Primitivo di Manduria 1992, Pervini

Longtemps on a cru le zinfandel un cépage indigène de la Californie, mais suite à des analyses de l'ADN, on a d'abord retracé ses origines en Italie dans le cépage primitivo.

Plus tard, la génétique du cépage plavac mali de la Croatie a révélé une grande proximité avec le zinfandel/primitivo et fut considéré pendant quelques années comme leur ancêtre.

Pendant ce temps, un département de l'Université de Zagreb avait pour mission de recenser et d'analyser la génétique de 130 cépages indigènes de la Croatie.

La génétique du cépage crljenak kastelanski [sirl yen ak kasselanski] originaire de la côte dalmatienne de la Croatie s'est révélée identique à celle du zinfandel et du primitivo. Trois cépages identiques originaires de la Croatie.

Ces résultats ont été confirmés par l'université de Davis en Californie. Ironiquement, la culture de ce cépage en Croatie est tellement limitée qu'aucun vin n'est produit à 100% de ce cépage.

Le Bureau of Alcool, Tobacco and Firearms [BATF] qui avait en 1999 homologué le zinfandel comme le seul cépage unique à la Californie a dû changer sa position et a autorisé en 2003 la commercialisation du primitivo sous le nom de zinfandel aux États-Unis pour les producteurs italiens qui le désirent. Comme le primitivo est vendu à des prix bien inférieurs au zinfandel, cette décision n'a pas plu aux producteurs californiens.

Le Consorzio Produttori Vini, une coopérative qui regroupe 329 producteurs de primitivo de la région des Pouilles préférerait que la région n'utilise pas le nom de zinfandel.

La région devrait plutôt, à son avis, faire valoir l'expression unique du primitivo di manduria. Il est vrai qu'on y retrouve 4 types de primitivo bien identifiés. Un vin de table léger à 13%, un vin régulier à 14%, puis une vendange tardive à 16% et finalement des versions sucrées à 13.5% d'alcool et 6.5% de sucre résiduel. Le Consorzio contrôle la qualité du vin produit par ses membres depuis la culture des vignes jusqu'à l'embouteillage.

Le vin s'est révélé une véritable surprise. Conservée en cave par curiosité, je m'attendais à ce que cette bouteille soit complètement dépassée. Des dégustateurs chevronnés à qui j'ai servi le vin à l'aveugle ont trébuché sur l'identification du vin, le confondant même avec certains grands vins. On retrouve des notes de cuir et d'herbes qui rappellent un vieux nebbiolo. La cerise, le cèdre, les épices et le raisin sec complètent la gamme olfactive. En bouche, le cuir, l'origan et les épices dominent. Le vin présente une structure moyenne et un bel équilibre si l'on excepte une légère pointe d'alcool. Un vin sérieux, véritable délice! À boire.
Cave à 13° C.

3.5 étoiles
Année: 
1992