Dupéré-Barrera: la Québécoise et le Français

Emmanuelle Dupéré - Laurent BarreraLe vin au naturel, telle pourrait être la devise de ce sympathique couple franco-québécois qui produit des vins dans le sud de la France. Emmanuelle Dupéré et Laurent Barrera sont propriétaires, négociants et éleveurs en Provence.

Le couple produit du vin dont les raisins sont cultivés dans le Rhône et le Languedoc, d'où leur titre de négociant éleveur. Il produit aussi du vin de leurs propres vignes en Provence: La Procure.

Trois de leurs vins font parti de l'opération Cellier du 13 septembre. Deux vins de Provence et un du Rhône. Ces vins étaient en importation privée jusqu'à maintenant.

On connaît la cuvée de base Terre de Méditerranée qui a connu un grand succès au Québec dans deux millésimes.

Ce sont des producteurs français, mais il ne vendent pas en France!

La petite histoire
Emmanuelle, la Québécoise de Québec, et Laurent, le Français, se sont rencontrés à Québec. Ils se sont retrouvés en France, lui géologue, elle étudiante en viticulture. Laurent abandonne rapidement la géologie pour étudier aussi la vigne. Après deux diplômes, ils se cherchent des pieds de vigne. Mais c'est très difficile d'acheter du terrain, tout est trop cher. 

Vu qu'ils ne veulent pas travailler pour quelqu'un d'autre, ils décident d'acheter des raisins et de faire leur propre vin dans une pièce de la maison de la grand-mère Barrera à Toulon. Nous sommes en 2000, et tout est très artisanal. D'ailleurs, c'est comme cela qu'ils veulent travailler le vin, «le plus naturel que possible».

Alors, ils achètent des grappes et commencent à produire du vin chez grand-maman. Puis, ils vont se promener dans les régions voisines du Rhône et du Languedoc. Ils achètent des raisins des producteurs, apportent leurs barriques chez ces producteurs et y commencent la fermentation sur place. Ils y laissent les barriques là quelques mois afin de conserver le droit à l'appellation, puis transportent le tout à Toulon pour la finition.

Des barriques d'Yquem
Pour élever leurs vins, pas de barriques neuves, c'est trop cher, plus de 700 (1000 $). Alors, ils achètent des barriques usagées de Romanée Conti et de Château Yquem. Ils paient leurs fûts de la Romanée 500 € et ceux d'Yquem 100 €. C'est une aubaine, «car plusieurs pensent qu'on ne peut faire vieillir du vin rouge dans des barriques qui ont servi à faire du liquoreux, tout au contraire», nous dit Laurent Barrera.

En 2003, avec l'aide financière de papa Dupéré, ils achètent finalement leurs propres vignes, Le Clos de la Procure, d'un couple en procédure de divorce. Le propriétaire vendait son raisin à la coopérative, mais tout était cultivé en bio. Le bonheur pour le jeune couple qui va s'amuser ferme sur ces sept hectares.

Haute couture
Ils ont vite un succès d'estime. La presse française et étrangère commence à parler d'eux et aime leurs vins. Ils font parti des 10 champions de Provence de La Revue du Vin de France en 2004. Les guides  Les meilleurs vins de France 2008 d'Olivier Poussier et Le grand guide des vins de France 2008 de Bettane et Desseauve les qualifient de «négociants de haute couture». 

Les vins sont donc vendus hors de France, principalement au Québec et au Japon, ainsi que de petites quantités dans quelques pays d'Europe. Ils sont en contact avec un important importateur américain qui va commencer bientôt à distribuer de leurs vins aux États-Unis. La production totale n'est seulement que 20 000 bouteilles pour le moment. Ils projètent de construire un chai sur le domaine de La Procure.

Leurs vins
Ils ont une gamme assez étendue de vin: une dizaine selon les années. Trois sont vendus lors de l'opération Cellier du 13 septembre 2007.

  • Nowat 2004, Côtes-de-Provence  3.5
  • Côtes-du-Rhône Village 2005   3
  • Domaine du Clos de la Procure 2005  3
    (cliquez sur les noms des vins pour lire les notes)

    L'entrée de gamme a été commenté sur Vin Québec

  • Terre de Méditerranée 2005 2

    Voici aussi trois autres de leurs vins en importation privé chez le Maître de Chai.

  • Très longue macération 2004
    C'est une expérience faite par le jeune couple. Même procédé que le Nowat, mais avec une plus longue macération. Ils remettent les peaux dans la barrique après la presse.
    Ça donne un vin très aromatique, bien fruité. Plus de gras que le Nowat. Une belle structure, beaucoup de matière. Un très beau vin. Riche. 3.5
  • Nowat 2001 
    Opaque, très ouvert, très épicé, du poivre, de beaux arômes de syrah. 
    Les raisins proviennent du Languedoc, le tout est assemblé chez la grand-mère Barrera à Toulon. Le vin est fruité à souhait. Les tanins accompagnent bien ce fruité. De la syrah pure. Ce millésime n'est plus disponible. Il a été servi afin de démontrer que ce vin vieillit bien. Une réussite.   3
  • Saint-Saux 2005  commenté le 16 août. 3

 Vin naturel, vin de santé
 Il est rafraîchissant de voir et de goûter des vins le plus naturels que possible à une époque où de plus en plus de producteurs, particulièrement dans le Nouveau Monde, se tournent vers la chimie pour produire des vins. 

La plupart des fabricants de vins ne s'en vente pas trop, mais je crois qu'ils sont assez nombreux à ajouter toute sorte de substances dans le vin pour l'améliorer. La panoplie proposée par l'industrie de l'oenologie est large: enzymes colorants, aromatisants — tel le Mega Purple — levures exogènes, tanins en poudre, phosphate d'ammonium, jus concentrés, bois en poudre, acide tartrique, malique ou critique, sucre... Oui, tout ça s'est permis dans le nombreux États. On dit bien sûr que ces produits sont naturels, pourtant ils ne sont pas dans le raisin qu'on vient de cueillir.

Alors, je lève mon chapeau à ces producteurs qui font un vin sain et sans artifices.

  La photo est de Nico-World