Les vins nature: le lointain Québec à l'abri

Les vins nature, on en parle beaucoup des derniers temps dans la presse électronique française.

De plus en plus de producteurs se lancent dans la production de vins dits natures ou naturels.

Ils ont eu un bon coup de publicité il y peu grâce au célèbre dégustateur français Michel Bettane qui a dit en gros que ces vins sentaient mauvais.

Les producteurs de ces vins sans soufre ou en contenant peu ont répondu qu'il ne fallait pas généraliser. Qu'il y a de bons et de mauvais vins natures comme il y a de bons et de moins bons vins chimiques.

Analyse du laboratoire
Au Québec, nous ne sommes pas exposés à ces vins. La Société des alcools ne les laisse pas entrer dans la Belle province.

«Le faible taux de SO2 dans ces produits se traduit entre autres par une durée de conservation limitée», disent les gens du laboratoire de la société d'État.

Ils ajoutent: «Nous avons des réserves à ce sujet puisque nous devons à la fois considérer le délai de livraison, les conditions de transport et la période de commercialisation de ces produits, ce que nous évaluons actuellement, de façon à nous assurer qu’ils soient proposés aux consommateurs dans les meilleures conditions.»

La porte entrouverte
J'avais écrit sur ce sujet en 2010? La porte était alors bien fermée. (vinquebec.com/node/7505) Aujourd’hui, les gens du laboratoire de la SAQ disent évaluer la situation. Il y a donc de l'espoir. La porte n'est pas complètement fermée.

On trouverait tout de même ce genre de vin en importation privée au Québec. La SAQ dit être plus souple avec les vins vendus en importation privée. On y a peut-être toutefois ajouté un peu de sulfite pour le voyage.

Ces vins nature, souvent bio et qui contiennent moins de préservatifs (le fameux So2/ sulfite/ soufre) sont plus fragiles, dit-on. On affirme qu'ils ne tolèrent pas de températures supérieures à 14 ou 15 degrés. Ils se détérioraient alors et les bactéries et levures pourraient contaminer le vin en bouteille et lui donner des goûts désagréables.

Donc, si nous comprenons bien, il faudrait qu’ils soient transportés et entreposés à des températures inférieures à 15 Celsius. Ce qui n’est pas impossible.

Des rouges puants et des blancs morts nés
Pour revenir à M. Bettane, dans un article du magazine Gamberro Rosso, intitulé Te lo do io il vino... naturale, il a écrit que les rouges puent, que tous les cépages et terroirs finissent par se ressembler et que les blancs sont invariablement oxydés.

«Nous espérons sincèrement que les amateurs de vins italiens ne seront pas soumis à ce qui s'est passé en France: une invasion de soi-disant vins "naturels"  que l'on appelle "sans soufre" avec la complicité de nombreux sommeliers,  marchands de vin et journalistes irresponsables...

Leurs produits sont facilement reconnaissables: les vins rouges puent et l'ensemble de leurs cépages et des terroirs finissent par se ressembler, car les levures indigènes désagréables cannibalisent les bonnes levures. Ce sont les mêmes levures que l'on trouve partout sur la planète. Ces vins sont brouillés et instables, de plus ils montrent une présence excessive de gaz carbonique, ce qui donne l'impression que la vinification est incomplète.»

Il ajoute que c'est pire pour les blancs qui seraient morts nés, oxydés. M. Bettane se dit étonné de la naïveté de nombreux chefs de restaurants qui ont mis ces vins sur leurs listes.

Pas voyager
Il termine en disant qu'avec un peu de chance et de persévérance, «il est possible de faire des vins sans ajout de sulfites. Ce sont des vins fruités simples et très agréables qui devraient être consommés là où ils sont produits. Mais ils doivent être stockés dans une cave fraîche et plus important: ils ne doivent pas voyager!»

Pourtant, le restaurant Noma, classé meilleur restaurant du monde par le magazine Restaurant, ne servirait que des vins nature.

Un jour, nous boirons peut-être du vin nature et nous jugerons par nous même!

____
Un peu de lecture sur le sujet

Michel Bettane’s diatribe against Natural wine (translation), DoBiachi
Avantages et des désavantages du vin nature, morethanorganic
Une sélection de producteurs de vin dit nature, À la rencontre des vins naturels
Le vin bio de la rédemption à l’imposture, bonvivant
Guerre: grands crus «chiants» contre vins naturels «tarés», Antonin Iommi-Amunategui, Nouvel Observateur
Chapoutier: No AOC for “defective” natural wines, The Drink business, 21 février 2013