Les pesticides modifient le goût du vin

Le vin goûte la fraise! C'est peut-être dû à un pesticide!
Il pourrait s'appeller iprodione, fenhexamide, iprovalicarbe, pyriméthanil ou boscalid.
C'est du moins ce que laissent entendre deux démonstrations faites par un spécialiste des pesticides de l'Université de Caen en Normandie.

Le professeur Gilles-Éric Séralini a fait goûter deux vins blancs provenant d'un même terroir à un groupe de 22 professionnels du vin et vignerons en janvier 2015. Un vin contenait les cinq fongicides énumérés plus haut «pour un total de 864 ppb, soit 8640 fois plus que ce qui avait rendu nos rats malades avec du Roundup», nous dit M. Séralini dans un courriel. L'autre vin était bio et ne contenait aucun des 200 pesticides testés. Au finale, 16 des 22 personnes ont pu détecter le vin non bio. Les dégustateurs, dont Anne-Claude Leflaive du Domaine Leflaive à Puligny-Montrachet ont détecté un «nez avec une sensation de carton, de chlore, même de fruit ou bonbon chimique à la fraise artificielle».

«Le vin biologique était complètement dénué de pesticides détectables. 16 personnes sur 22 ont reconnu le vin sans pesticide pour ses parfums aromatiques plus riches, subtils, et plus persistants !»

«Les "mimes d’arômes" que sont les pesticides seront donc moins fugaces et dégradables que nos hormones, parce qu’ils sont issus du pétrole tout