Dopff & Irion, Cuvée René Dopff, Sylvaner 2016

Un très bon vin blanc d'un très bon rapport qualité-prix.
Un nouveau produit à la SAQ.
Il fait chaud, très chaud, alors un bon vin blanc désaltérant.
Ce sylvaner d'Alsace est léger, souple, gouleyant et très agréable à boire.
C'est floral sur des aromes fins de fruits blancs. C'est sec, de corps léger à moyen. D'un bel équilibre entre le fruit et l'acidité. Assez longue finale.
Irréprochable et délicieux.
Il a bien accompagné la pizza légumes fromage.
Cépage: 100 % sylvaner. Capsule à vis. Alc. 12,5 %. Sucre 4,1 g/l (SAQ); 6 g/l (LCBO).
En ligne (31) et dans 263 magasins.

3 étoiles
Prix: 
13,95 $ à la SAQ | 11,40 $ à la LCBO

Vers un label Indication géographique protégée (IGP) Vin du Québec

L'Association des vignerons du Québec a déposé une demande de reconnaissance de l'appellation Indication géographique protégée (IGP) Vin du Québec.

Cette demande a été soumise au Conseil des appellations réservées et des termes valorisants du Québec.

L'association a présenté un cahier des charges très précis définissant quels vins auraient le droit de porter l'étiquette Vin du Québec.

Ceci n'est pas à confondre avec l'appellation Vin certifié du Québec.

Le Conseil des appellations réservées mène présentement des consultations sur cette demande. Consultations qui prennent fin le 10 août.

L'Assocation des vignerons du Québec qui regroupe la plupart des vignerons, mais pas tous, recommande que seuls les vins produits dans une zone précise aient le droit d'indiquer IGP vin du Québec. Cette zone exclut le Bas-Saint-Laurent entre autres.

L'association a choisi de n'inclure que les zones qui ont au moins 900 degrés jours Celcius «moyenne du cumul des degrés-jours de croissance sur la base 10 °C est supérieure ou égale à 900 du 1er avril au 31 octobre et pour la période de 1983 à 2012. (Voir la carte)


Cliquez pour agrandir

À titre de comparaison, en Champagne c'est 1050 degrés jours et en Bourgogne c'est 1320.

Ça semble étrange d'exclure toute une partie du Québec! Pourquoi alors ne pas appeler
cette nouvelle appellation IGP Vin du Sud du Québec?

 

 

 

Le taux d'alcool minimal devra être de 7 % pour les vins blancs, de 8 % pour les rouges, mais ne devra pas dépasser 15 %.

Les producteurs auront le droit de l'augmenter artificiellement de 3,4 % par la chaptalisation. C'est-à-dire par l'ajout de sucre ou de moût concentré.

Ça me semble beaucoup, car à ma connaissance, la norme en Europe est limitée à une hausse maximale de 1 % du taux d'alcool.

Le cahier des charges propose aussi qu'on limite la quantité de sulfites à 70 mg/l de SO2 et 420 de SO2 total.

Le millésime indiqué devra contenir au moins 85 % de la récolte de l'année indiquée.
Les producteurs pourront inclure jusqu'à 50 % de raisins ou de jus en dehors de leur domaine, mais au Québec.

Une cinquantaine de cépages seront autorisés.
La concentration par chauffage ou congélation des mouts sera interdite.

Liste des défauts
Acétique, éventé, piqué
SO2
Refermentation
H2S, mercaptan, réduit
Oxydé, cuit
Brett, géranium
Mauvaise odeur, mauvais goût
Moisi, champignon, terreux
Levures, bactérien, butyrique, lactique
Pharmaceutique, métallique, solvant
Animal, écurie, phénols

Un comité d'agrément sera chargé de déguster et d'approuver les vins. Ceux qui contiennent les défauts mentionnés dans ce tableau seront rejetés.

Très bien et bravo. On devrait faire le même exercice pour les vins vendus actuellement à la SAQ. Plusieurs seraient alors rejetés.

«L’Association des vignerons du Québec s’est engagée dans une démarche de qualité visant à valoriser l’indication géographique qu’ils utilisent et dont ils défendent collectivement la réputation. Cette démarche de qualité a d’abord pris la forme d’une marque de certification en 2008. La reconnaissance officielle de l’IGP Vin du Québec s’inscrit dans le prolongement de cette démarche. Dans un contexte de croissance du marché des vins québécois, l’IGP est un outil de qualité, de reconnaissance et de promotion qui offre la possibilité de mieux communiquer aux consommateurs ce qui fait la spécificité des vins du Québec. De plus, elle assurera aux vignerons du Québec une protection intellectuelle de l’indication géographique et de sa réputation.»

Il se produit environ 2 millions de bouteilles de vin soit 16 500 hectolitres de vins sur 500 hectares au Québec. C'est une agriculture plutôt jeune. Les 5 premiers permis ont été donnés en 1985.

Production du Québec
2 millions de bouteilles
16 500 hectolitres
500 hectares
43 % blanc
30 % rouge
14 % rosé
4 % mousseux
1 % vendange tardive
8 % vin de glace

Les cépages permis
Les 100 % Vitis vinifera blancs, gris et rouges.
Les cépages rustiques et semi-rustiques blancs:
Acadie Blanc; Adalmiina; Aurore; Cayuga White; Chardonnel; Delisle; Eona; Frontenac blanc; Frontenac gris; Geisenheim; Hibernal; Kay Gray; La Crescent; Louise Swenson; Okanagan Riesling; Ortega; Osceola Muscat; Prairie Star; Saint-Cliche; Somerset; St. Pepin; Seyval; Swenson White; Traminette; Troubadour; Vandal-Cliche; Vidal; Vee blanc;

Les cépages rustiques et semi-rustiques rouges:
Baco Noir; Baltica; Cabernet Severnyi; Chambourcin; Chancellor; Chelois; Dalnevostochnyi Tikhonova (Dalraming); DeChaunac; Dragon bleu; Frontenac; Geneva Red; Landal noir; Landot noir; Léon Milot; Lucie Kulhmann; Maréchal Foch; Marquette; Montréal Blue; Michurinetz; New York Muscat; Petite Perle; Pionnier; Radisson; Sabrevois; St. Croix; Seyval noir; Skandia; Triomphe d’Alsace; Zweigelt;
Les cépages numérotés rustiques et semi-rustiques blancs: E.S. 4-23-60; E.S. 10-18-14; E.S. 10-18-30; S.V. 23-512;
Les cépages numérotés rustiques et semi-rustiques rouges: DM 8521-1; MN1200; S.V. 18-307; TP 1-1-12, TP 1-1-34.

Vous pouvez consulter le cahier de charge proposé et faire des commentaires à cette adresse
http://cartv.gouv.qc.ca/demande-reconnaissance-l-igp-vin-quebec

Miraval, Côtes de Provence 2016

La SAQ, les producteurs et leurs agents nous présentent de plus en plus de bons rosés. Bien sûr, il y a encore de ces rosés sucrailleux et toquants qui font la mauvaise réputation de cette couleur, mais nous pouvons trouver maintenant sur notre marché de bons et très bons rosés de gastronomie.
C'est le cas de ce Miraval qui est meilleur encore que dans le millésime précédent.
C'est floral et fin.
La bouche est fraiche sur un fruit fin. D'un équilibre parfait.
C'est élégant, presque délicat.
Succulent et rafraichissant.
Une très belle réussite et bravo à la famille Perrin du Château Beaucastel.
Cépages: cinsault, grenache, syrah et rolle.
Alc. 13 %. Sucre 2,4 g/l.
«Les raisins sont essentiellement vendangés le matin,puis triés et éraflés. Pressurage direct pour le Cinsault, le Grenache et le Rolle. La Syrah est vinifiée par saignée. Vinification en cuves inox, sous contrôle de température (95%) et en fûts (5%) avec bâtonnage.»
Dans 53 magasins.

3 étoiles
Prix: 
22,25 $

Rosé d'une Nuit, Domaine du Deffends 2016

Un rosé de qualité, plutôt fin, au fruité coulant.
C'est sec et agréable.
Il est assez léger, mais il a tout de même un certain tonus.
C'est vif, le fruité est beau, la finale est longue.
Alc. 12,5 %. Sucre 2,5 g/l.
Appellation Coteaux Varois en Provence.
En ligne (55) et dans 82 magasins.

2.5 étoiles
Prix: 
24,40 $

Hausse des importations de vin en vrac au Canada

Les importations de vin en vrac au Canada ont augmenté de plus de 3 millions de litres l'an dernier, passant à de 117,5 à 120,5 millions de litres.

Pendant, ce temps, l'importation de vin tranquille en bouteille a diminué de 2 millions; de 282 à 280 millions de litres.

Le vin en vrac est payé seulement 99 cents le litre et vendu plus de 10 $ à la SAQ et dans les épiceries.

Il y a un gros bénéfice à faire là! D'ailleurs, un bureau d'avocat de Québec vient de déposer une demande de recours collectif contre la SAQ, comme le rapporte le Journal de Québec. «La requête vise la marge de profit et le manque d’informations sur les étiquettes des vins importés en vrac vendus dans les succursales du monopole d’État.»

La requête déposée au nom d'un client, Gillaume Bourdeau, de Québec, allègue que la SAQ impose des prix exorbitants. «La requête fait valoir que la SAQ vend des vins en vrac à ses clients dans ses magasins sans indications formelles, alors que le prix coûtant de ces vins importés dépasse rarement la barre de 1 $ le litre.»

En effet, le vin importé en vrac est payé en moyenne seulement 99 cents le litre comme nous le montre le tableau suivant provenant de l'Union italienne du vin.

   Tableau tiré de Wine By Numbers du 17 juillet 2017

Le Québec est le plus gros importateur de vin en vrac au Canada avec 43 millions de litres. Ainsi une bouteille de vin sur trois consommée au Québec provient du vrac.

Les vins les plus populaires au Québec et vendus dans les succursales de la SAQ et dans les épiceries sont des vins importés en vrac et embouteillés dans des usines au Québec.

Les monopoles canadiens ont accru énormément leur importation de vin en vrac au cours des dernières années. En effet, selon les chiffres du Wine By Numbers, publié par l'Union italienne du vin, l'importation de vin en vrac au Canada est passée de 77 millions de litres en 2007 à 120 millions de litres; soit une hausse de 56 %. Pendant ce temps la quantité de vin tranquille en bouteille est passée de 227 à 280 millions de litres; une hausse de 23 %.

C'est à partir de 2006 et surtout de 2008 que le Canada est devenu un grand importateur de vin en vrac comme nous le montre ce tableau de l'Association des économistes du vin des États-Unis publié ce matin.


Le Canada exporte ou réexporte une bonne quantité de vin en vrac. C'est 69 000 tonnes. Le Canada est ainsi le 11e exportateur de vin en vrac au monde, devançant même l'Argentine et le Portugal!


Le Canada exporte même du vin en vrac en France, en Espagne, à Cuba et aussi loin qu'en Australie, comme nous le montre ce tableau préparé par l'American Association of Wine Economists, et publié dans leur compte Twitter.


Texte modifié le 21 juillet afin d'y ajouter les deux derniers tableaux.
_________

Du vrai vin ou du faux vin d'Israël

​Avez-vous suivi cette histoire rocambolesque de vins produits dans des colonies illégales en Palestine et étiquetés «Produits d'Israël»?  Peut-être si vous lisez Vin Québec ou la presse anglophone. Car la presse québécoise n'en a pas fait mention.

Je vous résume l'affaire vitement.

Il y a quelques mois, un résidant de Winnipeg David Kattenburg découvre que deux vins vendus au Canada comme étant des produits d'Israël, sont en fait produits en Palestine dans deux colonies de peuplement illégales.

Il porte plainte et finalement la Société canadienne d'inspections des aliments déclare illégaux ces vins et tous ceux qui sont produits en territoire occupé illégalement par l'armée israélienne.
 
Le monopole du vin de l'Ontario, la LCBO envoient donc une note à ses fournisseurs interdisant ces vins faussement étiquetés produits d'Israël.
 
Apprenant cela, un groupe d'activistes juifs au Canada B'nai Brith demande au gouvernement d'annuler cette directive. Ce que fait prestement le gouvernement canadien disant que le traité de libre-échange Canada-Israël permet ce genre de chose.
 
Une politique canadienne qui va nuire au vrai vin d'Israël

Est-ce vraiment une victoire pour le vin d'Israël?
Est-ce que cela ne va pas au contraire nuire à tous les vins vraiment produits en Israël?
 
Comment maintenant savoir si un vin étiqueté produit d'Israël a été vraiment produit en Israël ou plutôt dans les territoires volés aux Palestiniens?
 
Est-ce que les vins français produits sous l'occupation allemande de 1939 à 1945 peuvent être dits «Produits d'Allemagne»?
 
En achetant un vin israélien ne va-t-on pas avoir l'impression de cautionner la mainmise de l'armée et des extrémistes juifs sur des terres de Palestine? Est-ce qu'ainsi on va avoir l'impression d'encourager l'apartheid imposé par le gouvernement actuel d'Israël en Israël-Palestine?
 
L'action des activistes juifs et du gouvernement Trudeau va nuire à l'ensemble de la production véritablement israélienne.
 
La LCBO a 60 vins indiqués d'Israël à son répertoire. À la SAQ, c'est 19 vins. Est-ce que ces deux entreprises de commerce de vin peuvent nous assurer que ces vins ne sont pas produits avec des raisins cultivés dans les colonies illégales en Palestine ou sur le plateau du Golan?
 
La LCBO a répondu qu'elle se fie à la règlementation de l'Agence canadienne des aliments. La SAQ n'a pas encore répondu.
 
Pourquoi ne pas nous dire la vérité et étiqueter ces vins «produit d'Israël et de Palestine» ou tout simplement «Produit de Palestine», si c'est le cas?

Otoñal Joven 2016

Beau nez de petits fruits rouges.
Une bouche fruitée, ronde, assez ample et bien agréable.
Tanins fins.
Finale fruitée avec une petite touche végétale.
Tempranillo à 100 %.
Un très bon rapport qualité-prix.
Alc. 13 %. Sucre 1,9 g/l.
Capsule à vis.
En ligne (25) et dans 189 magasins.

Voir aussi le Reserva de la même maison.

2 étoiles
Prix: 
11,25 $

Pesquera, Crianza 2013

Rouge moyen. Aromatique, petits fruits rouges et épices.
Bouche bien texturée, boisé de qualité, tanins assez fermes, sur un beau fruité.
Un boisé qui rappelle les aromes de café, de bois brun.
Belle longue finale.
Agréable à boire et digeste.
Pour plusieurs années de cave. Historiquent, le Pesquera s'améliore beaucoup après 5-10 ans de caves et même plus parfois.
100 % tempranillo. Appellation Ribera del Duero. Alc. 14 %. Sucre 1,4 g/l.
Dans 86 magasins.

3 étoiles
Prix: 
31,75 $

Alsace 2015, Marcel Deiss

Très aromatique, floral avec une petite note de miel.
Gras, bien glycériné, beau fruité, sensation de miel en bouche, ample et sensation légèrement sucrée. Pourtant moins de 1 gramme de sucre.
Assez costaud, corsé même.
Servir à 8 ou 10 degrés et laissez-le se réchauffer dans le verre.
Un assemblage de 13 cépages alsaciens conduits et récoltés ensemble sans produits oenologiques.
Un potentiel de garde de 8 ans selon le producteur.
Alc. 13 %. Sucre < 1,2 g/l.
Dans 86 magasins.

3 étoiles
Prix: 
24,85 $

LES MEILLEURS RAPPORTS QUALITÉ-PRIX

Pour profiter du rabais de 10 % vendredi, samedi et dimanche à la SAQ.

Il y a tellement de vins! Comment choisir? Comment oser essayer quelque chose de nouveau? Et à quel prix?

Pour vous aider à choisir, pigez dans les listes suivantes. Ce sont les meilleurs vins commentés ces dernières semaines. Ils sont classés par prix et par note.

Faites votre sélection et vérifiez s'ils sont disponibles dans les magasins de la SAQ près de chez vous ou commandez-les en ligne.
 

Les meilleurs vins
Voir aussi les Listes d'achats

Une sélection de vins de garde pour votre cave ou votre cellier.

Vous pouvez aussi magasiner par
 pays et régions

Tous les vins commentés au cours des 365 derniers jours

Les faux vins israéliens sont autorisés au Canada

L'Agence canadienne d'inspection des aliments revient sur sa décision d'interdire l'étiquette «Produits d'Israël» sur des vins produits avec des raisins provenant des territoires occupés illégalement par l'armée d'Israël.

Dans un communiqué, «L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) regrette l'issue (sic) de l'évaluation de l'étiquetage du vin...»

Les vins produits dans les colonies juives illégales en Palestine pourront donc continuer d'être étiquetés «Produits d'Israël», même si ces vins ne sont pas produits en Israël!

L'Agence qui avait dit le contraire affirme maintenant que «Notre évaluation ne tenait pas pleinement compte de l'Accord de libre-échange Canada-Israël (ALÉCI).» Et ajoute que «Des explications complémentaires de l'ALÉCI (article 1.4.1b) indiquent que les vins en question adhèrent à l'Accord, et nous confirmons donc que ces produits peuvent donc être vendus avec l'étiquetage actuel.»

Des activites juifs du Canada et d'Israël avaient vivement réagi à la décision initiale de l'agence canadienne d'inspection des aliments.

Selon les règles internationales, ces vins devraient s'appeler vins de Palestine. Toutefois, ces producteur ultra-racistes nient l'existence de la Palestine qu'ils appellent Judée et Samarie.

Toutefois, la Cour suprême d'Israël, elle même, a déclaré que ces territoires étaient une «possession belligérante» (occupés par fait de guerre) et ne faisaient pas partie du territoire national. D'ailleurs, les 28 pays d'Europe ainsi que les États-Unis interdisent l'entrée chez eux de ces vins s'ils sont faussement étiquetés comme étant des produits d'Israël.

Tout ça c'est bien politique. C'est l'oppression de certaines personnes sur d'autres.
 

Voir le texte publié plus tôt : Interdiction d'importer des vins des territoires occupés étiquetés Israël.

Flip-Flop On West Bank Wines Decision Betrays Canadian Consumers, Huffingtonpost.ca;
Le plaignant de l’ACIA explique l’histoire des vins faussement étiquetésCJPMO - Canadiens pour la justice et la paix au Moyen-Orient;
Le vin vendu au Canada doit être correctement étiqueté  CJPMO;
B'nai Brith Canada Commends Government for Pressuring Agency to Comply with Canadian Wine Regulations, B'nai Brith.
 

Interdiction d'importer des vins des territoires occupés étiquetés Israël

La régie des alcools de l'Ontario (LCBO) ordonne à tous ses fournisseurs de cesser d'importer et de vendre des vins provenant des territoires occupés par l'armée israélienne et étiquetés «produits d'Israël».

La LCBO a écrit mardi à ses fournisseurs que «The CFIA clarified that 'Product of Israël' would not be an acceptable country of origin declaration for wine products that have been made from grapes that are grown, fermented, processed, blended and finished in the West Bank occupied territory

(L'ACIA a précisé que 'Produit d'Israël' ne constituerait pas une déclaration acceptable du pays d'origine pour les produits viticoles fabriqués à partir de raisins cultivés, fermentés, transformés, mélangés et finis sur le territoire occupé en Cisjordanie.)

«Par conséquent, je demande que tous les fournisseurs abandonnent les importations ou les ventes de produits étiquetés 'Produit d'Israël' à partir des établissements vinicoles ci-dessus (ou d'autres situés dans les mêmes régions), jusqu'à nouvel ordre. Nous sommes en train d'obtenir des éclaircissements auprès de l'ACIA sur la manière dont ces vins devraient être étiquetés afin de se conformer à la Loi sur les aliments et drogues.»

Cette décision s'applique à tous vins provenant des territoires occupés par l'armée israélienne, soit le plateau du Golan, la Cisjordanie, la bande de Gaza et Jérusalem-Est.

La LCBO dit agir ainsi à la demande de l'Agence canadienne d'inspection des aliments qui a ordonné aux établissements de vente de produits alcooliques de tout le Canada de cesser de vendre des vins fabriqués avec des raisins provenant de ces territoires occupés illégalement par Israël depuis 2007 et étiquetés «produits d'Israël».

Le Canada, comme la plupart des pays, estime que cette occupation militaire des hauteurs du Golan en Syrie et de la Cisjordanie en Palestine est illégale.

L'information sur l'étiquette disant que ces vins sont des produits d'Israël serait donc fausse puisque ces vins sont faits de raisins provenant de Palestine et de Syrie.

La LCBO a une soixantaine de vins d'Israël à son répertoire. Toutefois, un seul proviendrait officiellement des territoires occupés selon le porte-parole de la LCBO. Cependant, d'autres vins produits en Israël pourraient en fait l'être avec des raisins provenant des territoires occupés. La LCBO doit d'ailleurs publier un communiqué à cet effet en après-midi.

La directive de l'Agence canadienne des aliments a été envoyée à tous les monopoles de vin au Canada. Cette directive n'a pas encore été rendue publique officiellement.

Nous ne savons pas encore quelles sont les actions que la Société des alcools du Québec prendra à ce sujet. La SAQ a 18 vins d'Israël à son répertoire dont au moins 4 de la firme Golan Heights.

Un organisme de défense des intérêts juifs au Canada, B'nai Brith Canada, a émis un communiqué hier disant souhaiter que l'Agence canadienne annule son ordonnance. «Nous espérons que cette troublante décision soit corrigée dans un court délai», dit Michael Mostyn, le patron de B'nai Brith.

La directive canadienne va dans le sens des mêmes directives émises en Europe. En effet, en novembre 2015, les 28 États de la Commission européenne ont exigé que les produits fabriqués dans les territoires occupés par l'armée israélienne soient étiquetés originaires des territoires occupés et non plus comme étant des produits d'Israël.

Les États-Unis appliquent déjà cette politique. «They must be wholly the product of Israel or be manufactured in Israel» (US Custom)

_____

Copie de la lettre de la LCBO à ses fournisseurs.
Le Canada interdit les étiquettes “Produit d’Israël” pour les vins de Cisjordanie. Times of Israel, 13 juillet 2017

Heinrich, Blaufrankisch 2015

Le vin de la semaine   

Un vin d'Autriche absolument délicieux. D'un fruité bien agréable. C'est sec, frais, coulant, non boisé, rond, épicé.
La finale est longue et très plaisante.
Un vin digeste.
Blaufrankisch est le nom du cépage. Ça signifie bleu français.
Bouchon de verre. Bio.
Acidité 5,4 g/l. Sucre 2 g/l.  Alc. 12,5 %.
Dans 39 magasins

3.5 étoiles
Prix: 
23,45 $

Heinrich, Zweigelt 2014

Zweigelt est un croisement des cépages blaufrankisch et saint-laurent.
Le vin est succulent. D'un beau fruité élégant avec de fines notes d'épices.
Les tanins sont légers et bien intégrés.
Un vin agréable et digeste.
Bouchon de verre.
Sucre 1,4 g/l. Acidité 5,2 g/l. Alc. 12,5 %.
En ligne (20) et dans 65 magasins.

3 étoiles
Prix: 
24,55 $

Heinrich, Pinot Noir 2015

De fortes saveurs de viandes fumées dans ce pinot noir d'Autriche.
S'y ajoutent des saveurs de thé et de canneberge.
Le fruité est bien acidulé. L'acidité est assez vive. C'est sec et peu tannique.
Un vin très particulier. Ça se boit, mais je suis loin d'être certain que vous allez aimer ça.
Bouchon de verre.
Sucre 1,8 g/l.
En ligne (19) et dans 46 magasins.

1 étoile
Prix: 
25,10 $
Syndiquer le contenu