Château Vallon des Brumes 2014

Un vin ample, riche, d'un beau granulé.
Très beaux tanins sur un fruité abondant.
Flaveurs de fruits noirs.
Sec, ferme et agréable à boire.
Merlot complété de cabernet sauvignon.
Sucre 1,7 g/l.
Dans 21 magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
17,40 $

Paco y Lola, Albariño 2015

Le cépage albariño devient à la mode. Il donne souvent des vins tendres et agréables.
Celui-ci de la maison Paco et Lola est rond, vif et sec. D'une belle présence en bouche.
Bien fait, agréable, pas compliqué et assez persistant.
Région Rias Baixas.
Il était 19,70 $ l'an dernier; soit presque 2 $ de plus qu'en Ontario. Il a été réduit à 17,20 $.
Alc. 12,5 %. Sucre 3,5 g/l. (2 en Ontario)
En ligne (9) et dans 133 magasins.

2 étoiles
Prix: 
17,20 $ à la SAQ | 17,95 $ à la LCBO

La Cour suprême accepte de se prononcer sur le commerce interprovincial de l'alcool

La Cour suprême du Canada accepte de se pencher sur la liberté de commerce de l'alcool entre les provinces au Canada.

Actuellement des provinces imposent des limites au commerce des vins, bières et spiritueux entre elles.

Ce serait inconstitutionnel selon un jugement de la Cour provinciale du Nouveau-Brunswick (Juge Ronald Leblanc — affaire Gérard Comeau).

Le plus haut tribunal du pays a accepté ce matin d'entendre la demande d'appel du gouvernement du Nouveau-Brunswick concernant ce jugement Comeau.

«La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est accueillie. La demande d’autorisation d’appel est accueillie avec dépens en faveur de l’intimé quelle que soit l’issue de l’appel. L’appelante doit signifier et déposer, conformément aux paragraphes 33(2) et (3) des Règles de la Cour suprême du Canada, un avis de question constitutionnelle semblable au formulaire 33B.)» (Lexum)

En avril 2016, le juge Ronald Leblanc a acquitté Gérard Comeau accusé d'avoir rapporté au Nouveau-Brunswick de l'alcool acheté dans la province voisine, le Québec.

Le juge Leblanc a statué que l'interdiction provinciale de rapporter de l'alcool acheté dans une autre province du pays constitue une barrière commerciale ce qui contrevient à la l'article 121 de la Constitution du Canada.

L'article 121 de la Constitution dit ceci

121. Tous articles du crû, de la provenance ou manufacture d’aucune des provinces seront, à dater de l’union, admis en franchise dans chacune des autres provinces.

121. All Articles of the Growth, Produce, or Manufacture of any one of the Provinces shall, from and after the Union, be admitted free into each of the other Provinces.
(LOIS CONSTITUTIONNELLES DE 1867 à 1982)

Le juge Leblanc conclut qu'il était ainsi clair que les Pères de la Confédération canadienne visaient le libre échange entre les provinces lorsqu'ils ont adopté la constitution en 1867.

Le Canada a été fondé lorsque les États-Unis ont décidé de mettre fin au libre échange puisqu'il soupçonnait les colonies britanniques d'avoir appuyé les Sudistes lors de la guerre de Sécession. Ces colonies (future Québec et Ontario et autres) ont alors décidé de former une union de libre-échange. (Voir JugementNB-Gerard-Comeau_Ronald-Leblanc.html)

Depuis un jugement de la Cour Suprême de 1921 (Gold Seal Ltd. v. Alberta (Attorney-General)), la constitution était interprétée dans le sens que les provinces pouvaient limiter le commerce. Le gouvernement fédéral avait d'ailleurs par la suite interdit le commerce interprovincial des alcools. Il a depuis aboli cette loi en 2012. Toutefois, les provinces ont continué à limiter ce commerce.

Le Nouveau-Brunswick en appelle directement de ce jugement auprès de la Cour Suprême. Le gouvernement du  Nouveau-Brunswick soutient que le juge Leblanc a commis plusieurs erreurs dans son jugement, notamment dans son interprétation de l'article 121 de la Loi constitutionnelle de 1867 en affirmant le principe du libre-échange entre les provinces.

Si la Cour Suprême interprète la constitution comme l'a fait le juge Leblanc, ceci donnera plus de liberté aux commerçants et aux consommateurs du Canada. Le gouvernement fédéral est en faveur de cette liberté, mais pas les gouvernements de la plupart des provinces.

L'avocat Mikaël Bernard qui défend Gérard Comeau affirmait en décembre 2016 au journal Acadie Nouvelle qu' «avec la montée du protectionniste chez nos voisins du sud (États-Unis), et ailleurs dans le monde, je crois que c’est plus pertinent que jamais que les provinces abaissent leurs barrières et travaillent ensemble plutôt que de chercher à se nuire».

Au Québec, cette affaire est suivie de très près, car elle remettrait en cause la juridiction de la SAQ. D'ailleurs, la direction de la SAQ en est très consciente et c'est pour cela, en partie, qu'elle a entamé une forte baisse de ses prix en vue d'être compétitive avec la LCBO.

En commission parlementaire à Québec, le 25 avril dernier, le président de la SAQ, Alain Brunet, a déclaré que «donc, si ça c'est remis en question, je vous donne un exemple, et qu'en Cour suprême la cause Comeau est confirmée. C'est une ouverture du marché. Évidemment, la SAQ, si elle n'est pas prête sur les prix, si elle n'est pas performante puis elle n'est pas en mesure de bouger rapidement sur une ouverture du marché, bien c'est une entreprise qui va défaillir. Et nous, notre responsabilité, c'est de la préparer à l'avenir à toute éventualité. Donc, là, il n'y a pas de décision de prise, mais il ne faut pas être naïf non plus. On voit bien l'évolution du marché. C'est ça à quoi on doit faire face.»

Sur le même sujet :

Voir aussi le reportage de Radio-Canada Nouveau-Brunswick du 29 novembre 2016.

Domaine d'Aupilhac, Lou Maset, Languedoc 2015

Un beau vin élevé en biodynamie par Sylvain Fadat.
C'est juteux, frais, rond, d'un beau fruité.
C'est léger. Les tanins sont agréables et fins. Plus fermes si servi froid.
Un vin gouleyant.
Cépages: grenache, cinsault, carignan, syrah et alicante bouchet.
Servir frais à 14 degrés.
Alcool 13 %. Sucre 1,8 g/l.
Dans 83 magasins.

    D'autres vins de ce très talentueux vigneron.

2.5 étoiles
Prix: 
17,05 $

Loureiro, Quinta De Gomariz 2015

Un vin blanc du nord du Portugal très aromatique.
Fruité sucré, rond, peu acide.
Du bonbon, pour apéritif et plats épicés.
Cépage loureiro. Appellation Vinho Verde.
Capsule à vis.
Sucre 8,5 g/l. Alc. 11 %.
En ligne (24) et dans 115 magasins

2 étoiles
Prix: 
16,30 $

Commandez des vins qui arriveront le 16 mai

Des vins que l'on peut commander aujourd'hui et qui arriveront vers le 16 mai.

Domaine de Trévallon 2013   84,75 $
Domaine du Gros'Noré Bandol 2016 34 $
Tinto Pesquera Ribera del Duero 2013  31,75 $

Domaine Eric Louis Sancerre 2016  27,75 $
Château Musar Jeune 2012  25,80 $
Domaine de Saint Just Les Perrières 2015   24,40 $

Michel Redde & Fils Pouilly-Fumé Petit Fumé 2015  22,40 $
Mercouri estate Refosco/ Mavrodaphné 2015  21,65 $

Du vin à 4,50 $ la bouteille !

La SAQ bat la LCBO et les épiciers pour le vin le moins cher !

Ce Don Simon est le vin le moins cher à la SAQ, au Québec et probablement aussi le moins cher au Canada !

6 $ le litre;
                soit l'équivalent de 4,50 $ la bouteille de 750 millilitres.

Ce joli contenant en carton, embouteillé en Espagne, est arrivé fin janvier sur les rayons de la Société des alcools du Québec.
Les 27 000 cartons — appelés bib en France — se sont vendus en quelques semaines au prix de 6,70 $ le litre.
Il est maintenant 6 $.
Il en reste une caisse de 6 probablement cachée dans l'arrière-boutique de la succursale de Dégelis; ainsi que 8 cartons dans la succursale de Témiscamingue.

La SAQ bat ainsi la LCBO dont son vin rouge le moins chers est à 6,95 $ le 750 ml.

La SAQ en a commandé presque le double soit 52 200 cartons de 1 litre qui devraient être sur les rayons en juin.

Il contient du vin d'Espagne. J'y ai goûté le 1er février dernier et je l'ai jugé plus que correct, buvable — dans un format pratique pour le camping — et bien meilleur que de nombreux vins que l'on trouve dans les épiceries. En espérant que le prochain arrivage sera de la même qualité ou meilleur.

Des Québécois en visite en Espagne me signalent (jeudi) qu'ils viennent d'acheter un litre de ce vin sur place au coût de 1,23 euro; soit 1,85 $.

  Voir le commentaire du 1er février.

L'importation privée n'existe pas au Québec

L'importation privée de vin n'existe pas au Québec !

En fait, c'est illégal. «Au Québec, la loi indique que seule la Société des alcools du Québec (SAQ) est autorisée à importer des boissons alcooliques», nous dit la SAQ dans son site internet.

En effet, la société d'État a le monopole de l'importation de vin dans la province.

Mais alors pourquoi des gens et des agents disent qu'ils font de «l'importation privée» et qu'ils vendent des vins dits d'importation privée?

C'est la SAQ qui importe, transporte, entrepose, distribue et vend tous les vins importés en bouteille au Québec.
C'est la SAQ qui paie directement tous les fournisseurs, producteurs et vignerons. C'est la SAQ qui choisit les moyens de transport et qui fait venir ces caisses de vin. De plus, ce sont les gens de la SAQ qui fixent ou corrigent les prix.

Commandes privées
Mais alors qu'est-ce que ce système que certains appellent de «l'importation privée»?
C'est le système de «commandes privées de la SAQ».

C'est la SAQ qui a commencé à utiliser ce terme d'importation privée lorsqu'elle a autorisé, il y a quelques années, des particuliers à passer des commandes particulières auprès de son service d'importation.

Les gens de la SAQ utilisent de plus en plus maintenant le terme plus juste de commande privée au lieu d'importation privée comme le fait la société des alcools de l'Ontario, la LCBO.

Il n'y a donc pas d'importations privées, mais bien des commandes privées.

Ces commandes peuvent être faites par des particuliers, des restaurateurs et des agents promotionnels.
Il y aurait maintenant plus de 300 personnes qui sont enregistrées auprès de la SAQ comme agents promotionnels pour faire des commandes privées.

Ces personnes choisissent le vin, mais c'est la SAQ qui paie le vigneron, l'importe, l'entrepose et le distribue aux clients dans ses succursales désignées.

L'agent, lui, doit veiller à faire sortir le vin le plus vite de l'entrepôt et il se prend une commission.

Son rôle n'est pas d'importer le vin, mais plutôt «de trouver des acheteurs pour la totalité des produits commandés, avant la fin de la période d’entreposage», comme le dit la SAQ dans sa politique de commandes privées.

L'agent a 180 jours pour faire sortir le vin de l'entrepôt de la SAQ. Après ce temps, la SAQ se réserve le droit de saisir les caisses restantes.

Des employés de la SAQ sont chargés de contrôler les prix de ces vins. Ils exigent que le prix corresponde «au prix fournisseur des produits comparables au répertoire de la SAQ.»  De plus, «lorsque le prix déclaré par l’agent ne reflète pas la valeur marchande des produits, la SAQ effectue le paiement au fournisseur selon le prix déclaré et elle ajuste le calcul de son prix de vente au détail selon la valeur marchande des produits.» La valeur marchande est décidée par la SAQ.

La SAQ prend sa commission habituelle, plus des frais de commandes privées. L'agent se prend aussi une commission.

L'agent fixe la commission qu'il veut. On me rapporte qu'un agent facture une commission de 60 % qui s'ajoute au 135 % de majoration de la SAQ.
Ça commence à faire cher! En fait, nous observons qu'un vin en commande privée est de 10 à 15 % plus cher que le même vin lorsqu'il est par la suite vendu directement par la SAQ.

Commandes privées sur le site web de la SAQ
Il y a des discussions depuis plus de 4 ans afin de permettre l'écoulement de ces vins de commandes privées sur le site saq.com. Toutefois, les discussions achoppent, entre autres, sur la question de la commission de l'agent. En effet, comment s'assurer qu'il recevra sa commission, comment établir le montant. De plus, on se demande pourquoi donner une si forte commission si ce sont des employés de la SAQ qui font la plus grande partie du travail.

Donc, il n'y a pas d'importations privées de vin au Québec, mais plutôt des commandes privées. La principale différence est que le choix du vin est fait par un privé au lieu de l'être par un employé de la société d'État.

En 2016-2017, les commandes privées ont totalisé 6,4 millions de bouteilles pour 115 millions de dollars.

Voir Politique de commandes privées, version agents promotionnels, SAQ et Commandes privées, LCBO.

Hardy's Stamp Riesling Gewurztraminer

Nez invitant et fin de pomme.
Attaque très expressive.
Très fruité, demi-sec.
Saveurs de litchi. Belle texture, sucre et note minérale.
Très long. Bien fait. Surprenant pour le prix.
Alc. 11,5 %. Sucre 25 g/l. (16 g/. en Ontario)
En ligne (39) et dans 169 magasins.
Il est aussi disponible dans la plupart des provinces canadiennes. (12,99$ au Nouveau-Brunswick.)

2 étoiles
Prix: 
10,95 $ à la SAQ | 9,95 $ à la LCBO

Les vins bio mieux identifiés à la SAQ

Les vins bio sont maintenant mieux identifiés sur les rayons de la Société des alcools du Québec.

Les étiquettes des produits bio sont dorénavant vertes au lieu de blanches sur les rayons de la SAQ.

De plus, on y a apposé un carton de 4 pouces afin de mieux signaler leur présence.

Dans plusieurs succursales, les employés ont même regroupé des vins bio dans une même section. Ce qui facilite grandement la recherche.

Les vins bio deviennent de plus en plus recherchés au Québec. D'ailleurs, leurs ventes ont augmenté de 30 % au cours de la dernière année, précise la SAQ.

Il y a aujourd'hui 575 vins bio dans les magasins de la société des alcools, dont 7 champagnes et 10 autres mousseux. Ce n'est pas encore énorme, mais nous constatons une bonne progression de l'offre depuis 3 ans. Il y avait 160 vins bio sur les rayons de la SAQ en 2013; puis 230 en 2014; un peu plus de 300 en 2015; 360 en mai 2016 et près de 600 aujourd'hui.

Il y a des vins bio dans toutes les gammes de prix. On en trouve même 5 à moins de 12 $.

Parmi les vins tranquilles, la plupart des vins bio disponibles sont rouges (357), contre 167 blancs et 14 rosés.

Nous constatons que les vins bio sont souvent meilleurs que les vins non bio à prix équivalent.

Consultez notre liste de vins bio de bonne qualité.

Ainsi que la section bio, pour y voir les derniers commentaires.

Sujets connexes

  1. Les vins bio sont mieux notés par les dégustateurs professionnels
  2. Le vin bio est bien meilleur
  3. La société des alcools de Suède veut éduquer ses consommateurs au bio
  4. Le vin bio dans le monde...
  5. Est-ce que le vin bio a meilleur goût?
  6. Forte hausse des ventes de vins bio au Québec (mars 2016)
  7. Le Monde au naturel
  8. Hausse de 30 % des ventes de vins bio (avril 2017)

Les vins les plus vendus au Québec

Voici la liste des vins les plus vendus à la SAQ et dans les épiceries du Québec selon le montant brut des ventes.

Le produit le plus vendu est le Red Revolution Rouge. Il est au format de 1 litre au prix de 13,85 $ dans les épiceries. Une version de 750 ml est aussi dans les succursales de la SAQ.

Toutefois, en volume, le vin le plus vendu est probablement de Wallaroo Trail Rouge si on additionne les ventes aux formats de 1 et de 4 litres.

Ainsi, les deux vins les plus vendus au Québec le sont principalement dans les épiceries. D'ailleurs, plusieurs des plus gros vendeurs au Québec sont au format de 1 litre et sont surtout disponibles en épiceries.

Le vin le plus vendu (en valeur) dans les succursales de la SAQ est le Sauvignon blanc Kim Crawford.

Il y a de nouveaux venus dans ce palmarès des meilleurs vendeurs. L'un d'eux est le Smoky Bay rouge au format de 1 litre dans les épiceries. Là encore, la SAQ en vend aussi, mais au format de 750 ml.

D'autres surprises aussi : deux des vins de la sommellière Jessica Harnois se sont hissés dans ce palmarès en très peu de mois. Mme Harnois dit avoir vendu 1,7 million de bouteilles de ses trois vins de la marque .

Cinq des dix vins les plus populaires sont distribués dans le réseau des épiceries et dépanneurs. C'est là qu'est la croissance et non plus en succursales. Ils étaient deux l'an dernier.

Le Ménage à Trois continue sa descente, passant de la 14e place à la 32e; lui qui était en 1e place en volume et en valeur en 2012.

Il est à noter aussi la belle performance du rosé Le Pive qui est en 12e place alors qu'il n'était même pas parmi les 30 premiers l'an dernier.

Liste des 33 meilleurs vendeurs en valeur

1 Red Revolution Vin Rouge  1 L (Épicerie) 13,85 $
2 Sauvignon blanc Kim Crawford Marlborough  19,55 $
3 Wallaroo Trail Bin 212 rouge 1 L (Épicerie)  13,45 $
4 Sangiovese/Cab.-Sauv. Liano Umberto Cesari Rubicone  26,55 $
5 Wallaroo Trail lot 313 blanc  1 L (Épicerie) 13,45 $
6 Merlot Grand Sud pays d'Oc i.g.p.  1 L   11,60 $
7 White Revolution Vin Blanc  1 L  (Épicerie) 13,85 $
8 Chenin blanc Robertson Winery   9,30 $
9 Veuve Clicquot Ponsardin Brut Champagne  69,25 $
10 Smoky Bay vin rouge  1 L   12,70 $  (Épicerie seulement)

11 White Zinfandel Ernest & Julio Gallo Californie rosé  10,15 $
12 Le Pive Gris de Grande Camargue rosé 15,05 $
13 Apothic Red Californie   15,65 $
14 Sauvignon bl. Fumées Blanches Cotes de Gascog IGP  13,95 $
15 Shiraz/Cabernet Jacob's Creek South Eastern Australia 14,45 $
16 Brouilly Georges Duboeuf 18,55 $
17 Wallaroo Trail Bin 212 rouge  4 L 46 $  (Épicerie seulement)
18 Pinot grigio Barefoot California  9,95 $
19 Fumé blanc Errazuriz Valle de Aconcagua  13,55 $
20 Sauvignon blanc Oyster Bay Marlborough  18,60 $

21 Ruffino Chianti  14,95 $
22 Bù Splendido vin blanc Épicerie et SAQ  14,70 $
23 Bù Glissando vin rouge Épicerie seulement 14,70 $
24 Cabernet-Sauvignon Woodbridge Robert Mondavi Californie  13,45 $
25 Wallaroo Trail Bin 717 rouge  1 L (Épicerie seulement) 13,45 $

26 Merlot Donini Delle Venezie i.g.t. 1 L  9,10 $
27 Sangiovese Fantini Farnese  8,70 $ (Le seul négocié en euro)
28 Toro Loco rouge (Épicerie seulement) 1 L  12,15 $
29 Nicolas Laloux Le Gentlemen Bohème blanc (Épicerie seulement) 1 L 11,10 $
30 Gros Manseng/Sauvignon Brumont vin pays des Côtes de Gascogne 12,65 $

31 Modello Masi Delle Venezie i.g.t. 13,55 $
32 Ménage à Trois Folie à Deux Californie rouge 16,10 $
33 Chardonnay Grand Sud vin de France  1 L  12,40 $

Voir le palmarès de l'an dernier.

Brouilly, Sous les Balloquets 2015

De beaux aromes de petits fruits, de canneberge.
Fruité frais sur des tanins fins.
Souple et juteux. Légèrement tannique.
Finale assez longue.
Gamay de la maison Louis Jadot.
Alc. 13 %. Sucre 1,6 g/l.
Dans presque tous les magasins de la SAQ y compris dans la plupart des SAQ-Dépôt, ainsi qu'en ligne.

2.5 étoiles
Prix: 
21,25 $

Coteaux Bourguignon, George Duboeuf 2013

Coteaux Bourguignon est le nouveau nom depuis 2012 qui remplace bourgogne ordinaire et bourgogne-grand-ordinaire. C'est une AOC régionale qui regroupe toute la Bourgogne. Les blancs peuvent être faits d'aligoté, de chardonnay, de melon de Bourgogne, de pinot blanc et de pinot gris. Il y a seulement 3 vins de cette appellation à la SAQ.
Celui-ci de la maison Duboeuf est fait de chardonnay.
Le nez est discret sur des saveurs de petites fleurs.
Jolie bouche fruitée sur des saveurs de pêches et une bonne note de beurre.
C'est assez gras, assez ample et persistant.
Belle finale vanillée.
Ne le servez pas trop froid à 9-10 degrés.
Alc. 12,5 %. Sucre 2,2 g/l.
Dans une centaine de magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
17,95 $

Bourgogne, Chardonnay, Les Ursulines blanc 2014

Nez frais, profond et invitant rappelant la poire.
Belle bouche fraiche, assez vive et assez ample.
Légèrement beurré. Équilibré.
Longue finale agréable. Une belle expression de chardonnay de Bourgogne.
Capsule à vis. Chardonnay 100 %.
Alc. 12,5 %. Sucre 1,9 g/l.

3 étoiles
Prix: 
21,75 $

La Braccesca, Vino Nobile di Montepulciano 2013

Nez profonds de fruits noirs.
Séveux, serré, un peu austère.
Un peu rugueux, un peu rustique sur un fruité assez ample.
Semble bien jeune.
100 % sangiovese. De la maison Antinori.
Pour accompagner les plats costauds ou pour revoir dans quelques années.
Alc. 13,5 %. Sucre 2,1.
En ligne et dans une soixantaine de magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
26,05 $
Syndiquer le contenu