Du vin nature à la SAQ?

Il se pourrait bien qu'on ait un jour prochain du vin nature dans nos magasins des vins au Québec.

Le vin nature est un vin sans soufre, sans sulfite.

Les fonctionnaires-acheteurs de notre monopole du vin sont bien frileux et ont jusqu'ici refusé de laisser entrer le vin sans soufre dans le réseau de la Société des alcools du Québec.

En février dernier, les gens du laboratoire de la SAQ nous disaient que «le faible taux de SO2 dans ces produits se traduit entre autres par une durée de conservation limitée(Les vins nature: le lointain Québec à l'abri)

Ils ajoutaient «Nous avons des réserves à ce sujet puisque nous devons à la fois considérer le délai de livraison, les conditions de transport et la période de commercialisation de ces produits, ce que nous évaluons actuellement, de façon à nous assurer qu’ils soient proposés aux consommateurs dans les meilleures conditions.»

Donc, les gens de la SAQ craignent que ces vins ne soient pas stables, qu'ils deviennent troubles, repartent en fermentation, deviennent légèrement pétillants et soient troubles; ce qui pourrait entraîner des retours de bouteilles aux magasins et des remboursements.

Mais voilà qu'un producteur propose à la SAQ de lui fournir des vins garantis. Il garantit leur qualité et promet de les reprendre si le vin tourne mal.

Un vin avec une date de péremption
Le réputé producteur du Languedoc, Gérard Bertrand, propose donc à la SAQ des vins sans soufre. Ils portent le nom de Naturae. Il y a un chardonnay, un merlot, un rosé, une syrah, un corbières et un cabernet sauvignon.

Ils sont garantis 18 mois. Ces vins sont déjà distribués dans les grandes surfaces en France et en Angleterre. Sur la contreétiquette, nous lisons «Pour apprécier pleinement ce vin, nous conseillons de le boire avant le 31 juillet 2014

Le vin est dans des bouteilles de verre foncé afin de le protéger de la lumière, bouché avec des lièges de haute densité; et les bouteilles sont transportées en position couchée dans les caisses.

Le soufre est omniprésent à la vigne et à la cave. Il est utilisé sur les feuilles de vigne pour tuer les champignons (oïdium) et les acariens; pour nettoyer les cuves, barriques et matériel, sur les raisins pour éviter l'oxydation. Dans certains cas, on l'utilise aussi pour tuer les levures naturelles des raisins afin d'y substituer une levure sélectionnée achetée dans le commerce. On peut aussi en ajouter en cuve pour limiter l'oxydation. On l'utilise quelquefois pour stopper la fermentation. Puis finalement, on en met une dose à la mise en bouteille pour stabiliser le vin, limiter l'oxydation et le protéger pour le voyage.

Donc, on peut comprendre qu'il n'est pas facile de se priver de ce désinfectant, antioxydant, fongicide, antibactérien et phytosanitaire.

Le vin sans soufre n'est pas facile à faire. Gérard Bertrand nous dit «qu'il nécessite une grande maitrise technologique.» De plus, il assure qu'il n'a pas utilisé d'autres additifs à ses vins de la série Naturae.

Nature et bon
J'en ai goûté quelques-uns au domaine de l'Hospitalet et je dois dire que je les ai trouvé bien bons. Ils sont purs, frais, les arômes, textures et saveurs des cépages sont bien typés. Le cabernet sauvignon a été mon préféré, savoureux, bien équilibré, au fruité juteux qui laisse une belle bouche. Un collègue a préféré le merlot aussi bien bon.
Ils ne sont pas labellisés bio, mais plutôt Terra Vitis. M. Bertrand dit avoir fait des tests pendant trois ans avant de réussir et d'être satisfait du produit.

Voici comment le producteur décrit la fabrication de ce vin:
«Le travail commence au vignoble par une sélection précise et minutieuse des parcelles les plus aptes à produire ce type de vin (90% du résultat final découle de ce travail de précision) : l’état sanitaire doit être parfait, le feuillage doit être sain, frais et dense, les raisins doivent avoir un niveau de maturité optimal. En effet la fenêtre de ramassage est très faible tant l’équilibre acide/sucres et maturité des tanins est primordial sur cette catégorie de vin.
La vinification en rouge est très traditionnelle, exception faite que nous n’utilisons ni SO2 ni tout autre intrant oenologique. Les raisins sont égrappés puis la phase de macération dure environ 10 jours pendant lesquels nous ne travaillons l’extraction que par des remontages quotidiens permettant de favoriser l’expression du fruit. Le pressurage intervient en prenant soin de séparer les presses, puis les vins sont soutirés dans le but d’éliminer les lies les plus grossières avant la fermentation malolactique. À la suite de cette dernière les vins sont à nouveau soutirés puis mis au froid pour garantir leur bonne stabilité en cuve.»

Ainsi, il se pourrait donc que nous ayons des vins nature sans soufre sur les rayons de nos magasins d'État d'ici quelques mois. Ils devraient se vendre un peu moins de 20 dollars. Je vous tiens au courant.

Voir aussi cette vidéo du site Bon Vivant où Gérard Bertrand explique ce vin nature.
Site du producteur: www.gerard-bertrand.com