et dans 194 magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
11,30 $

Indigena rouge, Parés Baltà 2015

Beaux aromes engageants de fruits et d'épices.
Belle attaque sur le fruit fin, frais et épicé.
Texture agréable. Tanins légers.
Belle présence en bouche, gourmand, suave et moyennement corsé.
Plutôt costaud. Finale ample et riche.
Un beau grenache noir du Pénédès (Catalogne).
Vin dit végétalien.
Alc. 14,5 %. Sucre 2,6 g/l.
En ligne (67) et dans 107 magasins.

3 étoiles
Prix: 
21,95 $

Tsipouro Tsililis

Une eau-de-vie de raisin très aromatique.
Il dégage de beaux aromes de fines herbes, de bergamote, de mastic, d'anis et de sapin.
C'est gras, sapiné, parfumé, costaud, corsé.
Un apéritif et un digestif original à servir dans un assez grand verre afin de profiter au maximum de ses aromes. Peut faire aussi un bon trou normand.
Un produit bien original.
Distillation de muscat de Hambourg, chardonnay, xinomavro et cabernet-sauvignon.
Dégusté au format de 200 ml.
Alc. 41 %.
Il n'y a que trois tsipouro à la SAQ.
En ligne (26) et dans 41 magasins.

Une suggestion de cocktail
 40 ml de Tsipouros; ¼ de citron; 10 ml de jus de citron; 3 cuillères de miel; 1 tomate cerise; une tranche de concombre et une feuille de romarin. Mettez le tout dans un verre Old Fashion et aidez-vous d’un pilon pour écraser le tout doucement. Ajoutez de la glace pilée et rajoutez la feuille de romarin avant de servir.

3 étoiles
Prix: 
32,00 $

Comment revendre une bouteille de vin au Québec

C'est une question qui m'est souvent posée. Comment revendre une bouteille de vin au Québec?

On m'écrit avoir reçu en cadeau une bouteille de vin de grande valeur; ou bien avoir hérité d'une cave à vin... et vouloir la revendre. Comment faire?

La vente de vin au Québec est d'après la Loi réservée au seul monopole de la SAQ. D'ailleurs le site de la SAQ dit bien que «La vente d'alcool à la bouteille est réservée à la SAQ et à ses agences, de même qu'aux titulaires de permis d'épicerie et aux titulaires de permis de production artisanale. Personne d'autre n'est autorisé à le faire.» (Foire aux Questions SAQ)

J'écris donc vendredi au service de presse de la SAQ pour avoir des précisions. On me répond de communiquer avec le Centre de relations de la clientèle. À ce service, on me répond en me donnant plutôt la politique de remboursement. Ce qui ne répond pas du tout à la question!

Je repose alors ma question: Comment vendre une bouteille ou des bouteilles de grande valeur reçues en cadeau?

À ma question, on me répond finalement ce matin:

En réponse à votre courriel, vous pouvez vous adresser au groupe Alfred.  voici le lien :
https://alfredsommelier.com/fr/alfred-accueil_fr/
Sincères salutations,
Centre de relation clientèle

Le groupe Alfred ! On en parle ici dans ce forum www.fouduvin.ca où des utilisateurs font part de leurs expériences avec cette compagnie.

La folie du rosé semble toucher presque tout le monde sauf les Canadiens

La consommation mondiale des vins rosés tranquilles est en constante augmentation depuis
2003, et ce dans un contexte de stagnation de la consommation globale de vins. C'est ce que nous dit la dernière étude de l'Observatoire économique mondial des vins rosés.

La consommation de rosé dans le monde est en hausse de 32 % depuis 2002. Pendant ce temps, la consommation de vin tranquille est stable.

Toutefois, il faut tempérer ces chiffres. En effet, la consommation de rosé varie énormément d'un pays à l'autre.

Ce sont les Tunisiens qui sont les plus grands amateurs de rosé. En effet, sept bouteilles sur dix consommées dans ce pays sont du rosé (21 millions de bouteilles).
Ils sont suivis des gens de l'Uruguay avec une bouteille sur deux (54 millions de bouteilles).

Les Français consomment aussi une quantité phénoménale de rosé. C'est une bouteille sur trois qui est rosée sur leurs tables. En fait, les Français boivent à eux seuls plus du tiers du vin rosé produit dans le monde. C'est un milliard de bouteilles de rosé. Par habitant, c'est la France qui est le plus gros consommateur de rosé; soit 15,7 litres par habitant. La France est le plus gros producteur de vin rosé au monde ainsi que le principal importateur de ces vins.

Aux États-Unis, en Allemagne, en Suisse et aux Pays-Bas le rosé représente 12 % de la consommation de vin tranquille. Au Royaume-Uni c'est 11 % (4 fois plus qu'en 2002) et en Espagne 10 % (en baisse). En Afrique du Sud, c'est 18 % et 16 % au Maroc.

Cette fièvre du rosé n'a pas atteint le Canada. En effet, le rosé ne représente que 3 % de la consommation de vin tranquille dans notre pays. Donc, seulement 3 bouteilles sur 100 achetées au Canada sont du rosé. C'est 20 millions de bouteilles.

Les Argentins non plus n'achètent pas beaucoup de rosé, soit comme nous 3 bouteilles sur 100. Les Chinois sont encore moins amateurs de rosé avec seulement une bouteille sur 100.

La production mondiale de vin rosé a été de 22,5 millions d'hectolitres en 2016, soit près de 3 milliards de bouteilles.

Source :  FranceAgriMer

Dans les magasins d'État de la province de Québec (SAQ), il n'y a que 198 rosés sur les 8500 vins actuellement offerts. La plupart (117) proviennent de France, dont 49 de Provence et 25 du Languedoc.

Si l'envie du rosé vous prend, consultez notre page des rosés de meilleurs rapport qualité/prix

Bordeaux boosté aux pesticides et au déni

Comment se fait-il qu'on utilise encore autant de pesticides cancérigènes pour faire du vin?

Les autorités continuent à autoriser la mise en marché de ces produits réputés dangereux!

Des vignerons sont de grands utilisateurs de ces produits que l'on dit maintenant cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques (CMR) et perturbateurs endocriniens.

Une équipe de la télé France 2 est allée faire enquête dans les vignobles de Bordeaux. Après un premier dossier présenté en 2016, l'équipe de l'émission Cash Investigation a voulu voir si la situation s'était améliorée dans le vignoble pollueur de Bordeaux. C'est la région viticole qui avec la Champagne épand le plus de pesticides en France.

Les révélations de l'émission de février 2016 avaient ébranlées la communauté vinicole. Des autorités ont fait des promesses: plus de transparence et moins de pesticides.

La nouvelle émission d'une heure trente intitulée Cash Impact et présentée le 28 février fait le tour du sujet.

Des pesticides dangereux on en utilise encore beaucoup; de la transparence très peu et beaucoup de promesses.

Il est intéressant de voir la réaction des autorités de Bordeaux et du ministre de l'Agriculture. On est dans le déni. On dit faire des progrès, on dit que c'est la faute du gouvernement qui autorise ces produits. On promet de faire mieux, mais tout en restant vague. On réagit en chipotant sur des détails du dossier. Pour ce qui est de la transparence, on peut toujours rêver.

Pourtant, il y a des vignerons qui font sans ces produits, qui sont en bio, même à Bordeaux et on se demande pourquoi les autres persistent dans leurs habitudes nuisibles à la santé et à l'environnement.

Pesticides : notre santé en danger. Émission Cash Investigation, France 2, 1 heure 37. https://youtu.be/wMur3yzqOQM

 

Qu'est-ce qui fera évoluer ces producteurs pollueurs?
Il ne faut rien attendre des autorités viticoles, ni des gouvernements, ni de l'industrie chimique, ni des scientifiques trop associés à l'industrie. C'est plutôt la pression populaire et la peur de perte de réputation qui seront probablement les principaux moteurs de changements dans le monde vinique de Bordeaux au cours des prochaines années.

Indigena Blanc 2016, Parés Baltà

Ça ne sent pas bon!
Au début, une légère odeur de bouchon. On brasse en espérant que ça va disparaitre. On goute pour voir. C'est fade, non savoureux et peu agréable. On pose le verre en se disant qu'on va y regouter dans quelques minutes. Dix minutes plus tard, l'odeur de liège est encore plus forte. Ce vin a donc été contaminé par des molécules de type TCA [trichloroanisole] qui lui ont donné ce qu'on appelle un gout de bouchon. C'est mauvais.

Pourquoi donc mettre de mauvais bouchons sur une bouteille de vin? Ce n'est pourtant pas un vin de garde. Ce n'est pas un vin que l'on va faire vieillir. Un bouchon de verre ou une capsule à vis n'auraient pas contaminé ce vin. Il y a même des bouchons de liège que l'on garantit sans gout de bouchon, tels les bouchons de liège aggloméré DIAM.

On veut produire du bon vin, mais on le bouche avec un bouchon de mauvaise qualité. On lésine sur le prix, on chipote et on gâte le produit final! Ça me semble illogique.

Ces grandes entreprises, telle Parés Baltà qui a plus de 200 hectares, achètent de grandes quantités de bouchons de liège naturel. Les risques de tomber sur de mauvais bouchons sont alors grands. Ce producteur fait des efforts pour produire des raisins bios, mais met de mauvais bouchons sur quelques-unes de ses bouteilles. Ça me semble contradictoire.

Lorsque l'on sait que de 3 à 10 % des bouchons de liège naturel risquent de contaminer son vin, est-ce logique d'utiliser de tels bouchons? Ce taux dépasserait même les 10 % selon le laboratoire Excell de Bordeaux.

Que faire avec cette bouteille? La retourner, certes. Car la Loi oblige le vendeur à reprendre un produit défectueux. Cette bouteille a été achetée par internet. Vais-je en acheter une autre après l'avoir retournée ou choisir un autre produit? Aie-je envie d'en acheter une autre en espérant tomber sur une bouteille non bouchonné? Je n'en suis pas certain.

Qu'est-ce que vous faites lorsque vous tombez sur une bouteille de vin bouchonné?

Si vous voulez bien répondre à ce petit sondage.

 

Avis aux consommateurs
Si vous ouvrez une bouteille de vin qui sent mauvais, qui sent le liège, les égouts, la cave humide, l'écurie, le vernis à ongle ou pire et que ça persiste plus de quelques minutes, retournez la bouteille à la SAQ. Car en vertu de la Loi de protection du consommateur, tout produit défectueux doit être soit réparé, remplacé ou remboursé. (Remboursement de vin défectueux)

 

Prix: 
21,95 $

Que faire avec une bouteille de vin bouchonné?

La retourner et racheter le même produit.
41% (73 votes)
La retourner et acheter un autre produit.
59% (103 votes)
Votes totaux : 176

Thema Blanc 2016

Un beau vin blanc de Grèce produit par la maison Pavlidis.
C'est fait des cépages assyrtiko et sauvignon blanc à parts égales.
Des aromes de fleurs, de fruits blancs sur une note saline.
Une belle bouche fruitée, fraiche, assez vive, minérale et légèrement saline.
D'un bel équilibre.
Longue finale.
Servir à 10 degrés avec les salades, riz, fruits de mer, poissons, jambons, les entrées, fromages... ou encore en apéritif.
Indication géographique protégée Drama, en Macédoine dans le nord de la Grèce.
Sucre 1,8 g/l. Alc. 12,5 %.
Dans 72 magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
21,10 $ à la SAQ | 18,95 $ à la LCBO

Gus 2014

Des aromes discrets de petits fruits et de cuir.
Peu fruité et peu savoureux, le vin est surtout marqué par des tanins assez fermes qui lui donnent un beau granulé en bouche.
Il a peu de fruits, toutefois si on le rafraichit à 12 degrés, il devient plus intéressant. Le froid ici lui donne une certaine rondeur et le rend moins rustique.
Un vin intéressant surtout pour son tanin.
Mal noté en dégustation (correct), il est mieux noté froid et à table (bon).
Toutefois, il est trop cher pour ce qu'il a à nous donner.
C'est le vin le moins cher à la SAQ de ce producteur Raúl Pérez. Ses autres vins sont de 50 à 100 $.
Alc. 13 %. Sucre 1,6 g/l. Cépage mencia. Appellation Bierzo.
En ligne (18) et dans 41 magasins.

2 étoiles
Prix: 
26,15 $

L'Oeuvre de Perraud, Bourgogne Rouge, Les Forêts 2016

Le vin servi à 18 degrés s'est révélé mou, légèrement sucré et un peu pâteux.
Je l'ai alors refroidi à 12 degrés. À cette température, le vin est devenu plus vif, plus vivant, le fruité plus éclatant et sa texture plus agréable.
Agréable à boire frais, il a bien accompagné la pintade confite et ses légumes.
Un pinot noir de Bourgogne léger, suave si servi frais et bien digeste.
Servir à 12 degrés.
Une production de 7000 bouteilles.
Alc. 12 %. Sucre 1,7 g/l. Liège aggloméré.
Dans 86 magasins.

Il y a aussi un très bon chardonnay de cette maison à la SAQ. Je vous parlerai aussi bientôt de son aligoté.

3 étoiles
Prix: 
22,25 $

Parès Balta, Mas Elena 2014

Parès Balta est connu au Québec pour son vin mousseux. Il y a maintenant sept autres cuvées de cette maison à la SAQ.
Celui-ci est un vin rouge bio et végétalien.
Un vin espagnol composé de merlot (50 %), de cabernet sauvignon (34 %) et de cabernet franc (16 %).
Moyennement aromatique, fraise, framboise, bleuet et cuir.
Bouche ample, bien texturée.
Un vin solide sur de beaux tanins bien enrobés par un fruité succulent.
Assez longue finale.
Culture en biodynamie.
Fermentation malolactique avec bactéries indigènes. Huit mois en barrique française de 2-3 ans.
Appellation Penedès en Catalogne.
Servir frais à 14 degrés. Sucre 3,4 g/l.
En ligne (5) et dans 71 magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
19,85 $

Domaine Sigalas, Assyrtiko Athiri 2016

Assyrtiko et athiri, deux cépages grecs qui donnent des vins éclatants.
Des vins de vacances, des vins de plaisirs.
Ici, celui-ci du domaine Sigalas de l'ile volcanique de Santorin. En effet, c'est un restant de volcan balayé par les vents salés de la mer Égée.
Le vin est bien sec, salin et fin.
On a une belle impression en bouche. C'est assez costaud et non boisé.
Des flaveurs de petits fruits et de fines herbes.
La finale est persistante.
Il a bien accompagné le saumon au sirop d'érable.
Assyrtiko 75 % et athiri 25 %. La faible acidité de l'athiri compense la forte acidité de l'assyrtiki. Bouchon de liège aggloméré dense. Alc. 13,5 %. Sucre 1,5 g/l.
En ligne et dans près de 100 magasins.

3 étoiles
Prix: 
23,70 $

Moraza 2016

Un vin aromatique de la Rioja aux notes de fruits chauds.
Un vin léger, coulant à la texture lisse.
C'est suave et juteux. Fruité et épicé.
Saveur de cerise, de thé et de figue. Non boisé.
100 % tempranillo en vendanges manuelles.
Macération carbonique partielle et fermentation en cuve béton.
Bouchon aggloméré.
Servir à 14 degrés sur des plats légers.
Sucre 1,3 g/l.
En ligne et dans près de 100 magasins.

2 étoiles
Prix: 
17,85 $

Kilikanoon Mulga GSM 2016

GSM pour grenache, syrah et mourvèdre.
Moyennement aromatique sur des notes de petits fruits.
Belle bouche lisse et assez ferme.
Beau fruité fin. Peu tanique et joliment épicé.
50 % grenache, 40 % syrah et 10 % mourvèdre. Région de Clare Valley.
Capsule à vis.
Alc. 14,5 %. Sucre 1,8 g/l.
Dans près de 100 magasins.

2 étoiles
Prix: 
19,00 $

Cerro Añon, Rioja, Crianza 2014

On ne trouve ce vin que dans quatre SAQ-Dépôts.
Il est parmi les 100 vins qui sont exclusifs à ces gros magasins de la SAQ.
Il s'ouvre sur des aromes de fruits et de tabac.
La bouche est assez ample, légèrement épicée et les tanins sont fondus.
Finale finement veloutée sur les petits fruits.
Tempranillo complété de garnacha et de mazuelo.
14 mois en barrique de chêne américain.
Servir à 14 degrés.
Alc. 14 %. Sucre 2,2 g/l.

2.5 étoiles
Prix: 
17,25 $

Domaine d'Aupilhac, Lou Maset 2016

Beau nez profond de gelée de fruits.
Même sensation en bouche.
C'est gourmand, rond, velouté, agréable. Les tanins sont bien enrobés.
Une belle finale sur le fruit et la cannelle.
Grenache, cinsault, complété de syrah, de carigan et de mourvèdre.
Cueillis et triés à la main.
Du beau jus.
Servir à 15-16 degrés.
Alc. 14 %. Sucre 1,8 g/l.
En ligne et dans plus de 50 magasins.

3 étoiles
Prix: 
15,90 $

Petit Plaisir 2017

Un vin blanc léger d'Afrique du Sud composé des cépages sauvignon blanc, chenin, chardonnay et alvarinho.
Des aromes de fruits blancs avec une fine note végétale.
C'est léger, coulant, souple et sec.
Belle finale fruitée. Bien fait.
En apéritif et avec des plats légers, des salades de fruits de mer, du poisson, des pâtes...
Raisins cueillis et triés à la main.
Capsule à vis. Sucre 1,6 g/l. Alc. 13 %.
En ligne et dans plus de 50 magasins.

2 étoiles
Prix: 
15,95 $

Domaine de Lévêque. Sauvignon blanc. Touraine 2016

Joli nez floral et fine note herbacée.
En bouche, fruité frais, vif, agréable et sec.
Finale assez persistante sur des saveurs rappelant le pamplemousse.
Pour accompagner les riz, les viandes blanches, les fromages...
Sauvignon blanc avec un peu de sauvignon gris.
Alc. 12,5 %. Sucre 3 g/l. Bouchon aggloméré.
En ligne et dans plus de 50 magasins.

2 étoiles
Prix: 
16,70 $

Morellino di Scansano, Moris 2015

Morellino du Scansano est une appellation du sud de la Toscane dans la région maritime de Massa en Maremma.
Le vin a une odeur de réduit au début, de vieille chaussette. Il faut aérer. Puis il devient bien aromatique et intense sur des notre de fruits noirs et de cuir.
C'est un vin d'une belle texture ferme et solide. Le vin est assez corsé sur un fruité ample.
Un vin jeune.
Sangiovese à 90 %, complété de merlot et de syrah. Vinification en cuve puis embouteille après seulement 4 mois.
Alc. 13,5 %. Sucre 2 g/l.
Dans plus de 50 magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
18,95 $

Château de Pocé, Touraine, Sauvignon blanc 2016

Bien aromatique sur des notes de poivron et de chèvrefeuille.
Un vin très vif, droit, au fruité fin. Bien sec.
Rafraichissant.
Assez longue finale sur des saveurs de pamplemousse.
Servir à 10 degrés avec les salades et les riz.
Bouchon de plastique. Sucre 1,6 g/l.
Dans plus de 50 magasins.

Pour en savoir plus sur la Touraine vinsvaldeloire/vin-appellation/touraine.

2 étoiles
Prix: 
14,40 $

Cabral Reserva, Douro 2015

Beau nez fruité et chocolaté.
Bouche assez ample et ferme.
Tanins ronds bien enveloppés. Sec.
Texture d'un beau granulé.
Belle finale veloutée.
Vendanges manuelles. Élevage en barrqiue de chêne français.
Cépages; touriga franca; touriga national; sousao, tinta roriz, tinta barroca, tinta cao.
Sucre 3,1 g/l.
En ligne, dans plus de 200 magasins dont 6 SAQ-Dépôts.

2 étoiles
Prix: 
13,95 $

Savoie, Apremont, Cuvée gastronomique, Jean Perrier 2016

Des aromes de fleurs. Annonce une belle fraicheur.
La bouche est très vive, citronnée, c'est pur et très sec.
Vivifiant, tonique, surprenant par sa belle acidité.
Longue finale citronnée.
Servir avec les formages,
Le cépage est la jacquère. On dit que «ses grappes moyennes sont très serrées, ses grains à peu épaisse offre une pulpe juteuse et âpre.»
Bouchon de plastique.
Vendanges manuelles. pH 3,5. Alc. 11,4 %. Sucre 3,3 g/l. Acidité 4,01 g/l.
En ligne (218) et dans 83 magasins.

2 étoiles
Prix: 
16,50 $

Jacques Benoit: Le vin est une drogue !

Le vin est une drogue ! Mémoires d'un dégustateur passionné : Jacques Benoit.

Jacques Benoit a été chroniqueur vin au journal La Presse pendant 33 ans.

Il est arrivé au vin au début des années 1980 comme la plupart des Québécois. C'est à cette époque que le vin est entré dans les foyers de la belle province. Nos parents ne buvaient pas de vin à la maison. Et tout d'un coup, les Québécois ont commencé à boire du vin, à s'y intéresser et c'est devenu une passion pour plusieurs.

«Pourquoi donc le vin, consommé avec sagesse, est une source permanente d'émerveillement», se demande M. Benoit.

L'auteur nous conte son cheminement dans le monde merveilleux du vin. Ses débuts, ses passions, quelques-uns de ses 60 voyages dans les pays viticoles.

«Le vin est une drogue... mais une drogue douce (...) Car, parfois, le vin est si beau, si complexe, qu'il lui arrive de nous tirer les larmes.»

La connaissance du vin a fait un bond énorme au Québec depuis 1980 et c'est en grande partie grâce à Jacques Benoit qui nous a guidé tous les samedis au cours de ses 33 années à La Presse.

«On peut affirmer, sans fausse modestie, que le niveau moyen des connaissances sur le vin est aujourd'hui au Québec, plus élevé que dans des pays producteurs, tels que la France, l'Italie, l'Espagne, etc.»

Des tricheries, la barrique à Parker, un texte censuré par La Presse, la Bourgogne, l'Australie, l'Autriche, son chemin de Damas, que de chemin parcouru, les experts d'ici, Chartier et les autres... et plein d'anecdotes.

Comment décrire les vins? Jacques Benoit aborde le sujet du vocabulaire, comment le décrire, sans atteindre l'excès.

«Complexité que le dégustateur a bien du mal a décrire et qui, pour cette raison, rend la chose encore plus attachante, plus séduisante. Comme devant un coucher de soleil aux riches couleurs qui s'entremêlent, et impossible à dépeindre, on reste... sans voix.»

Doit-on noter les vins ? Sur ce sujet qui divisent les chroniqueurs vin, M. Benoit a une position qu'il énonce très clairement. Le livre se termine sur un chapitre intéressant concernant la viticulture québécoise.

Les mémoires d'un gentleman du vin : Jacques Benoit

Le vin est une drogue !
Mémoire d'un dégustateur passionné

Aux Éditions La Presse, 207 pages, format 5 X 8. 22,95 $
Vous pouvez feuilleter les premières pages du bouquin ici.

Doit-on donner une note aux vins?

  99-100
  96-98
  94-95 Excellent
  92-93
  90-91 Très bon
  88-89
  86-87  Bon
  84-85
  80-83 Correct

​Doit-on noter le vin?
Doit-on lui donner une note?
C'est un sujet qui revient souvent dans l'actualité vinique, surtout au Québec.
J'observe cinq choses concernant ce sujet:

  1. C'est un sujet récurrent;
  2. Il est la plupart du temps lancé par ceux qui ne notent pas;
  3. Les sommeliers en général ne notent pas;
  4. La note hiérarchise les vins;
  5. Chacun fait à sa guise.

Devrait-on noter les vins ? C'est la question que pose la réputée sommelière Véronique Rivest dans le journal en ligne La Presse (1). Véronique invoque plusieurs raisons pour ne pas donner une note au vin. «Ce qui m’agace le plus des notes, c’est que ça n’encourage pas le consommateur à penser par lui-même. Ce n’est pas parce qu’un vin reçoit une note de 95 qu’il plaira d’emblée à tous.» Puis, elle ajoute que «le problème est que lorsqu’il y a une note, très souvent les consommateurs ne lisent pas le commentaire!»

Il n'y a pas si longtemps, Philippe Lapeyrie a bien exprimé le point de vue des sommeliers dans un texte intitulé «Je ne suis pas un critique de vin». Il écrit dans le Journal de Québec «De nombreuses bouteilles nous ont fait faire la grimace... Bref, on essaie de filtrer la crème et de vous dénicher les meilleurs flacons. Philippe conclut «Je suis un marchand de bonheur.» (2)

Un sujet récurrent, en effet, car il y a près de 10 ans en janvier 2009, Jacques Benoit dans le même journal La Presse titrait «Faut-il noter les vins?» écrivait qu'«un débat est en cours parmi les membres de la presse vinicole québécoise sur la pertinence de la notation des vins.» Le journaliste y affirmait que le dégustateur «se doit de noter les vins, il se doit donc de se mouiller, quitte à se tromper! Il revient alors au lecteur ou à l'auditeur de juger de la pertinence de ses commentaires et des notes attribuées.» (3) Pour M. Benoit, une note c'est une opinion qu'un professionnel communique à son public.

M. Benoit n'a pas changé d'opinion aujourd'hui. «Le chroniqueur se doit de noter les vins — écrit-il dans son livre Le vin est une drogue, (4) publié demain. Parce que c'est précisément, l'un des buts de son travail... La note situe le vin dans l'échelle de la qualité...»

De son côté Marc Chapleau dit qu'il faut mettre ses culottes. «Accoler une note, un score. Histoire de me mouiller, de mettre mes culottes et de prendre position plus formellement.» Cellier SAQ (2011) (5)

Claude Langlois a écrit «Que ce soit avec des étoiles, des notes sur 20 ou sur 100, des pictogrammes, peu importe, l’idée est de donner au lecteur une appréciation de ce que vaut le vin.» Journal de Montréal (2015) (6).

En général, nous observons que les sommeliers ne donnent pas de note. Je vois mal comment il pourrait en être autrement. Les sommeliers sont souvent rétribués par l'industrie du vin. Il serait mal vu qu'un sommelier payé par une association de vignerons d'une région pour donner une conférence sur les vins de cette région, critique le lendemain un vin de cette région en lui donnant une bonne ou une moins bonne note qu'un autre vin d'une autre région. Il serait alors en apparence de conflit d'intérêts.

Donner une note au vin n'est donc pas le travail du sommelier, mais celui du critique de vin.

CRITIQUER, verbe trans.
La critique est un examen raisonné, objectif, qui s'attache à relever les qualités et les défauts et donne lieu à un jugement de valeur. (CNRTL)

Donner une note, c'est hiérarchiser. C'est dire qu'un vin est bon; l'autre très bon et l'autre juste correct ou même mauvais. Donner une note, c'est dire que celui-ci est meilleur que celui-là. La note complète les commentaires. Elle est un jugement global sur le vin.

De plus, comment juger du rapport qualité/prix du vin comparé à un autre s'il n'y a pas de note?

Bien sûr, il faut aussi justifier sa note. Puis, de toute manière, le jugement final sera fait par le consommateur.

Ne pas donner une note, c'est comme dans certaines écoles aujourd'hui, c'est faire passer tout le monde.

Le travail du critique de vin est de critiquer, de hiérarchiser. C'est du domaine de la critique. C'est différent du travail du sommelier qui est de suggérer des bons vins qu'il a aimés ce qui est du domaine de la promotion.

Je dirais même que la note en dit plus sur le vin que le commentaire. Elle est plus précise et plus reproductible. Car on a beau dire que le vin sent la framboise, est tanique et moyennement vif; des consommateurs le trouveront peut-être peu aromatique, non tanique et bien acide!

La note, le rang, le score est plus compréhensible pour le consommateur que la description organoleptique qui dépend du gout, de la température, de l'humeur du moment, de l'aération, des voisins, de l'ordre des verres, de la fatigue, du plat; donc d'une quantité énorme de variables qui ne seront probablement pas identiques lorsque le consommateur boira le vin commenté.

Le journaliste et critique de vin Antoine Gerbelle qui avait refusé de noter pendant 15 ans, dit que finalement 
«la note est une véritable prise de risque critique qui, au final, m’a fait, je crois, gagner en clarté.»

Après avoir mené une petite enquête sur ce sujet de la notation, Pierre Citerne écrit dans La Revue du vin de France «il est aussi difficile d’évoquer la qualité d’un vin avec une note que de faire revivre une saveur avec un descriptif aromatique. L’addition des deux procédés peut être considérée comme le moins mauvais des systèmes.» (7)

Finalement, citons le professeur de sommellerie Romain Gruson qui dit que «la question n’est donc pas tant de savoir si on peut noter un vin, mais si l’on souhaite, ou non, le faire malgré les difficultés que cela représente.» Le Clercle du vin (2017) (8).

En conclusion, disons que chacun fait comme il l'entend, selon ses capacités et son désir. C'est comme les vins, ils ne sont pas tous pareils, nous ne sont pas tous pareils. Et vive la différence!

_______

  1. Le courrier de la sommelière - De la pertinence des notes, Véronique Rivest, La Presse 24 février 2018
  2. Je ne suis pas un critique de vin, Philippe Lapeyrie, Le Journal de Québec, mars 2017
  3. Faut-il noter les vins? Jacques Benoit, La Presse, janvier 2009
  4. Le vin est une drogue, Jacques Benoit, Édition La Presse, février 2018
  5. Donner une note aux vins qu’on recommande : mettre ses culottes, Marc Chapleau, 2011, en cache Google.
  6. Noter les vins dans l’absolu ou par catégorie? Claude Langlois, Journal de Montréal, septembre 2015
  7. Débat : faut-il renoncer à noter les vins ? Par Pierre Citerne, La Revue du vin de France, 2012
  8. Comment mettre une note à un vin? Romain Gruson, Cercle du vin, septembre 2017
  9. Comment noter les vins, Les cinq du vin
  10. Critiquer le vin, Vin Québec.

Habitat Nerola, Grenache-Syrah, Torres 2016

Ce n'est pas parce que c'est bio que c'est bon!
Les vins bios sont souvent meilleurs, mais ce n'est pas toujours le cas.
Ici, une déception, pourtant d'une belle maison Torres, mais le vin n'est pas agréable.
Il a des odeurs de feuilles de tabac, de fougère et de feuilles mortes. C'est végétal et non fruité.
La même chose en bouche, végétal, texture asséchante. Peut-être un peu oxydé.
Où est passé le fruit?
Finale asséchante.
Ce n'est pas complètement mauvais,toutefois il ne procure aucun plaisir, mais plutôt du déplaisir. C'est désagréable.
Alc. 14,5 %. Sucre 2,5 g/l.
En ligne (4) et dans 156 magasins.

0.5 étoiles
Prix: 
20,85 $

Mondeuse La Sauvage, Pascal et Annick Quénard 2016

Connaissez-vous le cépage la mondeuse ?
C'est un cépage de la Savoie. Petite région de France près de la Suisse.
Un cépage qui donne des vins peu colorés et légers.
Il n'y a que quatre vins de ce cépage à la SAQ présentement.
Celui-ci du domaine Quénard est parfaitement délicieux. C'est pâle et presque rose.
Il dégage des aromes de fruits fins, de rose et de cannelle. C'est très invitant.
En bouche, c'est léger, juteux, élégant sur un fruité fin et légèrement épicée.
La finale est longue et suave.
Un petit délice. Servir à 15 degrés.
Sucre moins de 1,2 g/l. Vendanges manuelles. Levures naturelles.
Dans 61 magasins. Très bon.
 

3 étoiles
Prix: 
25,25 $
Syndiquer le contenu