Champagne

Le prix du champagne très élevé au Canada

Le prix du champagne est élevé. Encore plus dans certains pays.
C'est un produit de luxe et les responsables de son marketing entendent bien le faire payer au prix d'un produit de luxe. Les prix des champagnes sont élevés parce qu'il n'y a pas de concurrences entre les producteurs sur le prix des raisins. Les prix du raisin sont fixés chaque année par une entente entre l'association des vignerons et celle des fabricants metteurs en bouteille et en marché. Dans d'autres pays ce serait illégal. Mais en France, cette entente sur le prix est entérinée par un préfet qui est le représentant régional du ministre de l'Intérieur. Le but est de maintenir les prix élevés. Et ça marche, les gens payent. C'est comme un bijou de luxe, un costume de luxe, un soulier de luxe, une montre de luxe. On paie pour la marque; la marque Champagne. Son mode de fabrication est pourtant le même que pour les cavas d'Espagne et les crémants des régions de France. Toutefois, l'image, le marketing, le prestige demandent des prix plus élevés.

Ceci dit, il y a des pays où on accepte de payer plus cher que d'autres. C'est le cas du Canada où on le paye en moyenne 48 dollars américains alors qu'il est 26 $ en France et 23 $ en Espagne!

Le Canada est l'un des pays où l'on paye le plus cher les vins de Champagne comme le montre ce tableau de l'association américaine des économistes du vin (AAWE). Même en Suisse, en Australie et à Hong Kong, le champagne est moins cher qu'au Canada. C'est que nos monopoles canadiens jouent le jeu du marketing des fabricants de champagne et fixent des prix très élevés pour ces bulles.

Ici, les économistes du AAWE ont comparé les prix après taxes du très vendu Moet et Chandon.


Cliquez pour agrandir l'image

Ce Moet et Chandon est 64 dollars canadiens à la Société des alcools du Québec et 65 $ à la LCBO de l'Ontario. Ces deux monopoles se prennent une marge spéciale sur le champagne.
À la SAQ, il y a aujourd'hui 500 mousseux, dont 250 proviennent de Champagne. Le prix des champagnes va de 37 $ à 3400 $; celui des mousseux des autres régions va de 9 $ à 145 $.

Le champagne n'est pas toujours meilleur que le mousseux d'une autre région. Dans chaque cas, il faut y gouter et voir si c'est à votre goût et à votre bourse.

Voir ici une belle liste de mousseux de Champagne et d'ailleurs: https://vinquebec.com/meilleursmousseux

Sujets connexe:

Champagne Infinite 8 2003

Un champagne millésimé en bas de 80 $, c'est rare. Il n'y en a que 10 à la SAQ.
Celui-ci est le plus vieux du groupe.
C'est très aromatique sur des notes de miel et de biscuit.
C'est savoureux, ample. Les aromes reviennent en saveurs en bouche avec une petite pointe de pomme mure.
C'est très persistant.
Pinot noir 60 % et chardonnay 40 %. Nicolas Le Tixerant, l'un des deux propriétaires du domaine, en visite à Gatineau, Montréal et Québec dit ne pas avoir utilisé de pinot meunier dans ce millésime caniculaire de 2003.
Selon lui, ce vin s'améliorera encore au cours des 5 prochaines années.
25 000 bouteilles.
Un petit domaine qui a commencé la vente directe en 2002, avant la famille vendait le raisin à veuve-Clicquo. Vignes propres et achats.
Sucre 8 g/l. Alc. 12,4 %.
En ligne (19), au magasin Signature de Montréal et 8 autres caisses en entrepôt de la SAQ.

4 étoiles
Prix: 
71,50 $

Victoire, Champagne Prestige Brut

À 37 $, c'est l'un des deux champagnes les moins chers à la SAQ.
C'est aromatique, floral.
Il a de belles bulles fines sur des saveurs de pommes bien mûres, de bonbons jaunes, ainsi qu'une note qui rappelle le caramel.
Il se dégage une certaine élégance de ce vin.
Pas complexe, mais bien fait.
Producteur GH Martel.
Sucre: non communiqué au Québec. 8 g/l lcbo. Alc. 12 %.
En ligne (17) et dans 67 magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
37,25 $ à la SAQ | 39,80 $ à la LCBO

Devaux Blanc De Noirs Brut, Champagne

Bien aromatique, fruité, belle brioche, fin et complexe.
Gras et riche en bouche, fruité et crémeux. Meilleur en se réchauffant.
100 % pinot noir.
Alc. 12 %. Sucre 12 g/l.
En ligne (4) et dans 144 succursales dont 1 SAQ-Dépôt.


4 étoiles
Prix: 
52,50 $

Paul Goerg Blanc de Blancs, Champagne

Bien ouvert. Les arômes de levure dominent.
Très bonne structure, fraîcheur et bel équilibre. Le fruit ressort en bouche (pomme, compote).
Finale bien sèche, presque astringente. Meilleur en se réchauffant.

100 % chardonnay.
Alc. 12 %. Sucre 11 g/l.
En ligne (16) et dans 303 succursales y compris 5 SAQ-Dépôts.

3.5 étoiles
Prix: 
45,75 $

Taittinger Réserve Brut, Champagne

Plutôt discret, surtout sur le fruit. Le nez s’ouvre en réchauffant et des notes de levure apparaissent.
Une bouche délicate, toute en finesse, bien fruitée.
Mie de pain en finale.
40 % chardonnay, 35 % pinot noir et 25 % pinot meunier.
Alc. 12,5 %. Sucre nd.
Dans 169 succursales.

4 étoiles
Prix: 
59,75 $

Pol Roger Brut, Champagne

D’un beau jaune doré.
Plutôt discret. S’exprime mieux en se réchauffant; style brioché.
Plus fruité (pomme cuite) en bouche. Délicat. Superbe.
Pinot noir, pinot meunier et chardonnay à parts égales.
Alc. 12 %. Sucre 11 g/l.
En ligne (13) et dans 174 succursales dont 6 SAQ-Dépôts.

4 étoiles
Prix: 
61,50 $

Lallier Grande Réserve Grand Cru, Champagne

Nez moyen, fruit, légère note de pain.
Solide en bouche, plus brioché.
Alc. 12,5 %. Sucre 12 g/l.
En ligne (47) et dans 172 succursales y compris 8 SAQ-Dépôts.

3.5 étoiles
Prix: 
48,50 $

Ayala Majeur Brut Rosé, Champagne

Nez bien ouvert, fruité, plus chaud la levure domine.
En bouche, du gras, très bel équilibre, bien fruité (fraise).

Finit sur la brioche et très sec, presque astringent.
Cépages: 51 % chardonnay, 39 % pinot noir et 10 % meunier.
Alc. 12 %. Sucre 10 g/l.
Dans 88 magasins.

3.5 étoiles
Prix: 
61,50 $

Nicolas Feuillatte Blanc de Blanc 2006, Champagne

Beau jaune doré assez riche.
Très aromatique, plutôt levure, mais quand même bien fruité; un peu de beurre.
Gras et soyeux en bouche, avec une belle vivacité.
Un superbe champagne de garde.
100 % Chardonnay.
Alc. 12 %. Sucre 11 g/l.
En ligne (28) et dans 66 succursales.

4.5 étoiles
Prix: 
57,00 $

Bollinger Spécial Cuvée Brut, Champagne

Nez intense, plus levure que fruit, mais bien agréable.
En bouche, rondeur, fraîcheur, fruité et complexité.
Difficile de demander plus. Meilleur bien frais.
60 % pinot noir, 25 % chardonnay, 15 % pinot meunier.
Alc. 12,5 %. Sucre nd.
En ligne (3) et dans 145 magasins.

4.5 étoiles
Prix: 
76,25 $

Nicolas Feuillatte Brut Réserve, Champagne

Nez assez discret, délicat, fin, où le fruit domine.
Bonne tenue en bouche, du fruit et un peu de pain. Vraiment très bon.
Alc. 12 %. Sucre 11 g/l.
En ligne (5) et dans 362 magasins.
Un rabais de 3 $, donc 45,50 $ jusqu'au 27 novembre.

4 étoiles
Prix: 
48,50 $

Henriot Brut Souverain, Champagne

Nez intense, fruité, très grillé, avec de la cendre. Très intéressant.
Solide en bouche. Plus délicat en se réchauffant. Très complexe. Wow!
Pinot noir, pinot meunier et chardonnay.
Alc. 13 %. Sucre 11 g/l.
Importation privée : La céleste Levure

4.5 étoiles
Prix: 
65,00 $

Gosset Grande Réserve Brut, Champagne

Nez intense, impressionnant; fruit, très belle note d’échalote.

Gras, solide en bouche. Intéressante complexité. Un peu de brioche en finale.

43 % pinot noir, 42 % chardonnay, 15 % pinot meunier

Alc. 12 %. Sucre nd.

 

En ligne (8) et dans 10 succursales.


4 étoiles
Prix: 
72,00 $

Champagnes - guide et révélations

On l'appelle Monsieur Bulles! Il porte bien son surnom, car c'est le spécialiste des bulles, des vins mousseux.

Guénaël Revel publie un nouveau livre sur le sujet : Champage guide et révélations.

C'est un guide des champagnes bruts non millésimés. Ces «bruts sans année ou multimillésimes forment 80 % de la production totale de champagne, donc ceux que l'on trouve le plus facilement sur le marché», écrit M. Revel.

Donc, un guide, mais aussi des révélations. Guénaël Revel, historien de formation nous donne un cours sur l'histoire du vin pétillant dans les 40 premières pages. «Le champagne, ou comment faire d'un handicap un succès commercial.» La pétillance du vin était en effet considéré comme un défaut jusqu'à ce que l'on constate que des consommateurs aimaient ça et surtout que l'on apprenne à maitriser cette formation de gaz dans le vin.

Le champagne, un produit français, mais développé grâce aux Anglais et aux Allemands. Les Anglais développèrent son commerce et sa bouteille; et la plupart des marques qui vont naître après le Premier Empire sont allemandes: Bolinger, Roederer, Mumm, Deutz, Krug.

Puis l'auteur nous parle de l'autolyse, du sucre, des blancs de blancs versus les blancs de noirs. Intéressant et instructif! Il complète par un petit tableau sur les accords mets-vins selon les types de champagne.

La partie guide : 350 champagnes de 150 marques cotés de 14 à 19 sur 20, brièvement et bien décrits sur 130 pages.  Des vins à la SAQ et en importation privée.

Un top 30 des vins cotés 18/20 et 2 cotés 19/20.  Près de la moitié de ce top 30 est en importation privée!

Les deux meilleures notes vont à des cuvées d'Alfred Gratien et de Françis Boulard.

C'est un livre bien fait, précis, bien instructif. Du beau travail donc. Toutefois, il y manque peut-être un peu l'aspect économique de ce breuvage de luxe. Pourquoi coute-t-il si cher? Quel est le mécanisme de fixation des prix? Ce sera peut-être pour un prochain livre.

Aussi pour un prochain guide, il serait bien d'indiquer où nous pouvons nous procurer les vins en importation privée au Québec.

Donc, encore un bel ouvrage de Guénaël Revel, auteur, conférencier et chroniqueur au magazine Vins et Vignobles.

Champagnes - guide et révélations
Guénaël Revel
Éditions Quentin. 13 x 22 cm. 200 pages.
19,95 $

monsieurbulles.com
www.facebook.com/guenael.revel
twitter.com/MonsieurBulles

Syndiquer le contenu